Les vieux contes : Prince Anax - Magic the Gathering


Les vieux contes : Prince Anax

Articles



Drark Onogard, le , 253 consultations , 1

Avant d'être endurci dans les Forges, Anax fut un roi révéré à Akros. Mais comment est-il parvenu jusque cette place ?

  La storyline de Magic / Theros

La loi d'Akros est impitoyable, la rivalité d'Anax et de Timoteus l'est tout autant. Vous trouverez l'article original ici et ici.

Prince Anax : Partie 1



Anax courait autour du gymnase. Le soleil d'été brûlant se levait dans le ciel. Il transpirait et ses poumons brûlaient, mais c'était agréable.

Il passa devant le rayon de lances et d'épées, devant le support de boucliers, devant les tabliers de cuir et les piles de pierres. Il courait devant des soldats blindés en train de forer des murs de bouclier, devant des hommes en train de lancer des poids dans le sable.







Une fois, il avait couru dans le jardin pendant quelques minutes à l'ombre. On n'était pas censé courir par là ; Anax était cependant le premier fils du roi Athanas et personne ne l'arrêta.



Les bains publics étaient bondés en ce début d'après-midi. Il était trop tôt pour que la foule se présente dans des circonstances normales, mais l'audience finale de Père avec les Setessiens n'était qu'à une heure de là. Tout le monde devait être présent, à la fois faire partie de l'exposition et voir ce qui se passerait.

Anax s'attarda dans la baignoire, savourant l'eau fraîche sur sa peau. Bientôt, l'eau fut froide et il se mit à frissonner. Il sortit et se sécha. La voix de son jeune frère venait de derrière lui, avec un reproche à peine dissimulé. « Alors qu'as-tu fait ce matin ? »

Anax se tourna pour regarder Timoteus. Anax était l'aîné de deux ans, mais il n'avait jamais été grand et son frère n'avait jamais été petit. Maintenant, ils avaient la même taille, même si les bras de Timoteus étaient peut-être un peu plus gros. Nus comme ils étaient, ils étaient à la vue de tous. Personne ne faisait semblant de regarder, mais les hommes qui allaient les suivre au combat dans une demie-décennie ne manquaient pas de les regarder de travers.

« J'ai terminé Rhétorique effective d'Archaelos et j'ai fait onze tours de piste autour du gymnase », déclara Anax.

Timoteus renifla. « J'ai jeté le poids de trente minas à trois pieds plus loin que mon record précédent et fait des exercices de lance avec un commandant de Lukos. »







Anax se dirigea vers le tabouret où ses vêtements étaient pliés et commença à s'habiller. Timoteus se retourna pour partir mais se retourna par-dessus son épaule. « Quand l'armée de Setessiens en a marre de parler, ton plan est-il de fuir ? »

Quelques hommes à proximité suffoquèrent. Le visage d'Anax s'enflamma.



L'ambassadrice setessienne entra dans la salle d'audience avec son entourage, vêtue de riches draperies vertes. La chambre était pleine à craquer de guerriers akroans alignés en formation. L'ambassadeur s'approcha de l'estrade et s'inclina devant Père. « Roi Athanas, il est très regrettable que nous n'ayons pas pu nous mettre d'accord. »

Mère et père étaient grands et fiers, leurs capes rouges garnies d'or. Anax, Timoteus et leur sœur Pélagia se tenaient à côté d'eux. Père jeta un regard noir aux dagues de l'ambassadeur. Quelques cheveux gris s'étaient glissés dans sa barbe. « Vous connaissez ma position. Vous êtes libre de la contester sur le champ de bataille si vous le souhaitez. »

L'envoyé sourit sans joie. « Le conseil des Setessiens est patient et notre mémoire est longue. » Elle pointa mollement un bras vers Timoteus. « Nous pouvons en discuter avec votre héritier. »

Le père posa son bras droit sur l'épaule d'Anax et se renfrogna. « C'est Anax, mon aîné. »

