Avant la Guerre : Partie 14 - Magic the Gathering


Avant la Guerre : Partie 14

Articles
par Drark Onogard, le , 154 consultations

  La storyline de Magic / La guerre des Planeswalkers

L'issue de la bataille pour Grek'ospen semble plus que jamais incertaine : qui, de la force brute et des machineries de Ral ou de la connaissance parfaite du terrain de Vraska, remportera la victoire ?

     

Nous ne jugerons pas ici la pertinence de conter ce qui mène à la Guerre des Planeswalkers après avoir conté ladite guerre. Non, nous, nous préférons simplement traduire et lire l'histoire écrite par Django Wexler sans râler avec notre savoir-faire franco-français.

Il n'y a pas d'avertissement pour les enfants cette fois-ci ! Mais je le dis quand même, par déontologie, ou envie d'ajouter un second paragraphe à cette introduction, j'en conviens, assez superflue et que la majorité d'entre vous passera, donc passons.

Partie 14



La ville de Grek'ospen était ancienne, à l'instar des endroits dans la Citerraine. Les domaines des Golgari étaient en constante mutation, toujours renouvelés, tout était recyclé et renaissait au travers du cycle de la pourriture. C'était l'une des choses qui rendait si difficile la tâche des habitants de la surface de les attaquer : aucune carte des domaines de l'Essaim ne restait exacte pendant longtemps.

Mais à Grek'ospen, les kraul avaient mis ce cycle de pourriture à leurs propres fins et firent une vertu de la nécessité. Une rivière traversait le centre de l'énorme caverne et l'air était chargé d'humidité, qui s'accumulait et tombait sur d'innombrables stalagmites et stalactites. Grâce au travail minutieux des siècles, les krauls surent faire que ces formations rocheuses naturelles se développent selon leur propre plan, formant ainsi les os de leurs immenses tours en ruche. Les croissances fongiques formaient des plans, d'énormes champignons servant de planchers spongieux, tandis que des fungus colorés et décoratifs gravissaient les murs en résine kraul.

En voyant Grek'ospen et des villes comme celle-ci, Vraska réalisa pour la première fois à quel point elle admirait les krauls. Ils incarnaient le véritable esprit des Golgaris, bien plus que les Devkarins décadents. Les krauls individuels allaient et venaient, mais la ruche résistait, grandissant petit à petit à chaque cycle de croissance et de pourriture.

Et maintenant, nous allons démolir le travail de siècles en quelques heures, parce que Ral Zarek ne peut pas rester tranquille.

« Tes gens sont-ils en place ? » demanda-t-elle à Mazirek.





L'énorme kraul noir se tenait à côté d'elle, en face de la petite forme blanche et maladive de Xeddick. Mazirek plongea ses pattes antérieures dans un signe d'obéissance, mais il y avait une hésitation qu'elle n'avait pas besoin d'être un insecte pour interpréter. Xeddick a raison. Celui-ci est devenu trop fier.

« Nous le sommes, Reine, » dit-il. « Tous attendent vos ordres. »

Les habitants de la surface sont sur le chemin, dit Xeddick dans sa tête. Les trolls sont énervés d'être retenus.

« Ils auront leur tour. » Presque certainement. Vraska redressa les épaules et s'avança dans l'espace qui formait le centre de la belle ville des krauls. Si Ral est aussi têtu que je le pense.



Encore une fois, Ral se retrouva à la tête d'une armée. Ce ne sont cependant pas les troupes blindées et disciplinées de la Légion de Boros. Les forces d'Orzhov formaient une masse grouillante d'or noir et obéissant, mais sans la précision des soldats professionnels. La majorité d'entre eux étaient des srânes, des choses qui n'étaient que vaguement humanoïdes, il n'y en avait pas deux pareils. Ils ne portaient aucune arme, seulement des masques à face blanche de pièces de monnaie anciennes, mais Ral avait été victime de leur folle fureur dans son assaut sur Orzhova et ne se faisait aucune illusion quant à leur dangerosité.





Parmi eux, les chevaliers, les tueurs d'élite des Orzhov, vêtus d'une armure noire incrustée d'or et portant une variété ahurissante d'armes : arcs, épées, armes blanches, fléaux et autres objets encore plus exotiques. Il y avait même quelques géants, casqués et sans visage.

