Storyline : les slivoïdes

Articles
par Tybalt, le , 69306 consultations , 42

  Débutant / L'univers de Magic



Pour information, cette histoire intégrale des slivoïdes a été réalisée à partir de plusieurs pages du site officiel de Magic, complétées par plusieurs anciens sujets du forum background de Wizards of the Coast et bien sûr par mon (vieux et abîmé) livret Tempête.
J'aurais pu faire plus court, mais j'ai pris le parti d'expliquer clairement l'histoire où viennent s'insérer les slivoïdes, de façon que quelqu'un qui ne connaît rien au background de Magic ait quand même une chance de s'y retrouver.

Avant tout, je tiens à préciser que toute ressemblance entre les slivoïdes et les Aliens, les Zergs de Starcraft ou encore les vélociraptors de Jurassic Park est pur fantasme de ma part :-p

Donc, il était une fois les slivoïdes...
Jusqu'ici, les slivoïdes sont apparus à trois reprises dans l'histoire de Magic : une fois dans le bloc Tempête (Tempête-Forteresse-Exode), une deuxième fois au cours du bloc Carnage (Carnage-Légions-Fléau), et une troisième fois dans le bloc Spirale temporelle (Spirale temporelle-Chaos planaire-Vision de l'avenir). En termes de storyline, leur deuxième apparition survient une centaine d'années après la première, et la troisième a lieu 200 ans après la deuxième.
Les slivoïdes "d'origine" sont ceux de Tempête, et apparaissent sur le plan de Rajh. Les seconds sont plus ou moins "artificiels" car "recréés" par un groupe de magiciens dans le cadre du projet Jusant : c'est à ce moment que les slivoïdes apparaissent sur Dominaria. Les troisièmes slivoïdes sont les descendants des seconds quelques siècles après : auparavant cantonnés à une petite île au large du continent d'Otaria, ils se répandent ensuite dans tout Dominaria.
Précision : l'article d'origine remonte à avril 2006 (mon tout premier article, hé oui ^^) ; la partie sur le bloc Spirale temporelle a été ajoutée en juillet 2008.




Les slivoïdes de Rajh




"Gerrard regarda aux alentours, cherchant des yeux la source des mystérieuses pulsations, et c'est alors que les slivoïdes surgirent en nombre des crevasses." (Slivoïde sanguin)
Prenons les choses au commencement. Les slivoïdes apparaissent au cours de l'histoire de l'extension Tempête, lorsque l'équipage du vaisseau volant l'Aquilon, qui explore le monde ténébreux et tourmenté de Rajh, s'aventure dans la terrible Forteresse de Wöhlrajh à la recherche de son chef disparu, la belle et intrépide capitaine Sissay. Ils nichent au coeur des souterrains qui s'étendent autour de et sous la forteresse elle-même. Précisons que la Forteresse de Wöhlrajh n'est pas un bête château, c'est une création architecturale machiavélique : ses bâtiments sont construits comme "suspendus" au beau milieu de la cheminée d'un volcan !
Lorsque l'Aquilon pénètre dans la Forteresse par une entrée latérale qui perce le flanc de la montagne, il doit traverser l'ensemble de ces souterrains et notamment le Fourneau, la partie la plus chaude, au ras de la la mer de lave qui bout sous la forteresse. Les slivoïdes habitent là, dans des nids accrochés à des piliers rocheux.

Vol au-dessus d'un essaim de slivoïdes


"Ils partagent plus que leurs pensées. Nous devons rompre le lien qui les unit au plus vite !" - Hanna, à Orim (Slivoïde fouetesprit)
Pour ceux qui ne connaissent pas du tout Magic et Tempête, quelques précisions s'imposent sur ces créatures peu communes.
Les slivoïdes sont des créatures mi-reptiliennes, mi-insectoïdes, avec une tête allongée (un peu comme celle d'un ptérosaure), pas d'yeux ni d'oreilles, une sorte de bec, un long corps reptilien comportant le plus souvent un bras unique (parfois deux) terminé par une griffe assez longue ; pas de pattes postérieures, le corps se termine par deux longues queues sinueuses.
Les slivoïdes se déplacent soit en enroulant leur queue un peu partout pour s'accrocher, soit en rampant sur le sol, soit en bondissant ou en volant plus ou moins (ce n'est pas toujours clair sur les illustrations). Ces créatures ne parlent pas - ce qui ne veut pas dire qu'ils ne comprennent pas ce qu'on leur dit -, elles ont une forme d'intelligence et raisonnent selon une logique d'essaim.

Mais la caractéristique principale des slivoïdes est une redoutable capacité d'adaptation qu'on pourrait appeler leur grosbillisme communiste : il existe toutes sortes de slivoïdes différents possédant chacun une capacité différente, et dès que les slivoïdes se rassemblent, le simple fait d'être à proximité les uns des autres leur permet de partager intégralement leurs capacités - chacun donne la sienne à tous les autres et reçoit toutes les capacités des autres, ce qui change l'essaim en une foule de créatures toutes monstrueusement puissantes... et jouissives quand on en remplit son deck, bien entendu.
Pas étonnant que l'équipage de l'Aquilon ait le plus grand mal à en venir à bout - en les dispersant, seul moyen de les affaiblir. L'étonnante capacité des slivoïdes à modifier très rapidement leur organisme les apparente aux changeformes, bien qu'ils n'en aient pas les capacités d'imitation et possèdent un squelette qui garde toujours la même structure (colonne vertébrale, tête et bras griffu) alors que les changeformes n'ont par défaut aucune forme fixe.

Note : le nom des slivoïdes dans la VO, "sliver", veut dire "éclat, fragment" (de bois ou de verre par exemple), ce qui représente bien l'idée qu'ils sont faits pour se compléter mutuellement. La traduction française a préféré garder le nom orginal en y ajoutant un côté imprécis donc monstrueux avec le suffixe "-ïde".



Mais, me direz-vous, d'où viennent les slivoïdes ? et pourquoi habitent-ils dans la Forteresse de Wöhlrajh ? Quelques détails supplémentaires sur Tempête s'imposent pour répondre à ces questions.

