Les vieux contes : Rêves de la ville - Magic the Gathering


Les vieux contes : Rêves de la ville

Articles



Drark Onogard, le , 455 consultations

Si les rêves sont l’empire des dieux, qu’en est-il de leurs propres songes ? Première apparition d'Ashiok, les bases du personnage sont déjà posées...

  Theros / La storyline de Magic

Si les rêves sont l'empire des dieux, qu'en est-il de leurs propres songes ? Vous trouverez l'article original ici.

Rêves de la ville



Quelque part à Meletis
Euneas rêve.

Euneas marchait parmi les colonnes azur de la place de marbre blanc au cœur de la ville. Des lions dorés patrouillaient sur le bord extérieur de la place, leurs pieds en métal résonnant une mélodie résonnant sur le sol de marbre sans tache. L'eau jaillie des fontaines de cristal coulait, les flots courants jetant un fond de murmure constant dans des conversations importantes. Des groupes d'érudits et de philosophes débattaient sur la place, leurs mains tissant des symboles arcaniques d'énergie bleue dans les airs. Les équations étaient belles, chacune décrivant les réponses aux questions dont Euneas ne pouvait pas se rappeler, mais avaenit une importance monumentale. Les plus beaux esprits de Meletis étaient réunis, une convocation d'intellect et de pouvoir sans égal.







Les travailleurs arrivèrent dans des uniformes blanc immaculé, érigeant un échafaudage et des harnais en silence. Ils montèrent jusqu'en haut des colonnes et Euneas vit des colonnes d'azur plus grandes et plus récentes s'élever lentement dans le ciel lointain, avec précaution, grâce aux ouvriers au-dessus. Il y eut une brève pause, et les colonnes du ciel s'entrechoquèrent dans les colonnes de la place. Les lions arrêtèrent de patrouiller, leurs pieds dorés immobiles ; les fontaines et les érudits se turent. Chacune des colonnes d'origine s'était enfoncée dans le sol et une bande de fissures apparut sur le sol en marbre. Il y eut un autre coup et les colonnes s'abaissèrent encore, et les lions reprirent leur patrouille, l'eau son arc, les érudits leurs débats.

Il y eut plus de bruits lorsque les premières colonnes d'azur furent écrasées par les nouvelles les remplaçant à l'identique. Les seuls restes des originaux étaient des souches comprimées noircies, entourées de fissures sombres dans le marbre. Les nouvelles colonnes furent abaissées du ciel au-dessus des pièces de rechange, rejoignant de plus en plus la deuxième vague de colonnes jusqu'à ce qu'il y ait morceau sur morceau, et Euneas put voir une quatrième vague de colonnes être dirigées de toute urgence par les ouvriers supérieurs.

Les fissures et les craquement s'étendaient, des vrilles noires de saleté et de crasse se connectant à travers le marbre autrefois vierge. Les érudits et les philosophes agitaient leurs mains en l'air en criant l'un à l'autre, mais leurs équations étaient maintenant faites de poussière sale décrivant des banalités fades et, dès leur apparition, elles tombaient sans vie au sol, ajoutant à la saleté en dessous. L'eau moussante dans les fontaines bouillonnait et cessait, remplacée par une boue huileuse crachée au rythme d'un cœur battant mal. Un lion d'or frappa son pied brillant dans la boue, et le lion glissa et s'écrasa au sol, son pied se déchirant à l'impact. Le lion de métal se leva en titubant, boitant sur trois pattes, son membre brisé en hémorragie, laissant une traînée de sang sans fin.

Le sang se mêlait à la saleté, à la crasse et à l'huile, tandis que d'autres colonnes étaient abaissées d'en haut et que chaque colonne livrée à cet endroit était rangée dans l'espace d'une petite tombe non marquée. Des centaines d'années, des milliers, étaient comprimées dans ces colonnes battues, avec la vie, le sang et la saleté créés et passés à travers. Il ne restait nulle part un endroit vierge, tout était terni par l'avancement de la ville, la poursuite de la volonté de construire à nouveau, au-dessus de la corruption et de la mort.







