Les Guildes de Ravnica : partie 2

Articles
par Drark Onogard, le , 490 consultations

  L'univers de Magic / Les Guildes de Ravnica / Bleu / Rouge



Au cours des cinq prochains épisodes, nous n'aurons pas affaire à la Grande Histoire, aux Planeswalkers surpuissants qui changent la nature même des choses et entreprennent une guerre acharnée sur le plan de Ravnica. Non. Nous parlerons des Ravnicans qui, tandis qu'un machiavélique dragon manigance on ne sait trop quoi dans l'ombre, ne reçoivent peut-être pas l'attention qu'ils méritent.

Pour cette fois-ci, je vais tenter de traduire intégralement le texte. C'est hasardeux, un peu trop littéral ; mais au moins a-t-elle le mérite d'exister. Il peut s'y glisser des fautes dues à la fatigue ou l'inattention, que vous pouvez me signaler sait-on jamais. J'en fais tout de même un résumé en fin d'article pour ceux qui n'auraient pas le courage de tout lire.

Partie 2 : Tester les eaux sombres



Tous les scientifiques fous ne naissent pas dans l'argent. Certains d'entre nous doivent le gagner, et parfois le gagner n'est pas beau. Alors que je marche dans les égouts sous la Dixième Circonscription, enfoncée dans la boue jusqu'aux genoux, ignorant les débris solides rebondissant sur le sort de repoussement recouvrant mon uniforme. Au lieu de cela, je me concentre sur l'étendue grandiose de la ville souterraine : les dômes hypnotisants, les colonnes imposantes et une arche ornée incrustée d'un relief illustrant la signature du Pacte des Guildes. C'est une sorte de beauté dangereuse ici, et sans les gaz nocifs, un demi-million de gallons d'urine et des excréments liquéfiés qui coulent régulièrement en aval, je dirais que c'est charmant.

« Je n'ai pas le temps de rester bouche bée », dit Kel'teth, et je remarque que je suis tombé à plusieurs pas derrière mon guide Golgari. C'est le troll le plus décontracté que j'aie jamais rencontré, probablement parce qu'il prend constamment des bouchées de cette parcelle de champignons iridescents qui poussent autour de ses aisselles. Les yeux calmes mais alertes, il me pousse.

Un rat nage dans la boue à côté de moi. Un cri tente de s'échapper de ma gorge, mais je le tue, ne voulant pas que Kel'teth pense que je ne suis pas apte à cette tâche. Un rat est presque la même chose qu'une souris de laboratoire, non ? Sauf que les souris de laboratoire n'ont pas ces crocs enduits de mousse. Ces yeux menaçants. Ce couinement hypnotique. Je suis envahie par l'envie de le caresser, juste là, sur son museau poilu. Ma main se tend, tremblante, juste un peu plus près...

Un morceau de ciment constellé de crevasses passe devant moi et frappe la tête du rat avec un sprotch . Il crie une dernière fois, puis s'enfonce dans la vase répugnante. Je me débarrasse des pensées dévorantes que j'avais eues. Qu'est-ce que ...

« Les sirènes des égouts », dit Kel'teth en époussetant ses mains. « Enragés comme tous les autres, mais ils ne peuvent vous attaquer que si vous leur mettez la main dans la bouche. Mieux vaut les éviter. »

« Vous savez, de telles informations auraient été utiles avant que je commence la mission », dis-je en essuyant les miasmes de l'égout de mes lèvres.

Kel'teth rit. « Si je l'avais fait et que je vous avais prévenu de tout ce qui pouvait vous tuer dans les égouts, nous n'aurions certainement pas cette conversation maintenant. »

Je me tiens plus près de mon guide alors qu'il m'informe sur les huit différentes variétés de plantes aquatiques mangeuses de chair qui se développent ici et me donne des conseils sur la façon d'éviter de se faire électrocuter par des anguilles. Alors que nous continuons, je remarque des ombres qui se cachent dans les coins humides, derrière des piliers, sous des ponts, et décide que peut-être la connaissance n'est pas la puissance. Je n'écoute plus la conférence de Kel'teth et commence à me concentrer sur le matériel que ce travail va me rapporter - mon propre ballast à induction arcanique. Un de ceux en mizzium solide, avec la cloche de rétention dyna-chromatique et le bidon de conversion double inversion / instantanée. La vraie ingéniosité d'Izzet, pas comme celle empruntée que je trimbale. Je serai capable d'effectuer des tâches d'analyste comme celle-ci trois fois plus rapidement - détecter et identifier facilement les traces de mana, ce qui me laissera plus de temps à passer en laboratoire.





Nous coupons par une série d'arcades en trou de serrure, contournons une rotonde recouverte de mousse et arrivons enfin à notre destination. Il est massif et presque aussi impressionnant que le portique à deux étages contre lequel il est coincé. C'est un gigantesque amas de graisses coagulées et de déchets solides qui s'agglutinent en une seule masse, obstruant le flux de l'eau. Un des nombreux fatbergs qui sévit dans les égouts de la Dixième Circonscription.

Kel'teth serre ses doigts ensemble, les pose à la hauteur des genoux, puis me fait signe de faire un pas en avant. « Après vous! »

« Attends. Tu veux que nous passions vraiment à ça ? » J'ajuste la boîte volumineuse que je porte sur mon dos, en essayant de maintenir le poids distribué uniformément.

« Eh bien, vous ne pourrez pas le voir correctement d'ici. De plus, les anguilles sortiront bientôt de leur nid. Elles n'attaquent généralement pas les gens, mais elles envoient des chocs sur tout ce qui bouge quand elles sont sonnées. »

Je n'ai plus besoin d'être convaincue et de monter à la hâte sur le fatberg. La plupart de ces éléments ressemblent à de la roche, bien que certaines zones aient un aspect cireux, que certaines parties présentent des monticules suintant de gel gras, et que des objets cassés et jetés dépassent de la surface de la masse. Tout le tas chavire légèrement, ce qui me donne la nausée - même si, en toute honnêteté, j'étais sur le point de vomir dès que je suis arrivée pour la première fois.

