Avant la Guerre : Partie 9 - Magic the Gathering


Avant la Guerre : Partie 9

Articles
par Drark Onogard, le , 256 consultations

  La storyline de Magic / La guerre des Planeswalkers

Lavinia sait qu'une guilde est infiltrée par Bolas. Mais laquelle ? Et surtout, cela met-il en branle le sommet des guildes qui devait avoir lieu ?

     

Nous ne jugerons pas ici la pertinence de conter ce qui mène à la Guerre des Planeswalkers après avoir conté ladite guerre. Non, nous, nous préférons simplement traduire et lire l'histoire écrite par Django Wexler sans râler avec notre savoir-faire franco-français.

Il n'y a pas d'avertissement pour les enfants cette fois-ci ! Mais je le dis quand même, par déontologie, ou envie d'ajouter un second paragraphe à cette introduction, j'en conviens, assez superflue et que la majorité d'entre vous passera, donc passons.

Chapitre 9



Ral s'éveilla avec des sueurs froides, le cri de l'habitante du taudis résonnant encore dans ses oreilles. Il s'allongea contre son oreiller avec un gémissement.

Cela fait longtemps que je n'ai pas eu ce rêve. Il tourna la tête pour regarder Tomik, recroquevillé à côté de lui, ses traits lissés dans son sommeil. Il n'est pas étonnant que l'on appelle ces démons.

Grâce à son étincelle Planeswalker et à tout ce qui s'est passé par la suite, Ral avait limité sa vie amoureuse à un minimum, se mêlant de temps à autre de rencontres occasionnelles mais sans plus. Il avait été déterminé que personne ne serait en mesure de lui faire encore autant mal. Tomik avait été une telle rencontre occasionnelle, du moins au début. Maintenant les choses sont... différentes.

Il pouvait apprécier le courage qu'il avait fallu à Tomik de venir à lui avec la demande de Teysa. Et il y a une chance raisonnable qu'il ait sauvé Ravnica à cause de cela. Une partie de lui, cependant, aurait toujours souhaité que cela soit évité. Maintenant que la ligne est franchie, il n'y a plus de retour possible. Ils avaient pu être ensemble comme deux personnes anonymes dans un appartement loué ; si une relation pouvait fonctionner entre Ral Zarek, commandant en second d'Izzet, et Tomik, secrétaire particulier de l'héritier de Karlov, il n'en avait aucune idée.

Cela fonctionnera, se dit Ral. Je vais le faire fonctionner. En outre, si tout se passait comme prévu, il serait le chef de la guilde des Izzet après l'entrée en fonctions du Céréborpyre. Qui va m'arrêter ?

Essayant d'ignorer le battement dans sa poitrine, Ral se pencha et embrassa doucement Tomik sur le front. Son amant marmonna quelque chose et se retourna dans son sommeil. Il savait qu'il était sorti tard, il travaillait avec Teysa à la nouvelle direction des Orzhov.

« Repose-toi », dit-il à Tomik. « Nous avons beaucoup à faire. »



Quand Ral arriva à son bureau au Nivix, Hekara l'attendait. Ce n'était pas une surprise : l'émissaire de Rakdos avait quitté l'infirmerie la veille au soir, apparemment sans aucun problème pour l'usure et aussi dynamique que jamais. De manière plus inhabituelle, Lavinia était également présente, écoutant patiemment l'explication quelque peu confuse qu'Hekara avait faite de l'action dans la cathédrale.

« ... et alors Ral était comme, 'Hekara, si tu ne fais pas quelque chose, nous sommes tous morts !' J'ai dit : 'Je vais m'en occuper', tout va bien, et 'je suis allé tzing un' et ai frappé le mec stupide droit dans son foutu œil, comment pourriez-vous me vaincre ? et j'ai dit— »

« Oh oui, si je me souviens bien, » dit Ral en entrant dans la porte.

