Avant la Guerre : Partie 15 - Magic the Gathering


Avant la Guerre : Partie 15

Articles
par Drark Onogard, le , 114 consultations

  La storyline de Magic / La guerre des Planeswalkers

Les effacements de dettes par Kaya déplaisent de plus en plus à Teysa. Serait-elle prête à la trahir pour récupérer le pouvoir ?

     

Nous ne jugerons pas ici la pertinence de conter ce qui mène à la Guerre des Planeswalkers après avoir conté ladite guerre. Non, nous, nous préférons simplement traduire et lire l'histoire écrite par Django Wexler sans râler avec notre savoir-faire franco-français.

Il n'y a pas d'avertissement pour les enfants cette fois-ci ! Mais je le dis quand même, par déontologie, ou envie d'ajouter un second paragraphe à cette introduction, j'en conviens, assez superflue et que la majorité d'entre vous passera, donc passons.

Partie 15



« Cela ne peut pas être fait, Maître Zarek. » Le contremaître était costaud et sa moustache lui donnait un air de morse, le crâne chauve et brillant et les bras comme des troncs d'arbres. « Les ouvriers sont déjà endormis. Vous ne savez pas à quel point il est difficile d'acheminer du matériel là-bas. Il n'y a pas assez de grues ou de traîneaux et nos transporteurs détestent l'odeur, nous devons donc transporter des pièces à la main... »

« Il n'y a rien qui « ne peut pas être fait » », déclara Ral. « La motivation est insuffisante. Dis à la Chimiste Frexus en bas que j'ai dit que vous pourriez utiliser ses constructions pour transporter des pièces. Elles ne s'opposeront pas à l'odeur. »





« Mais ses constructions explosent si les chaudières deviennent trop chaudes ! J'étais justement à une réunion à ce sujet la semaine dernière. »

« Raison de plus pour faire bouger les choses rapidement, alors ! » Ral lui sourit. « Quant aux travailleurs, dis-leur que je doublerai leur salaire s'ils installent le résonateur à temps. »

« Euh... » Le contremaître s'essuya le front. « Je crois qu'on leur avait déjà promis le double... »

« Alors ce serait quatre fois le taux habituel, n'est-ce pas ? » Après tout, si nous perdons, ce n'est pas comme si nous devions payer. Ral se permit un moment d'amusement à la pensée d'ouvriers lésés demandant à Bolas leur salaire perdu.

« Ah. Je. Euh. » Le grand homme eut un sourire tremblant. « Est-ce que... ça s'applique aussi à ... au personnel de supervision, maître ? »

« Si le résonateur est terminé et en état de marche dans les délais. »

« Il le sera, Maître Zarek. » Le contremaître se prépara. « Comptez dessus. »

« Je compte dessus. » Tout le monde compte dessus.

Il était revenu de la Citerraine malmené. Il avait eu assez de temps pour se reposer avant que ce projet dévastateur ne demande à nouveau toute son attention. Une équipe de gardiens d'Azorius et de juristes était immédiatement mise au travail pour ériger des barrières magiques autour du site de résonateur souterrain. Les troupes de Boros et d'Orzhov étaient restées en place et travaillaient côte à côte, mais ce sont ses propres gens qui eurent la tâche de construire le résonateur lui-même et de l'aligner sur le réseau grandissant

Trois jours de plus.C'est ce dont ils avaient besoin. Trois jours et Niv-Mizzet sera en mesure de mettre son plan à exécution. Que ce soit suffisant pour arrêter Bolas à coup sûr, seul le Céréborpyre le savait, mais au moins Ral aurait fait tout ce qu'il pouvait. Si Bolas nous donne trois jours...

Lavinia avait été son meilleur lien avec l'avancement des projets de Bolas, mais il ne l'avait pas vue depuis le désastreux sommet des guildes. C'était probablement mauvais signe, mais il n'avait pas le temps d'envoyer une recherche. Elle peut prendre soin d'elle-même, c'est certain. Sauf que, contre Bolas, rien n'était certain...

« Maître Zarek ? » vint une voix gobeline du couloir. Ral leva les yeux et trouva l'une de ses secrétaires personnelles furtivement à travers le cadre de la porte.

« Qu'y a-t-il ? » demanda Ral.

« Il y a quelqu'un qui insiste pour vous voir. Il dit que c'est urgent. »

« Tout est urgent », dit Ral.

« Il dit que vous le verrez », dit le gobelin. « Il s'appelle Tomik ? »

Tomik est là ? Ils ne s'étaient jamais rencontrés à Nivix. Il devrait savoir qu'il ne faut pas...

« Laisse-le entrer », dit Ral rapidement, laissant son stylo de côté.