« Tu vois, » dit Kel'teth, « normalement, nous envoyons deux dragons pour vaporiser les fatbergs, mais ils sont devenus insensibles à la magie électrique. Celle-ci a été bombardée une douzaine de fois, et pas une égratignure. » Il tapote une grosse saillie avec amour. « Impressionnant, n'est-ce pas ? »

« C'est une beauté, d'accord. » Un soulèvement sec m'échappe. Le sort anti-nausée est en train de s'estomper. Nous devrons faire cette inspection rapidement. « Alors, je vais juste regarder autour de moi et voir si je peux trouver des traces de ce qui est la cause de ça. D'accord ? »

« Prenez tout le temps dont vous avez besoin », dit Kel'teth, s'installant sur l'iceberg de graisse. Il met une tête de champignon dans sa bouche, puis moule un gros monticule en façonnant un oreiller derrière lui. Un sourire détendu se dessine sur son visage alors qu'il se penche en arrière, les deux bras appuyés derrière la tête.

Je dégaine ma tige de ballast et frappe le réservoir plaqué de mizzium en bandoulière. Un bourdonnement commence : le bruit de fond de traces de mana dispersées dans l'air. J'attrape la tige et agite les bobines du récepteur, ramassant les restes de mana jusqu'à ce que la cloche ronde en verre se remplisse du crépitement violet de l'électricité. Les énergies s'annulent et le bourdonnement disparaît complètement. Je suis prête à commencer. Je dirige les bobines du récepteur de cuivre du ballast sur la surface du fatberg, balayant avec des va-et-vient lents et réguliers. La cartouche se soulève en hauteur, un fort zip sonore qui indique la présence d'un artefact. Les traces de fouille dans le berg montrent qu'il a disparu depuis longtemps, probablement recouvré par les récupérateurs de Golgari.

Je continue d'avancer. Les saletés des égouts ne connaissent aucune division entre les guildes. A un moment, je marche sur un masque de phacochère issu d'un festival de Gruul, et le suivant, je grimace en voyant un casque en forme d'un rayon de soleil d'un soldat de Boros fissuré en deux. Finalement, je trouve un autre endroit où un artefact s'est trouvé une fois. D'après le gémissement dansant que mon ballast émet, je peux dire que c'est un artefact commun de Rakdos, probablement l'effigie à moitié brûlée d'un amant infidèle ou d'un voisin sans scrupule qui aurait emprunté un tisonnier incandescent et oublié de le rendre. Certainement pas quelque chose avec assez de magie pour affecter tout un fatberg.

Mais ensuite, le ballast commence à produire un étrange bruit de grésillement qu'il n'a jamais fait auparavant. Il devient de plus en plus fort lorsque j'atteins le bout de l'iceberg. Je regarde Kel'teth, profondément endormi. Je devrais probablement le réveiller et lui demander de me guider plus avant, mais quelle que soit la cause de ce grésillement, c'est puissant. Ésotérique. Et quelque chose que la ligue Izzet n'avait pas permis à ma cartouche de reconnaître. Cela signifie soit qu'ils ne l'avaient pas encore découverte ou qu'ils le savaient et qu'ils voulaient garder le secret. Les deux options sont également attrayantes. Et tout aussi lucratives.

Écoute, je sais pourquoi j'ai été embauché pour ce travail – trouver la cause des fatbergs à l'épreuve de l'électricité et faire rapport aux Golgari pour qu'ils puissent le réparer, mais voici la chose : en plus de travailler pendant mon temps libre, je sers un assistant de Maître Dax Foley, un chimiste de haut niveau spécialisé dans la métallurgie des arcanes et l'alchimie pratique. Je suis coincé au bas de l'échelle du laboratoire, l'un des deux humains parmi une douzaine de serviteurs vedalken. Je passe la majeure partie de ma journée à trier les câbles connecteurs, à dégraisser les turbines et à emprisonner les éléments indésirables qui capturent l'énergie de notre équipement de laboratoire. J'ai des idées, cependant, plus d'idées que ce que ma tête peut en contenir, mais jusqu'à présent, il semble que je ne pourrai progresser que lorsque quelqu'un mourra ou prendra sa retraite. Avec la façon dont les autres assistants avalent des sorts de rajeunissement, aucune de ces choses ne se produira avant un très long temps. Donc, si je veux me faire un nom, je dois prendre des risques.

J'arrive dans les égouts, puis je descends sur plusieurs tuyaux, chacun plus étroit que le précédent. J'arrive dans une impasse, l'eau coule à travers une vieille grille ornée et bordée d'anciens codes et de boulons rouillés qui n'ont probablement pas bougé depuis que Niv-Mizzet a eu ses premières dents. Faire demi-tour n'est pas une option, du moins, pas quand je suis si proche. Je relâche le fermoir de sécurité sur ma cartouche et le flux de mana brut stocké disparaît et tourbillonne vers la grille. La cartouche s'égoutte, ce qui fait rouiller le métal vieilli et, lorsqu'elle se dilate, les boulons frémissent puis se détachent dans l'eau.

Trois craquements secs, et la grille se bise. Je me place sur le côté et m'introduit à l'intérieur. La lumière vacillante toujours accrochée dans ma cloche de verre projette des ombres dansantes sur les murs incurvés du tunnel. Les surfaces brillantes réfléchissent la lumière, mais il y a un point devant qui est aussi noir que de la poix, flottant à la surface de l'eau des égouts. Des filets de magie tourbillonnent autour de lui, d'un rouge inquiétant avec des étincelles de blanc. Une faille spatiale.

Trop tard, je remarque que plusieurs anguilles se sont dirigées vers moi, se faufilant à travers la masse d'étranges plantes poussant autour de la faille. Je me démène pour essayer de me rappeler ce que Kel'teth avait dit sur la prévention des chocs électriques...L'eau est trop peu profonde ici pour plonger et il n'y a rien à saisir pour que je puisse sortir. Sans options, je tiens ma tringle de ballast devant moi. Toute la surface de l'eau s'illumine. L'électricité circule dans les récepteurs, mais ils sont conçus pour siphonner des quantités infimes de mana dans leur environnement, pas d'encaisser un choc électrique d'ampleur. L'énergie monte dans la tige et la cloche explose en éclats. Le bidon commence à crier au meurtre, alors je le décroche et le lance aussi loin que je peux. Il frappe l'eau et quelques secondes plus tard, une explosion de magie électrique remplit les égouts. Pendant un très long moment, tout mon corps est saisi et mon monde est devenu blanc.





