Les vieux contes : La Guilde des Affaires - Magic the Gathering


Les vieux contes : La Guilde des Affaires

Articles



Drark Onogard, le , 495 consultations

Chez Orzhov, même les plus misérables sont ambitieux. Même Bosco, le balayeur. Et bien plus que vous ne le croiriez.

  La storyline de Magic / Insurrection

Chez Orzhov, même les plus misérables sont ambitieux. Même Bosco, le balayeur. Et bien plus que vous ne le croiriez. Vous trouverez l'article original ici.

La Guildes des Affaires







Bosco déverrouilla la porte latérale en bois, petite mais épaisse, qui donnait accès au mur du manoir par le mur extérieur. Il croisa une paire de gardes et les paya chacun une pièce de monnaie alors qu'il se dirigeait vers un bâtiment attribué aux concierges et aux gardiens. En poussant la vieille porte en bois, il sentit le froid des murs de pierre et se frotta vivement les mains. Bosco était petit, aux lèvres minces, avec des cheveux noirs qui semblaient encore plus foncés sur sa peau pâle. Il était au début de la vingtaine et travaillait déjà depuis des années pour les Orzhov : brosser les marches, polir le laiton, nettoyer les sols. Mais Bosco avait des projets. Il ne serait pas un balayeur pour longtemps. Il tissait des liens et allait bientôt faire sa marque.





Il commençait à ramasser son balai et son seau lorsque le srâne de Jozica déboula. Jozica était la personne chargée de l'exécution employée par le propriétaire du domaine. Bosco la craignait. Le srâne, il le détestait.

« Trois pièces. » Le srâne ricanait derrière sa plaque dorée. « Taxe de nettoyage », déclara-t-il, avec autant de saveur aiguë et baveuse que lors du premier jour de Bosco. Son petit sourire de satisfaction et son gémissement exigeant avaient, au fil du temps, transformé le srâne en ennemi mortel.

Pendant une fraction de seconde, Bosco imagina de donner un coup de pied dans le srâne à travers la pièce et de manipuler le manche de son balai à travers sa facedorée, mais il pensa rapidement au meilleur de lui-même. C'était le srâne personnel de Jozica et Bosco savait qu'elle l'aimait beaucoup.

Un laps de temps et il lui en serait redevable pendant longtemps – ou pire.





Le srâne tressaillit et siffla à l'encontre de Bosco alors qu'il déposait les trois pièces dans la tirelire verrouillée, comme si ses sens primordiaux étaient au courant du désir intérieur de Bosco de broyer ses os en pâte. Dès que les pièces tintèrent, le srâne serra la boîte dans ses bras caoutchouteux gris et s'échappa, ricanant comme s'il avait réussi un vol ingénieux. Bosco ravala une autre envie de le chasser et de lui faire manger sa tirelire. Au lieu de cela, il attrapa son balai et son seau et se dirigea vers le grand sol en pierre de la salle principale du manoir. Le bruit des pieds du srâne résonna dans le lointain.

Attends ton moment, Bosco, pensa-t-il. Ton heure arrive.



« Cinq siècles », déclara Bosco sur une tasse de bumbat.

« Quoi ? » Drovo a presque craché son bumbat par le nez.

« C'est tout ce que je dois à la guilde. Cinq siècles au total. »

« C'est fou. Comment est-ce arrivé ? »

« Eh bien, je suis nouveau dans Orzhov. Pour leur protection, leurs avantages, leur stabilité et leurs opportunités, je devais faire un investissement substantiel. Je ne suis pas né dans la guilde, je n'ai donc pas d'ancêtres ayant travaillé pour ma dette. J'ai donc encouru quelques pénalités. »

« Krokt. Qu'est-ce qui t'a finalement fait le faire ? »

« Tu sais ce que c'est que d'être un sans-guilde : tout le monde te donne un coup de pied et personne ne te donne aucun respect. Mais les Orzhov marchent dans les rues comme des rois. Je veux dire, regarde ! » Bosco déplaça sa chaise hors de la table pour permettre à son ami d'admirer sa nouvelle tenue de balayeur en noir et blanc avec fil d'or, boutons et boutons de manchette argentés, le tout orné du symbole de la guilde Orzhov. « Je ne suis qu'un balayeur et je reçois ces vêtements. Les gens me respectent et je peux toujours obtenir une avance d'un usurier d'Orzhov pour une nouvelle année de service. » Bosco posa une grosse bourse de pièces sur la table.

La confection impeccable et le sac de pièces de monnaie de Bosco chez Orzhov créèrent une sensation d'envie à Drovo.

Mais cinq siècles ?

« Qu'est-ce qui se passe quand... tu vas mourir ? » demanda Drovo avec un peu d'appréhension.