Un instant plus tard, Tomik entra, fermant la porte derrière lui. L'amant de Ral avait l'air fatigué, comme d'habitude récemment. Ses yeux étaient enfoncés et ses cheveux en désordre. Ral équilibra une vague d'irritation que Tomik s'imposerait ici avec l'envie de prendre l'autre homme dans ses bras.

« J'ai toujours pensé que ton bureau serait un peu... plus grand, » dit Tomik en regardant autour de la petite suite lugubre. « Sans vouloir vous offenser. »

« Je ne passe pas beaucoup de temps ici, normalement, » dit Ral. « Les dernières semaines ont été... une exception. »

« Tu n'es pas venu me voir après ton retour de la Citerraine. »

« Je t'ai envoyé un message, » dit Ral, se sentant coupable. « Tu sais à quel point le temps est critique. »

« Je sais », dit Tomik. « Je voulais juste... je voulais te parler de quelque chose. »

« Quelque chose qui ne peut pas attendre après la fin potentielle de Ravnica ? » dit Ral.

Tomik roula des yeux. « Ce n'est pas personnel. Je sais mieux que ça. C'est... eh bien. Affaires de guilde. »

« Je vois. » Ral se pencha dans son fauteuil. « D'accord. Qu'est-ce qui ne va pas ? »

« C'est Kaya. Et Teysa. Je pense... » Il prit une profonde inspiration. « Je pense que Teysa fait... une erreur. »

« Comment ? »

« Kaya change les choses. Pour le meilleur, je pense. Il y a des choses qu'Orzhov fait. Nous essayons tous d'ignorer, parfois, mais elle refuse de les ignorer. »

« Et Teysa n'approuve pas ? »

« En effet. Et les autres chefs de guilde non plus. »

« Y a-t-il quelque chose qu'ils peuvent faire à ce sujet ? »

« Je pense qu'ils vont tuer Kaya. »

« Ah. » Ral tapa ses doigts sur le bureau. « Et si elle meurt, qui devient le chef de guilde ? »

« Presque certainement Teysa. »

« Et continuera-t-elle à soutenir notre projet ? »

Les yeux de Tomik se rétrécirent. « C'est tout ce qui compte pour toi ? »

« C'est tout ce dont je peux me permettre, » dit Ral. « Tu sais à quel point c'est important. Ce pourquoi Niv-Mizzet m'a fait confiance. »

« Même si cela signifie laisser Kaya mourir ? »

Ral haussa les épaules. « Je pensais que tu travaillais pour Teysa. »

« Oui, » dit Tomik. « Et Teysa a travaillé toute sa vie pour sortir de l'ombre de son grand-père. Si elle le fait... je pense qu'elle ne pourra jamais y échapper. »

« Et qu'est-ce que tu veux de moi ? »

« Je ne sais pas. » Tomik baissa les yeux. « Je n'avais pas planifié aussi loin à venir. Je pensais juste que Kaya était ton amie. »

« Elle est mon alliée », dit Ral. « Ce n'est pas la même chose. »

« Je vois. » La lèvre de Tomik se serra. « Et moi ? Suis-je un allié aussi ? »

« Bien sûr que non. » Ral se leva derrière son bureau. « Tomik, tu sais que... »

« Peu importe. » Tomik se tourna vers la porte. « Je vais m'en occuper moi-même. »



Tout le monde avait fait les bons bruits quand Kaya était revenue à Orzhova, mais alors qu'elle acceptait les félicitations des prêtres et de leurs assistants, son esprit avait peint une rage meurtrière derrière chaque faux sourire. Elle s'était échappée de la presse dès qu'elle le pouvait, se retirant dans sa somptueuse suite située dans la cathédrale et refusant de voir qui que ce soit. Teysa avait envoyé plusieurs courriers et Kaya les avait congédiés.

Cela ne peut pas continuer. D'une part, elle commençait à avoir faim. Mais puis-je faire confiance aux cuisines ? Elle devrait quitter la cathédrale et trouver un restaurant quelque part, choisi au hasard. Et puis quoi, faire la même chose toutes les nuits pour le reste de ma vie ?

Ça ne va pas marcher. Elle avait passé sa vie à éviter ses ennemis – et elle en avait eu beaucoup au cours de sa carrière – en restant discrète et en se déplaçant. Maintenant, je suis coincée à la tête d'une église, avec un grand chapeau stupide et une chambre élégante que tout le monde peut trouver. Si les chefs d'Orzhov étaient vraiment déterminés à la tuer, ils finiraient tôt ou tard par réussir.





