La Guerre des Planeswalkers : partie 1 - Magic the Gathering


La Guerre des Planeswalkers : partie 1

Articles
par Drark Onogard, le , 1413 consultations , 1

  La storyline de Magic / La guerre des Planeswalkers

Au cours des semaines suivantes, les histoires publiées de Greg Weisman seront des extraits de son roman paru il y a peu : il va sans dire que, si vous voulez garder la surprise, ne touchez pas à cet article ; pour les autres, foncez !

     

Ahah, enfin, l'histoire de La Guerre de l'étincelle arrive, livrée par Greg Weisman ! Je vais par conséquent me faire un plaisir de vous traduire ceci... CEPENDANT
- Comme d'habitude, c'est déconseillé aux petits enfants...
- Cela contient des spoilers du roman War of the Spark : Ravnica

Maintenant que vous êtes prévenus, allons-y !

Vieux amis et nouveaux



I.

Hekara m'attendait sur la promenade transguilde.

Je me suis arrêtée une seconde ou deux pour l'admirer. Je sais que cela semble ridicule, mais elle était ma meilleure compagne, mon héros, mon modèle. Elle avait des cloches dans les cheveux et je portais des cloches à mes épaules – mes épaules au lieu de mes cheveux parce que je ne voulais pas que ce soit trop évident que je la copiais totalement, en copiant son look, son style, sa... Hekaraness.

Mais j'étais bête, alors j'ai appelé et elle s'est retournée, souriant avec un grand sourire quand elle a appelé mon nom: « Rat ! Viens ici, ma chérie, et donne-moi du sucre. »

Elle parle comme ça tout le temps.

Je lui ai fait un câlin. Elle est beaucoup plus grande que moi et elle m'a fait tourner comme si nous étions des acrobates dans l'un des concours de sang de sa guilde. Sauf que nous étions sur le sol, pas sur un câble haut, et qu'il n'y avait pas de lame ou de sang impliqué.

Cette fois.

« Dis-moi quoi, toute la folle histoire, » dit-elle.

« Bien sûr, bien sûr », dis-je en bavardant rapidement, comme je le fais souvent autour d'elle (ou, vous savez, chaque fois que j'ouvre ma grande bouche). « J'ai suivi Maître Zarek jusqu'à Nivix, comme tu le voulais. Je ne sais pas pourquoi il n'arrête pas de t'abandonner tout le temps— »

« Je sais, non ? Pourquoi quelqu'un voudrait-il m'abandonner ? »

« C'est un peu inconcevable. Mais si cela me donne l'occasion de t'aider en le surveillant, vous savez que je suis heureux d'être utile. »

« Tu es ma Rat. »

« Je suis ta Rat. »

« Vif. Alors à qui a-t-il parlé ? » Ma fille Hekara était émissaire du démon Rakdos et son maître lui avait demandé de surveiller Maître Zarek de la ligue Izzet. Mais il n'arrêtait pas de la renvoyer, c'est là que je suis entrée en jeu, vous voyez ? Hekara m'avait chargée de suivre Maître Zarek quand elle ne le pouvait pas. Tracer quelqu'un sans qu'on le remarque est l'une de mes compétences particulières, ma meilleure. Et, comme je l'ai dit, j'adore être utile à ma meilleure amie.

« Il s'est enfermé avec son patron. »

« Niv-Mizzet ? »

« Hm hm. »

« Enfermé ? »

« Dans un laboratoire. Un grand laboratoire. Mais il n'y en avait que deux là-bas. Je m'étais frayé un chemin dans Nivix, mais je ne pouvais pas me faufiler dans le laboratoire avant la fermeture de la porte. Et je pensais que si j'essayais de l'ouvrir, ils pourraient remarquer. »

« Vraiment ? »

« C'était une très grande porte et pas bien huilée. »

« Ah »

« Alors j'ai fait mon chemin dans et à travers les conduits d'air... »

« Tu es ma Rat. »

« Je suis ta Rat. En tout cas, j'ai raté la plus grande partie de l'action. Il y avait un genre... d'explosion ? Donc, au moment où j'ai rampé jusqu'à un évent surplombant le laboratoire, presque tout ce que je pouvais voir était de la fumée. Le ventilateur de l'évent s'était allumé – automatiquement, je pense – et il aspirait la fumée directement. Je toussais tellement, j'avais peur en fait de m'entendre. »

Elle remua son doigt vers moi. « Non, tu n'as pas été entendue. »

« Non, je ne l'ai pas été. Le problème était que je ne pouvais pas les entendre non plus. Il y avait beaucoup de ventilateurs qui soufflaient, beaucoup de bruit. Maître Niv-Mizzet n'avait pas l'air content. Ils regardaient tous les deux une grosse machine, apparemment celle qui a explosé. Je ne sais pas du tout ce que c'était censé faire, mais cela n'avait clairement pas fonctionné. C'était carbonisé, ça fumait. Même en feu dans quelques endroits, même si ni Maître Niv-Mizzet ni Maître Zarek n'ont rien fait. à propos des flammes. J'ai attrapé peut-être une phrase. Quelque chose au sujet d'un flambeau qui est leur seule chance maintenant. »

« Ça me va. »

« Si tu le dis. »

« Quoi d'autre, mon amie ? »

« Pas grand-chose. Maître Niv-Mizzet s'est envolé. Maître Zarek a ouvert la porte du laboratoire et un groupe de gobelins s'est précipité pour éteindre les incendies. Ils ont été très efficaces. »

« Les gobelins d'Izzet ont beaucoup de pratique pour la suppression des incendies. Presque autant qu'ils en ont pour la cause des incendies. »

« Maître Zarek a pris un gobelin sur le côté et lui a dit d'envoyer des messagers à Madame Kaya, Madame Vraska, Mademoiselle Lavinia, Monsieur Vrona et toi. Je me suis dit que tu apprécierais que je te prévienne à l'avance de ce qui était quoi avant de répondre à l'appel. »

Comme au bon moment, un gobelin est arrivé en courant. M'ignorant, il s'inclina devant Hekara et lui tendit un bout de parchemin. Elle tapota la tête du gobelin et laissa tomber une lame de rasoir dans sa paume ouverte en guise de pointe. Il fixa la chose, leva les yeux sur le sourire dangereux d'Hekara, puis s'éloigna lentement. Une fois qu'il était à environ cinq pieds de distance, il se retourna et s'en alla en courant.