L'ambassadeur regarda Anax de haut en bas, puis fronça les sourcils. « Votre adhésion à la tradition est admirable, votre majesté. »

Père laissa tomber son bras droit sur la garde de son épée. « Et vous êtes un conseil de lâches. Il est temps que vous partiez. »

L'ambassadeur s'inclina dans une révérence et conduisit son entourage hors de la pièce sans un autre mot. Les préposés fermèrent la porte derrière eux, et le père parla. « J'ai offert aux Setessiens ce que je pensais être juste en échange des griefs qu'ils ont apportés, et cela ne suffisait pas. Ils apporteront une armée, ou ils ne le feront pas. » Il dégaina son épée et la souleva au-dessus de sa tête. « Mais s'ils le font, nous les écraserons. »







Les soldats rugirent leur approbation.

« Vous êtes congédiés », cria-t-il dans la pièce, puis les soldats sortirent. Quand ils furent partis, Père s'accroupit et regarda ses fils. Il les regarda ensemble, comme s'il les voyait pour la première fois. Ses yeux brillaient de fierté alors qu'il regardait Timoteus. Quand il se déplaça vers Anax, son front se plissa, et il ne fit rien pour cacher son mépris.



Anax était assis en face de Georgios, l'homme âgé qui servait de tuteur personnel aux enfants du roi Athanas. Son sourire attira les rides autour de ses yeux et de sa bouche. « Es-tu prêt à commencer ? »

Anax acquiesça. « Thèse : Père ne m'aime pas. »

Georgios sauta de surprise. « Qu'est-ce qui te fait dire ça ? »

« Il m'a regardé avec un air renfrogné et a regardé mon frère avec fierté. C'est arrivé à l'air libre, et je suis sûr que beaucoup de gens nous regardaient. »

Georgios retrouva contenance. « Penses-tu que c'est vraiment toi qu'il n'aime pas ? »

« Je n'ai pas d'autre explication. »

Le vieil homme sourit. « Thèse : un roi devrait valoriser le bien-être de son royaume avant les préférences individuelles de lui-même ou de l'un de ses sujets. »

Anax pensa. « Ça a du sens. »

« Thèse : la décision la plus importante qu'un roi prenne est de choisir son héritier. »

« Les lois sur l'héritage ne sont-elles pas claires ? »

« Le roi a-t-il le pouvoir de changer les lois ? »

Les yeux d'Anax s'écarquillèrent. « Je vais au gymnase. »

Georgios lui lança un regard désapprobateur. « Ce n'est ni une thèse ni une question. »

L'élève se leva. « Et je suis le prince d'Akros. Merci pour la leçon, professeur Georgios. »

Georgios se releva avec un sourire. « De rien. »



Le soleil était déjà couché au moment où Anax arriva au gymnase. Il se dirigea vers le bac à sable, où se trouvaient les poids. Il y avait aussi un autre garçon dans la fosse ; il était plus grand et plus fort qu'Anax et probablement de quelques années plus vieux.







L'autre garçon le regarda avec un léger sourire, puis au soleil couchant. « Un peu tard pour commencer à travailler, tu ne penses pas ? »

Anax se dégonfla un instant, puis le feu commença à brûler dans son ventre. Il se redressa et se dirigea vers l'autre garçon avec détermination.

La reconnaissance et l'horreur s'emparèrent de son visage et il recula. « Oh non. Je suis désolé. Euh, bonjour là-bas, je suis Zotikos. Je ne vous ai jamais vu les utiliser auparavant, mais je pourrais te montrer comment. »

Anax entra dans la fosse sablonneuse. « J'aimerais ça. »

Le garçon plus âgé prit l'un des plus petits poids dans une main et fit signe à Anax de faire de même. « D'accord. Plante tes pieds à la largeur des épaules. Tiens le poids à deux mains. Pousse-le avec tes hanches comme ceci, et le poids devrait basculer vers l'avant. Essaye de le placer à hauteur de votre poitrine, mais sans trop utiliser tes bras. » Il fit quelques répétitions puis se leva. « C'est à peu près tout ce que tu devrais faire pour commencer. Tu peux les lancer aussi, mais tu ne devrais pas le faire avant de t'y être habitué. »

Anax acquiesça. Il souleva le poids et tenta d'imiter les mouvements de l'autre garçon. Après plusieurs répétitions, ses épaules, son dos et ses hanches le tuaient.