Kaya marchait à côté de lui, apparemment insouciante, alors qu'ils empruntaient le long chemin sinueux qui menait aux cavernes. Les éclaireurs avaient dégagé le chemin, bien sûr, et n'avaient signalé aucun contact avec les forces de Golgari. Mais même. Elle pourrait avoir la décence de paraître un peu nerveuse. Il l'était certainement.

« Et ça continue pour toujours ? » dit Kaya en désignant le tunnel.

C'était une ancienne route avec les murs en ruines des bâtiments encore visibles, maintenant ensevelie sous des rochers et des débris par on ne sait quelle catastrophe. Après dix mille ans, Ravnica était une ville construite sur ses ruines, couche par couche.

« Pour autant que quiconque ait été en mesure de le dire », déclara Ral. « Il y a des océans ici-bas, si vous creusez suffisamment. Les zonots de Simic s'étendent aussi loin. »

« Dieux et monstres », dit Kaya en secouant la tête.

« Pas vraiment comme où tu as grandi ? » demanda Ral.

Kaya renifla. « Je suis née dans une ville de moins de cent personnes. Nous avons des villes sur mon plan, mais pas comme ça. »

Ral essaya d'imaginer cela, vivant dans un endroit où l'on pouvait connaître tout le monde, sans l'anonymat occasionnel d'une rue bondée. Son esprit se rebella.

« Remarque que je suis un peu dans les parages depuis », a déclaré Kaya. « En fait, j'ai passé beaucoup de temps dans les villes. Ils ont tendance à avoir beaucoup de fantômes. »

« La chasse aux fantômes est une affaire curieuse », déclara Ral.

« Un jour, je te dirai comment j'ai commencé », promit Kaya. « Mais c'est une longue histoire, et je pense que nous y sommes presque. »

Ral hocha la tête. À l'avant se trouvait une rangée d'éclaireurs, des gobelins de la Légion de Boros légèrement blindés avec des arbalètes en bandoulière. La route qu'ils suivaient passait par une arche à demi effondrée en briques dans un espace plus vaste, et ils s'étaient arrêtés du côté le plus proche. Leur lieutenant se précipita vers Ral.

« Nous sommes au bon endroit », dit-elle. « Toujours aucun signe des Golgari, mais la caverne est aussi construite que n'importe quel quartier de la surface. Beaucoup d'endroits où se cacher. »

« Merveilleux », dit Ral en jetant un coup d'œil à Kaya. « Cela pourrait devenir très moche. »

« Envoie les srânes dedans », dit-elle. « C'est pour ça qu'ils sont. »

Ral hocha la tête, mais l'éclaireur prit la parole.

« Il y a quelqu'un qui attend dans le centre-ville, monsieur. On dirait qu'il attend pour vous parler. C'est... eh bien, on dirait que Vraska elle-même. »

« Cela doit être un piège », soupçonna Kaya.

« Ou une opportunité », dit Ral. « D'accord. Je vais voir ce qu'elle veut. Amène le reste de nos forces derrière, mais essaie de ne pas commencer de combats avant d'avoir reçu mon signal. »

Kaya avait l'air de vouloir faire une objection, mais elle fronça les sourcils et acquiesça. Ral fit signe à quelques éclaireurs de suivre et de traverser l'arche. Grek'ospen était aussi vaste qu'il l'avait prévu, une vaste caverne voûtée, faiblement éclairée par des dizaines de globes d'un vert luisant suspendus au-dessus de sa tête. L'architecture était étrangère, de rochers lisses et de champignons humides recouvert d'une matière papyreuse qui le faisait penser à une ruche. Les hautes flèches avaient des entrées sur plusieurs niveaux, reliées entre elles par de hauts ponts ou simplement s'ouvrant dans l'espace. Très bien, je suppose, si vous avez des ailes.

Le lieutenant le conduisit sur un sentier sinueux, contournant les bases de plusieurs des tours. Rien ne semblait bouger, ni sur le sol ni au-dessus de la tête. Vraska doit avoir évacué. Il prit une profonde inspiration. Si elle propose de nous laisser le noeud, je dois le prendre et être reconnaissant. Désireux de punir sa trahison, cela pourrait attendre. L'achèvement du plan est primordial, jusqu'à la défaite de Bolas.

Ils atteignirent la clairière centrale, où une demi-douzaine de flèches s'ouvraient sur un espace qui aurait pu être une place de la ville. Une rivière étroite la traversait, traînant dans son cours, traversée par une douzaine de petites passerelles. Devant eux se tenait Vraska, vêtue d'une armure de cuir noir avec un sabre à ses côtés. Les vrilles vertes que les gorgones arboraient à la place des cheveux se détachaient de son crâne, la faisant paraître plus grande.

