Modern Horizons 2, carte par carte : vert, multicolore, artefacts & terrains - Magic the Gathering

Modern Horizons 2, carte par carte : vert, multicolore, artefacts & terrains



Articles

Drark Onogard, le , 370 consultations

Je vous l’avais promis : voici déjà le second article sur les cartes de Modern Horizons 2 !

  La storyline de Magic / Horizons du Modern 2

Je vous l'avais promis : voici déjà le second article sur les cartes de Modern Horizons 2 ! Pour vous familiariser avec mon but en écrivant ces articles et ne pas manquer la moitié de l'édition, je vous invite à aller voir par ici le premier article si vous ne l'avez pas lu. Sans plus attendre, allons-y !

Modern Horizons 2, carte par carte : vert, multicolore, artefacts & terrains



Récolte abondante : Une récolte fait une fois ce que l'Abondance fait pour toujours.

Aeve, progéniteur de limon : Déjà, c'est un limon légendaire, et même si c'est le septième, il n'en demeure pas moins que c'est le premier qui, à mes yeux, est tout à fait un limon au niveau de sa capacité. Et puis, en plus, c'est la première créature avec le déluge en bords noirs.

Au début il n'y avait rien, seulement un ragoût primordial qui bouillonnait... Jusqu'à ce que la foudre frappe. Ce choc d'énergie était exactement ce qu'il fallait pour démarrer l'existence d'Aeve, le premier être vivant de ce plan. Certains croient même que toute autre vie sur le plan vint originellement de cette première forme de vie limoneuse.







Des milliards d'années ont passé depuis ce premier éclair, et la vie s'est diversifiée et a fleuri dans toutes ses formes – et pourtant, Aeve persiste, inchangé, et incroyablement ancien.

Krushok au dos bariolé : Cette espèce de gros rhinocéros est endémique de Tarkir. Celui-ci semble avoir emporté sur son dos une bannière du clan Atarka.

Repos béni : Admirez cette carte, car son illustration est celle de la Bénédiction selon Gaïa vue d'un autre angle. Et oui, si nous voyons dans cette dernière la scène de l'angle de vue du chevalier car nous mélangeons notre cimetière dans notre bibliothèque, nous voyons ici le chevalier auquel nous accordons cette faveur.













Grande-Dent, général écureuil : Si c'est le second écureuil légendaire que nous avons cette année, c'est le premier en bords noirs à avoir des capacités réellement écureuilesques.

Les écureuils de la Forêt d'Umbra avaient toujours vécu une longue et paisible existence, jusqu'à ce que les drakôns des Montagnes Crêtarrière [Ridgeback] voisines envahit la forêt à la recherche de nourriture et menaça de les dévorer tous. Grande-Dent, déjà un vétéran de la célèbre Campagne d'Orcfeu deux étés plus tôt, rallia une armée d'écureuils afin de faire battre en retraite les drakôns et leur apprendre une leçon qu'ils n'oublieraient jamais. Il abattit personnellement plus d'une douzaine de drakôns et porte maintenant leurs griffes comme trophées – et comme un avertissement à tous les envahisseurs potentiels.

Tempête caquetante : Le texte d'ambiance vaut bien une petite mention, au vu des doubles-sens que l'on peut faire.

Fendre en deux : C'est un reliquaire de Kamigawa qui est ainsi fendu.

Rampeur à carapace crépusculaire : Cette carte, qui est fonctionnellement identique au Mitouard de la fierté, représente elle aussi un animal de Ravnica.

Frappe poussée : Cette carte représente vraisemblablement un Zélateur viridian détruisant un dragon-artefact par la magie d'oxydation.

Volonté de Gaïa : Il s'agit d'une référence mécanique, par le titre et aussi en soi par l'illustration quoique plus légèrement, à la bien connue Volonté de Yaugzébul.













Gniarde de lueur : Il s'agit de la version Lowryn du sombrelandien Gniard doreur.

Ignoble hiérarche : Il s'agit évidemment de l'inverse du Noble hiérarche : d'humain à gobelin, de noble à ignoble, de Bant à Jund, et comparez les textes d'ambiance : rien de plus évident, et toute personne connaissant la carte l'a vu d'emblée.

