Les vieux contes : La Louange de l'Âme du Monde - Magic the Gathering


Les vieux contes : La Louange de l'Âme du Monde

Articles
par Drark Onogard, le , 316 consultations , 4

  La storyline de Magic / Retour à Ravnica

Vous vous demandez qui est la Massacreuse, créature légendaire arrivée en War of the Spark ? Et si une petite histoire vous dépeignait le personnage ?

     

Ravnica est un plan rongé par une multitude d'intrigues, décuplées par la présence de dix guildes. Ici, Selesnya, Gruul et Rakdos sont impliqués, Ruzi au centre. Ce chevaucheur de loup va devoir faire face à un assassin renommé, La Massacreuse. Vous trouverez l'article original en trois parties ici, ici et ici

La Louange de l'Âme du Monde : Partie 1



« Pointes ! » grinça la jeune elfe avant de tirer désespérément sur la rêne gauche. Son loup vira brusquement et trébucha. L'elfe le saisit, glissa sur le côté de la selle et ils tombèrent tous les deux maladroitement sur le sol.

Ruzi combattit l'envie de rire. « Pointes ? Est-ce que c'est ton nouveau surnom ? »

Le loup gronda en réponse à sa question et jeta un regard indigné au jeune elfe.

« Dis-moi ce que tu as fait de mal », dit Ruzi à son élève à deux jambes.

C'était la première fois que l'elfe se trouvait dans la salle de formation, qui combinait course d'obstacles et salle de classe. La grande salle aérée avait un vaste sol d'entraînement avec un réseau élaboré de hauts câbles et d'obstacles suspendus. La pièce sentait les copeaux de cèdre et le chèvrefeuille qui fleurissait sur les murs en treillis. Par temps ensoleillé comme aujourd'hui, Ruzi ouvrait la lucarne en verre orné pour laisser entrer la brise estivale.

En tant que maître-entraîneur, Ruzi apprenait aux jeunes Selesnyans et à leurs loups à devenir des chevaucheurs de loups. L'assortiment de boîtes, de piliers et de poutres était conçu pour imiter l'environnement auquel ses étudiants seraient confrontés lorsqu'ils traverseraient les toits de la ville.





« Tiré trop fort ? » marmonna-t-elle en balayant le sable de la fourrure rougeâtre de son loup. La jeune fille et son loup, tous les deux au début de l'adolescence, avaient la curiosité aux yeux écarquillés qui lui manquait depuis son enfance. Ils avaient aussi les longs membres lugubres qui ne lui manquaient pas du tout.

« Et ? » incita Ruzi.

Quand elle eut l'air confuse, il se tourna vers le reste de ses élèves, qui l'observaient attentivement depuis l'estrade en bois qui faisait le tour du périmètre de la salle d'entraînement. Ce groupe de jeunes était nouveau dans l'entraînement, mais tous étaient nés dans le Conclave, il reconnaissait leurs visages. Les cavaliers devaient tisser des liens avec les chiots dès leur plus jeune âge. Les recrues adultes de la guilde atteignaient rarement le statut de Chevaucheur de loup.

Personne ne parla. Ils regardèrent juste leur professeur avec une révérence silencieuse. Ruzi était une légende parmi les Selesnyan, ce qui le contrariait le plus. Mais il ne faudrait que quelques séances d'entraînement aux jeunes pour oublier son héroïsme lors des émeutes de circonscription et se concentrer sur le travail qu'il faut faire pour devenir des cavaliers compétents.





« Elle a ralenti avant d'atteindre le faisceau », déclara Ruzi. Il tourna la manivelle sur une poulie et souleva l'étroit faisceau haut du sol. « En diminuant votre vitesse, vous diminuez votre agilité. Vous devez faire confiance à l'instinct de votre loup et ne pas céder à vos peurs. »

« Kuma ! » Ruzi appela son loup, qui sautait déjà de l'estrade pour prendre sa place à côté de son cavalier.

Kuma était sans selle ni rênes, alors Ruzi s'accroupit sur le large dos du loup. Dès que Kuma sentit le poids de son cavalier, il sauta entre les plates-formes décalées jusqu'à atteindre la station la plus haute près du plafond. Le faisceau étroit se balançait dans le vent qui balayait la lucarne ouverte. Mais Ruzi fit avancer son loup sans hésiter. Kuma sembla danser sur toute la durée tandis que Ruzi imitait des flèches qui tiraient sur ses élèves émerveillés.

