Les vieux contes : Le grand hall - Magic the Gathering


Les vieux contes : Le grand hall

Articles



Drark Onogard, le , 303 consultations

Dans ces temps de doute et de dissension du bloc Retour à Ravnica, alors que Mat’Selesnya reste silencieuse, trois sœurs dryades accomplissent l’impossible pour que leur guilde survive.

  La storyline de Magic / Retour à Ravnica

Dans ces temps de doute et de dissension du bloc Retour à Ravnica, alors que Mat'Selesnya reste silencieuse, trois sœurs dryades accomplissent l'impossible pour que leur guilde survive.

Le Grand hall



« Es-tu là, ma sœur ? »

« Je ne sais pas. Je peux sentir une vibration. Ce doit être elle. »

« Suivez-la. Tu es plus proche que la dernière fois. »

« C'est comme si elle était partout mais je ne la trouve pas. Je sais qu'elle est là mais ... c'est trop. »

« Sœur... concentre-toi... »

« C'est trop. »

Les trois dryades étaient assises en cercle comme elles le faisaient depuis trois mois, dans l'espoir de pouvoir entrer en contact. Elles le faisaient seules, dans un petit bosquet où les branches des arbres s'enroulaient pour créer un espace intérieur calme, à l'exception des énormes bâtiments de granit et de briques qui s'éteindaient sur eux comme un ancien golem déchu.

Elles se réveillèrent de leur transe et permirent au monde de revenir au premier plan : le vent bruissant à travers les feuilles ; la courte chanson d'un oiseau ; et le brouhaha constant et lointain de Ravnica et de ses habitants se déplaçant comme un océan sans fin.





C'était un trio inséparable mais loin d'être identique. Oba était sauvage et pleine de vie, ses cheveux enchevêtrés de feuilles et de vignes, ses yeux changeant d'humeur – de vert comme des taches d'émeraude et de jade à brun foncé. Ses, contrairement à sa sœur, était ordonnée de manière et de langag e; ses cheveux étaient maintenus en place par un serre-tête en bois d'or et tombaient sur ses épaules dans une cascade d'auburn. Cim était à la fois l'aînée et le pont entre les deux autres sœurs ; même si elle était une petite et légère dryade, il existait en elle un pouvoir que tout le monde au Conclave pouvait ressentir. Cim pouvait trouver des chemins où personne ne pouvait être vu et trouvait toujours le moyen d'atteindre un équilibre entre les besoins de l'un et de l'autre.

Cim fut la première à parler.

« J'étais proche. Vraiment proche cette fois, mais c'est tellement déroutant. Elle est là dans ce réseau géant, je le sais. C'est comme si elle ne pouvait pas se concentrer... ou que je ne pouvais pas me concentrer. » Cim passa ses doigts minces dans les cheveux rasés, puis enfila un capuchon vert sur la tête pour fermer le monde extérieur.

« Nous l'avons vu aussi... » dit Oba en regardant son autre sœur Ses, qui finissait sa phrase. « ... mais c'est trop gros. » Elles retombèrent dans l'herbe, laissant la fraîcheur de la transe les éloigner de la transe. Cim fixa l'horizon, son menton appuyé sur ses genoux.

« Nous devons la rejoindre », déclara Cim. « Ou elle nous quittera tous. »

« Ça devient dangereux », dit Ses.

« C'était plus difficile de te récupérer cette fois-ci », ajouta Oba.

« Tous les Selesnya comptent sur nous et nous ne pouvons les décevoir. » Cim fronça les sourcils. « Nous ne pouvons pas laisser la guilde se dissoudre. Nous ne pouvons pas l'abandonner. »

« Et si elle ne veut pas être ramenée, Cim ? » demanda Ses. « Est-ce que l'une de nous est assez forte pour aller contre sa volonté ? »

« Et si c'est un test ? » Oba regarda ses soeurs. « Peut-être qu'elle veut quelque chose de nous. »

Après un moment de silence, une entente invisible se passa entre les sœurs. Cim se leva.

