Les vieux contes : Le Passage des malandrins - Magic the Gathering


Les vieux contes : Le Passage des malandrins

Articles



Drark Onogard, le , 286 consultations

Sur Ravnica, les sans-porte sont parfois obligés de vivre dans la misère, de petits délits – mais jamais une affaire de guilde n’est bien loin.

  La storyline de Magic / Insurrection

Sur Ravnica, les sans-porte sont parfois obligés de vivre dans la misère, de petits délits – mais jamais une affaire de guilde n'est bien loin. Vous trouverez l'article original ici.

Le Passage des malandrins



Tanek se réveilla étendu torse nu sur son dos. Le soleil masqué par la fumée était déjà haut dans le ciel et le tuyau d'échappement à côté de lui soufflait un long jet de vapeur.

Il regarda autour de lui - les autres qui dormaient sur le toit étaient partis depuis longtemps. Il vérifia sa poche gauche pour son porte-monnaie, se sentit derrière sa tête pour sa chemise en boule et à travers le trou dans sa poche droite pour le rasoir attaché à sa jambe. Tout était toujours là. Bien.





Le toit avait été une trouvaille. Par beau temps, c'était bien mieux que de dormir par terre et quand il pleuvait, le surplomb était suffisant pour se replier. Ceux qui dormaient sur le toit échangeaient parfois des tours, mais pas trop souvent. Il aimait cet endroit. S'y sentait en sécurité. Ou du moins aussi sûr que possible.

L'estomac de Tanek grogna et il se sentit étourdi. Payer pour la nourriture était toujours décevant, mais travailler à jeun était trop dangereux. Il s'assit, tira sa chemise tachée de cendre et laissa tomber son sac à main usé sur le toit. Quelqu'un avait rasé les bords de sa pièce de cinq zino fabriquée par Boros, mais pas assez pour que la plupart des gens le remarquent. Il sauvait celui-ci pour une urgence. Les trois pièces d'un zino étaient de l'hôtel de monnaie d'Azorius et d'un dessin relativement nouveau. Le symbole s'étendait plus haut sur le visage que sur les anciennes pièces ; quelqu'un avec un couteau aiguisé et une main ferme pourrait probablement le raccourcir, bien qu'il n'ait encore vu personne l'essayer. Il y avait aussi quelques pièces de cinquante et vingt-cinq zibs. Il pouvait se procurer un morceau de viande grillée et une pomme pour quarante zibs. Cela devrait être suffisant pour la matinée.

Il descendit une échelle cassée sur le toit, sauta à un auvent à quelques mètres et descendit dans la rue. C'était étonnant que la plupart des gens n'aient pas pensé à essayer de monter là-haut, mais là encore, la plupart des gens ne savaient pas que cette allée existait. Il trotta dans l'allée jusqu'à une impasse, rampa à travers un trou dans le mur juste au-dessus du niveau du sol, se coinça entre deux buissons et émergea dans la rue.





Tanek se fraya un chemin à travers les rues animées jusqu'au marché de la circonscription de la fonderie. Un assaut de sons et d'odeurs, le marché servait à la fois de lieu de vente pour les métallurgistes sans guilde et de lieu où leurs employés pourraient acheter leur repas. C'était aussi un paradis pour les voleurs, même s'il n'y avait pas tellement de voleurs à la tire pour que les autorités y prêtent attention. Tanek connaissait la plupart d'entre eux, et quelques-uns qui vivaient sur le toit avec lui étaient déjà au travail. Migen parlait à un homme de grande taille tandis qu'Erika s'éloignait avec quelque chose. Ivo s'accroupit dans une ombre à proximité, observant. Tanek sourit et se fondit dans la foule.

Ce n'était pas tout à fait l'heure du déjeuner, mais certains travailleurs en pause étaient déjà là. Une meute de gobelins en uniforme marron assiégés autour d'un vendeur de pâtisseries et d'un minotaure imposant dans une blouse tachée de cendres marchandaient avec une femme vendant des poulets entiers rôtis. Quelques membres de guilde étaient également présents, bien que dans cette partie non alignée de la ville, ils se distinguent comme des flèches dans l'horizon. Un elfe vêtu de vert et de blanc discutait avec un armurier et une femme vedalken aux allures étouffantes aux couleurs d'Azorius négociait avec un bijoutier. Il y avait aussi quelques policiers Boros - au moins trois - que Tanek pouvaient voir. Ils observaient quelqu'un. Tanek se prépara à foncer, mais ils ne le regardaient pas.





Alors que Tanek se frayait un chemin à travers la foule, l'attention de la patrouille devint la cible de l'attention. Deux gros voyous d'Orzhov à la tête rasée harcelaient Busa, la vendeuse de poulet préféré de Tanek. Les trois hommes parlaient à voix haute, les bras s'agitant, mais Busa était clairement sur la défensive. Quelqu'un avec un panier de fruits non couvert s'arrêta tout en marchant, distrait par la rangée. Tanek attrapa une pomme et l'enveloppa dans sa poche, puis se glissa vers la raquette.