De retour sur le sol, Ruzi sourit à Kuma, qui souriait à pleines dents. « Fais confiance à ton loup, » dit-il. « Suppose qu'il est au moins deux fois plus intelligent que toi. »

Ses élèves se mirent à rire et se dirigèrent vers la sortie, s'amusant avec les loups avec lesquels ils étaient liés depuis avant de pouvoir marcher.

Lorsque le dernier fut sorti, il reconnut enfin la dryade qui bouillonnait depuis la porte pendant presque toute la séance. Il avait voulu qu'elle parte, alors il l'avait ignorée et sa frustration croissante.





« Bienvenue, Mazena, » dit-il. « Que puis-je faire pour toi ? »

« Nous avons un message important de la part du maître de guilde Trostani, et tu nous a fait tenir debout pendant des siècles », rétorqua-t-elle.

« Voulez-vous que je néglige mes étudiants en faveur de toi ? » demanda-t-il. Mazena était l'un des conseillers les plus fiables de Trostani. Son charisme ne pouvait être réfuté, mais son légalisme était insupportable. Elle dégageait une aura de pouvoir et d'assurance qui l'attirait et le repoussait.

« Nous voudrions que tu passes plus de temps à louer l'Âme du Monde qu'à faire des tours de carnaval pour les enfants. »

« Il est difficile d'apprendre ce que vous ne pouvez pas voir de vos propres yeux, » répondit Ruzi. Ruzi n'était pas populaire parmi les dryades. Son mécontentement vis-à-vis des dirigeants de la guilde était largement connu et seul son passé héroïque le maintenait dans les grâces des dirigeants dryades.

« Et pourtant, l'Âme du Monde est notre plus grand professeur et notre plus grand mystère », affirma Mazena. Elle citait un passage des Enseignements de Trostani , le moyen le plus sûr de mettre fin à toute discussion.

« Qu'est-ce que tu veux ? » demanda Ruzi rudement, décidant que le débat philosophique ne faisait que prolonger l'inévitable. Ruzi aimait sa guilde : construire des jardins, élever des animaux, honorer la vie et la communauté. Mais secrètement, il aimait le travail de la guilde plus qu'il ne vénérait le monde. Les Selesnyans croyaient que l'Âme du Monde était un inconscient collectif qui les guidait vers l'unité et l'harmonie. Ruzi trouvait plus facile de faire confiance à son loup et à son arc, et de les utiliser si nécessaire.





« Nous voulons l'harmonie », déclara Mazena. « Nous voulons la paix. Nous voulons ce qu'il y a de mieux pour le Conclave. »

Ruzi avait vu beaucoup plus d'harmonie dans la menace de la violence que dans les chansons en l'honneur de l'Âme du Monde. « Pourquoi es-tu ici maintenant ? En ce moment. Debout dans ma classe. »

« Trostani a senti une situation... troublante », risqua-t-elle. « Tu dois aller aux Eboulis. Tu dois partir aujourd'hui. »

« Quoi ? » demanda Ruzi avec surprise. Les Eboulis étaient une étendue de terre en ruine qui commençait à l'extrémité de la Dixième Circonscription. « Ce n'est pas un maigre voyage. »

« C'est mieux pour le conclave », décréta Mazena. « Ou en tant que héros, penses-tu que tu es trop bon pour le service ? »

Ruzi combattit l'envie de se disputer avec elle. Il y avait quelque chose d'inexact dans chaque facette de cette déclaration. Mais telle était la nature manipulatrice des dryades.

« Que voulez-vous que je fasse là-bas ? Espionner les Gruuls ? Ramener du sanglier pour le dîner ? »

Malgré sa beauté, la dryade avait un visage remarquablement déplaisant. « Est-ce que tu dois vraiment demander ? »

« Vous voulez que j'aille chez Cecilee », dit-il. « Vous voulez que je trouve ma soeur. »

« Elle est ton sang, ta famille dans notre famille. Comment peux-tu hésiter ? »

Il hésita parce qu'elle avait changé depuis fille avec qui il avait grandi. Elle avait quitté Vitu-Ghazi pour s'installer dans la friche des Eboulis. Elle était partie soigner les malades et les mourants, pour apporter l'harmonie à ceux qui ne connaissaient que le chaos. Elle était partie et il ne s'attendait jamais à la revoir.