Wöhlrajh

Wöhlrajh (Volrath puis Volrath the fallen), le grand méchant du bloc Tempête, est l'incarmal du monde de Rajh. Les incarmals sont de puissants seigneurs du mal qui ont soumis un monde entier, un plan, à leur domination. Ainsi Wöhlrajh gouverne le monde de Rajh depuis sa Forteresse. Mais les incarmals ne sont eux-mêmes que des sous-fifres, tous asservis à un maître invisible, plus puissant encore, qui à l'époque du bloc Tempête était appelé le Seigneur des Landes (Lord of Wastes).
Si Rajh est décrit en détail pendant le bloc Tempête, ce n'est dans Magic qu'un monde parmi d'autres, un plan parmi d'autres plans, selon le bon vieux principe du multivers, qu'on retrouve dans pas mal de livres et de jeux de rôle de fantasy (au hasard AD&D Planescape). Le monde principal du jeu (un univers de fantasy classique mais diablement vaste) est appelé Dominaria. C'est de là que viennent l'Aquilon et son équipage.
L'histoire de ce vaisseau et des membres d'équipage serait trop longue à raconter en détail, mais voici l'essentiel : l'Aquilon fait partie d'un vaste ensemble d'objets magiques, des artefacts de taille et de puissance variés qui forment un ensemble appelé l'Héritage. Il est dit que l'Héritage, une fois reconstitué et utilisé comme un tout, formera une puissante machinerie magique seule capable de vaincre le Seigneur des Landes. Gerrard, qui devient commandant par intérim de l'Aquilon en l'absence de Sissay, est l'héritier de cet Héritage, qu'il a pour but de protéger et de compléter. Il a recruté le reste de l'équipage en voyageant à travers tout Dominaria à la recherche de Sissay. Parmi ses compagnons, on peut citer Karn, un golem d'argent, qui fait partie des artefacts de l'Héritage.
Il se trouve que Sissay a été enlevée par Wöhlrajh, qui l'utilise comme appât pour attirer l'Aquilon sur Rajh et s'emparer du vaisseau ainsi que des artefacts de l'Héritage qu'il transporte. L'Aquilon, qui est le plus gros et l'un des plus puissants composants de l'Héritage, est un vaisseau capable de traverser l'AEther qui sépare les plans pour voyager dans le multivers. Tempête commence au moment où l'Aquilon quitte Dominaria et arrive sur Rajh. Pardon pour ce résumé un peu long, mais il est indispensable pour comprendre la suite...

Les slivoïdes métalliques

"Lorsque l'habile contrefaçon fut acceptée par l'essaim, le pouvoir de Wöhlrajh sur les slivoïdes s'en trouva renforcé d'autant." (Slivoïde métallique)
Dans l'extension Tempête, l'origine exacte des slivoïdes n'est pas dévoilée. Ils semblent originaires de Rajh, comme les autres créatures et peuples qui y vivent. Par la suite, on a de bonnes raisons de penser qu'ils viennent d'un autre plan, mais on n'en apprend jamais plus. Leur véritable histoire commence sur Rajh.
Wöhlrajh n'a donc au départ aucun pouvoir sur les slivoïdes - ils habitaient sûrement la montagne des années avant qu'il n'en fasse sa Forteresse -, mais il parvient à les contrôler assez pour les intégrer à ses plans. Pour cela il utilise deux moyens :
- D'abord, il crée un slivoïde métallique qu'il reproduit à de nombreux exemplaires. Les slivoïdes métalliques sont des slivoïdes mécaniques, des automates qu'il mêle au reste de l'essaim et que les autres slivoïdes, leurrés par ces artefacts habilement construits, acceptent comme les leurs.
- Ensuite, il capture (l'histoire ne précise pas comment il fait) la Reine des Slivoïdes, une énorme créature qui est à la fois le plus gros et le plus puissant des slivoïdes, la mère de tous les autres (lesquels sont incapables de se reproduire sans elle) et le chef de l'essaim, seul garant de sa cohérence et de sa sauvegarde. Peut-être parvient-il à communiquer avec elle d'une façon ou d'une autre et à la manipuler, peut-être que non ; en tout cas, il la retient captive quelque part dans sa Forteresse.
Un peu après, lorsque l'Aquilon est attaqué et pillé par le vaisseau le Prédateur selon les ordres de Wöhlrajh et que Wöhlrajh récupère les artefacts de l'Héritage qui s'y trouvaient, ils les cache... dans la salle de la Reine des Slivoïdes. Ils pourraient difficilement être mieux protégés. Karn est également fait prisonnier et Wöhlrajh l'enferme à part dans ses geôles, avec l'espoir de le persuader de collaborer avec lui (espoir vain).

La Reine des slivoïdes



"Ses enfants font toujours partie d'elle." (Reine des slivoïdes)
Lorsque l'Aquilon est confronté aux slivoïdes, l'équipage pense d'abord que ce sont les slivoïdes métalliques qui dirigent l'essaim. Raté : une fois ceux-là tués, l'attaque ne cesse pas, au contraire ! L'Aquilon parvient finalement à affaiblir les slivoïdes en les dispersant pour les empêcher de partager leurs pouvoirs.
Dans l'extension suivante, Forteresse, on retrouve brièvement les slivoïdes. L'équipage de l'Aquilon libère Karn et tout le monde s'apprête à retourner vers le vaisseau lorsque Karn sent soudain la présence d'autres artefacts de l'Héritage. Il s'éloigne des autres, entre dans une salle, aperçoit les artefacts de l'Héritage entreposés là et... se retrouve nez à nez avec la Reine de Slivoïdes. Tout semble perdu, mais Karn a l'idée de parler à la Reine pour la convaincre de le laisser reprendre les artefacts : de même que les slivoïdes sont ses enfants, inséparables d'elle, de même lui et l'Héritage sont liés et ne peuvent exister l'un sans l'autre. Karn persuade ainsi (cf Changement d'avis) la Reine de le laisser reprendre l'Héritage... et d'avertir son essaim de laisser passer l'Aquilon sur le chemin du retour. C'est la dernière apparition des slivoïdes dans le bloc Tempête.