Hekara déplia le parchemin et acquiesça. Les cloches dans ses cheveux tintèrent doucement. « Tu avais raison », dit-elle. « C'est le moment ou jamais. Mon compagnon, Ral, a vraiment vraiment besoin de votre aide pour activer le flamboyant flambeau afin qu'il convoque les super-soldats pour combattre le dragon diabolique. »

« Maître Niv-Mizzet est diabolique ? »

« Nan. Autre dragon. »

« Que puis-je faire ? »

Elle me regarda et me caressa les cheveux. Je pense que si j'avais une sœur aînée, elle aurait été comme Hekara. Mais je n'avais pas besoin d'une sœur aînée parce que j'avais Hekara. Elle dit : « Eh bien, je serai avec mon vieux gars sûr, pour que tu puisses prendre la nuit. Rendez-vous ici, oh... juste avant l'aube. Si je ne me montre pas, c'est parce que je suis toujours avec lui et que tu peux prendre congé toute la journée. »

« Tu es sûre ? »

« Bien sûr, j'en suis sûre. Tu n'as pas besoin de suivre le gars si je suis avec lui. »

« D'accord... »
Je pense qu'elle a dû sentir que j'étais réticente à la quitter. Elle a soulevé mon menton et a dit: « Hé, tu es ma Rat. Pas mon papillon. Je sais que je suis la plus brillante lumière du Multivers, mais pas besoin de planer. Je suis une grande fille. Je peux prendre soin de moi. »

« Je le sais, » dis-je, peut-être avec un peu de ressentiment. Un peu.

Elle eut pitié de moi alors. M'a étreint et m'a encore tournée. Je suis un peu vieille pour ce jeu, mais honnêtement, je l'aime toujours. Elle me rabaissa et embrassa mon front.

« Je dois y aller, ma chérie. »

« Au revoir, Hekara. »

« Au revoir, Araithia. » Il m'a semblé étrange qu'elle ait utilisé mon nom complet. Elle ne m'appelle presque jamais Araithia. Mais j'ai haussé les épaules. Je la regardai traverser la promenade. Puis je me suis retournée pour partir. Je n'avais pas mangé depuis longtemps et j'avais faim.

Je me suis rendu sur un marché selesnyan, qui était en train de fermer – ou peut-être juste de préparer son ouverture. J'ai volé une prune mûre. J'aurais peut-être aussi pris la poche d'un ministre d'Orzhov, qui recouvrait une dette auprès du fruitier. Je n'avais pas vraiment besoin des pièces, mais elles étaient polies et brillantes et j'aime les choses brillantes.

Que puis-je dire ? Je suis le Rat.

J'ai failli aller voir les Rakdos jouer leur Jubilé enflammé, mais j'avais l'impression de tromper Hekara, ce qui est une folie. Peut-être que je n'étais simplement pas d'humeur.

Alors j'ai erré, tuant le temps. Je pensais rentrer chez moi sur les terres Gruul, peut-être passer du temps avec mes parents. Mais je n'ai pas. Je me suis senti agitée. Ils me serreraient dans leurs bras et me serreraient dans leurs bras, et cette pensée m'a rendy, euh, quel est le mot... claustrophobe, oui. Je voulais rester en plein air.

Brillante notion, car il a vite commencé à pleuvoir. Non pas que la pluie m'inquiète tout autant. Je me suis cachée dans une porte, regardant le trafic nocturne clairsemé de Ravnica passer devant moi. Ils avaient tous des endroits où aller, à ce qu'il semblait.

Enfin, quelques heures plus tard, je pouvais goûter à l'aube dans les airs, alors je me suis précipité vers la promenade transguilde pour rencontrer Hekara. Elle n'était pas là. J'ai attendu, mais elle n'est pas venue. Elle était toujours avec Maître Zarek, bien sûr, et n'aurait pas besoin de moi. Je savais que je pouvais partir, mais je me suis attardé sans raison valable, alors que le soleil commençait à se lever...

Et comme un garçon couvert de sable s'est matérialisé juste devant moi.



II.


Le garçon – qui semblait avoir environ 18 ans – était à quatre pattes et crachait du sable. Il essuya un bras sableux sur ses yeux dans une tentative futile de dégager sa vision, puis leva les yeux au ciel avec une sorte d'expression confuse et peut-être suppliante. Je l'ai regardé parce qu'il avait l'air un peu pathétique. Je me demandais un peu depuis où il s'était téléporté et qui avait autant de sable.
Puis, crachant toujours du sable, il baissa la tête et regarda dans ma direction générale. Je le surveillais, tout en prenant de manière absente une petite baie rouge sang de ma ceinture et en la glissant dans ma bouche.

Je vous au dit que j'avais faim, non ?

Il saignait un peu d'une blessure au front et, alors que je mordais et goûtais le jus rouge sang de la baie, son sang rouge sang coulait dans sa propre bouche pour se mélanger à tout ce sable. Il a encore craché, a résisté à une crise de toux et, toujours sur ses mains et ses genoux, a appelé à l'aide.

Surprise, je me suis pointé du doigt et j'ai dit : « Moi ? »

Il acquiesça désespérément et toussa : « ... »

Immédiatement, j'ai sauté de la balustrade et j'ai couru à ses côtés, en disant : « À peine si personne ne me remarque. Je suis si insignifiante. » Je l'ai aidé à se relever et j'ai commencé à enlever le sable de sa tunique.

Il murmura un merci et demanda : « Où suis-je ? »

« Promenade transguilde », dis-je avec un haussement d'épaules.

« Quoi ? »
« Tu es sur la Promenade transguilde. Et il y aura des charrettes qui passeront par là d'une seconde à l'autre dans les deux sens. Donc, à moins que tu veuilles être écrasé sous elles, nous ferions mieux de bouger. »

Il m'a laissé le tirer en avant. Frottant furieusement sa main sur son cuir chevelu, il tenta – et échoua – de retirer le sable de ses cheveux alors que nous traversions le pont.

J'étais assez excitée de rencontrer quelqu'un de nouveau et, comme d'habitude, commençai à babiller à mon rythme habituel : « Nous n'avons pas été correctement présentés. Je suis Rat. Je veux dire que ce n'est pas mon vrai nom, bien sûr... C'est plus un surnom. Les gens me appellent ça. Eh bien, pas beaucoup de gens. Mais tu vois l'idée. Mon vrai nom ou, tu sais, mon nom donné est Araithia. Araithia Shokta. Donc, Rat c'est plus court, plus facile à dire. Tu peux m'appeler Rat. Je ne m'offusque pas du tout du nom. En vérité, il est un peu parfait pour moi. Plus parfait qu'Araithia, je suppose. Même si je pense qu'Araithia est plus joli, tu vois ? Ma mère encore m'appelle Araithia, tout comme mon père, mais ils sont à peu près les seuls. Eh bien, il y a ce centaure que je connais, mais il est un peu mon parrain, c'est donc la même idée.Les parents sont coincés sur les noms qu'ils ont choisi. Mais Rat ça me va bien. Alors, vas-y et appelle-moi Rat, d'accord ? »

« Je- »