Semeur de faille : Cet elfe a su parfaitement profiter des failles temporelles de Dominaria : ne va-t-il pas faire pousser ses plants de tomates plus vite en leur faisant vivre un continuel été, ou dans des terres plus favorables ?

Souverain écureuil : Comme le texte d'ambiance en témoigne, la royauté des écureuils ne vaut pas mieux que celle des gobelins, sauf qu'on tue le Roi gobelin plutôt que de lui voler son gland... N'est-ce pas moins douloureux ?

Thrasta, rugissement de la tempête : Thrasta vit sur un plan reconnaissable par ses tempêtes sans fin. La nuit, quand les tempêtes sont les plus féroces, ce dinosaure cherche le plus haut lieu à proximité afin d'être frappé par la foudre. Celle-ci ne se dissipe pas – elle crépite sur la peau de Thrasta et le charge. Seulement lorsqu'il est empli de la puissance de la tempête, Thrasta descend afin de défier ses semblables dans des combats qui anéantissent les forêts et font trembler les fondements de la terre elle-même. Son ambition est d'un jour détrôner chacun de ses semblables afin d'être à la tête de la chaîne alimentaire de la forêt toute entière.







Témoin intemporel : Comme le Dragon éternel a donné le Dragon intemporel, le Témoin éternel, plus emblématique, a donné son semblable – même position, capacité analogue. Ici, il est vraiment probable que ce témoin soit originaire d'Amonkhet.

Approvisionneuse infatigable : Cette autre éclaireuse rappelle la Traqueuse infatigable dont elle a la première capacité, excepté qu'elle crée des trésors ou de la nourriture plutôt que des indices.

Scramasaxe urbain : Ce dinosaure à l'apparence ixalane en est certes originaire, mais il se trouve actuellement sur Ravnica, selon les dires de l'artiste. Certes, l'arrière-plan aurait pu rappeler Torrezon, le continent des vampires conquistadors, et être la suite des événements de l'histoire de Vivien Reid, résumée ici. Cependant, c'est plutôt un dinosaure invoqué par Huatli, championne radieuse pendant la Guerre de l'Etincelle et qui, laissé là, n'a pas perdu ses instincts premiers.

Hydre de la Garenne du Roitelet : Le lieu d'où vient cette hydre est largement établi comme appartenant à Lorwyn, et c'est ce qui rend cette carte si folle. En effet, c'est la seule hydre connue du plan : avec les quatre éditions que nous avons eues, dont deux sur Sombrelande, où les créatures hibernant dans le plan s'éveillent d'où la plus grande diversité des espèces, jamais nous n'avions vu une hydre. C'est une véritable découverte zoologique.

Asmoranomardicadaistinaculdacar : J'ai réussi à l'écrire une fois, je ne le ferai pas deux.







Les seigneurs de l'abîme aiment manger. Quand la mage dont vous connaissez bien le nom invoqua l'un de ces énormes démons sans avoir pensé à préparer de quoi le sustenter, il lui offrit un choix : servir le Seigneur des Ténèbres (du nom de Vincent) comme chef en Enfer pour sept ans et sept jours, ou être son dîner immédiatement.

Elle lui servait donc ainsi qu'à ses monstrueux hôtes une incroyable variété de plats, et elle tint le compte de ses recettes dans un livre de cuisine afin que son remplaçant puisse être entraîné plus rapidement. Publié dans une édition limitée de vingt copies, Cuisine du monde souterrain comprenait des recettes pour une poitrine de gargouille de granit au miel, des bibules sautés et orteils d'ogres gris dans une sauce noire et sucrée, entre autres immondes délices.

Les ventes furent d'abord lentes : seul Vincent et la mère d'Asthme achetèrent l'ouvrage. Un jour le livre parvint jusqu'au monde souterrain, et causa une certaine sensation parmi les membres blasés des classes dirigeantes. La demande pour les orteils d'ogre gris explosa, ne causant pas un petit nombre de volontés hostiles à la cuisinière, comme elle le découvrit lorsqu'elle retourna dans le monde d'en-haut.

Il est dit qu'elle travaille dur à l'écriture d'une Cuisine du monde souterrain, volume II, incluant une grande variété de recettes pour préparer des princes gobelins, conciliaires nains et aristocrates elfes, donnant un sens très littéral à l'expression « Mangeons les riches ».