De Forteresse à Invasion - détails utiles pour la suite

Des années plus tard sortent les trois extensions du bloc Invasion (Invasion-Planeshift-Apocalypse), et avec elles toutes sortes de connexions s'opèrent entre les différentes histoires développées dans les blocs précédents, notamment entre le bloc Tempête et le bloc de l'Epopée d'Urza, qui se déroulait des milliers d'années avant Tempête et racontait comment Urza l'Arpenteur des Plans avait entrepris la fabrication de l'Héritage pour défendre Dominaria contre la future invasion préparée par les Phyrexians, les maléfiques habitants d'un plan artificiel, Phyrexia, dirigés par leur grand maître Yaugzebul. On découvre alors que :
- le Seigneur des Landes n'est autre que Yaugzebul et Wöhlrajh travaille donc pour les Phyrexians ;
- Gerrard, commandant de l'Aquilon (et qui plus est Beau Gosse de Tempête par excellence), est le résultat d'un programme génétique (oui oui, génétique) préparé par Urza en personne des millénaires plus tôt afin de créer le guerrier parfait capable d'utiliser l'Héritage pour sauver Dominaria ;
- Rajh est un plan artificiel récupéré par Yaugzebul dans le but de faciliter l'invasion de Dominaria par les Phyrexians (cf confins de Rajh). En effet, Rajh reproduit exactement les continents et les océans de Dominaria, mais il est entièrement recouvert de fluipierre (un matériau magique inventé et contrôlé par Wöhlrajh, une roche constamment fluide capable de se déformer à volonté - ce qui donne par exemple la monstruosité de fluipierre et le piègepont). L'ensemble des créatures et des peuples de Rajh ont été "kidnappés" en provenance d'autres plans du multivers, principalement Dominaria : même les elfes de la forêt de Linciel, qui vivent sur Rajh, ont autrefois vécu sur Dominaria et en ont été arrachés par planeshift ("changement de plan", "basculement planaire", bref un genre de "transplantation planaire" !). Ces "kidnapping planaires" étaient autant d'expériences magiques menées dans le but de préparer l'invasion de Dominaria par les Phyrexians, qui consisterait en l'opération inverse : une fois l'armée phyrexiane massée dans le monde de Rajh, le plan de Rajh basculerait sur le plan Dominaria par pans entiers, la fusion des deux mondes permettant aux troupes phyrexianes d'apparaître sur tous les continents de Dominaria en même temps.

Ces révélations sur la raison d'être de Rajh laissent donc penser que les slivoïdes ont été eux aussi "piqués" quelque part dans le multivers pour être transportés sur Rajh, mais on ignore toujours d'où ils peuvent venir au juste (d'aucuns disent même qu'ils viennent de quelque part sur Dominaria, et ce n'est pas impossible).

La disparition des slivoïdes



Les événements du bloc Invasion expliquent la disparition des slivoïdes.
Il faut savoir pour cela que l'un des membres de l'équipage de l'Aquilon, Crovax, était originaire d'Urborg, contrée sinistre connue pour ses vampires et ses malédictions. Au cours des multiples péripéties de l'histoire, Crovax, victime d'un destin tragique qu'il serait trop long de détailler ici, tombe entre les mains des Phyrexians, trahit l'Aquilon et finit par vaincre Wöhlrajh... pour prendre sa place comme incarmal de Rajh au service de Yaugzebul.
Cela explique que lorsqu'a lieu le "Planeshift" et que différents endroits de Rajh se matérialisent sur Dominaria, la Forteresse désormais occupée par Crovax est transportée à Urborg, au sommet d'un volcan. Malheureusement, au cours de l'opération, le Fourneau, souterrain de la Forteresse où vivent les slivoïdes, se matérialise au coeur du volcan, au beau milieu de la lave. On a beau s'adapter vite, on ne survit pas à un choc pareil : tous les slivoïdes, y compris la Reine, sont tués sur le coup. Les quelques rescapés éventuels, privés de leur Reine, sont incapables de se reproduire et de survivre bien longtemps.

Avec le bloc Invasion prend fin une très, très longue histoire qui courait depuis presque le début de Magic, l'histoire d'Urza, de l'Héritage et des Phyrexians. En gros, tout se termine par l'activation de l'Héritage, lequel provoque une énoooorme explosion (judicieusement nommée l'Apocalypse) qui détruit Yaugzebul, Phyrexia, l'Aquilon, Gerrard, les artefacts de l'Héritage, et accessoirement rase Dominaria. Si quelques slivoïdes avaient survécu, on est sûr qu'ils sont bien morts...

N'est pas mort ce qui à jamais dort (air connu)



Les slivoïdes rejoignent donc la (longue) liste des espèces disparues.
Pour toujours ? Non.
Une bonne centaine d'années plus tard, Dominaria s'est peu à peu relevée de l'Apocalypse. L'ancien continent principal de Dominaria a pris le nom d'Otaria. De nouveaux peuples vivent une existence précaire, de nouvelles villes se développent. De nouveaux héros apparaissent, dont Kamahl, un intrépide guerrier prêt à, ben, par exemple devenir un héros.
Dans l'intervalle, un seul personnage a survécu à l'Apocalypse, et il n'est autre que... Karn, golem d'argent (rhaaa, j'adore ce perso), qui au cours de l'explosion de l'Apocalypse a transcendé sa forme mortelle pour devenir un planeswalker, un Arpenteur des Mondes, tout comme Urza des milliers d'années avant pendant l'Epopée d'Urza. Karn part explorer le multivers et crée même un plan artificiel, Argentum, qui devient plus tard Mirrodin, un incroyable monde métallique où on trouve partout des... créatures-artefacts (on est golem ou on l'est pas).
Karn a donc quitté Dominaria pour de bon, mais il a pris l'habitude de laisser, sur les plans qu'il explore, des sortes de sondes magiques qui le tiennent informé de ce qui se passe sur les plans en question. Oh, un rien, de simples petites babioles magiques de sa création. Or, celle qu'il laisse sur Dominaria commence à dysfonctionner et son pouvoir imprégne peu à peu les environs. Cette "sonde" est une sorte de globe appelé le Mirari, et cette négligeable petite babiole est à l'origine de toutes les guerres, massacres et catastrophes qui s'ensuivent. C'est le bloc Odyssée, dont les événements se déroulent une centaine d'années après la fin du bloc Invasion.


