Vieux conte : Le Labyrinthe de la déesse de la Mer - Partie 1 - Magic the Gathering


Vieux conte : Le Labyrinthe de la déesse de la Mer - Partie 1

Articles

Drark Onogard, le , 245 consultations

Voici l’épopée de Solon, qui est envoyé par sa cité d’Oxus pour la plus haute des missions : récupérer le bident de Thassa.

  Chroniques guerrières / Theros

Voici l'épopée de Solon, qui est envoyé par sa cité d'Oxus pour la plus haute des missions : récupérer le bident de Thassa. Vous trouverez l'article original ici.

Le Labyrinthe de la déesse de la Mer : Partie 1



Journal de Solon : Érudit, athlète et champion d'Oxus

J'ai voyagé sept jours vers le sud depuis chez moi, une petite cité à la périphérie de Mélétis, suivant d'abord le littoral de la Mer des sirènes, mais j'ai progressivement viré à l'intérieur des terres au cours des deux derniers jours. Hier, j'ai quitté les derniers vestiges de la civilisation, lorsque la route s'est terminée au petit village de Phaela. J'ai échangé quatre morceaux de cuivre pour un sac de viande séchée et deux miches de pain noir dense. De là, j'ai parcouru un sentier vers le sud-ouest, dans les collines. Au coucher du soleil, j'ai gravi une colline herbeuse et suis tombé sur le grand labyrinthe.







Le labyrinthe se dresse devant moi, remplissant complètement le vallon au sud et s'étendant à travers les plaines aussi loin que mes yeux peuvent le distinguer. Une ancienne route mène à l'entrée du labyrinthe, parfaitement rectiligne, s'étendant à l'ouest. L'entrée elle-même est une arche en pierre de belle facture, bien entretenue, mais par qui, je ne saurais le dire. La chaussée est cassée par endroits, avec des herbes qui poussent entre les pierres. Une haute haie s'étend à la fois au nord et au sud de l'entrée en pierre. À l'approche de la base de la colline, elle se tourne vers l'est et suit la ligne des collines jusqu'à l'horizon.

C'est mon devoir, en tant que champion choisi d'Oxus, de m'aventurer à l'intérieur, de trouver le merveilleux trésor caché à l'intérieur et de revenir victorieux. Les sages disent que le bident de Thassa, Dekella se trouve au centre du labyrinthe. J'ai l'intention de le découvrir.

J'ai suivi une formation de sept ans pour ce voyage - en tant que chercheur et athlète. Je suis préparé pour la tâche à venir, armé de connaissances, de formation et, surtout, de foi dans les dieux. Mon sac contient une carte en parchemin du labyrinthe - au moins autant que quiconque de ma polis ait jamais osé s'aventurer et en ressortir vivant.

J'ai fait mon camp sous un arbre à mi-chemin à flanc de colline, à l'abri du vent. Le matin, j'entrerai dans le labyrinthe et commencerai l'épreuve ultime de l'œuvre de ma vie.

Voici un inventaire de mes effets personnels :

Sac en cuir
Silex
Petit couteau
Couverture en laine de bœuf
Bougie en cire d'abeille
Parchemin avec carte du labyrinthe connu
Livre de parchemins relié en cuir pour mon journal
Pochette en peau de phoque huilée pour garder mes parchemins au sec
Plume
Deux flacons en verre d'encre bleue
Un flacon en verre de colorant argenté pour le marquage mon chemin
Une perle, à offrir à Thassa en une heure de besoin
Petit marteau
Deux gourdes d'eau
Long couteau dans un fourreau de cuir
Arc recourbé en if
Une vingtaine de flèches dans un carquois d'herbe tissée
Longue perche de marche
Sac de viande séchée
Sac de fruits secs
Meule de fromage
Deux miches de pain noir dense


Je porte une jupe en tissu épais, une tunique et des sandales en cuir.

Sur ma jupe et ma tunique, je porte une armure légère en cuir avec des boucles en bronze.

Avec ces provisions, je peux survivre, me battre, enregistrer mon voyage et - si les dieux le souhaitent - retourner dans ma polis avec un trésor inestimable et un conte pour les générations à venir.

Jour un

Je suis entré dans le labyrinthe aujourd'hui, peu après l'aube. Le soleil était levé, rendant mes voyages pas désagréables. J'ai suivi ma carte toute la journée. Jusqu'à présent, elle s'est avérée exacte.