« Je m'en fiche de ça, » dit Bosco, un peu trop brusquement. « Il s'agit de récupérer ce qui est à moi de mon vivant, Drovo. Qui se soucie de ma mort ? Les Orzhov encouragent l'ambition, quelqu'un qui est prêt à faire ce qu'il faut pour progresser." Bosco serra son poing pour plus d'emphase. "Je vais saisir toutes les occasions possibles. Je leur montrerai qu'ils ne peuvent pas se passer de moi. Je pourrais même peut-être acheter une partie de mes dettes après-vente. Je pourrais même vivre un luxe inimaginable si je joue bien mes cartes. »

« Whoa. Tu es vraiment devenu un Orzhov. Je sais que la dernière fois que nous nous sommes rencontrés, tu en parlais mais je ne pensais pas que tu le ferais vraiment. Je pensais que tu rejoindrais les sans-portes ou quelque chose du genre. »

« Les sans-portes. Je veux faire partie de quelque chose de puissant. Les propres Orzhov, Ravnica. Ils ne sont pas forcés par les autres guildes. » Bosco se pencha. « Je vais être promu rapidement ici, Drovo. Les Orzhov savent récompenser l'ambition et je connais quelqu'un qui a le pouvoir de faire avancer les choses pour moi... et tu peux en faire partie aussi si tu es partant pour ça. »



« Asseyez-vous, Bosco, » dit Jozica. Bosco détestait le fait qu'il se sente toujours mal à l'aise avec le responsable de l'application d'Orzhov. Il pouvait presque sentir la quantité de mort qu'elle avait distribuée et avec quelle facilité elle l'avait fait. Il essaya de ne pas la regarder.

Le haut prélat était assis derrière un bureau en ardoise noire sur une chaise dorée gravée des symboles Orzhov et recouverte de somptueux coussins brodés. Un srâne poussa une chaise en direction de Bosco et s'enfuit rapidement derrière dépais rideaux de velours avant de réapparaître au coude du prélat, ronronnant en offrant un plat de raisins.





Bosco s'assit. Le haut prélat était un homme sans vie. Toute une vie de mensonges, d'escroqueries et de greffes l'avait entraîné dans un mélange impassible, où l'apathie et le dégoût étaient définitivement fixés. Le haut prélat semblait regarder fixement dans l'espace. Bosco commençait à avoir l'impression que le vieil homme n'était peut-être pas là. Dès que Bosco regarda Jozica, il vit les yeux du haut prélat pivoter et se verrouiller sur lui d'une manière inquiétante, semblable à celle d'un reptile. Un esprit vif se cachait toujours dans les replis de chair qui pendaient à son visage. Un esprit qui évaluait Bosco comme un boucher évaluerait une côte de bœuf.

Bosco déglutit.

Jozica produisit un contrat et le glissa vers Bosco. À mi-chemin de la table, le haut prélat interrompit son voyage en plaçant un gros doigt incrusté de bagues dessus.

« Cela vous liera magiquement à votre parole et à votre action. » La voix du haut prélat se fendit jusque lui, son discours ponctué par une respiration sifflante. « Vous signez ceci, remplissez votre tâche et votre dette sera considérablement réduite selon les termes convenus. » Le prélat poussa ensuite le document en direction de Bosco. Cela fit un son croustillant et râpant. Alors que Bosco cherchait à obtenir le contrat, le haut prélat regarda Bosco avec ses yeux humides comme du charbon. « Nous pourrions même avoir plus de travail pour vous. »

Bosco signa précipitamment le contrat et sentit le tintement de la magie Orzhov ainsi que le frisson de l'occasion.



« Là-bas », murmura Bosco en montrant une applique sur le mur. "Tire. »

« Es-tu sûr que ça ne déclenchera pas une alarme ? » demanda Drovo.

« Non. Je te l'ai dit, une fois que nous aurions passé les gardes, tout serait facile à prendre. »

« Tu ferais mieux d'être sûr. » Drovo tendit la main et, avec quelques efforts, tira la poignée. Cela fit un bruit de meulage suivi d'un clic mécanique, alors qu'une section de lambris apparut.

« Ça y est, » murmura Bosco avec enthousiasme. Il jeta un coup d'œil dans la salle éclairée aux chandelles, s'assurant que personne ne les avait repérées, en particulier le srâne de Jozica. « Passe par là. »

Drovo ouvrit le panneau en chêne pour révéler un petit escalier en pierre qui plongeait dans l'obscurité.





« Vite », siffla Bosco, regardant des deux côtés alors qu'il suivait Drovo dans les escaliers, verrouillant le panneau derrière eux, puis allumant une petite torche pour l'allumer avec un morceau de silex et d'acier.

« Continue, » dit Bosco, alors que la torche éclaboussait et éclaboussait. « C'est au bas de l'escalier. »

Les deux hommes descendirent les escaliers, sentant l'air devenir plus froid lorsqu'ils s'approchèrent du bas. Un long couloir étroit seulement assez large pour laisser passer une file de documents étendue au-delà de la lumière de la torche. Drovo se retourna nerveusement.