Le retour des slivoïdes




Les slivoïdes ne réapparaissent pas dans le bloc Odyssée mais dans le bloc Carnage, dont l'histoire fait suite à celle du bloc précédent. Le barbare Kamahl s'est emparé du Mirari mais, comprenant l'influence maléfique de son pouvoir, a finalement décidé de s'en débarrasser. Pour cela, il l'a fixé à son épée et a planté l'arme dans le sol d'Otaria, quelque part dans une forêt sauvage, la Krosia. Il pense que le pouvoir du Mirari ne pourra plus causer aucun mal à cet endroit. Erreur. Le Mirari continue à diffuser son pouvoir, élargissant peu à peu son influence à toute la forêt, dont la flore et la flore se développent à un rythme effrayant et deviennent plus puissantes et plus agressives de jour en jour. Tout au long du bloc Carnage, la magie du Mirari résonne comme un appel dans tout Otaria...

Carnage



Or donc, au même moment, Llawan, l'impératrice céphalide de l'empire Mer, lance le projet Jusant (riptide Project), un projet de recherches mené conjointement par des céphalides (créatures à tentacules ressemblant à des méduses) et des humains pour faire progresser les arts magiques - en gros, de la recherche fondamentale.
Un beau jour, des mages du projet Jusant se promènent dans le pays autrefois appelé Urborg, et s'aventurent bientôt parmi de gigantesques ruines au sommet d'un volcan, là où, des années plus tôt, se dressait la Forteresse. Là, ils découvrent les restes d'étranges créatures conservés dans la lave durcie : des restes de slivoïdes. Ils en emportent un certain nombre avec eux sur l'île où se trouvent les laboratoires du projet Jusant (oui, encore une île, comme Tolaria au temps d'Urza. C'est moins étonnant quand on garde à l'esprit que ces mages correspondent à des cartes... bleues). Là, ils entreprennent tout simplement de... recréer des slivoïdes vivants - cf l'artefact Reproducteur du projet Jusant. Leurs premières tentatives aboutissent au Graxiplon, une créature physiquement proche des slivoïdes, mais sans leurs capacités d'adaptation. "Les tentatives pour faire revivre cette ancienne espèce n'ont pas complètement réussi, mais le résultat montre un potentiel prometteur pour de futurs développements." - un chercheur du projet Jusant




Légions



Ce n'est que dans l'extension suivante, Légions, que leurs efforts aboutissent et qu'ils arrivent à recréer dauthentiques slivoïdes, aussi vivants, aussi rapides d'adaptation, aussi intelligents, aussi redoutables que leurs prédécesseurs... et même plus. Sur les nouvelles cartes de slivoïdes qui apparaissent dans Légions, on peut voir que ces nouveaux slivoïdes sont un peu différent de leurs ancêtres de Tempête et de Forteresse : ils deviennent encore plus gros (quelle taille peut bien faire le Slivoïde rapide ?), apprennent à nager (Slivoïde changeant), modifient encore plus radicalement leur organisme (Slivoïde spectral), se mettent à ressembler aux Zergs de StarCraft (Slivoïde aiguisé)...

"La mort n'a pas pu contrôler les Slivoïdes. Et nous avions l'orgueil de penser que nous le pourrions ?" -Un chercheur du projet Jusant (Slivoïde des cryptes)

Les mages du projet Jusant se rendent compte trop tard que leur projet a trop bien réussi : ces slivoïdes, qu'ils ont recréés à partir de certains spécimens seulement et qui ont dû se passer de Reine, développent de nouvelles capacités qui leur permettent de se reproduire entre eux (cf le [card]Slivoïde géniteur[/card]). Ils se multiplient à une vitesse sidérante, échappent rapidement au contrôle de leurs créateurs, envahissent l'île et massacrent les sorciers, à la maigre exception d'un seul survivant. Les sorciers avaient grandement sous-estimé la complexité de leur tâche, et ignoraient tout de l'espèce qu'ils ressuscitaient - sans quoi ils auraient su que l'unique moyen de contrôler les slivoïdes consistait à leur recréer une Reine capable de stabiliser leur croissance... et de fournir aux sorciers un moyen de contrôle sur l'essaim. Les sorciers ignorent aussi tout de l'influence du Mirari, qui s'étend progressivement à tout le continent et agit aussi sur les slivoïdes, accélérant leur croissance et rendant leur évolution imprévisible.
"Il faudrait un autre apocalypse pour arrêter les slivoïdes à présent." - Un chercheur du projet Jusant (Slivoïde enraciné)

Fléau



Dans la dernière extension du bloc Carnage, Fléau, les slivoïdes ont presque disparu des cartes. La carte Infestation incontrôlée montre qu'ils ont entièrement dévasté le projet Jusant et infesté l'île où se trouvaient les laboratoires. L'histoire de l'extension nous apprend ce qu'ils font par la suite. Leurrés par l'influence du Mirari, ils prennent ses impulsions magiques pour l'appel de leur Reine. Irrésistiblement attirés, les slivoïdes passent en nombre sur le continent d'Otaria et se dirigent droit vers le Mirari.
Au moment donné, les deux puissances rivales de l'histoire, l'ange Akroma et la sorcière Phage, fusionnent en une seule entité quasi divine, Karona, grâce au pouvoir du Mirari, ce qui occasionne une explosion de pouvoir cataclysmique. Les slivoïdes, qui s'étaient rassemblés autour du Mirari, sont pris dans la déflagration magique et pour la plupart détruits. Mais un groupe d'entre eux, curieusement affecté par l'explosion magique, fusionne en une seule entité monstrueuse et surpuissante, le Suzerain slivoïde (Sliver Overlord), concrétisation physique de leur esprit d'essaim.





"La fin de l'évolution."

Les choses en sont là à la fin de Fléau. Jusque là, les extensions suivantes de Magic sont partis explorer d'autres plans, sans décrire ce qui se passe ensuite sur Dominaria. Mais cet énorme Suzerain slivoïde semble avoir bel et bien survécu aux événements de Fléau, et on peut supposer que d'autres slivoïdes ont survécu quelque part sur l'île du projet Jusant. Fléau ménage donc (à dessein) une fin ouverte qui laisse espérer un nouveau retour des slivoïdes dans de prochaines extensions. Le Suzerain remplacera-t-il la Reine qui conduisait les slivoïdes de Rajh ? Les slivoïdes trouveront-ils sur Dominaria un prédateur à leur taille ? Toutes les conjectures sont permises...


Spirale temporelle : le... second retour des slivoïdes !