« Ce n'était pas ça », dit Hekara. « C'était quelque chose de beaucoup plus cool. »

« On dirait que vous avez passé un moment excitant », déclara diplomatiquement Lavinia. C'était la première fois que Ral la voyait sans robe ni capuchon. Elle portait une armure en écailles bien ajustée, dotée de protections runiques, et portait une longue épée à la hanche comme si elle savait comment s'en servir. « Bonjour, Ral. »

« Bonjour. » Ral était assis derrière son bureau, déjà encombré par les papiers du jour. « Je pensais que tu ne voulais pas être vue avec moi ? »

« Je ne voulais pas dire aux gens de Bolas que je travaillais avec toi », corrigea Lavinia. « Maintenant que ton sommet de guilde se poursuit, il est parfaitement naturel que je te rencontre pour en discuter. »

« C'est pratique », dit Ral. « Alors de quoi tu voulais discuter ? »

« Il y a encore beaucoup de messages qui vont et viennent entre les agents que j'ai identifiés », déclara Lavinia. « Je suis certaine qu'au moins un des représentants travaille pour Bolas. »

Ral grimaça. « Quelqu'un que nous pouvons exclure ? »

« En dehors de toi ? » dit Lavinia en souriant légèrement. « Isperia est certainement au-dessus de tout soupçon. Et, même si je n'aime peut-être pas ses méthodes, je ne peux pas imaginer Aurelia travailler avec les ennemis de Ravnica. »

« Le dirigeant de Gruul, Borborygmos, existe depuis des décennies », déclara Ral. « Je doute qu'il travaille pour Bolas, mais on ne peut que deviner s'il peut être persuadé d'accepter quoi que ce soit. »

« Je ne sais pas pour cet émissaire de Rakdos, » dit Hekara depuis le coin. « J'entends dire qu'on ne peut pas lui faire confiance. » Ral et Lavinia se tournèrent vers elle et elle haussa les épaules. « Quoi ? »

« Il en reste cinq », déclara Lavinia. « Orzhov, Golgari, Dimir, Simic et Selesnya. »

« J'ai tué l'agent de Bolas à Selesnya », souffla Ral.

« En supposant qu'il n'en ait qu'un. »

« Juste. » Ral fronça les sourcils. « Je pense toujours que nous pouvons faire confiance à Emmara. »

« Simic est une boîte noire », avoua Lavinia. « Je n'ai aucune information depuis qu'ils sont allés sur la défensive, quand tout a commencé. »

« Et je pense toujours que Lazav est le problème le plus probable », assura Ral. « C'est l'un de ses mages d'esprit qui a tenté l'assaut de Niv-Mizzet. »

« Je ne suis pas en désaccord, » dit Lavinia avec un soupir. « Cela semble juste un peu... évident, tu ne penses pas ? Lazav joue généralement un jeu plus subtil que celui-là. »

« Peut-être qu'il devient paresseux. »

« Peut être. » Lavinia secoua la tête. « Cela laisse Vraska et Kaya. »

Kaya. Ce matin-là, ils avaient appris que le mercenaire Planeswalker, plutôt que Teysa, avait assumé le rôle de maître de guilde d'Orzhov. Ral ne savait pas ce qui se passait là-bas et il ne voulait pas pousser Tomik à chercher des réponses. Nous devrons nous en occuper de toute façon.





« Les deux Planeswalkers », déclara Lavinia. « Les deux nouveaux contrôlent leurs guildes. »

« Et ils se sont tous deux engagés à aider à Orzhova pour aider à la préparation du sommet », a souligné Ral. »"S'ils travaillaient pour Bolas, ne nous auraient-ils pas déjà sabotés ? »

« Je ne sais pas », déclara Lavinia. « Je me rapproche de certains agents de Bolas, mais à moins que je ne puisse les attraper et les faire parler, je ne sais toujours pas quel est son jeu. »

« On manque de temps. » Ral se pencha dans son fauteuil. « Le sommet s'ouvre demain. Si tu as la preuve irréfutable que quelqu'un travaille pour Bolas, nous pouvons le présenter aux représentants, et tout le monde peut traiter le traître ensemble. Tout le reste, et tout va bien commencer une bagarre sur place. »

« Je comprends. » Lavinia se passa une main dans les cheveux, frustrée, tirant les nœuds. « J'essaie. »

« Je sais, » dit Ral. « Nous y sommes presque. Il y a un mois, j'aurais dit qu'il était impossible d'aller aussi loin. »

« Moi aussi. » Sa lèvre se contracta. « Beaucoup de choses peuvent changer en un mois. »

« Beaucoup de choses peuvent changer en un jour. »

Demain. Il baissa les yeux sur les papiers sur son bureau, sans vraiment les voir. Pour le meilleur ou pour le pire.



Kaya se demanda si ce prêtre peu sérieux allait jamais se taire.





