Les Vieux contes : Talrand, invocateur céleste - Magic the Gathering


Les Vieux contes : Talrand, invocateur céleste

Articles
par Drark Onogard, le , 320 consultations

  La storyline de Magic / Magic 2013

Lors de l'édition Magic 2013, les cartes étaient à l'honneur dans les histoires. Commençons notre épopée par le récit de celle de Talrand, invocateur céleste !

     

Pour Magic 2013, les cartes étaient vedettes des histoires : cette fois, c'est Talrand, invocateur céleste qui est à l'honneur, avec une histoire dédiée. Vous pourrez trouver l'article original ici.

Talrand, invocateur du ciel



L'énorme corps du baloth convulsa une dernière fois dans la gueule de Kalyntri, ses yeux écarquillés s'échappant de la rage et de la peur qui avaient marqué ses derniers instants aux démissions chaotiques de son souffle et de ses soins. Alors que les yeux de la bête s'assombrissaient, Kalyntri broya de sa mâchoire le torse du baloth, d'épaisses plaques blindées osseuses cassant comme des bâtons alors que le beau sang et la viande commençaient leur passage précipité dans la gorge du dragon.

Kalyntri s'arrêta de manger pour rugir son triomphe vers le ciel et la mer. Il voulait que Talrand l'entende, où que fussent les damnés. Les proclamations de Talrand avaient été très claires : tout le Kapsho était désormais le royaume de Talrand et tous ses habitants sous le contrôle de Talrand. Les prédations de Kalyntri étaient terminées, déclara Talrand, et le dragon devrait se mettre à genoux, quitter les mers Kapsho ou mourir. Son royaume ? Kalyntri goûterait la moelle des os de Talrand !

Le dragon regarda les autres baloths encore soutenus dans un grand cercle. C'étaient des prédateurs féroces, habitués à la domination, mais ils savaient qu'il valait mieux de ne pas défier Kalyntri. La loi de la supériorité était naturelle, suivie de celles du domaine de Kalyntri pendant des centaines d'années. Suivies par la plupart, de toute façon. Les baloths sortirent de la clairière, se retirant dans les jungles de leur île natale. Kalyntri balança ce qui restait de la carcasse dans les airs et ouvrit grand la bouche pour l'attraper en descendant, l'avalant en entier. Son ventre enfin rempli, il s'éleva dans les airs, prêt une nouvelle fois à surveiller son empire.





C'était un grand domaine. Kalyntri était le maître naturel de cette partie des mers de Kapsho depuis plus de 300 ans. Bordé de grandes îles au nord et au sud, entre les milliers de kilomètres carré d'océans et d'archipels, son domaine était un parfait terrain de chasse pour le dragon vorace. De façon occasionnelle, des humains s'installaient sur les îles, mais quand leur communautés devenaient trop grosses, Kalyntri les détruisait. Les ondins aussi avaient offensé plusieurs fois Kalyntri mais il glissaient dans le gosier du dragon aussi facilement que n'importe quelle autre nourriture de la mer. 

Talrand était la première fausse note dans ce qui avait été autrement une harmonieuse mélodie de pouvoir et de nourriture pendant toutes ces années. Talrand était apparu un an auparavant dans une des grottes des îles que Kalyntri utilisait comme antre. Bien qu'étant un ondin, il semblait autant à l'aise sur la terre ferme que dans les mers. Encore plus originale était l'évidente énergie magique qui irradiait de lui. Un sorcier, et un très puissant en plus de cela. Très étranges et très dérangeants pour Kalyntri, ses compagnons drakôns qui volaient autour de lui. Kalyntri avait écouté l'ondin jacasser pendant quelques secondes avant de lui répondre par un étincelant éclat de flammes qui emplit la caverne. Il ne s'attendait pas à ce que le sorcier ne meure pas aussi facilement, et il n'y avait aucune pile d'ossements carbonisés ou de cendres suggérant que le problème avait été rapidement réglé. Talrand était simplement parti, et ce problème et ces drakôns obsédaient Kalyntri.





