Les vieux contes : Les ombres de Prahv - Magic the Gathering


Les vieux contes : Les ombres de Prahv

Articles
par Adette, le , 212 consultations

  La storyline de Magic / Retour à Ravnica

Voici la première rencontre de joueurs avec la plus énigmatique des gorgones, Vraska, de la guilde Golgari.

     

Ici, on traduit depuis peu les articles que les Magiciens de la Côte ne daignent plus transférer eux-mêmes jusque la langue d'Alexandre Astier... Mais ces histoires n'ont pas toujours été traduites ! Fut un temps où les articles de l'histoire n'étaient disponibles qu'en anglais... Un temps que je vais éclaircir à vos yeux, en traduisant ces anciennes Magic Story jamais vues en français à ce jour.

Au cas où vous seriez intéressé, veuillez retrouver l'article original en 2 parties.

Les ombres de Prahv date du second bloc Ravnica et nous présente le personnage de Vraska pour sa première apparition.

Les ombres de Prahv



Partie 1 :


« Sorcières et voleurs », pensa Branko en étudiant la ligne de prisonniers Golgari.

Il agrippa le manche de sa matraque. Il voulait crier, abattre les murs de l'Enceinte de Détention d'Azorius et s'enfuir à la lumière du soleil. Il voulait être éloigné d'eux, de leurs étranges murmures et de leurs regards sauvages.

« Garde ta matraque dehors », murmura-t-il en passant devant Gebris, un garde novice encore adolescent. Gebris avait une trop grande estime de lui-même et était mesquin, même pendant ses bons jours.

« Je fais mon travail, faites le vôtre », marmonna Gebris, ce qui n'avait aucun sens puisqu'ils avaient le même travail.

Branko voulait se donner un sens. Les Courtier d'Azorius avaient attaqué le territoire de Golgari plus tôt dans la nuit. Mais une fois à l'intérieur de l'Enceinte de Détention, certains Golgari avaient submergé leurs ravisseurs et pris le contrôle du premier étage. Peut-être que d'autres étages avaient déjà été perdus. Branko ne voulait pas savoir. Il avait été coincé ici dans le sous-sol.





« Sorcières et voleurs», murmura à nouveau Branko en arpentant le couloir, à quelques centimètres d'hommes désirant avoir la chance de le vider.

Ils avaient été enfermés dans le couloir étouffant pendant des heures. Jusqu'ici, les prisonniers avaient été contenus, mais ils commençaient à s'agiter. S'agenouiller avec les mains attachées derrière le dos serait difficile pour quiconque. Alors que les heures passaient, Branko les plaignait. Mais le reste des gardes, comme Gebris, était plus agité qu'empathique.

La plupart des prisonniers étaient des humains sales, à la peau d'aspect fragile, qui n'avaient probablement jamais vu le soleil. Quelques-uns des plus grands humains étaient enchaînés avec des harnais en bois et des menottes incandescentes. Plus effrayant que tous, il y avait une gorgone émaciée qui avait été liée, bâillonnée et les yeux bandés. Ses cheveux étaient lâches et ses vrilles qui se tordaient faisaient frôler la peau de Branko. Même ses compatriotes la craignaient. Elle s'agenouilla seule près de la porte barricadée, semblant étrangement royale malgré les circonstances sinistres.

La regardant, Branko réalisa qu'il devait faire face à la vérité. C'étaient trop peu de gardes chargés de trop de prisonniers.

« Pourriture, », cria soudain Gebris. Il se tenait au-dessus d'un homme d'aspect maladif, aux joues creuses et aux tatouages de clan délavés d'un ex-Gruul. L'homme ne dit rien, il se contenta de regarder haineusement de ses yeux rouges.

« Maintenant, c'est une face de rat », railla Gebris. « Peut-être qu'ils t'ont jeté à la naissance ? Dans les bras de Maman Golgari ? »

Branko aurait aimé qu'il y ait un officier supérieur avec eux. Mais pendant le chaos initial qui avait suivi la révolte des Golgari, leurs supérieurs avaient transféré le reste des prisonniers au sous-sol. Ils avaient ordonné aux gardes de ne pas bouger avant d'être relevés et avaient scellé la sortie avec des barricades.





Personne ne rentre. Personne ne sort. Pas avant que leurs supérieurs ne l'aient dit.

