Les vieux contes : Le chemin de la bravoure - Magic the Gathering


Les vieux contes : Le chemin de la bravoure

Articles



Drark Onogard, le , 101 consultations , 1

Un guerrier qui n’a que du cœur est un barbare. Un guerrier qui n’a que de l’esprit un assassin. Seul un vrai chevalier sait allier les deux.

  La storyline de Magic / Magic 2014

Un guerrier qui n'a que du cœur est un barbare. Un guerrier qui n'a que de l'esprit un assassin. Seul un vrai chevalier sait allier les deux. Vous trouverez l'article original ici.

Le chemin de la bravoure



Ils se tenaient en silence.


Zaala regarda l'écuyer sangler et attacher l'armure de son père sur son corps, plaque par plaque. À un moment donné, elle eut la sensation écœurante qu'il était recouvert d'un sarcophage en acier, mais elle se rappela à elle-même.

Concentre-toi, Zaala, pensa-t-elle.

Son père ressemblait à une statue, plongé dans la contemplation. Son visage était impassible, résolu, et pourtant la gentillesse qu'elle avait connue depuis enfant était toujours là sous la surface. Cela lui donna du réconfort à un certain niveau profond de voir cela ; cela lui enleva l'esprit de ce qui les attendait.

Puis ce fut son tour.

La cotte de mailles pesait sur elle tandis que l'écuyer attachait sa cuirasse, ses gantelets et ses jambières. Ils n'avaient jamais eu l'air aussi lourds auparavant. Le chevalier la servait comme un clerc habillant solennellement et oignant les morts. Elle souhaitait qu'il chante doucement comme il le faisait toujours. Elle remarqua que ses mains tremblaient un peu.





L'écuyer finit, s'inclina et partit pour amener les chevaux.

Le père de Zaala se tourna pour lui faire face.

« Jusqu'à présent, tout ton entraînement a été physique. L'épée, la lance, le champ de bataille, tous ceux qui ont entraîné ton corps et ton esprit. » Le père de Zaala tendit la main et enleva son casque de la table en chêne et le lui tendit, mais le tint un moment. « Tu as librement choisi ce chemin, Zaala. C'est le plus difficile de tous les chemins à parcourir et les récompenses ne sont pas de ce monde. Comme ton père, il y avait des moments où je voulais que tu fasses un autre choix, pour chercher une vie moins difficile, mais tu as ouvert toutes les portes que j'ai placées devant toi. Le moment est venu pour toi d'ouvrir la dernière porte pour affronter quelque chose qui te transformera de guerrier en chevalier. »





Il lâcha son casque et posa ses mains sur ses épaules. Zaala regarda le visage de son père ; la gravité du moment lui fit voir des choses en lui qu'elle n'avait jamais vues auparavant, remarqua des détails qui lui avaient échappé les yeux pendant toutes ces années.

Alors qu'il se retournait et sortait de la tente, elle se demanda ce qu'il voulait dire. Allaient-ils au combat pour affronter les hordes de maraudeurs de Kalgor ou de Valkas ?

Oui, ça devait l'être. Enfin, c'était ici. Son ultime épreuve.

Elle mit son heaume et le suivit. « Je suis prête, père », lui dit-elle.


Les étoiles brillaient dans le ciel nocturne comme des joyaux, et Zaala pouvait entendre les grillons alors qu'ils s'appelaient dans l'obscurité. Elle pouvait sentir légèrement la rivière, pensa qu'ils devaient avoir marché assez loin et se demanda où était leur destination. Puis son père parla.

« Zaala, notre quête est de tuer un dragon. »





Le cœur de Zaala fit un bond. « Un quoi ? »

Son père continua. « Tu n'as jamais vu de dragon et il n'y a rien que je puisse dire qui puisse t'y préparer. » Il attisa le feu de leur camp avec un bâton pendant qu'il parlait. « Ce ne sera pas un combat normal. Ce n'est pas un combat d'acier et de tendons mais de foi et de bravoure. Ce combat aura surtout lieu en toi. » Il ralluma le feu et des étincelles jaillirent dans l'air de la nuit.

