Avant la Guerre : Partie 5 - Magic the Gathering


Avant la Guerre : Partie 5

Articles
par Drark Onogard, le , 375 consultations

  La guerre des Planeswalkers / La storyline de Magic

La Guerre des Planeswalkers n'est pas arrivé comme une surprise : de nombreuses intrigues se sont déroulées pour y mener, intrigues que Django Wrexler s'applique à nous conter.

     

Nous ne jugerons pas ici la pertinence de conter ce qui mène à la Guerre des Planeswalkers après avoir conté ladite guerre. Non, nous, nous préférons simplement traduire et lire l'histoire écrite par Django Wexler sans râler avec notre savoir-faire franco-français.

Il n'y a pas d'avertissement pour les enfants cette fois-ci ! Mais je le dis quand même, par déontologie, ou envie d'ajouter un second paragraphe à cette introduction, j'en conviens, assez superflue et que la majorité d'entre vous passera, donc passons.

Chapitre 5



Ral Zarek n'avait jamais beaucoup aimé les animaux de compagnie.

Une fois, alors qu'il était beaucoup plus jeune, Elias et lui avaient déjà possédé un chiot. C'était peu de temps après que Ral ait commencé à travailler pour Bolas et la carrière poétique d'Elias avait commencé à décoller sous le patronage caché du dragon. Combinés aux revenus générés par le travail de Ral, ils avaient assez d'argent pour s'installer dans des appartements qui ne tombaient pas en ruine, et Elias avait insisté pour que le chien soit pris en charge. Avoir un petit chien était chose courante à l'époque parmi les auteurs littéraires et, finalement, Ral n'avait jamais rien pu refuser à Elias.

Il avait fini par faire le gros du travail, bien sûr, nourrir et nettoyer après la chose, et surtout la mener à bien, tâche pour laquelle le fragile Elias n'était pas conforme à la Constitution. Bien des années s'étaient écoulées depuis que Ral ne voulait l'admettre, mais il se souvenait encore du sentiment d'essayer de descendre dans la rue avec un minimum de dignité, alors qu'il était entraîné par les traits fous de cet animal à moitié sauvage.

Le fait est que que marcher avec Hekara était une expérience très similaire. Même s'ils n'étaient pas attachés par une laisse, Ral se sentit obligé de l'attendre quand elle était distraite, c'est-à-dire constamment. Alors qu'ils se dirigeaient vers Vitu-Ghazi, le grand arbre-monde qui était le centre du pouvoir de Selesnya, ils passèrent sur un réseau de routes surélevées appelé Grand hall. Les jours saints, ils étaient fréquentés par des adorateurs de la nature, mais ils servent aujourd'hui de marché impromptu, où les adhérents et les étrangers de la Selesnya peuvent se rencontrer et où les membres de la guilde peuvent vendre leurs produits. Les hommes et les femmes étaient agenouillés sur des couvertures, avec les marchandises étalées devant eux. Tous les dix pas, Hekara se précipitait, repérant un autre fruit étrange ou une épice inhabituelle qu'elle devait simplement examiner.

Peut-être que je devrais lui faire une laisse. Les cultistes de Rakdos portaient des choses étranges. Et tandis que le chiot avait finalement échappé à l'attention instable d'Elias et s'était échappé vers des pâturages plus verts – au grand soulagement de Ral – il ne pouvait pas se permettre que Hekara subisse le même sort.

« Tu vois ça ? » dit-elle alors qu'il s'approchait derrière elle. Elle fit un geste vers le bas devant un arrangement de gourdes de forme inhabituelle. « Tu peux les couper en dés avec des poivrons, et d'autres choses, et c'est comme mmmmm. » Elle se tourna vers lui avec un sourire éclatant. « Aussi, j'ai une fois tué ce gars avec l'un d'entre eux. Le truc, c'est que si tu le casses à la tige, ça va parfaitement... »

« Hekara », dit Ral. « Ils m'attendent. »

« Bien. » Hekara fit signe à la femme Selesnya, à l'air choqué, derrière les gourdes, qui semblait examiner sa marchandise sous un jour nouveau. « Sympa. Bougeons ! »

Ils reprirent leur marche. Vitu-Ghazi dominait tout ici, un arbre gigantesque presque aussi haut que le Nouveau Prahv. Des bâtiments façonnés à partir du bois vivant étaient nichés dans ses énormes branches courbées, reliées par un réseau complexe de ponts suspendus et d'échelles. Ral savait que, dans le coffre principal, il y avait une cathédrale de la nature, de la taille de la version en pierre et en verre de l'Orzhov. Les feuilles de l'arbre en saillie empêchaient la pluie, au moins de laisser l'eau s'égoutter dans des gouttières soigneusement conçues.

« Hekara et Ral », dit Hekara dans une chanson joyeuse en marchant. « Partenaires ! Compagnons ! Camarades !... »

« Hekara. »

« Quoi ? »

« Nous ne sommes pas partenaires. » Ral souffla. « Je fais mon travail et vous êtes ici pour observer. Lorsque nous entrons à l'intérieur, observez s'il vous plaît et ne contribuez pas. »

« Que voulez-vous dire ? »

« Je veux dire, tais-toi. »

Après quelques pas supplémentaires, il risqua un coup d'œil par-dessus son épaule. Hekara suivait toujours, ses yeux grands et abandonnés. Le chiot l'avait regardé comme ça, se souvint-il. D'habitude, quand il avait pissé quelque part, ce n'était pas censé l'être et il essayait de le châtier.

Je savais que c'était une mauvaise idée.

« Hé », dit-elle après une minute.

« Quoi ? » grogna Ral.

« Nous ne sommes pas encore à l'intérieur, alors puis-je contribuer quelque chose ? »

« Si tu dois. »

« Quelqu'un nous suit. »

Ral jeta un coup d'œil par-dessus son épaule.