Ces rats étaient partis au moment où Tanek arriva sur place, mais le reste de la foule laissait toujours Busa à une large place. Tanek s'approcha avec un sourire penaud. « Un bâton. »

« Vingt-cinq zibs. Tu payes aujourd'hui, hein ? »

Il haussa les épaules. « Je ne peux pas travailler l'estomac vide. » Busa mit un morceau de poulet presque cuit sur le gril. « Et puis, j'aime ta nourriture. Qu'est-ce que c'était ? »

Le visage de Busa se referma. « Les voyous d'Ambroz à nouveau. »

Tanek leva sa tête alors qu'il tendait une pièce à Busa. « Je pense que tu veux dire les voyous de Maître Benakov. »

Busa rit, mais ses yeux trahissaient la peur. « Ils deviennent de plus en plus entreprenants. Aujourd'hui, ils ont doublé le taux et ont dit qu'ils couperaient l'orteil de ma fille si je ne payais pas à temps. Et ils ne le font pas qu'à moi. » Ils regardèrent tous deux quelques étals, où les deux mêmes voyous avaient la même conversation avec un vendeur de bonbons. « Je ne peux pas imaginer que ce soit bon pour toi non plus, avec les Boros autour. »

Tanek prit le bâton de viande. "Non. J'aimerais pouvoir faire quelque chose à ce sujet." Une paire de viashino aux yeux affamés se dirigea vers eux. « Bon, à plus tard. »

Il s'assit sur le trottoir et commença à manger en savourant chaque bouchée avec des yeux mi-clos. Alors qu'il finissait la viande et se dirigeait vers la pomme, une voix experte perça le bruit de la foule. « Faites un chemin, faites un chemin ! »

La foule se sépara. Un garde blindé vêtu d'un manteau Orzhov arriva en premier, suivi d'un gros homme vêtu d'une robe de soie noire et blanche, suivi de nouveau par une femme belle et à peine vêtue qui portait un parapluie sur lui. Un serviteur chauve se dressa à l'arrière et s'approcha du gros homme, faisant des gestes d'une main ouverte. « Maître Benakov, le marchand de pâtisserie sur lequel vous vous interrogiez est par ici. »





Le gros homme jeta sa tête en arrière. « Conduis-moi à lui. »

La procession de noir et blanc passa devant Tanek. Sur le stand de la boulangerie, Benakov parcourut les pâtisseries exposées pendant deux minutes complètes avant d'en choisir une. Il prit une morsure trop grosse et la crème coula le long de son visage potelé. Son porte-parapluie le tamponna avec un chiffon pendant qu'il mâchait, le portant presque sur son col haut ridicule. « Oh mon Dieu, c'est plutôt bon. » Il prit une autre bouchée. « Tu devrais en goûter un, » dit-il au serviteur, la bouche pleine. « C'est farntarstique. »

L'homme s'inclina comme une marionnette. "Je n'ai pas faim, mais merci."

« Très bien. Revenons à mon travail. » Le garde se retourna, ramenant le chemin à travers la foule. Benakov se retourna également et le drapé de sa robe révéla à Tanek un petit renflement en forme de sac accroché à sa hanche droite.

Il y avait un tableau errant dans la rue à quelques mètres de Tanek. Il attrapa le tableau, tendit la main à travers le trou dans sa poche pour le rasoir. Il se tourna pour juger la ruelle derrière lui. S'il se souvenait bien, il y avait deux tours de dogleg, puis une impasse. Le mur là-bas serait difficile à gravir, mais pas impossible. Il retourna dans la rue, attendant de bondir.

Juste au moment où Benakov était sur le point de passer devant lui, Tanek lança le tableau. Le gros homme trébucha, tombant à plat sur son visage. Tanek fut sur lui en un instant, coupant le côté droit de la robe de l'homme et de la ficelle qui maintenait son porte-monnaie en place. Benakov cria. Tanek attrapa la bourse et se précipita dans la ruelle, mais un éclair de blanc et de rouge arriva derrière lui. En tournant le premier virage, il entendit des pas qui se rapprochaient. Il courut aussi vite que ses jambes pouvaient le porter. Il parvint à glisser la pochette dans sa poche gauche avant de frapper le deuxième virage, mais faillit trébucher sur une flaque d'eau en l'arrondissant.

Le mur du fond de la ruelle avait 20 pieds de haut et il y avait moins de prises dans la pierre noire et grise qu'il ne s'en souvenait. Il laissa tomber le rasoir et commença à grimper. Les pas derrière lui continuaient à arriver. Un seau d'eau rebondit sur le mur au-dessus de lui, l'arrosant ainsi que la pierre lisse. Il essaya de continuer à grimper, ne trouva aucune prise et tomba sur le dos. En un instant, le talon de la botte de l'homme était sur son cou, suivi de la pointe de son épée.





