Avant la Guerre : Partie 16 - Magic the Gathering


Avant la Guerre : Partie 16

Articles



Drark Onogard, le , 419 consultations

Vraska, plus que jamais, est esclave de Bolas. Mais lui obéira-t-elle éternellement ?

  La storyline de Magic / La guerre des Planeswalkers

Nous ne jugerons pas ici la pertinence de conter ce qui mène à la Guerre des Planeswalkers après avoir conté ladite guerre. Non, nous, nous préférons simplement traduire et lire l'histoire écrite par Django Wexler sans râler avec notre savoir-faire franco-français.

Il n'y a pas d'avertissement pour les enfants cette fois-ci ! Mais je le dis quand même, par déontologie, ou envie d'ajouter un second paragraphe à cette introduction, j'en conviens, assez superflue et que la majorité d'entre vous passera, donc passons.

Partie 16



Ral et Tomik marchaient côte à côte, ne se dirigeant nulle part en particulier. La pluie tombait, tambourinant sur les auvents des magasins le long de la rue, des rangées d'éclaboussures défilant dans les flaques qui se formaient entre les pavés. Les gouttes se courbaient au-dessus du couple, laissant un espace sec autour d'eux et un rideau de pluie extra-épais au-delà. Quand cela était si compact, cela les laissait dans leur propre monde minuscule, isolés de tout ce qui se trouve au-delà par un rideau d'eau bouillonnante. La brume s'élevait de ricochets et s'enroulait autour de leurs bottes.

« Je n'étais pas sûr que tu viendrais, » dit finalement Tomik.

Après que l'euphorie se soit dissipée, il s'était éloigné de Ral, se refermant sur lui-même d'une manière qui rendait la gorge épaisse. Ral voulait prendre sa main, mais ne le fit pas. Pas encore. Les lunettes de Tomik étaient perlées de gouttes de pluie.

« Je n'allais pas, » dit Ral. « Pas au début. »

« Qu'est-ce qui a changé ton avis ? »

« Je... » Ral jeta un coup d'œil à Tomik. « Tu veux la vérité ? »

Tomik, les bras croisés, fit un signe de tête saccadé.

Je veux dire que j'étais inquiet pour toi, » dit Ral. « Mais je sais que tu peux prendre soin de toi. La plupart du temps, en tout cas. »

Tomik sourit très légèrement et Ral se sentit se détendre un peu.

« Je te connais, » dit Ral. « Je sais à quel point tu te soucies de ton travail avec Teysa, de ce que cela signifie pour toi. Je me suis dit, si tu étais prêt à la contrarier, à tout risquer... cela devait être important. »

« Plus important que de travailler sur ta machine ? » dit Tomik.

« Nous avons presque terminé », déclara Ral. « Tout ce qui reste est en fait de construire l'engin, et je ne peux pas y faire grand-chose. Je viens juste de... participer. »

« Je te connais aussi, » dit Tomik.

« Ce n'est pas le cas, » dit Ral. « Pas vraiment. Il y a des parties de ma vie dont je ne parle pas. »

« Parce qu'elles ne sont pas arrivées à Ravnica ? » dit Tomik.

« Est-ce que quelqu'un t'a déjà dit que tu étais trop intelligent pour ton propre bien ? »

Tomik sourit. « Toi. A plusieurs reprises. »

« Oui, » dit Ral. « Parce que je ne vivais pas sur Ravnica. Et... » Il a pris une profonde inspiration. « Certaines des choses qui me sont arrivées ont rendu difficile de faire confiance aux gens. De les voir autrement que comme des outils. »

« Teysa est comme ça, » dit doucement Tomik. « Ce n'est pas une mauvaise personne, Ral. Mais elle a été élevée dans ce cauchemar et elle ne peut pas s'échapper. »

« Toi et moi... » Ral secoua la tête. « Nous ne devons pas être comme ça. Pas l'un pour l'autre. Je... » Il caressa sa barbe avec irritation. « Je veux quelque chose de différent. »

« Comme si tu te souciais vraiment de quelqu'un ? » dit Tomik.