Euneas leva les yeux pour voir les ouvriers descendre, leurs uniformes blancs maintenant d'un désordre sombre et huileux, leurs visages desséchés et sans peau, leurs bouches béantes capturées dans un cri éternel sans bruit. Quand Euneas baissa les yeux, il vit l'obscurité grasse qui l'entourait, menaçant de l'attirer. Il essaya de s'enfuir et une couche de matière huileuse lui caressa la cheville. Les vrilles de l'obscurité glissèrent sur ses jambes, sa peau fissurée et bouillonnante au toucher. Euneas cria une chanson sans mots et gratta et déchira pour se garder propre. La peau disparut au fur et à mesure qu'il frottait et grattait pour éliminer la tache grasse, mais même s'il déchirait toute la peau de son corps, la tache demeurait, se calcifiant, le verrouillant en place. Ses yeux étaient les dernières choses libres, cherchant à s'échapper, et quand ils se levèrent, ils virent de nouvelles colonnes descendre.

La ville l'avait réclamé entier, un autre morceau de sédiment pour les rues que les futurs habitants fouleraient dans leurs brèves heures condamnées.

Euneas se réveilla en hurlant.

Quelque part à Akros
Pollio rêve.


Les rues étaient remplies de monde. Pollio n'avait jamais vu les rues poussiéreuses d'Akros aussi pleines. Soldats, boulangers, vieilles femmes, gladiateurs, paysans, petits garçons, esclaves, enfants de Pollio, prêtres, ses enfants, ses enfants, où étaient ses enfants ? Là, devant lui, la presse de la foule les retenait cernés.

Pollio prit deux longs brins de ficelle, une ficelle bleue, et attacha une extrémité autour de son poignet et l'autre extrémité de chaque ficelle autour des poignets de ses enfants. Pollio prit une profonde inspiration satisfaite. Ses enfants seraient en sécurité, la ficelle bleue les maintenant proches et protégés. Il prit un peu plus de ficelle, verte cette fois-ci, et l'attacha de la même façon qu'il avait noué la ficelle bleue. Maintenant, ses enfants seraient nourris. De la ficelle rouge entourait le poignet de sa femme et le sien, signe de leur mariage.







Lorsqu'il trouva ses clients dans la rue, et il y en avait beaucoup qui appréciaient le travail des métaux de Pollio, ils étaient reliés par une ficelle jaune. Le poignet gauche de Pollio était orné de plusieurs dizaines de bracelets de teintes différentes, chaque lien constituant une relation, un lien avec les nombreux visages de la ville. Et à son poignet droit, il y avait encore des bracelets le reliant à plusieurs soldats qui protégeaient Akros ; Tomakri le boulanger, qui faisait les brioches à la cannelle sucrées que sa femme aimait tant ; Kopaknios, le libérateur de lingots, qui fournissait les métaux précieux que Pollio transformait en lames et en armures ; et d'autres, tant d'autres.

Pollio avait pu se déplacer facilement avec les premières connexions, mais maintenant, chaque nouvelle connexion était difficile. La ficelle pouvait s'étirer, s'étirer longtemps, mais elle ne pouvait pas s'étirer pour toujours. Tout le monde faisait son chemin dans la ville ; les centaines de personnes auxquelles Pollio était connecté avaient des centaines de connexions propres et, lorsque les gens se croisaient dans la ville, de nouvelles connexions se formaient tout le temps. Le mouvement de Pollio se ralentit, puis devint laborieux alors qu'il luttait contre les fils de couleurs vives dans toutes les directions. Il cherchait à rompre la ficelle, mais ne pouvait pas, même si ses formidables muscles gémissaient et s'étiraient. Plus il se débattait, plus la ficelle devenait forte et large jusqu'à devenir une corde épaisse et tressée.

Bientôt, tous les mouvements s'arrêtèrent dans la rue, chaque personne luttant contre les liens étouffants. Pollio ne pouvait plus voir ses enfants ni sa femme, car la corde lui brûlait la tête et le cou et il ne pouvait plus tourner. Tout ce qu'il pouvait faire pour rester debout était de lutter contre le poids de tout le monde autour de lui. Les cordes devenaient de plus en plus serrées et tout le monde était de plus en plus rapproché. La chair se fendit et les cordes devinrent de plus en plus solides et tendues.

