Les vieux contes : L'Enterrement - Magic the Gathering


Les vieux contes : L'Enterrement

Articles
par Adette, le , 363 consultations

  La storyline de Magic / Insurrection

Vous voulez savoir comment Domri Rade, le jeune planeswalker mort lors de la Guerre des Planeswalkers, a transplané pour la première fois ? Alors parfait, car c'est ce que l'Enterrement vous conte !

     

L'Enterrement



Vous trouverez ici l'article original en 2 parties.

Partie 1






Il se leva et regarda la fenêtre intacte, le symbole de la guilde Orzhov saisissant le soleil du matin, remplissant la cathédrale en ruine d'une lueur dorée. Voir une telle merveille dans les Éboulis était une chose rare.

Domri Rade évalua le verre sans défaut du disque solaire tout en roulant la lourde pierre lisse dans ses mains. Ses meilleurs amis, Whip et Lakkie, se tenaient à ses côtés, tendus avec anticipation.

Cela allait être génial.

Domri regarda ses amis. « Vous êtes prêts ? »

Whip fit briller ses dents et acquiesça.

« Oh ouais. Déchire, Dom. » Lakkie sourit à travers la peinture de guerre que Whip lui avait mise. Pas du mauvais travail, pensa Domri.

Domri se retourna, leva le bras et laissa la pierre voler. Toute l'expérience de la jeunesse de Domri – frapper des lézards, des oiseaux, des Golgaris, des marchands et des chariots – guida la pierre vers sa cible comme un missile du destin. Domri avait joué cet effet dans son esprit avant de relâcher la pierre, mais rien n'aurait pu le préparer au son satisfaisant du verre qui exploserait à l'impact. Un crash résonnant retentit dans le hall effondré. Le verre éclatait partout. Deux énormes vitres jaunes tombèrent sur le sol en pierre avant de se briser avec un autre son éblouissant.

C'était sublime.

« Krokt ! » jura Whip. Puis ils se mirent tous à hurler de jubilation et de rire et dansèrent comme des gobelins après un raid.

Les trois amis s'assirent autour de la maison, ramassant les éclats de verre coloré, trouvant les meilleurs morceaux et liant le verre à des poignées de bois. Ils ressemblaient à des lames dorées magiques.





« Nous pourrions appeler notre tribu les Épées d'éclat », déclara Domri, en admirant son super couteau.

« Oui, et seuls les chefs les auront. » Lakkie leva son poignard fini. Son père savait comment faire des choses utiles avec des roseaux et de l'herbe, et Lakkie s'était montré doué pour lier le verre.

« Ça a l'air génial », dit Whip avec admiration. Il tendit sa lame de verre et sa poignée à Lakkie. « Fais le mien. »

Domri avait confectionné un poignard à lames jumelles décent, le verre à l'autre bout. le la termina et montra son efficacité contre des adversaires imaginaires, en coupant puis en tranchant, de manière assez habile.

Lakkie termina la dague de Whip. Domri regarda ses amis et sourit.

« Allons détruire des trucs. »

De retour au camp, la nuit commençait à tomber et les chauves-souris commençaient à s'agiter, impatientes de se régaler des insectes du crépuscule qui bourdonnaient. La nuit était un moment dangereux pour être dans les Éboulis, où erraient des bêtes capables d'avaler un guerrier en entier ou d'écraser un chariot. Les garçons accéléraient instinctivement leurs pas. Whip attrapa des lucioles avec une branche de saule et Domri surveilla les ombres sur les bâtiments en ruine. Lakkie était dans un autre monde, comme d'habitude. Domri avait une fois empêché Lakkie d'être un déjeuner de makka, et une autre fois d'être écrasé par un dromad. Domri se demandait si Lakkie serait un jour taillé pour la vraie vie Gruul. Il était une sorte de Selesnyan.





Comme au bon moment, Lakkie dit : « Je me demande à quoi ça va ressembler ? Vous savez, l'Enterrement. »

« Lakkie ! T'est vraiment une grande gueule. » Whip le frappa avec sa branche de saule, lui laissant une marque.

« Krokt, ça fait mal ! Je me demandais, c'est tout. » Lakkie se frotta le bras et fixa Whip.

