Obsolescence non programmée - Magic the Gathering


Obsolescence non programmée

Articles



ylloh, le , 20447 consultations , 6

Et voilà Phyrexians et Mirrans reviennent sur le devant de la scène pour se tartiner le dos de charbons ardents et s'échanger de copieux noms d'oiseaux comme au bon vieux temps. Mince, rappelez-nous, Mirrodin, c'était bien en 2003 ?

  Editos

Et voilà Phyrexians et Mirrans reviennent sur le devant de la scène pour se tartiner le dos de charbons ardents et s'échanger de copieux noms d'oiseaux comme au bon vieux temps. Mince, rappelez-nous, Mirrodin, c'était bien en 2003 ? C'était Chirac, la canicule, Schumacher en F1, la retraite qui passait de 37 à 40 ans de cotisation, le SMF Fun Cards Maker v5.0 ou encore Yavipengs... Que reste-t-il de ces chimères... ? Rien, un infime tas de poussières ou quelques procès en destitution de légendes.

Dans notre société mouchoir en papier, où les plus grandes institutions tombent les unes après les autres comme des dictateurs, qu'est-ce qui pourrait prétendre à résister à la seule véritable arme de destruction massive au monde : le Temps ?

Magic the Gathering.

Mais comment fait-il ? Comment se joue-t-il de la mode et du temps au-delà se son indéniable qualité de jeu ?

Avant toute chose, constance est de rigueur. Pour singer le gros bonhomme blanc qui fait des pneus tout noir, les plus belles performances sont celles qui durent. L'idée est de ne pas tomber dans le cliché de la norme artistique actuelle : cracher ses tripes sur un premier projet, être incapable de s'en relever puis succomber aux sirènes de la gloire et de la jouissance facile. Suite à l'émerveillement déclanché lors de la découverte de Magic the Gathering avec un premier tirage de cartes baptisé Alpha en 1993, les éditions se sont enchaînées avec un souci de qualité et de cohérence constant que ce soit au niveau des illustrations, des nouveaux mécanismes de jeu proposés ou encore de la storyline. Un véritable travail d'artisan rudement maîtrisé ; même si, nous vous l'accordons, certaines resteront plus inspirées que d'autres.

Ensuite Magic parie sur un support durable et indépendant de tout acteur extérieur. Vous arrivez encore à jouer avec votre vieille console 8-bits sur votre télé à écran plat qui n'a plus de prise Péritel ? Il faudrait encore retrouver ces foutues manettes, les cartouches et croiser les doigts pour que ça démarre malgré la couche de crasse accumulée sur le processeur... Les cartes à jouer, faites de papier, tant soit-il has-been et dépassé dans notre bel i-monde, fonctionneront encore dans 30, 100 et même 1000 ans à la plage ou encore un soir de panne d'électricité au coin du feu. A condition de les conserver au sec bien sûr.

Magic s'est aussi affranchi de ses créateurs, il a définitivement tranché le cordon ombilical et laissé les sages jupons de Môman. Vous avez beau être un génie visionnaire, patron d'un géant de l'informatique (au logo en forme de pomme) adulé (ou pas) pour avoir (ou pas) révolutionné le monde (troll s'abstenir), si votre projet tourne de l'oeil à chaque fois que vous éternuez, le bilan de vos efforts sera nul... Ne pas réussir à insuffler d'esprit à sa création est un véritable échec. Assembler des morceaux de chair piqués sur des cadavres est l'affaire de tout le monde, mais y ajouter l'étincelle divine qui lèvera la bestiole et la lancera sur les chemins de son propre destin est d'un autre niveau. Depuis plusieurs années déjà Magic vit indépendamment de ses pères fondateurs, Richard Garfield et Peter Akinson partis sur d'autres projets. Wizards of the Coast a pris le relais, des gens talentueux se sont investis et se sont succédés pour faire vivre l'esprit de la communauté, c'est à dire celui des dizaines de fan comme vous prêts à partager leur passion. Magic the Gathering est bien vivant, il coule dans les veines de millions de joueurs et n'est plus enfermé dans la tête d'un mathématicien chevronné.

Pour finir Magic se réinvente perpétuellement et s'inscrit dans une dynamique du changement : une fois oublié, Mirrodin, le concept d'édition truffée à l'artefact vient de ressortir... OK, cet argument est complètement moisi mais il allait bien dans la réflexion. N'en déplaisent aux apôtres du « c'était mieux avant », le jeu évolue et plutôt dans le bon sens pour mieux résister aux assauts de ses concurrents et répondre aux attentes de la nouvelle garde qui sait passer très vite d'un sujet à l'autre. Le nouveau design instauré avec la huitième édition n'était pas une yu-gi-oh-isation des cartes mais bien une mise à jour nécessaire pour plus de clarté. Les évolutions des règles étaient nécessaires pour fluidifier l'apprentissage du jeu, le rendre moins ésotérique. Essayez aujourd'hui d'expliquer les règles à un néophyte : c'est vraiment plus aisé et plus imagé qu'il y a 5 ans.

Non, nous ne sommes pas malades, nous n'avons pas limé notre plume et WotC ne nous a pas grassement soudoyé avec des produits gratuits pour écrire cette note. Perdus dans un monde qui programme l'obsolescence nous nous émerveillons de voir que le jeu qui nous a assemblé (elle était facile celle là) est toujours debout.

