Avant la Guerre : Partie 3 - Magic the Gathering


Avant la Guerre : Partie 3

Articles
par Drark Onogard, le , 422 consultations , 1

  La guerre des Planeswalkers / La storyline de Magic

Les premiers contacts entre Ral et les guildes Boros et Azorius sont concluants ; mais Lavinia l'informe de la gangrène qui se propage à travers Ravnica...

     

Nous ne jugerons pas ici la pertinence de conter ce qui mène à la Guerre des Planeswalkers après avoir conté ladite guerre. Non, nous, nous préférons simplement traduire et lire l'histoire écrite par Django Wexler sans râler avec notre savoir-faire franco-français.

Il n'y a pas d'avertissement pour les enfants cette fois-ci ! Mais je le dis quand même, par déontologie, ou envie d'ajouter un second paragraphe à cette introduction, j'en conviens, assez superflue et que la majorité d'entre vous passera, donc passons.

Chapitre 3



Plus Ral se rapprochait du Nouveau Prahv, plus il pouvait sentir ses cheveux se hérisser.

Azorius avait toujours été officieux et dominateur, mais quelque chose avait changé. J'ai passé trop de temps enfermé dans mon atelier récemment. Les rues autour de la grande citadelle du Sénat étaient toujours aussi ordonnées et ordonnées, mais à présent, les soldats de la colonne Lyev d'Azorius étaient omniprésents, montaient la garde à l'entrée de chaque bâtiment important et patrouillaient dans la rue avec leur armure blanche et brillante. Les hussards passaient, les lances à la main. Dans le ciel, pour une fois sans pluie, des constructions ailées encerclaient paresseusement, fixant leurs yeux aux multiples facettes comme des pierres précieuses.

Ils ont peur. Ral sourit étroitement. La présence militaire était censée être un signe de force, mais pour Ral, elle avait plutôt l'air d'une faiblesse. Ils savent qu'il n'y a rien de plus inutile qu'un sénat que personne n'écoute.

Le Nouveau Prahv lui-même était toujours aussi impressionnant : trois tours titanesques dominant l'horizon de la dixième Circonscription, équidistantes autour d'une cour centrale, flanquées des dômes et des flèches de bâtiments plus modestes. Les frontières de l'énorme complexe étaient marquées par de hautes clôtures à crampons. À la porte, une douzaine de soldats blindés de blanc contrôlaient un point de contrôle, traitant une longue file de piétons. Ral les ignora et alla directement à la porte, où un sergent vedalken à la peau bleue le fixa à travers la fente étroite de son casque.

« Tous les arrivants non-membres de la guilde doivent avoir leurs papiers traités avant d'entrer », déclara le sergent. « S'il vous plaît attendez votre tour. »

Ral jeta un regard méprisant à la file d'attente. « Je suis pressé. »

« Aucune exception », gronda le sergent. Deux autres soldats s'avancèrent pour le flanquer. « S'il vous plaît ne causez pas de problèmes, citoyen. »

Courir définitivement effrayé. Ral esquissa un sourire hautain. « Je m'appelle Ral Zarek, représentant personnel du chef de guilde Niv-Mizzet. Je suis ici pour rencontrer le juge suprême Isperia sur une question de la plus haute importance. »

« Aucune exception... » le sergent fit une pause alors que l'un des autres soldats lui murmurait de manière urgente à l'oreille. Ses lèvres bleues se retroussèrent dans une expression aigre. « Très bien. Attendez ici. »



Il fallut en fait près d'un quart d'heure avant le retour du sergent, accompagné d'un capitaine. Le jeune homme, en uniforme mais sans armure, s'inclina légèrement devant Ral.

« Bienvenue, Maître Zarek. Je suis le Capitaine Pytr Liosh. Venez avec moi, s'il vous plaît. »

Ral accorda au sergent un dernier sourire supérieur alors qu'il suivait le capitaine à travers le point de contrôle. Liosh le conduisit rapidement sur la place centrale, après les trois grands monolithes et dans le dédale de bâtiments annexes abritant l'appareil administratif du sénat. Ral était frappé de constater à quel point il était différent des couloirs de Nivix – non seulement le fait que les murs et le sol étaient couverts de fissures et de marques de brûlure, bien sûr, mais aussi le silence.. Les sols étaient en marbre poli, sans tapis ni tentures pour étouffer les échos, et chaque pas résonnait comme un coup de tonnerre. Les employés passèrent devant eux, la tête baissée, sans regarder Ral ni les gardes qui se tenaient à intervalles réguliers comme des statues en céramique. Il y avait aussi un flot continu d'homoncules, de petites créatures à l'apparence desséchée qui effectuaient des tâches administratives ingrates, se dépêchant d'avant en arrière avec leurs petits bras croulant sous les parchemins.