Capturée par des lagacs : Les lagacs sont des lézards géants de Zendikar, fréquemment utilisés comme montures. Cette carte fait référence à un lagac en particulier, le Lagac sellé.

Carth le Lion : Dans la vieille Dominaria, des siècles avant le cataclysme de la Guerre des Frères, Carth le Lion prit part dans un soulèvement contre le Planeswalker maléfique Geyadrone Dihada. Le soulèvement échoua, et Carth fut contraint de voir le champion de Dihada qu'elle avait armé de la Lamenoire, Sol'kanar le roi des marais, massacra cent des gens de sa tribu, parmi lesquels sa mère et sa sœur.

Après avoir échappé du donjon de Dihada, Carth invoqua le Planeswalker maudit Dakkon Lamenoire et lui fit prendre part dans sa mission de revanche. Bien que tous deux échouassent à tuer Dihada, ils parvinrent à échapper de ses griffes et se lièrent d'amitié. Laissant la terre corrompue de Corondor derrière eux, ils voyagèrent jusqu'à Terisiare, où les descendants de Carth, les Carthalions, jouèrent d'importants rôles dans l'histoire de Dominaria.







Dakkon, tueur d'ombres : En Corondor, sur Dominaria, le Planeswalker Geyadrone Dihada missionna Dakkon de lui forger une épée en échange d'un pouvoir incommensurable. Ce n'était pas n'importe quelle arme. Dihada voulait la plus puissante arme qui fut jamais forgée. Elle donna dix ans à Dakkon pour forger cette épée.

Dakkon usa de la plus vicieuse magie pour forger la Lamenoire, versant son propre sang dans l'acier, et refroidissant sa lame dans les corps de centaines de personnes, dont son propre fils. A la fin des dix ans, Dihada revint. Plongeant la Lamenoire dans l'ombre de Dakkon, elle lia son âme à l'épée et son Etincelle s'embrasa. Son arme la plus puissante avait été forgée, non la Lamenoire, mais Dakkon lui-même, son champion.

Se rebellant contre ce destin, Dakkon lutta contre Dihada pendant mille ans. L'histoire ne retient pas la fin de Dakkon, mais chacun sait que la Lamenoire passa à Gideon Jura, qui leva l'épée contre Nicol Bolas durant la Guerre des Planeswalkers.







Stratagème de Dihada : On y voit justement le vol de l'ombre de Dakkon, qui fait de lui un simple pion pour Dihada.

Gardien du drai : L'illustration est une référence à celle de l'Ermite fêlé, qui n'aime pas moins les roux.







Sphinx éthermentée : Les Ethermentés appartiennent sur Esper aux plus hauts rangs de l'aristocratie : ayant remplacé la majorité de leur corps par de l'étherium, ils se sont le plus approché de ce qu'on juge là-bas comme la perfection physique. Note à part : il est étonnant que les traducteurs français oscillent entre le savant « sphinge » et « sphinx » lorsqu'il s'agit d'un sphinx féminin.

Hélice de la fonderie : C'est une sorte assez spécifique d'Hélice d'éclairs, sort plutôt emblématique des couleurs de Boros.

Garth le Borgne : Le héros populaire Garth le Borgne naquit sous le nom Galin de la Maison Oor-Tael dans la ville d'Estark, sur Dominaria. D'après l'ordre de Kuthuman, Grand Maître de l'Arène, la Maison Oor-Tael fut détruite, et l'enfant Galin fut mutilé. Galin échappa de la ville et vécut en exil vingt ans durant.

Puis, devenu un puissant mage, Galin revint à Estark sous le pseudonyme de Garth. Il combattit dans l'Arène, gagnant le droit de combattre Kuthuman. Au moment où il acquit sa vengeance contre l'assassin des siens, son Etincelle s'embrasa, et le Multivers devint son domaine.







Général Ferrous Rokiric : Il y a plus de neuf mille ans, la ville de Ravnica était en plein désordre. Tandis que le Pacte des Guildes magique qui renforçait une division des responsabilités entre dix guildes avait existé depuis quatre siècles, des rébellions de plus en plus destructrices de Golgari et des Rakdos avaient déchiré la cité. La Ligue Wojek, dont le devoir est d'appliquer la loi, en était à son point de rupture.