« C'est qu'une égratignure », déclara Domri. « Je suis prêt pour ça. » Il espérait que sa voix ne trahissait pas la faiblesse qui s'agitai en lui à la simple mention de ça.

Il savait que Whip était aussi intéressé que Lakkie. Ils se demandaient tous deux s'il fallait subir l'Enterrement dans l'année. Les récits du rite de passage Gruul étaient enveloppés de secrets et d'effroi.

L'Enterrement était l'épreuve de tous ceux qui cherchaient à rejoindre les Gruul. Les anciens shamanes disaient qu'ils devaient éliminer tout attachement à la vie dans la ville de Ravnica, une ville esclave des règles et qui représentait la destruction de la nature. Il était dit que quiconque endurait l'Enterrement revenait dans la tribu renouvelé, sans but et prêt à vivre la vie d'un Gruul. Tous juraient de garder le secret, de ne jamais parler des détails à ceux qui ne l'avaient pas encore fait. Cela scellait l'Enterrement dans un sarcophage d'effroi inconnu dans l'esprit de tous les jeunes Gruul à l'approche du jour et de l'heure convenus.

Ça vibrait dans les entrailles de Domri comme un nid de frelons. Son Enterrement commencerait au lever du soleil.

La matinée avait été passée à recouvrir Domri de vêtements funéraires et d'une peinture faite de cendre et d'argile. Les shamanes marmonnaient des chants funéraires tandis que, devant la tente, la tribu gémissait comme s'il était mort dans la nuit. Le son de leur chagrin avait quelque chose de tellement réel que cela le troublait.

« Pourquoi font-ils cela ? Je vais bien. » Domri ressentit une irritation née de la peur.

Le shamane qui le soignait, Sabast, le regardait à travers un masque d'ocre et de cendre. « Ils pleurent pour la perte du garçon qu'ils ont connu. D'une manière ou d'une autre, ce garçon meurt aujourd'hui. »

Un instant, Domri ressentit un sentiment de panique. C'était peut-être trop pour lui. C'était peut-être trop dangereux. Mais Domri savait que d'autres l'avaient précédé. S'ils pouvaient le faire, il pourrait le faire aussi.

Dans l'après-midi, Domri et Sabast pénétrèrent profondément dans Utvara, une immense région de Ravnica qui avait été détruite au cours des siècles et qui abritait de nombreux Gruuls, malgré les tentatives des promoteurs Orzhov de prétendre le contraire.

« Regarde comment la nature réagit », dit Sabast en se promenant dans les ruines antiques. « Avec le temps, tout reviendra au sol. Il y a de la sagesse dans ce que disent les Golgaris. Ils comprennent l'envie de la nature de démolir des structures et de les réduire à la terre, mais leur cœur a été endormi. Ils n'ont aucune passion pour la vie. »

Domri regarda le pouvoir imperceptiblement lent de la nature. La pierre avait cédé la place aux arbres. Les vignes avaient traversé des briques, leurs racines collant à tous les coins et fissures. La vie déchirait les pierres et les briques mortes de la ville.





« La proximité de la mort apporte beaucoup de choses aux Gruuls : clarté du but, liberté de ne pas s'attacher, voir l'inutilité des règles, et surtout, un sens renouvelé de la vie. La vigueur et la vitalité ne sont jamais plus puissantes que lorsqu'un mortel fait face à la mort. C'est là que les Golgaris et les Gruuls se sont séparés : ils ont plongé dans la mort, ce qui a permis de leur enlever toute leur vitalité ; alors que nous avons utilisé le cycle de la nature pour nous inciter à ressentir plus de passion pour la vie. »

« Qu'est-ce qui va se passer ? »

« Ta tête ne pourra jamais te préparer à ce que ton cœur comprend parfaitement. Mes paroles sont pour ton esprit. La vie est pour ton cœur. N'écoute pas trop mes paroles ou tu deviendras un Azorius. Tu dois sentir ta voie. »

À l'approche du crépuscule, les ruines envahies par la végétation commencèrent à projeter des ombres inquiétantes. Dans ses errances de jeunesse, Domri ne s'était jamais aventuré aussi loin dans Utvara. Rien ne semblait familier. Ils s'approchèrent d'un mur de vignes et de racines qui semblait impénétrables, mais Sabast marcha à travers l'épaisseur de leur passage dans la bouche d'une caverne cachée. Sabast tira une torche du mur, murmura un sort pour l'enflammer et suivit un chemin escarpé orné de symboles et de pictogrammes Gruuls.