« La femme au manteau noir », dit Hekara. « Elle est sur le chemin du retour, mais elle y est depuis que nous sommes arrivés au hall. » Son visage s'éclaira. « Tu veux que je la tue, »

« Non. » Ral croisa les yeux avec la silhouette en noir et reçut un signe de tête. Lavinia. « Je vais lui parler. Reste ici. »

« Je devrais... »

« J'ai dit de rester. »

Hekara poussa un grand soupir et se dirigea vers les couvertures à côté de la rue. Ral se retourna et retourna à l'endroit où se trouvait Lavinia, les bras croisés sous son manteau sombre. Il remarqua la lueur de métal à ses côtés.

« Je pensais que tu ne voulais pas être vu avec moi, » dit Ral.

« Vous ne m'avez pas vraiment laissé le choix », déclara Lavinia. « Je m'assurais d'être seule sur tes talons. »

« Et ? »

« Vous êtes clairs, pour le moment. Les Selesnya ont une arme étonnamment bonne en contre-espionnage. » Elle jeta un coup d'œil à Hekara. « Qui est ton compagnon ? »

Ral grimaça. « L'émissaire de Rakdos. Le vieux monstre a insisté pour qu'elle m'accompagne afin qu'il puisse être sûr que nous ne complotions pas contre lui. »

« Cela ressemble à Rakdos. » Lavinia sourit légèrement. « Tu as plus de succès que prévu. »

« Jusque là. » Ral hocha la tête à l'arbre du monde. « Nous verrons. »

« Je voulais te prévenir. Les gens de Bolas ont prévu quelque chose pour Selesnya. »

« 'Quelque chose' signifie quoi ? »

« Je ne sais pas. Je ne peux intercepter qu'une fraction de leurs communications. Mais il y a certainement eu plusieurs messages liés à quelque chose qui se passe ici et bientôt. Cela pourrait être programmé pour coïncider avec ta visite. »

« Merveilleux. Il faut donc que je fasse attention, mais tu ne peux pas me dire comment ni quoi faire à ce sujet. »

« Bienvenue dans mon monde », déclara Lavinia.

La tension était évidente sur son visage pâle, les cernes qui s'épanouissaient sous ses yeux et Ral sentit un pincement de sympathie inattendu. Il avait toujours pensé à Lavinia comme à la justice infatigable, un pilier invincible d'Azorius, mais maintenant elle opérait en dehors de son ancienne guilde et contre un adversaire beaucoup plus dangereux.

« D'accord », dit-il plus doucement. « Je ferai de mon mieux. Et toi aussi, fais attention. »

« Bien sûr. » Elle resserra son manteau.

« En fait, » dit-il. « Je voulais te demander quelque chose. »

« Quoi ? »

« Vraska, » dit-il. « La nouvelle reine des Golgari. Que sais-tu d'elle ? »

« Elle a essayé de tuer Beleren une fois. Pas grand-chose d'autre part. Pourquoi ? »

« Elle veut se rencontrer », déclara Ral. « J'ai besoin de savoir quelle est sa position maintenant. »

« Je vais voir ce que je peux trouver, » dit Lavinia. « Rien n'est certain. »

« Bien sûr. » Ral inclina la tête. « Merci pour l'avertissement. »

Lavinia se retourna et s'éloigna, se fondant dans la foule. À l'avant, Hekara était en train de crier avec une fille elfe devant de délicats ornements de verre que l'émissaire de Rakdos avait apparemment cassé par accident. Ral leva les yeux au ciel et poussa un soupir.



Une centaure, vêtue d'une armure de bois flexible, salua Ral et Hekara à l'entrée et les éloigna de la cathédrale principale, en direction des bâtiments plus petits situés à côté du grand arbre. Elle se déplaça facilement, montant un long escalier en courbe clairement conçu pour sa race.

« Ne demandez pas », dit Ral en voyant Hekara fixer leur escorte.

« Pourquoi pas ? »

« Parce que demander à une centaure si vous pouvez la chevaucher est un bon moyen de se faire casser la tête, » dit doucement Ral. « Croyez-moi. »

« Ouais ? Sympa, bon conseil. » Hekara regarda curieusement. « Beaucoup de lames autour, tu ne penses pas ? »

« Mmm », dit Ral sans aucune gêne.

Il avait remarqué la forte présence militaire lui-même. Les soldats en armure verte et brune étaient partout, principalement des humains et des elfes, mais aussi des centaures et des loxodons à tête d'éléphant. Lors de ses quelques visites précédentes à l'arbre-monde, il ne se souvenait pas d'une sécurité aussi lourde. Peut-être ont-ils eu vent de ce qui inquiétait Lavinia aussi.

Emmara Tandris les attendait à l'extérieur d'un bâtiment à plusieurs étages s'enroulant en spirale autour d'une énorme branche. Elle était grande, mince et gracieuse, avec une masse de cheveux dorés, vêtue d'une robe verte chatoyante qui la faisait ressembler à une partie de l'arbre. Hekara haussa les sourcils de manière appréciable.

« Souvenez-vous, » siffla Ral. « Observez. »

« Bien. »

Une escouade de soldats entourait Emmara, menée par un sergent fronçant les sourcils, les mains sur leurs armes. Elle fit un pas en avant pour saluer Ral et il lui rendit le geste, gardant son expression formelle. Il n'avait pas rencontré Emmara depuis la débâcle du labyrinthe implicite, et bien qu'ils n'aient pas été précisément des ennemis, elle avait été proche de Beleren et Ral doutait qu'il ait fait bonne impression.