Regardez bien autour de vous et donnons-nous rendez-vous dans 10 ans. Il se pourrait bien que le seul truc qui n'ait pas changé soit un petit tas de cartes soigneusement rangé dans un tiroir de votre bureau. Et votre allégeance au Dark Mogwaï bien sûr.

Edité 1 fois, dernière édition par ylloh le 05/05/2013

Alors, c'était comment ?

Complétement fou !

  3

Abscon, abjecte, inadmissible !

  0


Toi aussi, loue son œuvre !


Vous devez vous identifier pour participer.

6 Louange(s) chantée(s) en coeur



bane
Le 01/08/2011

C'était très beau (snif j'arrête pas de chialer bon sang !). Pour moi les cartes Magic vivront éternellement. Je suis un grand collectionneur devant le Dark Mogwaï (GàL) et que les cartes deviennent obsolètes ou pas, moi je les garderai et les montrerai, si le Dark Mogwaï le permet (GàL bis), à mes petits gobelins. Peut-être voudront-ils connaître ce jeu qui a embraser (et embrasser) le monde durant toutes ces glorieuses années.

Que le Dark Mogwaï vous guide sur les chemins de la Vérité et vous aide à chasser les Hérétiques.

Note : 9/10

falcon_crest
Le 28/03/2011

Euh... Rincevent... je dis ça juste comme ça, hein, mais j'ai pas modifié mon modular depuis le T2 mirrodin-kamigawa et j'ai quand même gagné plusieurs tournois legacy...
donc, ouais, tout ça pour dire que certains jeux, bien loin de vieillir mal, ne vieillissent pas du tout

Rincevent
Le 17/03/2011

J'ai dit rebelles aux hasard. Moi aussi j'ai des vieux jeux que j'aime encore bien, mais comme tu le précises ce n'est plus vraiment compétitif. Ok je ne fais de toute façon pas de tournois legacy et le jeu doit se renouveler, mais ces jeux n'ont que très peu de possibilité d'être améliorés et vieillissent relativement mal.

Gochat
Le 16/03/2011

Joli édito, je suis tout-à-fait d'accord avec toi...

Rincevent a dit :
surtout si elles fonctionnent sur des types ou des mécanismes spécifiques: arcanes, alliés, rebelles, poison

Pas d'accord, moi je les aime bien les rebelles en casual. Surtout parce que le jeu ne tourne pas autour d'une seule carte, du coup un Wrath of God (ou même quelque chose de plus poussé) ne peut pas tout te ruiner. Sauf bien sûr quelque chose à qui tu donnes la protection contre un type de créature de ton choix...
Rincevent a dit :
il n'y a qu'a voir le contenu des poubelles après les gros évènements pour le ressentir.

Ah ? Je les fouillerais bien les poubelles après les gros évènements moi dans ce cas...

Note : 8/10

Gautier
Le 07/03/2011

Certes, mais on peut vaincre cette obsolescence programmée en faisant du vieux avec du neuf (bon ca ne marche pas à chaque fois mais bon): faire un jeu en utilisant vielles cartes, vielles tactiques et vieux combos.
Il y a aussi une chose que je trouve dommage, c'est que des capacités (certes en rapport avec la storyline de l'édition) disparaissent aussi vite qu'elles sont apparues. Il y a les capas éternelles comme le Piétinement, etc...mais d'autres comme le Toucheterre, l'infection et j'en passe seront bientôt obsolètes.
Voilà c'était mon petit ajout pour cet article. Que le Dark Mogwai vous bénisse tous

Rincevent
Le 06/03/2011

Oui, c'est certain, ce jeu vieilli incomparablement mieux qu'une imprimante.

Cependant on ne peut pas dire que ce soit vrai de chaque carte: à force de sortir des versions sans cesse réévaluées (comprendre "plus puissantes") de cartes moins jouées que les plus jouées, on en vient à remiser petit à petit ses anciennes cartes au fond de sa collection.
On sent aussi le besoin de sortir des cartes que-tout-le-monde-va-vouloir pour déclencher l'achat, ainsi que des cartes sciement sous-puissantes pour que les joueurs puissent avoir le plaisir de les éliminer ensuite de leur deck. Celles-ci sont obsolètes dès leur sorties.
Ajoutons que pour le plaisir des nouveaux joueurs et le renouvellement du jeu, en tournoi c'est le standard et le scellé qui priment et beaucoup de cartes leur sont uniquement destinées. À chaque nouveau bloc les cartes qui peuvent servir en standard mais qui ne tiennent pas la route dans les autres formats deviennent obsolètes, surtout si elles fonctionnent sur des types ou des mécanismes spécifiques: arcanes, Alliés, Rebelles, poison... Elle vont dès lors entrer dans un long état végétatif dans une boite ou dans un classeur pour les plus rares, jusqu'à ce qu'on se décide à y faire de la place.

On pourrait donc dire que si Magic dure, les cartes en revanche ont une obsolescence programmée qui donne au jeu un côté jetable assez désagréable, il n'y a qu'a voir le contenu des poubelles après les gros évènements pour le ressentir.