Quand ils étaient jeunes, Cecilee, Ruzi et son loup Kuma avaient été inséparables. Mais Cecilee était maintenant le chef de sa propre communauté, et les mots qui sortaient de sa bouche ne semblaient jamais comme ses mots. Il avait entendu dire qu'elle avait adopté un enfant Gruul abandonné pour l'élever comme le sien. Les chevaucheurs de loup qui lui avaient rendu visite lui avaient dit que son nouveau neveu avait même été nommé d'après lui. Mais Cecilee elle-même n'avait envoyé aucune nouvelle ni tenté de contacter son frère.

Malgré tout, Mazena la Manipulatrice avait raison sur un point. En ce qui concerne Cecilee, ce n'était pas en lui de dire non.

Quelques heures plus tard, Ruzi et Kuma avaient atteint le dernier toit au bord des Eboulis. Ce n'était pas encore l'aube, même si l'horizon lointain était teinté du rouge du lever du soleil à venir. Mal à l'aise, il scruta le sol inconnu en dessous.





Pendant des années, Ruzi et Kuma avaient parcouru le ciel ensemble. Il aimait flâner parmi les dômes pour se rendre à des flèches où il pouvait sentir la lumière du soleil sans obstruction. Des jardins sur les toits, petites taches de croissance et de couleurs qui donnaient de l'espoir à Ruzi chaque fois qu'il les repérait. Ruzi détestait le vacarme et la misère du sol, où le soleil filtrait à peine jusqu'aux pavés. En bas, tout était teinté d'une brume brunâtre. Les couleurs les plus vives étaient les vêtements des enfants.

Lui et son loup pouvaient voyager pendant des jours à travers les toits des bâtiments et les pattes de Kuma n'avaient jamais à raser les rues de Ravnica. Mais il semblait qu'ils n'avaient plus le choix. Devant eux, l'obscurité d'encre des Eboulis s'étendait comme une fosse de néant noir. Pas de lanternes, pas de parfum réconfortant de feuilles, rien qu'une garrigue désespérée de décombres et de sauvages.

« C'est là que Cecilee a choisi de reposer la tête ? » murmura Ruzi à son loup. Quelque part dans cette obscurité, se trouvait le petit vernadi de sa soeur , une communauté naissante d'évangles dévoués, qui tenaient à faire connaître la vérité sur Selesnya à tous ceux qui n'en avaient pas encore entendu parler.

« Si quelqu'un peut faire germer ses racines ici, c'est Cecilee », s'assura Ruzi, alors qu'ils revenaient sur leurs pas pour chercher un moyen de descendre au niveau de la rue.

Partie 2



Cecilee était venue construire des jardins. Au lieu de cela, elle avait construit des murs.

Au début, les forgebois construisaient les murs autour de leur colonie, suffisamment pour empêcher les sangliers d'entrer la nuit. Ensuite, ils verrouillaient la porte pour empêcher les fauteurs de troubles, comme celui qui avait été arrêté par Azorius et qui imposait des amendes. Quelques jours auparavant, les bûcherons avaient élevé les murs à une hauteur de six mètres. Les Gruuls étaient en colère contre elle et Cecilee craignait qu'elle ne soit pas assez haute, même si elle avait maintenant l'impression de vivre dans une prison.

Et c'était vrai. Les murs n'avaient pas été assez hauts. Mais les Gruuls n'avaient rien à voir avec cela.

Quand ils s'étaient installés pour la première fois dans les Eboulis, Cecilee s'était sentie étourdie dans tout l'espace ouvert. La plupart des jours, la périphérie de la ville n'était qu'un frottis bleu à travers la brume. Elle et ses fidèles construirent leur première maison dans une plaine dégagée près des immenses ruines d'un immeuble, maintenant recouvert de vignes émeraude. Les sols du bâtiment avaient pourri, laissant des murs déchiquetés appuyés sur des piles de déchets. Cecilee, se demandant si elle avait suffisamment de bûcherons, pourrait animer les ruines et quitter définitivement les Eboulis.