« Maître Zarek », dit-elle d'une voix musicale. « Merci d'avoir accepté de me voir. Je sais que vous devez être occupé. »

« Bien sûr, » dit Ral. « J'espère que nous pourrons parvenir à un accord pour que votre guilde participe au sommet. »

« J'aimerais beaucoup, » dit Emmara, et il sentit une pointe de frustration dans sa voix. « Pourquoi ne venez-vous pas à l'intérieur ? »

Le sergent s'avança et s'éclaircit la gorge. « Vous devrez rendre vos armes, monsieur. »

Ral jeta un coup d'œil à Emmara, puis haussa les épaules. Il défit les sangles de ses brassards et de l'accumulateur et les remit à l'un des soldats.

« C'est le dernier modèle », déclara Ral. « Faites attention avec ça. »

« Vous retrouverez vos gadgets sains et saufs, » dit le sergent avec dédain.

« J'espère bien, » dit Ral. « On sait qu'ils explosent s'ils sont renversés. »

Le sergent et ses hommes échangèrent un regard inquiet et Ral garda le visage impassible. Ce n'était pas vrai, mais Izzet avait cette réputation. Un autre soldat s'approcha nerveusement d'Hekara. Elle écarta les bras et fit un cercle, la clochette tintant dans ses cheveux.

« Rien que moi, ouais ? » Elle lui sourit. « C'est assez dangereux. »

Les soldats semblaient satisfaits. Ils se mirent à part pour laisser Ral et Hekara rejoindre Emmara, et ensemble ils franchirent la porte ouverte menant au bâtiment. Comme toutes les structures de la Selesnya, elle avait un aspect organique incurvé, des murs et des cloisons se développant sans à-coups depuis le sol et le plafond. Au lieu de fenêtres en verre, un écran dense de fines branches et de feuilles laissait pénétrer une lumière douce et agréable. À l'intersection de deux couloirs, une petite fontaine organique bourdonnait doucement.

« Je suis désolée pour ça, » dit Emmara. « Le Maître de clairière Garo a insisté sur le renforcement de la sécurité. »

« Pour quelle raison ? » dit Ral.

« C'est compliqué. » Elle se tut alors qu'un groupe de soldats passait. « Je vous expliquerai en privé. » Elle jeta un coup d'œil à Hekara. « Qui est votre comparse ? »

« Oh. » Ral prit une profonde inspiration. « Voici Hekara, l'émissaire de Rakdos. Hekara, voici Emmara Tandris. »

« Enchantée ! » Hekara hocha la tête avec enthousiasme, produisant un léger tintement. « Alors tu es genre, le chef elfe dans ces régions ? »

« Pas exactement », dit Emmara avec un sourire discret. « Nous n'avons pas beaucoup de hiérarchie formelle à Selesnya. J'ai une certaine influence, mais... » Elle s'arrêta à nouveau alors qu'un loxodon en robe passait lourdement devant elle, puis indiquait une porte fermée. « Ici. »

Ils avaient grimpé d'au moins deux étages sur une rampe courbe pour atteindre cette pièce, devina Ral. C'était un simple salon, avec des chaises tissées à partir de branches sèches et quelques tables grêles. Une servante était en train de nettoyer quand ils arrivèrent, mais elle s'inclina précipitamment devant Emmara et se précipita dehors, les laissant seuls.

« Désolé, » dit Emmara, quand ils étaient seuls. « Comme je l'ai dit, les choses sont... compliquées. »

« Évidemment, » murmura Ral. « Je n'ai jamais entendu parler de dissension à Selesnya. »

« La situation actuelle est sans précédent. » Emmara leur fit signe de s'asseoir. Ral le fit alors que Hekara se dirigeait vers la fenêtre et tentait de séparer le tissu de branches. Après un moment, Emmara haussa les épaules et prit place à côté de Ral. « D'ordinaire, les dryades interprètent la volonté de Mat'Selesnya, l'Âme du Monde, et la politique de la guilde des guides, avec les Trostani à leur tête. »

« C'est un triumvirat, oui ? » dit Ral. « Un conseil de trois dryades qui dirigent Selesnya. »

« Pas exactement. » Emmara soupira. « C'est tellement difficile à expliquer aux étrangers. Les Trostani ne sont pas trois êtres séparés, mais trois aspects du même être, une seule entité qui bouge selon les désirs de l'Âme du Monde. Leurs trois aspects incarnent la vie, l'ordre et l'harmonie. les besoins d'un aspect se heurtent avec un autre, mais il ne faut pas longtemps pour qu'ils retrouvent le consensus. »

« Jusqu'à maintenant ? » dit Ral.

« Jusqu'à maintenant, » dit tristement Emmara. « L'harmonie s'est entièrement retirée, et Vie et Ordre s'opposent. Les dryades sont paralysées et nous n'avons aucun moyen de connaître la volonté de Mat'Selesnya. Elle a jeté la guilde dans le chaos. »

« Oh ! » dit Hekara depuis la fenêtre. « Avez-vous essayé de tuer deux d'entre eux ? Cela pourrait aider. »

« Je... » Emmara jeta un coup d'œil à Ral puis secoua la tête. « Je ne pense pas que cela serait utile. »

« Vraiment ? Résout généralement mes problèmes. » Hekara haussa les épaules.

« Alors que l'impasse continue, » dit Ral, « qui dirige Selesnya ? »

« Comme je l'ai dit, personne ne règne. » Emmara pinça les lèvres. « J'ai... une certaine influence. Beaucoup de ceux qui croient que la guilde devrait être plus impliquée dans les affaires de Ravnica sont d'accord avec mes idées. Mais le maître de clairière Garo a aussi ses partisans, et il pense que la solution la plus prudente serait de se retirer dans nos enclaves. et défendre nos frontières jusqu'à ce que le problème soit passé. »

« Les ennuis ne vont pas simplement passer », déclara Ral. « Pas cette fois. C'est Nicol Bolas. Je sais qu'il est difficile de comprendre ce que cela signifie, d'où il vient, mais... »