Ce qui signifie que je devrais sortir d'ici. Elle pourrait transplaner, et risquer le contrecoup des chaînes de dette. Peut-être que Teysa n'en sait pas autant qu'elle le dit. Une autre option serait d'échapper à Orzhova et de se cacher quelque part. Peut-être trouver un juriste à moi. Ou demander de l'aide à Ral, ou...

Il y eut un bruissement à la porte d'entrée. Kaya se redressa dans son lit, le cœur battant, mais le seul son était un ensemble de pas en retrait. Elle attendit jusqu'à ce qu'ils s'évanouissent, puis attrapa ses dagues de la table de chevet et se cala doucement sur le tapis épais.

La chambre la plus à l'extérieur de la suite accueillait les invités, avec une petite table et plusieurs fauteuils. La grande porte qui donnait sur le couloir était verrouillée, exactement comme elle l'avait laissée, mais un petit carré plié de papier blanc se trouvait devant, là où quelqu'un l'avait passée à travers l'espace. Kaya se demanda s'il s'agissait d'une attaque extrêmement subtile : du poison sur le papier ? Avant même de décider, elle n'était pas si paranoïaque. Elle attacha ses poignards et récupéra la note.


Maître de guilde, lut-elle. Vous êtes en danger.

Rien de surprenant jusqu'ici, pensa Kaya.

Les hiérophantes ont convaincu Dame Teysa de vous faire arrêter ce soir. Ils ont tourné la garde pour avoir des hommes loyaux en place. Ils prévoient de vous capturer et de vous garder prisonnière jusqu'à ce qu'ils vous extraient par magie la dette d'Orzhov.

Kaya s'arrêta pour jurer à voix basse.

Je peux vous aider si vous pouvez me joindre. Je vais attendre dans les écuries, au premier étage du sous-sol.

Cordialement,
Un ami


Un ami qui n'a pas envie de prendre trop de risque, pensa Kaya. Mais elle pouvait difficilement blâmer son bienfaiteur inconnu. S'ils sont prêts à arrêter leur chef de guilde, qui sait ce qu'ils feraient à quiconque voudrait l'aider.

La question était, bien sûr, avait-elle confiance en cette informatrice mystérieuse. Ou est-ce juste une invitation à un piège ? Un instant, elle hésita, la note à la main. Puis, comme si elle avait été envoyée pour la forcer à bouger, elle entendit le bourdonnement de lourdes bottes du couloir.

« Maître de guilde ? » La voix de l'extérieur était étouffée, comme par le casque enveloppant d'un chevalier.

Bien. Voilà de quoi me convaincre. Quand Teysa voulair lui parler, elle encoyait un serviteur, pas un garde en armure.

« Juste un moment ! » dit Kaya. Elle vérifia ses dagues dans leurs fourreaux, prit une profonde inspiration et se laissa tomber à travers le sol.

C'était une opération plus délicate qu'elle n'apparaissait parfois, car elle nécessitait un timing précis pour vous empêcher de tomber plus loin que prévu et de s'enrouler partiellement à travers le sol. Parce qu'elle était paranoïaque, Kaya avait fait quelques promenades dans Orzhova et avait confirmé que les pièces situées juste en dessous de celle-ci étaient les chambres personnelles de certains hiérophantes, avec beaucoup d'espace vide pour atterrir.

Elle s'attendait à un vieil homme choqué, peut-être dans son peignoir, mais rien qu'elle ne pourrait gérer. Ce à quoi elle ne s'attendait pas, c'est au moins une douzaine de soldats armés, tous attendant avec les armes dégainées, avec trois mages en robe debout au bord de la pièce.

Oh putain. Ce devait être Teysa. Elle m'observe trop près.

Pas le temps de s'inquiéter à ce sujet maintenant. Kaya atterrit à côté d'un garde qui l'attrapa. Laissant ses bras tremblants la traverser dans un éclat de lumière pourpre, elle se laissa tomber et lui donna un coup de pied dans le genou. Il frappa le sol avec un fracas d'armure. Un autre homme se rapprochant, portant une matraque, et attrapa Kaya par le poignet alors qu'elle essayait de le faire pivoter et le tordait douloureusement, le faisant passer à terre.

« Maintenant ! » s'exclama quelqu'un. « La liaison ! »





L'énergie passa à travers la pièce alors que les trois mages levaient la main. Une lumière craqua et cracha autour de Kaya, un halo de violet et de bleu tordus. Après un moment, il explosa dans une explosion silencieuse, une explosion de rayonnement fantomatique qui traversa tout le monde dans la pièce et les laissa intacts.

Certainement le temps de sortir d' ici. Kaya se voulait imperméable, mais la lumière pourpre qui accompagnait sa transition était faible et instable, scintillant dans des zones le long de son corps pendant quelques instants avant de disparaître complètement. Le sol sous elle restait profondément angoissant au toucher.

