Les vieux contes : Fblthp - Magic the Gathering


Les vieux contes : Fblthp

Articles



Drark Onogard, le , 335 consultations

Si vous vous demandez en ces heures de fête pourquoi Fblthp ne retrouve jamais son foyer, c'est par ici qu'il faut voir !

  Insurrection / La storyline de Magic

Vous vous demandez pourquoi Fblthp, l'égaré est toujours complètement perdu ? Vous l'apprendrez ici, ou du côté de l'article original.

Fblthp



Le bruit qui échappa des lèvres de Fblthp pourrait plutôt être décrit comme un gémissement. Il ne parlait aucune langue que les citoyens de Ravnica connaissaient, mais ce son angoissant de désespoir était immédiatement reconnaissable. Malheureusement, l'allée dans laquelle Fblthp se trouvait était apparemment déserte, à l'exception de celui qui avait provoqué le gémissement.





Des poings altérés saisirent le minuscule homoncule par les bras et le soulevèrent jusqu'à ce qu'il soit face à face avec un humain nerveux. Sévère, le visage humain se tordit dans un ricanement. Fblthp se tut et commença instinctivement à trembler. C'était le plus effrayé qu'il ait jamais été. C'était le plus haut où il avait jamais été au-dessus du sol. Un rire, comme le grattement des bottes sur le pavé, émergea de son ravisseur. Glissant Fblthp sous son bras comme un courrier ferait d'une missive, l'homme se laissa glisser vers un quartier connu pour être contrôlé par le culte de Rakdos. Ce n'était pas comme ça que ça devait aller.

Fblthp recommença à pleurer.


Fblthp était immensément reconnaissant que ses services au Sénat d'Azorius l'aient rarement obligé à quitter la sécurité et la simplicité relative du Jardin des Magisters. Ses tâches étaient également relativement simples : éliminer les détritus des larges allées piétonnières qui joignaient les fontaines et les canaux, polir les plaques inférieures ornant les statues de notables législateurs et alerter les agents de sécurité de tout problème. Les ordonnances interdisant quoi que ce soit de troubler sur le terrain, le dernier devoir était rarement imposé.

Comme beaucoup de personnes au service du Sénat, Fblthp jouissait des protections de base et des indemnités appropriées à sa fonction, prévues par la loi. En fait, il s'était habitué à la façon dont il était traité par ses maîtres, c'est-à-dire à être ignoré. Il recevait de la nourriture et une maison sans prétention. Travailler avec la flore dans le jardin aggravait parfois ses allergies, aussi le Sénat avait-t-il également fourni une solution pour empêcher ses yeux de trop le démanger. C'était une existence sûre et merveilleuse.

Il était inhabituel que des membres d'autres guildes visitent le Jardin des Magisters et l'apparition d'étrangers effrayait habituellement Fblthp. Les druides couverts de feuilles de la Selesnya n'étaient pas si mauvais, bien qu'ils aient tendance à le caresser tout en prononçant des prières indéchiffrables. Les chercheurs de Simic marmonnaient parfois entre eux qu'ils croiseraient Fblthp avec une chauve-souris ou une anémone de mer. À ce moment-là, Fblthp se souvenait généralement de quelques tâches oubliées de l'autre côté du jardin et s'en allait.

Un jour, alors que Fblthp marchait du côté ouest du jardin, ramassant des restes de nourriture et autres déchets jetés, il fut approché par une femme. Il reconnaissait l'imposante silhouette à sa tenue vestimentaire : armure symbolisée et pièges à cobalt. C'était une courtière. C'était étrange, en effet. La plupart des personnes qui visitaient le jardin l'ignoraient complètement, le frappant souvent accidentellement s'il se trouvait sur leur chemin. Elle se pencha et regarda sévèrement dans les yeux de Fblthp.





« Vous êtes bien Thbltpth ? » demanda-t-elle, le dernier mot apportant un torrent de crachats sur le visage de l'homoncule.

Fblthp cligna des yeux deux fois et sa tête se posa légèrement.

« Je suis la courtière Parisha. Je sers dans la Neuvième circonscription. Conformément à la disposition IV.126.3 de l'édit d'Isperia, j'ai besoin de votre aide. Veuillez venir avec moi. »

Elle offrit sa main. Fblthp gémit.