« Comme ça, » admit Ral.

« Bien. » Tomik glissa sa main dans celle de Ral et se heurta à son épaule. « Je ne sais pas si tu y es encore. Mais tu apprends. »



Dans le rêve de Ral, il se penchait sur le bureau, ajoutant la touche finale.

Construire ce qu'il voulait n'avait pas été facile et il avait déjà des idées pour l'améliorer. Les cellules de stockage d'énergie étaient lourdes et maladroites et ne contenaient pas assez d'énergie dans leur réseau compliqué de métal et de céramique, comme il l'aurait souhaité. Au moins, il avait réussi à s'éloigner du stockage de liquides – transportant quelques litres d'acide sur mon dos, il existe maintenant une recette pour un désastre...

Dans un autre endroit, dans un autre plan, il pourrait y avoir de meilleurs matériaux à trouver. Il avait la vision d'un réseau cristallin et de bobines en rotation, mais trouver quelque chose ayant les propriétés appropriées s'était jusqu'ici avéré impossible.

Toutefois. Il baissa les yeux sur sa création et sourit en fermant le dernier compartiment d'un côté. Avec précaution, il la ramassa et glissa ses bras entre les sangles, laissant le poids de l'objet reposer sur son dos. Une paire de gants pendait à de longs cordons isolés et il les enfila, pliant les doigts et sentant le moindre craquement d'énergie.

Il devait être chargé, bien sûr. Mais même vide, l'accumulateur lui donnait un sentiment de puissance. L'énergie de la magie de Ral provenait des tempêtes qui sévissaient au-dessus de sa tête. Sa force avait donc toujours augmenté et diminué de manière aussi imprévisible que le temps. Plus maintenant. Maintenant, il porterait sa propre tempête, en cuir, en céramique et en acier.

« Ingénieux », dit une voix de la porte. « Tu as beaucoup appris depuis notre dernière conversation, mon ami. »

Ral leva les yeux, alarmé. La porte d'entrée était verrouillée, il en était certain, de même que la porte de son bureau. Néanmoins, elle était maintenant ouverte et un homme plus âgé regarda autour du seuil. Il était grand, cheveux gris, impeccablement bien vêtu d'un vêtement dont la coupe laissait penser qu'il était... d'autre part. Même si cela faisait maintenant dix ans qu'ils n'avaient pas parlé, Ral pouvait difficilement l'oublier.

« Bonjour, Bolas, » dit-il, forçant le calme dans sa voix.

« Zarek », dit poliment Nicol Bolas. « Puis-je entrer ? »

Ral acquiesça. « Les portes et les serrures ne semblent pas avoir beaucoup d'importance pour vous. »

« Ah, mais la politesse a un pouvoir plus grand que n'importe quel cadenas », déclara Bolas en entrant dans le bureau. Il jeta un regard approbateur autour des plans épinglés aux murs, le bureau encombré d'outils et de pièces. « Tu as été très occupé. »

Ral haussa les épaules. « Je fais de mon mieux. »

« Et ton mieux est assez extraordinaire », reconnut Bolas. « Tu étais coincé ici, sans un sou à ton nom, saignant dans une ruelle. Et dans dix ans, te voilà. Maître d'un petit empire bien rangé, une douzaine d'inventeurs s'inclinent et se disputent le privilège de t'aider. Tu n'as pas même eu à tuer beaucoup de gens pour le faire. » Bolas sourit, les dents blanches et très légèrement acérées. « Ce n'est pas forcément un inconvénient, bien sûr. »

« Le saviez-vous ? » dit Ral. « De retour à Tovrna. Saviez-vous ce que j'étais ? »

« Que tu étais un Planeswalker ? » demanda Bolas. Il haussa les épaules. « Disons que je... le soupçonnais. Les planeswalkers sont extrêmement rares et on ne peut pas leur apprendre à utiliser leur étincelle. Elle doit s'enflammer toute seule ou pas du tout, ce qui entraîne souvent une certaine quantité de traumatisme. »

« Alors vous m'avez préparé, » dit Ral.