« Tu aimes tellement la crasse, qu'est que tu dit de ça ? » Gebris prit l'orteil de sa botte et la poussa contre le visage de l'homme, plaquant sa tête contre le mur et la retenant. Tout au long du couloir, les Golgari commencèrent à siffler. Il s'éleva dans un grondement animal qui se répercuta sur le plafond carrelé.
« Tu seras cité », avertit Branko à Gebris.
« Et alors ? » se moqua Gebris. Mais il retira sa jambe. La lèvre de l'homme saignait et il ne leva plus les yeux. Le sifflement cessa, mais la colère persistante des prisonniers semblait presque tangible, aussi âcre que si de la fumée flottait dans les airs.

« Calme-toi », murmura Branko à Gebris. Branko posa une main sur l'épaule de l'homme, plus petit, mais Gebris haussa les épaules avec colère.

Depuis leur rencontre il y a quelques mois, Gebris avait immédiatement eu une aversion pour Branko, qui faisait plus de deux mètres de haut. En plus d'être grand, Branko était aussi large et musclé qu'un forgeron. Il sentit que c'était sa taille seule qui contrôlait la situation.

« Je n'ai pas demandé ça ! » éclata Gebris. « Les bâtards ont planifié cela. »

« Qui, Zivan ? » demanda Branko. L'arbitre Zivan avait ordonné l'arrestation en masse, qui avait été présentée comme le nettoyage ultime des Golgari.

« Non, imbécile, » répliqua Gebris. « Eux, les pourritures. Ils nous ont laissés les arrêter afin qu'ils puissent revenir et nous tuer ici. »

Branko ne répondit pas. Il n'aimait pas parler devant les prisonniers. Il pouvait sentir leurs yeux dans son dos, traquant chacun de ses mouvements.





« Faisons-les passer par la cour d'exercice », demanda Gebris. « Nous pouvons les enfermer dans les enclos de l'édifice sud. »

Branko comprit la logique de cela. Il n'y avait pas de sortie par le Bloc Sud, mais au moins les prisonniers seraient contenus par quelque chose de solide.

« Et la lumière du soleil ? » demanda Branko. Il existait des protocoles stricts concernant le transport des prisonniers Golgari et l'exposition au soleil était interdite à moins que les formulaires appropriés aient été approuvés.

« Je me fiche de la lumière du soleil », cria Gebris. Branko hocha rapidement la tête en signe d'acceptation. Gebris était dans un état d'esprit dangereux.

Après avoir réveillé les prisonniers, Branko attendit avec le groupe principal à l'intérieur de la porte au bout du couloir. Il les envoya deux à la fois dans la cour ensoleillée. Gebris les rencontra de l'autre côté. Ils n'avaient déplacé que la moitié du groupe lorsque l'homme à la lèvre sanglante avait atteint l'avant de la ligne. Branko lui fit signe de sortir au soleil, mais il refusa de bouger.





Alors que Branko l'atteignait, les Golgari qui restaient se mirent à bouger, se levèrent en masse et l'entourèrent. Branko pouvait voir au-dessus de la foule et deux prisonniers conduisaient la gorgone vers lui. Un des prisonniers s'était libéré de ses liens et cherchait le bandeau de la gorgone. Ils allaient l'utiliser comme une arme.

Enfermé par les corps, Branko ne pouvait pas se rendre à la porte. Ils lui donnèrent un coup de pied, essayant de lui casser les genoux. Un juste courroux le submergea et il riposta violemment, projetant leurs maigres os d'oiseaux contre les murs, brisant des crânes à coups de poing, brisant des dos sur son genou.

La gorgone, maintenant libérée de ses liens, était sur le point d'entrer dans la mêlée. Branko n'aimait pas se battre dans ces quartiers clos. À moins qu'il ne veuille devenir un bloc de granit, il devait d'abord la descendre en premier. Fermant les yeux, il chargea la gorgone. Il attrapa ses épaules osseuses de ses énormes mains et se précipita vers la porte ouverte, la traînant avec lui.