La joue de quelqu'un se pressa contre celle de Pollio et l'odeur d'une humanité désespérée envahit les narines de Pollio. Il ne pouvait pas bouger, emprisonné comme il l'était par les corps et par les cordes, ces liens exigés par la ville dans un monde sans liberté ni espace. Il sentit un accroc où la joue de l'homme suivant rejoignait la sienne et il réalisa que leurs joues se rejoignaient, leur chair se serrant l'une contre l'autre alors que les cordes se resserraient de plus en plus. Pollio essaya de crier, mais sa bouche était couverte de cordes et de la chair d'autres personnes, et le seul son qui ressortait était l'absence d'espoir.







Alors, Pollio fit partie d'une masse amorphe de chair puante et de corde enflammée, une masse contenue dans le cloaque pourri qu'ils appelaient chez eux. C'était le destin de ceux qui habitaient la ville.

Pollio se réveilla en hurlant.

Quelque part à Meletis
Mélantha rêve.


Elle s'assit à la tête de la table du temple. Ce n'est pas ma place. La toile était d'une blancheur impeccable et les flambeaux clignotaient et dansaient le long des murs de carreaux blancs et bleus éclairant deux couverts de la longue table : le sien et un à côté du sien à sa gauche.

Des pas résonnaient dans le couloir, mais dans la pénombre au-delà, elle ne pouvait pas en distinguer immédiatement la source. Les pas s'approchèrent et il y eut un visage devant elle, un visage qu'elle n'avait pas vu depuis vingt ans. « Melantha ! Puis-je te rejoindre ? »

Xenocrates avait été l'un de ses premiers mentors au temple d'Ephara, alors que Melantha était arrivée plusieurs années auparavant. Pour le monde extérieur, le sacerdoce d'Éphara était bon et accueillant. À l'intérieur, la vérité révélée était plus sombre. Melantha avait eu du mal à trouver sa place, à trouver un équilibre entre le fait de servir son dieu et son acceptation par ses pairs. Xenocrates l'avait protégée, l'avait défendue, avait fourni une épaule sur laquelle pleurer. Il y avait eu beaucoup de pleurs au cours de ces premières années. Elle regarda son visage rond et parfaitement rasé, ce visage qu'elle n'avait pas vu depuis si longtemps, et cela ne la surprit pas, elle pleurait à nouveau. Si elle regardait par-dessus son épaule, si son cœur battait un peu plus vite, qu'en est-il ? Elle était encore avec son ami.







« Melantha, ne sois pas triste. Laisse-nous manger et boire. J'ai très faim. » De la nourriture et des boissons apparurent devant eux et Xenocrates pénétra dans le repas avec vigueur. Ne bois pas ! Melantha n'avait pas faim et étudia donc son ami. Tandis que son visage paraissait haletant, le reste de Xenocrates était maigre et très éloigné de l'homme à ventre rond et enjoué qu'elle avait connu tant d'années auparavant. Xenocrates ramassa le gobelet devant lui et Melantha voulut crier pour le prévenir, mais elle resta silencieuse alors qu'il le mettait à ses lèvres et buvait profondément.

« Est-ce que je t'ai parlé, Melantha, de ma nouvelle théorie sur les dieux ? » Xenocrates la regarda et sourit. Il y avait une tache bleuâtre disgracieuse sur ses lèvres et ses dents. Du vin, pensa Melantha. Probablement.