« Suniel voudra savoir ce que nous avons vu. »



Suniel était assis parmi les grands prêtres de Selesnya et pouvait le voir écrit sur leurs visages. Le lien empathique du monde soulignait de manière subtile et non verbale une vérité de laquelle ils ne pouvaient pas se détourner : Mat'Selesnya s'effaçait inexorablement comme une lueur de bougie mourante.

Après les premiers rapports sinistres sur le nombre de membres perdus, de croyances foudroyantes et de rumeurs entre factions, le prêtre-elfe Molander se leva lentement et s'adressa à l'assemblée. Suniel pensa qu'il avait l'air hagard pour un elfe, mais Molander avait toujours eu l'air hagard.

« Nous devons penser l'impensable », clama Molander de manière ordonnée et factuelle. « Même si nous aimerions continuer à souhaiter qu'un miracle au hasard tombe du ciel, nous devons nous préparer. Selesnya doit continuer avec ou sans notre parun, Mat'Selesnya. » Molander attendit un instant que ses paroles s'enfoncent tandis qu'un assistant apportait un rouleau orné à la table. « Depuis l'attaque de Vitu-Ghazi, j'ai commencé à travailler sur un moyen de maintenir la guilde en vie en enseignant nos préceptes dans une académie. Un endroit où la structure et l'éthique de notre guilde peuvent être enseignées, perfectionnées et mises en pratique par les futurs membres de notre... »

« Il fallait que ça sorte ! » Troslon se leva et posa ses poings en forme de bloc sur la table. « Vous ne pouvez pas attendre pour imposer votre petite grille de règles sur nous tous. » Il se tourna pour s'adresser aux autres. « Là où il y a de la vie, il y a Selesnya, et c'est tout ce dont tout le monde dans cette guilde a besoin de savoir. Vous voulez des règles et des académies, allez à Azorius. »





« Pas des règles, Troslon. L'ordre. » Molander répondit sur le ton de celui qui a eu ce même débat avec la même personne des centaines de fois. « Notre guilde est en train de se séparer. Les membres partent. Même les plus dévoués perdent leur lien avec le monde. Nous avons besoin de quelque chose sur quoi bâtir. Quelque chose de concret. »

« Je te montrerai de manière concrète, » gronda Troslon, soulevant un poing massif.

« Paroles de Gruul, » répliqua Molander. « Nous aurions tous vécu dans les Éboulis d'ici un an. »

« Messieurs, » dit Alcarus, juste assez fort pour attirer leur attention l'un sur l'autre. « Si vous avez oublié, il n'y a pas si longtemps, ils ont traîné Rakdos dans les rues comme un indrik massacré et l'ont jeté dans une fosse sanglante. Personne ne sait s'il est mort ou en vie. Pourquoi est-ce que ces maniaques peuvent le comprendre et nous sommes assis là à nous asséner des insultes les uns aux autres ? »

« Si vous pensez que courir comme une meute de chiens sauvages tout en se dévorant les uns les autres, c'est ‘comprendre' », dit Sadruna, « alors utilisez-les comme un modèle de réussite. » Son visage avait un regard qui accentuait son propos. « Nous ne sommes pas comme ces meurtriers. »

Suniel regarda alors que les vieux débats commençaient inévitablement à surgir. Le grand conseil commençait à se diviser en factions belliqueuses le long de lignes dissidentes bien rodées : celles qui voulaient revenir à la nature, laisser pousser les arbres à l'état sauvage et vénérer les anciens rites de la vie, et celles qui étaient pour l'ordre, s'assurant que le maintien de la structure de la guilde était primordial. Tandis que la discussion évoluait dans un bruit chargé de confusion et de justice, Suniel soupira et regarda par la fenêtre une colline boisée au loin entourée de pics et de flèches, un petit lieu insignifiant où trois jeunes dryades cherchaient à entrer en contact avec l'un des les êtres les plus anciens sur Ravnica.