Le labyrinthe est composé de haies épaisses, pouvant atteindre deux grands hommes de hauteur. Le chemin entre elles est assez large pour marcher trois de front. Le sol est principalement composé d'herbe verte. Comme je n'ai rencontré personne toute la journée, je ne peux que supposer qu'elle est entretenue par les dieux eux-mêmes, ou une sorte de magie.

J'ai croisé des signes d'explorateurs qui m'ont précédé - un tas de pierres pour marquer le chemin, les cendres d'un vieux feu, une teinture argentée au coin d'une haie, ou des longueurs de ficelle indiquant un chemin.

Le soleil se couche. Déjà tout le labyrinthe est projeté dans l'ombre et bientôt il fera trop sombre pour continuer à écrire. Je vais manger mon souper et faire mon lit. Il n'y a aucun abri dans le labyrinthe, ni aucun endroit où se cacher. Je vais me recroqueviller aussi loin que possible sous la haie et prier pour que je reste seul toute la nuit.

Jour deux

La nuit dernière s'est déroulée de façon agitée, comme je ne dormais pas du tout. Je bénis Thassa pour m'avoir donné l'aube. Rester exposé au sol une journée entière dans le labyrinthe a résumé le sommeil à la seule peur. Le moindre battement d'aile de hibou au-dessus de la tête ou le bruissement d'une haie dans la brise provoquait une panique et une veille intenses. J'ai tenu mon long couteau dans ma main toute la nuit et j'ai essayé de respirer silencieusement.

Maintenant, je dois continuer. Il fait encore sombre à l'intérieur des parois du canyon du labyrinthe, mais le sommeil est inutile.


J'ai suivi ma carte toute la journée. Cela m'a conduit devant un ruisseau d'eau douce qui traversait le chemin. J'ai bu avec avidité et rempli mes gourdes d'eau. J'ai surpris un lièvre en tournant à un coin et j'ai pensé l'avoir pour mon dîner, mais il s'est serré sous la haie et a disparu avant que je puisse tirer mon arc. Donc ce soir, encore une fois, je mange du pain, du fromage et un peu de viande et de fruits secs. Je serai plus alerte à l'avenir. Compléter mes rations pourrait faire la différence entre la vie et la mort. Une fois que j'aurai atteint la fin de ma carte, le déroulement sera beaucoup plus lent.







Une fois de plus, je suis confronté à la terreur d'essayer de dormir, exposé au sol. Cette nuit, j'ai trouvé une impasse hors d'un chemin latéral où je camperai. Je ne sais pas si c'est une bonne stratégie. Je serai peut-être moins susceptible d'être trouvé par quelque chose de néfaste, mais si je le suis, je n'aurai nulle part où aller.

Jour trois

Le labyrinthe devient plus sauvage, moins soigné. À mesure que la journée avançait, l'herbe poussait plus haut et la haie devenait plus sauvage. Certains chemins étaient presque bloqués par des branches emmêlées qui poussaient vers l'extérieur, tandis que je pataugeais à travers des herbes qui montaient jusqu'à ma taille par endroits. Plusieurs fois, j'ai remarqué des plaques d'herbe aplaties où un animal, ou une personne, avait fait un nid pour la nuit, bien que je n'aie vu aucun signe de ce que pouvaient être les créatures.

Ma découverte la plus intéressante de la journée a été le corps de Praxitelius, un ancien champion d'Oxus. Lorsqu'il n'est pas retourné à la polis il y a deux ans, nous l'avons présumé mort, et maintenant je peux le vérifier. J'ai trouvé ses restes appuyés contre la haie. L'herbe était si haute que je serais presque passé devant lui sans le remarquer.

Je n'ai pas pu déterminer la cause de la mort grâce à ses os ses os, bien qu'il soit encore entièrement renforcé d'une armure de cuir pourrissant. Il n'avait plus rien d'utile sur sa personne, sauf un poignard intrigant. Quand je l'ai sorti de son fourreau en décomposition, il brillait encore comme neuf. La lame est gravée de faibles motifs et je suis certain qu'elle est bénie par un dieu.

J'ai presque atteint la fin de ma carte. Demain, je marche en territoire inconnu, où ma vraie épreuve va commencer. Ce soir, j'espère avoir un sommeil réparateur, caché dans l'herbe profonde.