Les dragons et les drakôns, les « petits dragons », ont toujours eu une relation conflictuelle. Les drakôns craignaient leurs grands cousins et la supériorité évidente des dragons. Mais ce qui leur manquait de pouvoir, ils le rattrapaient en nombre. Pour eux et pour le monde extérieur, ils étaient connus sous le nom de drakôns et ils étaient partout. Connaissant les charognards, ils chassaient en meute, se servant de leur nombre pour faire tomber des proies auxquelles ils n'avaient pas le droit. Mais le pire pour Kalyntri étaient ces drakôns qui avaient renoncé à toute prétention de liberté, comme ceux qui servent maintenant le nouveau Talrand.

Comment Talrand a-t-il pu convaincre les drakôns de le servir ? Certes, les petits, toujours jaloux du pouvoir, avaient toujours voulu servir ceux qui le possédaient ; Kalyntri lui-même en eut quelques-uns au fil des ans. Mais les efforts et la portée de Talrand suggéraient un soutien surprenant pour le dragon. Eh bien, quelle que soit la puissance du mage, le règne de Talrand s'achèverait une fois que sa tête serait arrachée de ses épaules et consommée comme une collation délicieuse. Maintenant, tout ce que Kalyntri devait faire était de le trouver.





Le dragon planait haut sur les mers Kapsho. Ses ailes entièrement déployées, le soleil brillant sur les écailles rouge métallique de sa tête et de son dos, Kalyntri savait qu'il était un spectacle impressionnant. Une comète rouge parmi les mers et les cieux azurés. Personne n'osait le confronter. Personne n'avait osé pendant si longtemps. C'était peut-être bien que les bravaches occasionnels, idiots et arrogants aient des prétentions. Cela faisait peut-être trop longtemps que Kalyntri n'avait pas eu l'occasion de montrer pleinement son pouvoir.

Perdu dans cette pensée, Kalyntri faillit presque manquer le seul nuage de tempête sombre qui se dressait devant lui. Un seul petit nuage de noirceur au milieu d'un ciel bleu sans fin. L'air avait le parfum acidulé d'une nouvelle tempête, récemment passée. Alors que Kalyntri volait plus bas, il pouvait voir un petit groupe d'îles qui parsemait l'eau sous les nuages. Et là, au milieu des îles, dans l'eau, il y avait un homme. Non, il était sur l'eau. Et ce n'était pas un homme, mais un ondin.

Bons dieux, Talrand était-il suicidaire ? Ou peut-être simplement que cet idiot délirait. Kalyntri n'avait jamais compris ce que pensaient les petites races. Il chargea en piqué avec impatience, ne voulant plus perdre Talrand comme il l'avait fait la première fois. Mais cette fois, Talrand avait choisi les mers grandes ouvertes. Pas d'endroit pour fuir, pas d'endroit pour se cacher. Et si Talrand pensait pouvoir nager... Kalyntri avait cconnu de nombreuses collations savoureuses qui pensaient que les océans les plus profonds constituaient un refuge suffisant.





Talrand se tenait sur l'eau, de petites bulles bouillonnant constamment dans la mer sous ses pieds pour le maintenir en l'air. Il n'y avait pas de drakôns autour, non pas que quelques-uns d'entre eux auraient fait la différence. Kalyntri avait vu beaucoup de gens pendant son long règne et Talrand n'avait rien de physiquement remarquable – aucun signe clair qu'il s'agissait d'un être prétendant à la grandeur. Il était juste une petite marionnette de viande sur deux jambes, comme les milliers d'autres marionnettes de viande que le dragon avait mangées ou brûlées au fil des ans. Sauf que la plupart des marionnettes de viande n'avaient pas le pouvoir magique que Talrand semblait avoir. Mais même des magies puissantes ne pouvaient rivaliser avec un dragon enragé.