« Qu'il est un Planeswalker ? » Emmara avait l'air pensif. « L'idée n'est pas aussi dérangeante que je le pensais. Elle me semble... familière. » Elle changea de position inconfortablement. « Mais Garo ne voit pas pourquoi nous devrions risquer de travailler avec les autres guildes alors que nous ne sommes même pas menacés. »

« Ensuite, je dois parler à Garo, » dit Ral. « Je vais le convaincre du contraire. »

« Je lui ai demandé d'assister à cette réunion, » dit Emmara, malheureuse. « Mais il refuse. »

Ral fronça les sourcils. « Les soldats sont les siens ? »

« Ils servent le Conclave », dit Emmara. « Mais oui, beaucoup de nos membres les plus martiaux se considèrent comme ses adhérents. »

« Ensuite, il semble qu'il ait la main au fouet. »

« Quoi ? » Les sourcils d'Emmara se plissèrent, puis elle se mit à rire. « Oh, non. Garo n'essaierait pas de régler ça par la lame. Ce n'est pas une mauvaise personne, Maître Zarek, s'il vous plaît, croyez-moi. Seulement... un peu plus prudent que je ne le voudrais, et ferme dans ses convictions. »

Ral laissa échapper un souffle, luttant contre la frustration. « D'accord. Alors on fait quoi ? »

« J'espère que vous pourrez parler à quelques personnes influentes pendant que vous êtes ici. Cela pourrait servir à faire pencher la balance... »

La porte s'ouvrit doucement et la servante entra, portant un plateau avec une théière fumante. Emmara leva les yeux.

« Ce n'est pas nécessaire », dit-elle. « S'il vous plaît, laissez-nous. »

« Désolé, Maîtresse Emmara. » La fille s'approcha et posa le plateau sur l'une des tables. « Je ne voulais pas vous interrompre. »

Emmara agita la main avec dédain et la fille se tourna pour partir...

Puis se retourna.

Ral avança rapidement, sautant de sa chaise et se jetant vers Emmara. La main de la jeune fille émergea avec un long et mince poignard qu'elle balança par-dessus dans un arc qui l'enfoncerait dans la poitrine d'Emmara. Emmara elle-même levait les yeux, surprise, au moment où elle tombait.

Son bras la prit par la taille, la baissant et repoussant la chaise légère. Le poignard de l'assassin manqua sa cible, coupant une ligne de rouge sur le haut du bras d'Emmara à la place. Emmara frappa le sol, les yeux écarquillés par le choc, et Ral se détourna d'elle pour trouver la fille en train de lever la lame pour un autre coup. Il leva la main, l'électricité crépitant entre ses doigts, maudissant le sergent officieux qui avait pris son accumulateur...

Et ensuite, Hekara se tenait derrière l'assassin, avec désinvolture, comme si elle n'avait jamais bougé. L'émissaire de Rakdos leva la main et l'acier brilla entre ses doigts. Elle abaissa la lame d'un seul geste en douceur. Un instant plus tard, une ligne pourpre se dessina sur la gorge de la jeune fille Selesnya. L'assassin lui saisit le cou, le sang se glissant entre ses doigts. Elle tomba à genoux, puis bascula en frissonnant.

« Cool ! » Dit Hekara. Elle jeta son couteau ensanglanté dans les airs et il disparut avant qu'il ne tombe.



« Emmara ! » dit Ral.

« Je vais bien, » dit Emmara, les dents serrées. Elle s'assit, penchant son avant-bras qui saignait. « Ce n'est pas profond. »

« Est-ce qu'elle faisait partie des gens de Garo ? »

Emmara jeta un coup d'œil au serviteur mort et secoua la tête. « Je te l'ai dit, Garo ne ferait jamais une chose pareille. Il est un défenseur honorable du Conclave depuis des années. »

« Hekara ? » dit Ral. « Peux-tu sortir votre tête et voir si quelque chose se passe ? »

« Oui monsieur ! » dit Hekara avec un salut exagéré. Elle se précipita vers la porte et jeta un coup d'œil dans le couloir. « Beaucoup de soldats dans le coin. Ne pas aller n'importe où, attendre en quelque sorte. Personne d'autre. »

« C'est un coup d'État », dit Ral en secouant la tête quand Emmara commença à objecter. « Peut-être que Garo n'est pas aussi honorable que tu le crois, ou peut-être que quelqu'un tire ses ficelles. Ça ne fait rien. Nous devons sortir d'ici... »

Hekara dansa depuis la porte quand elle s'est ouverte. Un soldat elfique en armure de bois entra, ses yeux s'écarquillant à la vue du fouillis sanglant sur le sol. Une autre paire était derrière lui, mais Hekara se jeta à la porte, la claquant au visage. Ral se précipita vers l'homme qui était entré. L'elfe chercha son épée, mais la foudre de Ral fut plus rapide et s'écarta de sa main pour briller brièvement sur le corps de l'homme. Il y eut une légère explosion qui le fit basculer sur le sol et le laissa frissonner mais conscient.

Emmara, qui s'était levée, avait déchiré une bande de sa robe éthérée et l'avait attachée dans un bandage improvisé autour de sa blessure. Elle s'approcha de l'endroit où se trouvait le soldat blessé et agita une main d'un vert brillant. Des vrilles en bois ont émergé du sol, s'enroulant autour des poignets et des chevilles de l'homme et le fixant en place.