Le capitaine Liosh s'arrêta devant une grande double porte incrustée du blason de la guilde Azorius en argent. De l'intérieur, Ral pouvait entendre le faible bruit de voix élevées en colère. Le capitaine toussa.

« La délégation de la Légion de Boros est déjà arrivée », déclara-t-il. « Je comprends que le maître de guilde sera là dans quelques instants. »

Il ouvrit la porte en s'inclinant à nouveau. Au-delà, Ral trouva une salle de conférence ovale, avec une longue table très polie au centre. Un côté de la table était bordé de hauts fonctionnaires Azorius, vêtus de robes blanches de sénateurs ou d'uniformes militaires.

De l'autre, il y avait plus de soldats, mais d'une coupe très différente. Là où l'armée d'Azorius était toute froide et dotée d'une armure de céramique brillante, la délégation de la Légion de Boros portait de l'acier brossé, bien poli, mais avec les entailles et les cicatrices évoquant le combat à proprement parler. Ils étaient cinq, allant de deux jeunes capitaines à une femme minotaure plus âgée portant l'insigne du lieutenant. Elle était assise en silence, les bras croisés, pendant que ses subordonnés s'engageaient dans un match scandaleux avec le groupe de politiciens.

Contre le mur arrière, observant, se tenait un ange.

Aurelia. Ral ne pouvait s'empêcher de regarder. Il ne connaissait pas grand-chose de la hiérarchie angélique qui dominait les rangs supérieurs des Boros, mais Aurelia était devenue chef de guilde après l'éviction de Plume. Elle était d'une tête plus haute que lui, mais donnait une impression de grâce délicate qui démentait sa taille. Ses traits étaient saisissants, androgynes et beaux, et ses cheveux cramoisis brillaient sur son épaule comme une rivière de sang ruisselant sur son armure usée. Ses grandes ailes étaient repliées derrière elle. Elle examinait la discussion en cours avec une expression légèrement amusée, comme un parent qui regarde des enfants dans un débat acharné.







« Si nous sommes faibles », disait l'un des lieutenants de Boros, « c'est votre faute. La Légion et le Sénat sont censés travailler ensemble, pour le bien de Ravnica, mais vous avez pris le parti d'usurper notre fonction. »

« Seulement parce que vous refusez de l'exécuter », rétorqua un sénateur au ventre bombé. « Si la Légion appliquait les lois... »

« Comment pouvons-nous appliquer les lois chaque fois qu'elles changent ? », déclara un autre soldat. »Le Sénat a perdu son emprise. »

« La Légion est devenue un élément dangereux pour les voyous. » coupa un vedalken d'Azorius.

« Dangereux ? » La femme minotaure se pencha en avant, faisant taire les autres pendant un moment. Une de ses longues cornes luisait dangereusement, tandis que l'autre s'était cassée et était maintenant coiffée d'un bouchon d'argent. « Les Boros ne sont dangereux que pour ceux qui transgresseront la justice. Est-ce vous, sénateur ? »

« Bien sûr que non », rétorqua le vedalken. « Nous sommes la loi. Comment pouvons-nous la rompre ? »

« La justice et la loi ne sont pas la même chose. » La voix d'Aurelia était étonnamment haute et musicale. « Les Azorius feraient bien de s'en souvenir. » Elle tourna ses yeux brillants vers Ral. « Salutations, Maître Zarek. Nous attendions votre arrivée avec impatience. »

« Envoyez vos plaintes au sergent des portes, » dit Ral. « Ou quiconque a conçu ce labyrinthe de bâtiment. » Il s'inclina devant Aurelia et inclina la tête vers le côté Azorius de la table. « Maître de guilde Aurelia. Maîtres. Merci d'être venus. »

« Zarek », déclara le sénateur ventru. « Bien. Pour ma part, j'ai quelques questions à vous poser. Qui est exactement cette menace que vous prétendez être sur nous ? »