Pour la première fois dans la vie de Cécilee, le ciel dominait – une étendue de bleu qui ne laissait pas d'attirer ses yeux depuis le sol sec et rouge où ils plantaient des graines. Elle rêvait que les jardins de la Selesnya engloutiraient bientôt les Eboulis. Ils envahiraient les terres détruites et au-delà, reconquérant la ville sale et son emprise pierreuse sur le monde. Les Eboulis étaient la maison des Gruuls, une collection décousue de clans sauvages qui revendiquaient les zones abandonnées de Ravnica. Pour apaiser leurs frères Gruul, Cecilee souhaitait un jardin sauvage et enchevêtré, à la différence des pelouses impeccables de Selesnya. Elle voulait un endroit où les Gruuls se sentiraient chez eux.

À ses débuts, la première priorité de Cecilee était de construire un centre de guérison. Les Gruuls avaient leurs propres guérisseurs, mais ils étaient nomades et se déplaçaient au hasard dans les Eboulis. Les Selesnyans offraient un lieu constant et fiable. Pour le plaisir de Cecilee, ils vinrent ; pas en grand nombre, mais suffisamment pour que sa communauté ait le sentiment de faire du bon travail. Les Gruuls refusèrent les enseignements de Selesnya, mais Cecilee pensait que cela arriverait avec le temps.

Mais ensuite ils adoptèrent Zi et tout changea. Les éclaireurs avaient trouvé le bébé abandonné dans les Eboulis et ramené au vernadi. Elle sortit le bébé de sa couverture en lambeaux et vit un tatouage de Gruul sur son dos. L'incrédulité se répandit dans sa communauté. Comment le Gruuls pourraient-ils être si sauvages qu'ils abandonnent un enfant ? Cecilee appela l'enfant d'après son frère, Ruzi, et l'emmena chez elle pour l'élever comme son propre fils.

Parfois, Cécilee souhaitait son frère plus qu'elle ne priait pour le monde. Elle avait passé son enfance à trébucher dans l'ombre de Ruzi. Il pouvait tirer mieux et courir plus vite qu'elle et pouvait vaincre tous les jeunes autour de Vitu-Ghazi, la Citarborescence. Mais il avait toujours regardé en arrière pour s'assurer qu'elle ne trébuchait pas, et il n'oubliait de tenir sa main à travers les endroits dangereux. Ruzi était le seul à insister pour qu'elle puisse parler, bien que lui-même et personne d'autre ne l'ait jamais entendue parler.

Et puis un jour, Cecilee parla. Elle s'était levée brusquement lors d'un rassemblement au cœur de Vitu-Ghazi, alors que Trostani avait terminé sa récitation. Et tout le monde – des centaures qui piétinaient sur le balcon aux loups affalés sous les bancs – fixait leurs yeux sur le feu follet d'une fille elfe, qui n'était plus muette.

Des paroles de louange l'en quittèrent sans répit, une récitation en louange de Selesnya si belle que même l'aînée des dryades était humiliée. Elle est un conduit vers l'Âme du Monde, disaient-ils. Ils célébraient son émergence en tant que porte-parole des vérités fondamentales et épiques qui ne pouvaient être prononcées que par l'esprit de la communauté. Ruzi fit comme si une deuxième lui avait poussé. Mais Cecilee ignora ses préoccupations. Elle sentit le monde comme les autres sentir le bruit de la pluie. Pour elle, il était devenu un cadeau tangible, dévorant tout et nourrissant pour la vie.





Lorsque Cecilee se sentit appelée à établir un règlement dans les Eboulis, seule Ruzi fut contraire à son avis. Les dryades chantaient ses louanges, affirmant qu'elle était la jardinière à même de cultiver les plus sauvages. Ruzi lui dit de penser à sa propre peau. À ce moment-là, Cecilee ne pouvait pas se séparer du tout. Elle voyait les Gruuls en tant que parent misérable de Selesnya. Ils partageaient un amour commun de la nature, après tout. Une nature qui était étranglée par les exigences sans cesse croissantes de la ville-monde.

Ruzi essaya d'expliquer que les Gruuls voyaient les choses différemment. Pour eux, les jardins immaculés de Selesnya étaient un mensonge. Oui, des brins d'herbe pourraient être façonnés pour brosser un tableau d'harmonie. Mais Ruzi avertit que l'harmonie n'était pas une musique que les Gruuls pouvaient entendre. Pas au-dessus du vacarme et du fracas de leurs esprits guerriers. Mais l'amour et l'acceptation doivent prévaloir, insistait Cecilee. Les Selesnyans doivent s'efforcer de gagner le cœur de leurs ennemis. Peu importe le fardeau. Peu importe le coût.