Zotikos le regarda se débattre. « Tu devrais arrêter. »

Anax baissa le poids et grogna. « Je pourrais continuer. »

Zotikos acquiesça. « Et alors tu ne pourras pas revenir demain. Arrête-toi et économise ta force. Tu vas grandir plus vite à long terme de cette façon. »

Anax acquiesça.

« Une autre chose. Je te vois souvent courir sur la piste. » Zotikos désigna la pile de cuir à côté du support d'arme. « C'est pour ça que les tabliers sont là-bas. Tu en mets un, mets des pierres dans la poche, et tu pars. Beaucoup d'enfants n'aiment pas le faire parce que c'est un enfer sur les jambes, mais tu sembles aimer courir, alors cela pourrait être bon pour toi. Cela pourrait te donner une longueur d'avance sur eux. » Il rigola à sa propre blague.

Anax acquiesça. « Si cela ne te dérange pas, j'aimerais te rencontrer chaque jour à peu près à cette heure-là. Je commencerai peut-être tard, mais je te promets que je travaille dur. » Il afficha son meilleur sourire princier.

Zotikos réfléchit un instant trop longtemps et sourit avec calcul. « J'aimerais. »



Le lendemain, Anax essaya les tabliers avec les poids, tout comme l'avait dit Zotikos.

C'était logique que les autres garçons n'aiment pas ça, parce que c'était difficile. Mais il s'y tenait pendant ses séances d'entraînement matinales et cela le rendait plus fort. Il n'a jamais été aussi loin avec le tablier, mais la course elle-même n'était plus le but. Les séances du soir avec Zotikos se poursuivirent aussi, même s'il devint rapidement évident que le garçon plus âgé était un peu plus habile qu'Anax.

Un soir, Anax le pressa. « Pourquoi m'aides-tu ? »

« Tu es le prince. » Zotikos n'avait pas même cligné des yeux avant de répondre.

Anax laissa tomber son poids dans le sable. « Tu n'es pas obligé, cependant, tout comme tu n'as pas à venir ici toutes les nuits. Pourquoi continuer à le faire ? »

Zotikos soupira. « Mon père est un fantassin ordinaire et il n'a aucune ambition de monter plus haut. Je m'entraîne pour pouvoir surpasser sa position. » Il mit son poids et s'étira. « Et il semblait que tu cherches un ami. »

Anax s'approcha et posa son visage le plus sévère. « Suis-je un ami ? Ou est-ce que je suis juste le prince ? »

Le garçon plus âgé se mit sur un genou et regarda le sable. « Je suis désolé, votre altesse... »

« Anax. » Le prince tendit la main, paume vers le haut. « Lève-toi. » Le garçon plus âgé leva les yeux et se leva. « Dans les couloirs du palais, quand je porte une couronne de laurier, tu peux utiliser mes titres. Mais pas ici. » Il revint vers le poids qu'il utilisait. « Ici... » et il la souleva « Je suis Anax. »

Zotikos ne dit pas grand-chose pour le reste de la soirée. Le lendemain, cependant, il parla un peu plus.

Dans les semaines suivantes, Anax s'attendait à une douleur et à une force accrue. Ce à quoi il ne s'attendait pas, c'est que les autres soldats commencèrent à le surveiller avec son frère avec un intérêt critique.