Enfin, mes pensées se figent. Je regarde autour de moi, le cou raide, la peau fumante. La faille est intacte, de même que toutes les plantes qui l'entourent. Comme si rien ne leur était arrivé. Pas une seule feuille brûlée. Pas un seul pétale calciné. Le contact avec la faille devait les imprégner d'immunité à la magie électrique. La même immunité doit s'être infiltrée dans le fatberg au fil du temps. Je prélève quelques échantillons de plantes en tremblant avec l'ampleur de cette découverte. On ne me demandera plus jamais de stériliser des lunettes ou des grilles de four à broche.

Je mentirais si je disais que je n'ai pas remarqué la pression qui monte dans la Ligue d'Izzet ces derniers temps, mais je ne sais pas d'où ça vient. Les Izmundi exigent des découvertes plus significatives et des résultats plus rapides, à tel point que les chimistes ont eu recours à des expériences jour et nuit, de peur de perdre leurs laboratoires. Eh bien, j'ai leur découverte importante ici, alors je me rends chez Maître Dax, tout de suite, et exige qu'il me donne la promotion que je mérite. Et peu de temps après, ce sera moi qui lui donnerai des ordres.



Il s'avère que les meilleures idées ne sont pas formées lorsque vous venez d'avoir l'électricité de dix anguilles qui vous traverse le cerveau. Lançant des ultimatums absurdes à votre patron, trempés dans les eaux d'égout, les cheveux crépus devenus blancs aux tempes, et traînant derrière vous quatre cents zinos d'équipement de laboratoire cassé et illégalement emprunté... Eh bien, cela vous laisse juste devant les marches de la Canne de Foudre, une boîte remplie de vos affaires de bureau dans vos bras.

J'avais regardé alors qu'ils révoquaient mes sorts d'accès, prenaient les amulettes à clé infinitum de ma nuque, me dépouillaient de mes gantelets. À présent, je ne suis plus qu'une étrangère au bâtiment, les mains vides, toutes les procédures et toutes les références qui me séparaient des infiltrés de Dimir qui tentaient de voler nos inventions et les biomanciens de Simic qui cherchaient à embaucher nos chimistes pour leurs laboratoires, parties. Maître Dax peut prendre mon travail et me dépouiller de mon titre, mais il ne peut pas effacer mon rêve.

J'ai donc créé mon propre laboratoire dans la chaudière située sous mon immeuble. Il fait chaud ici et ça sent la rouille et l'ingéniosité. J'ai récupéré la plupart du matériel de laboratoire dont j'ai besoin, en construisant une paire de bobines de mana de fortune fabriquées à partir de restes de mizzium martelés comme du papier. Ils tiennent pour le moment, cependant, envoyant des arcs de lumière pourpre presque au plafond. J'ai fabriqué des pièges pour l'élémentaire électrique que j'ai entendu défiler dans le calme de la nuit. Oui, le laboratoire n'est pas super, mais ça avance. Tout ce qui me manque, c'est une dernière chose.

On frappe à la porte.

Dans la boîte contenant mes effets personnels, j'avais réussi à passer quelque chose devant les gardes d'Izzet qui m'avaient escorté hors du bâtiment : des souris de laboratoire. Les morts. Leurs petits cadavres à fourrure contaminés par les résidus de magie expérimentale. Avec assez de courage, ils ne restent souvent pas morts, ce qui les rend très précieux pour les récupérateurs de Golgari. J'avais échangé avec un jeune récupérateur, six souris mûres, pour qu'il me trouve un chercheur de déflagration prêt à utiliser des créations magiques dans un laboratoire non autorisé pour un montant excessif. Je ne m'attends pas à grand chose, mais rien ne vaut le risque de faire exploser la moitié d'un pâté de maisons en essayant de tout faire par moi-même. Encore.

Je réponds à la porte. Elle ne ressemble pas à ce à quoi je m'attendais, de faible constitution et ne semble pas même pouvoir soulever un convertisseur spectral si sa vie en dépendait. Mais après mes propres expériences en étant sous-estimée encore et encore, je sais que les gens peuvent être bien meilleurs qu'ils ne le paraissent. Je souris. « Vous êtes ici pour le poste de chercheur de déflagration ? »

« Je suis là si vous payez », dit-elle, une lueur dans les yeux. « Tamsyn Sweene. Appelez-moi Tammy, et vous aurez des problèmes. »

Direct. Je l'aime déjà. « Vous avez de l'expérience ? »

« Cinq ans à travailler au Creuset en tant que chercheuse de déflagration. Après cela, deux ans à la Fonderie. »

« Des références ? »

« Aucune qui ne voudrait être surprise en train de parler à la tête d'un laboratoire non homologué. »

C'est suffisant. « Pourquoi pas un test pratique ? Juste pour voir si nous sommes compatibles ? »

Nous travaillons pendant trois heures d'affilée et préparons tous les composants de mon expérience. Tamsyn est méticuleuse. Elle m'aide à hypercharger les bobines de mizzium, en tournant la poignée avec une ferveur que je n'ai vue que chez des gobelins. Ensuite, elle découpe mes échantillons de faille avec une incroyable cohérence. Je les dépose dans un creux peu profond de pénétrants de vacuoles raréfiés, puis regarde la magie se séparer de la cellulose. Tamsyn m'a même aidé à renforcer les champs spectraux des orbes électriques que nous utiliserons pour administrer les chocs. Enfin, après avoir passé le sérum dans la centrifugeuse et filtré les contaminants organiques, nous le distribuons aux souris.

Nous attendons cinq minutes complètes pour que le sérum fasse effet, puis Tamsyn tire le convertisseur spectral avec aisance et invoque une sphère électrique. Il flotte dans les airs comme une boule de foudre couleur miel. La souris semble inquiète avec ses yeux pâles et roses, puis Tamsyn laisse l'orbe la heurter. La souris s'embrase comme un élémentaire de feu, si brillante que mes lunettes chauffent sur les bords. L'électricité s'infiltre avec une force violente dans cette minuscule créature, et elle ne tremble pas même d'un poil. C'est complètement imperméable à l'électricité.

