La grande histoire de Barrin - Magic the Gathering

La grande histoire de Barrin



Articles

Drark Onogard, le , 702 consultations

Ravnica est une ville de mystères – qui doivent plus que jamais être résolus.

  La storyline de Magic / Le Labyrinthe du Dragon

Ravnica est une ville de mystères – qui doivent plus que jamais être résolus. Vous trouverez l'article original ici.

La grande histoire de Barrin



Il était encore là.

Barrin Grevik se demandait pourquoi cet homme étrange au manteau à capuche s'intéressait autant à la pierre angulaire et à la gravure étrange qui bordait son magasin et l'allée qui se croisait de la rue d'étain.

Barrin se souvenait avoir vu les symboles étranges gravés sur cette pierre lorsqu'il était enfant, lorsqu'il accompagnait son grand-père au marché pour vendre ses revêtements de sol, ses ouvrages en laiton et ses objets d'artisanat. Les Grviks vivaient sur le marché depuis des générations et occupaient le même endroit sur la rue d'étain aussi longtemps que la famille s'en souvenait.

La pierre angulaire était toujours là, mais elle était souvent recouverte de rouleaux de moquette ou de piles de boîtes contenant des bibelots et des articles divers pour la vente. De temps en temps, un passant le remarquait ou un étranger se demandait quelle en était la signification, mais personne ne le savait vraiment. La mère de Barrin disait qu'elle commémorait l'ouverture de la rue d'étain - ce qui aurait rendu la pierre terriblement vieille - et cette explication convenait très bien à Barrin. Barrin n'était pas intéressé par l'histoire ancienne de Ravnica ni par les rituels étranges et magiques des guildes ; il voulait juste faire un bénéfice net, se sentir supérieur aux autres, bien manger et ignorer le sort des moins fortunés.

C'est pourquoi il y avait quelque chose à propos de cet étranger qui irritait sa peau bien soignée et lui donnait le sentiment troublant - cet homme à capuche avait une odeur de trouble qui menaçait le bonheur structuré de son magasin.

« Puis-je vous aider ? » Barrin sentit un peu d'irritation dans sa voix et décida qu'il aimait bien ça. Après tout, il était irrité.

Dès que l'homme leva les yeux vers Barrin, il se sentit moins énervé et plus inquiet.

Selon l'expérience de Barrin, la plupart des gens sur le marché établissaient rarement un contact visuel et parlaient derrière un mur de bienséance feinte - comme Barrin lui-même - mais cet étranger dissimulé le regardait directement avec des yeux qui le tenaient comme un étau. Barrin n'avait pas le vocabulaire nécessaire pour décrire ce qu'il ressentait. Les flots d'émotions et de pensées furent donc été relégués au rang de confusion et de peur.

« Oui, » dit l'étranger. « Cette pierre. Savez-vous quoi que ce soit à propos des inscriptions ? »

Barrin avait l'intention de dire au jeune homme d'aller faire une longue promenade dans une petite rue loin d'ici quand il se retrouva à parler de l'histoire de la pierre, sans oublier un seul détail de la spéculation familiale sur ses origines et ses possibles significations. Barrin raconta même à l'homme la théorie de son grand oncle Estovar selon laquelle Azorius l'aurait faite peu après la signature du premier Pacte des Guildes. Bien sûr, oncle Estovar était aussi fou qu'un magister d'Izzet, mais cela n'empêchait pas Barrin de partager cette histoire de famille. Il se sentit obligé de ne rien laisser de côté et après un bon moment, Barrin avait rendu toute l'histoire connue de la pierre à un étranger, qui l'avait écoutée avec une intention calme.

« Merci beaucoup », dit l'étranger, un soupçon de sourire se dessinant sur son visage. Il partit.

Après un moment hors du temps, la femme de Barrin mit son visage devant lui et dit : « Hé ! Je te parle ! Qu'est-ce que c'était que ça ? »

« De rien ? » dit Barrin.


Barrin n'était pas un Wojek de Boros, mais après cette rencontre étrange et quelque peu énervante, il voulait en savoir plus sur le jeune homme au manteau bleu et il était déterminé à obtenir des réponses. Sa femme, Nila, remarqua que Barrin avait "ce regard" dans les yeux et elle savait que quelque chose était coincé dans son ventre. Barrin était un homme déterminé. Toute sa famille était déterminée, mais Barrin était particulièrement borné. Sa femme les appelait « les dromades » en se référant à sa belle-famille, et elle les comprenait également Barrin dedans. Têtu et entêté.





« Je vais découvrir ce qu'elle est en train de faire, la petite fouine. Je n'arrive pas à croire que je lui ai tout dit à propos de cette pierre. Je n'avais même pas bu une goutte de bumbat toute la journée et je bavardais comme le vieux Scrumpy à la taverne. » Barrin était de bonne humeur. Son illusion de contrôle sur toutes ses affaires avait été ébranlée et cela avait déclenché le combat en lui.

« Qu'est-ce qui te prend ? Il n'a rien volé. » Sa femme posa ses mains sur ses épaules alors qu'il était assis à la table de la cuisine et préparait son déjeuner pour la journée au magasin.

« C'est un Dimir, Nila. Je le sais juste. » Barrin coupa un oignon avec une irritation supplémentaire. « Je vais le suivre jusque son nid de rats et découvrir son jeu. » Une vague de condamnation perverse le submergea pour justifier sa chasse aux sorcières. Si quelqu'un était « un Dimir », Barrin n'avait aucun problème à violer son droit fondamental à la vie privée.