Le soleil brûlait alors qu'ils entraient dans la cour sablonneuse. Branko atterrit partiellement sur le dessus de la gorgone, mais réussit à garder les yeux fermés. Elle siffla des mots inconnus et griffa son visage. Se balançant à l'aveuglette, il fracassa son coude sur elle encore et encore. Son corps grandissait toujours sous lui. Mais alors qu'il commençait à se lever, des doigts lui déchiraient l'oreille. Il entendit un bruit de déchirure et cria à l'agonie. Branko se détourna de la gorgone, ses yeux s'ouvrant par inadvertance sur le chaos autour de lui. Les prisonniers couraient librement dans la cour. Ils avaient perdu le contrôle.

Ses yeux se posèrent sur la gorgone qui était accroupie sur le sol. La douleur rendait Branko nauséeux et son oreille semblait pendre à son cou. Le monde bascula latéralement alors que la lumière cramoisie pulsait autour de lui. Branko savait qu'il était sur le point de s'évanouir.

À côté de lui, du sang coulait du côté de la tête de la gorgone. Sa tête pendait sur le côté et une lumière vacillante l'engloutissait. Les mains de Branko s'enfoncèrent dans la terre comme pour maintenir l'équilibre qu'il avait déjà perdu.

Quand il releva les yeux, il ne restait que l'empreinte de son corps dans le sable. La gorgone était partie.




Il s'agissait d'une affaire simple : le dix-huitième étage d'un immeuble s'était effondré, tuant quatre personnes, dont deux membres de la famille Lapt. M. Lapt demandait une compensation.

L'arbitre Relov commença à plonger son stylo dans l'encrier puis se ravisa. Il a relu le témoignage manuscrit du plaignant à la fin de la demande :

Le plancher en bois était mou depuis plusieurs semaines. Je crois [sic] qu'il y avait un tuyau qui fuyait. J'en ai parlé au propriétaire deux fois et il n'a rien fait.

Crois ? Plus Relov regardait ce mot, plus il devenait ennuyé. Les dix premières pages de la demande étaient en ordre. L'auteur avait cité les lois correctes et son travail de justification légale était valable. Il n'y avait pas d'invisibles à s'inquiéter – le propriétaire était un sans guilde sans connexion avec la pègre qui pourrait causer des ennuis au Azorius à une date ultérieure.

Relov examina la pile de documents sur le coin de son bureau. Eh bien, il donnerait une leçon à cet homme. Apprenez à écrire, M. Lapt, et arrêtez de perdre mon temps précieux. Sur ce, il fit glisser la demande au bas de la pile.

Relov reporta son attention sur les autres piles de documents sur son bureau. Il appréciait la minutie du langage juridique – à supposer que ce soit bien fait – et l'après-midi se passa agréablement. Relov avait approuvé une amende pour les personnes arrêtées à proximité d'une émeute, même si leur participation ne pouvait pas être prouvée. Ensuite, il avait donné son accord pour une nouvelle statue du Grand Arbitre Leonos. Il avait fallu des mois d'arguments pour convenir qu'il serait placé près (mais pas à côté) de l'entrée principale du Nouveau Prahv.





Il venait de terminer ses demandes écrites contre le financement d'une initiative anti-sectes lorsqu'un greffier apparut à la porte de son grand bureau avec une autre pile de documents. Le travail d'un arbitre n'est jamais fait...

« Il y a un bruit dans la ventilation qui me distrait », dit-il à la jeune femme. « Pouvez-vous voir ? »

« Je peux soumettre une demande à un intendant », répondit-elle lentement. Ce n'était pas un travail de greffier de remplir le formulaire de demande, mais c'était fastidieux, et un greffier devait avoir plus de temps libre qu'un arbitre.

« J'apprécie votre gentillesse », dit-il avec un sourire gagnant.

« Oui, monsieur, » dit-elle. Elle posa deux lettres scellées sur son bureau. « Celles-ci sont arrivées par courrier. »

Il sourit, aigri. Il pourrait la réprimander pour ne pas les avoir présentés tout de suite, mais décida de passer outre. Il avait besoin de cet intendant après tout. Il signa le document de réception et elle disparut dans les couloirs labyrinthiques du hall de guilde Azorius.

La première lettre était une demande urgente d'utilisation immédiate par un Argousin Orzhov, qui souhaitait avoir accès à des sphères de détention. La demande violait douze lois, mais lorsque Relov vit le numéro rose pâle imprimé en bas, il signa sans hésiter. Il passa son pouce sur le numéro, barbouillant le montant qui serait bientôt déposé sur son compte à la banque Vizkopa.