« Et que pouvez-vous nous dire sur ses capacités ? » dit le minotaure. « Combien d'hommes peut-il envoyer sur le terrain et avec quel équipement ? »

« Je pense," dit Aurelia, "qu'il serait préférable d'attendre que le Maître de guilde Isperia et moi ayons eu l'occasion de discuter de la question. »

« Je suis d'accord », dit Ral. La dernière chose qu'il souhaitait était de s'enliser en essayant de convaincre ces subalternes en querelle de l'ampleur du problème. « Sera-t-elle prête pour nous bientôt ? »

« Elle est prête maintenant », dit une voix froide de l'autre bout de la pièce. Une porte s'était ouverte et un grand vedalken aux membres maigres se tenait à côté. « Le maître de guilde demande à Maître Zarek et à la chef de guilde Aurelia de la rejoindre seule. »

« Ce pourrait être un piège », dit immédiatement la femme minotaure. « Laissez-la nous voir tous ensemble. »

« L'honneur d'Azorius ne permettrait jamais une telle chose », déclara le sénateur. « Mais je suis d'accord pour dire que nous devrions tous... »

« Le chef de guilde a clairement pris sa décision. »

« J'apprécie votre inquiétude », dit Aurelia. « Mais ça ira. » L'ange fit un signe de tête à Ral. « On y va ? »



La pièce suivante était beaucoup plus grande, par nécessité.

Isperia, juge suprême du Sénat d'Azorius, était un sphinx. Son long corps léonin était plus gros qu'une charrette, encore plus volumineux grâce à ses larges ailes à plumes. Ses énormes pattes de devant étaient pliées devant elle. Son visage et sa tête avaient l'air plus humains, encadrés par de longs cheveux violets, ses traits aussi nobles que ceux de tous ses semblables.







Une chaise se tenait à côté d'elle et deux autres étaient placées en face. Ral, se sentant déjà quelque peu désavantagé dans une conversation avec cette énorme créature, choisit de rester debout et Aurelia fit de même. Le vedalken prit l'autre chaise, s'installant avec des mouvements précis et croisant les mains devant lui.

« Bienvenue », dit Isperia. Sa voix grave avait la trace d'un rugissement de lion dans les registres inférieurs. « Aurelia. Ça fait trop longtemps. »

« Tout à fait », dit l'ange. « Je regrette la récente tension... entre nos guildes. »

« Et je ne crois pas que nous ayons rencontré Maître Zarek », continua le sphinx. « Je connais bien sûr votre maître. »

« Le Cérébropyre envoie ses salutations », déclara Ral. Il jeta un coup d'œil curieux au vedalken.

« Ah oui. » Isperia hocha la tête dans sa direction. « Ceci est le Grand Arbitre Dovin Baan. Il est mon second et peut avoir une expertise dans le domaine dont nous sommes saisis. »

« Salutations », dit Baan, ses traits bleus sans aucune émotion.

« Ton maître a appelé cette réunion, Zarek, » dit Aurelia. « Je dois dire que quand j'ai reçu son message, cela semblait tiré par les cheveux. Un dragon d'un autre monde? J'ai toujours rejeté ces mythes. » Elle sourit.

« Cela expliquerait beaucoup de choses sur Azor. Et le Cérébropyre ne doit jamais être totalement ignoré », déclara Isperia. « En même temps, nous avons pris l'habitude d'ignorer ses... envolées. Cependant. » Elle jeta un coup d'œil à Dovin, qui s'éclaircit la gorge.

« Nicol Bolas est assez réel », déclara le vedalken. « J'ai croisé le chemin de lui ou de ses agents dans le plan de mon domicile, Kaladesh. Mes investigations ultérieures m'ont conduit ici, où je pense qu'il fera son prochain déménagement. »

« Vous prétendez être d'un autre monde, alors ? » dit Aurélia.

« Oui, » dit Baan. « Je suis un planeswalker. »







Ral s'éclaircit la gorge. « Je me rends compte que l'idée semble absurde au début », déclara-t-il. « Mais je peux vous donner mon assurance personnelle que de telles personnes existent. »

C'était étrange de le dire si calmement. Il n'y a pas si longtemps, Ral travaillait désespérément pour empêcher que le secret des Planeswalkers et des autres mondes ne soit largement connu. Il avait supposé que si les sans-étincelles prenaient conscience des étrangers au milieu d'eux, la réaction paranoïaque serait dangereuse pour tous. Tous les Planeswalkers qu'il avait rencontrés au fil des ans appliquaient la même politique, une règle non écrite qui dissimulait leurs capacités à la plupart des habitants du Multivers.

