Les vieux contes : Le plus grand bien - Magic the Gathering


Les vieux contes : Le plus grand bien

Articles
par Adette, le , 158 consultations

  La storyline de Magic / Retour à Ravnica

Gideon - paix à son âme - faillit un jour rejoindre les Boros. Et si ce jour, nous vous le contions ?

     

Vous trouverez ici l'article original.

Le plus grand bien



Lorsque les portes massives de la salle de guerre s'ouvrirent, Gideon Jura put sentir l'énergie le frapper comme une vague de chaleur provenant d'une forge. Ce n'était pas une vraie chaleur, mais plutôt un vent énergique qui pulsait dans son corps comme une onde de choc. Pendant une seconde, il fut pris de court par le pouvoir. Il avait été entouré de nombreux anges à une époque, mais son aura était d'un ordre de grandeur supérieur à celui qu'il avait rencontré.

Un rapide sourire narquois traversa le visage du membre de la guilde Boros qui escortait Gideon alors qu'ils entraient dans la salle. L'escorte effectua le salut de Boros et annonça : « Gideon Jura, veut vous voir, Chef de guerre. » Il s'inclina ensuite et partit.

Aurélia leva les yeux d'une large table en acier gravée de symboles, de tours miniatures et d'immeubles recouvrant sa surface, mais Gideon ne put quitter la chef de la guilde Boros des yeux. Ses cheveux, ses yeux, son armure – tout ce qui la concernait – semblaient scintiller comme l'air qui monte de l'horizon brûlé par le soleil. Gideon ne savait pas s'il y avait de minuscules tourbillons d'énergie sur elle ou si elle était entourée comme par magie d'un bouclier de mana tourbillonnant.

Il réalisa qu'il la regardait.





« Maître de guilde », dit-il, plaçant sa main sur sa poitrine et inclinant légèrement la tête.

« Gideon Jura. » Sa voix était puissante avec une qualité d'un autre monde. « Ton accent, tes vêtements et même ton nom indiquent que tu n'es pas de cette circonscription. Et pourtant... j'ai appris que tu avais sauvé toute une brigade de mes Boros d'une embuscade Rakdos qui aurait tué chacun d'entre eux. »

« Ils étaient bien entraînés pour le combat. Je leur ai seulement montré où et quand frapper. »

« Une telle modestie. » Aurelia sourit. « Mais je pense qu'on peut dire que vous avez un peu frappé vous-même. » Aurelia se déplaça autour de la table et se plaça devant Gideon. « Ce qui me laisse perplexe, Jura, c'est pourquoi je n'avais jamais entendu parler de votre habileté au combat. J'ai le sentiment que quelqu'un comme vous n'est pas apte à faire profil bas et à fuir la gloire du combat. »

« Je ne suis pas d'ici, Maître de Guilde. La plupart de mes voyages m'emmènent... ailleurs. »

Aurelia considéra la réponse de Gideon avec un mélange de curiosité et de sang-froid angélique, mais Gideon pouvait voir son esprit fonctionner.

« C'est suffisant. » Elle replia ses ailes et désigna les bâtiments miniatures sur la table. « Connaissez-vous cet endroit ? »

« Non », dit Gideon.

« C'est la neuvième. » Aurelia posa la main sur l'un des toits du bâtiment. « C'est au bord des Cent Marches. Le secteur Azorius. Bien sûr, les Azorius ne jugent pas opportun d'entrer dans la Neuvième. C'est un peu trop... pratique... pour leurs goûts. Les Rakdos et les Gruul se l'entredéchirent comme un cadavre de dromad, tandis que les Dimir... eh bien... il font ce que les Dimir font de mieux : se cacher dans l'ombre et tirer les ficelles. »





Gideon regarda les modèles réduits vides, nets et propres, mais il imagina le véritable sort des personnes qui tentaient d'exister pacifiquement dans une zone de guerre. « Alors, c'est un terrain contesté. Les innocents qui y vivent doivent payer un prix élevé. »