La deuxième lettre provenait de Javy, un enquêteur Boros et l'un de ses plus vieux amis. Il y a des années, il avait dirigé une entreprise commune avec les Boros, connue sous le nom d'Initiative Failsafe. Désormais stoppée, elle avait sauvé des enfants Gruul des prisons ou de la pauvreté et les avais placés dans les académies Azorius ou Boros. Javy avait été son partisan le plus ardent. À cette époque, ils étaient jeunes, idéalistes et plus qu'un peu fous sur la possibilité de changer les choses dans le bon sens.

Relov était devenu plus astucieux au fil des ans, mais Javy n'avait jamais perdu son idéalisme. Puis, il y a un an, Javy et son partenaire avaient été attaqués dans un entrepôt du district de la fonderie. Les deux avaient été tabassés sévèrement et seul Javy avait survécu. Relov avait entendu les rumeurs – supposément les Orzhov voulaient les faire taire – mais il ne lui avait pas parlé depuis l'incident. Il craqua la cire sur le sceau. Une adresse était notée en haut de la page, puis son gribouillage familier :

Quel est l'aboutissement d'une vie de mots ? Des flots de sang. Viens maintenant.
- Javy



Partie 2 :


La note cryptique de Javy conduisit Relov à un immeuble locatif peu recommandable. Quatrième étage. Extrémité est. Javy l'attendait dans un couloir sombre qui sentait la mort aux rats. Malgré son environnement sordide, elle semblait toujours aussi impeccable. Son uniforme Boros lui allait comme si il avait été cousu par les meilleurs des tailleurs.

« Javy, ravi de te voir, » dit-il. Il l'embrassa sur la joue. Elle sourit timidement puis le frappa légèrement à l'épaule. Elle avait l'air plus mince que ce dont il se souvenait, mais il n'y avait aucun autre signe de l'épreuve qui l'avait envoyé à l'hôpital pendant des mois. Il était soulagé de voir que son visage n'avait pas été marqué par les coups.

« Des nouvelles de la loi sur les exécutions ? » demanda Javy.
« Pas encore », mentit Relov. À la demande de Javy, il avait suggéré des limitations plus strictes concernant les exécutions, mais sa proposition avait été stoppée par le grand arbitre Leonos un an auparavant. Il n'avait pas le cœur de lui dire.





Javy se dirigea vers la pièce derrière eux. « Regarde si tu le reconnais. »

La pièce sans fenêtre était pire que le bâtiment lui-même. De la moisissure grise striait les murs et les fissures se croisaient au plafond. Un cadre de lit doré remplissait presque cet espace, qui sentait la pomme pourrie. Le cadavre au milieu du lit était presque indescriptible. Dans la vie, il avait été un homme gros. Dans la mort, il avait l'air dégonflé – bloqué – comme un poisson dans des rivages inconnus. De grandes flaques de sang collant parsemaient le sol inégal.

« Je ne vais pas y aller, » répliqua Relov. Javy poussa sa lampe de poche dans sa direction.

« Reste au bord, » dit-elle. « Et regarde attentivement la peau. »

Relov marmonna et entra dans la petite chambre hideuse. Il se mit sur la pointe du lit et scruta le cadavre. La peau paraissait tachée, mais d'une façon étrangement mathématique. Malgré son dégoût, il se pencha plus près. Des mots avaient été magiquement imprimés sur chaque pouce du corps du mort. Les mots étaient minuscules, presque trop petits pour être déchiffrés. Mais ils étaient suffisamment profonds pour que le sang se vide à travers les plaies ouvertes. La peau de la victime s'affaissa de manière inquiétante, mais Relov put distinguer quelques mots : loi ; juge ; preuve.

« Des flots de sang en effet », déclara Relov en retournent dans le couloir. « C'est horrible. »

« Il s'appelle Zivan », déclara Javy. « Un arbitre comme toi, du moins à ce qu'on m'a dit. J'espérais que tu pourrais me tirer quelque chose de lui. »

Zivan avait été un législateur légendaire, mais Relov ne le connaissait que par sa réputation. Une fois, Zivan avait parlé pendant seize heures d'affilée, juste pour bloquer une demande d'assistance aux réfugiés. Relov avait entendu des rumeurs sur la disgrâce de Zivan, mais c'était humiliant.