« Pas même un seul brin de fourrure n'est brûlé. C'est incroyable ! Nous devons en tenir compte à la – » Je m'arrête net. Nous ne pouvons rien faire avec ces résultats. Personne ne va prendre cette découverte au sérieux, pas sans essais sur des humanoïdes. Et je ne peux pas les mener sans l'approbation du conseil.

« Quoi ? » demande-t-elle.
« Rien. » dis-je en me mordant la lèvre. La plus grande découverte de ma vie et je dois m'asseoir dessus. Je ferai des demandes officielles, bien sûr, mais cela prendra des mois. Les Golgari tomberont sur la vérité bien avant cela et tous mes rêves seront anéantis, une fois de plus. Je soupire, puis vais euthanasier la souris pour la dissection, ce n'est pas ma partie préférée du travail, mais on s'habitue au meurtre.

« Je m'en charge. », dit Tamsyn en se mettant devant moi. Elle pose un chiffon blanc sur la bouche d'une bouteille de vapeurs mortifères, débouche la bouteille, puis étouffe habilement la souris si vite qu'elle ne réalise même pas ce qui s'est passé. La façon dont elle bouge, si confortable dans sa peau, vous permet de dire qu'elle a des tonnes d'expérience en laboratoire.

« Si cela ne vous dérange pas que je demande, » dis-je un peu hésitante, « pourquoi voulez-vous travailler dans un laboratoire non autorisé ? Avec des compétences comme les vôtres ... »

« Des compétences comme les miennes ont tué mon dernier chimiste. C'était un accident, mais la commission ne l'a pas vu ainsi. Ils ont emporté ce que j'avais de plus cher. » Tamsyn tend ses paumes nues. La décoloration des pierres d'amplification incrustées dans les gantelets qu'elle portait autrefois m'est douloureusement familière. Mon cœur atteint presque le sien, mais je me raidis, évite les émotions. Je ne peux pas me permettre de l'embaucher, même avec la pitance que j'avais annoncée. Ce n'est pas le moment de compliquer les choses.





« Bien, merci d'être venue », dis-je. « Je vous informerai pour le travail la semaine prochaine. J'ai encore deux candidats à faire passer. »
« Vous êtes sérieuse ? Après ce que je viens de faire ? »

« C'était impressionnant, je l'avoue, mais c'est juste que – »

« J'ai besoin de ce boulot, Leighbet. Peut-être que je suis désespérée, mais vous l'êtes aussi. C'est pourquoi nous ferions une excellente équipe. Vous avez des grandes idées, mais vous avez besoin de quelqu'un qui est bon avec les détails et qui sait comment jouer avec le système. Les procédures ne sont pas le seul moyen d'obtenir l'approbation du laboratoire. Je connais des personnes qui connaissent certaines personnes. Je peux obtenir que votre laboratoire soit déclaré atelier de niche innovant. »

« Vous savez comment faire ça ? Comment ? »

« Engagez-moi et je vous le dirai. Vous avez quelque chose de spécial ici et je veux en faire partie. S'il vous plaît, vous ne le regretterez pas. »

Oh, je sais que je vais le regretter, mais vous ne pouvez pas attendre l'approbation d'un laboratoire devant un chimiste autoproclamé et vous attendre à ce qu'elle ne morde pas à l'hameçon.

« Je vais prendre soin de vous, vous allez prendre soin de moi », dit Tamsyn. « Tant que mon salaire est à l'heure, nous n'avons aucun problème, non ? »

« Bien », dis-je. La Ligue d'Izzet aime son contrôle et ses protocoles, mais les règles sont faites pour être enfreintes.



Tamsyn a fait des merveilles. Le Laboratoire de Dynamique des Métaflux élémentaires et de Fracturation de champs en bobines est maintenant l'un des laboratoires officiellement reconnus par l'Izmundi. Oui, c'est dur à prononcer, mais Tamsyn avait dit que plus c'était long et compliqué, moins il serait probable que quelqu'un examine ce que nous faisons réellement.

Mon incroyable chercheuse de déflagration entre dans le laboratoire et me surprend en train d'admirer l'endroit. « Je dois te dire quelque chose. Rien de grave », dit-elle. « Si quelqu'un vient frapper à la porte et demande un maître chimiste, Becham, dis-lui qu'elle est partie pour une conférence et ne reviendra pas avant une semaine. Et le nombre officiel de participants que nous avons est douze. Mémorise leurs noms et les tâches qui leur incombent. Chacun a une histoire pour les rendre plus crédibles. Enfin, si tu es attrapé et interrogé, tu ne me connais pas. »

Je ris. « T'as pas fait chanter un membre du conseil pour faire adopter cela, hein ? »

Elle ne rit pas en retour.

Je continue de rire, mais plus comme un rire maintenant. « Mais tu l'as pas fait, non ? »

« Je pensais que tu étais sérieux dans ta science, Leighbet. » Elle me regarde. Je n'ose pas cligner des yeux. « J'ai pris la liberté de publier une annonce pour les sujets du test. Ils sont tous dans la salle d'attente. »

« Nous avons une salle d'attente ? » Je jette un coup d'œil par la porte du couloir et, bien entendu, trois gobelins et deux humains sont assis sur des caisses en bois. Je leur souris, puis me recroqueville dans le laboratoire. « Tu as convaincu des gens de se désigner ? Gratuitement ? »

« J'ai mentionné deux cents zigs dans l'annonce. »

« Deux cents zigs ? Chacun ? »

« Cela fonctionnera, Leighbet, et quand cela se produira, l'argent n'importera plus. »

Je hoche la tête, sa certitude me rassurant. Je mesure soigneusement et administre le sérum à chacun des sujets de test, en documentant tout. Un jour, les historiens voudront en savoir plus sur la découverte qui m'a propulsé d'humble préposé à maître chimiste.

Tamsyn et moi sommes épaule contre épaule et attendons nerveusement que le sérum entre en action... si cela fonctionne, non... quand cela fonctionnera, je me rendrai directement au tableau pour leur faire une démonstration.

