La Crypte d'Agadeem - Magic the Gathering


La Crypte d'Agadeem

Articles



Drark Onogard, le , 208 consultations

Une île sombre et perdue. Deux ruines distinctes. Quel passé nous cache Agadeem ?

  La storyline de Magic / Zendikar

Une île sombre et perdue. Deux ruines distinctes. Quel passé nous cache Agadeem ?

La Crypte d'Agadeem



Aujourd'hui, nous allons nous frayer un chemin à travers les ténèbres et faire la lumière sur les secrets de une île mystérieuse qui contient un ancien site funéraire connu sous le nom de crypte d'Agadeem.





L'île d'Agadeem dispose d'une large panoplie de groupes denses d'hédrons en déréliction qu'on nomme les Champs d'hédrons d'Agadeem. Dans ces champs et malgré l'apparente dormance des hédrons, la magie, la gravité et les lois de la nature sont mises sens dessus dessous, ce qui a des conséquences aussi tragiques qu'erratiques.

La cause de la réunion de tant de hédrons et de leur dérivation de leur parcours naturel suivant le tracé des lignes ley est la question que se posent des nombreux esprits curieux de l'Observatoire de recherche de Kabira. Mages, historiens et sorciers travaillent à comprendre les champs d'hédrons et usent de leur pouvoir pour alimenter leurs sorts.





Mais au-delà des champs et à l'intérieur d'une région montagneuse isolée, il existe un lieu bien plus léthifère et bien moins compris ; un lieu où les mages craignent de mettre le pied ; où même les aventuriers vétérans – et qu'ils sont rares, ceux qui survivent jusqu'à ce nom ! – ont connu une fin horrible : la crypte d'Agadeem. Et c'est ce lieu, son histoire et ses secrets que nous tenterons de comprendre.

Au vu du peu de références qui y sont faites dans les cartes et dans les histoires, un penchant à l'inférence est assumé ici.

Le continent d'Ondou sur le plan de Zendikar est entouré par la mer de Silundi. A proximité du continent se trouve un groupe de petites îles nommées simplement les îles de Silundi, dont seules trois sont nommées :
  • L'île montagneuse de Beyeen a le plus grand volcan actif de Zendikar, Valakut, la cime en fusion. C'est un paysage de soufre impitoyable.

  • L'île de Jwar est une petite île balayée par la mer cachant des ruines anciennes et mystérieuses gardées par des statues de pierre magiques. C'est un endroit ancrée dans le mythe et dont on croit qu'il a une importance religieuse dans le passage vers l'au-delà.

  • La plus grande masse dans la mer de Silundi est l'île d'Agadeem sur laquelle nous allons nous concentrer.






Agadeem est donc connu principalement pour deux raisons.

La première est qu'il s'agit du foyer d'un gigantesque champ d'hédrons, ces pierres imprégnées de magie qui suivent les lignes ley lorsqu'elles sont actives. Le champ est le cimetière des hédrons abandonnés ou endommagés, ayant ainsi perdu leur but comme leur énergie mais ont malgré tout traversé le plan afin de se rassembler ici, à moins qu'elles ne soient là depuis des siècles.

Bien que les pierres du champ d'hédrons se soient endormies depuis longtemps, leur grand nombre et leur densité ont créé un étrange espace d'énergie mystérieuse qui altère les lois de la nature et de la magie.

La seconde raison est qu'Agadeem contient aussi un site funéraire qui se tient en harmonie avec la cyclopéenne caverne où elle se trouve. Scellée d'anciennes ruines extérieures et gardée par des centaines de pièges mortels, des chauves-souris suceuses de sang comme le chasse-langueur, et des vigiles aux âmes liées, la crypte d'Agadeem s'est tenue sous son linceul de mythe et de désinformation durant des siècles.





Ces deux lieux, réunis seulement par la géographie, pourraient en vérité avoir une histoire et un destin entremêlés. Pour comprendre pleinement leur relation, nous devons découvrir leur passé, et nous commencerons par les événements de l'édition originale Zendikar.

Les hédrons, structures de pierre flottant qui parsèment le paysage de tout le plan, ont longtemps attisé la curiosité des Zendikari. Les érudits ont débattu quant à leur créateur et les mages ont tenté de comprendre leur pouvoir. Ils pourraient un jour puiser dans l'énergie des hédrons. Nombreux sont ceux qui les croyaient des productions des Eldrazi, une ancienne race technologiquement avancée qui avait chassé la précédente civilisation. Peu savaient que les Eldrazi étaient en vérité de viles créatures consumant l'énergie des plans, et que les hédrons avaient été créés par un trio de Planeswalkers il y a de ça des millénaires afin de les emprisonner.