« Elle est prise ! » Une femme aux cheveux d'argent vêtue d'un uniforme de lieutenant se tenait près de la porte. « Prends-la ! Souviens-toi, Dame Teysa a besoin d'elle en vie. »

Triple merde. Apparemment, Teysa avait transformé l'aptitude d'Orzhov à lier les esprits en quelque chose qui fonctionnerait sur Kaya elle-même. Ce serait probablement épuisé, compte tenu du temps, mais pour le moment elle était entourée de soldats munis de matraques, la question n'était donc pas là.

Elle a besoin de moi en vie, de peur qu'un garde aléatoire n'hérite de tous les contrats de son grand-père Karlov. Mais je ne peux pas en dire autant à leur sujet. Elle sentit un pincement de culpabilité en tirant ses dagues – les gardes n'avaient rien fait d'autre que de suivre les ordres – mais seulement un léger. Pas d'autre moyen.

Ils chargèrent. Kaya esquiva le premier homme, lui trancha la gorge avec précision alors qu'elle tournait et transformait le mouvement en un coup de pied qui renvoyait une femme dans l'homme derrière elle. Un garde lui lança un coup à la tête par derrière. Kaya se baissa et se retourna pour poser un poignard sous l'aisselle où son armure était faible. Elle le tira à nouveau et dansa dans la direction de la porte. Le lieutenant se précipita avec son propre club, essayant de barrer le chemin de Kaya, mais Kaya esquiva sous le coup et donna un coup de coude à la mâchoire de la femme, lui claquant les dents avec un crac. Elle tituba et cracha du sang. Kaya ouvrit la porte, la traversa et la claqua derrière elle.

Elle avait quelques minutes, peut-être moins, avant que l'alarme ne devienne générale. Elle courut dans le couloir et, se déplaçant, elle se concentra sur son bras. Cela a brièvement brillé dans l'intangibilité, mais le pouvoir s'est rapidement évanoui. Donc pas besoin de se faufiler à travers les murs pendant un moment. Cela signifiait qu'elle était coincée à l'intérieur d'Orzhova. Ce qui signifie qu'il n'y a qu'un seul endroit où se diriger. Espérons que je puisse me rappeler comment trouver les écuries. Cet endroit est un labyrinthe...

« Là ! » cria quelqu'un. « Arrêtez-la ! »

En avant, deux gardes accompagnaient un chevalier blindé, bloquant une jonction en T. Ils baissèrent leurs lances et le chevalier dégaina son épée – Apparemment, tout le monde n'a pas compris le mémo sur le fait de ne pas me tuer, merveilleux – et s'attendait clairement à ce que Kaya se désiste. Au lieu de cela, elle se précipita sur lui, se penchant pour éviter les pointes de lance. L'élan de sa course heurta une gardienne contre le mur, lui coupant le souffle. Elle se laissa tomber sur le côté et Kaya s'éloigna en esquivant un glissement de l'épée du chevalier. Il leva son arme vers un garde, mais elle l'avait dépassé et s'était détournée pour continuer à courir. [/i]Voyons-le me suivre dans cette armure.[/i]

Les marches principales étaient en avant, une série apparemment sans fin de spirales elliptiques menant au cœur d'Orzhova. Le puits était animé de bruits, d'armures qui sonnaient et de bottes battant lorsque les gardes convergeaient. Kaya heurta la balustrade avec le chevalier derrière elle à sa poursuite et l'escalier en bas se remplit d'une demie-douzaine de soldats.

C'est tellement, tellement stupide. Au lieu de s'arrêter, elle sauta sur le rail, se perchant un instant sur le fer forgé, en équilibre sur des centaines de mètres d'espace vide. Le chevalier s'arrêta net d'horreur, la regardant alors qu'elle vacillait. Kaya lui donna une petite vague, puis franchit le pas.

Elle mit toute sa concentration dans sa main quand elle tomba, une volée d'escalier glissant après l'autre. Cela devenait une astuce : devenir intangible dans le bon rapport et le bon moment pour ralentir sa descente par frottement avec le mur, sans lui arracher simultanément la main en s'arrêtant trop brusquement. Elle n'avait pas beaucoup pratiqué, car honnêtement, ce n'était pas le genre de chose qu'il fallait essayer trop souvent. Et la liaison du mage, faisant en sorte que chaque tentative d'utilisation de son pouvoir donnait l'impression de se faufiler dans une boue épaisse, aggravait encore la situation.