Le fou levait la main. Kalyntri était amusé. Il voulait entendre les derniers mots de cette marionnette de viande. Le dragon plana à une courte distance du mage à la peau bleue, ses narines laissant délibérément des bouffées de fumée. Sens la chaleur croissante, sens ta mort imminente. Kalyntri n'avait pas encore décidé s'il allait manger ou incinérer Talrand. Les deux seraient immensément satisfaisants. Talrand leva les yeux sur le dragon et son visage ne trahit aucune peur, aucune allusion au destin brûlant qui l'attendait bientôt. Kalyntri était émerveillée par le pouvoir d'auto-illusion du mage.

« Je ne voulais pas avoir à te tuer. J'aurais plutôt préféré trouver un moyen de t'utiliser de manière productive. Ta force et ta prévisibilité sont deux atouts majeurs. J'ai exploré plusieurs moyens de te garder en vie. Je regrette qu'aucun ne soit viable. » Tandis que Talrand parlait, sa voix était calme et rationnelle. Une voix forte, manifestement de meneur. Mais la voix d'un homme fou. Et bientôt être mort. La rage de Kalyntri se construisait avec chaque souffle chaud traversant ses narines.

« En fait, en t'examinant de plus près, toi et tp, environnement, je suis devenu presque envieux. Tu es fait pour vaincre ceux qui sont plus faibles que toi. C'est une vie simple, dans laquelle tu étais très bon. Malheureusement, je suis fait pour effectuer des activités plus complexes, apprendre, analyser, comprendre, et une fois que j'ai compris comment fonctionne quelque chose – un sort, un système, une culture, le monde – il faut que je le rende plus performant. Comment ne pas le faire ? Oui, parfois, je souhaiterait être juste un prédateur. »

Kalyntri rugit, une rage incandescente qui se transmutait en une flamme brûlante, un éclair lumineux qui faisait bouillir toute l'eau et tout l'air qu'il touchait. Il va brûler ! Pourtant, Talrand était déjà en mouvement, courant latéralement sur l'eau, et le brouillard commençait à affluer de toutes les directions. Kalyntri remarqua un « écho » magique étrange lorsque Talrand convoqua le brouillard, mais il n'y prêta aucune attention alors qu'il se dirigeait vers l'avant, chassant la silhouette atténuée de Talrand. D'énormes geysers d'eau surgirent de la surface de la mer et formèrent des nœuds coulants autour des ailes du dragon, cherchant à le maintenir en place. Un autre écho étrange résonna dans l'esprit du dragon.





Kalyntri se libéra de ses liens aqueux et se souleva pour évacuer le brouillard. Plus haut dans les airs, il pouvait distinguer une faible silhouette humanoïde enveloppée de brouillard et se précipita pour attaquer. Talrand leva les yeux pour voir le dragon qui chargeait, et les vents et les vagues se précipitèrent pour le rencontrer. Il ralentit à peine le dragon alors qu'il lâchait une goutte de flamme lumineuse dirigée vers la tête de Talrand. À cette courte distance, le mage n'avait aucune marge de manoeuvre et une poussée d'eau le rencontra et évita à peine la flamme.

Kalyntri ralentit et envoya sa queue massive fouetter le bord de la colonne d'eau, plus rapidement que prévu, et s'écroula sur Talrand avec une fissure aiguë qui fit voler le mage dans l'eau. Le dragon se retourna pour poursuivre et vit l'eau monter dans d'innombrables petits endroits pour amortir les coups de Talrand et ralentir sa vitesse mortelle. Un autre écho. Je vais manger sa tête ! Le dragon se précipita complètement dans Talrand et seul un mur d'eau faiblement invoqué l'empêcha d'écraser Talrand. L'impact du coup renvoya Talrand à nouveau s'étendre sur l'eau avant de sauter sur la plage de l'une des îles voisines.