...ainsi donc, comme je le signalais en terminant cet article, Fléau ménageait une fin ouverte en montrant des slivoïdes en liberté sur le continent d'Otaria. Qui pourrait résister à leur voracité et à leur irrésistible capacité d'évolution ? Allaient-ils se répandre sur tout Dominaria ? Spirale temporelle, qui donne enfin une vue d'ensemble de Dominaria 300 ans après l'Invasion (et 200 ans après les événements des blocs Odyssée et Carnage), répond à toutes ces questions. Et, pour la plus grande joie des amateurs de slivoïdes et la plus grande horreur de ceux qui les détestent, la réponse est très claire : OUI, les slivoïdes se sont répandus dans tout Dominaria, OUI, ils surclassent tous les autres prédateurs naturels possibles à la surface du plan, et OUI, ils dominent le monde ! Le bloc Spirale temporelle contient même un nombre tout à fait appréciable de slivoïdes, bien plus que dans Légions et Fléau, puisqu'on trouve :
- dans Spirale temporelle, 3 nouveaux slivoïdes dans chaque couleur à raison de deux communs, un inhabituel et un rare, plus 4 slivoïdes multicolores tous inhabituels et 1 artefact, cela sans compter deux slivoïdes "décalés dans le temps" (1 blanc et 1 multicolore, le premier venu de Forteresse et le second de Légions) ;
- dans Chaos planaire, 1 slivoïde par couleur, tous communs, plus 5 slivoïdes multicolores à paires de couleurs opposées (tous inhabituels), plus 1 slivoïde "décalé de couleur" (Slivoïde ligamenteux, décalage en blanc du Slivoïde musclé) ;
- dans Vision de l'avenir, 1 slivoïde par couleur, tous communs et tous en design "décalé vers le futur", plus deux cartes en design normal : une rare pentacolore légendaire, la Légion de slivoïdes, et un artefact un peu particulier, (le Slivorfèvre, inhabituel).
Cela nous donne 37 slivoïdes dans le bloc (sans compter le Slivorfèvre, qui produit des jetons Slivoïde métallique). C'est bien plus que la première génération de slivoïdes du bloc Tempête (11 dans Tempête, à raison de 2 par couleur plus 1 artefact, et 6 dans Forteresse, tous multicolores, soit 17 en tout) et que la seconde du bloc Carnage (15 dans Légions, à raison de 3 par couleur, et un seul dans Fléau, le Suzerain).

Image
Slivoïde flagellâme, par Jeff Miracola


Dominaria, 4306 A.R. : un monde de slivoïdes

Un deck préconstruit est spécialement consacré aux slivoïdes dans Spirale temporelle : "Evolution slivoïde". Voici ce qu'on peut y lire sur leur histoire :
"Quand le plan de Rajh s'était superposé sur Dominaria au début de l'Invasion phyrexiane, il avait apporté avec lui la Forteresse de Wöhlrajh et l'énorme essaim de slivoïdes dissimulé dans ses tubes de lave. Un siècle plus tard, les mages du projet Jusant avaient découvert les vestigs de cet essaim et avaient recréé magiquement les slivoïdes. (Jusque là, vous connaissez.) En quête d'une reine, les créatures s'étaient précipitées sur le Mirari, le célèbre artefact reflétant les désirs de quiconque le possédait. Après que le dieu Karona (ahem, la déesse : Karona, fausse divinité, composée principalement de Phage l'intouchable et de Akroma, ange de la colère) et le Mirari eurent disparu, les slivoïdes se répandirent lentement dans tout Dominaria, évoluant sans cesse, créant de petits pseudo-essaims sans reine. Désormais, ils vivent comme des meutes d'étranges loups, chassant les faibles et les vieux dans les lieux les plus désolés de Dominaria."
Les slivoïdes ont donc appris à survivre sans leur reine (Slivoïde ectoflamme)... et sans le Suzerain slivoïde, qui doit avoir disparu d'une façon ou d'une autre depuis Fléau, car il n'en est plus question nulle part (après tout, on ne sait pas grand-chose de l'espérance de vie d'un slivoïde). Ils se sont répandus partout (rappelons que le Slivoïde changeant leur avait appris à survivre dans l'eau, leur permettant ainsi de quitter l'île où ils avaient été recréés), et vivent en essaims dispersés sur l'ensemble du plan, sans figure dominante et sans maître.

Voyons comment les slivoïdes se sont adaptés à la vie dans le Dominaria dévasté d'après l'Invasion. Ils l'ont fait, non pas en acquérant le Flash (ils l'ont déjà : Slivoïde Rapide) ou la Fraction de seconde (ils l'ont déjà aussi : Slivoïde Enraciné), mais :
- en acquérant certaines des capacités de base les plus puissantes, qu'on n'avait pas encore osé leur conférer, comme la double initiative (Slivoïde furieux), le piétinement (Slivoïde bélier), la célérité (Slivoïde instinctif), etc. ;
- en devenant toujours plus gros (Slivoïde de puissance) ;
- en s'inspirant d'autres types de créatures, certaines typiques de Dominaria, comme les araignées géantes pour bloquer les créatures avec le vol (Slivoïde à filière), les sorcier sybarite (Slivoïde à aiguilles), les vampires (Slivoïde vampirique), et même les Oiseaux de paradis (Slivoïde cuirgemme), d'autres apportés par les failles temporelles : les srânes (Slivoïde fondamental, inspiré du Basal Thrull de Fallen Empires), et surtout les thallidés, qui sont leurs principaux ennemis dans les forêts dominariennes (Slivoïde fongoïde).
D'autres ont des capacités nettement plus retorses, comme le Slivoïde des laîches ou le Slivoïde dément.
Les slivoïdes n'ont-ils donc aucun défaut ? Non. Ils peuvent tomber malades, et dans ce cas leur capacité principale, le partage, se retourne contre eux : voyez le Slivoïde pestiféré, l'arme idéale contre les jeux slivoïdes. De plus, les slivoïdes ont toujours privilégié l'intérêt général sur la survie individuelle, et nombre de leurs capacités supposent de fortes tendances suicidaires, comme celle du Slivoïde flagellâme ou du Slivoïde houachefeu. Ce n'est pas comme s'ils ne pouvaient pas ressusciter après, bien sûr...
Enfin, les slivoïdes sont désormais privés de figure dominante. Faute de reine ou de suzerain, comme dans les blocs précédents, ils commencent à développer une conscience collective, qui prend la forme de la Légion de slivoïdes. A lire les différents textes d'ambiance, cependant, cette conscience en reste, pour l'instant du moins, à un niveau assez basique et instinctif. On est loin de l'Overmind de StarCraft, par exemple... pour l'instant.

