Vieux conte : Le jour de Zurbit - Magic the Gathering


Vieux conte : Le jour de Zurbit

Articles

Drark Onogard, le , 140 consultations

Parfois, les petites mains sont plus que nécessaires pour l’accomplissement de grandes choses.

  La storyline de Magic / Magic 2014

Parfois, les petites mains sont plus que nécessaires pour l'accomplissement de grandes choses. Vous trouverez l'article original ici.

Le jour de Zurbit



« J'ai besoin de plus d'argent. »


Relno regarda nerveusement le sol et remua avec son bâton. C'était tout ce qu'il pouvait faire pour éviter de se fondre dans une flaque d'insécurité et de doute de soi. Il avait besoin de son soutien; il détestait devoir demander, car il pouvait voir la façon dont elle le regardait. « Flétrissement » était un bon mot pour le regard qu'elle lui lançait - un regard flétri.







Mais elle avait besoin de lui. Il était celui avec le cerveau. Il était celui dont le génie avait rendu sa famille riche et puissante. Pourquoi, sans lui, ils seraient de simples mécréants, des voyous... des troglodytes.

Relno se redressa. Plus d'agitation.

« J'ai besoin de plus d'argent. » On sentait dans son ton qu'il ne céderait pas.

Emina soupira alors que seul un noble élevé pour manipuler et subjuguer les inférieurs pouvait soupirer - avec subtilité, déception, et une bonne part de dégoût. Relno pouvait le sentir le recouvrir comme une puanteur d'une expérience ratée. Son nez se plissa instinctivement mais il ne vacilla pas. C'était comme ça que ces gens déguisés travaillaient et il était déterminé à jouer leur jeu et à gagner.

Il y eut une longue pause, puis Emina roula des yeux.

« Combien, Relno ? » L'exaspération força Emina à faire un sort au « o », ce qui trahit son comportement habituellement illisible.

Relno sourit intérieurement. Il avait cassé son noyau de fer.

« Cinq mille. »

« Terminé. Sortez. »


Relno était assis sur le pont du navire marchand tandis que le vent et la mer emplissaient ses sens. C'était une belle journée. La toile des voiles se courbait au-dessus de sa tête et le mettait à l'abri du soleil qui jaillissait de temps en temps derrière eux, tandis que le navire tanguait doucement d'avant en arrière au rythme des vagues.

Il avait hâte de retourner dans son atelier, son esprit empli d'idées. Enfin, il avait les fonds dont il avait besoin pour terminer son plus grand travail - ce serait magnifique. Il griffonna des notes aussi vite qu'il le pouvait. Il en coûterait une fortune pour expédier les pièces de Martyne à son laboratoire de l'île, mais il avait tout l'argent dont il avait besoin maintenant. Il enverrait un oiseau pour organiser l'expédition dès qu'il toucherait le rivage.

Ensuite, il faudrait créer les élémentaires dont il aurait besoin pour mettre les pièces en place. Cela prendrait du temps et de l'énergie personnelle. Il se sentait comme s'il pouvait créer mille de ces élémentaires avec la poussée écrasante d'excitation qui le possédait maintenant.

Il avait hâte de gravir les marches de sa tour et de se mettre au travail. Il commença à écrire une liste de tâches pour son fidèle homoncule, Zurbit. Il avait beaucoup à faire.


Zurbit n'en croyait pas ses yeux.

Les étagères étaient nues, les papiers étaient partout, les flacons et les béchers étaient cassés, des flaques d'eau de mer s'étalaient sur le sol. C'était un désastre total.







Zurbit inspira. Ondins. Comment sont-ils entrés ? Il fermait toujours les portes et barrait le...

Une fenêtre était brisée, son cadre plié par un levier. Zurbit se précipita vers l'ouverture. Comment, par les cinq flammes sacrées, ont-ils atteint le côté de la tour ? C'était à des dizaines de mètres des rochers en dessous.

Il rampa jusqu'au seuil où le chat bien-aimé à rayures orange de Relno, Pip, léchait la saveur de sel et de poisson laissée par les intrus. Zurbit regarda dehors et vit la chute pure. Pas de corde, pas d'échelle, pas de prises taillées. Comment l'avaient-ils fait ? Était-ce la potion de lévitation ? Zurbit était sûr qu'il l'avait enfermée le mois dernier.

Il jura à voix basse, retomba sur le sol et tordit ses petites mains alors qu'il inspectait le pillage total de la tour de son maître. Ils étaient partis avec le lot.

Relno allait le tuer à son retour. Zurbit devait tout récupérer.

Et vite.