Anax était assise en face de Georgios dans la petite salle de classe. Ses jambes étaient assez douloureuses, mais elles se sentaient bien et elles aussi devenaient plus larges. « Thèse : je deviens plus fort. »

Georgios sourit et acquiesça. « Défendre la demande. »

« Tu le crois bien ! »

Le vieil homme lui jeta un regard de côté. « Oui, mais c'est une leçon de rhétorique. Convaincs-moi. »

« J'ai couru onze tours sur la piste de sable hier avec quatre minas de pierres dans mon tablier. »







Georgios acquiesça. « Alors tu peux courir. »

« J'ai jeté le poids de trente minas un pied plus loin que mon record. »

Il acquiesça à nouveau. « Alors tu es plus fort. Comment te bats-tu ? »

Anax fit une moue douce. « Cela ne faisait pas partie de la demande. »

Georgios rit sous cape. « Thèse : Tu devrais convaincre plus de personnes que toi-même que tu es prêt à diriger Akros. »

Anax soupira. « J'accorde ta thèse. Comment puis-je faire ça ? »

Georgios leva un sourcil. « Je ne sais pas. Si j'étais meilleur dans ce genre de choses, j'aurais peut-être fini dans une position plus élevée que le tuteur personnel des enfants du roi. Mais je sais que les Jeux d'Iroas auront lieu dans quatre mois, et que tu devras participer à au moins une épreuve de division junior. »

« Et mon frère le fera aussi, sans doute. » Il s'effondra.

« En fait, il a commença à s'entraîner pour le pankration. »

Anax fronça les sourcils. « Le sport de combat le plus impressionnant aux Jeux. Bien sûr. »

Georgios roula des yeux. « Thèse : quatre mois, c'est long. »

« C'est indéfendable ! 'Long' est relatif. »

« Thèse : Tu n'as pas compris mon argument. » Il regarda son élève. « Tu peux t'entraîner pour n'importe quel événement et être prêt à temps. »

Anax secoua la tête, souriant légèrement malgré lui. « Dans L'histoire des guerres setessiennes de Rhode, elle parle de la sagesse occasionnelle d'attaquer hardiment l'ennemi avec sa force. Si tu gagnes, tu gagnes totalement. »

« Si tu perds, tu perds aussi totalement. »

« Thèse : je suis déjà en train de perdre. »

Zotikos se gratta la tête. « Tu le saurais mieux que moi, mais ce chemin est risqué. »

Anax sourit. « J'ai des idées. »

Prince Anax : Partie 2



Anax s'approchait d'un domaine près du bord du Kolophon. Il y avait une petite porte et une petite clôture, et de chaque côté de la porte se trouvaient deux grosses pierres portant le nom « Sinon ».







La propriété elle-même était de taille moyenne ; Sinon n'était pas tout à fait noble, mais il avait été le champion en titre du pankration pendant trois matchs consécutifs, et la victoire finale pouvait apporter à un homme une richesse non négligeable.

Quand Anax entra dans les portes, un serviteur s'approcha de lui et s'inclina. « Votre Altesse, comment quelqu'un d'aussi humble que Sinon pourrait-il vous aider ? »

Anax regarda calmement le serviteur. « Je souhaite seulement parler avec lui. »

« Bien sûr, Votre Altesse. » Le serviteur s'éclipsa.

Il revint quelques minutes plus tard. « Suivez-moi, s'il vous plaît. »

Anax le suivit dans une pièce où était assis un homme, un homme grand et assis. Il n'y avait pas un seul poil visible sur sa tête ou son corps, et des cordons serrés de muscle ondulaient de haut en bas sur ses bras.

Anax s'assit en face de l'homme.

L'homme regarda Anax, ses yeux ne cédant rien. « Oui ? »

« Je demanderais l'honneur de m'entraîner pour les Jeux avec vous. »

« Levez-vous. » Anax le fixa mais obéit. Sinon le regarda de haut en bas, puis se leva et marcha tout autour de lui. « Vous avez quatorze ans ? »

Anax tourna la tête pour faire face au vieil homme. « Quinze, à partir du mois dernier. »

Sinon roula des yeux. « Quinze ans, bien sûr. Je n'ai le temps que pour un élève. Et vous semblez un peu moins prometteur que celui que j'entraîne déjà. »

« Pardon ? »

Il tourna la tête vers la cour du domaine. « Timoteus, je serai là ! » Sinon regarda Anax et haussa les épaules. « Pardon. »


« On dirait que ça s'est mal passé », déclara Zotikos. Comme d'habitude, le gymnase était presque vide ce soir et seul Anax était à portée de voix de l'autre garçon.