« Continue. Ce doit être ici. » Bosco donna un coup de coude à son ami.

Ils marchèrent dans le couloir froid. L'air sentait la terre et la poussière ; la lumière de la torche animait leurs ombres en spectres dansants. Devant eux, ils pouvaient voir le couloir s'ouvrir dans un mausolée circulaire, un énorme symbole de guilde Orzhov orné au sol de tuiles en onyx et ivoire. La pointe de chaque point du symbole de guilde abritait une lourde porte en fer. Les deux hommes entrèrent dans le centre du mausolée et regardèrent les portes.

« Laquelle est-ce ? » demanda Drovo.

Bosco désigna la diagonale de l'entrée. « Celle-là, là-bas. »

Ils se dirigèrent vers la grande porte. « Elle est verrouillée. Tu as la clef ? »

Bosco sourit et tendit une lourde clé de fer. « Je t'ai dit que j'étais préparé. »

Drovo se tenait à côté quand Bosco lui tendit la torche et inséra la clef dans la serrure. Il la tourna et les gonds grognèrent un peu lorsque le loquet s'ouvrit.

Bosco ouvrit la porte et sortit une autre lampe de son sac à dos. « Va vérifier. Je vais m'assurer que nous n'avons pas été suivis. »

Drovo entra à l'intérieur de la tombe, une paire de sarcophages en pierre était assise devant lui, les paupières sculptées de ce qui semblait être des nobles Orzhov. Il y aurait beaucoup de trésor pour tous les deux dans ces tombeaux. Passer outre les paupières sans faire trop de bruit demanderait un travail minutieux, mais cela pourrait être fait. Drovo dégaina son sac. « Nous allons devoir trouver un moyen de faire glisser ces couvercles avec précaution, Bosco. J'ai apporté quelques barres de fer et une corde. Nous pourrions peut-être les attacher à ces anneaux au plafond. Hé, es-tu... ? » Drovo se retourna pour voir la porte se fermer et la serrure se refermer avec un claquement résonnant.

Il courut à la porte. « Hey ! Bosco, tu joues à quoi au nom de Krokt ? »

De l'autre côté, Drovo pouvait entendre le son étouffé de la voix de son ami. « Désolé Drovo. Tu avais raison, cinq siècles, c'est trop long. »

Un sifflement vint de derrière Drovo. Il se retourna pour voir la fumée noire couler sous le couvercle d'un sarcophage. La fumée ressemblait à de l'encre tombée dans de l'eau claire, tourbillonnant et se renversant dans l'air de la pièce et la recouvrant d'une odeur accablante des tourbières humides des zones envahies par la végétation de la Sixième circonscription. C'était comme si la fumée était tirée directement du marécage immonde.

La fumée noire commençait à se former en larges bandes de tissu en lambeaux suspendues entourées d'un cercle de masques qui tournaient autour d'une silhouette squelettique. Drovo étouffait dans la puanteur alors qu'il se précipitait dans son sac et sortait une de ses pinces avec panique. Alors qu'il la faisait sortir, une partie de son sac se déchirait et envoyait des outils éparpillés sur le sol de pierre. Les masques tournaient plus rapidement autour de la silhouette à capuchon, créant un son gémissant qui se manifestait sous la forme d'un visage squelettique sinistre. Il bava de l'eau fétide et concentra ses prises sans yeux sur Drovo, qui se précipita à la porte comme une bête en cage.

« Qu'est-ce que c'est ça ? » Le blême des cryptes siffla au milieu du vacarme des masques gémissants. Les mains de Drovo saignèrent ; le pied de biche glissa de ses doigts et tomba sur le sol.

« Sang. » L'apparition haleta avec un plaisir palpable alors que Drovo se dirigeait vers le bar avec ses mains trempées de sang. « Sang. »





« A-t-il été nourri ? » demanda le haut prélat.

« Comme vous l'avez demandé, haut prélat, » répondit Bosco.

Le haut prélat fit glisser un petit sac de cuir sur le bureau en ardoise de Bosco. « Vous vous êtes avéré très utile. Il y aura plus de travail pour vous dans le futur. »

« Merci, haut prélat. » Bosco prit le sac de pièces. Le poids était plus que ce qu'il avait jamais tenu. En partant, il jeta un coup d'œil à Jozica, qui se tenait impassible aux côtés du haut prélat. À la grande surprise de Bosco, il n'avait plus peur. Il se retourna et ferma la grande porte derrière lui avec un sourire narquois.

« Je ne pensais pas qu'il l'avait en lui », déclara Jozica.

« Après suffisamment de temps, j'ai appris à comprendre ce qui se cache dans l'âme d'une personne. Ce garçon a de l'ambition sur tout son visage. »

Alors, c'était comment ?

Complétement fou !

  3

Abscon, abjecte, inadmissible !

  1


Toi aussi, loue son œuvre !


Vous devez vous identifier pour participer.