Tamsyn passe au premier sujet. « Je vais vous donner un léger choc. S'il vous plaît, dites-moi si vous ressentez un inconfort quelconque. » Aussi brusque qu'elle soit, elle est douée pour mettre les sujets de test à l'aise. Même les traits durs de son visage semblent plus doux.

Le gobelin hoche la tête - plutôt mignon avec son long nez incliné, ses yeux jaune vif et ses bagues d'airain à l'oreille gauche. Tamsyn prend le convertisseur spectral, le règle jusqu'à un et crée une orbe pas plus grosse qu'un bouton de manteau. Doucement, elle la pousse vers le gobelin qui tremble, sa peau verte devenue gris cendré. L'orbe la frappe à l'épaule, puis disparaît sans note.

« Avez-vous ressenti quelque chose ? » lui demande Tamsyn.

« Non ! » dit-elle en sautant presque de son siège. Elle s'installe, l'air timide. « Désolé, c'est la première fois que je suis un cobaye. Je suis un peu nerveuse. »

« Vous allez bien, » dit Tamsyn avec un petit rire rassurant alors qu'elle réglait le cadran sur quatre. « D'accord, je vais essayer un choc légèrement plus important. N'oubliez pas, s'il vous plaît, faites-moi savoir si vous ressentez une douleur quelconque. » L'orbe a maintenant la taille d'un œuf de canard et frappe le gobelin dans sa poitrine cette fois. Aucun effet.

« Un peu de chatouillement, peut-être ? » le gobelin suppute.

« D'accord, ça va être un gros coup. Vous êtes sûre que tu vas bien pour continuer ? »

Le gobelin acquiesce de nouveau, avec plus de confiance cette fois-ci. Tamsyn règle jusqu'à huit, et quand l'orbe complet approche de notre sujet de test, c'est moi qui tremble.





La déflagration la frappe à la tête - une poussée qui aurait dû la rendre inconsciente, mais elle reste assise, bouche bée. « J'ai senti quelque chose. Comme un coup sur le front. »

« Est-ce que ça fait mal ? » Demande Tamsyn, offrant au gobelin une tasse d'eau pour la calmer. Le gobelin le boit rapidement, toujours tremblant.

« Pas le moins du monde. C'est incroyable. Qu'y avait-il dans ce que vous nous avez donné, de toute façon ? Je veux dire, je sais que tu ne peux pas me dire... J'essaie d'obtenir un emploi de préposé moi-même. C'est tellement compétitif là-bas, mais je n'abandonne pas ! »

« Je suis sûre que vous serez de l'autre côté de ces expériences en un rien de temps », déclare Tamsyn. « Maintenant, si vous avez un siège dans la salle d'attente, nous finirons avec les autres sujets et ensuite nous nous occuperons de vos paiements. »

« Super ! » Le gobelin sautille, de la légèreté dans son pas.

Les quatre autres tests sont exactement identiques, des succès parfaits. Pour faire bonne mesure, Tamsyn envoie cinq décharges rapides dans la poitrine du dernier sujet, sans réponse. Tamsyn et moi nous regardons.

« C'est ça », dis-je. « Nous l'avons fait ! »





« On l'a. »
« C'est parfait ! Sauf pour les sujets de test là-bas...qui attendent leur argent. » Cela ne va pas être joli, mais je peux leur dire que la paperasse doit encore être traitée, et cela prendra quelques jours. Je vais chercher quelques investisseurs précoces, puis ...

« Leighbet. » Tamsyn dit mon nom comme si j'étais un enfant impétueux. « Imagine ce qui se passerait si nous les laissions revenir dans le monde avec une magie corrompue. Cela remonterait à la source, bien sûr. Tu étais auparavant une analyste. Tu sais à quel point ils sont implacables. Et où ça nous laisse ? »

« Mais que pouvons-nous faire à ce sujet ? Les mettre tous en quarantaine ? Pendant combien de temps ? » Si la Ligue a vent de la source de la magie de la faille, toute mon influence a disparu. Je pourrais dire au revoir à mes perspectives de carrière. Puis, lentement, lentement, je vois ce que Tamsyn essaie si fort de ne pas dire. Ceci est toujours mon projet. Je suis en charge. Si un ordre comme celui-ci arrive, il doit venir de moi. « Il n'y a qu'une seule façon de s'assurer que ces résultats ne disparaissent pas », dis-je.

Tamsyn hoche la tête.

Je pense aux souris de laboratoire que j'ai euthanasiées au fil des ans. Des centaines. Milliers. Au début, c'était difficile. Je me sentais mal, mais je suppose que cela est devenu une routine à un moment donné. Nous ne parlons pas de souris ici, cependant, nous parlons des gens. Cinq âmes, se tenant entre moi et la grandeur. Si je fais cela, si je franchis cette ligne, il n'y a pas de retour en arrière. Mon cerveau me murmure - toutes ces pensées horribles, et je les écoute, puis les détourne et finalement les accepte... et ces petits pas ont rendu le saut à la vilenie plus accessible.

Cela nous prendra tous les deux pour les maintenir pendant que nous pressons les draps contre leur visage. Je ramasse la bouteille de vapeurs. Quatre doses pour chaque sujet testé devraient suffire. Puis je me souviens de la lumière dans les yeux de cette fille gobeline bavarde, avec ses propres rêves et aspirations... « Tamsyn, désolée, je ne sais pas si je peux le faire. »

Elle semble déçue mais pas surprise. « Ne t'inquiète pas. Tu n'as pas à le faire. Je leur ai déjà donné à tous une dose hyper-concentrée d'élixir de sommeil assortie d'un accélérateur de mort éthérée. » Tamsyn empile soigneusement les cinq tasses vides et les jette à la poubelle. « Ils s'e, sont allés doucement, paisiblement. Ce n'est pas comme si nous étions de vrais monstres. »

Je ne suis absolument pas préparée à la froideur de mon cœur dans la chaleur étouffante et torride des chaudières.