Et ainsi elle alla, conduisant vingt adeptes, dans l'endroit le plus sauvage que tous puissent imaginer. Et ils commencèrent à faire une maison. Une maison aux bras ouverts, aux tables ouvertes et aux mains guérisseuses.

Chaque nuit, Cecilee essayait de communier avec l'Âme du Monde. Elle plaidait auprès de la communauté pour la perfection à travers l'unité. Et sa petite communauté grandissait chaque jour un peu, à l'instar du jeune arbre de la guilde qui fleurissait dans la cour poussiéreuse. Cecilee promit à ses fidèles qu'un jour leurs racines s'étendraient à Ravnica et que toutes les voix loueraient le monde.





Mais ils avaient été harcelés à chaque tour. Les Azorius citèrent des lois expliquant pourquoi leur centre de guérison était illégal. Un mage d'Izzet parla de l'énergie arcanique et des portails et exiga leur départ. Après que Cecilee ait adopté Zi, les Gruuls envoyèrent une femme pour le ramener. La femme était une shamane du clan de Nikya. Elle expliqua que Nikya affirmait que le garçon était un parent et exigeait qu'il soit élevé en tant que Gruul. Mais Cecilee n'écoutait pas. Zi avait été laissé mourir dans les décombres et elle ne pouvait pas supporter de donner le garçon à un étranger.

Après cela, les Gruul cessèrent d'aller au centre de guérison et attaquèrent les Selesnyans s'ils s'aventuraient trop loin de leurs murs. Chaque nuit, les feux de joie Gruul semblaient plus proches de leur porte. Certains murmuraient que Cécilee devrait renvoyer le garçon.

Juste avant le lever du soleil, leur porte vola des charnières et s'est brisée sur le sol. Avec une seule grève, leur sécurité fut brisée. Un ogre massif au visage mutilé fut le premier à franchir la porte. Cecilee dit à ses partisans de courir, bien que maintenant les murs les aient gravés. Seule, Cecilee se tenait dans la cour, les bras levés, comme si son corps mince pouvait retenir les intrus. Une femme étrange et nerveuse franchit le seuil, suivie par des hommes plus brutaux et marqués. A la vue des piercings et des vêtements de ville, Cecilee savait qu'ils n'étaient pas Gruuls.





La femme frappa Cecilee dans la bouche et l'envoya dans la boue. Alors que Cécilee se mettait à genoux, la femme la frappa à nouveau. Il y avait beaucoup de personnes sous ses soins, mais tout ce à quoi Cecilee pouvait penser était Zi, dormant dans son berceau.

« Je pourrais te casser les bras comme des brindilles », s'exclama la femme. Pour Cecilee, elle ressemblait à une laide poupée, affamée jusqu'aux os, avec un faux sourire peint. La femme arracha le jeune arbre de guilde et le jeta à travers la cour; ses compagnons hurlèrent et dansèrent, ravis par le chaos. Cecilee ne pouvait pas bouger, choquée par le mépris de l'inestimable chose qui lui avait procuré tant de joie.

Cecilee n'avait pas beaucoup vu le monde en dehors de Vitu-Ghazi, et elle en savait très peu sur Ravnica, même le coin des Eboulis qu'elle appelait maintenant sa maison. Elle ignorait que cette femme était une tueuse Rakdos qui se faisait appeler La Massacreuse. Confrontés à la violence, les membres de eécilee semblaient épais comme de la pierre et son esprit n'était que du sable inutile. La femme sortit sa lame rouillée et coupa les cheveux blonds de la tête de Cécilee. Rit comme elle l'a fait.

« Es-tu une vache ? » la femme s'est demandée plus tard. Les partisans de Cécilee étaient alors morts, la tête dans la boue. Cependant, Cécilee était toujours agenouillée, entourée de sang, de poussière et des mèches dorées de ses cheveux. La femme semblait véritablement curieuse par le manque d'action de Cécilee. « Pourquoi ne fais-tu rien d'autre que t'asseoir ? »

Mais Cécilee était redevenue muette. Les racines transportant la vie deVitu-Ghazi,ont été coupées. La sagesse de mille âmes ne devint plus qu'un ronflement sans mots dans son esprit submergé. Il y avait juste la femme et sa lame rouillée coupant la gorge de Cecilee dans ce pays dévasté et l'obscurité du monde.