Après une longue descente glissante dans les tunnels, à travers les ruisseaux souterrains et autour des stalagmites, ils attinrent finalement un trou dans la terre sombre entouré d'objets funéraires Gruuls.

Sabast conduisit la torche dans le sol avec une pluie d'étincelles et se tint devant la tombe. Il ressemblait à un esprit de l'au-delà alors que ses yeux regardaient Domri à la lueur des torches.
« Domri Rade. Il est temps que le faux toi meure. Il est temps que le vrai toi naisse. »

Partie 2


Pour être proche des Anciens Dieux, vous devez aller sous la terre. Là, vous entendrez leurs voix et sentirez leur pouvoir. Certains peuvent vous murmurer des mots sacrés, certains peuvent vous donner des visions, d'autres vous faire peur, mais c'est leur façon de vous compléter, de faire de vous une vraie personne qui connaît son propre cœur. N'ayez pas peur.
—Sabast, shamane Gruul





Domri Rade était enseveli dans la terre.

Après que Domri a été recouvert de symboles magiques et d'un linceul de peau d'animal, le shamane Sabast le déposa dans la tombe cérémoniale. Lorsque Domri sentit la terre s'accumuler sur lui, il entendit Sabast entamer un chant de protection. Cela gardait le corps de Domri en vie, mais son esprit était sans protection, exposé et seul.

Le son s'étouffait à chaque pelletée de terre. Le froid s'infiltrait lentement dans son corps. Le poids rendait le mouvement plus difficile. Puis, il fut dans l'obscurité totale et le silence. La bravade adolescente le soutint pendant les premiers instants, et il savait qu'il n'avait qu'à endurer la nuit et que Sabast serait là le matin pour le retrouver.





Il n'avait qu'à endurer.

Mais la mesure du temps commençait à lui échapper. Une éternité sembla passer, son esprit épuisant systématiquement ses défenses une à une. Finalement, il manqua de choses pour s'occuper l'esprit.

Puis les couches les plus profondes commencèrent à faire surface. Des couches plus sombres.

Étaient-ce des minutes ? Des heures ? Peut-être que Sabast avait été emmené par un maaka alors qu'il rentrait au camp et que personne ne saura où je suis ? Le sort de protection s'amenuise-t-il ? Est-ce que je suffoquerais ? Peut-être y a-t-il eu une attaque massive de Rakdos sur ma tribu et que tout le monde a été éliminé ?

Peut-être que je serais toujours seul.

Peut-être que je vais mourir ici.

Il savait que les Anciens Dieux étaient un mythe, quelque chose en quoi les anciens croyaient. Mais maintenant, alors que des fissures d'incertitude commençaient à apparaître dans son armure mentale, il sentit son esprit se précipiter pour s'y accrocher, les rendre réels, les supplier de le délivrer de cette peur. Ses pensées et ses émotions couraient comme des rats pris au piège, se nourrissant jusqu'à ce que son esprit se ferme et que son instinct aveugle prenne le dessus. Domri se débattait comme un homme en train de se noyer, mais son corps était coincé dans la terre. Congelé. Immobile.

Une panique accablante s'installa... puis quelque chose commença à prendre le dessus. Une pression de l'intérieur lui traversa le corps, émettant un son dans son esprit comme un chœur de trompettes qui menaçait de le déchirer. Il avait l'impression que sa colonne vertébrale s'était transformée en feu liquide et que sa tête était remplie de lumière, puis... cela arriva. Il fut propulsé dans le Multivers pour contempler le vide infini des Éternités Aveugles. Son immensité était incompréhensible pour ses nouveaux yeux – des yeux qui ne seraient plus jamais fermés.