Anax écarta les jambes, se pencha sur la jambe droite et tendit le cuisse gauche. « Oui. »

Zotikos fit des cercles dans les airs avec ses bras. « Tu peux toujours choisir un autre sport. »

Anax toucha ses orteils pendant plusieurs secondes. « J'ai déjà dit à Père que j'allais faire du pankration. »

« Oh. » Les bras de Zotikos lui tombèrent sur le côté. « Peut-être que je pourrais aider. Faisons en sorte que tout sorte du milieu. » Ils déplacèrent les poids sur le côté de la fosse. « Donc comment ça fonctionne ? »

« Nous nous battons jusqu'à ce que quelqu'un devienne inconscient ou se soumette, mais vous ne pouvez ni mordre ni arracher les yeux. »

Zotikos haussa un sourcil.

« Oui. »

« Et tu es un peu petit », dit Zotikos, « donc frapper ne semble pas être une bonne idée pour toi. »

« Je pense que je ne fais que menacer la blessure avec des clefs de bras jusqu'à ce qu'ils se soumettent. Je ne peux pas imaginer avoir un KO. »

Zotikos se gratta la tête. « Cela semble juste. »

Anax haussa les épaules. « Tu veux essayer ? »

Zotikos tomba dans une posture à l'arrière et ses yeux devinrent froids. Anax fit la même chose. Il s'accroupit et tenta de descendre plus bas que le centre de gravité de Zotikos, mais l'autre garçon sortit de son étreinte au dernier moment, plaçant sa main sur la nuque d'Anax. Zotikos poussa fort et Anax trébucha sur le pied planté de Zotikos et atterrit le visage en premier dans le sable. Le garçon plus âgé se laissa tomber sur Anax, attrapa son bras droit et tira.

Anax sentit qu'il était sur le point de sortir de son orbite. « Tu gagnes ! »

Zotikos stoppa la pression. Anax fit pivoter son épaule qui lui faisait encore mal. « Comment as-tu fais ça ? »

Zotikos se leva. « Je ne sais pas. J'ai juste... fait. » Il se leva, fronçant les sourcils. « Je suppose que ça n'aide pas. »

Anax se remit aussi sur ses pieds. « Pas vraiment. »

Zotikos fronça les sourcils. « Je ne pense pas pouvoir aider ici. »

Anax acquiesça. « Je suppose que non. »

Au loin, la porte du gymnase s'ouvrit et se ferma.

Zotikos jeta un coup d'œil à l'endroit où ils avaient placé les poids au bord de la sablière. « Alors... plus de poids à lancer ? »

Anax secoua la tête. « Je pense que j'ai fini pour ce soir. Je te verrai demain. »



Georgios était déjà dans la salle de classe et attendait Anax lorsque le prince arriva pour sa leçon le lendemain. « Comment s'est passée ta course ? »

Anax soupira en s'asseyant. « Sinon enseigne déjà à mon frère, et il ne prendra pas un autre élève. »

Georgios fronça les sourcils. « C'est malheureux. »

« Oui. » Pensa Anax. « De toute façon, il n'était peut-être pas le bon professeur. Il était vraiment grand et je ne le suis pas. Même s'il avait remporté les trois derniers matchs, une personne plus petite que lui aurait dû le battre à un moment donné. »

« Connais-tu Kaletor ? Il est l'un des conseillers de ton père. »

« Le vieil homme au genou tordu qui marche avec une béquille ? »

Georgios acquiesça. « Il a concouru dans le pankration pendant plusieurs années. Avant même sa blessure, il n'était pas un homme de grande taille et était peut-être prêt à aider. Vous devrez faire attention à votre approche, car il ne considère pas cela comme un souvenir agréable. refuser une demande de parler avec vous, bien que votre père ne l'oblige pas à aider au-delà de cela. Je parlerai avec lui en votre nom ce soir. »