Zurbit connaissait les ondins qui l'avaient fait. Il y avait un petit groupe d'entre eux qui vivait dans un petit récif au large, volant aux habitants des terres le long des rives du Kapsho. Pour Zurbit, ces ondins étaient des voleurs et des fripons - à ne pas ménager.

Il faisait les cent pas dans le laboratoire pendant que Pip observait paresseusement des taches de poussière dans un rayon de soleil.

Ensuite, cela le frappa.

Il attrapa une fiole ; un morceau de parchemin ; stylo et encre ; et un mince flacon de liquide vert étincelant dans une petite boîte en bois. Il mit tout dans un sac, qu'il passa par-dessus son épaule, puis il ramassa Pip et descendit le long escalier en pierre pour les quais bien en dessous de la tour.


Zurbit partit sur les vagues dans une petite barque. Un autre bateau plus petit était remorqué derrière eux. Pip regarda par-dessus le côté, une patte prête pour le poisson scintillant qui s'élança et se précipita sous la surface. Zurbit ramait avec un but, en espérant qu'ils ne seraient pas repérés par un drâkon du littoral ou quelque chose de pire sous les vagues.







Ils atteignirent le récif. Zurbit jeta la petite ancre par-dessus bord et regarda les crochets attraper le corail en dessous. Il marmonna pour lui-même en sortant la plume, l'encre et le parchemin, et griffonna un message à la hâte.

VOLEUR ONDIN,

DONNEZ-NOUS EN RETOUR NOS PRODUITS OU VOUS SEREZ DÉSOLÉ.

ZURBIT

Il mit le message dans une fiole et s'assura qu'il pouvait être lu. Puis il le boucha, attacha un peu de fil de pêche autour de lui, attacha un poids, et après un rapide coup d'œil pour vérifier la position, il le jeta par-dessus bord.

Il était maintenant temps d'attendre et de voir.







Un ondin fit surface, regarda Zurbit et grogna quelque chose comme « Nnn-ahrrr ». Les yeux de l'ondin étaient froids et suffisants alors qu'il plongea sous les vagues avec un dernier sifflement de mépris.

Pip observa les écailles argentées alors qu'elles vacillaient sous la surface. Il lécha ses moustaches.

« D'accord. C'est ça alors que vous voulez, faces de poisson. » Zurbit tira sur la corde qui attachait les deux petits bateaux et tira le vide à côté. Puis il déboucha la fiole de liquide vert étincelant et attrapa Pip entre les oreilles. « D'accord, mon ami. Il est temps que tes rêves deviennent réalité. »

Zurbit toucha quelques gouttes au nez de Pip, et le chat les lécha rapidement. « C'est un bon garçon », déclara Zurbit en versant de plus en plus de la fiole verte sur la langue de Pip.

Pip regarda Zurbit, espérant plus de la gâterie savoureuse, mais Zurbit le prit juste et le plaça dans le plus petit bateau, détacha la corde qui les reliait et poussa Pip au-dessus du récif.

« Tu sauras quoi faire, mon garçon, » dit Zurbit tandis que Pip s'éloignait. Puis il commença à ramer de toutes ses forces, alors que Pip atteignait la taille d'une petite baleine. « Tu sauras quoi faire ! » Le rire de Zurbit résonna à travers les vagues turbulentes.







Relno ouvrit la porte de sa tour. « Zurbit ! Excellentes nouvelles ! Nous avons du travail à faire ! »

Il ôta son manteau et se précipita vers la table, où il commença à retirer les livres des étagères qui sentaient... faiblement... l'eau de mer ? Relno regarda autour de lui. Quelque chose clochait. Pip était assis sur un livre ouvert et regardait Relno avec nonchalance en se léchant la fourrure. Des parchemins étaient disposés sur des tables ; des livres étaient ouverts le long du sol. Des pages et des papiers ondulèrent alors qu'une brise forte quittait la pièce.

« Que s'est-il passé ici par les cinq flammes sacrées ? » Relno se leva.

« Rien, Maître, » dit Zurbit d'un ton neutre. Il sourit ensuite avec satisfaction. « Je laisse juste entrer un peu d'air marin. »

Edité 1 fois, dernière édition par Arwen le 17/02/2021

Alors, c'était comment ?

Complétement fou !

  0

Abscon, abjecte, inadmissible !

  0

Toi aussi, loue son œuvre !


Vous devez vous identifier pour participer.

Partage l'ami !

     

Tu aimeras aussi...

Sondage

Quel(le) viking rêverais-tu de voir mener l'assaut dans Kaldheim ?

Résultats
(déjà 145 votes)