Mais l'alternative se finissait dans une très petite flaque sur le sol en marbre au bas des escaliers, a donc réussi Kaya. Son bras tressauta douloureusement alors qu'elle agrippait chaque vol pour tuer son élan, la douleur lui traversant l'épaule avant de laisser son bras disparaître dans l'intangibilité et se glisser à travers la pierre pour attraper le suivant. L'impact, quand il se produisit, était toujours plus dur qu'elle l'aurait souhaité, et quelque chose dans son genou donna l'impression d'éclater, suivi d'une montée de douleur. Elle se dirigea en boitant jusqu'à la porte lambrissée de bois qui menait aux niveaux inférieurs d'Orzhova.

Cependant, elle avait laissé les gardes la chercher pour le moment. Le bas de l'escalier menait à la partie publique du bâtiment, où les pétitionnaires et les pénitents de l'extérieur pouvaient venir prier, emprunter de l'argent ou les deux. Kaya se glissa dans une haute galerie, enroulée autour de la nef centrale de la cathédrale, et se fraya un chemin entre des prêtres et des fonctionnaires Orzhov bien vêtus et leurs suppliants en loques. Quelques-uns le reconnurent, malgré son manque d'uniforme de guilde et une vague de murmures confus se propagea dans son sillage.

Peu importe. Elle se fraya un chemin dans un autre large escalier, se faufilant entre les curieux et se dirigeant vers la porte principale. Je dois sortir d'ici et attendre que ce foutu lien se dissipe. Ensuite... Eh bien, elle pourrait régler ça plus tard. Pour l'instant, la clef est loin.

Deux autres volées plus bas, et elle était à portée de vue des portes principales, des choses énormes actuellement grandes ouvertes. Une foule se formait cependant de chaque côté et Kaya pouvait voir deux chevaliers et une phalange de gardes attachés à l'arche. Laisse-moi deviner qui ils recherchent. Elle se retourna brusquement et se dirigea dans la direction opposée. D'accord. Écuries, premier sous-sol. Ça veut dire en bas, non ?

Il y avait un escalier en bas, un étroit, à sa droite. Elle le prit, croisant quelques employés en uniforme, et déboucha dans le couloir d'un domestique non meublé. Les portes en bois étaient béantes de chaque côté, mais Kaya continua d'avancer, estimant que les écuries devaient être adjacentes à la rue. Si je me rapproche suffisamment, je peux juste suivre l'odeur. Elle était sur le point de tourner un coin lorsque le piétinement des pieds bottés la glaça.

« Allez dans le hall principal ! » cria quelqu'un devant elle. « Au pas de course ! »

Kaya se jeta contre la porte la plus proche, la trouva verrouillée et rebondit. Elle se concentra très fort, serrant les dents et se glissa la main dans le bois, cherchant un loquet de l'autre côté. Ses doigts tâtonnants ne rencontrèrent rien et elle était sur le point de s'extirper et de courir quand la porte s'ouvrit d'elle-même. Kaya se précipita dans l'espace obscurci avec gratitude et la claqua derrière elle au moment même où les bruits d'une troupe de soldats qui passaient venaient de l'extérieur.

Elle était dans une sorte de cellier. Elle pouvait sentir la cire et l'huile de lampe, et le doux parfum des pénitents d'encens était brûlé pour demander pardon pour leurs péchés financiers. S'appuyant contre la porte, attendant que ses yeux s'adaptent à la faible lueur qui la recouvrait, Kaya lutta pour reprendre son souffle.

Au fond de la pénombre, quelque chose glissa.

« Qui est là ? » Kaya leva ses poignards et parla dans un murmure dur. « Crie et je te trancherai la gorge. »

« Un peu de gratitude », dit une voix d'homme. « Après t'avoir ouvert ma petite cachette. »

« Je ne suis pas d'humeur confiante. »

« J'imagine que non. » L'ombre d'un homme se déplaça dans la pénombre. « Tu as eu une dure journée, Kaya. »

Comment... bien sûr. Les lèvres de Kaya se retroussèrent. « Bolas. »

« En chair et en os. Ou pas, dans ce cas. Mais ici pour te surveiller quand même. Tu ne m'as pas fait plaisir ces derniers temps, tu sais. »

« Te faire plaisir n'est pas ma première priorité », rétorqua Kaya.

« Mais ça devrait l'être. » Le pion de Bolas s'approcha. « Je tiens les clefs de tes chaînes, après tout. Tu pourrais être libérée de cet endroit, de ces gens. »

« Si je t'aide à détruire Ravnica, tu veux dire. »

« Et qu'est-ce que Ravnica pour toi ? Juste une autre ville. Juste un autre travail. » Elle pouvait entendre le sourire dans sa voix. « Ce ne sont pas tes gens. Cette guilde, ces banquiers-prêtres. Tu les détestes, n'est-ce pas ? Tu peux voir dans les petites misères qu'ils infligent un reflet de ton propre peuple. Pour rechercher le pouvoir, à la recherche du bonheur, et avoir le coût remboursé avec intérêt sur plusieurs générations. »

« En effet. » Kaya ne s'en était pas rendue compte jusqu'à présent, mais le vieux lézard avait raison.