« Je suis actuellement sans guilde, au cas où tu te le demanderais, mais je suis né dans les clans Gruul, alors mes parents veulent que je rejoigne officiellement leur clan, sauf que je ne pense pas que je sois assez en colère, tu sais ? J'ai de bons amis à Rakdos et à Selesnya — ouais, oui, ils ne pourraient pas être plus différents, mais certains jours, je me sens bien dans l'un, puis le lendemain, dans l'autre. : Gruul, Rakdos, Selesnya. Je vais certainement rejoindre l'un de ceux-ci. Probablement. Es-tu dans une guilde? Je ne reconnais pas la tenue. »

« Je- »

« Oh, et comment t'appelles-tu? Cela devrait passer en premier, je suppose. Je ne parle pas à beaucoup de nouvelles personnes, alors je ne vais peut-être pas comprendre le bon ordre. J'ai toujours tant de questions à poser, mais j'ai généralement à trouver les réponses moi-même, tu sais ? »

« JE- »

« C'était rhétorique. Nous venons juste de nous rencontrer. Je ne m'attends pas vraiment à ce que tu saches comment je passe instantanément dans la vie. De plus, nous discutons ici. Rien ne presse. Nous finirons par aborder toutes les questions importantes, Comment va ta tête? C'est une coupure assez méchante. Je ne pense pas que tu aies besoin de points de suture, mais nous devrions vraiment la nettoyer, enlever le sable, et mettre un pansement dessus ou peut-être te trouver un guérisseur qui peut jeter un sort peu de raccommodage. Je peux t'emmener quelque part, ils peuvent le faire pour toi, mais même la magie de guérison peut être un peu chère. Pourtant, il est par exemple un peu coupé, ils pourraient le faire gratuitement, si tu demandes gentiment. Ou si tu es trop timide pour demander de l'aide à un étranger – tu me sembles timide, mais je ne veux pas trop présumer, car nous venons juste de nous rencontrer – je peux te soigner moi-même. Je veux dire, je suppose que je suis une étrangère aussi. Mais je sens que nous nous unissons un peu. En tout cas, je suis un médecin assez décent. J'ai dû apprendre à le faire moi-même au fil des ans. Ce n'est pas comme si ma mère ne le ferait pas pour moi, mais c'est une guerrière Gruul. Elle n'est pas toujours disponible. D' ailleurs, je n'ai jamais vraiment été blessé à ce point, tu sais ? Coupures et éraflures. Je suis relativement petiet et les plus grands me bousculent toujours si je ne fais pas trop attention. Ravnica est un endroit occupé, tu vois ? »

« Je- »

« Je n'ai pas de magie de guérison, remarques-tu, et je ne pense pas avoir quoi que ce soit que je puisse utiliser comme bandage, mais je peux voler quelque chose assez facilement. Ou peut-être que tu ne voudrais pas d'un bandage volé. J'oublie que tout le monde n'accepte pas que je sois un voleur. Les arrêtés d'Azorius n'approuveraient pas, c'est certain. Hum, tu n'es pas un Azorius, n'est-ce pas ? »

« JE- »

« Nan, regarde-toi. Tu ne peux pas être Azorius. Je suppose que tu—« 

Soudain, il s'est engagé sur mon chemin et m'a pris les bras en criant: « Écoute ! » Je pense qu'il s'est un peu effrayé lui-même, car il a immédiatement semblé désolé d'avoir crié, même effrayé – comme si je pouvais me venger ou avoir quelque chose comme ça .

Mec, il ne me connaît pas, non ?

Je lui souris pour lui faire savoir que je n'étais pas si fragile et lui dis : « Je parle trop, n'est-ce pas ? Je passe beaucoup de temps seule et je me parle trop à moi-même. Je le dis toujours. Alors quand je suis avec d'autres personnes, tu penserais que j'apprendrais à écouter davantage. Je veux apprendre à écouter davantage Alors, ouais, je t'écouterai, euh... tu sais, tu ne m'as toujours pas dit ton nom. Commence avec ça, et je promets que je vous écouterai. »

« Teyo, » répondit-il, sa voix montante à la fin, comme s'il me demandait le droit d'avoir son nom.

En essayant d'être utile, je lui ai répété : « Teyo. C'est un joli prénom. Es-tu dans une guilde, Teyo ? Tu es blessé et tu ne joues pas dans ton jeu. Y a t-il un endroit où je devrais t'emmener? Quelqu'un vers qui je devrais t'emmener ? »

« Je ne suis dans aucune guilde. Je suis un acolyte de l'Ordre Protectmage. »

« Huh. Jamais entendu parler de ça. »

« Tu n'as jamais entendu parler de l'Ordre ? Comment est-ce possible ? Que fais-tu pendant une tempête de diamant ? »





« Jamais entendu parler d'une tempête de diamants non plus, mais ça sonne bien. Etincelant. J'aime les choses brillantes. C'est un peu immature, mais voilà. Si je vois quelque chose de brillant, je le prends. J'ai mentionné que je suis une voleuse, n'est-ce pas ? »

Il me lâchait les bras et se dirigeait vers la rampe en pierre du pont pour regarder la rivière qui passe en dessous. Ses yeux s'écarquillèrent et ses mains agrippèrent fermement la balustrade, rendant ses doigts blancs. Il murmura, « Elle n'a jamais fait face à une tempête de diamants ? Jamais entendu parler de l'Ordre ? Cela n'a aucun sens. L'Ordre Monastique du Bouclier est célèbre à Gobakhan. Ses habitants en dépendent. »

Le rejoignant à la balustrade, je souris et haussai les épaules, faisant un effort pour parler à un rythme plus modéré : « Je n'ai jamais entendu parler de ' Gobakhan ' non plus. »

Il appuya sa main sur la rambarde et posa son pied sur le sol. « Ceci est Gobakhan ! Notre monde est Gobakhan ! Vous êtes debout sur Gobakhan ! »

Je passai mon bras dans le sien et le propulsai en avant. « Teyo, ce... » Sans ralentir mon pas, je fis un petit saut sur les pavés, ce qui provoquai un tintement des cloches à l'épaule. « ... c'est Ravnica. Ce monde est Ravnica. Teyo, j'ai l'impression que tu n'es plus sur Gobakhan. Je suppose que vous êtes un "marcheur". »

« Nous marchons. Je marche. Bien sûr, je suis un marcheur. »

« Pas ce genre de marcheur. Je n'en sais pas trop à ce sujet. Juste des choses que j'ai surpris à entendre Maître Zarek et Maîtresse Vraska discuter quand ils ne savaient pas que je traînais dans les parages. Je veux dire, Hekara m'a demandé de suivre Maître Zarek, alors c'était presque une mission, non ? Elle voulait savoir où ils allaient quand ils allaient sans elle. C'est presque une citation, en passant. Elle parle comme ça, Hekara. En tout cas, je devais les suivre, mais j'ai aussi un peu écouté. Je ne devrais probablement pas l'admettre, mais je suis une indiscrète chronique. Je ne peux vraiment pas m'en empêcher. »