« Merci professeur. »

Le vieil homme acquiesça. « Thèse : Vous comptez trop sur moi. »

Anax se moqua de lui. « Mon idée était d'aller au gymnase tous les soirs. J'ai choisi le pankration, pas vous. Je ne peux pas connaître l'histoire de chaque homme du palais, mais je vous ai dit exactement ce que je cherchais chez un professeur. Et « trop » n'est pas assez précis pour être défendu. »

Le professeur acquiesça et sourit. « Très bien ! »


L'étude de Kaletor était austère, un peu plus qu'une cellule avec une table et deux chaises. L'homme lui-même était tout aussi sévère, avec une mâchoire ciselée et une tête carrée recouvertes de cheveux argentés et bouclés. Des lignes froncées se lisaient profondément dans son visage et son genou enflé était aussi noueux que la branche tordue qu'il utilisait pour une canne.

Kaletor regarda le prince depuis son siège avec une confusion non gardée. « Votre professeur m'a dit que vous souhaitiez participer au pankration dans quatre mois. »

Anax se tenait aussi grand que possible. « J'ai promis à mon père que je le ferais, mais honnêtement, je ne sais pas comment bien le faire. Je me demandais si vous seriez disposé à m'aider. »

« Quatre mois, c'est loin d'être suffisant pour que vous soyez une menace pour gagner votre division. »







Anax secoua la tête. « Je n'ai pas besoin de gagner tout l'événement. Je dois juste impressionner les gens. » Il pensait. « Et si je suis contre mon frère, je dois absolument le battre. »

Kaletor gratta sa barbe d'argent. « Je peux te donner une chance à cela, si tu es prêt à travailler. »

« Tu devrais aussi savoir que Sinon entraîne mon frère. »

Le feu vacilla dans les yeux du vieil homme. « Dans ce cas, je serai honoré de t'aider. »

Anax sourit d'un sourire affamé. « Je m'entraîne avec un de mes amis tous les soirs au gymnase. La plupart des gens ne nous voient pas là-bas, car nous restons en retard. Accepteriez-vous de venir alors ? »

Kaletor prit sa canne. « Je serai là. »


Kaletor fut fidèle à sa parole et commença à enseigner à Anax et à Zotikos le soir même. Avec son genou noueux, il ne pouvait pas démontrer les techniques lui-même, mais malgré la blessure, il se révéla être un enseignant capable.

La première leçon de Kaletor était qu'Anax devrait fermer immédiatement. Un adversaire plus petit qu'Anax serait également plus faible une fois qu'Anax l'aurait mis au sol. Un adversaire plus grand qu'Anax aurait une plus longue portée avant que le combat ne commence, et il n'y avait aucune raison de risquer d'être éliminé de bonne heure par une frappe malchanceuse à la tête. Cela permit également de gagner du temps d'entraînement, car ils pouvaient se concentrer exclusivement sur la prise.

La deuxième leçon de Kaletor était de savoir comment faire tomber l'adversaire sur le terrain. Anax n'était pas aussi fort que les autres garçons de son âge - même s'il commençait à rattraper son retard - et sa meilleure chance était de le faire d'abord sur le sol, où la technique pourrait vaincre la force brute.

Après tout cela, Kaletor commença à enseigner à Anax tous les moyens de gagner un combat. Il y avait des clefs qui disloquaient les bras et les jambes et d'autres qui les cassaient carrément. Celles-ci, avait-il dit, constituaient le moyen le plus facile de gagner pour le combattant le plus faible. Il y avait beaucoup de ces clefs et il fallut plusieurs nuits pour les parcourir toutes.

Une nuit, Anax et Zotikos pratiquaient diverses clefs. Anax opta pour un blocage de la cheville, mais Zotikos s'échappa et Anax se retrouva avec le pied de son ami au-dessus de son épaule droite. Il sentit le genou de Zotikos atteindre la fin de son extension et commença à le pousser encore plus loin.