Fblthp n'était jamais entré dans aucune des trois colonnes majestueuses qui composaient le Nouveau Prahv. Elles étaient incroyablement grandes, luisantes et immaculées. Sans un mot, il fut déposé dans une sous-chambre sobre au premier étage par un mince mâle vedalken. Clignant lentement des yeux, Fblthp absorba nerveusement son nouvel environnement ; les murs stériles et les meubles simples qui étaient trop haut pour être utiles. Alors il resta debout et attendit.





Parisha finit par ouvrir la porte en bois et entra. Déterminée et efficace, mais pas méchante, elle s'assit et posa deux rouleaux sur le bureau. Elle regarda Fblthp dans l'expectative et jeta un coup d'œil à la chaise opposée. Consciente de l'impossibilité de sa demande silencieuse, elle se leva et souleva Fblthp sur la chaise. C'était le plus haut où il avait jamais été au-dessus du sol.

« Ceci », proclama Parisha en déployant le premier rouleau, « c'est Vadax Gor. Depuis des mois, il s'associe à un certain établissement de Rakdos. Un « club de divertissement », comme je crois qu'il est connu. » Parisha cracha la phrase avec dégoût. Fblthp frissonna légèrement à l'image de l'humain étrange. Son visage était ravagé par les cicatrices, les piercings et les tatouages. Des loques en lambeaux, à peine qualifiés de vêtements, pendaient paresseusement à son corps mal nourri. Fblthp n'avait jamais rien vu de tel et il souhaitait vivement ne pas le faire.

« Vadax Gor aime toutes les formes de dépravation », poursuivit Parisha, « mais ses goûts pervers sont de plus en plus spécialisés. Il ne se contente plus de garder sa folie dans le culte. Il est suspecté dans la disparition de deux de nos citoyens. Avec votre assistance, il n'y en aura pas une troisième. Les enquêteurs doivent encore trouver des preuves directes de l'implication de Gor dans les enlèvements. Nous devons le prendre en flagrant délit. »

L'œil de Fblthp s'agrandit, même pour lui. Il se demanda brièvement s'il pourrait se rendre à la porte avant que Parisha puisse l'attraper, mais il savait que c'était ridicule. Il ne serait pas autorisé à reprendre ses fonctions s'il désobéissait à un arrêté. En outre, il était encore très haut sur cette chaise. Il n'était pas sûr de pouvoir sauter sans se faire mal. Manquant d'autres options, Fblthp gémit doucement.


« Les deux précédents enlèvements ont eu lieu à deux pâtés de maisons de cet atelier de maroquinerie », déclara Parisha en pointant la carte. « Nous pensons que le propriétaire de ce magasin est impliqué d'une manière ou d'une autre. Peut-être qu'il indique à Gor quand une cible probable apparaît. Vous devez vous rendre à son magasin pour remettre ces formulaires fiscaux. Ils devront être remplis immédiatement et en triple exemplaire. Si nos soupçons sont corrects, Gor fera son arrivée après votre départ. »

Si elle l'avait laissé là, Fblthp aurait sûrement couru, devoirs de jardin bien-aimés ou non. Mais ses yeux se ramollirent momentanément et elle continua. « N'ayez pas peur, petit. Mes agents et moi serons en poste dans toute la région. Nous ne vous perdrons jamais de vue. Vous ne courrez aucun danger. Gor ne mettra pas la main sur vous. Vous serez de retour dans le Jardin des Magisters dans quelques jours. L'édit d'Isperia ne me permet pas de vous laisser tomber. » Elle sourit légèrement.

Fblthp n'était pas sûr d'y croire, mais il cessa de trembler et hocha lentement la tête.


Fblthp avait toujours détesté les foules. Il parcourut la très fréquentée avenue ravnicane, son regard passant rapidement d'un passant à l'autre. Personne ne lui prêtait une attention particulière, ce qui lui plaisait. Personne ne faisait particulièrement aucun effort pour le contourner. Il faillit se faire piétiner une demi-douzaine de fois avant d'arriver à destination.





Le tanneur et propriétaire était un être humain, mais seulement techniquement. Costaud comme un ogre et deux fois plus laid, il dominait Fblthp et grogna. Fblthp présenta docilement sa sacoche. L'homme grogna encore et l'ouvrit. Des morceaux de nourriture tombèrent de sa barbe maigre alors qu'il commençait à lire - un exploit impressionnant, tout compte fait. Un bruit de tonnerre retentit de l'homme alors qu'il se dirigeait vers une réserve arrière. Fblthp cligna des yeux et observa la nourriture sur le sol avec suspicion.