Partie 3



Kuma sentit le sang avant que Ruzi ne voie la fumée. Le loup sprinta à travers l'encombrement des bâtiments en ruine, réduisant rapidement la distance qui les séparait de la colonie de Selesnyan. La porte en bois avait été arrachée de ses charnières et Ruzi fit passer Kuma à travers l'entrée brisée, sans se soucier de la moindre menace à l'intérieur.

La Massacreuse et ses hommes furent surpris en fouillant les corps à la recherche d'objets précieux. À la vue d'une marque de sang Rakdos ruisselant sur le mur, Ruzi tira le coutelas du fourreau situé sur sa jambe et vida le premier dégénéré qui lui sauta sur la tête.

Mais avant de pouvoir tirer la lame de la gorge de l'homme, les cultistes l'entourèrent, balançant des masses et des chaînes ensanglantées. Ruzi avait traité avec les Rakdos dans le passé. Ils étaient au-delà de la compassion : la vie était aussi anodine que l'air et la mort aussi facile que la respiration.

Le grondement de Kuma résonna sur les hauts murs. Du coin de l'œil, Ruzi aperçut les cadavres de ses semblables, les Selesnyans, près de l'arbre de guilde profané. Le corps de Cecilee serait parmi les morts, et cette connaissance rendait Ruzi faible. Trop faible pour se défendre contre autant d'ennemis.





Leur chef ayant la peau sur les os se faufilait hors du cercle de ses voyous, eux-mêmes couverts d'épis et de cicatrices bizarres. C'était une folle qui s'appelait La Massacreuse. Il connaissait sa réputation. Il avait déjà vu les conséquences de ses crimes. Et il savait qu'il n'y avait qu'une seule raison pour laquelle elle serait ici.

« Qui t'a engagée ? » Ruzi cria.

La Massacreuse fit signe à l'un de ses partisans. Un ogre armé de crochets et de chaînes se dirigea vers l'avant. Un masque de métal bosselé recouvrait partiellement le visage mutilé de l'ogre de près de trois mètres. Grondant, Kuma s'éloigna de lui. Ruzi remercia l'Âme du Monde pour les jambes stables du loup, car les siennes tremblaient. Les émotions de Ruzi l'avaient trahi. Même s'il pouvait tirer son arc à temps, son tir ne serait pas assez stable pour toucher les Rakdos.

« Prix payé. Ne t'en fais pas. » Massacre Girl plissa les yeux. « Est-ce que je te connais, mon chien ? »

« C'étaient des innocents ! » gronsa Ruzi.

« Personne ne s'en soucie », dit-elle. Elle commença à fredonner et fit un petit pas de danse. Puis, chantant fort – personne ne s'en soucie, personne ne s'en soucie – ses railleries résonnaient dans la sombre cour.

Se retournant pour partir, la Massacreuse attrapa sa veste en patchwork et en sortit une poignée de confettis colorés. Les jetant dans les airs, elle fit un arc tordu et se pointa vers la porte. Suivant son signal, le reste des cultistes se dirigea vers la porte. Tous sauf l'ogre, qui balança ses chaînes à crochet dans un arc brutal.





Kuma jeta sa tête contre les rênes, mais Ruzi le retint juste assez longtemps pour mémoriser l'espace entre eux et l'ogre. Juste assez de temps pour que l'instinct de son loup puisse réclamer cet espace pour tuer. Et puis ils dansèrent à travers la travée, se glissant entre le murmure des chaînes de l'ogre.

S'attendant à un assaut frontal, l'ogre les chargea stupidement. Instantanément, Ruzi poussa Kuma vers la gauche, esquivant un coup descendant du crochet tranchant comme un rasoir. Avec un puissant élan de vitesse, le loup bondit vers le mur. Ruzi s'éloigna et Kuma se précipita contre les planches, se retournant pour revenir derrière l'ogre. L'ogre rugit de surprise alors que ses chaînes tombaient, inutiles, à terre. Il se retourna maladroitement pour faire face à leur attaque, mais les dents du loup se refermèrent avant que l'ogre ne puisse lever ses bras charnus pour se défendre. L'ogre s'effondra au sol, tandis que Ruzi bondissait du dos du loup avec son épée tirée.