La maison de Suniel était un chef-d'œuvre sculptural. Au milieu des briques angulaires et des contours de l'architecture de Ravnican, les courbes sensuelles et le flux organique de la maison de Suniel donnaient l'impression que cela ressemblait à quelque chose d'un autre monde. Suniel avait formé sa maison à partir de plusieurs cèdres avoisinants, se penchant et appelant leur matériel pour qu'il grandisse de façons particulières, agréable à l'œil et à la main. On disait que la maison de Suniel était une représentation visuelle du Lacis de l'Âme du Monde – l'énergie empathique qui reliait tous les Selesnya – mais le bûcheron affirmait humblement qu'il ne suivait que la direction silencieuse de Mat'Selesnya lors de la création de ses œuvres.

Cim s'assit sur une chaise confortable assez grande pour la tenir, avec Oba et Ses. Les trois dryades semblaient pâles mais résolues en sirotant un thé à base de fil sauvage et de racine de pallis. « J'étais près d'elle, Suniel. Je pouvais la sentir là-dedans, comme si elle était prise au piège dans une toile, mais je n'arrive pas à me rapprocher pour la toucher. J'ai l'impression de plonger pour chercher des coquilles et que je manque de air. »





« Nous ne pouvons pas la retenir assez longtemps, » dit Oba devant sa tasse de thé. « Le Lacis est trop loin. Nous n'avons pas l'énergie pour le faire venir ici. »

« Vous avez besoin de plus de mana », dit Suniel en tirant pensivement sa barbe et en regardant les jardins soigneusement sculptés qui entouraient sa maison. « C'est tout ce qu'il y a à faire. Il doit y avoir un moyen. »

Après un silence, Ses demanda : « Pourquoi ne revient-elle pas ? »

Suniel se retourna et s'assit. « Cela pourrait être beaucoup de choses, Ses. Elle pourrait être perdue. Elle pourrait mourir, bien que j'en doute fortement. Peut-être que c'est un cycle de flux et reflux que nous sommes trop éphémères pour comprendre. Mon propre sentiment est qu'elle veut être là et elle nous attend. »

« Un examen ! » Oba entra. « C'est ce à quoi je pensais. » Elle se rassit dans la chaise.

« Attendre ? » Ses avait l'air perplexe. « Attendre pour quoi ? »

« Je ne sais pas, mais je pense aussi que c'est un test pour notre guilde. » Oba sourit et donna un coup de coude à sa sœur pendant que Suniel continuait. « Le chaos règne sur Ravnica. Les guildes sont en désarroi. Certaines se sont effondrées et notre propre guilde est en train de se fracturer... stupidité. Si seulement nous pouvions vraiment nous rassembler comme notre parun nous l'avait indiqué. Si seulement nous pouvions exploiter le pouvoir qui est tout autour de nous, mais sans son meneur, nous nous séparons dans des visions séparées de ce qu'est Selesnya. »

Suniel plongea dans ses pensées et Cim le regarda alors que ses sœurs s'endormaient. Elle le vit ramasser un morceau de bois et commencer à l'imprégner de mana, le moulant comme un potier un morceau d'argile. Après une heure, et même avec les yeux de Cim fermés, Suniel leva finalement les yeux.

« J'ai une idée », dit-il, tenant son morceau de bois devant le nez de Cim. « La clé pour être un forgebois est de laisser les lignes se brouiller entre vous et ce que vous créez. Pendant que je sculpte, le bois et mes mains se mélangent, il n'y a donc aucun point où le bois se termine et où commencent mes mains. Quand cela arrive, je tire mon pouvoir de la force vitale du bois et je l'utilise pour m'aider à le façonner. Si je vous connectais à un arbre de cette manière, vous pourriez en tirer du pouvoir et utiliser ce pouvoir pour vous aider à aller plus loin et plus en profondeur. Toucher le Lacis. Il n'y aurait aucun risque, la chair et le bois ne sont pas si dissemblables. »

« Ça a l'air amusant, » dit Oba, bien réveillée.