« Je pensais que nous combattions des barbares ou des hordes de gobelins. Je suis prête pour ça, mais un dragon... » Zaala espérait que tout ce que son père avait dit à propos des dragons était une autre épreuve.

« Le chemin de la bravoure est au-delà de ce pour quoi nous sommes prêts. Il est au-delà de ce que nous pensons possible. Le chemin de la bravoure commence à l'impossible. Tu ne sauras jamais quel pouvoir vous possédez, ni la force de ton lien avec ceux qui t'ont fait confiance pour leur vie, jusqu'à ce que vous dépassiez les limites de votre propre intérêt. »

Zaala écoutait attentivement son père alors que son cœur battait dans sa poitrine comme un marteau à grain. Tout ce qu'elle pouvait ressentir était l'étreinte froide de la peur en elle alors qu'elle lui arrachait la vie et lui écrasait la confiance. Elle avait froid. Son père vit la réaction de Zaala même à la lumière du feu.

« La peur née de la préoccupation personnelle est la porte par laquelle tu dois passer, Zaala, et le dragon est le portier. Le dragon détient les clés pour te connaître, pour te transformer en chevalier. De cette façon, les dragons nous sont liés. Ils sont nos alliés sacrés. C'est pourquoi ils ont notre plus grand respect. Sans eux, nous ne pourrions jamais atteindre la vraie chevalerie. »





« C'est le dragon qui a été vu près de Telfer Peak, n'est-ce pas ? Est-ce celui que nous recherchons ? »

« Oui. Et tu dirigeras ceux qui ont survécu contre lui. »

« Non, père, s'il te plaît, » plaida Zaala. « C'est trop important pour une quête. Je ne suis pas prêt. »

Son père la regarda. « N'importe quel imbécile peut porter une armure, ramasser une épée et se faire appeler chevalier. En menant, tu apprendras à utiliser à la fois ta tête et ton cœur. Un guerrier qui est tout cœur est un barbare. Un guerrier qui est toute tête est un tueur calculateur. »

Il jeta le bâton dans le feu. « Pour être chevalier, tu dois unir ta tête et ton cœur. »





Alors qu'ils suivaient la rivière, Telfer Peak grandit à l'horizon et Zaala a commencé à voir des signes de dévastation du dragon. Les villages gisaient brûlés sur la terre, des poutres de support noircies sortant des fondations comme des dents pourries. Au loin, Zaala vit des panaches de fumée, chacun un village qui était autrefois. Elle était horrifiée par le pouvoir du dragon et imaginait dans son esprit ce qui devait se produire alors qu'elle passait devant les cadavres calcinés, dont certains gisaient toujours les uns contre les autres.

« Ils n'avaient même aucune chance. » C'était censé être une pensée, mais Zaala le dit à voix haute.

« Pense à eux lorsque ton courage vacille », déclara son père, en choisissant un chemin à travers l'épave.


À l'aube du lendemain, ils montèrent dans Valkas et tombèrent sur un donjon de pierre brûlé par le feu du dragon. Une bande de guerriers hagards vint à leur rencontre à la porte. Zaala pouvait voir leurs esprits revenir à leurs yeux à la vue de son père et d'elle. Elle se sentait indigne des regards d'espoir que les hommes et les femmes lui accordaient et détournait les yeux. Si seulement ils savaient à quel point elle était incertaine, à quel point son armure était creuse à ce moment-là.

« Sire Alcinore. » Un guerrier sévère à barbe grise, construite comme un tonneau, s'adressa à son père. « C'est bon de vous voir tous les deux. Nous avons rassemblé autant d'entre nous que possible. »

Zaala regarda autour de lui. Il ne pouvait y avoir plus de trente guerriers.

Son père parla au groupe. « Zaala nous conduira à combattre ce dragon. Elle a préparé toute sa vie à une telle tâche. »





Zaala sentit l'attention se déplacer vers elle. Alors que son cœur battait la chamade, elle tendit lentement la main et ôta son casque, retira ses gantelets et passa ses doigts dans ses cheveux courts. La brise se sentait bien contre son cuir chevelu.