Le commandant-général Ferrous Rokiric trouva une solution : dix puissants titans de pierre, chacun équivalents à cent soldats au combat, furent amenés dans la ville pour abattre les rébellions et maintenir la paix. Quand le soulèvement fut calmé, neuf des titans furent stationnés aux bords de la ville, tandis que le dixième, Zobor, gardait la Dixième Circonscription. Il servit comme mise en garde et rappel du pouvoir de la Légion Boros jusqu'à sa destruction durant la Célébration Décamillénaire.

Geyadrone Dihada : Elle est un Planeswalker démoniaque incroyablement ancien. Ses machinations s'étendaient sur des millénaires, et son amour du pouvoir et de la domination ne connaît nulle limite. Elle aime à amener les êtres les plus puissants sous sa coupe.

Parfois, comme avec les Ancêtres Dragons Chromium et Piru, elle trouve les champions qu'elle cherche et les attache avec des sorts puissants. Parfois elle trouve des créatures avec un grand potentiel et les module, les corrompt, pour aller à ses desseins. Ainsi, ce furent le maro-sorcier Sol'kanar et le Planeswalker Dakkon qu'elle avait corrompus en monstres qui purent le mieux la servir.







Dihada quitta Dominaria à la fin de la Guerre des Planeswalkers, quelques années avant l'Invasion Phyrexiane. Sur Dominaria, on croit qu'elle vit encore, car la légende dit que Sol'kanar reviendra à sa forme originelle par la mort de sa maîtresse, et il règne toujours comme roi-démon sur Corondor à ce jour.

Anarchomancien gobelin : Voici la version Gruul de l'Izzet Electromancien gobelin, puisque de même que la foudre unit le rouge et le bleu, ce qui réunit le rouge et le vert, c'est la force, la sauvagerie, le désordre chez ce clan.

Grist, la marée affamée : De cette être, nous ne connaissons qu'un texte intitulé Chant de Grist, et c'est bien suffisant.







Chant de Grist a dit :
La marée affamée balaie le pays, nous appelant hors du sommeil. Un grand bruit s'élèvera de la terre tandis que de nombreuses bouches appelleront leur repas. D'innombrables ailes assombriront les cieux et les dents de la famine dépouilleront la chair des os du monde. Que tout cela et bien plus se produise, afin que nos enfants puissent participer au festin sans fin.


Lonis, cryptozoologue : Depuis son tout jeune âge, Lonis crut toujours que d'étranges, de mystérieuses créatures vivaient dans Ravnica, hors du champ de vision de chacun : le champi-noxbur, l'hiboupédosaure, le crabe-lampe à huile. Des années de recherche et d'exploration n'ont rien donné, mais Lonis reste vaillant. D'autres pourraient se moquer de lui et considérer sa recherche comme une blague, mais Lonis sait que Ravnica contient des mystères qui doivent encore être découverts. Lonis croit que tant qu'il est patient et persiste, un jour il découvrira la vérité.







Modération : Le texte d'ambiance cite les enseignements de Bruna, lumière d'albâtre, une des archanges d'Innistrad mortes pendant l'assaut d'Emrakul, puisqu'elle fusionna avec sa sœur pour devenir Brisela, voix des cauchemars. Comme Avacyn, elle doit laisser un sombre souvenir aux humains du plan, contre qui les anges se sont retournés à l'exception de Sigarda, grâce du héron. Pour autant, il n'est pas impossible qu'ils aient gardé les anciens livres sacrés et continuent de suivre les enseignements de Bruna.

Piru, la volatile : Piru était l'un des Ancêtres Dragons, créatures déposées par l'Ur-Dragon quand Dominaria était jeune. Avec son frère Chromium Rhuell, elle fut la source de pleines nations draconiques, parmi lesquels nul autre que l'Archéen Crosis l'épurateur. Piru et Chromium étaient parmi les seuls Ancêtres Dragons qui survécurent à la guerre fratricide instiguée par Nicol Bolas.

Des millénaires plus tard, Piru et Chromium furent soumis à Geyadrone Dihada et envoyés au combat contre Dakkon Lamenoire. Dakkon bannit Chromium et occit Piru de son épée maudite. Le pouvoir de Piru était si grand que l'explosion d'énergie magique qui en résulta brisa la croûte de Dominaria. Les Gouffres contraires de Corondor peuvent être regardés comme le site de cette bataille, testament muet du pouvoir illimité déchaîné par les machinations des Planeswalkers.







