Les vieux contes : Usée - Magic the Gathering


Les vieux contes : Usée

Articles
par Drark Onogard, le , 215 consultations , 1

  La storyline de Magic / Magic 2013

Cette semaine, nous nous intéresserons à l'histoire d'une pauvre poupée de son, maudite pour l'éternité, de durer l'éternité...

     

Pour Magic 2013, les cartes étaient vedettes des histoires : cette fois, c'est la Poupée de son qui est à l'honneur, avec une histoire dédiée. Vous pourrez trouver l'article original ici.

Usée



Peux-tu le voir ? Ce point rouge haut dans le ciel nocturne ? C'est un présage de destruction. Il n'y en a pas beaucoup dans ce monde fou sur lesquels vous pouvez compter. Mais si je suis certain d'une chose, c'est que ce point rouge se dirige tout droit vers moi.

Je suis un émissaire de la douleur. J'ai survécu à d'innombrables batailles, vu des générations sombrer dans la poussière et vu de puissants rois sombrer dans l'histoire. J'ai été torturée et maudite... pourtant j'ai survécu. J'ai fait l'expérience de choses qui feraient tomber à genoux en pleurant de désespoir le plus valeureux. Oui, j'ai enduré.

Il n'y a pas si longtemps, au beau milieu du Massacre des Arches, j'eus une révélation. J'étais à genoux dans le sang et la boue d'un champ de bataille détrempé par la pluie. Pendant des heures, hommes et bêtes s'étaient affrontés dans un combat acharné. Le tonnerre s'était écrasé autour de moi, noyant presque les hurlements de douleur et de fureur. Soudain, je fus submergée par un sentiment d'injustice accablant. Si j'avais eu une bouche, j'aurais crié aux cieux: « Absurdité ! Est-ce une vaine absurdité ? »

En cet instant, une lame dorée perça mon ventre. En fixant l'épée dorée dans mon gosier, je fus frappée par un moment de clarté dans un monde insensé. Tout à coup, je devais savoir : étais-je faite pour souffrir ?





Après avoir parcouru des hauteurs, je me mis en quête de réponses. Je cherchai de grands mages dans d'illustres académies d'apprentissage. J'implorai des moines dans leurs tours sombres de partager leurs connaissances cachées. Je tombai aux pieds de philosophes débattant des fondements de la vie elle-même. Personne n'avait de réponse pour une poupée en pleine crise existentielle... Juste plus de questions et, inévitablement, des tentatives de me mettre à profit pour leurs ambitions personnelles.

Pendant un temps, j'errai dans les ruelles et les allées à la recherche d'un but. La vue d'une famille paysanne heureuse à travers la fenêtre d'un cottage me plongea dans le désespoir. Suis-je seule au monde ? Oui, partout où je regarde, il y a d'autres personnes, mais parfois, c'est comme si personne ne pouvait comprendre. C'est comme si une barrière invisible m'empêchait de vraiment me connecter à quelqu'un d'autre. La douleur était toujours présente. En fin de compte, quelqu'un était toujours blessé. Et c'était un enfer d'être là quand j'avais une conscience coupable.

Il y a quelques mois, je fus kidnappée par des bandits et vendue à un fabricant maléfique. Il avait un sbire en peluche qui était possédé par l'esprit d'un homme assassiné. Enfin ! Je croyais que j'étais parmi les miens et que je n'étais plus reléguée aux fantaisies punitives d'un mage. Mais hélas, l'ours en peluche manquait de ma résistance et fut incinéré lors de son premier combat avec les villageois. Les villageois arrêtèrent le fabricant de jouets et j'étais dans la rue, livrée à moi-même.





Les corbeaux se moquèrent de moi alors que je partais, seule, à nouveau. Vous atteignez un certain âge et vous vous demandez, suis-je plus que la somme de mes parties ? J'ai sûrement une essence qui va au-delà de la toile de jute et du coton. Avec autant de tourments que j'ai subis, n'ai-je pas droit à quelque chose de plus grand ?

Bientôt, le bruit sourd des sabots au galop secoua le sol. Une caravane de nomades apparut, leurs bannières en lambeaux, les derniers vestiges d'un royaume, étaient maintenant entre les mains de leurs ennemis. Alors que j'étais cueillie sur le bord de la route et jetée dans le sac d'un shamane, je voulais faire rage au ciel. Si j'avais eu un poing, j'aurais secoué le ciel. N'ai-je pas de libre arbitre ? Hélas, étant donné mes tendances autodestructrices, cette enquête philosophique est la moins fructueuse de toutes.





Aujourd'hui, je suis disciple d'un puissant shamane nomade. Elle est encore une autre candidate dans la lutte épique pour le pouvoir qui se joue au cours des époques et des frontières changeantes. Ce soir, nous sommes aux prises avec une légion de chevaliers alors qu'elle se heurte à un croisé célèbre. Je peux le voir sur la crête surplombant le champ de bataille. Son grand casque en argent clignote alors que la foudre se bloque dans le ciel. Pourtant, malgré toute sa gloire, il est inconscient du point rouge, grossissant de plus en plus.

La vie avance sans cesse et je parcours une route sans fin. Malgré la bataille qui fait rage autour de moi, je prends un moment pour faire une pause et réfléchir. Si j'avais une colonne vertébrale, je lèverais la tête vers ce phare de destruction. Mon destin est le travail vengeur et l'acceptation est le chemin de la moindre résistance. Après tout, je sais ce qui me pèse et comment, dans quelques secondes, la bataille sera finie.





Finie pour le croisé, dans tous les cas. Moi ? C'est juste un autre jour, un autre météore, et pas plus proche du sens de la vie.



Ajouter une louange


Vous devez vous identifier pour participer.

1 Louanges



Vinhan32
Le 19/09/2019

Mdr j'ai qqs fois joué la poupée de son mais j'ai toujours voulu essayer un météore shivân dessus ! xD

Appréciation

Contenus relatifs

Sondage

Qui aurait dû faire partie du casting des planeswalkers du Trône d'Eldraine ?

Résultats
(déjà 229 votes)