« Que se passe-t-il au nom de l'Âme du Monde ? » demanda-t-elle. « Par quelle autorité êtes-vous ici ? Que savez-vous à ce sujet ? »

« Je... » L'elfe secoua la tête avec frénésie. « Vous étiez... on nous a dit... »

« Qu'est-ce qu'on t'a dit ? » dit Ral, l'électricité crépitant était dangereuse entre ses doigts. « Et par qui ? »

« Le Maître de clairière Garo a dit que Maîtresse Emmara avait été assassinée ! » dit l'elfe. Ses yeux se tournèrent vers Ral. « Par, euh, vous, Maître Zarek. »

« Clairement, je n'ai pas été assassinée, » dit Emmara en se frottant le bras, « même si c'était proche. Où est Garo maintenant ? »

« En haut, dans la salle du conseil. »

Emmara se leva. « Je vais aller le voir. »

« Ne soyez pas stupide, » dit Ral. Il attrapa son bras indemne et l'éloigna des soldats liés. « Il a déjà essayé de vous tuer une fois. Si vous y entrez, je peux vous garantir que vous ne sortirez plus. »

« Et si je fuis ? » dit Emmara. « Quoi alors ? La guerre civile ? Je ne l'aurai pas. » Elle secoua la tête et Ral vit des larmes aux coins de ses yeux. « Je vais le confronter maintenant , alors que nous pouvons toujours arrêter ça. »

« Ah, Ral ? » dDit Hekara.

« Un instant, » grogna Ral.

« Je sais que je suis censée observer, » dit-elle, « mais ces gars-là sont vraiment intéressés à franchir cette porte. Donc, si vous ne voulez pas qu'ils entrent ici, ce serait vif si vous m'aviez aidé en dehors ? »

Ral se tourna. Hekara était appuyée contre la porte avec tout son poids et elle tremblait et tremblait sous les coups répétés de l'autre côté. Ses bottes arrachaient des éclats de terre alors qu'elle était repoussée lentement.

« Au moins », siffla Ral, « laissez-moi récupérer mon équipement avant que tu ne le confrontes. Ensuite, je pourrai vous défendre. »

« Je peux me défendre. » Emmara fit un demi-cercle dans les airs et le bois des murs coula le long de la porte, la verrouillant en place. Hekara recula avec un soupir de soulagement et tendit la langue aux soldats plus loin. « Mais votre aide serait la bienvenue. Le bureau de la sécurité est au premier étage. »

« Comment pouvons-nous y arriver ? » dit Ral.

« Par la fenêtre ?! » dit Hekara, rebondissant d'excitation. « D'accord ?! Génial ! »

Emmara acquiesça. Un autre geste fit plier les branches qui scellaient la fenêtre, laissant un espace dégagé. L'émissaire de Rakdos se précipita heureusement, faisant une roue impromptue dans une tempête de cloches sonnant, et se jeta dehors.

« J'allais... proposer de nous faire pousser des échelles, » dit Emmara, en s'occupant d'elle.

« Elle ira bien. » Ral regarda la chute qui était considérable – trois étages de construction et des centaines de pieds de plus à travers les branches de l'arbre jusqu'à la ville en dessous. « Mais je vais vous en parler. »



Heureusement, le bois de l'arbre-monde était aussi facile à modeler que l'argile, du moins entre les mains d'Emmara. La descente à l'extérieur du bâtiment n'était donc pas particulièrement difficile. Hekara réussit à produire de petites lames et à les coincer dans le bois au fur et à mesure, ce qui faisait grimacer Emmara à chaque fois. Ils contournèrent les fenêtres du deuxième étage et contournèrent le bâtiment en spirale depuis l'entrée principale. Ral pouvait voir que les terrains grouillaient de soldats.

Au premier étage, Emmara trouva une fenêtre qui menait à un couloir inoccupé et les laissa entrer. Hekara était toujours en ébullition.

« Où est le bureau de sécurité ? » dit Ral.

« Au coin de la rue », dit Emmara. « Mais il y aura des gardes. »

Ral regarda ses mains, sentant le pouvoir enroulé en elles. « Je peux en prendre un ou deux. Hekara ? »

« Hmmmm ? » Elle lui sourit. « Puis-je aider d'une manière ou d'une autre ? »

« Combien de ces petits couteaux as-tu ? » Il fronça les sourcils. « Où est-ce que tu les gardais, de toute façon ? »

Hekara cligna des yeux. « Je suis une sorcière de rasoirs. Je ne te l'ai pas dit ? »

Elle leva une main vide, la tordit avec brio et tint brusquement une pointe en forme de diamant à double extrémité. Une autre fleurissait et il y en avait une seconde à côté, puis une troisième et une quatrième. Elle ouvrit la main et l'acier avait disparu avant de toucher le sol.

« C'est pratique, » murmura Ral. Les lames étaient tranchantes des deux côtés, remarqua-t-il, et de près, il pouvait voir que ses doigts étaient couverts de croix croisées avec de minuscules coupures. Tous les Rakdos sont fous. « Très bien. Essaye de ne tuer personne si tu n'es pas obligé. Nous ne savons pas qui travaille réellement avec Garo et qui fait juste leur travail. »

« Soupir, » dit Hekara à voix haute. « Buzzkill. »

« Allons. » Il fit signe à Emmara et les trois firent le tour du coin.

Une seule porte menait au bureau de sécurité, avec un soldat blindé debout de chaque côté. Ral s'approcha du premier d'une manière professionnelle, et avant qu'il ne puisse aboyer, il lui adressa une paume contre la poitrine, lui donnant un choc électrique qui le fit tomber comme un poisson débarqué. Emmara fit un signe brusque à l'autre, et le bois du mur se tendit et s'enroula autour de sa main alors qu'il cherchait son épée. Ral ignora son cri d'alarme et frappa à la porte.

Deux autres hommes étaient assis de chaque côté du bureau et tiraient déjà leurs armes. Ral leva la main, mais au lieu d'un éclair, une faible étincelle craqua entre ses doigts. Il jura et se jeta sur le côté lorsque le soldat se précipitait. Il y avait un son rapide thunk-thunk-thunk, couteaux mordant dans le bois. Emmara attrapa l'homme qui avait attaqué par le poignet et utilisa sa propre impulsion contre lui, le jetant par-dessus son épaule pour atterrir dans le coin avec un cliquetis. D'un geste, du bois s'éleva autour de lui, le scellant à la place. Quand Ral se leva, il put voir que l'autre soldat était coincé contre le mur opposé par une lame lancée dans la paume de sa main et deux autres lui serraient la tête. Ses yeux étaient aussi larges que des soucoupes.