« Reste ici, » dit Ral. « Si elle essaie quelque chose, retourne vers Kaya et ordonne l'attaque. »

Le lieutenant acquiesça et Ral partit seul à travers la place. Vraska attendit les bras croisés jusqu'à ce qu'il s'arrête à une vingtaine de mètres. Elle éleva la voix et l'appela.

« Un peu loin pour une conversation agréable, sûrement. »

« Compte tenu des résultats du sommet de la guilde, » dit Ral, « tu me pardonneras si je ne suis pas impatient de me rencontrer en face à face. »

« Quel dommage », déclara Vraska. « Avec tes cheveux, tu ferais un merveilleux ajout à mon jardin de sculptures. »

Ral serra les poings, sentant l'électricité craquer. Son cœur battait fort. Il savait de première main à quel point Vraska pouvait être mortelle, même s'il n'avait pas vu ce qu'elle avait fait à quelqu'un d'aussi puissant que Isperia. Elle doit être proche pour utiliser sa pétrification. Et une petite recherche dans la bibliothèque d'Izzet avait suggéré qu'il y avait un moment d'avertissement avant que l'effet prenne effet, une lueur dans les yeux de la gorgone qui donnait le temps à une victime potentielle de se mettre à l'écart. Malgré tout, Ral n'était pas pressé de tester ses réflexes contre Vraska.

« Bien ? » dit-il. « Je pensais que tu attendais ici parce que tu voulais que je vienne parler. Je suis là. »

« Tu es là, avec ton étrange petite armée », dit Vraska. « Mais pourquoi ? Vengeance ? »

« Ça devrait l'être », dit Ral. « Comment peux-tu travailler pour Bolas ? Tu ne sais pas ce qu'il va te faire – ce qu'il va nous faire – s'il gagne ? »

« Et tu es si confiant que Niv-Mizzet sera un despote bienveillant, une fois que nous lui aurons donné la permission de se transformer en dieu ? » Vraska secoua la tête, ses tentacules se tortillant. « Je n'ai pas à m'expliquer, Zarek. »

« En effet, » Ral fit une pause. « Et nous ne sommes pas ici pour nous venger. Un jour, il y aura peut-être un compte à rendre. Mais pour l'instant, tout ce dont nous avons besoin, c'est de cet endroit. » Il désigna la ville autour d'eux. « Ne t'en mêle pas, et aucun de tes gens ne sera blessé. »

« C'est tout ce dont vous avez besoin. Une des plus anciennes villes des Golgari. Si généreux, vous les habitants de la surface. »

« Alors prévois de te battre. »

Vraska sourit, les dents acérées et prédatrices. « Je prévois de vaincre. »

Elle leva la main. Ral leva ses gants, se préparant à une fuite soudaine, mais la gorgone ne bougea pas. Bien au-dessus, il entendit un tonnerre lointain et le sol de la caverne trembla sous ses pieds. Ral jeta un coup d'œil par-dessus son épaule aux éclaireurs et les trouva trébuchants et incertains.

« Qu'est-ce que... » Il les rappela, puis le toit leur tomba sur la tête.



Des boules de feu fleurissaient à travers Grek'ospen, tour après tour.

Certains types de résine kraul, lorsqu'ils étaient correctement traités, étaient hautement explosifs. Le matériel était trop lourd et instable pour en faire une arme, mais les ingénieurs krauls de Vraska avaient eu tout le temps de le positionner à l'avance, transformant ainsi leur propre ville ancienne en un piège mortel soigneusement construit. Les explosions envoyèrent des lavages de résine jaillissant des portes de la flèche, suivis par des nuages ??de poussière et une fumée noire étouffante. Puis, lentement, les bâtiments en résine et en champignons commencèrent à s'effondrer, leurs noyaux de pierre se brisèrent.

Deux des plus grosses chutes du passage couvert par l'arche par laquelle les forces de la surface avaient pénétré dans la ville, en emprisonnant bon nombre dans le tunnel. Si les trolls se souvenaient de leurs instructions, la déflagration était leur signal et Vraska avait tout espoir que l'arrière-garde de Ral se trouverait assaillie par une masse de monstruosités ravageuses et en régénération. Pendant ce temps, des flèches s'effondraient à travers la ville, éparpillant des fragments de pierre et de champignons, bloquant les rues et séparant les forces ennemies en cent petites poches. Coupés les uns des autres et de leurs chefs, ils seraient une proie facile pour les troupes de Golgari qui pullulent dans tous les tunnels et crevasses.