Talrand était étendu sur le dos, couvert de sang et luttant pour se relever. Kalyntri s'approcha et sourit, ayant savouré la pensée de ce jour depuis une année. C'est la conséquence de la lutte contre le pouvoir.Le dragon battit lentement ses grandes ailes, planant au-dessus de la figure vaincue et battue, et se prépara à descendre et à se régaler. Talrand leva la tête et parla, sa voix semblant toujours étrangement forte et confiante. « J'ai un cadeau pour toi, dragon. Je t'apporte... » et ici il s'arrêta et leva les yeux, une ombre passant sur son visage alors que quelque chose s'interposait entre le soleil et son corps « ... la pluie ». Un autre écho. Kalyntri fit pivoter son long cou pour regarder le ciel. Il a vu le nuage d'orage qui marquait à l'origine l'emplacement de Talrand et de très grosses gouttes de pluie en tombaient maintenant. Il se retourna pour se débarrasser de cet ondin qui parlait inutilement, quand quelque chose déchira la membrane externe de son aile gauche.

Kalyntri hurla de douleur. Il leva les yeux et réalisa qu'il ne s'agissait pas de grosses gouttes de pluie tombant du ciel. Les drakôns. Les échos. Ils couraient du nuage au-dessus, des dizaines d'entre eux, trop nombreux pour être comptés. Tous visant Kalyntri. Un autre drakôn lui mordit l'oreille et s'envola alors que le dragon tentait de l'enfoncer dans sa gueule. Kalyntri laissa échapper un souffle de flamme mais il vira brusquement lorsque les drakôns s'échappèrent de son chemin.





Les drakôns entraient et sortaient, cherchant des endroits pour griffer et mordre Kalyntri. La majorité de la peau du dragon était protégé par des écailles épaisses, mais pas toute. Bientôt, l'air devint si dense en drakôns que Kalyntri ne put s'empêcher d'en déchiqueter quelques-uns sans en prendre le soin. Mais pour chaque un ou deux qu'il tuait, dix autres tiraient le sang du grand dragon. Kalyntri se rendit soudain compte qu'il était en train de perdre.

Ses yeux s'écarquillant de peur, il chercha à se lever, à fuir. Les petits ne peuvent pas me dépasser dans le ciel. Un grand geyser d'eau s'écrasa dans son corps depuis la mer et l'envoya s'étendre sur la plage. Il avait du mal à se lever, échouait. J'ai perdu tellement de sang. Et toujours les drakôns grouillaient, picoraient, mordaient, mâchaient. Il essaya d'appeler plus de flammes, mais ses flammes étaiten épuisées. Et il y avait Talrand, debout à côté, encore ensanglanté et meurtri, mais semblant calme et confiant. Kalyntri voulait désespérément manger ses os. Le corps du dragon continuait à se battre, mais avec des mouvements plus doux à chaque fois.

Le dragon vit un grand drakôn arriver de l'océan plus profond et du côté de Talrand. Talrand gratta sous le menton du drakôn qui émit de petits ronronnements gutturaux. Puis le drakôn regarda le dragon et sa faim était indéniable. Une faim que le dragon lui-même possédait il n'y a pas si longtemps. Ou était-ce une éternité ?

Le drakôn regarda Talrand et Talrand hocha la tête.

« Comme je l'ai promis. Servir signifie mettre fin à la tyrannie des dragons. Il est à toi. » Le drakôn courut jusqu'au dragon. Il regarda dans les yeux écarquillés de Kalyntri, récemment marqués par la rage et la peur, laissant maintenant place à la prise de conscience de la nécessité physique, de ces démissions de respiration et de soins. Le drakôn disparut de la vue de Kalyntri, puis le dragon sentit des mâchoires acérées sur son cou non protégé, et il les sentit se contracter. Les yeux du dragon s'assombrirent.

Edité 1 fois, dernière édition par Drark Onogard le 23/08/2019



Ajouter une louange


Vous devez vous identifier pour participer.

Appréciation

Contenus relatifs

Sondage

Qui aurait dû faire partie du casting des planeswalkers du Trône d'Eldraine ?

Résultats
(déjà 370 votes)