« Je n'ai rien fait de la sorte. Je t'ai donné ce que tu voulais, n'est-ce pas ? » Le sourire de Bolas s'élargit. « Ce n'est pas ma faute si ça a mal tourné. Jeunes passions, tu sais. »

« Pourquoi ? » Dit Ral. « Vous êtes aussi un Planeswalker, sinon vous ne voudriez pas rester ici. Alors, pourquoi m'embêter à faire trembler ces pauvres bâtards pour des cuivres ? »

« Ce n'était jamais à leur sujet », a déclaré Bolas. « Ça a toujours été pour toi. Comme je l'ai dit, les Planeswalkers sont rares. Quand je pense que quelqu'un a du potentiel, je fais de mon mieux pour... l'encourager. Et pour les engager à ma faveur, faciliter notre collaboration ultérieure. »

« Je pense que mes dettes envers vous sont payées, » dit Ral en faisant le tour du bureau.

« Au contraire », affirma Bolas. « Penses-tu que tu aurais accompli ceci – n'importe quoi de ceci – sans mon aide ? »

« Votre aide a failli me tuer. »

« Je t'ai poussé à découvrir ce dont tu étais vraiment capable », déclara Bolas. « Et tu l'as fait. Est-ce que cela ne vaut pas quelque chose ? Ne t'a-je pas fait une faveur ? »

Ral regarda l'homme avec son sourire acéré. Très lentement, il acquiesça.

« Vous pourriez le dire comme ça, » dit-il.

« Alors nous sommes d'accord que tu m'en dois », déclara Bolas. « Et je suis venu chercher, Ral Zarek. Rejoins-moi et nous accomplirons des merveilles. »

« Laissez-moi vous dire ce que tu m'avez appris, » dit Ral. « La loyauté est pour les imbéciles. La confiance est pour les idiots. Et les alliés sont là pour être utilisés, jusqu'à ce qu'ils ne soient plus utiles. » Il haussa les épaules, soulageant le poids de la meute. « Alors, merci pour la leçon. Mais je ne rembourserai pas la dette que vous croyez que je vous dois. »

« Regrettable », souffla Bolas. Son sourire avait disparu. « Ta position ici... »

« Vous allez menacer de prendre tout ce que j'ai construit », a déclaré Ral. « Allez-y. J'en ai fini. J'ai ça » – il tapota son sac à dos, puis se toucha le côté de la tête – « et ce qu'il y a ici. C'est tout ce dont j'ai besoin, à la fin. »

« N'imagine pas que tu peux m'échapper, Zarek, » dit Bolas. « Partout où tu peux aller, je peux suivre. »

« Je n'ai pas besoin de m'échapper, » dit Ral. « Il suffit de garder une longueur d'avance. »





Il concentra son esprit. Transplaner était comme chuter, une fois que vous avez compris le truc. Parmi la myriade de mondes, il dirigea son esprit vers un monde familier.

Il est temps de rentrer à la maison. Pour Ravnica. Mais pas à Tovrna. Pas de temps à perdre dans des foutaises. La Dixième circonscription était le cœur du plan-cité, et c'était là qu'il devait être. Comment, précisément, il s'intégrerait, il ne le savait pas encore, mais il n'était plus inquiet. Avec ses talents et son pouvoir, il y aurait toujours une place pour lui.

Et si quelqu'un est déjà à cet endroit, eh bien, c'est dommage pour eux...



Vraska regarda son trône.

Cela avait semblé bien, dans l'instant. Juste, même. Les elfes dont les corps contorsionnés et pétrifiés constituaient la chaise macabre étaient ses ennemis, et ils avaient passé des décennies à démolir tous ceux qui n'étaient pas parmi les Golgaris. Gorgones et krauls avaient tous deux souffert sous la botte des Devkarins et chaque prisonnier hurlant traîné sur le trône et pétrifié sur place par une vague de puissance de Vraska était une infime mesure de vengeance. Quand ce serait fini, elle s'était promis, elle ferait mieux.