Il était le haut quelque chose de quelque chose et était assez important, à en juger par son énorme chapeau noir et or qu'il portait. (La taille du chapeau, avait découvert Kaya, était souvent un bon guide de l'importance d'une personne – ou du moins de son importance perçue – dans une organisation.) Il portait une longue moustache vaporeuse qui vacillait lorsqu'il parlait et lui donnait un air de un morse. Haut morse d'ennui, peut-être ?

Son discours, comme elle pouvait le dire, portait sur l'importance pour les débiteurs de payer ce qu'ils devaient au maintien de la société civile. Kaya pourrait bien rester derrière, mais elle ne voyait pas le besoin de parler pendant une demi-heure, alors que tout le monde dans le sanctuaire de la cathédrale était assis dans la chaleur étouffante de dizaines de braseros tandis que la pluie battait les fenêtres en verre.

Ce n'était pas non plus le premier discours qu'elle avait enduré aujourd'hui. Elle était assise à l'arrière du sanctuaire, sur un trône très impressionnant qui n'était pas vraiment confortable, et faisait de son mieux pour sourire en connaissance de cause lorsqu'un responsable de la guilde se présentait après le pupitre pour régaler les spectateurs d'homélies et de probité. Teysa était assise à côté d'elle, le visage de marbre ; de toute évidence, elle subissait ce genre d'affaire depuis qu'elle était une petite fille, mais cela donnait envie à Kaya de se faufiler à travers le sol et de tenter sa chance.

Alors que Son Morse finissait, Kaya se pencha vers Teysa. « Je vais avoir besoin d'une pause. »

« Nous abordons la partie la plus importante », déclara Teysa. « Les hauts fonctionnaires jureront chacun leur allégeance. »

« Merveilleux. Mais à moins que vous ne vouliez demander pourquoi le trône a une odeur de pisse, j'ai besoin de cinq minutes pour courir aux toilettes. »

Teysa soupira, mais elle fit un petit geste à un fonctionnaire, qui courut et murmura à l'oreille du prêtre morse. À la fin de ses remarques, il leva les mains pour faire taire la faible salve d'applaudissements et dit: « Honorables membres de la guilde, nous allons faire une brève pause avant de prêter serment. »

Il y eut un bruissement parmi la foule. Kaya se releva vivement avant que quiconque puisse essayer de lui parler, ou Teysa puisse suggérer qu'elle avait besoin d'une escorte adéquate ou d'une telle sottise. Elle se fraya un chemin jusqu'à l'arrière de l'estrade où une petite porte donnait sur un couloir qui entourait le sanctuaire. De là, un escalier menait aux galeries inoccupées pour ce service relativement restreint.

Kaya n'était pas sûre qu'il y ait des toilettes là-haut. Honnêtement, ce dont elle avait vraiment besoin, c'était une bouffée d'air pur, mais comme cela ne se produirait pas à moins de passer la tête à travers le mur, elle s'installerait quelques minutes sans que tout le monde la regarde.

Comment suis-je entrée dans ce pétrin ? Elle pouvait revenir sur les décisions qu'elle avait prises, étape par étape, mais d'une manière ou d'une autre, elles ne semblaient pas s'additionner à sa situation actuelle. Bolas m'a préparée. Elle serra les dents. Et il est peut-être le seul à pouvoir me faire sortir.

Atteignant la galerie, elle alla à la rampe et se pencha en regardant les dignitaires tourner en rond. Pendant un moment, Kaya résista à une très forte envie de voir si elle pourrait cracher dans des chapeaux.

« Maître de guilde ? »

« Oh, pour l'amour de – »

Elle se retourna et se retrouva face à un petit homme en train de prendre la tête, les yeux baissés et les mains avec des taches de foie. Il tenait un balai comme s'il s'agissait d'une canne, s'appuyant dessus et son souffle était sifflant. Sa colère se dissipa et elle secoua la tête.

« C'est moi », dit-elle. « Maître de guilde. Absolument. Que puis-je faire pour vous ? »

« Je vous en prie. » Très lentement et avec un effort considérable, le vieil homme tomba à genoux. « S'il vous plaît. »

« Quel genre d'avantage ? »

« Je souhaite le pardon. »

« De tes péchés ? » Est-ce quelque chose que je fais ?