Tous les plans du Multivers étaient devant lui comme les facettes d'un joyau étincelant.

Domri se réveilla dans ce qui ressemblait à une tente Gruul. Il se releva du sol spongieux recouvert de feuilles mortes. Les choses semblaient différentes. Il s'assit, se frotta les yeux et vit un monde qu'aucun Gruul n'avait jamais vu.

Son esprit pouvait à peine composer avec l'absence de bâtiments alors qu'il se relevait d'un bond : pas de pierre, pas de gravats, rien. Il cligna des yeux et secoua la tête mais la scène ne changea pas. Les bâtiments n'étaient pas apparus comme par magie. Il était au fond d'une forêt vierge primordiale ; des arbres massifs recouverts de mousses luxuriantes, de fougères et de broméliacées l'entouraient. Des plantes qu'il n'avait jamais vues auparavant éclataient en une émeute de vie tout autour de lui. Il se traîna stupéfait jusqu'à la percée dans les arbres et vit une profonde vallée tapissée dans la canopée sans fin et verdoyante d'une vaste jungle située tout en bas. Pas un bâtiment ni une ruine en vue.





« Krokt. » Le mot s'échappa de sa bouche alors qu'il contemplait, émerveillé, un horizon grouillant de croissance incontrôlée. Un sentiment commença à monter en lui, comme si ses ancêtres Gruuls chantaient avec exultation. Il regardait la terre qu'il avait espéré et de leurs rêves – une terre sans murs, sans structure, et sans ces fichus Azorius et leurs carnets de gribouillis. C'était une vie brute exprimant une liberté absolue, et il était au cœur de celle-ci. Une ululation de quelque partie primale de Domri éclata hors de lui en réponse à la joie de ses ancêtres.

Il cria à tue-tête, « Yeeeeeaaaaaahhhhhh ! »

Peut-être pas une si bonne idée.

Il entendit un soufflet peu familier secouer tous les os de son corps. En passant près de lui, trois elfes vêtus d'étranges vêtements étaient apparus, chacun semblant plus surpris et inquiet que celui qui l'avait précédé alors qu'ils fuyaient devant lui.





Le premier elfe lui lança un regard furieux. « Idiot ! »

Le deuxième elfe passa devant. « Idiot ! »

Alors qu'elle se précipitait, la dernière elfe dit : « Cours, idiot ! »

Il pouvait sentir la terre trembler sous ses pieds. Quelque chose de gros s'était écrasé à travers les arbres, dont les troncs et les racines se brisaient bruyamment. Domri s'activa. Il baissa la tête et courut à la suite des pas de la fille elfe alors qu'elle se frayait un chemin à travers le parcours d'obstacles composé de vignes suspendues et de membres tombés.

Les arbres s'écrasaient tout autour de lui et il perdit rapidement de vue les elfes alors qu'il courait aveuglément à travers la mer infinie de fougères et de feuilles. Alors qu'il passait devant un mur de vignes, deux mains surgirent, l'attrapèrent et l'attirèrent dans une grotte sombre. Il pouvait entendre les elfes respirer.

« Ne dis pas un mot. » murmura l'un des elfes.

« Idiot. » dit un autre.

« Je ne veux pas y retourner », dit Domri à ses trois compagnons elfe qui le regardèrent avec un mélange d'égarement et de fascination. « Cet endroit est incroyable. »

Les trois elfes s'assirent et regardèrent ce garçon débraillé, couvert de terre, de cendre et de symboles d'ocres d'une étrange tribu qui leur était inconnue, déblatérant au sujet d'une traversée d'un grand vide depuis un autre royaume. Leur aîné, Hasal, parla à l'étranger alors que les deux plus jeunes le regardaient curieusement de loin.

« Il est fou », murmura Maklo à Elishta.

« Il a un pouvoir. Je le sens. Peut-être que Cylia l'a envoyé pour nous aider à traquer les Gargantuesques. »

« Je pense qu'il n'est qu'un autre éclaireur qui s'est perdu dans la forêt et a mangé trop de mûres. »

Hasal savait que l'humain n'appartenait à aucune des tribus qu'il connaissait à proximité. La plupart des voyageurs humains – fussent-ils chasseurs-cueilleurs ou simples commerçants – se déplaçaient en groupes dans la jungle, et personne ne partait seul si loin. Même les pistedieux de Cylia ont pris soin de ne pas se séparer aussi profondément dans la forêt. Il décida que cet humain avait perdu la tête.