Jour quatre

Catastrophe. Je me suis aventuré au-delà de ma carte en fin de matinée alors j'ai commencé à marquer mes virages avec de la teinture argentée sur les coins des haies, tournant toujours dans la même direction, comme j'ai été formé.

J'ai tenté de grimper la haie pour avoir un point de vue générale. Malheureusement, les branches des haies ne sont pas assez solides pour me retenir, bien qu'elles soient trop denses et emmêlées pour qu'on y pénètre. Alors que je m'arrêtais pour me reposer et déjeuner, j'entendis un bruit de battement dans la haie, puis un grognement profond, comme celui d'un prédateur. J'ai rapidement rassemblé mes affaires et je me suis éloigné aussi silencieusement que possible. Mais la créature m'a traqué pendant les prochaines heures. Je pouvais toujours entendre son reniflement et son grognement, parfois de l'autre côté de la haie et parfois quelque part derrière moi. Finalement, il m'a rattrapé et je l'ai dû commencer une poursuite sérieuse.

Bien que je n'aie jamais vu la bête, je savais qu'il était peu probable que je la dépasse dans une course à pied. Plusieurs fois, je lui ai tiré une flèche, aveuglément, dans le coin du labyrinthe. Dans la panique, j'ai couru tour après tour, tout en écoutant la bête de près. Des branches sauvages de la haie fouettaient mon visage et mon corps. Soudain, je me suis retrouvé confronté à une impasse. Alors que je m'apprêtais à me retourner et à me battre, craignant que mon voyage n'ait été interrompu, j'ai remarqué qu'une partie de la haie s'était effondrée et j'ai aperçu la lumière du jour de l'autre côté.

Je fouillai à travers la haie effondrée, me faufilant de l'autre côté, des branches et des épines déchirant mes vêtements et ma peau. Mon sac à dos s'est accroché à une branche et m'a presque empêché de sortir de l'autre côté, mais de toutes mes forces, j'ai traversé et j'ai couru. Après bien d'autres tours du labyrinthe, je me suis arrêté pour écouter la bête. Tout ce que j'ai pu entendre pendant un certain temps était ma propre respiration lourde, mais finalement... rien.

J'avais perdu la créature, quelle qu'elle soit. Peut-être était-elle trop grande pour passer à travers la haie effondrée.







Après m'être calmé, j'ai fait le point sur mes effets et c'est à ce moment que j'ai découvert que j'avais non seulement perdu la bête, j'avais aussi perdu mon carquois de flèches et de sacs de fruits secs et de viande.

J'ai peur d'y retourner pour essayer de les retrouver. Non seulement je suis complètement perdu, mais la bête est toujours là. Tout retour en arrière ne fera que m'en rapprocher. Je suis fatigué et endolori et éraflé, mais pas blessé, même si rien de tout cela n'aura d'importance si je meurs de faim, perdu dans le labyrinthe.

Je continuerais à me lamenter, mais je dois garder de l'encre et du parchemin pour plus tard.

Sixième jour

Errant pendant deux jours. Le soleil est fort et je suis presque à cours d'eau. Suis à une demi-meule de fromage, une miche de pain. Essayer de rester sur le côté ombragé du labyrinthe. Peau exposée est brûlée. Trempé de sueur. Torréfaction sous armure.

Cette section de labyrinthe est une haie mixte de buissons hauts, épais et feuillus et de ronces épineuses. Hauteur variable, mais toujours élevée.

J'ai marché pendant une demi-journée, tournant de cette façon et cela, sans rencontrer une seule sortie ou passage latéral. Me sens exposé et claustrophobe.

Pire encore, au bout de cet horrible chemin, sans issue mais à une demi-journée de marche en arrière, trône une porte, montée dans la pierre. La haie pousse jusqu'à la porte, sans aucun moyen de contourner. A l'intérieur de la porte, un escalier en pierre descend, dans l'obscurité.

Aussi horrible que soit l'idée de prendre cet escalier, l'idée de revenir sur mon chemin, dans la chaleur ardente, risquant la mort par insolation, me semble en fait plus horrible en ce moment.

Après un sommeil bien mérité, je vais allumer ma bougie et braver l'obscurité. J'espère que les citoyens de ma polis prient pour moi et que Thassa me fera miséricorde, sinon tout est perdu.