Et qu'ai-je accompli ? Une ancienne et belle ville kraul réduite en ruines. Des milliers de Golgari sont morts. Tout pour rien. Tout pour Bolas.

Xeddick. L'albino kraul n'aurait jamais dû être sur le champ de bataille, mais il avait insisté et elle avait eu le cœur trop tendre pour refuser. En conséquence, elle avait dû regarder, impuissante, Aurelia le découper, puis s'enfuir de peur qu'elle ne soit la prochaine à passer au fil de la lame de l'ange. Je l'aurai dans mon jardin un jour. Je le jure. Elle serra les poings, sachant combien cela sonnait pitoyable.

Xeddick avait raison depuis le début. Je n'aurais jamais dû le laisser déverrouiller mes souvenirs. Son passage sur Ixalan avait terni son objectif. L'avait rendue douce. J'aurais été mieux si je ne m'étais jamais souvenu d'avoir rencontré Jace ou... ou n'importe quoi. Bolas avait toujours ses griffes autour de sa gorge, alors qu'importait-il ? Du moins si j'avais tout oublié, j'aurais peut-être eu la chance d'être heureuse à son service.

Elle se tenait seule, respirant fort, ses vrilles ondulant avec agitation. Elle voulait frapper quelque chose, blesser quelqu'un. Sentir la chaleur derrière ses yeux et la douceur de la chair se durcir en pierre. Elle voulait...

Xeddick. Jace. Vraska s'appuya contre l'un des piliers, se détournant du trône odieux. Quelqu'un qui comprend.

Mais il n'y avait plus personne.





Un cliquetis de griffes sur la pierre annonça un visiteur. Vraska leva les yeux, ses lèvres étirées pour dévoiler ses dents acérées. Mazirek entra, les pattes antérieures ondoyant dans une brève obéissance.

« Tu voulais me voir, ma reine, » dit le kraul, en claquant et en bourdonnant.

« Quand j'avais envie de te voir à mes côtés, à la bataille », dit Vraska en s'éloignant du pilier. « Bizarrement, c'est à ce moment-là que je t'ai trouvé absent. »

« Je regrette d'avoir été forcé de te quitter », déclara le nécroprêtre. « J'ai été attaqué par une meute de srânes d'Orzhov, et il a fallu quelques instants pour les détruire. Il est malaisé de naviguer sur marées de bataille, même pour moi. »

« En effet. » Vraska sentit le pouvoir se construire dans ses yeux, sans opposition. Ce serait tellement plus facile de le monter dans mon jardin. Elle cligna des yeux et secoua la tête. Il est encore trop utile.

Mazirek, apparemment inconscient de la proximité de sa destruction, fit de nouveau demi-salut. « Y avait-il autre chose pour laquelle tu aies besoin de moi, ma reine ? »

« Non, » dit Vraska. « Hors de ma vue."

Le kraul vert foncé se retira. Vraska traversa la salle du trône vide, une main sur son sabre, et se jeta dans son trône tordu. Quand quelqu'un frappa à l'une des portes, elle faillit crier de frustration.

« Quoi ? »

« Un invité. » Une voix humaine, et pas une qu'elle reconnaissait. « En espérant un moment de votre temps. »





Seules quelques personnes oseraient la déranger dans son sanctuaire. Mazirek, Xeddick, Storrev. Et...

« Entrez, alors », dit Vraska. « Je ne peux pas vous arrêter. »

La marionnette que Bolas avait envoyée cette fois était une jeune femme dans les restes en lambeaux d'un uniforme de la légion de Boros. Elle était couverte de boue et de fange et une longue entaille sur la joue était déjà devenue purulente dans la chaleur toujours humide de la Citerraine, du pus rouge gonflé et qui dégoulinait. Deux Naguères l'escortaient, bougeant avec leur démarche raide et formelle dans leur ancienne parure. Crâneur. Les Naguères étaient le couteau que Bolas tenait sous sa gorge, un couteau qu'elle avait elle-même placé.