« De ma dette, Maître de guilde. »

« Oh. » Kaya pointa par dessus son épaule. « Il est important de payer les dettes. N'as-tu pas entendu parler du Haut Je-ne-sais-quoi ? »

« Je sais, Maître de guilde. Mais... »

« Si tu ne voulais pas avoir de dettes, tu n'aurais pas dû emprunter de l'argent. »

« Ma femme était malade », déclara le vieil homme. « Le médecin voulait beaucoup plus que nous ne pouvions payer, alors je me suis tourné vers la banque. Mon prêtre m'a assuré que les conditions seraient raisonnables. »

« Quand était-ce ? »

« Il y a quarante ans », dit l'homme, inclinant la tête. « Ma femme est décédée malgré les efforts du médecin. Je suis un homme honnête et je travaille depuis pour la Banque. Mais il en reste encore beaucoup, et je... » Ses mains se tordirent autour du manche de son balai. « Je ne vivrai plus très longtemps, Maître de guilde. Je le sens bien dans mes os. Mon seul désir est que ce fardeau qui a écrasé ma vie ne soit pas transmis à mes enfants. »

« Vos enfants héritent de la dette ? » dit Kaya.

« Oui, Maître de guilde. Telle est la loi. »

« Je... » Kaya secoua la tête. Je devrais parler à Teysa.

D'autre part, de quoi parler ? Ce pauvre bâtard a déjà passé sa vie enchaîné. Il ne mérite pas d'avoir ses enfants liés aussi. Ce n'est pas comme si la somme en jeu pouvait être suffisante pour déranger les Orzhov. Pourquoi pas ? Je suis le chef de guilde, ou je suis censé l'être.

« D'accord », dit-elle. « Votre dette est pardonnée. Courez. »

« Je... » Il resta à genoux. « Le lien demeure. Je le sens... »

« Dans tes os. D'accord. D'accord. »

Kaya ferma les yeux et prit une profonde inspiration, regardant à l'intérieur d'elle-même. Elle pouvait sentir le poids des contrats et des obligations dont elle avait hérité du grand-père Karlov, comme si des milliers de chaînes lui pendaient au cou. Il était difficile de raconter l'une après l'autre, mais il était assez facile de distinguer le fil qui menait à l'homme qui se tenait directement devant elle, une corde noire reliant son âme à la sienne. Comme elle l'avait soupçonné, comparé à certains des autres, c'était minuscule. Avec un effort de volonté, Kaya déchira le lien.

Elle ressentit l'impact comme un moment de vertige, mais cela passa rapidement. Au même moment, elle entendit le vieil homme haleter et, quand elle leva les yeux, il avait les larmes aux yeux.

« Merci, Maître de guilde », dit-il, sa voix se brisant. « Merci. Mes enfants... »

« Tout va bien », dit Kaya en voyant Teysa s'approcher. « Juste, euh, ne recommence pas. Et continue à adorer... quel que soit le jour où tu es censé le faire. »

« Oui, Maître de Guilde. Bien sûr. »

« Kaya, » siffla Teysa. « Tout le monde attend. »

« Désolée, » dit Kaya en regardant le vieil homme s'éloigner. « Je devais juste... faire face à quelque chose. »

« Allons. » Teysa lui tapota l'épaule. « Je sais que c'est difficile. Je jure que nous travaillons sur un moyen de t'en sortir. »

« Bien », dit Kaya en secouant la tête. « C'est bon. »



« Es-tu certaine de ne pas avoir besoin de plus de protection ? » dit Mazirek, dans son élocution, en cliquant sur le discours. « Nous pourrions organiser une plus grande escorte. »





« Ca ira, » dit Vraska, avec un peu plus de certitude qu'elle ne le pensait réellement. « Si c'est une embuscade, alors avoir plus de combattants ne m'aidera pas à m'en sortir. Et ça ne les rendra nerveux que si je me présente avec une armée. »

« Comme vous le dites, » cliqua le kraul. « Je vais demander au groupe de se préparer pour le voyage à la surface. »

« Bien. »

Vraska le regarda partir, assise sur son trône, le menton dans les mains. Ses vrilles se tordaient, malheureusement. Au bout d'un moment, elle se leva.

« Je vais dehors"= », dit-elle à Storrev, qui attendit aussi silencieuse que jamais à côté du trône. La liche acquiesça, faisant un geste minutieux, et quatre autres, vêtues de longues robes à moitié décomposées, se mirent à marcher derrière elle. Vraska les ignora. Au fur et à mesure que les gardes du corps disparaissaient, les zombies étaient aussi discrets que possible, et ils ne répondaient jamais.