Se sentant meurtrier, Ruzi coupa la tête de l'ogre alors que celui-ci gémissait encore sur le sol. Il évita les yeux douloureux de son loup alors qu'il se promenait dans la cour, cherchant quelqu'un qui serait resté. À ce moment-là, Ruzi aurait heureusement massacré quiconque se serait appelé Rakdos.





Même lorsqu'il était sûr que la cour était vide, Ruzi ne s'arrêta pas pour rechercher sa sœur. Il avait peur que s'il reconnaissait l'atrocité, il se mettrait à genoux et ne trouverait jamais la force de se relever. Alors il prit une pelle et commença à creuser comme si sa propre vie en dépendait. En effet, il devait le faire avant que l'odeur de sang attire les bêtes et les sauvages. La vie était à propos du travail. La vie est un travail. Et sans le travail, il n'y a rien. Kuma se pelotonna près du corps de Cecilee, observant tristement Ruzi travailler frénétiquement pendant des heures.

Ruzi avait entendu parler de la Massacreuse pour la première fois il y a des années, quand elle avait tué un courtier d'Azorius pour une pièce de monnaie et une seconde juste pour le plaisir. Elle était devenue intouchable en menaçant la vie et les familles de quiconque tentait de l'arrêter. Une fois, le père d'une de ses victimes tenta de la tuer par vengeance. Quand il échoya, elle massacé la lignée masculine de la famille et aveugla les femmes. Les Azorius ne levèrent pas le doigt pour l'arrêter pour des meurtres commis dans leur propre guilde. Ils ne feraient certainement rien pour le meurtre des elfes de Selesnyan dans une ferme illégale.

Pour tuer la Massacreuse, Ruzi aurait besoin de l'aide de ses compagnons chevaucheurs. Mais Trostani ne permettrait jamais que sa guilde tue par vengeance. Pour que justice soit faite, Ruzi devait rompre avec Selesnya et trouver un autre moyen. Même s'il ne pouvait supporter de regarder sa sœur – pas même lorsqu'il plaçait son corps dans la fosse commune – il savait que la destruction de la Massacreuse devait devenir sa raison d'être dans la vie. S'il devait incendier la ville entière pour la trouver, il le ferait.

Ce n'est que lorsque le dernier corps fut enterré que Kuma vint et posa sa tête contre son maître. Alors seulement, Kuma insista pour que Ruzi prenne un moment pour faire son deuil. Alors que Ruzi enroulait ses bras autour de son loup, il souhaitait pouvoir se livrer au monde. Il avait besoin de réconfort et sa voix intérieure lui disait qu'il le trouverait là-bas. Mais il fit taire la voix instantanément. Cela a fait peu de bien à Cecilee, se rappela-t-il. Peu de bien pour les morts.





Kuma entendit le son en premier. Ses oreilles se dressèrent et il gémit. Ruzi fut sur ses pieds instantanément, s'attendant à une attaque. Mais ce n'était pas le retour des Rakdos. Ou des éclaireurs Gruuls, même s'il les attendait. C'était le son d'un bébé qui pleure, tout à coup réveillé et très seul, sanglotant pour sa mère.

Le berceau avait été caché sous une table et derrière des cartons dans la maison de Cecilee. Le bébé – son neveu – se tut quand il le prit doucement. Un bébé Gruul. Un bébé qu'ils voulaient récupérer. Il savait qu'ils feraient de grands efforts pour l'enfant, mais pas assez pour engager les Rakdos pour tuer toute la communauté. Celui qui avait embauché la Massacreuse était quelqu'un de la ville proprement dite, quelqu'un qui avait de l'argent à perdre pour un meurtre.

En regardant le doux visage du nourrisson, maintenant assoupi contre son épaule, il sut comment faire en sorte que quelqu'un d'autre se soucie de tuer la Massacreuse.

Ruzi trouva le campement Gruul à quelques kilomètres au sud, au cœur des Eboulis. Mais leur chef, Nikya des Traditions, n'autoriserait pas Ruzi au-delà de l'entrée. Accompagnée d'une douzaine de ses guerriers, la chef Gruul indiqua qu'ils devraient s'asseoir ensemble sur le sol, un signe de bienvenue qu'elle était disposée à écouter ce que Ruzi avait à dire.

