Les vieux contes : Préparation - Magic the Gathering


Les vieux contes : Préparation

Articles



Drark Onogard, le , 416 consultations

L’avantage de la magie temporelle, c’est qu’on a en général le temps d’en développer la technique. Vognar et Djoïra devraient pouvoir vous en parler.

  La storyline de Magic / Modern Masters

L'avantage de la magie temporelle, c'est qu'on a en général le temps d'en développer la technique. Vous trouverez l'article original ici.

Préparation



« Il n'y a pas de combat équitable. »

L'artificière était au travail depuis trente heures d'affilée et elle était épuisée. Ce n'était pas le plus long bout de temps où elle avait travaillé sur un projet, même pas la moitié. Mais ces projets avaient été conduits par la muse, par amour ou par inspiration. Celles-ci avaient été des œuvres de joie. La joie remplit l'âme pendant des moments comme ceux-là. Il n'y avait pas de joie dans ce travail. Une douzaine de montres de différentes tailles et de toutes formes faisaient en sorte que tout soit compté, en comptant les heures jusqu'à son exécution.

Elle n'avait pas le pouvoir pour un sort comme celui-ci, elle devait donc tricher. La première étape était le cercle d'amplification : un filigrane d'argent de cinq pieds de diamètre gravé dans du marbre noir frais. Plus de six cents runes uniques dans le cercle le plus à l'extérieur, puis sept cercles de runes plus petits, parfaitement concentriques, détaillant le moment, l'emplacement et le niveau d'énergie du sort qui le ciblerait. Il faudrait que ce soit parfait. Si cela fonctionnait, cela lui permettrait de réaliser un tour de force que même son ancien mentor aurait hésité à essayer. Sinon, le sort échouerait d'une infinité de manières spectaculaires. Presque aucune de ces manières ne la faisait partir.







Une petite construction ressemblant à un insecte lui apporta un nouveau ciseau, de nouvelles assiettes d'argent et un verre d'eau froide. Elle attrapa un chiffon, s'essuya les mains et le front, et écarta une mèche de cheveux auburn. Elle avait sept heures avant de devoir retourner dans sa cellule et elle était loin d'avoir fini.


L'artisan fixa le cercle de sorts. Elle plissa les yeux. Ses yeux étaient brûlés, desséchés par trop de travail de détail et pas assez de sommeil. Elle ne vit pas de défauts, mais cela valait la peine de vérifier une seconde fois. Et une troisième. Elle hocha la tête avec satisfaction avant de se tourner vers son établi.

Il y avait une petite sphère de cristal avec une lumière orange qui tourbillonnait à l'intérieur. Elle prit une profonde inspiration et la prit très soigneusement. D'un pas lent et délibéré, elle se dirigea vers le cercle de sorts et le posa très lentement. Elle laissa retentir un petit "tink", et elle grimaça... une longue seconde s'écoula et elle expira lentement. Elle s'éloigna de la sphère et essuya de nouveau son front. Avec un sourire malicieux, elle prit un morceau de papier sur son bureau, écrivit un petit mot dessus et le plaça ensuite à côté de la sphère. Deux marches plus bas. Maintenant la partie difficile.







Canaliser autant d'énergie fait mal. La pièce était remplie d'une lumière bleue surnaturelle - l'artificière avait conjuré un dôme de force magique opaque, presque aussi grand qu'elle, recouvrant complètement le cercle de sortilèges. Son visage était enfermé dans une grimace douloureuse, ses dents grinçant sous l'effort, alors qu'elle mettait tout ce qu'elle avait en main pour créer une barrière parfaite. Elle n'avait aucun raccourci pour ce brin de magie ; elle vient de tout verser dans son esprit, son cœur et son âme dans le dôme et ne retenait absolument rien. Elle voulait arrêter. Elle avait besoin d'arrêter. Mais la partie d'elle qui avait été martelée au cours de décennies de travail acharné en savait plus qu'elle savait autre chose - elle savait qu'elle devait garder le sortilège quelques secondes de plus. Des secondes s'écoulèrent comme des heures. Cela devint comme des jours. Elle hurlait maintenant, mais elle ne pouvait pas s'entendre.