Une porte derrière le trône menait dans un couloir embranché. Un chemin conduisait à ses appartements privés, mais elle prit l'autre branche et se dirigea vers le vaste balcon qui s'enveloppait à l'arrière du palais. Parfois, ses gardes utilisaient l'espace pour des exercices militaires, mais aujourd'hui, il était vide. Le sol derrière le palais s'évanouissant rapidement, le balcon donnait sur une vue considérable, les ténèbres du royaume souterrain ponctuées par les lumières scintillantes des colonies de Golgari ou la faible lueur phosphorescente des fermes pourries.

Les habitants de surface ne comprendront jamais cet endroit, réfléchit-elle. Quand ils pensaient aux Golgari, ils les imaginaient comme des monstres habitant dans des tunnels immondes. Il y avait plus d'espace ici, dans les ossements de Ravnica, que dans tous les grands bâtiments de la Dixième Circonscription. Sans les efforts de réclamation des Golgari et la nourriture fournie par ces efforts, la ville mourrait de faim en quelques jours si elle ne se noyait pas la première fois. Mais pour eux, nous serons toujours des monstres.

Les elfes sombres étaient malheureux qu'elle assiste au sommet de la guilde. Quand elle était dans ce genre d'humeur, Vraska comprenait leur opinion. Pourquoi devrions-nous traiter avec des gens qui nous détestent ? Mais elle connaissait Bolas et ils ne le savaient pas. Elle avait vu dans l'esprit de Jace ce que le dragon avait fait au peuple et aux dieux d'Amonkhet. Si c'est ce qu'il prévoit pour Ravnica...

« Reine, » dit une voix d'homme. « Vous n'êtes pas une personne facile à atteindre. »

Vraska se retourna. Près du balcon, un elfe sombre vêtu du cuir usé d'un paysan pourri. Elle laissa tomber une main à son sabre.

« Je pensais que nous en avions fini avec cet assassinat absurde, » dit-elle. « Mais je suppose que c'était trop optimiste de ma part. Allez, alors. »

« Je ne suis pas là pour vous tuer, » dit l'homme en se rapprochant. Comme il le faisait, les Naguères derrière Vraska s'avancèrent de façon protectrice jusqu'à ce qu'ils se tiennent à son épaule. L'homme ne leur prêta aucune attention. « Je suis juste ici pour exprimer mon inquiétude... »

« Ton inquiétude ? Qu'est-ce que c'est censé vouloir dire? »

« Vous ne jouez pas le rôle qui vous a été assignée, ma chère. » L'elfe sourit, mais Vraska vit l'ombre d'un autre sourire plein de dents déchiquetées.

« Courageux de ta part, de venir ici, » dit Vraska, montrant ses propres crocs. « Tu feras une belle addition à mon jardin de sculptures. »

« Oh, ce n'est qu'un scion. Détruisez-le ou transformez-le en pierre, ça m'est égal, » dit l'elfe. La voix était définitivement Bolas. « Cela ne changera pas le fait que nous avons passé un accord et que vous n'avez pas suivi. »

« Je t'ai trouvé ce que tu voulais sur Ixalan. »

« Tu l'as fait. » Bolas inclina la tête. « Mais ça n'a jamais été supposé être la fin. Je t'ai installé à la tête des Golgari, comme je l'ai promis. Et pourtant, je te trouve en train de travailler contre moi. »

« J'ai eu un changement de coeur, » gronda Vraska.

« Je peux voir ça. Le travail de mon vieil ami Beleren, je suppose. »

« Amenez cette chose dans les cachots, » lança Vraska à ses zombies. « Dites à Mazirek de voir combien de temps il pourra le garder en vie. » Quand l'elfe haussa un sourcil, Vraska ajouta : « La prochaine fois que tu viendras me faire la leçon, tu auras peut-être le courage de le faire en personne. »

« S'il faut que je te sermonne à nouveau, Vraska, ce sera la dernière fois », dit la marionnette de Bolas.

« Courageux. »

L'elfe articula quelque chose rapidement dans une langue que Vraska ne comprenait pas. Les quatre zombies, qui s'étaient avancés pour le prendre, s'arrêtèrent net.

« Je pense que tu peux toujours accomplir ta tâche. » murmura Bolas.

« J'ai dit de le prendre, » dit Vraska, une main sur son sabre.

Bolas murmura un autre mot, et les zombies se retournèrent, avançant maintenant sur Vraska. Elle jura et sortit son épée, reculant pour mettre le mur du palais derrière elle.