Plus tard, Relov s'assis sur un banc avec Javy de la promenade Transguilde. La lumière coulait des arcades cérémoniales et une brise fraîche bruissait les arbres le long du sentier. C'était un après-midi de travail et la circulation piétonne était faible. Relov adorait la promenade, où l'agitation de la ville était apaisée par les barrières sonores d'Azorius.

Javy écoutait attentivement alors qu'il racontait tout ce dont il se souvenait à propos de l'Arbitre Zivan, ce qui, honnêtement, ne faisait pas grand-chose.

« Il était très respecté à son époque », conclut Relov. « Un orateur raffiné avec un bon raisonnement juridique. Mais il s'est laissé tomber dans les maisons de plaisance de Rakdos et n'est plus l'un des nôtres depuis un certain temps. »

« Tu ne saurais pas quelle maison de plaisir, par hasard ? » demanda Javy.

Relov se mit à rire. « Ce n'est pas mon domaine d'expertise. » Il n'avait aucun intérêt pour ce que Rakdos offrait.

« As-tu déjà travaillé avec Zivan ? » demanda Javy.

« Pas directement, » dit Relov.

« Es-tu sûr ? » Elle ouvrit son porte-documents et lui tendit un parchemin délavé. Il s'agissait d'un ancien ordre d'arrestation collective, datant de la date à laquelle Relov avait d'être promu arbitre. Sa propre signature figurait parmi une poignée de ses pairs, y compris celle de l'arbitre Zivan.

« Je signe des centaines de documents par jour », expliqua-t-il. « Cela ne veut pas dire que je le connaissais personnellement. »

« Lis le reste des noms », dit-elle. « Tu remarques quelque chose à leur sujet ? »

« Non, je devrais ? » demanda Relov avec irritation. Il détestait avoir le sentiment que quelqu'un savait quelque chose qu'il ignorait.

« Ils sont tous morts », dit-elle. « À part toi. »

Relov regarda de plus près et vit qu'elle avait raison. Ils étaient tous décédés. Deux d'entre eux rien que cette année.





« Certains de ces messieurs étaient assez vieux... »

« Ce document autorisait une rafle de la Citerraine de Golgari », l'interrompit Javy. « C'était la plus grande qu'aient faite les Azorius. Elle est devenue violente et près d'une centaine d'entre eux ont été tués, dont beaucoup en détention. »

Relov réfléchit fort. « Je m'en souviens. Il y a eu un tollé général contre deux ou trois gardes. Ils ont été accusés de massacre ou d'une quelconque absurdité. »

Il remarqua que Javy serrait le poing. À la lumière du soleil, le dos de sa main était une toile de fines cicatrices blanches. Elle ferma les yeux et tourna son visage vers le soleil. Il attendit quelques instants, mais elle ne bougea pas.

« Javy, comment vas-tu depuis l'attaque ? » demanda Relov sans ménagement. « J'ai entendu dire que l'auteur avait été libéré pour des raisons techniques. »

Javy lui tourna la tête et lui montra les dents, comme un petit chien sur le point de déchirer la chair de sa jambe. « Si par « raisons techniques » tu veux dire « pot-de-vin », alors oui, oui il l'a fait. »

« Maintenant, Javy... » dit Relov d'un ton apaisant.
« Quelqu'un tue des Azorius, » dit-elle calmement, son visage redevenant un masque de professionnalisme. « Quelqu'un avec une rancune contre vous, spécifiquement. »





« Pourquoi pense-tu cela ? » demanda Relov. « Sur la base de ce document ? Comment l'avais-tu trouvé d'ailleurs ? »

Javy haussa les épaules. « Je ne l'ai pas fait. On me l'a fourni. J'enquête sur une série de meurtres. »

« Quels meurtres ? » demanda Relov sur un ton alarment.

« Quelqu'un est en train de... massacrer des gens de la manière dont ils ont vécu, » répondit-elle.