« Alors tu devrais être heureuse de mon retour. Je les balayerai comme une balle de bois, avec tous leurs mensonges et leurs chaînes. »

« Et les gens qui viennent mendier ? » dit Kaya. « Tu vas les aider, vraiment ? »

« Je le vais. » La voix humaine du pion de Bolas n'obtenait qu'une touche du grondement du dragon. « Tant qu'ils s'agenouillent. »

Kaya secoua la tête. « Ça ne vaut pas le coup. »

« Alors quoi ? Tu es un maître de guilde en fuite de sa propre guilde. Tu ne survivras pas longtemps, et même si tu y restes, tu périras avec le reste quand j'arriverai. »

« Alors je mourrai en combattant, » dit Kaya en se redressant. « Mais je peux faire du bien ici, pour ces gens, en attendant. »

« Et ton propre peuple, avec son ciel brisé ? »

« Je trouverai un autre moyen », dit Kaya. « Je n'aurais jamais dû faire une affaire avec toi, dragon. J'aurais dû savoir que rien de ce que tu pourrais offrir ne valait le prix. »

« Imbécile. »

« Peut-être. » Kaya rengaina ses dagues et ouvrit la porte, le couloir extérieur maintenant silencieux. « Mais je suis mon propre imbécile. »



Les écuries étaient sombres, éclairées par une seule lanterne à gouttière et sentaient un mélange de bouses de plusieurs espèces. Kaya se glissa par la porte, se déplaçant avec précaution, et aperçut un seul personnage cagoulé qui attendait près de la lampe. Elle se rapprocha, les mains sur ses poignards.

« Es-tu celui qui a envoyé la note ? » dit-elle, quand elle fut assez proche.

L'homme sursauta, sa capuche retombant. Kaya le reconnut – Tomik Vrona, l'assistant de Teysa. Pas qui j'attendais. En vérité, je ne sais pas à quoi je m'attendais.

« Maître de guilde », dit-il en inclinant la tête. « Je n'étais pas sûr que vous alliez y arriver. »

« C'était ric-rac à quelques reprises », admit Kaya. « Les mages de Teysa m'ont frappé avec... quelque chose. »

« Une liaison », dit Tomik. « Je les ai écoutés planifier leur attaque. »

« Et tu as essayé de me prévenir, » dit Kaya. « Ce n'est pas que je me plains, mais pourquoi ? »

« Vous êtes mon maître de guilde », dit-il. « C'est mon devoir. »

« Teysa est ton maître depuis longtemps », répondit Kaya. « J'ai vu le respect que tu as pour elle. Je n'aurais pas pu te reprocher de l'avoir préférée face à un chef de guilde que tu connais à peine. »

« Je... » Tomik hésita. « Je crois que Teysa commet une erreur. Elle se trouve dans une position très difficile et... j'aimerais la protéger. »

« De qui ? Moi ? »

« Les hiérarques la pressent. Ils craignent que vous ne pardonniez les dettes à grande échelle et que leur fortune en pâtisse. Ils veulent que vous quittiez Orzhov. Si elle essaie de les défendre, ils l'écraseront. Karlov ou non. Le système se défend tout d'abord. »

« Je le crois, » dit Kaya. « Ta note dit que tu peux aider. Comment ? »

« Si vous affrontez les hiérarques... » commença Tomik.

Quelque chose craqua dans l'obscurité.

Kaya se retourna brusquement, tirant ses dagues. Tomik s'empara de la lanterne et la souleva par-dessus sa tête, et elle entendit son souffle s'accélérer. La lumière brillait sur des masques faits de pièces de monnaie déchiquetées, des rangs et des rangs de srânes, entassés dans les étals et autour des longues écuries vides. Il doit y en avoir des centaines. Kaya sentit la sueur couler sur son front et elle déplaça sa prise sur ses armes.





« Je jure, » dit Tomik sous sa voix. « Je n'avais rien à voir avec ça. »

« Je te crois, » dit Kaya d'un air sinistre. « Je suis sûre que ce sera une consolation quand ils nous mettront en pièces. »

« Je pourrais... » Tomik secoua la tête. « Je n'en ai aucune idée. Avez-vous une arme de rechange ? »

Silencieusement, Kaya tira un long stylet de son fourreau caché au bas de son dos et le lui tendit. Tomik baissa les yeux et ajusta ses lunettes avec un sourire triste.