L'homme ricana. « L'argent. »

Les yeux de Tanek s'écarquillèrent. « Je... ne l'ai pas. »

La pointe de l'épée s'enfonça dans le cou de Tanek juste assez pour faire couler le sang. « L'argent. »

« OK OK. » Il fouilla dans sa poche et tendit la bourse.

La pression sur le cou de Tanek se relâcha et le visage de l'homme se détendit. « Pourquoi as-tu fait cela ? »

« Cet homme a menacé mes amis. »

« Tes amis ? »

« Busa la vendeuse de poulet. Et d'autres aussi. Ces voyous que vous observiez sont les hommes d'Ambroz Benakov. Vous surveillez peut-être maintenant, mais vous ne les arrêterez pas quand ils reviendront dans le noir. Ils sont méchants. Ils vous torturent et coupent les orteils de vos enfants. N'importe quoi pour obtenir votre argent. »

Le légionnaire de Boros secoua la bourse. « Et vous pensiez que cela l'arrêterait ? »

Pensa Tanek. « Je... je ne sais pas. Je n'ai pas pensé... »

« Je vois ça. » Le légionnaire empocha la bourse et retira son pied du cou de Tanek, mais garda l'épée à la gorge. « Que savez-vous d'autre ? »

« Benakov n'est arrivé que quelques semaines auparavant. Personne ne l'a payé jusqu'à ce que la femme du vendeur de pâtisserie ait disparu, et tout le monde l'a depuis. Il a juste doublé le taux de protection aujourd'hui. Entre eux, et maintenant vous, les choses sont bien trop dangereuses. »

L'homme rengaina son épée et sourit presque. « Normalement, je n'aime pas les parasites, mais tu n'es pas si mauvais. » Il tendit la main. Tanek le saisit et l'homme le releva. « Je suis Radomir de la Légion de Boros. C'est dommage que tu n'aies pas été un si bon grimpeur, mais au moins, j'ai récupéré mon argent. »

Tanek cligna des yeux. L'homme Boros sourit. « Peux-tu écrire ? » Tanek acquiesça. « Si tu en sais plus, dépose une note dans la jardinière vide sur le toit de la forge des gobelins. Je paie bien et je préférerais ne pas voir quelqu'un dont le cœur est bon en train de voler ses « amis ». »

Radomir tourna les talons et commença à s'éloigner. Tanek fit un pas après lui. « Est-ce que vous me payez pour aujourd'hui ? »

« Oh. Bon point. » Radomir sortit le sac de sa poche, sortit deux pièces de monnaie et les repoussa vers Tanek. Les pièces de monnaie claquèrent sur le sol entre eux. « Je suppose que la plupart de l'argent devra être assez bon. »

Tanek se dépêcha de les ramasser. C'étaient des morceaux de dix-zino, de l'hôtel Orzhov, aux bords fraisés et encore intacts. Ses yeux s'écarquillèrent. Au moment où il pensait remercier l'homme, Radomir était déjà parti.





Vingt zinos. Ce n'est pas une grosse affaire, mais assez pour vivre confortablement pendant une semaine ou deux. Peut-être assez pour une nouvelle chemise aussi. Tanek mit les pièces dans sa poche, récupéra le rasoir, gravit un autre mur et se dirigea de toit en toit jusqu'à ce qu'il fût suffisamment éloigné du marché pour pouvoir descendre au niveau de la rue en toute sécurité. De là, il se dirigea vers les deux arbustes, traversa le trou dans le mur et grimpa sur le toit.

Erika et Migen étaient déjà de retour. « Salut Tanek, » pépia Migen.

« Tu es mouillé. Est-ce que ce gars t'a attrapé ? » demanda Erika.

Tanek réfléchit un instant. « Non, mais j'ai laissé tomber l'argent. »

« Aww. Nous avons fait du bon travail aujourd'hui ! » dit Migan.

« C'est incroyable ce que l'on peut enlever aux gens quand ils sont distraits par une petite fille triste », déclara Erika avec une lueur dans les yeux.

À qui avaient-ils volé ? Espérons que ce ne soit pas Busa. Tanek avait déjà volé Busa, mais c'était il y a longtemps. Pourrait-il le refaire ? Il n'était pas sûr.

« Je dois y aller. On se voit plus tard. » Tanek se détourna.

« D'accord », dirent-ils à l'unisson. Il descendit du toit. Il ne les reverrait plus avant un moment. Certainement pas aujourd'hui, du moins. Il avait besoin d'un toit différent. Un avec plus d'espace pour penser. Et plutôt un plus proche de la forge des gobelins.

Edité 2 fois, dernière édition par Drark Onogard le 15/02/2020

Alors, c'était comment ?

Complétement fou !

  3

Abscon, abjecte, inadmissible !

  0


Toi aussi, loue son œuvre !


Vous devez vous identifier pour participer.