Je ne sais pas dans quoi je me suis mis, mais je sais me sortir de là. Tout ce dont j'ai besoin, c'est de deux mille zigs pour payer à Tamsyn l'argent que je lui dois, puis je fermerai le labo, je vais laisser un mage d'esprit effacer mes souvenirs et poursuivre ma vie. Mes options sont limitées et mon temps aussi, mais il existe un moyen d'obtenir de l'argent rapidement. Je balaye les messages pour les sujets de test au Creuset, à la recherche des expériences les plus payantes. Je m'inscris pour autant que je peux et j'espère pour le mieux. Je me sortis des premières sans accroc - les vingt injections dans mon dos m'ont à peine blessée et cette petite explosion lorsque le feu et l'eau s'étaient mélangés... De toute façon, je n'avais pas vraiment besoin de tous mes cils.

Pour la troisième expérience, je me trouve au cœur du Cartel Simic. Dire que j'ai des réserves est un euphémisme. Repousser les limites de la science élémentaire est une chose, mais bricoler avec la bio-ingénierie me repousse. C'est dangereux. Non naturel. Mais les biomanciens de Simic paient les sujets de test trois fois plus que les chimistes d'Izzet, alors j'apaise mes peurs en imaginant les sept cents zigs qui vont bientôt résonner dans ma poche.

Leurs laboratoires me font trembler, de grandes cuves de liquides bleu-vert, des silhouettes représentant quelque chose qui bouge à l'intérieur avec plus de bras et de jambes que tout ce que l'on aurait pu en voir. La quantité de paperasse qu'ils me demandent de remplir est décourageante : antécédents médicaux complets, profil psychiatrique et exonération de responsabilité exigeant les informations de contact de mon shamane en cas d'urgence et une description des rituels funéraires, dans le pire des cas. Je suis à l'avant-dernière page du questionnaire final lorsque je tombe sur une pierre d'achoppement :

Avez-vous été exposé à des hélices de repousse ou à des enchantements irradiés au cours des sept derniers jours ?


Ma main tremble, mais je marque « non » alors que j'en avais une dose dans mes expériences ce matin. Je ne peux pas me permettre de sauter sur celui-ci. Ils effectuent le test, me branchant jusqu'à une demi-douzaine de tuyaux et de tubes et transfusant leurs potions mystiques daans mes veines. Je me sens immédiatement étourdie.

« Tout va bien ? Est-ce que vous pouvez continuer ? » demande le biomancien principal. Il est humain, mais des écailles de reptiles brillent tout le long de sa peau. Ses yeux sans paupières sont aussi noirs qu'une faille spatiale et je crains de tomber en eux.

Je calme mes nerfs et hoche la tête. Chacun de mes poils de bras commence à me démanger à mesure que la magie de Simic me transforme de l'intérieur. La sensation de picotement me frappe dans la moelle des os et, avant que je le sache, mes dents se remuent, se déchirent et se déchirent avant de devenir des crocs. Ma colonne vertébrale se tord, se développe, chaque vertèbre s'allonge, s'étendant en pointe, et le brun chaud de ma peau devient gris cendré, rugueux comme du vieux cuir. Je regarde mes mains alors que des griffes bleu argenté jaillissent à la place de mes ongles.

« Quelque chose ne va vraiment pas, » dit le biomancien. « Vous êtes sûre que vous n'avez pas été exposée aux hélices de repousse ces derniers temps ? »

J'essaie de lui répondre, d'admettre que c'est peut - être le cas , mais il y a tellement de mousse qui sort de ma bouche que je ne peux pas en parler.

Désorientée et terrifiée, je déchire les tubes de mes bras. Le bio-biomancien essaie de me stopper, mais je passe mes griffes dans sa blouse de laboratoire, dans sa peau écailleuse, puis je fuis aussi vite que possible. Je me précipite dans le couloir, des centaines de visages gonflés me fixant dans des bacs de croissance remplis de liquide. Le couloir s'ouvre sur un atrium avec un grand bassin de réflexion qui projette une lumière chatoyante tout autour de moi. J'ai l'impression de me noyer. Je me fraye un chemin jusqu'à la sortie, essouflée alors que l'air me frappe au visage, mais je n'arrête pas de courir. Il n'y a qu'un seul endroit qui mérite un monstre comme moi. Les égouts.



Je me recroqueville dans les ombres profondes d'un tas de ponts, à moitié submergé, à moitié perdu dans mon esprit. Je suis tellement hideux que même les sirènes d'égout ne m'approchent pas. Je pense que c'est la fin, que ma vie ne peut pas s'empirer, mais Tamsyn contourne le coin, le convertisseur spectral invoquant une orbe qui illumine l'égout. Les ombres se dissipent et on me voit.

« Leighbet », dit Tamsyn.

« Tamsyn, » réponds-je. Il te manque ton salaire, mais si tu me donnes plus de temps, je peux – « 

« Tu sais que ce n'est pas une question d'argent. »

Oui, j'ai ce sentiment. « Quand tu m'as parlé de la mort accidentelle de votre acolyte... c'était un mensonge, n'est-ce pas ? »

« Tu m'as eu. »

« Tu l'as tué exprès ? »

« Il n'y avait pas de chimiste, Leighbet. Je n'ai jamais été chercheuse de déflagration. » Quelque chose d'étrange mouvait sous sa peau, et ce sentiment que j'avais eu, qu'elle bouge si confortablement dans son propre corps, tout cela s'écoulait de ma tête. « Et je n'ai jamais travaillé dans le Creuset ou la Fonderie. Trop de mesures de dissuasion et de sécurité. Mais les petits laboratoires comme le vôtre sont faciles à infiltrer, et si vous le faites bien, vous pouvez attraper un génie en plein essor... »

« Tu penses vraiment que je suis un génie ? » Je dis, puis balaie mon ego et me concentre sur ce qui est important. « Tu es un changeforme ? » Et puis je me rends compte. « Un espion Dimir. »

« En chair et en os », dit Tamsyn. Sa peau ondule encore. « Au moins assez près de ça. »

Tudieu. Et elle était tellement bonne au labo. Connaissait vraiment ses affaires. Je prends une profonde respiration. « Maintenant, quand vous avez dit "génie", avez-vous voulu dire au sens littéral, ou – » Mais avant que je puisse obtenir des éclaircissements, j'entrevois quelque chose qui s'approchait rapidement de nous – des ailes qui craquent comme des voiles mordues par des vents d'orage, des yeux jaunes qui brûlent comme le feu. Un drakôn, envoyé ici pour briser les fatbergs, vole droit vers nous. L'électricité grésille sur son souffle, alors je le vois prendre une grande inspiration. « Drakôn ! » crie-je.