Indépendamment de leur origine, les habitants de Zendikar cherchaient à les comprendre. Une communauté d'érudits, d'académiciens et de mages commencèrent à s'installer à proximité du champ d'hédrons pour l'étudier. L'établissement fut connu sous le nom de Kabira, et un grand conservatoire fut érigé à la croisée de Kabira. Son objectif était de subventionner les aventuriers et les chercheurs.





Des groupes d'aventuriers se formèrent, se frayant un chemin à travers l'étrange cimetière de pierres pour enquêter sur le champ. Ils découvrirent que, bien que ces hédrons aient dérivé loin de leur course naturelle et perdu la plus grande part de leur puissance, ils se fondaient dans des formations plus ou moins vastes.

Plus étrange encore, la présence de tant d'hédrons créait une aura bizarre pouvant erratiquement magnifier la magie, ou la nullifier. Les érudits de Kabira voulaient en savoir plus sur le champ, croyant que le potentiel des hédrons de créer une magie puissamment dévastatrice pouvait être maîtrisé.





Mais dans les semaines et les mois qui suivirent, des histoires commencèrent à s'écouler jusqu'à l'établissement, selon lesquelles mirage effrayant pouvait être vu planant au-dessus les champs d'hédrons. Trois visages immenses et monstrueux, comme venus d'un autre monde, se tenaient au-dessus par nuit claire. Ces illusions terrifiantes étaient connues sous le nom des Trois Masques. Mais comment ils en étaient venu à peupler le ciel et quel était leur but, on ne le sut pas. La seule certitude était qu'ils se manifestaient au-dessus d'une chaîne de montagnes juste au-delà des champs d'hédrons, autre cible des pillards, des cultistes et des aventuriers.

Au milieu des cordillères et des pics rocheux de la chaîne d'Agadeem, on trouve une gueule gigantesque qui s'ouvre en une gigantesque grotte naturelle aux galeries étourdissantes, prêtes à s'effondrer.

Pour des milliers d'années, cette caverne est restée le lieu d'enterrement d'une civilisation que le temps a effacée des mémoires, nommée la crypte d'Agadeem (comment ça, vous avez compris depuis le temps ?).





Bien qu'on dise que des trésors et secrets innommables gisent à l'intérieur des nombreuses cavernes et galeries qui la composent, la crypte elle-même a été largement inexplorée pour plusieurs raisons. Tout d'abord, les lourdes portes qui marquent l'entrée sont bloquées par une serrure magique dont on dit qu'elle ne se libère qu'à l'heure fatale lorsqu'une sorcière prononce une incantation dans une langue fantomale oubliée.

Au-delà des portes la caverne est lourdement piégée. Y rôdent d'énormes chauves-souris et s'y traînent les esprits des morts. Malgré les terribles défenses de la crypte, un groupe d'aventuriers brillants mené par Anowon, le sage des ruines a répandu quelque lumière sur le site funéraire mystérieux.





Une inscription, traduite par le vampire, dit : « Les Trois [convoqueront / reviendront?], Et l'Œil [illisible] produira son feu [absolu / pur?] , Et [illisible] s'élèvera, et cette fois aucune âme ne [montera / périra / s'échappera ?] » C'est à coup sûr une prophétie annonçant l'éveil des Eldrazi Ulamog, l'Epicycle infini, Kozilek, Boucher de la Vérité et Emrakul, Déchirure des Eons qui avaient été emprisonnées sur Akoum il y a six millénaires par les trois Planeswalkers. L'Œil d'Ugin fonctionnait comme serrure de leur prison qui ne pouvait être ouverte que par la réunion de trois Etincelles de Planeswalkers et l'ectofeu d'Ugin, les deux étant mentionnés dans l'inscription.

Cela arriva dans la suite du premier bloc Zendikar lorsque Jace Beleren, Chandra Nalaar et [/carte]Sarkhan le fou[/carte] fermèrent accidentellement l'Œil d'Ugin, éveillant les Eldrazi. Cela lie très clairement la crypte d'Agadeem à l'histoire des Eldrazi.

Une seconde inscription vue dans le texte d'ambiance du garde de la progéniture renforce ce fait : « Même le plus faible des dieux écrasera le plus fort des mortels, mais la mort régnera sur tous. »

Indéniablement, ceux qui ont créé la crypte ou à tout le moins étaient familiers des Eldrazi et de leur potentiel destructeur, et ceux qui y sont enterrés sont sans doute tombés aux mains de ces horreurs interplanaires.