Et en parlant de meneurs...Vraska avait gardé son emplacement et ses ingénieurs l'avaient arrangé pour qu'aucune des flèches n'écrase la place centrale. La poussière et la fumée emplissaient l'air, mais elle pouvait voir Ral se retirer, en compagnie de l'un de ses éclaireurs. Vraska dégaina son sabre avec un grand sourire et partit à sa poursuite.

Le deuxième éclaireur, une femme gobeline à l'armure d'argent de Boros, lui barra le chemin et Vraska évita une flèche bien dirigée. L'éclaireur en envoya une autre et Vraska tenta d'esquiver, mais avant que le soldat Boros ne puisse relâcher elle esquiva latéralement. L'arc lui tomba des mains alors qu'elle se tenait la gorge, le visage prenant une laide teinte bleu-noir. Avec un halètement étouffé, elle s'effondra, ses jambes frappant la terre. Mazirek sortit de la fumée à côté de Vraska, ses membres antérieurs étaient toujours couverts d'auras vacillantes de magie de la mort. Xeddick s'approcha de l'autre côté et elle sentit son inquiétude se presser dans sa tête.

« Je vais bien, » grogna-t-elle. « Allez, on s'en prend à Zarek. »

Les krauls traversaient l'air tout autour d'eux alors qu'ils se pressaient dans la ville dévastée, les gros insectes volaient et descendaient sur les habitants de la surface où ils les trouvaient. Les boulons de l'arbalète zippés vers le haut, et la magie explosa et craqua. Vraska entendit les cris de guerre des elfes Devkarins se jetant au combat, prêts à tout pour prouver leur fidélité à la nouvelle reine, ainsi que les sombres intonations des prêtres guerriers Orzhov.





Il n'y avait rien qu'elle puisse faire maintenant, aucun contrôle qu'elle ne pourrait exercer sur la bataille. C'était bien pour elle. Elle n'avait jamais été général, leader.

Ce que je suis, pensa -t- elle, en traquant Ral dans les décombres, c'est un assassin.

Les soldats ennemis, rompus et confus, se jetèrent sur elle. Une douzaine de srânes submergèrent une porte cassée. Mazirek siffla à plusieurs reprises et Vraska chargea les autres, son sabre tourbillonnant autour d'elle dans une danse exubérante de la mort. Elle laissa les créatures inhumaines entaillées et brisées sur la pierre, leur sang peignant l'épave, et partit à la recherche de plus de proies.

J'étais une imbécile.

Un chevalier Orzhov l'a confrontée, un homme énorme avec une épée géante qui laissait des traînées dorées brillantes dans les airs. C'était une chose lente et lourde, mais son épausse armure dévia son sabre en une pluie d'étincelles, et il appuya avec confiance sur son attaque, une lame massive retournant vers elle.

Une imbécile à croire Zarek. A faire confiance à Jace. A croire ce qu'il m'a dit de moi.

Vraska esquiva, laissant l'espadon passer si près qu'il trancha l'une de ses vrilles. Quand ce fut passé, elle apparut à la portée de l'homme et laissa le pouvoir s'accumuler derrière ses yeux. La lueur l'envahit et il se raidit dans un gris solide et sans vie. Elle s'éloigna de lui en riant.

C'est pour ça que j'ai été faite. Elle a traversé la fumée et la poussière, laissant la mort dans son sillage. C'est ce que je suis.

Bolas le savait depuis le début. Je viens... je me suis oubliée.

Tu t'es oubliée ? [/i]La voix de Jace flottait dans sa mémoire. Ou as-tu découvert que tu avais le choix ?

Tais. Toi. Le sourire de Vraska se transforma en un grondement fixe et elle s'avança, démembrant une autre meute de srânes et faisant du prêtre qui les accompagnait des morceaux sanglants. Je n'aurais jamais dû t'écouter. Je n'aurais jamais dû...

Boom. Quelque chose secoua le sol, encore. Plus de charges ?

Elle s'arrêta net à un intervalle dans le mur d'une tour tombée. De là, à travers les brèches dans la fumée qui s'échappait, elle pouvait voir la plus grande partie de la ville, y compris l'arceau où les habitants de la surface étaient entrés. Il était solidement bloqué par des morceaux de pierre et de débris fongiques, mais elle observa un petit morceau de roche qui se détachait du blocage, atterrissant avec un craquement et un panache de poussière. Un autre suivit et un autre. Quelque chose se fraye un chemin.