« Tu penses que je suis vraiment en train de craquer pour ça ? » dit Tamsyn. L'électricité à l'intérieur du convertisseur pointée sur moi me semble avoir un ton grave et menaçant.

Je n'ai pas le temps d'avoir peur. Mon esprit parcourt les règles de sécurité électrique que mon guide des égouts avait brièvement décrites: capable de grimper, de sortir à temps. Dans l'eau, plongez comme une loutre. Je plonge profondément, je retiens mon souffle et j'espère.

L'électricité est imprévisible, aveugle et un tueur né. Il serpente dans les égouts, à travers moi. Tout mon corps se resserre tant que j'ai l'impression d'être sur le point de me casser en deux. Enfin, quand il se libère, je suis assoiffé si intensément que je dois me forcer à ne pas avaler une tasse d'eau des égouts. Mon cœur va bien et mon cerveau surtout, mais je ne confonds pas ma chance avec une sorte de miséricorde. Je suis frappé à nouveau, cette fois dans le ventre avec un poing. Mes poumons chassent l'air auquel je m'accroche alors que « Tamsyn » me percute. Des bulles s'échappent à la surface et j'essaie de faire la même chose, mais elle me prend par la main, me faisant glisser vers le bas. Je me fraye un chemin jusqu'à la surface, et elle se blottit le front contre le menton. Pendant que j'essaie de me redresser, elle a conjuré une autre orbe.





« Un esprit comme le vôtre est une chose terrible à perdre, mais votre sérum est une découverte de Dimir maintenant. Au revoir, Leighbet. »

Je ne sais pas pourquoi, mais l'idée de perdre le crédit de ma découverte me fait peur encore plus que l'idée de perdre la vie. Je baisse les yeux sur mes griffes – pointues, intimidantes. Je ne suis pas un berserker et jusqu'à présent, je n'avais pas de tels os dans mon corps, mais cela ne veut pas dire que j'accepte de tomber sans me battre. J'attaque Tamsyn, me lançant à son visage. Elle se baisse, puis envoie une orbe dans mon ventre. Je me penche en avant avec la douleur que cela provoque, une crampe profonde et palpitante qui blanchit les bords de ma vision. Je passe devant, lance un autre coup. Ma griffe attrape la peau cette fois, à peine, en tirant une ligne de sang vert pâle. Presque instantanément, la plaie se resserre. Elle règle le convertisseur spectral deux clics au-delà du maximum, puis conjure un globe géant et le déplace lentement vers moi.

Ça ne marche pas. Je suis une penseuse, pas une combattante. Si je dois la vaincre, ça devra être avec mon esprit. Je recule quand elle approche, mais quelque chose se glisse derrière moi : un fatberg bloque complètement ma sortie. Je n'ai pas le choix, alors je me retourne, enfonce une griffe dans le haut, puis me lance à la surface. Je suis complètement exposée, mais je suis plus rapide ici et je peux me cacher en plongeant dans l'eau.

Tamsyn essaie également de monter sur le fatberg, mais je le bascule dans tous les sens, ce qui le rend plus difficile. Elle se glisse sous l'eau. J'essaie de courir mais je trébuche sur un vieux bocal de soudure. C'est lourd et fait de verre épais. Je commence à regarder autour de moi, surprise que les récupérateurs n'aient pas encore nettoyé ce fatberg. Parmi les débris et les déchets habituels, j'aperçois plusieurs objets qui pourraient être utiles avec un peu d'inventivité et d'huile de coude. Je regarde à nouveau le bocal de soudure. Il ne reste que quelques restes de soudure à l'intérieur, mais le pot lui-même peut servir de cloche de retenue. Si je peux trouver assez de morceaux, je peux construire un ballast de fortune pour absorber le choc des orbes de Tamsyn.

Sa tête monte en flèche et elle me lance une sphère. Cela me brise la jambe, qui se raidit et me fait si mal que je suis à peine capable de me tenir debout. Je soulève le bocal de soudure comme si je m'apprêtais à le lui jeter, et elle se recroquevilla. Je n'ai pas beaucoup de temps Elle ne tombera pas dans le panneau deux fois.

Je me dirige vers un vieux trident coincé dans l'iceberg. La hampe est éclatée et ses pierres incrustées disparues, mais je peux encore sentir le grésillement de la magie opérer dans ses veines. Cela ferait une excellente canne pour mon ballast. Deux bobines de mana fissurées pourraient fonctionner en tant que récepteurs. Je ne pense pas que quiconque ait déjà essayé cela, mais je dois me débrouiller avec ce que j'ai. La soudure est vieille, alors je la ressuscite avec une petite secousse de magie. Finalement, cela avance lentement, joignant la cloche au trident, et juste au moment où la pièce finale se fraye un chemin jusqu'aux bobines, je lève les yeux et vois que Tamsyn a trouvé son chemin vers l'iceberg. Je soulève mon ballast pour me battre, mais il est loin d'être prêt.

Je le pointe sur son épaule et mes yeux s'écarquillent. « Pas encore ! »

Je plonge à plat, comme ces exercices que vous apprendrez en tant qu'enfant à minimiser vos chances d'être frappé par la foudre lorsqu'un drakôn est en liberté. Tamsyn regarde par-dessus son épaule, plissant les yeux dans l'obscurité, puis je saute et saisis mon ballast ; à ce moment, alors que je prends un puissant élan puis jette tout mon corps dedans, le bocal de frappe touche sa mâchoire. Elle tourne, une fois, deux fois, puis plonge la tête la première dans l'eau fangeuse. Joli coup. J'aurais assommé un humain, mais un changeforme, je n'en suis pas si sûr.

Un ballast approprié aurait une boîte pour stocker l'orbe, mais il est impossible que je puisse truquer quelque chose d'aussi compliqué. Mais si le principe de Warwitt-Isley des gains et indemnités microfracturaux est vrai dans des circonstances moins qu'idéales, je pourrais avoir une chance si je peux trouver quelque chose pour rediriger l'énergie. Je vois un déchet qui pourrait fonctionner, à moitié enfoui dans un tas de gel gras. Je m'arrête et l'arrache de sa prison. Il s'agit du bouchon d'un vieux réservoir de chaudière – un bordel rouillé du côté évidé, et à l'intérieur, le placage Mizzium est si fin qu'il ne vaut pas la peine de le retirer. Toutes ces années à polir les grilles de fournaise sont enfin utiles, et en un rien de temps, le mizzium brille, fournissant une belle surface concave pour que la magie puisse circuler.