La crypte peut donc en cela être quelque peu liée avec le champ d'hédrons dont les Trois Masques semblent des réminiscences des Titans Eldrazi à l'emprisonnement desquels ils ont contribué. Mais une complète liaison des deux va nous plonger dans le domaine de la théorie, et demander un petit pas six mille ans en arrière avec le premier emprisonnement des Eldrazi.

Pendant leurs voyages à travers le Multivers, Sorin Markov et son élève kor Nahiri, la lithomancienne furent témoins de l'annihilation d'un plan par les Eldrazi. Ils craignaient qu'ils ne fussent une menace pour un nombre incalculable d'autres plans et se rendirent face à Ugin, le dragon-esprit afin de l'implorer de se joindre à eux en vue de la soumission des Eldrazi.

Leur plan était d'attirer les Titans afin qu'ils prennent leur forme corporelle, ce qui leur permettrait de les plonger dans une stase inoffensive, et ils décrétèrent que le plan dont Nahiri était native, Zendikar, avec la richesse de son mana sauvage, serait le parfait appât. Pendant des décennies ils se préparèrent, forgeant et alignant un réseau complexe de ces pierres qui marqueraient à jamais le paysage du plan. Nahiri les forgeait ; Ugin les imprégnait de sa magie draconique.





Enfin, après des années de labeur les Planeswalkers furent prêts à faire surgir leur piège. Il est dit que Sorin attira les Eldrazi vers le plan en manipulant leur faim de manière à ce qu'elle ne pût être assouvie que par le mana de Zendikar ; qu'Ugin usa de sa flamme invisible pour combattre les Eldrazi et de sa magie incolore afin de les lier au plan ; que Nahiri activa l'alignement d'hédrons dont le pouvoir formerait les fondations de la prison des Eldrazi. Ils y parvinrent, et enfermèrent les Eldrazi dans leur réseau ordonné d'hédrons.

Mais cette version abrégée nie l'héroïsme, les sacrifices et l'unité dont les civilisations mortelles ont pu faire preuve. Ce ne fut pas une tâche simple, mais plutôt un conflit brutal et ardent qui impliqua toutes les races de Zendikar contre les Titans Eldrazi et leurs couvées, durant des mois entiers. Des batailles ont dû éclater à travers tout le plan avec les trois Planeswalkers menant les forces de Zendikar par milliers dans la féroce mêlée contre les parasites étrangers.

Une de ces batailles au coût humain majeur a pu se dérouler à l'endroit exact où se tiennent à présent le champ d'hédrons et la crypte d'Agadeem. Peut-être que la lutte contre les Eldrazi a culminé en un dernier sursaut de force, une dernière victoire qui mena à leur défaite et leur emprisonnement à Akoum.





Il n'est pas absurde de penser que les hédrons dont le but était de neutraliser les Eldrazi fussent apparus en grand nombre au-dessus du champ de bataille, et le nombre de ceux qui ont perdu leur pouvoir pourrait montrer à quel point la guerre était éreintante. Il serait tout aussi sensé de croire que les civilisations ayant combattu contre les Eldrazi et perdu tant de leurs hommes dans cette terrible guerre leur construiraient un magnifique monument, une crypte pour honorer les morts autant que prévenir les vivants contre la puissance dévastatrice des Eldrazi.

Un dernier élément appuyant cette théorie se trouve dans la marche sépulcrale, sur laquelle on peut voir des morts-vivants émerger d'une caverne qui semble très similaire à celle de la crypte d'Agadeem, répondant depuis la tombe à l'appel de la guerre contre les Eldrazi, qu'ils ont déjà menée.





Revenus à aujourd'hui, nous ne disposons d'aucune information certaine. Peut-être que l'île d'Agadeem était importante dans la première bataille contre les Eldrazi, un champ de bataille et un cimetière pour les guerriers et leurs constructions de pierre, un lieu imprégné de la mémoire et des esprits de ceux qui sont venus auparavant, empli d'énergie.

A moins que le champ et la crypte ne soient rien que deux ruines, deux mystères parmi un nombre incalculable d'autres ? Ne contiennent-ils que ce qu'ils offrent au premier abord ? En d'autres termes, est-ce que Wizards sont des flemmards qui n'ont fait que placer deux ruines sans rapport à côté, et moi un fou qui essaie de lier l'impensable ?

Ayons de l'espoir.

Edité 1 fois, dernière édition par Arwen le 19/10/2020

Alors, c'était comment ?

Complétement fou !

  1

Abscon, abjecte, inadmissible !

  0

Toi aussi, loue son œuvre !


Vous devez vous identifier pour participer.

Partage l'ami !

     

Tu aimeras aussi...

Sondage

Quelle légende aurait dû avoir sa carte dans l'édition Commander Légendes ?

Résultats
(déjà 45 votes)