Tôt dans la matinée, avant même que le soleil ne soit visible au-dessus des bâtiments imposants, Suniel guida les sœurs à travers une série de rues et ruelles sinueuses qui conduisirent finalement à un chemin pavé devant un bois de chênes. Ils marchèrent dans les bois et, au bout d'un moment, eurent l'impression qu'il n'y avait plus aucun bâtiment autour d'eux. Cim imaginait qu'ils étaient entourés de kilomètres de forêts. Bientôt, ils arrivèrent à un cercle de chênes particulièrement vieux et noueux. Ils s'arrêtèrent et s'assirent sous la canopée pendant que Suniel se préparait. Après un moment, il hocha la tête vers Cim.





« Êtes-vous prêtes ? » demanda l'elfe.

« Nous ferons de notre mieux », répondit Cim.

Après avoir incanté un ancien sortilège connu des dryades du Conclave, Cim, Ses et Oba entrèrent en transe. Une fois qu'elles furent ancrés en elle, elles plongèrent plus profondément et virent le Lacis se répandre devant eux.

« Nous sommes prêts. Lie-nous-y. » Cim parla sans mot dire, espérant que Suniel pourrait les ressentir avec empathie à travers le Monde.

Cim pouvait sentir Oba et Ses autour d'elle comme des ondulations dans l'eau. Elle pouvait sentir leur excitation. Appréhension ; et surtout, de l'espoir. Quoi qu'il se passât, elles étaient ensemble. C'était tout ce qui comptait.

Ensuite, la magie de Suniel les envahit. Alors qu'il les attachait aux racines des arbres, Cim pouvait sentir la vie envahir son être. Comme en réponse, des brins du Lacis se tendirent et commencèrent à se faufiler à travers eux comme un fil rougeoyant. Au début, il y avait un picotement agréable lorsque les brins ressemblant à des racines se fondaient dans leur peau, mais Cim commença à sentir une petite graine de panique alors que d'autres fils s'entrecroisaient et commençaient à les rapprocher du Lacis. Elle pouvait sentir son pouvoir et une soudaine sensation de suffocation se précipita en elle. Une partie primale de son cerveau lutta aveuglément pour se libérer de sa toile.

« Je ne peux pas respirer... »

Puis, dans une vague, des millions de vrilles affluèrent dans Cim et lui ont inondé la conscience d'un océan d'énergie. En désespoir de cause, elle chercha ses sœurs dans l'espoir de s'emparer de quelque chose de solide dans le torrent rugissant. D'une manière ou d'une autre, elle les trouva, leurs présences vagues et floues dans la myriade de réseaux de fibres et de lumière. Elle pouvait les sentir, leurs souvenirs, leurs pensées et leurs émotions. Elles se collèrent l'une à l'autre alors que la tempête d'énergie les traversait. Après un moment intemporel, les vibrations ont été ralenties et harmonisées. Elle regarda autour de l'intérieur de la toile du Lacis, sentant son vrombissement palpiter. Leur connexion était complète.

Et puis, d'une voix aussi claire qu'une cloche de cristal, Mat'Selesnya parla.



« Vous avez fouillé profondément, petite graine. Je me demande si vous avez la force de porter le fruit du message que je dois vous transmettre ? » La voix ressemblait à une grande cloche, mais seule une bande de lumière pulsait devant eux.

« Oui, Grande Mère, je porterai n'importe quel fardeau pour toi », dit Cim dans le Lacis.