« Ce n'est pas un Dimir, » dit Nila, et alla chercher un panier pour le déjeuner de Barrin. « Cette guilde est sur le point de monter. Toutes ces rumeurs t'ont mené, ainsi que le reste de la rue d'étain, dans un battage. « Blâmez les Dimir ! » C'est ce qu'ils disent tous à propos de chaque petite chose qui ne va pas ici. »

« Nous verrons s'il est sur le bon pied, ma petite canne à sucre, » murmura Barrin, perdu dans ses pensées de voleurs ténébreux et d'égoriers. « On verra. »



Barrin suivit la silhouette encapuchonnée au loin. Il avait un ami wojek et avait appris beaucoup de choses sur la poursuite des fugitifs par la rue d'étain au cours de leurs années de discussions sur les ruffians, les pickpockets et le déclin de la décence sociale.

La silhouette à capuchon se dirigea vers une allée sombre.

Comme un mécréant Dimir, pensa Barrin.

Il tendit la main dans sa tunique et sentit le manche d'un vieux Boros pendrek, un autre cadeau de son ami wojek. Il contenait encore quelques charges de mana et pouvait assommer un loxodon, sans parler d'un voleur Dimir. Il sentit une poussée d'adrénaline l'envahir. Enfin, il était sur le point d'attraper un de ces voyous et de le traduire en justice.

« Tu ne dérangeras plus la rue d'étain, » murmura Barrin alors qu'il se baissait dans l'allée.

Il fallut un peu de temps avant que les yeux de Barrin s'habituent à l'obscurité de la ruelle. Des chats maigres mâchouillaient des têtes de poisson. Tandis que Barrin se déplaçait plus profondément le long des pavés humides, un gobelin de Rakdos sauta de derrière une pile de déchets et le siffla, les dents serrées.

Barrin brandit son pendrek et le gobelin s'enfuit dans l'obscurité, en crachant des obscénités.

« La crasse de Rakdos », dit Barrin dans un souffle. Son cœur battait dans sa poitrine.

La ruelle s'ouvrit et se tordit et Barrin songea à rentrer quand il entendit un bourdonnement suivi d'un éclair de lumière bleue venant d'une fenêtre du sous-sol. Il descendit l'escalier glissant qui menait à une porte en bois coriace. Soigneusement, il testa le loquet. Ce n'était pas verrouillé. Il l'ouvrit lentement pour révéler l'étranger à capuchon qui fixait une image fantomatique de la Dixième circonscription, étalée devant lui comme un modèle exquis. Un faisceau lumineux d'énergie rouge traçait une série de lignes angulaires qui menaient le long de la rue d'étain, remontant plusieurs chaussées et aboutissant finalement à la grande tour de...

« Les anciennes archives législatives Azorius », se murmura Barrin.

« Exactement », dit l'homme au manteau, ne se tournant pas pour faire face à Barrin.





Barrin avait complètement oublié son pendrek et son air bravache. Il ne pouvait que regarder l'image crépitante de la Dixième circonscription et ce mage qui y réfléchissait. L'autre extrémité de la ligne rouge vif est née à...

« Mon magasin. » Barrin pointa la carte rougeoyante.

L'homme cagoulé tourna la tête et le regarda. « La pierre angulaire de votre boutique est en fait un carrefour Azorius, une ancienne série d'indices laissés par les matrices de guildes Azorius. Ce sont des points le long du labyrinthe implicite, et je dois tous les trouver. »

« Labyrinthe implicite ? » dit Barrin. « Qu'est-ce que tout ça... cette carte, ces points de cheminement ? Pourquoi est-ce que je n'ai pas entendu parler de ça ? » Barrin n'aimait pas ne pas être au courant.

« C'est compliqué, Barrin. » L'homme prononça son nom comme s'il s'agissait d'anciens amis. « Je ne suis pas sûr de ce que le labyrinthe est moi-même. J'aurais aimé avoir plus de temps pour étudier et rassembler des connaissances sur ses fonctions exactes et son pouvoir, mais les Dimir me forcent à agir rapidement. »

« Ah ! Dimir ! Je le savais ! » Barrin sortit son pendrek. Enfin, quelque chose qu'il pourrait saisir.

« Oui, mais ils ne sont que le catalyseur. » Le mage semblait insensible à Barrin et à son arme wojek. « Les autres guildes vont se détruire si je ne peux pas exécuter le labyrinthe dans le bon ordre. » Le mage à la robe bleue se leva et plaça ses paumes l'une contre l'autre. Sa carte rougeoyante disparut comme une punaise.

« Tu n'es pas un Dimir ? » dit Barrin.

« Non. » Le mage lui sourit alors qu'il rassemblait des papiers éparpillés. « Pardon. »

« Qui es-tu, alors ? » Barrin pointa son pendrek, mais un instinct lui dit que c'était comme diriger un bâton sur un commando du brasier Boros.





« Je m'appelle Jace Beleren », dit le mage sous la capuche de son manteau. Puis, dans l'ombre de la capuche, les yeux du mage brillèrent d'un bleu navrant, éclairant son sourire. « Et vous ne vous souviendrez pas d'un seul instant de ceci, mon idiot d'ami. »


Barrin se réveilla le lendemain.

« T'as dû avoir eu une bonne conversation avec le vieux Scrumpy », déclara Nila. « Tu es entré comme un escogriffe de Golgari et tu t'es dirigé directement vers le lit. »

« Étais-je avec Scrump ? » Barrin ne pouvait se souvenir de rien. « J'imagine que j'ai dû l'être. Mais une chose est sûre, je ne bois plus jamais de bumbat. »

Alors, c'était comment ?

Complétement fou !

  8

Abscon, abjecte, inadmissible !

  0

Toi aussi, loue son œuvre !


Si vous n'êtes pas un de ceux qui se vident bêtement le cerveau sur la toile en brâmant comme un zombie, vous pouvez vous identifier pour participer. Sinon vous avez encore le choix de faire quelque chose de votre vie, en rejoignant la secte.