« Mieux que rien, je suppose. »

Les srânes se rapprochèrent. Kaya déglutit difficilement.

Quelque chose brillait d'un blanc éclatant. L'une des portes de l'écurie explosa, des morceaux de bois brûlant se dispersant dans toutes les directions, accompagnés d'une perche qui déchirait les oreilles et qui faisait trembler la poussière des chevrons. La déflagration laissa un trou enflammé menant à la rue et entouré des lumières de la ville se tenait un homme de grande taille, vêtu d'un long manteau, avec les cheveux hirsutes et un éclair qui rampait le long de ses bras.

« Ral ! » cria Tomik.





« Ne bouge pas, » rugit Ral. « Portebrûlures ! »

Des viashinos en cuir doublé déferlèrent à travers la brèche, de longues armes maladroites à la main. Tandis que les srânes se tournaient pour leur faire face, des gouffres de feu jaillissaient en arcs aveuglants d'orange et de rouge, une flamme liquide accrochée à chaque surface touchée. La chair des srânes grésillait et se carbonisait, et les créatures chargeaient la phalange des portebrûlures, avant de tomber en tas de cendres de plus en plus hauts. Ral se dirigea vers l'avant, des éclairs s'échappant de ses mains pour incinérer les srânes qui passaient outre le rideau de flammes.

« Viens, » dit-il, les deux brasiers les plus proches se tenant de côté pour les laisser passer. « Sortons d'ici. »

Tomik courut à lui et Kaya suivit. Elle leva un sourcil alors que Ral attrapa le jeune homme dans ses bras et l'embrassa, tandis que les rangs des portebrûlures se refermaient derrière eux et commençaient à se retirer. Le feu se propageait rapidement dans les écuries, traversant de la paille sèche et du vieux bois.

« Si je peux vous interrompre, » dit Kaya, alors qu'ils reculaient dans la rue. « Tomik, tu allais me dire que tu avais un moyen de réparer tout ça. »

« Oh. » Tomik se détourna de Ral, se racla la gorge et redressa ses lunettes. « Oui. J'ai jeté un coup d'œil dans les archives, vous voyez... »



À peine six heures plus tard, Kaya entra dans la salle principale d'Orzhova, escortée par plusieurs rangs de gardes et par une paire de chevaliers.

Il était bien après minuit et tous les fidèles ordinaires avaient disparu. Kaya passa devant les bancs vides, les niches silencieuses où les banquiers rencontraient leurs pénitents. En haut de la salle, devant le grand autel, les hiérarques attendaient. Deux douzaines d'hommes et de femmes parmi les plus puissants de la guilde Orzhov, Teysa se tenant devant eux. Ils étaient en tenue de cérémonie, de soies volumineuses et de superbes coiffes ornées de bijoux, de bâtons surmontés de cristaux et de masques en or martelés. Kaya leur jeta un regard froid et sourit.

« Maître de guilde », dit Teysa. « Je suis, je l'avoue, surprise de vous voir. »

« Cela semblait un peu impoli de fuir sa propre guilde », dit Kaya avec légèreté.

« Vous êtes accusée de crimes graves », déclara Teysa. « Êtes-vous prête à vous soumettre à notre autorité ? »

« Non », dit Kaya. « Je ne pense pas. »

« Vous n'avez pas le choix », tança un homme barbu au premier rang. « Vous ferez ce que nous commandons, ou vous mourrez et nous aurons un bon maître de guilde. »

« Vous êtes... Benitov Gracca, n'est-ce pas ? » dit Kaya. Elle ferma les yeux et attrapa la masse de contrats qui la pesait, les chaînes s'enroulant autour de son âme. L'un d'entre eux conduit à Gracca, et il ne fallut qu'un instant pour faire la part des choses.

« Je le suis », dit Gracca. « Et ma famille a servi Orzhov pendant des milliers d'années. Un étranger comme vous... »

« Benitov Gracca », répéta Kaya, pensive. « Fils d'Orsov Gracca. Qui, dans un moment d'embarras financier, a été obligé de demander au patriarche Karlov... une assistance. Ce qu'il a bien sûr fourni comme un bon ami. Sauf à ce que la famille Gracca soutienne les Karlovs, chaque fois que nécessaire. »

« Vous n'êtes pas une Karlov », rétorqua Gracca. Il devenait de plus en plus pâle.

« Je suis l'héritière du patriarche Karlov. L'héritière de tous ses contrats et obligations. » Kaya sourit plus largement et donna à la chaîne qui les reliait un petit remorqueur sec. « Vous commettez une infraction. »

Gracca haleta et se laissa tomber à genoux, son bâton doré frappant le sol avec un tintement et roula sur le marbre.