« Je jure par l'Orage que je ne sais pas de quoi tu parles. »

« Ok. Ouais. Je comprends. Je veux dire que je t'ai vu matérialiser tout couvert de sable là-bas, alors j'aurais probablement deviné. Mais ton esprit va toujours avec l'explication la plus simple en premier, tu sais ? Je pensais que tu savais comment téléporter. Sais-tu comment te téléporter d'un endroit à l'autre ? »

« Non ! »

« Exactement. Donc, ce que tu peux faire, si j'ai bien compris, c'est te téléporter d'un monde à l'autre, d'un plan à l'autre. »

« Je te promets que je ne sais pas comment faire ça non plus ! »

« Je pense que c'est peut-être que la première fois, c'est comme un accident ou, non, hum, je veux dire, pas exprès. Comme un vol involontaire. Comme pour te sauver la vie peut-être ? Ta vie était-elle en danger, peut-être ? »

Il m'a regardé les yeux écarquillés. Il avait les yeux plus larges que lorsqu'il fixait la rivière. « Comment... comment tu sais ça ? »

« Oh, oui, non. Je ne sais pas. Mais je pense que ce sont peut-être les règles. De plus, je suis très intuitif et tu étais vraiment recouvert de sable. Enterré vivant, peut-être ? »

Il acquiesça puis dit : « Alors je ne suis pas sur Gobakhan ? »

« Ravnica. »

« Ravnica. » Son accent, que je n'avais pas vraiment remarqué auparavant, semblait subtilement plus étranger lorsqu'il prononçait ce mot.

Connaissant déjà la réponse, je demandai: « Et tu ne sais pas, tu ne peux pas, connaître quelqu'un ici, n'est-ce pas ? »

« Juste toi, je suppose. »

Je lui serrai le bras. « Alors je t'adopte officiellement. Jusqu'à ce que tu sois prêt à partir, toi et moi sommes une famille. Ne t'inquiète pas ; je prendrai bien soin de toi. Je suis douée pour ça. J'ai dû apprendre à prendre soin de moi, tu sais ? »

« Hm hm. »  répondit-il, mais pas nécessairement à ce que je disais.

« Alors réfléchissons à ce que tu dois savoir pour vivre sur Ravnica. » Je levai les yeux vers lui alors que nous marchions. Il regarda la ville, tous les bâtiments et toutes les routes et les passants (qui ne le remarquèrent pas), et son regard écarquillé ne cessait de s'élargir. J'ai commencé à craindre que ses yeux ne s'échappent de sa tête, alors j'ai décidé qu'il avait besoin de manger ce repas en petits morceaux. « D'accord, voici ce que tu dois savoir : Ravnica est une grande ville. Et beaucoup de gens vivent ici. Beaucoup. Principalement des humains, je suppose, comme toi et moi. Mais beaucoup d'elfes et minotaures, cyclopes et centaures et gobelins et anges et vedalkens et viashinos et géants et dragons et démons et, bien, à peu près tout ce à quoi tu peux penser. Maîtresse Vraska est une gorgone. Je n'en ai jamais vu que trois, mais je pense qu'ils sont vraiment, vraiment magnifiques, tu sais ? »

« Je... je ne pense pas avoir jamais vu une gorgone. »

« Elles sont frappantes. Vous pouvez avoir confiance en moi à ce sujet. De toute façon, je ne sais pas qui dirige les choses sur Gobakhan... »

« L'Abbé Barrez ? Ou, non. Il dirige simplement le monastère. »

« Alors tu es comme un moine ? Je pensais que tous les moines devaient se raser la tête. »

« Je ne suis pas encore un moine. Je suis un acolyte. Et se raser la tête n'est pas une règle. Du moins, je ne le pense pas. » Il leva les mains. « En ce moment, je ne suis sûr de rien ! »

« Calme-toi. C'est pour ça que je te raconte des histoires. Alors l'Abbé dirige Gobakhan. Mais ici, dans Ravnica, ce sont les guildes. Il y a dix guildes et, entre elles, elles dirigent tout. »

« Ils avaient des guildes à Oasis. C'est une grande ville à Gobakhan. » Il s'est arrêté et a regardé autour de lui. « Je suppose qu'Oasis n'est pas si grande. »

« Mais c'est assez grand pour avoir des guildes ? »

« Oui. Il y a la guilde des charpentiers. Et la guilde des avocats. Mais je ne pense pas qu'ils dirigent quoi que ce soit. Je pense qu'ils se réunissent juste pour boire une bière et se plaindre. Au moins, c'était mon impression. J'étais seulement à Oasis pour quelques jours. »

« Eh bien, nos guildes sont un peu plus importantes. Bien que je sois sûre qu'elles boivent de la bière et se plaignent autant qu'elles font quoi que ce soit. Je sais que mon père boit de la bière et se plaint beaucoup, et qu'il est un guerrier important dans les clans Gruul. »

« Alors tu es dans cette guilde Gruul ? »

« Je te l'ai déjà dit. Je suis Sans porte. Cela signifie que je n'ai encore jamais adhéré à une guilde. Gruul, Rakdos, Selesnya. Ils sont tous en train de me courtiser. Je suis très sollicitée. » J'ai ri. Il n'a pas eu la blague. « Je plaisante. Je ne suis pas très demandée. »

« D'accord. Si tu le dis. »

« Tu es mignon. »

« Je le suis ? »

« Je pense que oui. Je t'aime déjà. Je suis contente de t'avoir adopté. »

« Je— » Il rit. Ou je pense que c'était un rire. C'était un peu difficile à dire. « Je pense que je suis content de ça aussi. »

Il me regardait d'une manière qui me faisait sentir... eh bien, je ne sais pas ce que cela m'a fait ressentir.

Est-ce que c'est ça de la gêne ?

Je détournai le regard et dit Arrête ça pour moi.

