Le sculpteur de brumes - Magic the Gathering


Le sculpteur de brumes

Articles



Lanouille, le , 273 consultations , 1

Lorsqu'un ménestrel sort sa plume et s'inspire des mages et de leurs pouvoirs, voila ce que cela peut donner.

  Chroniques guerrières

Le sculpteur de brumes

Un certain soir, passant sur les rives obscures,
Dans le brouillard, à la lanterne,
Je vis un homme sombre habillé d'une bure
S'approcher du bord d'un pas terne.

Caché sous un ponton j'éteins alors ma flamme,
Dissimulé dans la pénombre.
Alors qu'autour de lui un mystère se trame
Et qu'il disparaît telle une ombre.

Soudain il s'illumine et sa cape tournoie ;
En s'élevant il gesticule
Puis jette un sort au fleuve qui soudain flamboie.
Tout impressionné je recule.

Ses mains devenues bleues tracent dans l'air des runes.
Désormais rien ne le camoufle.
Dans la douce clarté du rayon de la Lune,
Il leur donne vie de son souffle.

Les inscriptions d'azur sont projetées sur l'onde
Formant ainsi de la vapeur.
De cette brume informe émerge tout un monde
Qui me cristallise de peur.

Quand un nouvel éclair fulgure de ses yeux
Le mage organise l'orchestre
De la fumée sur l'eau et du feu dans les cieux,
De la cacophonie terrestre.


Le sorcier façonne ça et là les nuées,
De ma cachette je l'observe,
Arrachant de ses bras la gangue de buée,
Attisant les flots qui s'énervent.

Sans marteau ni burin il découpe et polit
Son marbre flottant dans les airs.
Dans un râle il invoque même la folie
Qui surgit du flot des Enfers.

La forme se dessine et se couvre d'écailles,
Des pointes se solidifient.
Des défenses d'onyx et des crocs de rocaille
Sur cette chose s'édifient.

La vivante vapeur virevolte et s'envole
Vers la voûte presque violette.
Puis, violente et vive, la vouivre vient au sol
Et vagit de sa voix de bête.

Le monstre s'approche du mage créateur
Affaibli par le contrecoup,
Lui assène un revers d'un bras dévastateur.
Je prends mes jambes à mon cou.

En m'éloignant je vois que la situation
Reflète l'ampleur du désastre :
Qui perd le contrôle de son invocation,
Sur lui la colère des astres !

Le drakôn déchaîné ouvre une immense gueule
Découvrant ainsi sa mâchoire
Puis souffle vers le sortisan seul, si seul...
Fuyant, je ne peux plus rien voir.

Filant, mon pied se heurte à une grande brique
Dans ma course je tombe et roule
Derrière moi : plus rien ; et pour toute musique
La mélopée de l'eau qui coule.

Alors, c'était comment ?

Complétement fou !

  9

Abscon, abjecte, inadmissible !

  0


Toi aussi, loue son œuvre !


Vous devez vous identifier pour participer.

1 Louange(s) chantée(s) en coeur



Lanreth
Le 20/04/2020

Wow.
WoWOoWOWOoWO.
C'est...

Magnifique !