« Exactement », dit Aurelia avec une lourdeur dans son ton. Elle regarda Gideon. « Les innocents paient toujours le prix le plus élevé. J'aimerais beaucoup y aller avec des Élémentaires de cendre et brûler les Rakdos, les Gruul et les Dimir jusqu'au dernier, mais les Ravnicans sans guildes vivent là depuis des siècles dans une paix relative. À l'époque, c'était censé être un territoire Azorius. Mais quand le vieux pacte des guildes a été brisé... » Aurelia marqua une pause. « Je ne vous ennuierai pas avec une leçon d'histoire, Jura, mais à la suite de cela, les Azorius ont dû abandonner la neuvième pour pouvoir reconstruire le Nouveau Prahv. Naturellement, les Rakdos et les Gruul se sont frayé un chemin et se sont bagarrés comme des fous. Une bonne partie de la Neuvième a été perdue. »

« Et où était les Boros dans tout ça ? »

« Je n'étais pas maître de guilde, alors. » La réponse d'Aurelia avait un soupçon d'acier froid. Gideon avait touché un nerf. « Nous avons été menés par une honte de la Légion. J'ai regardé les parties de la Neuvième disparaître. Sa perte et d'autres erreurs impardonnables nous ont forcé... de changer... la direction de la guilde. Pardonnez-moi, Jura. Je peux encore sentir l'amertume de ces temps. Laissez-moi vous montrer quelque chose. »

Aurelia fit signe à Gideon de l'accompagner sur le sol en marbre poli de la grande salle de guerre et sur un haut balcon donnant sur le parc central de Solcastel. L'air sentait frais et propre. Les yeux de Gideon s'accommodèrent à la lumière du soleil. Loin en dessous, des légions de chevaliers Boros s'entraînaient et marchaient sous le soleil éclatant, tandis que les drapeaux et les banderoles se déplaçaient sous la brise. C'était un spectacle magnifique.





Après avoir contemplé la grandeur de Solcastel et de ses armées, Aurelia prit la parole. « Je ne peux pas profiter pleinement de cela, Jura. Toute cette gloire et tout ce à quoi je peux penser sont ces pauvres gens de la Neuvième qui sont laissés à la misère, l'anarchie et la stupidité. » Elle regarda Gideon. « Jura, la Neuvième est une tache sur Ravnica, une tache sur les Boros et une tache sur mon âme. Je souhaite sincèrement la nettoyer. »

« Et vous voulez que je vous aide ? »

« Non, Jura, je veux que vous dirigiez. » Aurelia se tourna et posa une main sur son épaule, une main qui semblait beaucoup plus lourde que ce à quoi Gideon s'attendait. « Je reconnais un chef quand j'en vois un. Vous avez la grandeur en vous. »

Elle pointa vers cent soldats brillants sur le terrain de parade. « Je suis prêt à vous donner le commandement de ce bataillon, là-bas, si vous voulez vous battre avec nous. Ou mieux encore, si vous nous rejoignez. » Son visage rayonna alors qu'Aurelia fixait ses yeux sur Gideon.





« Le bataillon est à moi même si je choisis de ne pas rejoindre les Boros ? » demanda Gideon.

Le visage d'Aurelia demeura implacable mais elle hésita avant de répondre. « Oui, Jura. Mais le commandement sera à moi. Clair ? »

« Bien sûr. » Gideon sentit le sens du devoir et de l'allégeance au chef de guilde angélique se précipiter du plus profond de sa poitrine. Avec des soldats comme ça, les montagnes pourraient être déplacées.

Mais Gideon avait vu quelque chose de bien pire que la Neuvième lors de ses voyages. Quelque chose de pire que même que ce à quoi le seigneur démon Rakdos pourrait rassembler.

Il avait vu un monde dévoré.

Mais alors même que Zendikar était confronté à des horreurs extra-planaires, les rues de Ravnica étaient remplies d'innocents pris dans le feu croisé de guerres de guildes – les bien-nommés « sans-portes ». Il était nécessaire ici. Avec l'aide d'Aurelia, il pourrait sauver d'innombrables vies.





Gideon savait qu'il était dangereux de suivre trop facilement les ordres de quelqu'un d'autre. Il n'était pas prêt à devenir Boros. Mais il était prêt à utiliser ses armes pour le plus grand bien.

Gideon leva les yeux de la carte de la Neuvième et sourit comme un loup.

« Quand est-ce qu'on commence ? »



Ajouter une louange


Vous devez vous identifier pour participer.

Appréciation

Contenus relatifs

Sondage

Quelle distribution d'acteurs pour la série d'animation Netflix ?

Résultats
(déjà 322 votes)