Lorsque l'écart fut suffisamment grand, il était plus grand qu'un géant, marchant sur sept jambes maigres, avec deux bras massifs se terminant par d'énormes poings et un troisième qui projetait une sorte de tube. Il tordit ce dernier pour viser près de ses pieds et une nappe de flammes éclata, parcourant les pierres brisées comme un liquide. Sur la tête de la chose, des formes plus petites dansaient et sombraient dans la joie.





Ce n'est pas une créature, réalisa Vraska. C'est une chose, une construction, du mizzium et de l'acier assemblés en une machine à tuer titanesque dans un atelier de chimie folle. Et ce n'était pas le seul. Dès qu'elle a dégagé l'entrée, un autre véhicule énorme est passé, celui-ci grondant sur le sol sur des bandes de roulement se chevauchant. Un troisième, bipède, titubait derrière lui, sa partie supérieure déjà en feu, à la consternation de son équipage gobelin. Puis un autre et un autre...

Le grondement de Vraska s'élargit. Elle baissa les yeux et vit Zarek, debout sur un morceau de rocher brisé, observant l'arrivée de ses renforts avec un air de satisfaction.

Je vais effacer ce regard de ton visage. Bannir au fond de mon esprit la mémoire de Jace. Vraska se précipita.



Les constructions de guerre de Nivix traversèrent l'écart, sur les jambes, les roues et les marches. Ral avait vidé les laboratoires de tout ce qui pouvait servir d'arme, chaque projet apocalyptique et secret caché. C'était un groupe hétéroclite, ne travaillant pas le moins du monde, et plusieurs d'entre eux étaient déjà tombés en panne, avaient pris feu ou avaient explosé. Mais ceux qui restaient étaient dévastateurs, flamboyant au-dessus des hordes de Golgari qui avançaient, les balayant avec de grands membres, ou les réduisant en morceaux avec cent lames rotatives.

Au moins une chose s'était passé comme prévu. Il ne s'était pas attendu à ce que Vraska fasse exploser sa propre ville, juste pour semer la confusion dans ses forces. Il toussa devant l'air étouffé par la fumée et s'épongea le front. Un éclat de roche l'avait déchiré, projetant un filet de sang sur ses cheveux et menaçant d'entrer dans ses yeux.

Ce qui était supposé être une bataille organisée s'était fragmenté en une centaine de minuscules mêlées et il n'y avait aucun moyen de dire qui gagnait et qui perdait. Ral conclut qu'il valait mieux qu'il retourne dans le tunnel – je peux peut-être trouver Kaya – quand il entendit des pas s'approcher. Il fila, juste à temps.

Vraska. Elle était rapide, plus rapide qu'elle n'avait le droit de l'être, jaillissant d'un mur de pierre brisé et se dirigeant vers lui d'une course folle, les vrilles traînant derrière elle. Ral leva une paume et la foudre éclata, la frappant comme un chien méchant. Elle esquiva, puis sauta en arrière alors qu'il envoyait un autre coup derrière elle.

« Mazirek ! » cria-t-elle. « Maintenant ! »

Quelque chose bougea dans les décombres. Un humanoïde – non, un ancien humanoïde, le cadavre d'une personne maintenant décomposée en lambeaux de peau et d'os. Les excroissances fongiques maintenaient la chose en place, et celle-ci avança dans une parodie de la vie, se désintégrant même au moment de son apparition. Zombie de pourriture. Ral effleura ses doigts et fit exploser la chose au mouvement lent en cendres brûlantes, mais deux autres avaient déjà émergé, gravissant les rochers brisés et les morceaux de champignons de la taille d'une maison. Il les brûla également et fit un pas en arrière lorsqu'une demi-douzaine de choses apparurent.

« Le truc, c'est que Ral, je te connais. » La voix de Vraska venait d'un endroit qu'il ne pouvait pas voir, parmi les décombres. « Je connais tes forces et je connais tes faiblesses. Nous sommes loin du ciel, ici-bas. Tu n'as pas le pouvoir de vous en servir. Et tu as cet accumulateur sur le dos, mais... » Elle eut un petit rire moqueur. « Combien de temps ça va durer ? »

« Assez longtemps, » gronda Ral, alors que son éclair traversait la ligne des morts-vivants. J'espère.