« Arrêtez ! » Ils le firent, car la voix de Kaletor avait une note de peur inconnue. « C'était très dangereux ! » Il se dirigea vers les deux garçons. « Anax, je suis impressionné que tu l'aies trouvé, mais vous auriez pu le rendre infirme. Si tu pousses assez fort pour forcer une soumission à partir de là, l'autre homme ne marchera plus normalement. Jamais. Tu dois au moins lui donner la chance de se soumettre avant cela. N'utilise pas cette clef. »

Anax se leva et essuya le sable de ses bras. « Est-ce que c'est ce qui vous est arrivé ? »

Kaletor plissa les yeux.

Quelques gouttes de sueur coulaient sur le visage d'Anax. « C'était Sinon, n'est-ce pas ? »

Kaletor hocha la tête.

« Est-ce qu'il apprendrait à mon frère à faire ça ? »

L'expression de Kaletor s'assombrit. « Cela ne me surprendrait pas. »

« Que ferais-je à ce sujet ? »

Kaletor fut perdu dans ses pensées un instant. « Ça fait longtemps. Montre-moi comment tu y es arrivé. »

Les garçons lui montrèrent à nouveau, et il fronça les sourcils. « Zotikos, il y a un crochet pour le talon dans lequel tu peux l'attraper. Attrape son talon, pose ton pied sur son ventre et tord un peu. »

Zotikos le fit et Anax glapit. « Ça fait mal ! »

« Ne pousse pas plus fort. Si tu mets quelque chose à ce sujet - et je veux dire n'importe quoi - tu te casseras la cheville et tu feras peut-être pire. C'est méchant, mais ça fonctionnera. »

Anax sourit un peu. « J'aimerais essayer cela. »

« Anax », déclara Kaletor. Le prince leva les yeux vers son professeur. « Je t'ai montré ça parce que je te fais confiance. Promets-moi de ne blesser personne avec ça. »

Anax acquiesça. « J'ai besoin de gagner, pas de casser les gens. Je ne veux blesser personne. »

« Bien. Maintenant change de position et je te montrerai aussi. »

Kaletor leur montra le crochet pour le talon cette nuit-là et beaucoup d'autres choses dans les jours à venir. Lentement, douloureusement, Anax s'est amélioré, et l'enseignant et l'élève ont commencé à croire qu'Anax serait prêt.



Le stade était plein à craquer pour la division junior du pankration, ce qui n'était pas la situation habituelle. Normalement, seuls les parents des concurrents étaient présents, mais tout le Kolophon devait être informé que les fils du roi étaient en compétition. En fait, même les allées étaient pleines de spectateurs debout.







Les deux premiers combats d'Anax furent faciles. Ses deux adversaires avaient quelques années de moins que lui et aucun des deux ne maîtrisait bien le fonctionnement de son corps. Après la formation de Kaletor, aucun des deux ne posa de problème.

Au troisième tour, cependant, Anax attira son frère. Timoteus avait une portée et essaya donc de commencer par des frappes. Son premier coup n'était qu'une feinte, trop éloigné pour constituer une menace sérieuse. Il s'avança, puis lança un vrai coup de poing. Anax aurait pu le bloquer et la fermer, mais il tressaillit et recula à la place.

Timoteus avança son poids et lança un coup de pied en direction de l'aine d'Anax. Cette fois, Anax fut assez rapide pour se faufiler dans la zone des coups. Il saisit la cuisse et l'épaule opposée de son frère et le poussa, et comme si les deux étaient par terre.

Anax atterrit sur lui, mais Timoteus se rétablit plus rapidement et commença à se mettre en position pour une clef à la cheville - une manœuvre sûre, qui obligerait Anax à se soumettre mais ne menaçait guère de blessure. Anax était à quelques centimètres de la position pour un crochet du talon, mais à moins que Timoteus ne s'étirât trop, il n'y avait aucun moyen pour Anax de l'atteindre.