« Il y a des choses dans ce monde qui ne cherchent qu'à détruire. Elles ne peuvent jamais être satisfaites. Elles sont le reflet de ce qui est en nous – la cupidité, la méchanceté, la peur. Je l'ai vu toute ma vie, pendant ce voyage, et même en moi-même. » Zaala pouvait sentir quelque chose surgir en elle, une vivacité comme elle ne l'avait jamais ressentie auparavant. « Mais en ce moment, je réalise quelque chose. Je réalise qu'en dépit de ces défis, je suis une position inébranlable. Je sais et j'ai toujours su que ma vie est un engagement à libérer notre monde de la souffrance. Jusqu'à mon dernier souffle, je fais vœu de vaincre le mal partout où il se cache. Je jure de ne jamais cesser de créer un monde dans lequel le bien peut fleurir et grandir. » Elle regarda les visages qui l'entouraient. « Je ne peux pas faire ça seule. J'ai besoin de vous tous pour rendre cela possible. Voulez-vous me faire l'honneur de me battre à mes côtés ? »

Il y eut une acclamation retentissante.


Ils marchèrent toute la nuit et, à l'aube, Zaala et son père se rendirent dans le désert calciné du domaine du dragon. La petite bande de guerriers se tenait derrière eux, leurs armes prêtes. Zaala pouvait entendre l'aile du dragon battre au-dessus d'elle. Il savait qu'ils étaient là et ils pouvaient sentir sa colère.

« Je serai à vos côtés », déclara le père de Zaala.

La silhouette du dragon pouvait être vue alors qu'il descendait, de plus en plus grand à travers la fumée jaunâtre, avec de grandes gouttes de flammes jaillissant de ses mâchoires qui illuminaient le ciel comme un éclair dans un orage.

Zaala leva sa lance tandis que la bande de guerriers chantait une chanson de guerre transmise de génération en génération. Ils chantèrent de tout leur cœur pour étouffer la peur qui montait en eux alors que le dragon se profilait. Zaala poussa son cheval vers l'avant et elle se concentra uniquement sur le dragon alors que le chant de guerre, son rythme cardiaque et les battements de sabots de son cheval devenaient un rythme pulsé.

Le cheval de Zaala s'est mis à galoper tandis que le dragon traversait la brume. Immense, terrifiant, impossible à vaincre.





Zaala creusa ses éperons et baissa sa lance. Elle sentit une énergie spirituelle traverser son corps alors qu'elle arrivait à quelques longueurs de joutes du dragon. Elle ne remarqua même pas la brume blanche qui commença à se former sur elle. Sa lance avait éclaté en feu blanc.

Comme forcé par une main invisible, le dragon fut tiré du ciel sur le sol et la terre trembla de son poids. Alors que Zaala chargeait, le dragon cracha un panache de feu ardent qui engloutit Zaala et son cheval. Pendant un instant, sa seule conscience fut le chant de guerre car il remplissait chaque nerf et chaque fibre de son être. Un chemin de lumière s'étirait devant elle. Même dans le feu du dragon, sa lumière était un éclat d'un ordre supérieur.

Soudain, sa lance plongea profondément dans le cœur du dragon et elle était sur le dos, levant les yeux vers le dragon au-dessus d'elle alors qu'il pulvérisait du feu et du sang. Elle pouvait distinguer la bande de guerriers alors qu'ils pullulaient sur son corps tordu, leurs épées et lances le poignardant alors qu'il s'effondrait dans un tonnerre de chair et d'écailles.

La bande épuisée se tenait autour d'elle tandis que son père l'aidait à se relever.

« Bien joué, ma fille, » dit sire Alcinore en se tenant devant lui. « Bien joué, en effet. »

Alors, c'était comment ?

Complétement fou !

  0

Abscon, abjecte, inadmissible !

  0


Toi aussi, loue son œuvre !


Vous devez vous identifier pour participer.

1 Louange(s) chantée(s) en coeur



Anonymous
Le 31/07/2020

C'est vraiment bien, un grand merci à toi Dark pour le partage de tous ces contes.