Image Image


Contrairement aux romans des blocs précédents, les romans du bloc Spirale temporelle mettent en scène les slivoïdes. Je ne dirai pas en détail quel rôle ils y jouent, pour ne pas gâcher le plaisir de la lecture à ceux qui s'y intéressent (en plus ils sont disponibles en français maintenant), mais je dois avouer avoir été un peu déçu, car ils sont confinés à un rôle somme toute assez mineur, celui du gros tas de monstres dangereux de service, qui sert d'enjeu aux sorts de contrôle magique des uns et des autres.
Les textes d'ambiance, en revanche, sont nettement plus intéressants, notamment parce qu'ils évoquent des aspects de l'histoire de ces slivoïdes qui ne figurent pas dans les romans. Tout d'abord, le comportement des slivoïdes et leurs rapports avec les Dominariens nous sont exposés par le biais de différents journaux de voyage : le journal d'Adom Capashen, héros bénalian, lointain descendant de la lignée bénaliane des Capashen (dont le membre le plus connu est bien sûr Gerrard Capashen, commandant de l'Aquilon, vaisseau volant ; pour le statut de "héros bénalian", voyez Héroïne bénaliane), par exemple sur Slivoïde à aiguilles ; celui de Merrik Aidar, soldat dans une patrouille bénaliane (Slivoïde grinçant) ; dans les citations de Yonat d'Amrou, une sangamie dominarienne (Slivoïde gardien) ; dans le journal du voyageur Rukarumel (exemple : Slivoïde à deux têtes) ; dans les citations d'Edahlis, chercheuse de verdure (Slivoïde houachefeu), qui nous apprend que les elfes ont été chassés de la Yavimaya par les slivoïdes et ont dû se réfugier à Linciel, donc auprès de Freyalise ; et dans les citations de Llanach, ranger de Linciel, qui, si je ne me trompe, apparaît dans les romans en tant que serviteur de Freyalise. De son côté, Venser, forgeur savant parvient, au début de sa carrière, à créer le Slivoïde de Venser, équivalent de l'ancien slivoïde métallique de Wöhlrajh.
Mais les slivoïdes suscitent aussi l'intérêt de figures bien plus célèbres. Il y a Endrek Sahr, maître reproducteur, fasciné par le Slivoïde fondamental. Mais la légende la plus intéressante à se préoccuper des slivoïdes n'est autre que l'Arpenteuse Freyalise (Freyalise). Celle-ci considère les slivoïdes comme bien mieux que de simples monstres dévastateurs. Au fil des cartes, il apparaît même qu'elle a des projets bien précis pour eux. Jugez plutôt :
« Les slivoïdes sont guidés par les instincts les plus simples. Faites évoluer l'essaim, et vous serez le bienvenu. Bloquez-le, et vous serez détruit. » (Slivoïde télékinésique)
« Cette espèce est à la cuspide de l'évolution. Elle brûle les marqueurs génétiques qui la relient à une reine qui ne répond plus à son appel. Elle cherche un nouveau maître. Peut-être puis-je lui en fournir un. » (Slivoïde ectoflamme ; mais qu'est-ce qu'une "cuspide", me direz-vous ? c'est un terme scientifique pour dire "pointe")
« La terre est lasse. Même Linciel manque de puissance. Nous devons trouver une autre source de mana — une source qui ne soit pas tarie par le flétrissement de notre monde. » (Slivoïde cuirgemme)
Il semble donc que Freyalise ait eu pour but de contrôler les slivoïdes, et même de les utiliser pour endiguer l'épuisement général du mana sur Dominaria pendant la période de Spirale temporelle. Les romans, malheureusement, ne développent pas cette piste originale.

Image
Pour sûr, la Légion de slivoïdes est plus démocratique, mais bien moins élégante que la Reine des slivoïdes...


Ajouts sur l'histoire des slivoïdes

Certaines cartes du bloc ajoutent divers détails plus ou moins importants sur l'histoire des slivoïdes. A cela s'ajoutent les cartes "décalées vers l'avenir" de Vision de l'avenir, qui sont loin d'être claires (mais elles ne sont pas faites pour). Commençons par les détails sûrs et certains :
- le slivoïde ligamenteux de Chaos planaire ajoute un nouveau type de slivoïde que l'équipage de l'Aquilon a rencontré (ou aurait pu rencontrer) dans le Fourneau de Rajh.
- le Galessaim de Vision de l'avenir (non "décalé vers l'avenir", donc censé faire partie du "vrai" Dominaria) nous révèle de quelle façon les incarmals de Rajh gardaient le contrôle des slivoïdes pendant Tempête et avant. On savait déjà que Wöhlrajh avait créé le slivoïde métallique dans ce but, mais jusque là personne ne savait exactement comment il s'y prenait pour garder le contrôle de la puissante Reine des slivoïdes. Le Galessaim fournit la réponse : c'est une sorte de pierre magique (en VO "hivestone", "pierre de l'essaim", mais la traduction a dû traduire "stone" par "galet", d'où "galessaim", ce qui fait que ce n'est pas archi clair à première vue) qui semble conférer à celui qui la possède le pouvoir de contrôler les slivoïdes (peut-être en se faisant passer lui-même pour un slivoïde ?). On n'en avait jamais entendu parler jusqu'à présent, mais c'est une belle idée (et une sacrée carte...).
- on savait que les slivoïdes avaient été transportés de Rajh vers Dominaria au moment du Basculement planaire (Recouvrement des plans) au cours duquel la Forteresse entière s'était matérialisée à Urborg, mais qu'ils avaient tous péri dans le volcan sur lequel elle s'était retrouvée juchée. Le slivoïde de distorsion nous apprend que certains slivoïdes ont été pris dans l'AEther entre les deux mondes, comme cela avait été le cas des peuples du champ des âmes dans Tempête (soltari, thalakos et dauthis) : ces slivoïdes, ayant acquis la distorsion, sont les derniers survivants descendant en ligne droite des slivoïdes de Rajh (et non des slivoïdes recréés par le projet Jusant).
Passons aux cartes "décalées vers l'avenir" de Vision de l'avenir. Le slivoïde lymphatique ne nous montre qu'un nouveau slivoïde marin, petite originalité puisque c'est assez rare de les voir dans ce milieu. Le slivoïde mesmérien n'apporte pas grand-chose, à part une illustration hypnotisante. Le slivoïde chercheur et le Slivoïde virulent n'en révèlent guère plus, malgré des capacités à faire peur. Le slivoïde frénétique, en revanche, a un texte d'ambiance qui donne le vertige : "Les sorciers arturéens utilisèrent l'étrange fossile pour créer leurs propres monstres à son image." Qui sont ces sorciers, lointains imitateurs des membres du projet Jusant ? Sur quel plan vivent-ils ? Les reverrons-nous dans une future extension ? Aucune idée, mais sur l'illustration, le slivoïde en question a l'air bien plus gros que ses congénères du passé...