Le sort prit fin avec une explosion. Cela l'envoya voler à travers la pièce, sautant du haut de son établi encombré et percutant une étagère. D'innombrables gadgets et des projets à moitié terminés furent brisés, des dizaines de gobelets éclatés et des gerbes de papier lancées dans les airs. Le cercle de sort et tout ce qu'il contenait avaient été complètement annihilés par l'appareil.







Tandis que les papiers glissaient au sol, la pièce était remplie du son de la jeune femme, la tête dans le dos, meurtrie et douloureuse, riant à pleins poumons.


L'artificière fut réveillée par un de ses compagnons de voyage, un marchand qui avait été capturé avec elle une semaine auparavant. Contrairement à elle, il n'avait pas eu la chance de pouvoir se mettre en sécurité. Ainsi, lorsqu'elle avait découvert que ces barbares envisageaient de la tuer, elle et ses compagnons, dans le cadre d'un rituel de solstice fou, elle envisagea brièvement de se téléporter et de les abandonner à leur destin. Brièvement. Mais ensuite, elle apprit qu'elle serait autorisée à se battre, champion contre champion, dans le cadre de la cérémonie. Cela semblait amusant, et l'abandon de ces pauvres gens à la mort ne l'était pas.

Un homme rituellement peint et vêtu de fourrure, aux bras aussi gros que la taille de l'artificière la fixa des yeux à travers les barreaux de sa cellule. Il savait qu'elle était une mage, mais elle avait pris soin de ne lancer aucun sort susceptible d'attirer l'attention au cours de sa supposée "captivité". Elle s'était transportée assez librement dans son laboratoire la nuit, mais s'ils l'avaient remarqué, ils n'en avaient donné aucun signe.

L'homme grogna, ouvrit la porte de la cage et fit signe à l'artificière de le suivre. Le camp était clairement préparé pour une journée de fête. Les grosses tentes avaient toutes une sorte de ruban ou d'ornement, et un anneau de barricades avait été assemblé pour le concours. Si elle ne savait pas que le but de tout cela était d'être un combat rituel sanglant, suivi d'une série de sacrifices meurtriers à un dieu soleil, elle aurait trouvé le spectacle assez festif. Le soleil brillait dans un ciel parfaitement clair. Elle n'aurait pas pu demander un meilleur jour. Elle fut conduite vers une petite cage au bord de l'arène. Sa garde grogna et lui fit signe d'attendre. Elle le fit.

La tribu commença à se rassembler autour de l'arène et le champion barbare était déjà préparé par le shamane de la tribu et ses acolytes. Même de l'autre côté du terrain, l'artificière pouvait sentir l'immense pouvoir qu'il exerçait. Qu'il soit appris à l'académie ou dans une hutte de boue puante, le pouvoir était le pouvoir. Trop nombreux à l'académie pensaient que, lorsque vous associez le pouvoir à un livre, vous en obteniez le monopole. Il en restait trop peu pour regretter cette ligne de pensée.

La foule assemblée commença à scander le nom de son champion, un jeune guerrier qui semblait être dans la force de l'âge - grand, mince, musclé et sans cicatrices, avec d'épais cheveux noirs et une tresse lâche dans le dos.







« GRELL ! GRELL ! GRELL ! GRELL ! »

Les shamanes conclurent leur rituel et levèrent les bras pour demander le silence. C'était assez inquiétant de voir à quelle vitesse la tribu se tint parfaitement immobile. Aux oreilles de l'artisan, le shamane ressemblait à n'importe quel autre prédicateur charlatan : une voix grave et résonnante avec une légère pointe de menace dans le ton pour maintenir la foule en ligne.

« ECOUTEZ-MOI ! Nous, les enfants de la lumière qui nous réchauffe, nous, les enfants des plaines de l'été ! Nous remercions les plus puissants de cette journée la plus longue, quand celui qui brûle dessus est le plus puissant de tous ! »

Un rugissement vint de la foule, juste au bon moment, puis s'apaisa rapidement.

« En son honneur, nous offrons un spectacle de notre force ! En son honneur, nous offrons un spectacle de notre dévouement ! En son honneur, nous offrons le sang de nos ennemis ! »

Un autre cri de la foule.

« Nous avons donné à notre champion toutes les bénédictions du soleil ! Nous lui avons donné toute notre puissance ! »

Deux hommes sont alors entrés dans l'arène, l'un avec ce qui semblait être un petit tronc d'arbre et l'autre un seau en métal.

