Les vieux contes : Ruric Thar - Magic the Gathering


Les vieux contes : Ruric Thar

Articles



Drark Onogard, le , 205 consultations

Voici une petite histoire impliquant ce cher ogre à deux têtes, le subtil coureur de labyrinthe de la guilde Gruul.

  Retour à Ravnica / La storyline de Magic

Pendant le bloc Return to Ravnica, les histoires non traduites ont proliféré. Intéressons donc nous à l'une d'elles, centrée sur Ruric Thar, l'insoumis, coureur de labyrinthe de la guilde Gruul, et dont vous trouverez la version originale ici.

Ruric Thar



« Pourquoi les gardes ont-ils toujours l'air surpris quand nous les frappons ? » demanda Ruric. 

« Je pense qu'ils s'attendent à un pot-de-vin », répondit Thar.

Ruric dégagea une volée de flèches enflammées avec un revers de la main. « Tu as dit que ce serait facile. »

« Non, tu l'as dit. Tu dis toujours que c'est facile, » grogna Thar avec effort alors qu'il regardait en direction d'un chariot chargeant.

« Eh bien, ces gars-là ne doivent pas avoir entendu, car ils se battent à fond. »

« Vraiment ? Je n'ai pas remarqué. Alors tu as un plan ? »

« Pourquoi moi ? Tu as toujours été le préféré de maman, avec ses histoires, ses marmonnements et autres. Les Anciens n'avaient-ils pas une réponse à tout ? »

« Laisse maman hors de ça. Quoi qu'il en soit, papa ne t'a-t-il pas appris à te battre ? Ou son clan Psora n'est-il pas si dur après tout ? »





Une grappe de javelots rebondit sur la poitrine de l'énorme ogre, une autre manquant juste de la tête plus grosse.

« Argh ! C'était trop près. Nous devons nous échapper d'ici », cria Ruric.

« Oh, bien sûr, c'est ta réponse à tout. Nous avons besoin d'une stratégie. »

« Oooh, quel gros mot. Maman t'a-t-elle appris ça ? »

Une vague d'infanterie blindée percuta la forme imposante de Ruric Thar avec un crash. Pendant quelques instants, l'air était rempli de coups de marteau, de cris et de difficultés respiratoires. Puis un moment étrangement silencieux.

« Il y a trop de Boros pour que nous puissions passer à travers. »

« Nous pouvons les prendre. Qu'est-ce que tu es, poulet ? »

« Est-ce que quelqu'un a dit poulet ? »

« As-tu dit ça ? »

« Pourquoi devrais-je dire ça ? »

« J'ai dit ça. Par ici. »

Ruric et Thar regardèrent chacun d'un côté. Puis une tête pivota pour chercher derrière tandis que l'autre se penchait.

« Hey! Il y a un petit gars derrière nous. Qu'est-ce que tu fais là-bas, petit gars ? » demanda Thar.

« Nous faufiler sur nous, hein ? Nous allons te piétiner jusqu'à te transformer en confiture ! » cria Ruric.

« Tu as aussi de la confiture ? Nous pouvons faire un pacte, » grinça le gobelin en lambeaux. Quelques plaques de métal brûlé s'accrochaient à sa forme usée.

« Ha ! » Ruric ricana, écrasant une autre frappe d'infanterie avec une hache à une main massive. « Un petit gringalet comme toi ? Qu'est-ce que tu vas faire que nous ne puissions pas faire mieux ? »

« Je suis peut-être petit, mais j'ai de grandes idées. Grosse. » Le chien a gonflé son torse maigre et a craché une goutte de sang. « Quoi qu'il en soit, on dirait que vous ne gagnez pas. »

Thar grimaça. « Et toi, quel genre de plans de guerre imaginent les rats comme toi ? Surpasser l'ennemi en puanteur ? »

« Drôle », renifla le gobelin. « Quoi qu'il en soit, je sais des trucs. De plus, je parie. »

« Ouais ? » souffla Ruric. « Alors pourquoi es-tu coincé ici au lieu de tout gagner ? »

« Tais-toi », dit Thar, frappant une paire de mastiffs de guerre. Les glapissement résonnèrent à travers la place. « Peut-être que ce gars-là peut aider. »

« Ouais, c'est vrai ! Tu devrais avoir plus de respect. Nous, Izzet, avons découvert le labyrinthe, après tout. » Le gobelin croisa les bras, semblant aussi formidable qu'un bidon vert de quatre pieds de haut.

« Alors tu es leur coureur de labyrinthe ? »

Le gobelin tomba. « Ils ont choisi quelqu'un d'autre. » Il leva les yeux avec défi. « Mais je peux trouver le chemin aussi bien que n'importe qui. Je viens juste d'être un peu... coincé ici. »

« Et tu as besoin de nous pour vous sortir. Qu'y a-t-il pour nous ? » Ruric prit un air renfrogné puis balaya un coin volant d'airjeks criant, ponctuant un mur proche d'astérisques ensanglantés. « Ow ! Un d'ent' eux m'a eu. »

« Squelch est le nom. J'essayais ceci - ma dernière invention », le gobelin donna un coup de pouce à l'une des plus grandes plaques de métal, qui claqua sur les pavés et y balança doucement. « Et ça a fonctionné aussi ! J'ai juste eu un petit problème avec l'atterrissage. »





« Alors, comment est-ce que c'est supposé nous aider ? » Thar se retroussa les lèvres. L'expression était difficile à discerner sur son visage noueux et marqué.