« Je ne pense pas que nous devrions en parler, Xenocrates. Ce n'est pas... correct. Parle-moi de toi, à la place. Comment vas-tu ? Qu'as-tu fait toutes ces années ? »

Xenocrates prit un autre verre de son vin et Melantha grimaça. Xenocrates toussa avant de répondre. « Ça fait du bien de manger. De vraiment manger. De sentir la nourriture dans ta bouche s'émietter et de changer et de se décomposer, de tout retenir, de la saveur et du chaos, de la mort de la vie pour vous donner la vie. Oui, ça fait du bien manger. Mais je parlais des dieux, Melantha. Ce qu'ils sont, ce qu'ils sont vraiment. »

« Nous ne sommes pas autorisés à en discuter. C'est interdit. »

Il y avait plus de toux, plus long et soutenu, avant que Xenocrates ne parle à nouveau. « Interdit ? J'entends dire que tu fais maintenant partie du grand conseil. Je suis fier de toi, Melantha, pour voir où tu en es. Tu peux déterminer ce qui est interdit, oui ? Qu'est-ce qui est acceptable ? Nous avons passé de nombreuses heures à débattre de la nature des dieux. Qu'est-ce qu'une heure de plus entre amis ? » Une autre toux féroce, et Xenocrates leva les mains pour essuyer sa bouche. Il y avait un petit frottis de sang sur ses lèvres et sa joue.

« Tu es blessé. Laisse-moi... »

« Non, ça va, Melantha. Ça va. Une petite toux ne fera pas mal. Maintenant, je ne suis pas éternel. Nous savons tous les deux la vérité. Seuls les dieux sont éternels, nous disons. Les dieux sont constants et pourtant il est certainement étrange de lire les plus anciens écrits sur Héliode et Thassa et le reste, pour voir en quoi ces versions de nos dieux ont agi différemment par rapport à maintenant. »

 » Koblios, dans ses Méditations, a déclaré : 'Les dieux ne sont que des schémas personnifiés', avant qu'il ne soit lapidé pour son hérésie. Triste que, malgré le prix qu'il a payé, il ait toujours tort. Les dieux sont les schémas que nous reconnaissons, personnifiés. La différence est dans le créateur. Grâce au pouvoir de Nyx, nous sommes responsables de nos dieux. Peut-être sommes-nous même responsables de Nyx... »

« Tu vas te taire ! » Mélantha se leva, furieuse. Elle ne permettrait pas ce blasphème dans son temple. Même après toutes ces années, Xenocrates tenait à croire ces terribles faussetés. Xenocrates toussa et cracha un gros caillot de substance sanglante qui atterrit sur la nappe blanche, la colorant en rouge et rose. Quand Xenocrates leva les yeux, il sourit d'un sourire épouvantable, ses dents souillées par un indigo foncé et du sang coulant de sa bouche.

« Que vas-tu faire, Melantha ? Me tuer ? »

La colère fuit Melantha et, avec elle, sa capacité à se tenir debout. Elle s'effondra sur le banc. « Je n'ai pas... je ne t'ai pas tué, Xenocrates. » Je les ai vus mettre dans le gobelet. J'aurais pu vous prévenir. J'aurais pu te le dire.







Du sang commença à couler de ses yeux. « Peut-être que tu ne l'as pas fait, Melantha. »

Tu as dit des choses si horribles. De telles choses fausses. Que pouvaient-ils faire d'autre ? Que pourrais-je faire d'autre ?

« Savais-tu, Melantha, qu'il y a tant d'états de décomposition avant de mourir ? Tant de façons de se dégrader et d'être dégradé, tant de blessures et de débilitations à vivre avant la dissolution finale. Finalement, tu deviens si compromis que tu ne peux plus te souvenir ce que l'innocence était. Tellement de façons de se décomposer. Et tu n'en connais que quelques-unes. Tu as tellement plus à expérimenter avant de mourir. » Xenocrates ouvrit grand la bouche alors que du sang coulait librement entre ses dents, jaillissant et coulant...

Mélantha se réveilla en hurlant.

Quelque part à Nyx
La ville rêve.


La ville appréciait son repos paisible. Ses longues avenues blanches étaient nettes et brillantes, faites de pierres solides qui absorbaient la chaleur du soleil. Il y avait de nombreux bâtiments magnifiques remplis de belles colonnes et de pierres fines travaillées. Pendant longtemps, la ville ne savait que se reposer au soleil et elle était heureuse.