Hasal posa discrètement des questions au garçon, essayant de donner un sens à ses affirmations extravagantes ; mais plus il posait de questions, plus Domri révélait des détails insensés d'un monde qu'il nommait Ravnica.

Domri entra dans une joie immense alors qu'il fixait la forêt luxuriante et sans fin pendant que les elfes délibéraient. Après un moment de chuchotements et de regards par-dessus l'épaule, Hasal dit : « Notre anima voudra te parler. Reparle-moi de cet endroit d'où tu viens. Tu as parlé d'un monde entier de... bâtiments ? »

« Oui. D'où je viens, tout le monde détruit la nature et en fait des bâtiments. Ma tribu détruit ces choses et les rend à la nature. »





Maklo avait l'air dubitatif. Elishta avait l'air fascinée.

Hasal avait juste l'air. Ce gamin hallucine.

Domri divaguait : l'adrénaline, d'abord due au transplanage, puis d'être poursuivi par Krokt-sait-quoi, s'écoulait à travers son corps ; ce qui lui donnait un regard vide alors qu'il parlait aux elfes. « Je veux dire, imaginez si chaque arbre ici était un bâtiment quelconque et que les espaces entre eux étaient pavés. C'est Ravnica. C'est un horrible fouillis et Gruul veut juste le mettre en pièces, mais les Azorius et toutes les autres guildes nous combattent. Ils sont tous pris dans les règles et les lois, mais nous avons les Éboulis. C'est chez moi. J'aime les créatures qui y vivent. »

Alors que Domri parlait aux elfes désorientés, il commença à imaginer les Éboulis et les grandes étendues de ruines, de grottes et de tranchées laissées par les guerres, les bêtes et autres dévastations. Quelque chose le tira et il sentit une force puissante s'éveiller comme un feu dans une fournaise. Plus Domri y pensait, plus la force grandissait en lui, jusqu'à ce qu'un barrage éclate et qu'il se sente submergé par une énorme poussée de mana le rattrapant comme une folle fureur. C'était chaotique. C'était comme une tempête tourbillonnante de terre enchevêtrée d'arbres et de vignes. Domri commença à transpirer alors que le stress de cette nouvelle vision le submergeait. C'était comme s'il était à nouveau enterré dans le sol. Au plus profond de la terre, des racines parcoururent son corps et dissolvèrent sa chair jusqu'à ce qu'il ne reste plus que ses os. Puis, ceux-ci aussi furent projeté dans le vide. Il pouvait à peine entendre Hasal l'appeler, et il pouvait sentir son corps physique être secoué comme s'il s'agissait de celui de quelqu'un d'autre ; mais sa conscience était ailleurs.

Et puis, dans un assaut écœurant de pouvoir incroyable, il se retrouva une fois de plus dans les Éternités Aveugles.

Les rues de Ravnica à minuit peuvent être un endroit déroutant, en particulier pour un Gruul qui n'avait jamais mis les pieds aussi profondément dans la ville. Domri dut se faufiler aveuglément dans ce qui semblait être des kilomètres de ruelles et de rues avant de pouvoir trouver une cime familière, un trou familier dans le mur du district et un sentier familier qui menait aux Éboulis et au camp de sa tribu.





Il était tard dans la nuit quand il tomba, décharné et épuisé, sur une sorte d'escogriffe d'égout qui sortait d'un tuyau de drainage Golgari.

« Aïeeee ! » En une fraction de seconde, quatre guerriers Gruuls avaient leurs lances sur sa gorge.

« C'est moi, Domri. Enlève cette lance de mon visage, Murgul. »

« Impossible », déclara Murgul. « Tu devrais toujours être dans la tombe. »

« Oh, oui. Ça. »

« Tu vas attendre ici jusqu'à ce que Sabast revienne », gronda Murgul, en piquant Domri avec sa lance.