Ou est-ce que je l'ai dit à haute voix? S'il te plaît, dis-moi que je ne l'ai pas dit à haute voix !
Il prit une profonde inspiration et demanda : « Que dois-je savoir d'autre ? »

« Oh, euh... Voyons voir. Les guildes se battent toujours les unes avec les autres. Cela me semble idiot. Il semble qu'ils devraient tous pouvoir s'entendre, car ils sont tous si différents. Ce qui les intéresse se chevauche à peine. Mais ils pensent qu'être différents signifie qu'ils ont besoin de se battre mutuellement, etc. Donc, si les choses commencent à devenir incontrôlables, le conflit est censé être résolu par ce type nommé Monsieur Jace Beleren. Il s'appelle Pacte des Guildes vivant, ce qui veut dire que tout ce qu'il dit sera accompli. Tu sais, comme par magie. Le problème est qu'il est porté disparu depuis des mois et des mois. Je pense qu'il est comme toi. Qu'il voyage de monde en monde. Seulement exprès, peut-être. En tout cas, avec lui parti – les choses ont mal tourné, tu sais ? Les guildes ont toutes essayé de se réunir pour arrêter une sorte de dragon diabolique, qui est censé être sur son chemin. Mais Maîtresse Vraska – elle est le chef de guilde Golgari – a assassiné Maîtresse Isperia, la chef de guilde Azorius. »

« Attends, elle l'a tuée ? »

« Oui oui. Et maintenant les guildes se détestent toutes. Ou, tu sais, ne se font plus confiance. »

« Et le dragon diabolique ? »

« Je ne sais pas. Je suppose qu'il est toujours en route. »

Nous avons tourné un coin et je me suis arrêté sur mes traces. Nous nous étions frayé un chemin jusqu'à la place de la dixième circonscription et je me suis retrouvée à regarder un haut obélisque au centre de la place surmonté de la statue d'un dragon. Un dragon diabolique, si je devais deviner.

« Hein, » dis-je. « C'est nouveau. »



III


J'avais à peine le temps d'enregistrer le tout nouvel obélisque au centre de la place lorsque mes yeux se posèrent sur la pyramide massive située au fond. À un moment donné, tout récemment, il était sorti du sol, déplaçant des bâtiments, des jardins et tout ce qui se trouvait auparavant. Tout cela me parut tellement accablant que je ne pouvais plus me souvenir de ce qui se passait à cet endroit seulement la veille.

Ces choses avaient-elles été si insignifiantes ?

L'ironie de quelqu'un comme moi d'oublier l'existence de quelque chose, vous savez ?

« Est-ce que c'est le dragon diabolique ? » demanda nerveusement Teyo.

Au début, je pensais qu'il parlait de la statue au sommet de l'obélisque. Mais ses yeux étaient aussi concentrés sur la pyramide. Effectivement, au sommet, une autre statue de dragon était posée – sauf que cette statue tournait soudainement la tête pour regarder dans notre direction générale. J'étais assez confiante qu'il ne me regardait pas, ce qui m'a amené à croire que Teyo avait peut-être raison quand il a dit : « C'est comme s'il me regardait droit dans les yeux. »

Mais j'ai dit : « Cela ne semble pas probable. » Ou en tout cas, j'ai commencé à le dire. Mais la dernière moitié de ma phrase a été effacée par un fort bang sonique et une bouffée d'air sec du désert venant de derrière nous qui renversa littéralement Teyo et moi.

Je me relevai en premier. Il resta à quatre pattes, tremblant et marmonnant : « Réveillez-vous, réveillez-vous, réveillez-vous... »

Je me retournai pour regarder alors que le son de la maçonnerie fracassée résonnait sur la place. Un portail gigantesque - atteignant facilement 50 mètres de haut – s'était ouvert derrière nous, décimant instantanément l'ambassade du Pacte des Guildes, le réduisant ainsi en deux. Une douce lumière violette se déversait du portail. Cela semblait presque apaisant – vous savez, à l'exception de la destruction que la déchirure dans l'espace avait causée et causait toujours. Un ogre a trébuché en avant avant de s'effondrer ; un quart de son corps s'était évaporé à l'arrivée du portail. La façade en ruine de l'ambassade tomba, écrasant deux autres passants sous celle-ci.

C'était un spectacle d'horreur. Et pas le type amusant de Rakdos.

Je regardai par-dessus mon épaule vers le dragon. Nous étions trop loin pour que je puisse voir l'expression sur son visage, mais je suis un peu psychique et sa jubilation mentale le rayonnait par vagues. Sa jubilation et son nom.

Bolas. Nicol Bolas.

Il envoya des frissons dans mon dos.

Et puis tout a empiré...



IV


Une femme aux cheveux corbeau vêtue d'une élégante robe noire s'avança délicatement vers l'épave. Elle atteignit le sommet d'une balustrade tombée, se redressa et s'arrêta.

Teyo murmura  :« quelque chose émerge de cette géométrie... » Il me fallut un moment pour réaliser qu'il parlait d'une déchirure circulaire dans l'espace. J'ai regardé dans cette direction.

Une armée. Une armée traversait le portail. Ils brillaient d'un bleu métallique au soleil du matin. Je pensais qu'ils étaient jolis. Mais je ne suis pas un idiot complet. Une armée marchant sur Ravnica n'est pas une bonne chose, aussi brillante soit-elle.

La femme aux cheveux corbeau leva une autre chose brillante à son visage. Quand ses mains s'éloignèrent, je pus voir qu'il s'agissait d'un voile métallique de mailles en chaîne en or bruni qui brillait également à la lumière du soleil. Sa peau exposée a commencé à briller avec des lignes violettes, des eaux-fortes, comme des tatouages. Je pensais peut-être l'avoir entendue crier. Mais je ne savais pas si elle hurlait à voix haute ou juste dans son esprit.

Ou simplement mes peurs, vous savez, projetées ?

Alors que ses bras nus brillaient, l'armée métallique se mit également à briller. Même à cette distance, je pouvais voir leurs yeux devenir violets pour correspondre à la couleur des tatouages ​​de Mademoiselle Cheveux-Corbeau. Quoi qu'il en soit, l'armée s'arrêta et se retourna pour regarder. Avant, elle ordonna à ses forces brillantes de se retourner et de marcher vers tout le monde, vers tous ceux qui se remettaient encore de la destruction du portail, et tous se tiennent toujours là, regardant stupidement la horde qui approche.





Teyo murmura: « Que faisons-nous ? »

Franchement, je n'avais pas eu l'idée de faire quoi que ce soit - sauf peut-être courir et me cacher. Au lieu de cela, je restai là, gelée silencieusement, alors que le premier des guerriers de métal atteignait une jeune femme humaine qui tentait de libérer son mari, son petit ami ou son frère de la pierre tombée. Elle leva les yeux vers le guerrier qui approchait. Elle ne bougea pas un muscle quand il se releva et lui cassa rapidement le cou. Nous étions à quelque distance, mais nous avons entendu la fissure, nous l'avons sentie dans notre propre corps.

« Qu'est-ce qu'on fait ? » répéta Teyo.

Je ne savais pas. Le carnage a continué pendant que l'armée qui avançait continuait sa marche, tuant tout le monde sur son chemin. Alors qu'ils approchaient, je pouvais voir qu'il s'agissait de créatures non-vivantes : humains, minotaures, avemains et autres espèces, couvertes de minéral bleu métallisé. Bientôt, ils arriveraient sur nous. Je ne pouvais pas penser. Ne pouvais pas bouger. Je ne pouvais même pas parler, ce qui est vraiment bizarre pour moi.