« Ne nous dérange pas, » dit Hekara gaiement.

Ral remarqua son accumulateur et ses brassards dans le coin et les attrapa. Le fait de frotter la chose sur son dos était comme un verre d'eau froide après une longue course assoiffée. Il sentit ses cheveux remonter dans les frisottis habituels et le pouvoir crépita sur les plots mizzium du brassard alors qu'il les attachait. Emmara leva un sourcil interrogateur.

« D'accord », dit Ral. « Maintenant, nous pouvons aller chercher Garo. »

Il y avait plus de soldats dans la salle à l'extérieur, mais Emmara leva les mains avant de pouvoir attaquer. Leur chef, le sergent que Ral avait vu plus tôt, hésitait.

« Je ne sais pas ce qu'on t'a dit, » dit Emmara, « mais il y a eu un malentendu terrible. Je vais en haut à ce moment-là pour m'entretenir avec Glademaster Garo. »

« Et eux ? » dit le sergent. « J'ai ordre de les arrêter. »

« Pour mon meurtre ? » dit Emmara.

« Je... » Le sergent fronça les sourcils.

« Ils viendront avec moi. Tous les autres, restez s'il vous plaît à vos postes. »

Elle balaya la rampe, sa robe traînant derrière elle de façon dramatique. Ral se retrouva souriant alors qu'il se dépêchait dans son sillage. Je peux toujours apprécier un bon sens du drame. Deux étages plus haut, il y avait une scène similaire, et encore une fois, les soldats se replièrent sous le commandement d'Emmara. Peut-être qu'elle a raison. Peut-être que seule la fille a été payée et qu'il ne s'agit pas d'un coup d'État à part entière.

Au dernier étage, une double porte donnait sur une vaste salle circulaire avec une grande table qui sortait du sol au centre. À un bout de la table, il y avait un tas de cartes et un homme et une femme les regardaient. L'homme portait une armure de bois vivante, plus élaborée que la plupart des soldats de la Selesnya. Celui-ci, supposa Ral, c'est le Maître de clairière Garo. La femme à côté de lui était une humaine en robe verte, des boucles rousses qui sortaient de sa tête alors qu'elle se penchait sur la table. Derrière eux, deux soldats fortement blindés attendaient.

« Garo ! » dit Emmara.

Garo leva les yeux. Il était difficile de juger les âges, avec les elfes, mais son visage était plus marqué que ce que la plupart des gens avaient vu, et ses longs cheveux blancs étaient tirés en arrière dans une queue de cheval soignée. Pendant un moment, leurs regards se croisèrent et Ral sentit quelque chose de profondément faux dans les yeux de l'homme. Il y avait là quelque chose de mort, comme si son crâne avait été creusé et remplacé par quelque chose de vil.

« Emmara, » dit-il. « J'espérais que mes rapports étaient faux. Heureusement que tout va bien pour toi. »

« Que se passe-t-il ? » dit Emmara. « Quelqu'un a essayé de me tuer ! »

« Je sais, » dit Garo. « Ral Zarek. Heureusement, nous l'avons près de nous. »

« Quoi ? » Les yeux d'Emmara se rétrécirent. « Vous... »

La femme rousse fit un geste et les portes claquèrent derrière elles, le bois les traversant. Garo hocha la tête dans leur direction.

« Puisque vous vous êtes si commodément amenée à ma porte », dit-il, « nous pouvons nous passer des plaisanteries. Tuez-les tous, s'il vous plaît. Bien que je préfère que le corps de Zarek soit raisonnablement intact, pour l'affichage. »

Emmara poussa un cri de rage et leva la main, des cercles d'énergie verte miroitant dans la vie autour d'elle. La table en bois gémit et commença à se déformer, de longues vrilles s'enroulant les unes sur les autres, constituant un simulacre grossier de forme humaine. La mage aux cheveux roux fit un geste similaire, et un autre élémental commença à se dessiner devant elle, les deux formes imposantes s'élevant simultanément.

Les deux soldats blindés se séparèrent, se déplaçant autour de la table dans des directions opposées. Ral fit signe à Hekara à droite et prit l'autre homme pour lui-même. L'elfe se rapprocha, tirant son épée, et Ral envoya un éclair qui éclata d'un coup de brassard. Il les connecta en un arc électrique, mais les vrilles bleu-blanc tournèrent et dansèrent sur une sphère centrée sur le soldat, ne l'atteignant pas tout à fait.



Protégé. Ral se permit un sourire serré. Mais ils n'étaient pas préparés pour moi. Ral répandit de l'énergie dans l'explosion, faisant tressauter la ligne de pouvoir qui crachait et crépitait comme un serpent effréné, et il sentit les protections de l'elfe commencer à s'effriter. Avec un coup puissant, le bouclier s'effondra, et la commotion cérébrale a soufflé le soldat à travers la pièce. Il heurta le mur à côté de Garo et tomba immobile sur le sol, des goulottes de fumée s'élevant de trous dans son armure.

De l'autre côté de la pièce, Hekara dansait autour du deuxième soldat de Selesnya, évitant sa longue lame et coupant avec agilité les articulations de son armure avec ses couteaux. Un filet de sang régulier recouvrait déjà le sol sous lui. Au centre de la pièce, les deux élémentaux se massacraient, d'immenses membres en bois se déchirant et se déchirant l'un l'autre. Emmara et la mage aux cheveux roux se tenaient sur les côtés opposés, se penchant comme si elles étaient physiquement pressées l'une contre l'autre, une énergie verte explosant.