Finalement, une petite créature velue entra dans la ville. Elle se promenait sur deux jambes et était très petite et la ville trouvait l'animal amusant. L'animal semblait aimer jouer dans la ville, et la ville était heureuse de voir cet animal l'explorer. Bientôt, l'animal fut rejoint par un deuxième animal petit et velu, et tandis qu'ils se déplaçaient dans toute la ville, la ville créait de petits parcs et des lacs dans lesquels les animaux pouvaient jouer, ainsi que de petits bâtiments pour que les animaux y dorment, des arbres pour que les animaux cueillent des fruits, et la ville était heureuse.







Le lendemain, la ville se réveilla et trouva beaucoup de petites créatures velues dans ses rues et ses bâtiments. Il y en avait des centaines et la ville voulait s'assurer qu'ils seraient nourris, abrités et pourvus, et elle ne s'était jamais sentie aussi nécessaire, désirée et occupée. Les rues de la ville n'étaient plus étincelantes et propres, mais lorsque la ville s'endormit cette nuit-là, elle pensa à toutes les créatures qu'elle avait pourvues et elle était heureuse.

Le lendemain, la ville se réveilla avec une démangeaison inconfortable. Les créatures étaient partout. Il y en avait des milliers, des milliers, et elles marchaient, rampaient et allaient et venaient et traversaient toute la ville. Partout, les créatures laissaient des cheveux et des taches, et les rues jadis magnifiques de la ville étaient bouchées par la saleté, la crasse et la boue.

La vermine continua de se répandre, et leurs petites gueules de singes pinçaient les arbres de la ville et recouvraient les eaux de la ville, et leur faim vorace les amena même à mordre les bâtiments et les rues en pierre de la ville. Toutes les allées et tous les bâtiments de la ville étaient couverts d'insectes poilus qui mordaient le corps de la ville et la ville commençait à trembler et à trembler pour se débarrasser de la horde pestilente.

Tu dois te lever.

La ville ne reconnut pas la voix et ne put voir d'où elle venait.

Tu dois te réveiller.

La ville se rendit compte qu'elle n'avait jamais entendu une autre voix auparavant, mais la vérité des mots était devenue apparente. La ville devait surgir. La ville devait se réveiller. Il y avait un autre monde à saisir.

Cacophonie, dieu des villes, apparut. Il regarda autour de lui les petits singes accrochés à son corps. Il vit leur faim et leur peur, et c'était plaisant. Cacophonie tendit sa main nouvellement formée et saisit des milliers de créatures velues, les écrasant et projetant leurs cadavres au sol. Cela ne détruirait pas tous les singes, juste quelques-uns, juste assez pour que les survivants vivent leur vie de petit singe dans la souffrance et la peur, et ensuite...

« Qu'est-ce que c'est que cette monstruosité ? » C'était la deuxième voix que le dieu nouvellement réveillé entendit ce jour-là, bien que contrairement à la première, cette voix fût celle que Cacophonie avait entendue auparavant - bien qu'il ne puisse pas se rappeler d'où. Une grande femme à la peau sombre s'avança dans la vue du dieu de la ville, sa peau recouverte des étoiles de Nyx et, sous celle-ci, les pulsations d'énergie bleue et blanche résonnaient comme le soleil.

Les yeux de la femme, des globes étoilés, s'assombrirent et virent au rouge alors qu'elle regardait Cacophonie. « Tu oses exister ? Et qui ose te créer ? Où es-tu, mortel ? Je te trouverai. Tu ne peux pas espérer te cacher comme moi. »

Tandis qu'elle parlait, la femme tendit les mains et les plongea dans la cacophonie. « Je suis Ephara, et tu ne devrais pas exister plus qu'un doigt séparé de sa main. Au revoir, petit. » Sa voix sonna presque gentille à la fin.







Cacophonie ne savait pas ce qui se passait, ne pouvait pas comprendre pourquoi sa vie s'épuisait, sa conscience était assoupie. Alors qu'il retombait dans la non-existence, le rêve d'une ville autrefois appelée Cacophonie n'eut jamais un moment suffisamment cohérent pour connaître le regret.

Cacophonie, sombre dieu des cités, ne s'éveilla plus jamais.