Nikya était la chef du clan Zhur-Taa, une des tribus Gruul qui adoraient les anciens dieux de la vieille Ravnica. Ruzi ne pouvait pas commencer à deviner son âge. Elle avait le physique bien musclé d'un combattant jeune mais les cicatrices d'un ancien combattant. Les lignes de son âge se ramifiaient du coin de ses yeux, ce qui semblait plus sage que la plupart des dryades âgées de Vitu-Ghazi. Les murs de son campement étaient des tas d'ossements, chacun considéré comme une offrande aux dieux de la terre profonde, qu'ils croyaient suffoquer sous le poids de la ville.





« Ma sœur n'aurait pas dû prendre votre petit cousin », déclara Ruzi. « C'était mal. Mais elle l'a fait par compassion et innocence. »

« L'innocence n'est pas une excuse pour l'ignorance », a déclaré Nikya. « Nous ne protégeons pas nos enfants de la dureté de la vie. »

« Ma sœur est morte, assassinée chez elle. Son sang a été utilisé pour faire la marque Rakdos. Laissez cela satisfaire votre soif de sang pour sa grave erreur. »

« Votre sœur n'a pas été marquée pour la mort », déclara Nikya. « Le sang est pour le sang. Tuer, c'est pour tuer. »

« Ils ont tué votre bébé ! » dit Ruzi. « Ils lui ont fracassé la tête contre les pierres. J'ai enterré son corps moi-même. »

« Qui a fait ça », demanda Nikya. « Les avez-vous vus de vos propres yeux ? »

« Rakdos », affirma Ruzi. « Tous les Rakdos sont responsables du crime. Mais il a été emporté par une meneuse qui s'appelle elle-même la Massacreuse. Elle tue des enfants en échange d'une pièce de monnaie. »

« Mes éclaireurs sont rentrés du complexe », déclara Nikya. « Nous avons vu l'écriture de sang sur le mur. Ce que vous dites est vrai. À mes yeux, toute personne fidèle au démon est coupable d'un crime de sang contre les Gruul. Ils seront massacrés dans les rues où ils habitent. »

Après que Ruzi ait quitté le camp, il marcha pendant des kilomètres dans les ténèbres du désert. Sans son loup, il trouva le voyage fastidieux. Il se sentait comme un enfant qui trébuchait dans l'obscurité. Ruzi se ressaisit plusieurs fois pour s'assurer qu'il n'était pas suivi par les Gruuls.





Finalement, il atteignit le bord de la ville et vit le mur d'un immeuble familier. Au sommet, sous un toit abrité, son loup l'attendait. La patte de Kuma était enroulée de manière protectrice autour du bébé Zi, qui s'accrochait fermement à la douce fourrure de Kuma. Ruzi prit son neveu dans ses bras et s'installa contre son loup pour la nuit.

« Demain, je te montrerai plus de cette grande ville », murmura-t-il à Zi. « Et ensuite nous la démolirons. »

Rakdos contre Selesnya. Gruul contre Rakdos. Ruzi contre tous.

Edité 2 fois, dernière édition par Drark Onogard le 16/08/2019



Ajouter une louange


Vous devez vous identifier pour participer.

4 Louanges



Vinhan32
Le 26/08/2019

Merci pour ce récit sympa mais il n'a pas une suite ? =/ Ça finit comme ça ? =/


Drark Onogard
Le 26/08/2019

Exact, cela finit ainsi. Bon, on a bien une information qui soit liée à l'histoire et pas révélée ici : La Massacreuse étant présente dans la Guerre des Planeswalkers, la quête de Ruzi n'a pas été menée à bien et elle est toujours en vie. Cependant, rien ne nous dit qu'il est mort, et n'empêche qu'il finisse par la tuer comme il le souhaite.

Vinhan32
Le 26/08/2019

Ah ok oui je n'avais pas comprit que l'histoire se situait avant la Guerre des planeswalkers, dommage qu'on en sache pas plus !^^

Répondre

Deiv
Le 20/08/2019

Je ne laisse pas tout le temps un message de remerciement mais sache que je ne rate aucun de tes écrits.

Merci pour tout ton travail.

Appréciation

Contenus relatifs

Sondage

Qui aurait dû faire partie du casting des planeswalkers du Trône d'Eldraine ?

Résultats
(déjà 102 votes)