Image Image


Reste le Slivorfèvre, qui n'est pas "décalé vers l'avenir", mais que j'ai gardé pour la fin, parce que c'est le plus amusant à mon avis. Que faut-il penser, en effet, de la curieuse créature faite de sortes de bandelettes métalliques (ou plastiques ?) occupée à fabriquer un slivoïde métallique sur l'illustration ? La première hypothèse, la plus réaliste mais la moins excitante, consiste à dire que nous sommes tout simplement en présence de l'outil utilisé par Wöhlrajh pendant Tempête pour créer ses slivoïdes artificiels, et qui continuerait encore à fonctionner quelque part dans les ruines de la Forteresse, plusieurs siècles après - perspective déjà assez inquiétante, puisque des slivoïdes, il y en a déjà bien assez comme ça sur Dominaria en ce moment sans besoin d'en fabriquer d'autres. Deuxième hypothèse : c'est une machine créée plus tard, dans le Dominaria présent, pour forger des slivoïdes, dans un but inconnu. Troisième et dernière hypothèse, la moins probable car la carte n'est pas "décalée vers l'avenir" : que ce curieux fabricant de slivoïdes soit un habitant d'un autre plan sur lequel auraient été créés les slivoïdes. Hypothèse bien intéressante, qui nous donnerait enfin un aperçu de l'origine des slivoïdes et de leur histoire avant Tempête, mais la moins probable malheureusement à mon avis, la plus probable à l'heure actuelle étant qu'il s'agit simplement d'une machine utilisée par Wöhlrajh. Ce qui n'empêche pas de rêver à l'origine des slivoïdes avant leur histoire connue...


Petit retour sur la physiologie des slivoïdes

Au terme de cette mise à jour, voyons un peu ce que cette nouvelle génération slivoïde nous a appris sur la physiologie et les caractéristiques biologiques de nos chères bêtes griffues.
Décidément les slivoïdes ont des capacités d'adaptation remarquables : le slivoïde de distorsion les montre capables de survivre même pris entre deux mondes, ce qui fait d'eux les premiers animaux à disposer de cette capacité (chose jusque là assez rare à l'exception des créatures dauthies comme Chacal dauthi ,qui restaient malgré tout rattachées à un des peuples du champ de âmes, et de quelques créatures du type "horreur", comme le Dévoreur sans visage). Le slivoïde spectral nous avait déjà montré la capacité des slivoïdes à modifier leur corps pour le rendre immatériel, mais là c'est encore plus fort. Une telle capacité d'adaptation termine de rapprocher la configuration physique des slivoïde de celle des changeformes, voire des changelins de Lorwyn. Un point commun entre ces deux peuples est que slivoïdes et changelins possèdent une forme "par défaut" bien définie (les slivoïdes ont un corps sinueux, un museau pointu, des pattes dotées d'une seule griffe et deux queues en guise de jambes ; les changelins sont des humanoïdes à la peau bleutée translucide et aux yeux ronds et dorés), ce qui n'est pas vraiment le cas des changeformes "à l'ancienne mode", qui par défaut ne ressemblent pas à grand-chose (Changeforme de Wöhlrajh) et "volent" l'apparence des victimes qu'ils imitent (Répliquant).

Image Image


Reste une question qui me paraît à peu près insoluble : comment les slivoïdes se reproduisent-ils ? la première génération de slivoïdes dépendait de la Reine des slivoïdes, seule capable d'enfanter de nouveaux individus. Après la mort de celle-ci, les slivoïdes se sont adaptés grâce au slivoïde géniteur, un type de slivoïde qui les rendait tous capables de produire des petits. Mais de quelle façon, au juste ? les illustrations ne sont pas bien claires à ce sujet. Le slivoïde géniteur est-il "enceint" de futurs petits, ou bien les choses rondes au bas de l'image sont-elles à identifier comme des oeufs ? difficile à dire. Toujours est-il que le texte d'ambiance du slivoïde instinctif fait référence à une reproduction ovipare, puisqu'il est question de l'éclosion des petits. Mais le vrai mystère reste le slivoïde assoupi. Laissons parler le journal de Rukarumel : « Il déclenche la période de fertilité æthérique de l'essaim — un temps où même se nourrir devient secondaire à se reproduire. » Mais en quoi diable consiste donc la "fertilité aethérique" ? Que penser de l'illustration, qui montre le slivoïde jaillissant (ou entouré) d'une sorte de vortex, soit temporel, soit aethérique justement ? En quoi pourrait bien consister un mode de reproduction utilisant l'Aether ? S'agit-il d'une capacité des slivoïdes à "s'invoquer" eux-mêmes ? Mais depuis quand les slivoïdes maîtrisent-ils l'Aether ? Seraient-ils capables de s'y déplacer ? Voire de voyager vers d'autres plans et d'y semer le chaos ? Le mystère reste entier. Une chose est sûre : les slivoïdes ont probablement plusieurs modes de reproduction, et ils n'ont pas fini de nous surprendre...

Ajouter une louange

Vous devez vous identifier pour participer.

42 Louanges

Farlyn
Le 08/08/2018

Serait-il possible que quelqu'un fixe d'anciens articles comme celui-ci ? Les liens morts viennent un peu gâcher le plaisir de lecture.