Tamsyn me prend au dépourvu, faisant irruption de l'autre côté de l'iceberg. Je n'ai pas le temps de fixer le capuchon, je le garde donc au cas où Lorsque le prochain orbe arrive, je le rencontre avec mon ballast de fortune. L'électricité glisse dans les récepteurs, en haut de la tige, puis s'accumule dans le bol du capuchon. Pendant un bref instant, Tamsyn et moi restons là, étonnées de constater que cela a fonctionné, mais ensuite, elle se dirige vers moi avec fougue, les bras tendus, prête à tirer une autre sphère. Avant que ma charge puisse se dissiper, je la lui lance et l'explosion se propage et la frappe à la poitrine.

Son corps entier s'éclaire. L'impact l'envoie voler dans une direction et l s'en va dans l'autre. Je chasse les images fantômes de Tamsyn brûlée à vif dans ma rétine, puis je vois mon ennemie essayer de toutes ses forces de se relever. Mais avant qu'elle puisse le faire, je lui ai enfoncé le genou dans le dos, tirant la tête par les cheveux. Le monstre sauvage qui sommeille en moi me demande de prendre ma revanche, mais lorsque je baisse les yeux sur mes bras, ma peau redevient lisse, mes ongles sont beaux et contondants, et je réalise que les terribles effets de l'expérience ont disparu. Je suis redevenu normale...mais je me sens toujours changée et je suis presque sûre que je ne peux pas tout attribuer à la magie de Simic.

« C'est ma découverte », lui sifflé-je. « Je ne peux pas la laisser tomber entre les mains de Dimir. »

« Je ne le dirai à personne, je le jure », plaide-t-elle.

« Je sais que tu ne le feras pas, Tamsyn », lui dis-je, et je deviens comme un éclair – imprévisible, puissant, sans merci – toutes ces choses qui le rendent à la fois magnifique et meurtrier. Comme avec les souris, la décision de tuer est plus facile cette fois-ci, et lorsque les vertèbres de Tamsyn se cassent, je suis rassurée de savoir qu'elle ne souffre pas longtemps. Je recule et regarde son cadavre alors que les sorts qui la retiennent se dissipent. Le corps est là, un trésor pour le récupérateur qui va finalement arriver. Je rassemble ce qu'il reste de mon ballast de fortune à ramener à mon laboratoire. Un peu de bricolage, et j'aurai deux découvertes à présenter au jury, et s'ils n'acceptent pas mes conclusions...

Le monstre à l'intérieur se déplace sous ma peau. Ensemble, nous ferons une grande équipe.

Court résumé



(à ne pas lire si vous comptez vous délecter de l'histoire)

Spoiler: Montrer
Leighbet travaille pour un archimage de la Ligue d'Izzet et effectue des missions extérieures le week-end, espérant être un jour jugée à sa juste valeur. Celle-ci se déroule dans les égouts qui sont apparemment bouchés en un endroit ; mission peu ragoutante certes, mais il faut bien gagner son pain et les temps comme les œufs sont durs.

Dirigée par un troll golgari du nom de Kel'teth, elle se dirige vers un immonde amalgame d'objets fangeux qui semble immunisé à l'électricité puisque les drakôns n'ont rien pu faire pour le nettoyer. Les plantes sont en effet insensibles à la foudre ; elle effectue quelques tests en remarquant la faille spatiale, mais son équipement illégalement empruntée éclate et elle se prend une décharge provenant des anguilles.

Elle rentre alors au travail en trombe, demande à son supérieur d'effectuer des tests sur ces miraculeuses plantes, lance des ultimatums... et se fait renvoyer sans autre forme de procès. Sans se décourager, elle fonde un laboratoire clandestin dans la chaufferie de son immeuble et embauche Tamsyn, une chercheuse de déflagration ayant décelé l'étincelle de génie chez la jeune femme.

Après avoir reçu l'autorisation d'exercer au moyen de magouilles de Tamsyn, elles parviennent assez tôt à isoler l'essence de la plante afin de trouver la part immunisant à la foudre, et les tests sur souris sont assez concluants, mais pas assez éloquents pour attirer l'attention : il faut des tests sur humanoïdes. Une annonce est alors lancée, et viennent assez vite trois candidats alléchés par l'offre de deux-cents zinos.

Les essais montrent que cela fonctionne, mais se posent deux problèmes : comment payer les cobayes sans argent, et que faire si les tests avaient des effets secondaires dangereux s'ils venaient à ressortir. Au grand malheur de Leighbet, Tamsyn conclut qu'il faut euthanasier ces personnes, et après avoir exécuté ceci, Leighbet abandonne le travail, un unique but en tête : payer son acolyte pour pouvoir ensuite tout oublier.

Elle devient donc cobaye, et après deux expériences s'effectuant sans accroc, une transfusion Simic la transforme en être bestial : elle s'enfuit sans l'argent dans les égouts, seul endroit pouvant accueillir tel monstre. Cependant, Tamsyn s'y trouve et se révèle être une agente changeforme de Dimir ayant pour mission de trouver des génies izzet et de voler leurs trouvailles.

Alors que le combat est à son désavantage, Leighbet crée un réceptacle d'électricité de fortune et frappe son ennemie avec la sphère foudroyante qu'elle avait elle-même lancée. Elle l'achève alors, sans aucun remords. Son corps redevient celui d'une humaine, toutefois, elle sent que quelque chose en elle a changé : sa bête intérieure et elle allaient accomplir des exploits...

Edité 1 fois, dernière édition par Drark Onogard le 11/11/2018

Ajouter une louange

Vous devez vous identifier pour participer.

Appréciation

Contenus relatifs

Réanimator

 Decks

Erreur SOAP 1 : 1

Sondage

Qui va remporter le combat final sur Ravnica ?

Résultats
(déjà 558 votes)