La carte décrit donc bien sûr cette explosion, sachant qu'en plus nous connaissions Piru surtout par sa mort. Il est bien sûr intéressant qu'ici, l'inconvénient traditionnel du cycle premier des Ancêtres Dragons ne soit plus tout à fait qu'un inconvénient.

Prêtresse des rites cruels : L'exhumation prend à profit la place du flashback dans cette version créature des Sacres de déterrement.

Titan prophétique : Ce disciple de Kéranos, dieu des tempêtes fait un Eclair prophétique si son délire mystique est assez avancé ; sans cela, il n'en fait qu'un demi.

Sythis, main des récoltes : Sythis fut au départ créée par Karametra, déesse des Moissons pour surveiller les récoltes et le battage des grains, mais avec le temps, Karametra aima tant Sythis qu'elle devint conseillère et compagne de la déesse elle-même.

Karametra a bénie la nymphe avec plus de son propre pouvoir qu'elle ne l'a jamais fait pour aucun de ses agents et se réfère à elle comme sa « fille ». Comme l'agent de Karametra le plus puissant de Theros, Sythis voyage à présent à travers le pays, réalisant la volonté de la déesse sur le monde.







Angoisse terminale : C'est une version bien inférieure de Terminaison, carte qui n'est pas sans rapport, à ce que je crois : les illustrations ont quelque ressemblance dans le style de l'armure et de la destruction.

Yusri, flamme du destin : Yusri insiste toujours sur le fait qu'il n'est ni bon ni mauvais, bien qu'il y ait un certain nombre de personnes qui le voient de l'une ou l'autre manière. Capricieux et soupe au lait, on ne pourrait mieux le décrire que comme un agent du changement dont la nature chaotique le mène à causer du trouble plus souvent qu'à ne pas le faire. La manière la plus rapide pour acquérir sa faveur est de l'amuser ; la pire offense de l'ennuyer. Ceux qu'il voit comme ses amis peuvent souvent apprécier de rapides ascensions de fortune – tant qu'ils survivent pour les apprécier.

Battos : Il s'agit d'une petite Battecrâne phyrexiane, arme vivante qui ne donne que +1/+1 de force, mais accorde tout de même vigilance et lien de vie comme sa grande sœur.

Glob-golems : Ce sont les grands frères des Glob-gnomes : leurs textes d'ambiance se répondent, et les golems n'ont pas besoin d'être sacrifiés pour donner les trois points de vie.

Pierre de méninges : Si Pierre de l'esprit et Remue-méninges avaient un enfant, cela donnerait cette carte et ce caillou à nez multiples.

Dermotaxi : Ne viendrait-il pas de Muraganda, le plan préhistorique où vit Le Ronéoplasme ? En tout cas, il montre bien une certaine débrouillardise, et j'admire celui qui fera un taxi de Nicol Bolas ou deux personnes qui rentreraient dans un taxi en Cadet impatient... Mais là, c'est dégueulasse.







Lion de diamant : Il s'agit évidemment du propriétaire du Diamant de l'oeil du lion, comme en témoigne sa capacité.

Kaldra parachevée : Sur le plan métallique de Mirrodin, Glissa Cherchesoleil collecta trois puissants artefacts qui, combinés, invoquent le Champion de Kaldra, un avatar gigantesque composé de plasma bleu. L'Epée, le Bouclier et le Heaume de Kaldra furent détruits, en même temps que le champion lui-même, quand le Soleil Vert, gigantesque boule de mana, éclata dans le cœur de Mirrodin.

Des années plus tard, Mirrodin succomba à un agent infectieux et devint la Nouvelle Phyrexua. Presque tous les habitants furent complétés, c'est-à-dire transformés en des monstres hybrides de chair et d'acier, dont Glissa elle-même.

Glissa put restaurer les artefacts de Kaldra et fit pousser un germe de créature dans les cuves de chair sous la surface. Le nouveau champion de Phyrexia grandira soit assez pour rivaliser avec le pouvoir du Champion de Kaldra originel, soit il sera vaincu et quelqu'un de plus fort obtiendra les artefacts. Glissa est satisfaite, car quoiqu'il arrive Phyrexia vaincra et s'améliorera.