Nasri tapota un peu de poussière dans les cheveux de Domri. « Je pense qu'il est l'un des Golgaris maintenant. »

« Je vais te dire ce que je suis, Nasri, » dit Domri, irrité. « Affamé. »

Sabast arriva à l'aube et, après avoir apaisé les guerriers, attira Domri dans sa tente. Pour la première fois, Domri vu Sabast complètement abasourdi.

« Comment es-tu arrivé ici ? J'ai enlevé la terre de la tombe et tu n'y étais plus. Quelle sorte de sortilège as-tu jeté ? Comment as-tu échappé à l'épreuve ? »





Domri était sur le vif. Il savait que Sabast était tenu par la tradition Gruul de croire aux vieilles légendes et mythes et ce que Domri venait de traverser brisait tout cela. S'il était constaté qu'il ne venait pas de passer le test complet, il perdrait son statut dans la guilde. Mais s'il disait la vérité à Sabast, il serait probablement chassé comme un fou, un charlatan, ou les deux. De toute façon, ça n'avait pas l'air bien. Ce qui était irritant, c'est que Domri avait toujours eu le sentiment qu'il était différent de tous les membres de sa tribu ; et maintenant que quelque chose de vraiment incroyable s'est produit pour le prouver, il ne pouvait rien en dire sans s'aliéner lui-même. Cela rendait Domri fou comme un maaka.

Il vit le visage perplexe du shamane qui attendait une réponse. Domri décida que peu importait ce qu'il dirait maintenant. Tout avait changé.

« Je ne peux pas te dire ce qu'il s'est passé, » dit Domri en regardant ses pieds.

« Quoi ? »

« Je ne peux pas te le dire parce que tu ne me croirais pas de toute façon. » Domri sentit la colère monter en lui. « Fais ce que tu penses devoir. Banni-moi, n'importe quoi, ça n'a pas d'importance. Personne n'a jamais cru en moi de toute façon. » Domri se tourna pour sortir.

« Je ne vais pas te bannir, » dit Sabast en attrapant le bras de Domri. « Assieds-toi. Je vais te dire quelque chose que je n'ai jamais dit à personne dans la tribu. Il n'y a pas de lois des Gruuls à l'exception de celles de la nature. Je peux dire que quelque chose est arrivé, et c'est le vrai pouvoir de l'Enterrement. Ce n'est pas à moi de juger les forces chaotiques de la nature , qu'elles soient bonnes ou mauvaises, comme le font les autres guildes ; mais de guider les Gruuls, de nous maintenir en contact avec ces forces et de les maintenir en vie à travers nous. Tant que tu gardes ton esprit, Domri, tu es Gruul et tu auras une place au coin du feu central. »

Dans un rare flot d'émotion, Domri embrassa le vieil homme. Il se sentait comme si un poids lui avait été enlevé. Au cours de la longue marche vers le campement, Domri n'avait pas conscience de l'inquiétude qui le rongeait sur la réaction de sa tribu, en particulier celle de Sabast. Il quitta la tente et, en passant devant les membres de sa tribu, il sentit un sourire se dessiner sur son visage. Enfin, après avoir passé des années à n'être personne, un enfant ayant une affinité avec les animaux sauvages de Ravnica, Domri avait maintenant l'impression de savoir quelque chose qu'aucun autre Gruul ne pouvait savoir. Pas Sabast, pas Nikya, pas Borborygmos – personne. Il connaissait un autre royaume, un autre monde complètement séparé de celui-ci, et c'était un monde dont les Gruuls ne pouvait que rêver. Domri ressentit le besoin de faire un autre voyage dans la nature, la vraie nature. Rien que la pensée du voyage dans l'étonnant royaume de la jungle provoquait l'excitation en lui.

Il y avait une grande aventure à vivre et il était prêt à affronter tout ce qui se trouvait là-bas.



Edité 1 fois, dernière édition par Drark Onogard le 02/08/2019



Ajouter une louange


Vous devez vous identifier pour participer.

Appréciation

Contenus relatifs

Sondage

Qui aurait dû faire partie du casting des planeswalkers du Trône d'Eldraine ?

Résultats
(déjà 229 votes)