Maintenant, il rompait ce tabou avec deux des créatures les plus puissantes et les plus influentes de Ravnica. Mais il n'y a aucun moyen de le contourner. Il ne convaincrait jamais personne que Nicol Bolas était une menace s'il ne pouvait pas expliquer d'où le dragon venait.

« J'ai reçu des documents de Niv-Mizzet sur le sujet », déclara Aurelia. « Je suppose que vous avez comme volonté ? »

Isperia acquiesça. « Je suis prêt à accepter sa parole, pour le moment. »

« Laissez-nous procéder sur cette hypothèse. » Aurelia se retourna vers Ral. « Ce Nicol Bolas vient donc à Ravnica de régions inconnues. Il est puissant ? »

« De manière significative plus puissant que mon maître », déclara Ral. « Maintenant. »

« Et pourtant, ce n'est pas un obstacle insurmontable », déclara Aurelia. « Pardonnez-moi d'être franche, mais s'il devait y avoir une confrontation, je mettrais certainement en péril la puissance combinée de la Légion contre Niv-Mizzet seul. Je ne vois pas pourquoi ce Bolas serait différent. »

« Je suis d'accord », dit Isperia. « Un dragon ressemble beaucoup à un autre. »

« Bolas ne sera pas seul, » dit Ral. « Il a des alliés. »

« Qui ? » dit Aurélia « Combien ? En quelle force ? »

« Au moins des Ravnicans », dit Ral. « Nous savons que Lazav et les Dimir travaillent avec lui. »

« Pas vraiment inattendu », dit Isperia. « Vous n'avez aucune autre information ? »

« J'ai mon expérience personnelle », déclara Ral. « Bolas n'est pas une simple menace. Ce qu'il veut, il l'obtient généralement. »

« Je suis d'accord », dit Baan, son ton toujours neutre. « S'il vient à Ravnica, c'est parce qu'il se croit assez fort pour vaincre. »

« Pour le moment », dit Isperia, « passons à autre chose. Quelle est la proposition de Niv-Mizzet ? »

« Il veut modifier le Pacte des Guildes », déclara Ral. « Faire de lui une force capable de vaincre Bolas. Il s'engage à laisser Izzet derrière lui et à ne plus prendre part aux conflits des guildes. »

« Un appel noble, » dit Aurelia. « Mais je n'ai pas beaucoup confiance en lui. »

« Qui dirigerait l'Izzet ensuite ? » dit Isperia.

Ral s'inclina légèrement. « Je le pourrais. »

Le sphinx le regarda avec curiosité. « Et croyez-vous que le Céréborpyre resterait neutre, comme il le prétend ? »

« Je le crois. » Ral n'ajouta pas qu'il était sacrément difficile de faire en sorte que le dragon se soucie de quoi que ce soit maintenant s'il ne portait pas directement sur ses études. « Je pense que c'est notre meilleure chance. »

Il y eut une longue pause.

« Je ne suis pas convaincue, » dit lentement Aurelia, « que ce Bolas soit une menace aussi grave que vous le prétendez. Cependant... »

Elle regarda Isperia et le sphinx acquiesça lentement.

« Il y a une maladie dans les guildes », déclara l'ange. « Le Pacte des Guildes vivant était destiné à les contrôler, mais Jace Beleren est parti. Je suppose qu'il est aussi l'un de ces Planeswalkers ? »

« Oui, » dit Ral. « Niv-Mizzet pense qu'il est peut-être mort. »

« Il était sur Kaladesh, » dit doucement Baan. « Où il est parti de là, je ne sais pas. »

Il connaît Beleren ? Ral jeta un coup d'œil vif au vedalken et résolut de l'interroger plus tard.