« Es-tu là pour me châtier ? » demanda Vraska, allongée sur le trône avec une désinvolture affectée. « Me réprimander comme un instituteur déçu ? »

« Quel serait le but ? » dit la marionnette de Bolas, s'avançant. Sous un commandement invisible, les escortes de zombies se retournèrent et sortirent. « Il est évident que tu as fait de ton mieux. Ton mieux n'était tout simplement pas assez bon. »

D'une certaine manière, cela piqua plus qu'elle ne s'y attendait. « Les Golgari ne peuvent pas rester seuls face à une alliance de la moitié des autres guildes. J'aurais pensé que quelqu'un de ton intelligence aurait pu comprendre cela. »

« Je ne suis que l'ombre de mon maître », dit la marionnette. « Je donne ses instructions. »

« Si tu veux que j'attaque la machine qu'ils construisent, tu peux dire à ton maître que cela ne peut être fait. » Ses espions observaient le travail et les défenses montées autour. « Les gens de Ral installent des champs de mines et des tourelles de flammes et qui sait quoi d'autre, et les courtiers Azorius ont encerclé le site avec tellement de protections qu'un troupeau de trolls ne pourrait pas les endommager. Quoi qu'ils soient en train de faire, c'est fait pour rester. Je n'envoie pas plus de mon peuple à la mort. »

« Une attaque sur le résonateur n'est pas nécessaire », dit la marionnette de Bolas en souriant légèrement. « J'ai assigné cette tâche à un agent plus... compétent. Pour toi, mon maître a réservé la tâche de perturber le plan de sauvegarde de Zarek. »

« Quel plan de sauvegarde ? » dit Vraska.

« Il y a une tour, sur la surface, qui contient une machine très intelligente. Si le système de Zarek échoue, et il échouera, et qu'il se rendra compte qu'il a perdu, ce sera son dernier lancer de dés. Tu seras là pour l'arrêter. Mon maître demande que toutes les éventualités possibles soient prises en compte, même les plus éloignées. Tu vas envoyer tes forces le bloquer. »

« Non. » Vraska se leva brusquement et traversa la salle du trône.

« Non ? » La marionnette arqua un sourcil, l'expression déplacée sur son visage sale et taché de sang. « Ai-je besoin de te rappeler les conséquences de la trahison, Vraska ? »

« Je n'enverrai pas mes forces. J'ai fini de dépenser des vies pour Golgari pour toi. » Vraska se tenait en face de la marionnette et découvrait ses dents. « Je vais y aller moi-même et tuer Zarek. J'espère que cela suffira ? »

« Cela suffira. » La marionnette se pencha plus près. Ça sentait la pourriture. « Mais l'échec n'est pas une option. Pas pour toi. Ral Zarek aura peut-être pitié de toi, mais Bolas n'en aura aucune. Quand il sera victorieux – et il sera victorieux – il s'occupera de toi comme ton service le mérite. »

« Je comprends, » dit Vraska. « As-tu fini de me menacer ? »

« Pour l'instant. » La marionnette sourit. « Et j'en ai fini avec cette coquille. Jetez-la, voulez-vous ? »

La femme Boros cligna des yeux, et ils se concentrèrent sur Vraska en s'agrandissant terriblement. Elle hurla jusqu'à ce que Vraska la saisît à la gorge, concentrât son pouvoir, et le laissât pulser à travers ses yeux. Quand elle laissa la statue de pierre du soldat terrifié glisser entre ses doigts, elle éclata en un millier de morceaux sur le sol.



Vraska conservait son arsenal dans une petite pièce attenante à sa chambre personnelle. Au fil des ans, elle avait accumulé pas mal d'armes et, une fois qu'elle avait pris le contrôle de Golgari, elle avait déplacé ses différentes pièces de rangement de leurs cachettes au palais.