Relov la regarda avec exaspération. « Essaie d'être moins vague, veux-tu ? Ça veut dire quoi ? »

« S'ils étaient égoïstes, alors ils mourraient de leur obsession. S'ils étaient vicieux, ils devront faire face à ce jugement-là dans la mort. Tu vois ce que je veux dire ? »

« Non, » dit honnêtement Relov. « Je ne vois vraiment pas. »

« Eh bien, la semaine dernière, un homme a été suspendu à un pilier du forum. On m'a dit qu'il aimait s'exhiber. La semaine précédente, le cœur d'un juge avait été enlevé et envoyé aux victimes pour lesquelles il refusait justice. Ou votre monsieur Zivan. Il a vécu par le pouvoir des mots, et en est mort de cela. »

« Bien », dit Relov. Il n'avait rien entendu à ce sujet et se sentait un peu secoué. « J'apprécie ton avertissement. »

« Fais attention à toi, » dit-elle en se frottant le bras avec le dos de la main.

Dès que Relov fur rentré au Nouveau Prahv, il remplit une demande de protection constante.



Branko Une-Oreille avait quitté Azorius après le raid. Avec l'aide de son père, il avait acheté un immeuble en ruine près des Collines de la Serrure. Au fil des ans, le bâtiment était devenu une partie du territoire des Rakdos. Les gens n'y vivaient que s'ils ne pouvaient rien se permettre d'autre. Même après le départ des Rakdos, Branko ne manifesta aucun intérêt à réparer les tuyaux Izzet cassés ni à nettoyer les ordures des cages d'escalier.

Un locataire le trouva posé contre la pierre angulaire de l'allée derrière derrière son logement. Le haut de son crâne avait été soigneusement enlevé par une incision magique. Son cerveau était retiré et placé sur ses genoux, où il était assis, comme un chien. Le crâne vide était plein à craquer de pièces sans valeur.

« Une fin appropriée », songea Javy, jetant un coup d'œil autour de la bibliothèque de Relov. Il faisait noir en dehors la grande baie vitrée, sinon elle aurait pu voir le nouveau jardin de la maison qu'il venait de commander aux Selesnya.

« Horrible », fut la réponse de Relov. « Mais qu'est-ce que ça a à voir avec moi ? »

« C'est ça, n'est-ce pas ? » Javy dit doucement. « Tout est à propos de toi. »

Son commentaire l'ennuyait, mais il tint sa langue. Il était près de minuit et, d'une manière ou d'une autre, elle avait convaincu son portier de la laisser entrer dans son hôtel particulier. Elle n'était pas en uniforme ce soir. Elle portait un pantalon noir et une tunique, comme un roturier. Elle était arrivée avec une étrange collection d'émotions qu'il n'arrivait pas à déchiffrer. Alors il s'assit derrière son énorme bureau en acajou et attendit.





« Il était l'un des gardes lors du raid de Golgari. Il aurait dû faire face à un procès et être tenu pour responsable. »

« Alors, c'est un autre de ta série de meurtres ? » devina Relov.

« Parle-moi du raid », déclara Javy.

« Je ne sais rien à ce sujet, » lui dit Relov.

« Tu l'as commandé », lui rappela Javy.

« Ce n'est pas tout à fait exact », protesta Relov. « J'ai juste signé un papier. Et je n'étais pas là. Je n'ai jamais été dans l'Enceinte de Détention de ma vie. »

« Quand vous mettez votre petite marque sur l'un de ces édits, avez-vous déjà pensé à ce que cela signifiait ? » demanda Javy. « Il y a des gens de l'autre côté, Relov. La vie des gens est terriblement affectée par votre signature. »

« Bien sûr que je pense à eux », rétorqua Relov. Mais même quand il le disait, il sut que ce n'était pas vrai.





« Tu le faisais », acquiesça Javy. « Mais plus maintenant. Tu te souviens de ceux que nous avons aidés ? Tu ne penses jamais à eux ? Je me demande si tu ne fais pas que les tuer que maintenant, au lieu d'à l'époque ? »

« Qu'est-ce qu'ils ont à voir avec tout ça ? » demanda Relov. « Nous avons des règles. Les Boros ont des règles. Je suppose que même les Golgari ont des règles. Les règles ne sont pas le problème. »

« Alors quel est le problème ?» demanda Javy.

« Je ne vois pas de problème », déclara Relov. Mais il le voyait. Et le problème avait fait irruption chez lui à minuit sans avoir été invité.