Après un certain temps, le propriétaire émergea et poussa les formulaires complétés dans la direction de Fblthp. Fblthp s'inclina et se retourna pour partir. L'homme gronda de nouveau, mais Fblthp ne savait pas pourquoi. Selon les instructions, il se tourna vers les allées derrière le magasin. Parisha, se faisant passer pour un client dans un marché aux fruits à proximité, regarda furtivement l'homuncule alors qu'il disparaissait dans l'allée. Cela le fit se sentir mieux.

Fblthp descendit l'allée lentement mais avec une confiance croissante. Il imaginait que Parisha et ses camarades seraient en train de faire des arrestations d'une minute à l'autre et qu'il pourrait retourner dans le jardin. Il pensa aux eaux doucement coulantes des canaux du jardin quand un terrible fracas retentit derrière lui. Il se retourna, s'attendant à voir Parisha ou l'un des courtiers. Au lieu de cela, la forme épouvantable de Vadax Gor émergea de l'ombre. Fblthp laissa tomber sa sacoche et gémit.


La confiance et la vitesse de Gor augmentaient alors qu'il quittait la scène du crime derrière lui. Fblthp ferma les yeux, ne voulant pas voir le sort qui l'attendait. Il sentit Gor tourner à gauche à une intersection. Alors à droite. Et puis, sans prévenir, Gor s'arrêta. Fblthp ouvrit légèrement les yeux à la secousse. Il se tortilla pour jeter un coup d'œil à Gor, maintenant figé. Il ouvrit un peu plus les yeux, ne comprenant pas ce qui se passait.





Parisha les approcha par derrière à un sprint complet. « Vadax Gor, » cria-t-elle entre deux grandes respirations, « vous êtes en état d'arrestation. » Alors qu'elle les rattrapait, elle délogea Fblthp de la prise du détenu. Fblthp remarqua une lueur bleue entourant Gor, toujours immobile.

« Mes excuses, mon petit, » murmura Parisha. « Ce maroquinier a dû soupçonner quelque chose et a attaqué un de mes agents avant que nous puissions commencer notre poursuite. C'était un léger retard, mais vous n'étiez pas en danger. » Ils furent rapidement rejoints par plusieurs autres personnes qui arrêtèrent le poids mort connu sous le nom de Vadax Gor dans l'allée en direction de la place.


Fblthp se trouvait dans une antichambre au sixième étage de la colonne de Lyev. C'était le plus haut où il avait jamais été au-dessus du sol. Parisha se tenait à côté de lui. Silencieusement, elle se tourna, se pencha légèrement à la taille et hocha la tête. Une porte en marbre, Fblthp, ne s'était pas rendu compte qu'il y avait des charnières invisibles, et un fonctionnaire trapu richement vêtu entra dans la pièce.

« Sénateur », le salua-t-elle avec respect. Fblthp cligna des yeux.

« Courtière. Félicitations pour cette mission réussie. C'est celle que vous avez mentionnée dans votre rapport ? » Il baissa les yeux vers un morceau de parchemin. « Cthillcip ? »

« Oui, sénateur. »

« Très bien. » L'ancien bureaucrate tourna son regard sur l'homoncule à hauteur de pied. « Conformément à la disposition III.875.2b de l'Edit d'Isperia, veuillez accepter mes remerciements au nom du Sénat et du peuple légitime de Ravnica. Bien que la récompense pécuniaire soit interdite, vos descendants peuvent demander au Sénat de créer une tablette relatant vos actes honorables sur votre décès. » Il se retourna et quitta la pièce.

Parisha fit signe à la sortie sud de la salle. « Venez, laissez-nous vous ramener à vos devoirs. » Fblthp sauta pratiquement sur la porte, impatient de revoir le jardin.

« Au moins, jusqu'à la prochaine fois. »

Fblthp gémit.

Alors, c'était comment ?

Complétement fou !

  2

Abscon, abjecte, inadmissible !

  1


Toi aussi, loue son œuvre !


Vous devez vous identifier pour participer.

Partage l'ami !

     

Tu aimeras aussi...

Sondage

Quel dieu aurait dû être embauché pour mettre un peu de bazar dans le lore de Theros par-delà la mort ?

Résultats
(déjà 98 votes)