Soudain, j'ai entendu le craquement du tonnerre. Nous nous sommes tous deux tournés. C'était Maître Zarek, qui tirait des éclairs de mains brûlantes avec de l'électricité sur les assaillants bleus métalliques, en éliminant souvent deux ou trois à la fois. Il s'avança, l'air furieux sur le visage, les cheveux dressés et les guerriers bleus explosèrent devant lui.

Maîtresse Kaya était là aussi ; elle avait tiré ses longs couteaux pour protéger une mère aux cheveux roux blottie au-dessus d'un fils aux cheveux roux et s'était lancée contre le tueur de morts-vivants qui levait une épée sur la tête de la jeune femme. Les poignards de la maîtresse Kaya, d'un violet brillant avec sa magie, s'enfoncèrent profondément dans le dos de la créature. Il s'effondra en un tas devant la mère qui criait, qui rapprocha son fils de sa poitrine et regarda Kaya, plus effrayée que reconnaissante.

Maîtresse Kaya dit : « Courez. »

La femme en sortit et courut avec son enfant dans ses bras.

Pour une raison quelconque, cela servit à nous sortir de notre torpeur moi et Teyo.

« Pouvons-nous aider ? » demanda-t-il.

« Je pense que nous pouvons essayer », dis-je, même si je ne savais toujours pas comment.

Deux autres monstres brillants se sont précipités sur Maîtresse Kaya. Le plus grand et le plus proche balança une hache, mais Kaya devint incorporelle, ce qui, je le savais, était l'un de ses talents mystiques, et la hache glissa sans danger à travers elle. Cela sembla confondre son agresseur et Kaya profita de cette période pour se re-corporaliser et égorger la seconde créature. La lumière pourpre pâle de ses poignards sembla lutter brièvement contre la lumière pourpre sombre qui rayonnait des yeux et du cartouche de la guerrière. Mais comme un poison, les pouvoirs de Maîtresse Kaya s'infiltraient à travers le cadavre, l'infectant. Il est tombé.

Elle se retourna vers le porteur de hache, qui la jeta de nouveau. Encore une fois, elle devint intangible et encore une fois la hache la traversa, laissant la garde de son adversaire ouverte pour prendre les deux poignards dans l'abdomen. Il ne chut pas tout de suite et, une fois de plus, solide, elle tira les lames et le déchira. C'était le genre de chose que ma mère ferait.

Ou Hekara. Je me demandais où elle était. Mais j'étais peut-être un peu heureuse qu'elle ne soit pas là. Elle aurait trop de plaisir et pourrait se faire tuer ou quelque chose du genre.

Pendant ce temps, Maître Zarek prenait position au sommet d'un banc de parc, défendant trois autres enfants, dont l'un berçait une balle en caoutchouc avec le même niveau de protection que celui utilisé par la mère pour son fils. Maître Zarek frappait les guerriers métalliques, l'un après l'autre, mais lorsque Maîtresse Kaya s'approchait pour le rejoindre, il était clair qu'ils – nous tous – allaient bientôt être envahis.

Bientôt, une autre créature fut sur elle. De nouveau, son corps a perdu de la substance et la guerrière a trébuché à travers elle. Elle a tourné. Kaya aussi. Elle se solidifia et enfonça ses dagues dans les yeux, au plus profond de ce qui restait de son cerveau. Elle tomba comme une marionnette dont les ficelles avaient été coupées.

Mais elle l'observa une seconde de trop. Un minotaure minéralisé la percuta et l'envoya valser sur les pavés. Elle gémit et se mit debout.


C'est là que nous sommes entrés en scène. Enfin.

Je ne pensais pas pouvoir prendre le minotaure lors d'une attaque frontale, alors j'ai couru derrière la bête. Il m'a ignoré, continuant vers Maîtresse Kaya plus rapidement que je ne l'avais prévu. Plus rapide que je pourrais faire mon coup.

Et puis, sorti de nulle part, Teyo était là. Il se tenait au-dessus de Maîtresse Kaya, érigeant un bouclier de lumière triangulaire pour se protéger et se protéger de la créature. (Je suppose que c'est ce que cela signifie d'être un acolyte de l'Ordre Protectmage.) La masse de la créature s'est écrasée dans le triangle, qui a brillé de mille feux, mais a conservé sa forme. Teyo grimaça mais garda du terrain, chantant bas. J'étais à la fois surprise et impressionnée et – bien que je n'avais aucune raison réelle, comme dirait mon parrain Boruvo, de récolter cet honneur - fière de mon adopté.

Le minotaure se dressa pour balancer sa massue à nouveau, mais j'étais alors prête. J'avais dégainé mes deux dagues (beaucoup plus petites). Je sautai sur le dos et les plongeai dans le cou de la bête. Elle rugit et rebondit et me jeta. J'ai volé, même si j'ai réussi à tenir mes couteaux. J'ai atterri fort sur mes fesses.

Des coupures et des éraflures, comme je l'ai dit.

Soudain, un éclair d'électricité bleu-blanc a enflammé la créature, qui a explosé en une flambée de piles de bleu fondant.

Alors que Maître Zarek s'approchait, Teyo lâcha son bouclier. Un petit cercle de lumière à son oreille disparut également et ses épaules s'affaissèrent. Il aida Maîtresse Kaya à se relever.
Maître Zarek s'adressa à Teyo : « Tu es un Planeswalker. »

« Je suis quoi ? »

« Comment savez-vous qu'il est un Planeswalker ? » demanda Maîtresse Kaya à Maître Zarek.

Je voletais entre les créatures bleu métallique. Les poignarder ici et là pour les distraire de leur proie ciblée. J'ai coupé les ischio-jambiers d'un, et quand il est tombé à genoux, je l'ai poignardé dans les yeux.

Eh bien, cela avait fonctionné pour Maîtresse Kaya.

Heureusement, cela a fonctionné pour moi aussi.

Je me suis précipitée vers Teyo, évitant un autre monstre en cours de route.

À quel moment Maîtresse Kaya m'a regardé directement et a dit : « Ces choses ne semblent pas trop intéressées par vous. Quel est votre secret ? »

Je pense que je l'ai regardée pendant un moment.