« Les Naguères, » dit Bolas en se dirigeant derrière eux. « Tellement utile. Tellement disposé à vous aider à renverser Jarad et ses sycophantes. Et ils ne demandent rien en retour. » Il sourit. « Extraordinaire. »

« Je peux gérer quelques zombies », déclara Vraska. « Si cela est supposé me menacer... »

« Oh, je ne te menace pas, » dit Bolas. « Les menaces physiques comptent rarement pour un Planeswalker, n'est-ce pas ? Mais votre précieux peuple , c'est une autre affaire. »

Il fit une autre commande et les zombies se figèrent. Vraska ne baissa pas son épée.

« Imagine chaque fois que vous allumez son maître, comme ils l'ont fait pour Jarad et ses elfes », déclara Bolas. « Mais ce serait tellement pire. Tu as préparé ton coup avec précaution. Cette fois, ce serait simplement du chaos. Nul doute que les Devkarins restants le saisiraient comme une occasion de récupérer le pouvoir. Les krauls se défendraient certainement. Ce serait la guerre civile, avec toi prise au milieu. Tout ce que tu aimes serait déchiré en morceaux. »

« Tu... » La gorge de Vraska était serrée.

« Je t'ai mise à la tête des Golgari », rappela Bolas. « As-tu vraiment pensé que je ferais sans un moyen de te faire, si je choisis ? » Il se rapprocha, se penchant entre deux des zombies immobiles. « Reste aussi longtemps que moi, et tu en apprendras sur la trahison. Crois-tu vraiment que je ne l'avais pas prévu ? »

« Qu'est-ce... »Vraska sentit ses vrilles trembler d'agitation et tenta de réprimer. « Que veux-tu de moi ? »

« Je veux que tu fasses le bon choix. Soit les Golgari peuvent s'épanouir, sous ta direction, et revendiquer la place qui leur revient de droit dans mon nouvel ordre. Sinon, ils peuvent être déchirés, ici et maintenant, et quand j'arriverai sur ce plan, je prendrai un plaisir particulier à moudre ce qu'il en reste sous mes griffes. Et seulement une fois que les derniers vestiges de tes tribus pathétiques seront en poussière, je viendrai te chercher, Vraska. »

Elle sentit une énergie dorée se construire derrière ses yeux, sa réponse instinctive à la menace, mais elle la chassa des yeux. Transformer ce messager en pierre ne servirait à rien. Rien ne pourrait aider.

Jace...

Elle lui avait confié ses souvenirs, son identité , la meilleure chose à faire pour son âme. Il a dit qu'il viendrait. Que, ensemble, ils vaincraient Bolas.

Mais il n'est pas là. Et cette chose était, le visage d'un dragon grimaçant d'un corps de marionnette, se tenant derrière ses zombies apprivoisés. Jace, qu'est-ce que je suis supposé faire?

« Bien ? » Le sourire de Bolas s'éteignit. « Qu'est-ce que ça va être ? »

Vraska déglutit.

Résumé



Spoiler: Montrer
Ral s'éveille de son cauchemar, avant de se diriger vers son bureau où l'attendent Hekara et Lavinia. Une guilde est infiltrée par Bolas – mais laquelle ? Ce serait trop peu fin de la part de Lazav, Kaya et Vraska l'ont aidé... Définitivement, ils ne savent pas qui est le traître.

Pendant ce temps, l'investiture de Kaya commence. Elle s'éclipse tout de même après un long discours, et un vieil homme vient à elle, afin de la supplier d'effacer une dette contractée il y a quarante ans. Elle cherche en son âme, et parvient à effacer ce lien.

Vraska, quant à elle, s'apprête à participer au sommet, mais cherche un peu de calme, suivie par ses Naguères. Un elfe l'interpelle, lequel est contrôlé par Bolas, qui connaît la trahison. Après lui avoir prouvé qu'il contrôlait les zombies, et rappelé qu'il peut mettre les Golgari à feu et à sang, il conclut : fais le bon choix : ou la mort des tiens, ou l'échec de ce sommet.

Edité 1 fois, dernière édition par ylloh le 26/08/2019



Ajouter une louange


Vous devez vous identifier pour participer.

Appréciation

Contenus relatifs

Sondage

Qui aurait dû faire partie du casting des planeswalkers du Trône d'Eldraine ?

Résultats
(déjà 233 votes)