Kaya se détourna du poing du troll, ses poignards tirant des lignes de sang vert de son avant-bras. Il rugit et tourna pour la suivre, la plaie guérissait déjà. Kaya jura et retomba dans l'attente d'une opportunité.

Elle arriva quand le troll s'avança, les deux bras écartés pour l'envelopper dans une étreinte mortelle. Kaya fit un pas de côté, passant à travers le bras gauche du troll et planta une de ses dagues à l'épaule. Utilisant la lame comme poignée, elle sauta au sommet de la créature laide, saisissant la crinière de cheveux emmêlés à l'arrière de son cou épais. Elle utilisa l'effet de levier pour se pencher en avant et conduire son autre poignard jusqu'à la garde dans les yeux.

Le troll résista et rugit, et pendant un moment elle pensa qu'il pourrait survivre même à cela, mais finalement, il reçut le message qu'il était mort et affaissé sur le sol rocheux. Kaya mit pied à terre, récupéra ses dagues et regarda autour d'elle.





Elle découvrit que ses alliés manquaient cruellement de forces amicales. Elle avait été escortée par une paire de chevaliers et un escadron de srânes, mais le troll avait laissé leurs cadavres brisés éparpillés dans l'allée déchirée. D'autre part, il n'y avait aucun ennemi immédiatement apparent non plus. La bataille principale semblait être centrée sur l'entrée du tunnel, où les constructions d'Izzet détruisaient la horde de Golgari, mais il y avait des détachements dispersés de soldats Orzhov, des krauls volant, et qui savaient quoi d'autre menant des escarmouches désespérées dans toute la ville. Kaya vit la foudre jaillir d'un affleurement rocheux à une certaine distance, ce qui signifiait probablement Ral, et elle décida de se diriger dans cette direction, faute de meilleures options lorsque quelqu'un l'appellerait.

« Maître de guilde ! » Une femme aux couleurs d'un prêtre Orzhov tomba d'un mur à moitié détruit. « Êtes-vous blessée ? »

« Juste quelques égratignures, » dit Kaya, donna à ses dagues un tourbillon et les gaina. « Je suis assez perdue, cependant. Où sont les autres commandants ? »

« Le chevalier du désespoir m'a envoyé pour vous retrouver", dit la prêtresse en s'inclinant. « Il a pris le commandement quand le vôtre été coupé. »

« Bien pour lui », dit Kaya.

« Nous devrions revenir dès que possible. » La prêtresse fit un geste vers une brèche dans les rochers. « De cette façon. Nous pouvons rester à l'écart des forces ennemies. »

Kaya hocha la tête. La prêtresse se redressa alors qu'elle s'avançait...

Et ne devrait-elle pas montrer le chemin sans me faire signe de la tête comme un larbin de palais ?

De telles pensées nauséabondes et suspectes avaient joué un rôle important dans la survie de Kaya pendant toutes ces années, et elles prouvèrent de nouveau leur valeur, car elle se détournait déjà lorsque de l'acier brilla dans les mains du prêtre. Elle était trop proche pour échapper complètement au coup, mais ce qui devait être un coup de poignard dans le rein se transforma en une entaille peu profonde le long de ses côtes, saignant librement mais pas sérieusement.

Kaya dansa en arrière, arrachant ses propres dagues de leurs fourreaux. Le prêtre a tourné le petit couteau dans sa main gauche et a tiré une lame plus grande avec sa droite, tombant dans un accroupissement. Ils se regardèrent pendant un long moment méfiant.

« Je suppose que je ne peux pas te convaincre que c'est une mauvaise idée », murmura Kaya.

« Vous êtes un fléau pour Orzhov, » siffla la femme. « Vous devez être enlevée. »

« Je ne le pensais pas. »

Kaya chargea, prenant son adversaire au dépourvu. Malgré tout, la femme était bonne, offrant sa plus grande lame comme une feinte tout en visant à frapper le flanc de Kaya avec une arme plus petite. Kaya se retourna et tourna la tête, mais la prêtresse recula avec une entaille qui ouvrirait les entrailles de Kaya si elle avait poussé trop loin en avant. Elles se remirent à égaliser, leurs couteaux brillants.

Je n'ai pas le temps pour ça, pensa Kaya. La blessure à son côté lui faisait très mal et sa chemise était couverte de sang. Tout autour d'eux, les krauls bourdonnaient dans les airs, les flèches volaient et la magie craquait et éclatait.