Maître Zarek, pensant qu'elle lui parlait, dit : « Ils sont assez intéressés. »

L'ignorant, elle s'adressa de nouveau à moi, maintenant avec une certaine inquiétude : « Ça va ? »

Encore une fois, j'ai dû sortir de ma stupeur. Je murmurai quelque chose du genre: « Oh, oui. Je ne pensais jamais que le puissant chef de guilde Orzhov prendrait note de moi. » Puis, dans mon souffle, j'ai murmuré, « Wow, deux en un jour. C'est presque plus étrange que le grand trou dans le monde. »

Maître Zarek, toujours sous l'impression erronée que Maîtresse Kaya s'adressait à lui, dit : « Je vais bien. Désolée. Ce sont les lunettes. Elles sont conçues par le Cérébropyre. Je peux les utiliser pour identifier les Planeswalkers... légèrement déconcertant. »

« Il y en a d'autres autour ? » demanda Maîtresse Kaya. « Des Planeswalkers, c'est-à-dire. Pas des lunettes. Nous pourrions utiliser l'aide. »

Maître Zarek baissa ses lunettes sur ses yeux et scruta le ciel, traçant lentement quelque chose vers le bas. Son expression – et un léger bourdonnement dans mon cerveau – me disait qu'il avait une conversation psychique avec quelqu'un. Je n'étais pas assez puissante pour l'intercepter, mais je reconnus les signes.

J'ai suivi sa ligne de vision et j'ai vu quatre humains s'approcher. Deux étaient des hommes que je n'ai pas reconnus et le troisième était Mademoiselle Lavinia, l'ancienne assistante du Pacte des Guildes vivant. Vous savez, Monsieur Jace Beleren, qui était aussi avec eux. Ils se sont battus jusqu'à nous. Le plus grand des hommes utilisait un grand sabre ordinaire pour créer des hachures sur toutes les créatures à sa portée.

Maître Zarek déchaîna un éclair qui élimina quelques monstres sur le chemin du quatuor. Puis le grand homme a crié : « Chandra ! »

Nous nous sommes tous retournés. Quatre autres guerriers se frayaient un chemin vers nous. Deux pyromanciennes humaines étaient en tête. L'une, avec des cheveux en feu – littéralement en flammes – des cheveux roux tirait d'énormes tirs de feu qui réduisaient l'ennemi en flaques de boue fondue. L'autre, celle-ci aux longs cheveux gris acier, utilisait des explosions de précision tout aussi efficaces. Derrière elles se trouvaient un léonin mâle et un automate en argent massif.

Les deux groupes de quatre convergèrent à côté de nous quatre, et le léonin borgne sembla se glorifier dans la camaraderie, levant les bras vers le ciel et rugissant – ce qui me semblait quelque peu prématuré – un triomphe.

Des introductions rapides ont été faites. Le grand homme était Monsieur Gideon Jura. L'autre homme était Monsieur Teferi. La pyromancienne aux cheveux roux était Mademoiselle Chandra Nalaar. La pyromancienne aux cheveux gris était Mademoiselle Jaya Ballard. Le léonin était Monsieur Ajani Crinièredor, et l'automate, qui semblait en fait être vivant et sensible, était Monsieur Karn. Comme Teferi, il n'avait pas de nom de famille. On dirait que beaucoup de ces Planeswalkers n'en ont pas eu, presque comme si c'était le coût de faire des affaires dans le multivers. J'étais sur le point de demander Teyo s'il avait un nom de famille, mais il était occupé à essayer de nous introduire tous deux. Mais il était nerveux. Alors, quand Monsieur Jura posa sa grande main sur l'épaule de Teyo et, s'adressant à lui seul , dit : « C'est bon de vous avoir dans le combat, Teyonraht. », me faisant glousser juste un peu.

Teyo essaya de corriger l'impression que « Teyonraht » était son nom, mais à ce moment-là, Monsieur Jura criait : « Préparez-vous! Les Éternels continuent d'arriver! Nous devons sauver autant de personnes que possible ! »

C'est ainsi que s'appelaient les guerriers métalliques : Éternels.

C'était un nom qui ne présageait pas vraiment pour notre survie, vous savez?



V


L'élégante Mademoiselle Cheveux-Corbeau dans son élégante robe noire traversait la place du portail vers la pyramide, entourée d'une phalange de gardes du corps éternels. Elle nous a observés pendant que Monsieur Jura nous menait en avant contre ce qu'il appelait « la Horde de l'effroi ».

Elle nous a regardés soulever des gosses plus petits que moi dans nos bras pour les écarter du danger.

À un moment donné, Monsieur Jura en tenait trois.

Elle nous a regardés courir pour des spectateurs trop effrayés pour monter leurs propres défenses.

Elle nous a regardés détruire Éternel après Éternel.

Et la dernière chose que je vis d'elle, avant de la perdre complètement de vue, fut qu'elle secouait la tête avec pitié, sinon avec dégoût.

Je me suis tourné vers Teyo – dont le nom de famille s'est avéré être Verada, soit dit en passant – et il avait juste l'air épuisé. Il levait bouclier après bouclier pour protéger toutes sortes de gens – tous parfaitement étrangers à lui – de ces Éternels morts-vivants. J'étais trop occupée à essayer de rester en vie pour lire ses pensées littérales, mais j'ai compris l'essentiel : il ne se faisait pas confiance, il ne pensait pas qu'il pourrait gérer les cartes qu'il avait été distribuées.

Je me penchai et je dis : « Ah, tu vas bien. »

Il déglutit avec difficulté et me fit un signe de tête. Il posa un autre bouclier, un cercle qui s'étendait sur ses mains tendues, donnant à deux enfants elfiques la couverture dont ils avaient besoin pour fuir l'Éternel recouvert de minéral ou de lazotèpe , comme disait M. Jura, qui les poursuivait. Son bouclier a tenu, empêchant l'Éternel de poursuivre les elfes et me permettant d'utiliser mes petites dagues sur ses yeux-moins-qu'Éternels.

J'avais déjà fait ce mouvement six ou sept fois maintenant. C'était vraiment efficace. Je pourrais juste me précipiter et poignarder. La première fois, j'ai pensé que Teyo pourrait vomir, mais il l'a avalé en arrière et commençait maintenant à être habitué à mon tour. Je n'avais jamais vu personne étudier mes tours autant, à l'exception peut-être de ma mère, mais j'essayai de ne pas laisser ce désordre avec ma tête.

Teyo invoqua un nouveau bouclier pour bloquer l'attaque imminente d'un autre Éternel par le fléau.

Monsieur Jura cria : « Teyonraht, poussez celui-là de cette façon ! »

« C'est juste Teyo », cria-t-il en essayant d'obéir. Je remarquai que chaque fois qu'il avait besoin d'un effet de levier, Teyo appelait un petit cercle de lumière sous son oreille droite. Elle pendait comme une boucle d'oreille brillante qui retenait dangereusement mon attention. Je devais résister à l'envie de l'attraper, résister à l'envie de le regarder trop longtemps.

Teyo élargit son bouclier gauche, le transformant en un cercle de diamant. Il sourit juste un peu, peut-être légèrement fier de la manœuvre, puis utilisa ses deux mains pour ajouter de la dimension au bouclier en diamant et le faire avancer.

Le fléau de l'Éternel rebondit sur l'angle impair, déséquilibrant le monstre. Teyo se pencha et poussa. L'Éternel recula et Monsieur Jura lui coupe la tête, très lisse.