« Ce jour-là, notre force peut résister à tout coup ! » L'homme au tronc d'arbre le lança comme une massue et il se brisa en éclats lorsqu'il frappa Grell. La foule rugit.

« En ce jour, notre volonté peut résister à toutes les flammes ! » L'homme au seau jeta son contenu sur Grell - de l'huile - qui s'enflamma. Grell se leva, enroulé dans le feu, sans aucune blessure. La foule haleta, puis cria son approbation émerveillée.

« Fils de la tribu, alors que la lumière du jour le plus long brille sur ta peau, tu es INVINCIBLE ! »

L'artificière avala durement. Elle avait été préparée à tout cela, avait fait des recherches dès qu'elle avait compris ce qui était prévu pour les captifs, mais affronter un ennemi invincible était troublant, malgré ses précautions. Le shamane tourna ses yeux sur elle.

« Toi là, combattantes des terres étrangères ? On me dit que tu es un grand guerrier parmi ton peuple ! »

Un rire se fit sentir parmi la foule.

« Je peux me battre », dit-elle.

« Et un grand sorcier aussi ! C'est ce que vos collègues disent de toi ! Es-tu un grand sorcier, champion ? »

« Pas aussi bien que certains. » Il y avait une note de tristesse dans sa voix.

« Et tu prends volontairement le sort des étrangers sous ta protection ? Ton destin sera le leur ? »

« Finissons-en avec ça. »

Une variété d'armes furent apportées pour qu'elle puisse choisir. Elle prit un petit poignard dans l'étagère et se dirigea vers le milieu de l'arène. Grell avait reçu une paire de petites haches en pierre. Les tambours commencèrent à rugir et la foule emboîta le pas.

Le visage de Grell était un sourire maniaque. L'artificière n'avait aucune idée de la quantité d'énergie transmise à l'homme, mais c'était beaucoup et il se risquait fort. Avec un geste bien pratiqué, elle envoya deux éclairs de flammes le traverser et, sous une pluie de braise, ils éclaboussèrent sa poitrine. Il était indemne, bien sûr. Grell leva les bras en triomphe devant la foule. L'artificière serra les dents.

Elle se précipita sur lui, poignard inversé. Elle lui coupa le visage et Grell sursauta. L'instinct de sortir du chemin de la lame était toujours là, même s'il savait qu'elle ne pouvait pas le blesser. Il lui sauta dessus, prenant de forts et puissants moulinets avec les haches, mais l'artificière se déplaça doucement.

Tandis qu'elle roulait dans la poussière, elle aplanit un petit objet de sa ceinture. Quand il la chargea de nouveau, elle le lui lança - une construction minuscule, en forme de fourmi, avec un réservoir d'un liquide cyan brillant dans son abdomen. Il revint à la vie et attacha inaperçu sur le pagne de Grell, jetant l'ancre pour le prochain sort de l'artisan.







Elle réussit à esquiver sous le prochain coup de Grell, mais son avant-bras gigantesque la rattrapa en travers de la poitrine en arrière-plan - la force de son élan la soulevant du sol. Elle heurta violemment la terre et se releva sur un genou. Grell leva de nouveau les bras en triomphant, absorbant l'adulation de la foule avant de porter le coup fatal prévu, quand l'artificière murmura la parole de puissance qui libéra toute sa magie préparée.

« Voyons si cela a fonctionné. »

Il y eut un léger bruit et Grell disparut de la vue.


Grell cligna des yeux. Ici, l'air était froid et ça avait mauvais goût. Il se retrouvait pris au piège à l'intérieur d'un dôme de force magique opaque, rayonnant de tourbillons bleus d'énergie arcanique. Sur le sol se trouvait une petite sphère rougeoyante et une note manuscrite. Il frappa du poing la barrière, mais celle-ci absorba ses coups sans faire de bruit. La sphère rougeoyante s'illuminait et la lumière orange à l'intérieur semblait de plus en plus... instable. Cela commença à émettre un bourdonnement aigu et à trembler. Frénétique, il regarda la note.

Le solstice est demain. Je gagne.
—Jhoira





Alors, c'était comment ?

Complétement fou !

  1

Abscon, abjecte, inadmissible !

  0


Toi aussi, loue son œuvre !


Vous devez vous identifier pour participer.