Jour sept ou huit

Lumière du soleil ! Louez les dieux. Je suis encore en vie. Doux air frais, douce odeur de vie verte.

Ma main tremble à l'idée de raconter les horreurs de ce labyrinthe souterrain. L'odeur de la mort elle-même. Les murs de maçonnerie ruisselaient d'eau gluante. Les toiles d'araignée, pire encore, me couvraient les mains et le visage, coulaient le long de mon dos, pénétraient mon nez et ma bouche. Des cadavres squelettiques d'hommes, de bêtes et d'étranges créatures jonchaient l'horrible tombeau. Des rats, des mille-pattes, des vers et toutes sortes de choses rampantes recouvraient les sols, tremblant et suintant sur mes pieds. Comme j'aurais aimé avoir des bottes hautes au lieu de ces sandales là-bas dans le noir. La seule lumière, la flamme fragile et minuscule de ma bougie, amassée comme le bijou le plus précieux. Chaque minute de lumière comme une horloge comptant jusqu'à mon destin alors que la bougie brûlait de plus en plus. Et quand je l'ai éteinte pour me reposer, c'était pire, alors que toutes les créatures horribles des ténèbres se frottaient contre moi, et rampaient partout sur moi dans la noirceur infinie. Je ne pouvais rien faire à part passer mon long couteau devant mon corps dans l'espoir de les tenir à distance.







Parfois, je priais pour que les dieux me prennent. J'ai même envisagé de faire l'acte moi-même. Pourtant, j'ai continué et suis finalement arrivé à un autre escalier en pierre menant, finalement, à l'extérieur. J'avais peur de m'être retourné dans le noir et de sortir de la même manière que je suis entré, mais une fois dehors, je savais que ce n'était pas vrai. Je ne sais pas combien de jours j'étais sous terre, mais à en juger par la quantité que j'ai mangée et bu, c'était un ou deux.

Ici, le labyrinthe est à nouveau différent. Les vignes s'enroulent et se tordent autour de branches et de troncs de haie plus importants. Les arbres poussent à travers les murs par endroits. Le chemin devant moi est complètement surplombé de saules, ombrageant le soleil. Le sol est mou et plus boueux que herbeux.

Espérons que ce soit un signe d'eau, alors que je deviens étourdi par la soif. Pas d'eau, pas de flèches, peu de nourriture, privé de sommeil et fatigué, je suis toujours condamné. Mais au moins je mourrai au-dessus du sol, et non dans cet enfer sombre sous mes pieds.

Jour neuf

Les dieux ont envoyé une tempête. Je n'ai jamais vu une telle tempête. La grêle me pince si fort que j'ai peur de me casser un os. J'ai pris ce qui passe pour s'abriter dans ce labyrinthe sans fin et me suis couvert la tête avec ma couverture de laine pour adoucir les coups de glace projetés du ciel, ainsi que pour fournir un tour sec dans lequel écrire. Des éclairs partout, suivis de fissures de tonnerre si puissantes qu'elles secouent l'eau des arbres. L'eau coule sur les chemins du labyrinthe dans les rivières. Mon armure a absorbé tellement d'humidité que je peux à peine la porter. Je frissonne. Mon estomac est tellement vide qu'il se ronge lui-même. Enfin, au moins, je peux étancher ma soif.

Mais je n'ai pas peur. Je suis ravi. Avec chaque coup de foudre, je peux réellement voir les dieux eux-mêmes dans le ciel noir, se débattant parmi les nuages. Ils se battent pour moi ! Ils savent que je suis sur la bonne voie. Erébos et Nyléa cherchent à mettre fin à mon voyage ici, tandis que Thassa elle-même me défend.

Lorsque cette tempête se terminera, je continuerai vers l'avant, sur le chemin que je connais maintenant qui me rapproche du centre du labyrinthe.

Edité 1 fois, dernière édition par Arwen le 14/06/2021

Alors, c'était comment ?

Complétement fou !

  2

Abscon, abjecte, inadmissible !

  0

Toi aussi, loue son œuvre !


Vous devez vous identifier pour participer.

Partage l'ami !

     

Tu aimeras aussi...

Triomphe

 Articles

Rédemption

 Articles

Sondage

Téléphoné ce crossover avec Dungeons & Dragons ! Vous auriez développé :

Résultats
(déjà 47 votes)