Elle chargea à nouveau et cette fois, quand le prêtre se déchaîna avec sa longue lame, Kaya la traversa. Son corps, rayonnant d'énergie pourpre, traversa celui de l'autre femme comme les fantômes qui étaient la proie de Kaya. Une fois qu'elle fut passée, elle se rematérialisa et tomba sur un coup bas qui repoussa les jambes de la prêtresse et l'envoya au sol. Kaya roula sur elle, une botte retombant violemment sur la main de la femme, où elle tenait toujours son petit couteau, l'une des lames de Kaya pressée contre la gorge de son adversaire.

« Maintenant, » dit Kaya. « Pour qui travailles-tu ? Lequel de mes collègues de guilde si fidèles veut ma mort ? »

« Est-ce que ça importe ? » cracha la prêtresse, ses yeux provocants. « Quand nous vous tuerons, nous capturerons votre esprit et le garderons dans nos cachots pour le torturer jusqu'à ce qu'il ne vous reste plus que la folie et la douleur... »

Les yeux de la femme gonflèrent et son dos se cambra. Un instant plus tard, du sang coula de sa bouche et de ses yeux et elle s'affaissa mollement sur le rocher. Kaya sentit une trace persistante de magie de la mort s'éloigner de la brise.

« Merveilleux », dit-elle à haute voix, roulant lentement du cadavre. Elle se remit debout, rangea ses poignards et commença à marcher dans la direction des éclairs presque continus. « Juste merveilleux. »



La dernière vague de zombies de pourriture se rapprochait de tous les autres, leurs mains griffues cherchant les vêtements de Ral alors qu'ils le soutenaient contre un rocher tombé, de nouveaux visages en décomposition se pressaient lorsqu'il se brûlait l'un après l'autre. La foudre crépitait autour de lui comme les barreaux d'une cage, des éclaboussures dans les mains, et les morts, froissés et brûlés par la force. Les yeux bouillis et éclatés, la peau noircie, les os pourris brisés. Mais ils continuaient quand même et il pouvait sentir la puissance de son accumulateur se décharger, comme une sensation de malaise dans son ventre.

« Ça suffit, je pense, » dit Vraska. Le rideau de zombies de pourriture se sépara et la gorgone s'avança, les mains sur ses hanches, le grand kraul noir à sa droite et le plus petit blanc à sa gauche. « Eh bien, Zarek ? Envie de se rendre ? Je peux être miséricordieuse, tu sais. »

Ral lutta pour reprendre son souffle, un point de côté douloureux, et leva de nouveau ses mains. Le pouvoir les traversait mais faiblement. Un arc d'énergie le connecta à Vraska, et elle tressaillit un instant, puis haussa les épaules alors qu'elle s'effaçait.

« Comme je le pensais. » La gorgone s'avança. « Je pense que je vais t'ajouter à ma collection. »

Ses yeux commencèrent à briller.

« Tu ne feras rien, traîtresse ! »

La voix retentit d'en haut et Vraska bondit en arrière, tirant son sabre. Un instant plus tard, Aurelia heurta la terre devant Ral, la force de sa plongée se propulsant dans une onde de choc qui fit craquer la pierre et fit bourdonner les dents de Ral. L'ange se leva face à la gorgone et tendit la main.

« J'ai eu des différends avec Isperia », déclara Aurelia. « Je ne peux pas le nier. Mais je ne peux pas non plus nier son attachement au bien commun, à la défense de Ravnica, en dépit de tout argument philosophique qui aurait pu nous diviser. Elle vous a fait confiance et vous a invité de bonne foi à notre réunion. Vous avez tourné cette confiance contre elle. » L'ange pointa Vraska de sa lame. « Pour cela, je ne peux pas vous pardonner. »

« Le bien commun », gronda Vraska. « Quel réconfort pour tous ceux qui ont été jetés dans une cage et battus sur ses ordres. »

Aurelia déploya ses ailes et réduisit la distance entre elles d'un seul battement puissant. Vraska se tenait debout, sa lame d'acier interceptant celle luisante de l'ange avec un son qui ressemblait à des clous sur du verre. L'habileté de Vraska avec son sabre est évidente, mais Aurelia était bien plus forte et la gorgone fut repoussée pas à pas. L'ange combattit avec une efficacité sereine qui dissimulait la fureur de ses paroles, martelant la défense de Vraska, se retirant hors de portée lorsque le regard de la gorgone s'illuminait de son regard pétrifiant.