« Le patriarche Karlov a collecté des obligations comme d'autres personnes pourraient collecter du bon vin », déclara Kaya. « Brimini. Harta. Forgio. » Tandis qu'elle parlait, elle caressait les chaînes et chaque nom apportait un sursaut de souffle et une grimace de quelqu'un dans la foule. « Toutes les grandes familles, en fait. Chacun est tenu de soutenir les Karlovs ou leurs héritiers. Chacun de vous, en violation de cet accord ce soir. » Elle regarda autour d'elle. « Pas étonnant que vous soyez si heureux d'être débarrassés de moi. »

« Je n'ai pas de dette envers mon grand-père », rétorqua Teysa en s'avançant.

« Non », dit Kaya. « Tu ne l'es pas." »Elle jeta un coup d'œil à la foule des hiérarques, puis aux gardes tout autour, et éleva la voix. « Placez Teysa Karlov en état d'arrestation. »

Pendant un long moment, rien ne se passa. Puis, très subtilement, l'un des chevaliers se tourna pour faire face à Gracca qui regarda ses collègues et hocha la tête.

« Vous ne pouvez pas être sérieux », dit Teysa, alors que les gardes se refermaient autour d'elle.

« Traitez-la doucement », dit Kaya. C'était la promesse qu'elle avait faite à Tomik.

Teysa lui lança un regard noir depuis l'autre côté de la pièce, puis se retourna et s'éloigna devant les gardes, ne pouvant être traînée. Le reste d'entre eux resta silencieux jusqu'à ce que ses pas sur le marbre aient disparu.

« Pour le reste d'entre vous », dit Kaya en se tournant à nouveau vers les hiérarque. « Je pense que nous devrions discuter des conséquences de la violation de vos accords avec les Karlovs, et de la garantie que j'ai que vous ne reviendrez pas sur moi. » Elle écarta les mains. « Après tout, aux termes des contrats initiaux, j'ai le droit d'appeler vos dettes. Et avec les intérêts, j'ai bien peur que les montants ne soient... substantiels. » Elle sourit comme un requin. « Alors faisons un marché. »

Résumé



Spoiler: Montrer
Pendant que Ral promet de quadrupler le salaire des ouvriers pour que le résonateur soit construit à temps, Tomik fait irruption dans son bureau de Nivix. Il doit lui parler. Affaires de guilde. Il craint que Teysa ne fasse une erreur, en essayant de tuer Kaya afin de récupérer ses contrats, et qu'elle cesse de pardonner les dettes. Mais Ral se montre de marbre, et refuse l'ingérence dans les affaires d'Orzhov.

Kaya, quant à elle, est devenue paranoïaque, car elle sait ce qui l'attend. Une lettre est déposée sur son lit, disant qu'elle va être assaillie ; son bienfaiteur l'attend aux écuries. Elle entend des pas se précipitant vers sa chambre, et passe en un éclair à l'étage du dessous – où des gardes l'attendent. Par un lien magique, ils lui font perdre le contrôle absolu de son pouvoir de dématérialisation de son corps.

Après une course-poursuite effrénée à travers Orzhova, elle arrive enfin aux écuries où personne ne la cherchera. L'y attend un pion de Bolas. Il lui parle, tente de la convaincre de continuer à le servir ; en vain. Un homme, son allié, arrive ensuite : Tomik, qui lui explique qu'il a peut-être une solution.

Mais... ils se trouvent entourés de centaines de srânes, prêts à se faire déchirer. C'est alors qu'une explosion défonce le mur : Ral et ses portebrûlures font le nettoyage parmi les srânes, et Kaya et Tomik sont sauvés in extremis. Quand Kaya lui demande quelle est sa solution, il explique avoir vérifié dans les archives...

A peine six heures plus tard, Kaya entre à nouveau dans Orzhova, face à Teysa et des grands de la guilde. L'héritière de Karlov l'incite à se rendre, que ses crimes soient punis. Mais Teysa, en cherchant dans les contrats psychiques, parvient à montrer que tous ont une dette envers Karlov, et que leur refus d'obtempérer peut leur coûter très cher.

Tous, sauf Teysa. Qu'à cela ne tienne. « Teysa, tu es en état d'arrestation. Quant à vous, voyons voir quel prix peut bien coûter votre trahison... »



Ajouter une louange


Vous devez vous identifier pour participer.

Appréciation

Contenus relatifs

Sondage

Qui aurait dû faire partie du casting des planeswalkers du Trône d'Eldraine ?

Résultats
(déjà 229 votes)