Cela laissait Garo. Le Maître de clairière fronça les sourcils et sortit son épée, une lame en bois aussi fine qu'un rasoir et gravée de runes brillantes. Ral dirigea un éclair vers sa tête, mais il l'intercepta avec sa lame, l'énergie crépitant sans danger sur l'arme avant de se dissiper.

« Ral Zarek. » Garo se referma et les brassards de Ral furent chargés d'énergie. « J'aurais dû savoir que tu causerais des ennuis. »

« Je suis désolé, » dit Ral. « Est-ce qu'on s'est rencontré ? »

« Oh oui. » Garo sourit. « Tu as déjà oublié ? »

L'elfe attaqua, lisse et rapide. Ral s'éloigna de la première lame et prit la seconde sur un brassard, la foudre se débattant sur le bras de l'épée de l'elfe. Il se coupa la main et Garo dut échapper à la foudre et reculer d'un pas. L'elfe commença à tourner en rond.

« Je pense que je m'en souviendrais », déclara Ral. « Laisse tomber. C'est fini. »

« Loin de là. Je viens juste de commencer. »

Garo le rattrapa de nouveau, un assaut brutal et vicieux qui obligea Ral à céder du terrain, bloquant avec ses brassards et contrant par des vagues de plasma coupantes. Les attaques de l'elfe devinrent de plus en plus sauvages, jusqu'à ce qu'il laisse enfin une ouverture dégagée, écartant sa lame pour permettre à Ral de lui asséner un coup d'épaule et de le déséquilibrer. Avant que Garo ne puisse récupérer, Ral frappa, une puissance brûlante déchirant son armure de bois. Garo laissa sa lame claquer au sol et s'affaisser contre Ral. Il toussa puis sourit, les dents tachées de pourpre.

« Tu me dois toujours, Ral Zarek. Oh, oui. » L'elfe mourant toussa à nouveau. « Et tu vas payer. Dans un sens... ou dans l'autre... »

La voix était différente. Mais le ton, la cadence étaient toujours les mêmes. Ral continua.

« Bolas, » souffla-t-il.

« Pas tout à fait, » dit Garo. « Mais... la prochaine meilleure chose. » Du sang coulait de sa bouche, souillant l'épaule de Ral, et il tomba à genoux. « A bientôt. »

Garo s'effondra. Ral leva la tête, tremblant, et vit que le combat était terminé. L'un des élémentaux avait été déchiré en éclats, et Emmara et sa propre créature se tenaient près du mage aux cheveux roux, qui était tombé à genoux et avait le souffle coupé. Le deuxième soldat blindé était également plongé dans une mare de sang. Hekara le poussa, indifférente, comme un chat jouant avec une souris morte.

« Ce... » Emmara regarda Ral puis Garo. « C'est une tragédie. »

« Cela aurait été plus une tragédie s'il avait réussi », déclara Ral. Tuez Emmara, reprenez-moi pour cela, et vous feriez dérailler tout le sommet. Exactement ce que Bolas voudrait.

À bientôt...

« Je suis d'accord », dit Emmara. Elle respirait difficilement, mais ses yeux étaient durs et sauvages. « Clairement, nous avons quelques tâches ménagères à faire. Mais rassurez-vous, Maître Zarek, Selesnya sera à votre sommet. »

« Bien. » Ral s'appuya contre le mur et passa une main dans ses cheveux avec un craquement statique, restaurant ses frisottis. « Maintenant, nous allons quelque part. »



« C'est ridicule », déclara Kaya. « J'ai l'air ridicule. »

« Voulez-vous être tranquille ? » dit Tomik en tripotant ses lunettes. « Les sœurs grises ne parlent pas. »

« Les sœurs grises sont des cadavres fanés », déclara Kaya. « Quelqu'un va remarquer que je suis toujours, tu sais. Plump. »

« Gardez juste la tête baissée. La prochaine fois, vous pourrez remonter à l'extérieur de la tour. »

Kaya renifla mais resta silencieuse. Ils étaient de retour à Orzhova et montaient vers la haute cellule où se trouvait Teysa. Tomik avait eu l'idée de dissimuler Kaya. Les sœurs grises étaient des nonnes en robe qui s'occupaient de toutes les tâches ménagères de la cathédrale et pouvaient donc aller et venir à leur guise. Malheureusement, elles étaient exclusivement recrutées parmi les fidèles décédées. La robe qu'ils avaient volée n'avait pas été nettoyée depuis la dernière utilisation, Kaya en était certaine. L'odeur semblait empirer de minute en minute.

« Dernier garde », murmura Tomik.

Kaya baissa la tête, ne disant rien alors que Tomik échangeait des salutations avec le soldat blindé. L'homme les laissa passer avec à peine un grognement. En tant que secrétaire personnel de Teysa, Tomik était la seule personne autorisée à la voir. « Surtout », avait-il dit à Kaya en bas, « parce que je suis trop sans importance pour déranger qui que ce soit. »

Teysa attendait quand ils entrèrent, frappant avec impatience ses doigts sur la table. Elle se leva lorsque Tomik ferma la porte. Kaya se concentra un instant et sortit à travers la robe, laissant tomber ce qui était sale.

« Vous êtes en retard, » dit Teysa.

« Désolé, » dit Tomik. « Ils ont augmenté la sécurité depuis la dernière fois. »

« Alors, qu'est-ce qui est si important que nous devions risquer une réunion ? » dit Kaya. « Je pensais que tu vous ne vouliez pas de moi ici jusqu'à ce que vous soyez prête. »

« J'aimerais aussi le savoir, » dit Teysa en regardant Tomik. « C'est toi qui a suggéré ça. »

« Vous êtes ? » Kaya regarda le secrétaire, qui haussa les épaules avec inconfort.