« Pendant trop longtemps, j'ai dormi dans le Grand Arbre, parlant sans mots aux oreilles lointaines. L'ambition des sans racines s'est avérée trop puissante. Pour que mes semis puissent survivre, nous devons former une armée capable de mettre un terme à de telles ambitions. Même celles du dragon intrigant. »

« Je vais vous enraciner dans le Lacis. Quand un arbre naît d'une graine, vous tirerez les armées de la source de toute vie. Vous peuplerez Selesnya d'un hôte sacré prêt à périr pour que le plus grand bien puisse prospérer. »





« Toute vie revient sur le Lacis. Ne convoitez pas votre vie personnelle comme le feraient des marchands fantômes convoiteraient une bourse de pièces de monnaie. Ne vous retenez pas dans votre sacrifice. Donnez gratuitement à l'ensemble et répandez ce message à l'infini. »

« Je vais maintenant terminer le travail du forgebois et vous lier à tous les arbres de Ravnica. Leurs racines seront le nouveau pouvoir de Selesnya. Mais soyez averties, c'est une porte par laquelle vous ne pourrez jamais revenir tous les trois. Comprenez-vous ? »

Cim regarda ses soeurs. « Nous comprenons, Grande Mère. »

Sous les chênes, Suniel s'assit avec les trois soeurs. Elles étaient bercés à la base du grand arbre dont les racines étaient liées à la chair. Il pouvait sentir le pouls lointain de l'Âme du Monde, un sentiment sur lequel il ne pouvait pas tout à fait mettre le doigt. Mais il savait, d'une manière ou d'une autre, que les dryades avaient pris contact avec Mat'Selesnya. Une grande excitation l'envahit et il scruta le visage des sœurs à la recherche de tout signe de retour de leur transe. Dès qu'elles se réveilleraient, il les séparerait des racines de l'ancien chêne, irait droit au Conclave pour une séance d'urgence et, espérons-le, annoncer à l'assemblée les bonnes nouvelles du retour de Parun.

Alors que Suniel imaginait la restauration de Selesnya, Cim eut le souffle coupé et ses yeux s'ouvrirent brusquement. Alors qu'il commençait à appeler le mana afin de les libérer, Cim saisit son bras.

« Pas besoin, forgebois. C'est fait. » Cim étouffa les mots. « Nous ne faisons qu'un. »

Comme une boule de serpents qui se tordent, les racines commencent à se couvrir et à absorber les dryades, leurs petites formes rapidement attirées vers les troncs. Suniel avait du mal à les libérer mais malgré sa magie, ses tentatives étaient vaines. Il ne pouvait que griffer le grincement des membres et des racines, et regarder sans rien voir les trois sœurs disparaître dans les chênes.


Dans la grande salle de Vitu-Ghazi, les grands prêtres et les dignitaires de Selesnya furent finalement rassemblés. Là, poussées dans le bois vivant de l'Arbre-Monde, se trouvaient les trois dryades. Plus tôt ce jour-là, elles s'étaient magiquement matérialisés devant une foule assommée, envoyant une impulsion à travers le monde à se rassembler. Personne dans la guilde n'avait ressenti une telle poussée depuis longtemps et se précipita vers le Conclave dans un grand espoir. Ils ne savaient pas qu'ils regarderaient leur nouveau maître de guilde pour la première fois.

Quand Suniel arriva, il reconnut Cim, la figure centrale des trois, mais dès qu'elle parla, il a réalisé que la Cim qu'il connaissait n'était plus.





« Je suis Trostani. En tant que démonstration du principe fondateur et du pouvoir de notre guilde, nous sommes allées au-delà de nous-mêmes et sommes devenus un seul être. Nous sommes le Grand hall entre Mat'Selesnya et tous ceux qui suivent sa volonté. Nous sommes venues jusqu'au cœur du Lacis pour altérer à jamais le cours de la Selesnya. Une nouvelle ère de croissance glorieuse attend notre guilde. »

Alors, c'était comment ?

Complétement fou !

  3

Abscon, abjecte, inadmissible !

  0


Toi aussi, loue son œuvre !


Vous devez vous identifier pour participer.

Partage l'ami !

     

Tu aimeras aussi...

Sondage

Quel dieu aurait dû être embauché pour mettre un peu de bazar dans le lore de Theros par-delà la mort ?

Résultats
(déjà 98 votes)