« Bien », aboya-t-il avant de se détourner pour attaquer une autre créature.

Teyo sourit à nouveau et je souris pour lui. Puis il retira son sourire et tourna son bouclier pour protéger le dos de Maîtresse Kaya.

Monsieur Beleren cria : « Nous devons convoquer les guildes ! Amenez-les au combat ! »

Maître Zarek fit sauter un autre Éternel et cria : « Je ne suis pas sûr que ce soit possible ! Je peux commander les Izzet sur le terrain et Kaya pourrait peut-être faire de même avec les Orzhov... »

Mademoiselle Lavinia émit sa pensée : « Les autres guildes se sont retirées pour consolider leurs propres territoires, plus méfiantes les unes des autres que de Bolas. »

Maîtresse Kaya a déclaré : « Et cela ne compte même pas les guildes qui servent déjà Bolas. Golgari et Azorius. Peut-être Gruul aussi. »

Je ne pouvais pas croire que Gruul servirait le dragon. Je savais que mon père et ma mère ne le feraient jamais.

Mademoiselle Lavinia a également renoncé. De toute évidence, elle n'aimait pas non plus l'idée d'Azorius servant Bolas.

Teyo et Maîtresse Kaya étaient dos à dos, parant des coups entre deux Éternels. Pensant que je pouvais aider, je me suis glissé entre eux. Je me suis penchée et j'ai murmuré à Maîtresse Kaya : « Appelle Hekara. Elle apportera tout le culte. »

La maîtresse Kaya a poignardé son Éternel, puis a fait une pause pour secouer la tête avec tristesse. « Hekara est mort », dit-elle.

Et c'était ça. Mon monde juste... écroulé.

Ça ne pouvait pas être...

Je ne l'avais vue que la nuit dernière. Elle allait bien. Elle était gaie. Elle était Hekara. Elle était ma meilleure amie dans le monde entier. Le Multivers entier.

Derrière son bouclier, Teyo me regarda avec inquiétude.

« Hekara était mon amie », dis-je sans espoir. « Elle me connaissait. Elle m'a vue. »

Teyo avait l'air comme je me sentais : impuissant. Il voulait me réconforter. repoussant son bouclier de sa main droite et sur sa gauche, il tendit la main et me pressa légèrement le bras.

Je ne prétends pas être le moins du monde rassuré. Je ne comprenais toujours pas ce que Maîtresse Kaya avait dit. Je ne pouvais pas imaginer un monde sans Hekara, sans son rire, ses pensées qui ricochent, sa loyauté et son amitié, même sans sa soif de sang. Mais Teyo essayait, alors j'ai essayé de reconnaître l'effort avec un sourire reconnaissant. Je ne savais pas quelle expression était apparue sur mon visage.

Hekara ne pouvait pas être morte. Elle ne pouvait tout simplement pas l'être.

« Hekara est morte », avait déclaré Maîtresse Kaya, et je savais qu'elle aimait suffisamment Hekara pour ne jamais mentir à propos de ce genre de chose. Je voulais croire qu'elle le ferait. Mais je savais mieux.

Mon meilleur ami ne m'attendait pas sur la Promenade transguilde. Elle n'attendrait plus jamais là-bas. Elle ne m'embrasserait jamais, ne me taquinerait pas, ne me chatouillerait pas et ne me parlerait plus jamais.

« Viens, ma chérie, et donne-moi du sucre. » Je n'entendrais plus jamais ça. Ou quelque chose comme ça encore. Pas le tintement des cloches dans ses cheveux. Pas le petit rire qui éclata quand elle avait manifesté une lame de rasoir. Pas les gloussements étouffés qui lui échappèrent quand elle a trouvé quelque chose de particulièrement hilarant. Tout était parti. Le rideau était tombé. Son spectacle était devenu sombre.

Plus d'Éternels ont avancé, et je me demandai pourquoi nous avions même pris la peine de les combattre.

Ravnica mourait tout autour de moi et, soudainement, cela ne valait plus la peine d'être sauvé.

Hekara était morte...

Résumé



Spoiler: Montrer
I – Rat, une humaine sans guilde quoiqu'originaire des clans Gruul, fait le compte-rendu de sa mission à sa meilleure amie et exemple Hekara, qui est une Rakdos. Rat, de son vrai nom Araitha, a comme unique talent d'être discrète à tel point que l'on peut sans souci ignorer son existence – seuls certains « élus » peuvent la voir. Elle explique donc à son amie qu'elle n'a pu entendre que quelques bribes de la discussion entre Ral Zarek et Niv-Mizzet, mais qu'elle avait retenu qu'un flambeau semblait leur seul espoir contre un dragon maléfique.

II – Rat voit apparaître devant elle un homme tout ensablé en train de vomir ses poumons. Elle comprend assez vite qu'il s'agit d'un Planeswalker, mais le jeune homme prend du temps à comprendre qu'il n'est plus sur Gobakhan, mais qu'il a pour la première fois transplané. Tout ceci est un bon prétexte pour expliquer les rudiments du fonctionnement de Ravnica, avec les dix guildes, l'absence du Pacte des Guildes vivant et la mort d'Ispéria, tuée par Vraska.

III – Alors qu'ils marchent dans la Promenade transguilde, ils remarquent une colossale statue d'un dragon – puis le dragon en question, sur sa pyramide, et son nom leur parvient et les emplit d'effroi, Nicol Bolas.

IV – Un portail émerge, dans lequel apparaissent Liliana et son armée. Les Éternels luttent contre les Planeswalkers, comme Ral Zarek et Kaya. Stupéfaits, Rat et Teyo n'osent faire un mouvement, pas même fuir, avant que Teyo ne charge afin de pouvoir sauver de son bouclier Kaya qui se retrouvait sans défense. Il s'avère qu'ils sont loin d'être seuls : arrivent Jaya, Chandra, Jace, Lavinia, Ajani, Téfeiri, Gideon et Karn qui eux aussi luttent contre l'armée.

V – Ils tentent de sauver un maximum d'habitants tétanisés et d'enfants égarés, et Rat aperçoit le regard de pitié et de peine qu'arbore Liliana, et en est surprise. La bataille fait rage, et Teyo fait montre d'un talent particulier au combat, protégeant merveilleusement bien et les combattants et les citoyens. Mais Rat, qui elle aussi lutte au moyen de ses dagues, apprend de Kaya la mort d'Hekara – et le monde s'effondre autour d'elle.



Ajouter une louange


Vous devez vous identifier pour participer.

1 Louanges



arlocken
Le 15/05/2019

Merci pour ton travail et pour la traduction de cette première partie

Note : 10/10

Appréciation

Note :  

Contenus relatifs

Sondage

Qui aurait dû faire partie du casting des planeswalkers du Trône d'Eldraine ?

Résultats
(déjà 236 votes)