« J'ai... une idée. Un plan, peut-être. Je n'aime pas ça, mais je ne peux penser à rien de mieux. » Il a pris une profonde inspiration. « Je pourrais peut-être nous donner la distraction dont nous avons besoin pour donner un coup de feu à Kaya au Conseil fantôme. »

« Et me garder en vie dans le processus ? » dit Teysa. « J'écoute. »

« Je préférerais rester en vie, aussi, » dit Kaya. »Si c'est important pour votre planification. Quelle est ta distraction ? »

Un regard douloureux passa sur le visage de Tomik. « Ral Zarek. »

Teysa fronça les sourcils. « Le personnage de guilde Izzet ? »

« Oui. » Les joues de Tomik rougirent. « Lui et moi sommes... proches. »

« Proches ? » dit Teysa.

« Il veut dire qu'ils couchent ensemble », lui conseilla Kaya dans un murmure.

Tomik rougit davantage, mais il acquiesça. « Ral a une position d'autorité considérable en Izzet. S'il organisait une attaque sur la cathédrale, cela nous donnerait certainement l'ouverture que nous recherchons. »

« Et potentiellement déclencher une guerre de guilde », déclara Teysa.

« Pas si vous devenez maître de guilde après, » dit Tomik.

« Question », dit Kaya en levant la main. « Est-ce que Zarek est si désespérément amoureux de toi qu'il engagerait des forces de guilde uniquement parce que tu le lui demanderais ? »

« J'en doute. » Tomik secoua la tête. « Nous devons lui offrir quelque chose. »

« De l'or ? » proposa Teysa.

« Il se fiche de l'or. Mais il organise un sommet de guilde et il a besoin que les dix guildes y participent. Je sais que l'Obzedat a rejeté son invitation. Si vous deviez promettre de l'accepter... »

« Alors il aurait tout intérêt à nous aider », acheva Kaya. « J'aime ça. Tout le monde gagne. »

« Sauf grand-père. » Teysa sourit. « Quel est le sujet du sommet ? »

« Ral pense que Ravnica sera bientôt attaqué par un ancien dragon nommé Nicol Bolas », déclara Tomik. « Il veut organiser une défense commune de quelque sorte. » Il haussa les épaules nerveusement. « Au moins, c'est le mot dans la rue. »

Kaya eut l'impression que quelqu'un avait enlevé un mur sur lequel elle s'était appuyée, la laissant trébucher. Une attaque de Bolas ? Il vient ici ? Elle échangea un regard avec Teysa, mais l'héritière d'Orzhov avait plus l'habitude de cacher ses émotions. Son visage était illisible.

« Je suis certaine que c'est un sujet qui mérite d'être discuté », a-t-elle déclaré. « Tant que Kaya est disponible ? »

« Oui bien sûr. » Kaya secoua la tête. J'ai besoin de penser à ça. « Ça me va. »

« D'accord. » Tomik poussa nerveusement ses lunettes. « Je vais lui demander, alors. »

« Préférez-vous que je le fasse ? » dit Kaya. Elle pouvait dire que ce n'était pas facile pour le secrétaire. Il est plus brave qu'il n'en a l'air.

« Non, » dit Tomik avec un peu de tristesse. « Ral me fait confiance. »

Résumé



Spoiler: Montrer
Ral, accompagné d'Hekara, entre dans le territoire de Selesnya, où ils sont bien entendu contraints de remettre leurs armes afin d'entretenir une réunion avec Emmara. Avant cela, Lavinia informe Ral d'être prudent, car quelque chose se trame et il pourrait bien être l'objet de quelques exactions.

Emmara leur explique l'absence de véritable hiérarchie chez Selesnya malgré sa propre influence, et la dissension de Trostani, Harmonie étant silencieuse. La guilde se trouve tiraillée entre elle, qui cherche à entretenir des relations avec les autres guildes en ces temps durs, tandis que Garo, aux nombreux partisans lui aussi, a une politique isolationniste.

Pendant qu'ils discutent quant à la menace que représente Nicol Bolas et l'éventualité que Garo soit un de ses agents, une servante d'Emmara entre pour lui servir le thé... mais tente de l'assassiner. Ral sauve la vie de l'elfe et Hekara emporte celle de la servante, avant que des gardes arrivent. Le premier parvient à rentrer mais est sonné par la magie de Ral, et Hekara bloque la porte aux suivants.

Le garde est poussé à répondre à quelques questions, et il leur apprend qu'il croyait que Ral avait tué Emmara. Il a appris cela de Garo lui-même ; autant dire que Ral le soupçonne de plus en plus, malgré Emmara qui cherche à défendre l'honnêteté de ce défenseur de Selesnya. Après êtres sortis par la fenêtre puis récupéré leurs armes ainsi que combattu, ils se dirigent vers la salle où l'elfe suspect se trouve.

Il semble satisfait de les voir arriver, et une fois quelques banalités échangées, il révèle son vrai visage en demandant de clore les portes. S'ensuit un combat sanglant, où Ral finit par tuer l'elfe, qui rit en mourant, lui soufflant qu'il a encore une dette envers lui... Cet homme aurait-il été possédé par Bolas ?

Du moins, cette tragédie révèle quelques aspects positifs : la guilde de Selesnya participera bien au sommet qu'il organise. Pendant ce temps, Teysa, Kaya et Tomik fomentent toujours leur complot pour que Teysa puisse finalement accéder au pouvoir sans que tombe sur elle l'opprobre ni l'accusation du meurtre de ses aïeux.

Tomik révèle alors, tremblant, l'idée de diversion qui lui est venue : si Izzet attaquait la cathédrale, cela suffirait à détourner assez l'attention. Or, il est assez proche de Ral pour le convaincre de faire ainsi, en échange de la participation d'Orzhov au sommet...

Edité 1 fois, dernière édition par Drark Onogard le 07/08/2019



Ajouter une louange


Vous devez vous identifier pour participer.

Appréciation

Contenus relatifs

Sondage

Qui aurait dû faire partie du casting des planeswalkers du Trône d'Eldraine ?

Résultats
(déjà 224 votes)