Monoskèle : Les Triskèle[carte]s, créés par [carte]Tavnos, apprenti d'Urza pendant la guerre que ce dernier menait contre son frère, réapparurent cependant sur Mirrodin plus tard. Ici, nous avons donc la version unijambiste de cette créature, qui toujours cependant transperce un adversaire au premier plan.







Urtikyste : Son apparence de virus composé de masses ne saurait rendre indifférent qui n'est pas habitué aux originalités phyrexianes.







Ornithoptère de paradis : A défaut d'Oiseaux de paradis, Kaladesh a bien des machines à créer.

Scion de Draco : Cette créature semble appuyer la théorie selon laquelle Draco, le dragon-machine de la Guerre des Frères et carte au plus haut coût converti de mana, n'est pas réellement un dragon-machine, mais un dragon dont toutes les parties du corps ont été remplacées par du métal. En effet, comment se reproduiraient ces machines ? Et surtout, l'apparence du Scion ne semble pas purement mécanique.

Au-delà du Domaine qu'il hérite de son père, le Scion de Draco n'est pas sans rappeler par sa dernière capacité le Tek, autre dragon-machine qui, quant à lui, s'améliorait lui-même selon votre domaine.

Compagnon du séjourneur : Cette étrange créature de chrome serait vraisemblablement une référence à Venser le Séjourneur, qui mourut en léguant son Etincelle à Karn libéré pour que ce dernier fuie le plan de sa création, devenu Nouvelle Phyrexia.

Talisman solaire : Il est à l'Anneau solaire ce que la Floraison de lotus est au Black Lotus et le Mox de tantalite au cycle des moxen.

Epée d'âtre et de foyer : Poursuite du deuxième cycle d'épées aux deux couleurs, le placement de cette carte sur Kaldheim est des plus appréciables, car le foyer est bien le point central du monde nordique.







Gardien de la crypte de Tormod : Autre référence, ici plus qu'évidente, à la Crypte de Tormod dont il vole la capacité. Je parle plus avant de Tormod, le profanateur ici si vous êtes intéressés.

Zabaz, la guêpe rutilante : Cet être a acquis son nom onomatopéique en traversant les cieux du Vide rayonnant. La guêpe se nourrit des énergies de Mirrodin, devenant plus rusée et intelligente à mesure qu'elle grandit, sans parler de sa violence : elle n'hésite jamais à mordre ou piquer, et elle est connue pour poursuivre des kilomètres durant en dehors de son territoire habituel quiconque l'ennuie, seulement pour avoir une chance de l'attaquer. La seule créature aussi ronchonne et agressive que Zabaz est Chikick, une sorte de fourmi hostile qui vit parmi l'herbe de lames des Champs de rasoirs.

Pont de sombremousse : Tous les ponts de ce cycle se situent sur Mirrodin, et font se rejoindre selon les couleurs les terrains d'un autre cycle, à savoir l'Ancienne tanière, le Siège du Synode, le Caveau des chuchotements, le Grand Fourneau et l'Arbre des récits.

Epopée d'Urza : Premier terrain-enchantement du jeu, et plus originale encore par sa nature de saga, l'Epopée reprend le titre d'une lointaine édition. La dernière capacité montre l'aboutissement de cette Epopée, dont le but était de trouver un moyen pour l'artificier de vaincre Phyrexia, laquelle menaçait Dominaria.







Yavimaya, berceau de croissance : Cette carte n'est que la version verte d'Urborg, tombeau de Yaugzébul, bien que son nom rappelle aussi le Berceau de Gaïa.

Conclusion



J'en ai donc fini de parler de cette édition. En ai-je vraiment fini ? Pas si vous-mêmes vous avez quelque chose à dire, à demander, à apporter – alors n'hésitez pas, et parlez si vous le souhaitez !

Alors, c'était comment ?

Complétement fou !

  6

Abscon, abjecte, inadmissible !

  0

Toi aussi, loue son œuvre !


Si vous n'êtes pas un de ceux qui se vident bêtement le cerveau sur la toile en brâmant comme un zombie, vous pouvez vous identifier pour participer. Sinon vous avez encore le choix de faire quelque chose de votre vie, en rejoignant la secte.