« Non, pas de ton joli manoir, tu ne le verrais pas, » dit Javy tristement. « Elle avait raison à propos de toi. J'étais en désaccord au début, mais elle avait raison. »

« Qui, votre maître de guilde ? » demanda Relov. Il avait entendu des rumeurs selon lesquelles Aurelia, la maîtresse de guilde, radicalisait ses soldats Boros et si tel était le cas, Azorius ne pourrait pas le tolérer.





« J'ai trouvé un nouveau professeur et elle éclipse mon travail avec les Boros », lui dit Javy. « Elle détient la vérité. La vie dans la mort et la mort dans la vie. C'est un cercle éternel, et ceux qui le perturbent avec leurs propres ambitions doivent faire l'expérience d'une mort profonde. »

Relov regarda Javy et décida qu'elle devait avoir perdu la tête.

« Le cycle d'existence d'une personne devrait être rythmé par la nature dans laquelle elle vivait », poursuivit Javy avec obstination. « Seulement cela incitera la réaffirmation dans les racines les plus sombres. »

« Tu me fais peur, Javy, » lui dit-il. Il n'aimait pas le non-sens métaphysique, mais venant de l'une de ses plus anciennes amies, c'était carrément répugnant.

« Ah bon ? » songea-t-elle. « Pour la première fois, je ne ressens aucune peur. Tu signes la fin de la vie de personnes comme si elles étaient des rats à exterminer. Tu incarnes des hommes comme celui qui... m'a blessé. Pourtant, tu es en sécurité derrière votre mur sans de mots fin. Du moins, tu penses que tu l'es. »

Il y avait un bruit sourd dehors dans le hall. Il sauta sur ses pieds. Javy ne bougea pas.

« Ce sera ton portier qui tombera raide mort. Ensuite, ta porte s'ouvrira. Et tu verras le visage de ton juge. »






« Ne la regarde pas en face », ordonna Javy à Relov alors que la gorgone entrait dans la pièce.

Relov recula avec horreur, gardant les yeux fixés sur le sol. Il n'avait jamais vu de gorgone auparavant, mais tous les enfants de Ravnica avaient entendu des histoires d'horreur sur ce qu'elles pouvaient faire.

« Tu devrais être honoré », déclara Javy. « De tous les meurtres que j'ai commis en son nom, elle n'a jamais voulu en faire partie avant. »

Vraska l'attrapa par la gorge et il ferma fort ses paupières. Son visage était si près de sa tête qu'il pouvait sentir ses lèvres froides contre son oreille. Sa voix était un étrange grognement guttural.

« Juste avant que ton 'garde' ne me tue, j'ai été arrachée de ce monde. J'ai été jetée dans une tombe sombre sans issue. »

Relov essaya de protester. Il ne savait rien du raid ! Rien des tombeaux ou quoi que ce soit dont elle parlait. Mais elle étouffait son souffle et murmurait des mots que seul lui pouvait entendre.

« Cela m'a semblé durer des vies avant d'apprendre à m'échapper, à glisser dans les confins d'un monde. Mais pendant l'éternité, j'étais prise au piège, j'ai décidé que tous devraient recevoir la mort qu'ils méritaient. »

La gorgone plaça ses pouces sur les paupières de Relov. « Javy. Nomme une mort profonde. C'est à toi de décider. »

Javy n'a pas hésité. « Inaction », dit-elle.

La gorgone sourit faiblement. « Parfait. »

Au petit matin, la nouvelle statue avait déjà été installée près de la porte principale, à la grande surprise des intendants, qui ne s'attendaient pas à ça une nouvelle semaine. Il y avait quelques questionnements parmi les arbitres, qui ont dit que cela ne ressemblait pas vraiment au Grand Arbitre Leonos. Que dire de la bouche désagréable béante ? Et il y avait trop de cheveux. Mais le savoir-faire était exquis, alors le bavardage prit fin assez tôt.

Personne ne regarda assez longtemps pour voir la ressemblance étrange avec Relov, disparu, ou la terreur dans ses yeux impassibles.



Ajouter une louange


Vous devez vous identifier pour participer.

Appréciation

Contenus relatifs

Sondage

Quelle distribution d'acteurs pour la série d'animation Netflix ?

Résultats
(déjà 322 votes)