Quelque part sur Theros


Les rumeurs de la terre s'estompèrent et le dernier reste de l'éclat de Phenax se dissolut autour d'Ashiok. Ashiok plana dans les airs, silencieux et immobile, avant d'étendre ses sens à la région environnante pour s'assurer qu'Ashiok était seul et qu'aucun dieu vengeur ne le cherchait.

Ashiok avait spécifiquement choisi le temple abandonné d'Ephara dans une ville déserte à la périphérie de la civilisation Théros. On pourrait trouver de nombreuses petites villes désertes comme celle-ci, témoignant de la futilité de la permanence dans un monde contrôlé par les caprices des dieux.

L'un de ces caprices avait permis à Ashiok d'être invisible et non détecté par aucune force sur Theros, à l'exception d'une.

« Alors qu'est-ce que tu veux de moi ? » avait demandé le dieu Phenax à Ashiok, peu de temps auparavant, de rendre une faveur que le Planeswalker avait faite au dieu. Le fait qu'Ashiok ait aimé rendre la faveur immensément n'avait aucune incidence sur le besoin de remboursement. Les dieux ne souffrent pas d'être endettés longtemps par les mortels.

Je souhaite me cacher des dieux.

Ashiok comptait sur le fait que Phenax était amusé par la pensée de tromper tous les autres dieux, et Phenax avait prouvé que Ashiok avait raison. La bénédiction était temporaire et Phenax avait été très explicite sur le sort d'Ashiok si Ashiok utilisait cette opportunité pour tenter de blesser ou de tuer un dieu.

Mais Phenax n'avait jamais rien dit à propos de la tentative de créer un nouveau dieu.

La tentative n'aurait jamais abouti. Mais c'était beau. La beauté importait beaucoup - pas la valeur la plus importante d'Ashiok , mais toujours quelque chose à chérir. En outre, le succès dans ce domaine semblait de toute façon problématique. La fascination apparente de Xenagos d'être une divinité étonnait Ashiok - l'une des rares choses opaques à Ashiok. Xenagos était un planeswalker. Quelle meilleure opportunité pour la création et la beauté ?







Xenagos avait prouvé qu'il était difficile, mais possible, de transformer un mortel en dieu. Mais transformer une idée en dieu était beaucoup plus facile. Et pour ceux qui avaient la capacité de contrôler les rêves, c'était encore plus simple. Ashiok soupçonnait que ses idées prenaient forme et devenaient des proto-divinités à Nyx tout le temps, mais étaient probablement incorporées aux divinités existantes sans que personne, y compris les dieux, ne soit au courant. Mais si ce processus était façonné, sculpté, si la connexion des humains avec leurs dieux était attaquée, si leur connexion avec leurs modèles était attaquée, alors qu'une nouvelle voie pour ce modèle était préparée... eh bien, Cacophonie pourrait ressusciter.

Comment l'artiste échapperait à la détection des dieux tout en laissant au dieu créé assez de temps pour survivre et devenir plus fort serait difficile. Mais c'était là des détails que certains techniciens pourraient exécuter à l'avenir. En ce qui concerne les conséquences de cette journée... que Ephara se demande quelles machinations avaient conduit à la parade. Laisser les autres dieux s'informer, s'inquiéter et enquêter sur ce que cela présageait.

Les mortels n'étaient pas les seules créatures susceptibles de voir des modèles où il n'en existait aucun.

Ashiok était déjà passé à la contemplation de la prochaine symphonie. Il y avait toujours plus de magnifiques expositions à créer, ici dans le monde fertile de Theros.

De minuscules morceaux de la joue d'Ashiok se dissolurent dans la fumée. De nouveaux rêves naquirent.

Edité 1 fois, dernière édition par Drark Onogard le 06/12/2019

Alors, c'était comment ?

Complétement fou !

  0

Abscon, abjecte, inadmissible !

  0


Toi aussi, loue son œuvre !


Vous devez vous identifier pour participer.

Partage l'ami !

     

Tu aimeras aussi...

Sondage

Quel dieu aurait dû être embauché pour mettre un peu de bazar dans le lore de Theros par-delà la mort ?

Résultats
(déjà 98 votes)