Kandiru
Le 16/10/2013

Superbe article ! magnifique et très gros boulot !!! je suis fan des slivoïdes j'adore ces bestioles incontrôlables !!! pour peut-être répondre a ta dernière question sur la reproduction des slivoïdes je pense (personnellement) que le slivoïde géniteur dans son évolution à fini par remplir la fonction reproductrice de la reine mais sans le contrôle de l'essaim ... c'est mon avis perso ...

j'ai hate de voir la suite avec les nouveaux slivoïdes sortis en M14 !!!

Note : 10/10

tefeiri86
Le 07/05/2013

ils n'ont pas fini, c'est sur, la preuve, ils reviennent avec des jambes sur Shandalar pour magic 2014.

CandyShrimp
Le 01/06/2012

Un sacré article, riche et bien monté. C'est un plaisir à lire, d'autant qu'au delà des informations sur les Slivoïde on apprécie tout les éléments généraux sur la storyline et les parallèles avec les cartes existantes qui ne cessent de montrer à quel point cet univers est fouillé.

Merci pour ce petit moment de culture !

rove11000
Le 05/06/2010

les silvoide sont puissant comme le silver overlord qui permet d'avoir le controle d'une armée silvoides en quelque tour . J'ai bien aimé cette article car tu la très bien construit et on voit que tu y a mis du temps et du travaille.

Note : 10/10

hiuo
Le 24/12/2009

J'ai bien aimé cette article car tu la très bien construit et on voit que tu y a mis du temps et du travaille.

Note : 9/10

jm
Le 09/12/2008

un deck slivoïde est un deck d`abus car les grosse capacité jouée font de ses carte un arme mortelle ex je jouait contre un gars qui à un deck slivoïde et il m`avait en voyer 210 point d`attaque

Tybalt
Le 13/08/2008

@ vlashbal : Pour l'instant, seules sont disponibles en français les trilogies "Ravnica" (sans slivoïdes ^^) et "Spirale temporelle" : Cliquez ici
Normalement, on les trouve dans les librairies spécialisées SF/fantasy, ou bien dans les grandes surfaces de vente de livres (du style Gibert Jeunes), et peut-être dans certaines grandes surfaces tout court avec un peu de bol... sinon, ça doit pouvoir se commander sur Internet sans problème.

vlashbal
Le 13/08/2008

Ben moi, qui suis un pot d'un créateur de magique, ils pensent faire revenir des sortes de Slivoïdes dans le bloc de Alara, ce ne sont pas des slivoîdes mais leurs capacité se ressemblent

Bravo pour l'article ( sais tu ou on peut acheter les livres en francais?

Note : 10/10

Bwaaaah!
Le 14/06/2008

j'ai acheter comme par coincidence un deck Spirale temporelle:Evolution Silvoïde!

et je trouve ce deck pas mal ormis que ma meilleur créature a 3/3......

Tybalt
Le 17/05/2008

Ouaip, cette année je manque de temps malheureusement, mais je compte bien sûr compléter l'article aussitôt que possible !

Crevette72
Le 13/05/2008

La suite, la suite, la suite... Avec le bloc spirale temporelle, le retour des slivoïdes mérite que cet article ait une suite

Note : 9/10

Takes-Times
Le 15/04/2008

La spirale temporelle est sortie avec évolution slivoide, ça mérite une suite ça!

Note : 10/10

Bap
Le 25/06/2007

Très belle histoire très bien construite. J'espère malgré celà que le slivoïde suzerain survi dans time spiral, bien qu'aucune info sur lui ne soit révélée.

En passant, étant proprio d'un deck slivoïde pas trop dégueulasse, bah VIVE LES SLIVOIDES!!!!!!

Note : 8/10

Berganon
Le 07/04/2007

RRRRRRRrrrrrrrrrrrrrrrraaaaaaaaaaa!!!!!!!! Je deteste jouer contre un deck slivoide ces trop dur de gagnier!!!!!!!!!
Ils sont inpossibles a tués ces truc^^
Sinon cet article et super mais ces dommage qu'il y et pas plus d'explication sur la création des slivoides(Enfin je veut dire le comançement!!! Comançement!!! Commant la reine a t'elle etait créé par exemple a moin que j'ai soté un passage^^)

Note : 10/10

Dr.Ummeur
Le 23/03/2007

Très bien fait et bien construit avec de belle image .
Serait peut-être interressant de faire un p'tit ''refresh'' pour un topo des Slivers , car maintenant le Storyline des Slivers a été mélangé un peu ...
Bravo gj

Note : 8/10

iron avatar ange
Le 19/03/2007

super crature que les slivoide qui meriter bien cette artycle qui les resume asser bien vive les slivoide!!!!!!!!!!!!!
et vive le dark mogwai!!!!!!!!!!!!!

Note : 10/10

galyleo
Le 26/12/2006

bon bin rien a dire apar wouaaa vive les silvoïde et que si vous combaté contre eux courer ou destroyer les les plus vite possible lol

Note : 8/10

tolsimir
Le 18/11/2006

Génial!!!!J'ai comencé magic avec mirrondin, ce qui ne m'a pas empeché de constituer un deck slivoïde avec les bèbètes de légion. Les slivoïdes de time spiral m'on un peut plus déçu, même s'ils ne sont pas mal du tout.

ps: Vous savez ce qui peut contrer un deck slivoïde???? Un deck slivoïde...(si vous avez essayé, c'est mythique)!

Note : 10/10

silver69
Le 14/11/2006

Super article, j'ai découvert les slivoides avec tempête et forteresse, et à ce moment là, aucun deck ne rivalisait face à ces "tites bêtes", mais avec les slivoïdes sorti par la suite, c'est carrément trop puissant, je me remet à magic pour eux et je complète ma collection.. Merci pour l'histoire.

Note : 10/10

Appréciation

Note :  

Contenus relatifs

Partenaire Magic ATP

Swamp (Oversized 6x9 Promos Arena League) (en anglais)

3.50 € 2.00 €

Deck Magic - Planechase : Anthology - (EN ANGLAIS)

149.00 € 110.00 €

Born of the Gods / Créations Divines - Event Deck : Underworld Herald - Blanc/Noir - (EN ANGLAIS)

25.00 € 15.00 €

Sondage

Cet été, sur la plage vous allez :

Résultats
(déjà 69 votes)