En fin de compte, c'est le sabre dans la main de Vraska qui ne pouvait plus en supporter. Elle a paré, en croix, et l'arme brisée, des fragments d'acier frappant les rochers environnants. Vraska trébucha en arrière, les yeux écarquillés, ses vrilles se tordant, une longue coupure sur une joue saignante de vert.

« Mazirek ! » cria-t-elle en pédalant en arrière alors qu'Aurelia avançait.

Mais c'est le kraul albinos qui apparut, se dressant entre la gorgone et l'ange. Ral sentit la voix de la chose résonner dans son esprit, assez fort pour l'envoyer à genoux dans la douleur.

NON ! éclata le kraul télépathe. Cours, amie-Vraska !

« Xeddick ! » cria Vraska, ses mains tapant sur ses oreilles dans une tentative inutile de garder le cri télépathique.

Aurélia seule résista à l'assaut mental, se penchant en avant, comme si quelqu'un se heurtait à la tempête. Elle fit un pas en avant, puis un autre, les ailes déployées. Le kraul blanc se concentra sur elle, redoublant d'attaque et l'ange s'arrêta un instant.

Cours, commanda la voix mentale. S'il te plaît.

Vraska jura violemment et se jeta par-dessus la barrière rocheuse la plus proche, disparaissant de vue juste au moment où Aurelia faisait un autre pas en avant. Sa lame de lumière descendit, découpant la tête du kraul blanc en deux lors d'une explosion d'ichor. L'insecte s'effondra et la pression mentale disparut, laissant Ral haletant. Sa vision s'assombrit un instant. Quand tout s'éclaircit, Aurelia se plaça devant lui, tendant la main.

Résumé



Spoiler: Montrer
Tandis que Ral, Kaya et les troupes, majoritairement d'Orzhov, avancent dans le tunnel menant à Grek'ospen, cité des krauls qu'ils doivent prendre, Vraska et son armée se tient prête. Elle se trouve seule au milieu de la place centrale, ce que les éclaireurs voient comme une possibilité de négocier.

Ral va donc la voir, seul, mais reste à distance raisonnable. Il tente de la convaincre de les laisser prendre cet endroit, et aucun Golgari ne serait blessé. Mais elle refuse d'abandonner aux mains ennemies l'une des villes de Golgari les plus anciennes, et elle éclate de rire alors que le toit s'effondre sur la majorité des troupes de Ral.

Les hordes de krauls passent à l'attaque alors que Ral bat en retraite, laissant ses troupes mener des escarmouches contre l'adversaire, les tours de la cité explosant grâce à leur résine hautement inflammable. Vraska poursuit le second de Niv-Mizzet, mais il parvient à la surface malgré tout, profitant de l'instant de doute de Vraska, qui se remémore la confiance que Jace avait en elle.

Là, un grand nombre de créatures de mizzium, inventions fiévreuses dont la moitié s'effondre simplement, entreprennent de décimer les troupes de Golgari sous le regard amusé de Ral, qui reste en hauteur. Il finit cependant par s'éclipser, et est à nouveau poursuivi par la Reine des Golgari. Seulement, il se trouve dans une impasse.

Des zombies de pourriture s'élèvent, et Vraska s'amuse de le voir s'acharner contre les créatures, son accumulateur perdant peu à peu de son énergie. Pendant ce temps, Kaya, après avoir tué le troll ayant décimé sa garde rapprochée, trouve une prêtresse de sa guilde qui l'invite à la suivre pour rejoindre le chevalier du désespoir.

Mais son manque de déférence pieuse fait que Kaya se méfie, et elle fait bien, car la prêtresse tente de l'assassiner. Suite à un combat, Kaya la neutralise, et lui demande qui elle sert, lequel des membres de la guilde veut sa mort. Mais bien sûr, elle ne le révèle pas, et Kaya la tue.

Ral quant à lui voit l'énergie de son accumulateur disparaître. Alors, Vraska avance vers lui, et comme il refuse de se rendre, elle laisse l'énergie emplir ses yeux, pour en faire un joli ornement... Mais Aurélia s'interpose alors, et va pour tuer Vraska. Elle est protégée par Xeddick, qui se sacrifie pour elle, tandis qu'elle prend la fuite.



Ajouter une louange


Vous devez vous identifier pour participer.

Appréciation

Contenus relatifs

Sondage

Qui aurait dû faire partie du casting des planeswalkers du Trône d'Eldraine ?

Résultats
(déjà 229 votes)