« Ho, mon frère ! Qu'est-ce qu'ils font maintenant ? » Ruric jeta sa grosse tête vers les lignes de Boros.

« Oh, merde. C'est une baliste. »

« Une balle-quoi maintenant ? »

« Une machine de guerre. Lance de grandes lances », déclara Thar. « Grandes comme des arbres. »

« Je n'ai pas peur des arbres. »

« Bien, ces arbres mordent. Nous devons arrêter cette chose avant qu'elle ne nous arrête. »

« J'ai juste le billet pour ça, gros gars », lança le gobelin. « Je t'aide, tu m'aides. Qu'est-ce ça te dit ?On est d'accord ? »

Ruric et Thar rirent tous les deux, forts et amers. « Oh, bien sûr, nous serons très reconnaissants quand... » commença Thar, « tu sauveras notre peau », termina Ruric.

« Tu dois me rendre un service en retour. Tout ce que je demande. Quand je veux. Et un poulet. Non, deux. D'accord ? »

« Ouais, ouais, vas-y et utilise cette puissante magie gobeline. »

Le petit Izzet cracha sur une paume et frotta ses mains maigres. « Juste regarde-moi. »

Squelch se précipita entre les jambes du tronc d'arbre de l'ogre et sous les boucliers du bataillon de soldats qui approchait, qui était concentré sur Ruric Thar. Branlant un mur émietté, Squelch se jeta à l'arrière d'une bête de guerre blindée. Puis le gobelin tira une épingle en métal d'une poche invisible et l'enfonça dans le haut de la tête de la créature avant de s'éloigner.





Des étincelles volèrent. La bête de guerre tituba, trompant puis allumant son compagnon. Un soufflet plus angoissé s'ensuivit, accompagné de craquements de bois et du crissement des jantes en fer sur l'acier. Des soldats humains s'épapillèrent lorsque les béhémoths fous se libérèrent de leurs traces, passèrent le tampon et disparurent dans les ruelles.

L'engin massif de guerre commença à basculer avec une grâce étrange, tombant lentement sur le côté. Plusieurs roues tournèrent lentement en grinçant. Moments passés. Puis tout l'engin explosa dans un frémissement de flamme.





« Comment est-ce arrivé ? » s'exclama Thar en plissant les yeux.

« On s'en fout ? » cria Ruric. « Allons-y ! »

L'énorme masse de l'ogre s'est dirigée vers la porte des guildes à travers la place, piétinant l'épave en feu et les corps en armure étalés sur les pavés.





« Où est allé ce petit gars, de toute façon ? » Ruric tourna son regard jusqu'à ce que ses défenses rebondissent sur l'arrière du crâne de Thar.

« Ici ! » vint une voix par derrière. Le gobelin sauta sur les épaules de l'ogre, entre les deux têtes, et attrapa la défense de Ruric pour le soutenir. "= »Je t'ai dit que je pourrais la réparer. »

« Hé ! Lâche ! » beugla Ruric en se secouant violemment.

Le gobelin grinça mais tint bon. « Nous avons eu une bonne affaire. Vous avez promis. »

« Oui, nous l'avons fait », dit Thar. « Et tu as tenu ta part. Maintenant, nous pouvons vérifier cette porte. Toi aussi, si tu veux. »

« Bien sûr ! Mais ça ne compte pas pour ma faveur. Tu l'as gratuitement. Tu me le dois toujours. »

« Oui, oui », murmurèrent les deux têtes.

« Où allons-nous trouver un poulet ici ? » grommela Ruric.



« Combien cela fait-il maintenant ? »

« Voyons. » Ruric comptait sur des doigts épais. « Trois... plus, euh, deux ?... un autre. » Il leva sa hache.

« Alors, huit ? »

« Quelque chose comme ça. »

« Six », vint une voix aiguë.

« Je dois bientôt toucher le bon. »

« Alors qu'est-ce qu'on va faire ? »

« Même chose que nous faisons toujours. »

« Smash ! Alors récupère les friandises. » Ruric fit un mouvement de frappe.

« C'est tellement amusant, les gars ! » Squelch sortit de son tout nouveau panier d'équitation, accroché au dos de l'ogre. « Nous allons totalement battre tous les autres coureurs. »

« Combien de temps devons-nous transporter cette chose avec nous ? » gémit Ruric.

« Jusqu'à ce que nous gagnions, bien sûr », rétorqua Thar.

« Hé, les gars, je pensais, vous pourriez vraiment apporter quelques améliorations à votre hache. J'ai des idées. Découpage automatique. Peut-être des têtes différentes. »

« Ne fais pas attention. Peut-être que ça va partir tout seul. » Ruric Thar continua d'avancer.

« Hé les gars ? Vous savez, nous formons une très bonne équipe ! ... Les gars? »

Edité 2 fois, dernière édition par Drark Onogard le 04/05/2020

Alors, c'était comment ?

Complétement fou !

  3

Abscon, abjecte, inadmissible !

  0


Toi aussi, loue son œuvre !


Vous devez vous identifier pour participer.