Anax changea légèrement de poids, offrant à Timoteus la possibilité de se verrouiller différemment: la genouillère qui avait paralysé Kaletor. Timoteus s'y mit sans hésiter une seconde. Anax était cependant prêt pour lui et attrapa le talon de son frère au dernier moment possible. Il se tordit - juste assez pour se faire comprendre - et Timoteus se figea et leva son index.

La foule applaudit alors que les deux garçons se tenaient debout. Le visage de Timoteus était un masque de rage alors qu'il se détournait.

Lorsque les applaudissements cessèrent finalement, Anax regarda son frère avec mépris. « Je suis déçu », dit-il, assez fort pour le porter mais assez doucement pour que cela ne ressemble plus à une conversation privée.

Timoteus effaça le sable de ses épaules en se retournant pour faire face à son frère. « Quoi ? »

Le silence se répandit dans la foule. Beaucoup de spectateurs penchèrent la tête en avant pour entendre. « Tu aurais pu gagner en toute sécurité, mais je t'ai donné la chance de me paralyser de la même manière que Sinon a paralysé Kaletor. Et tu l'as prise. Cela m'a permis d'inverser la situation. » Le choc apparut sur de nombreux visages dans la foule. Anax mit un masque de déception hautaine sur le sien. « Et à la fin, j'aurais pu te déchirer la cheville. Tu n'aurais plus jamais marché. Mais qui voudrait servir un roi qui a mutilé son propre frère ? » Il fit trois pas et regarda par-dessus son épaule. « Je ne le voudrais pas. »

Les bavardages explosèrent dans tout le stade. Anax quitta le ring sans un mot et se prépara pour le prochain combat, faisant de son mieux pour ignorer la foule. Il avait très envie de crier de triomphe ou au moins de sourire. Mais ce n'est pas ce qu'un prince fait, alors il ne le fit pas.

Il a perdu son combat suivant contre un jeune homme de grande taille, sur le point de devenir majeur, plus fort et plus habile. Après les regards respectueux que tout le monde adressa à Anax, cependant, il n'avait pas besoin de la visite d'Iroas ??pour savoir qu'il avait gagné.



Anax se tenait dans la cour privée du palais avec son père, sa mère et sa soeur. Timoteus était agenouillé seul au centre de la cour. À quinze mètres de lui se trouvait un homme costaud tenant un fouet. L'homme tira le fouet derrière la tête.

Crac.







Une fine ligne de rouge apparut sur le dos de Timoteus. La blessure guérirait, mais il porterait sa marque pour toujours. Tel était le coût du crime politique à Akros.

Crac

Une deuxième ligne rouge apparut. Le sang de la première commença à couler. Cette punition était une interprétation libérale des lois de trahison akroennes, mais le roi Athanas était furieux contre son deuxième fils et avait insisté.

Crac.

Une troisième ligne apparut. Personne n'oubliera jamais que Timoteus avait essayé de paralyser son futur roi.

Père se tourna vers Anax, et le regard sombre sur son visage devint un peu moins sévère. « Nous avons commencé à te trouver une épouse. Nous envisageons une jeune femme nommée Cymède. Elle vient d'une famille puissante que nous ferions bien de calmer, mais elle est aussi belle. Elle fera une belle reine. »

Anax voulait vraiment crier avec triomphe, ou du moins sourire. Mais ce n'est pas ce qu'un roi fait, alors il ne le fit pas.

Alors, c'était comment ?

Complétement fou !

  3

Abscon, abjecte, inadmissible !

  0


Toi aussi, loue son œuvre !


Vous devez vous identifier pour participer.

1 Louange(s) chantée(s) en coeur



Weirdo
Le 20/01/2020

Merci pour le partage!

Partage l'ami !

     

Tu aimeras aussi...

Sondage

Quel dieu aurait dû être embauché pour mettre un peu de bazar dans le lore de Theros par-delà la mort ?

Résultats
(déjà 98 votes)