C'était plus un référentiel de ses souvenirs qu'autre chose. Il y avait des armures d'apparat, chacune d'une époque différente de sa vie : les noires bien serrées d'un assassin sur le toit, des costumes plus élaborés de mailles de fer qu'elle avait portées pour impressionner, le costume dans lequel elle était revenue sur Ravnica après sa vie en Ixalan. Il y avait des sabres dans une longue étagère, allant de l'arme simple qu'elle portait dans ses premiers jours aux joyaux que l'on lui donnait en guise de cadeau lors de son ascension vers le rôle de reine.

Elle passa ses doigts sur les lames d'acier, perdue dans ses pensées. Finalement, elle s'arrêta devant une épée, dont le tranchant était en dents de scie comme une dent de requin, une pointe de poing brutale construite dans la garde. C'était une arme laide, vicieusement fonctionnelle, conçue pour infliger une douleur maximale à un adversaire. Parfaite.





« Reine. » Storrev se glissa dans la pièce, sa voix murmurante. « Tu m'as appelée. »

« J'ai réfléchi », déclara Vraska. « A propos de toi et de l'autre depuis le début. Tu dois obéir à Mazirek, n'est-ce pas ? »

Storrev inclina la tête. « Il nous a élevés de nos tombeaux, ma reine. Mais il nous a également donné des instructions pour vous obéir. »

Mazirek, qui avait disparu au moment critique. Qui lui avait parlé avec une telle arrogance insignifiante. Vraska sentit ses soupçons se durcir pour devenir une certitude.

« Es-tu obligée de lui dire tout ce que tu fais ? » dit Vraska.

« Seulement s'il me le demande, ma reine », dit Storrev. « Avez-vous une tâche pour moi ? »

« Effectivement. » Vraska glissa l'épée de dent de requin dans son fourreau. « Je serai peut-être... absente pendant un certain temps. En attendant, j'aimerais que tu libres cette note. » Elle tendit une feuille de papier champignon spongieux à la liche, qui la lut attentivement. « J'espère que tu pourras comprendre le reste. »

Storrev était toujours sans expression, mais Vraska aurait pu jurer que le fantôme d'un sourire traversait son visage.

« Bien sûr, ma reine. Que ta volonté soit faite. »

La liche se faufila. Vraska jeta un coup d'œil aux armures, se débarrassa de sa robe de soirée et commença à revêtir la plus simple, en cuir, de son époque d'assassin.

J'ai fini de faire du chantage, d'une manière ou d'une autre. Alors qu'elle resserrait les sangles, elle trouva une certaine paix qui lui revenait. Tue Zarek et laisse le reste se débrouiller tout seul. C'est tout ce qui me reste.

Désolée, Jace.


Résumé



Spoiler: Montrer
Tomik et Ral parlent du sauvetage in-extremis ; il en ressort que Ral veut pouvoir à nouveau faire confiance, qu'il voudrait pouvoir tenir à lui comme il le devrait. Il y a du chemin, mais il se sent prêt à le traverser.

Son rêve continue : alors qu'il avait une armée de chimistes à ses pieds, Bolas lui rend visite, en lui demandant un service. Ils parlent : oui, Bolas a décelé l'étincelle de Ral, et a peut-être aidé à son embrasement... Mais Ral ne lui doit rien, et s'enfuit, sur Ravnica, avec son accumulateur, seule chose qui importe pour lui.

Vraska quant à elle hésite à tuer Mazirek, qui devient trop orgueilleux, mais il lui est encore trop utile. Un pion de Bolas lui rend visite, et la contraint à aller tuer Ral, puisqu'elle ne veut pas impliquer ses gens dans une autre bataille.

Elle craint par ailleurs que la liche Storrev puisse l'espionner pour Mazirek, qui l'a réanimée, mais elle lui donne un message pour lui, quant à sa prochaine absence... Elle tuera Ral, et cela pourrait prendre quelque temps.

Alors, c'était comment ?

Complétement fou !

  1

Abscon, abjecte, inadmissible !

  0


Toi aussi, loue son œuvre !


Vous devez vous identifier pour participer.