« En tout cas, » continua Isperia. « Le Pacte des Guildes vivant ne remplit pas sa fonction. Il se peut que d'autres modifications soient nécessaires. » L'énorme corps du sphinx se déplaça dans un haussement d'épaules. « À tout le moins, il ne fera aucun mal de monter un sommet de guilde. »

« Obtenir un accord ne sera pas facile », déclara Aurelia. « Les Gruul objecteront par principe, et les Orzhov ne considéreront que leur avantage personnel. Pour Dimir, qui sait ? »

« Niv-Mizzet a ses propres projets en marche », déclara Ral. S'il peut amener les Gruul à la table, il mérite vraiment d'être appelé le Cérébropyre. « Mais vous êtes d'accord, en principe ? »

L'ange acquiesça. « Oui. La situation actuelle ne peut pas durer et il faut remédier à cette menace. La Légion Boros négociera de bonne foi. »

« Nous allons nous occuper des détails », déclara Isperia. « Mais convaincre les autres guildes d'y participer sera toujours votre responsabilité, Maître Zarek. J'espère que vous êtes à la hauteur. »

« Laissez-moi faire, » dit Ral en forçant un sourire.



En dépit de ses craintes, Ral dut admettre en quittant le Nouveau Prahv que les choses allaient bien, si ce n'était réellement le cas , du moins pas tout à fait sans espoir. Malgré tout ce que les autres guildes protestaient contre l'autorité des Azorius, le Sénat commandait un vestige de respect. L'approbation d'Isperia contribuait largement à faire de cet affrontement un jeu de pouvoir d'Izzet, en particulier avec Aurelia et les Boros également à bord.

Gruul sera toujours un problème, cependant. Non seulement les tribus chaotiques étaient constitutionnellement opposées à toute coopération avec les autres guildes, mais leur rivalité avec Boros était profonde. Et Dimir est déjà contre nous. J'espère que le Niv-Mizzet a vraiment quelque chose dans sa manche.

Il traversa la place du marché qui faisait face au Nouveau Prahv, à l'extérieur des points de contrôle Azorius mais toujours dans les limites de leur juridiction. Il était animé par la pause sous la pluie, parsemé de créatures sensibles d'une douzaine de races différentes et d'une centaine de variétés de bêtes de somme. Au-dessus de la tête des humanoïdes, des faeries parcouraient des sentiers colorés de magie, mélangés au bourdonnement des insectes et au vrombissement de petites constructions. Des étals sur les côtés de la place vendaient de la nourriture et des boissons : pommes de terre en croûte, champignons sautés en variétés fantastiques des profondeurs de la ville souterraine, viande rôtie d'origine douteuse et vin qui aurait pu ou non se trouver à proximité d'un raisin.

« Maître Zarek ? » dit une petite voix, alors que Ral contemplait quelque chose de vert et d'écailleux. Il regarda autour de lui en fronçant les sourcils, puis baissa les yeux pour trouver une petite fille elfique tirant sur sa manche.

« Je ne veux rien acheter », gronda-t-il.

« Quelqu'un veut vous parler, » dit la fille en regardant timidement les pavés. « Dit que c'est important. »

« Je ne... »

« Il est question de Bowl. Je ne sais pas ce que ça veut dire. »

Ral se figea. Ses yeux fouillèrent le marché.

« Où est-ce qu'il voulait que j'aille ? » dit-il.

« Était une dame, » dit la fille. « Asseyez-vous sur le banc et attendez, dit-elle. »

Avant qu'il ne puisse l'arrêter, l'elfe s'éloigna, filant avec agilité dans la foule. Au centre de la place se trouvait un ensemble de bancs de pierre disposés autour d'une fontaine centrale dans laquelle une statue d'Azor était entourée de nymphes jaillissant d'eau. Beaucoup d'entre eux étaient occupés, mais Ral ne voyait personne qui semblait menacer.

Même Tezzeret hésiterait avant d'essayer quelque chose d'aussi public. Non seulement la place était pleine de boutiques et de marchands, mais les gardes d'Azorius étaient très présents, patrouillant par petits groupes ou se tenant de temps en temps dans leur armure blanche et brillante. Si c'est un piège, c'est un subtil.

Il se dirigea vers le banc, trouva un endroit dégagé et s'assit. Cela lui donnait une bonne vue de la moitié de la place, mais sa nuque lui démangeait, méfiant de ce qui pourrait se cacher hors de son champ de vision. Il se sentait à moitié nu sans son accumulateur et ses brassards de mizzium, abandonné par respect pour ses hôtes Azorius. Lorsqu'il atteignit son pouvoir, seuls quelques craquements dans les nuages ??menaçants au-dessus de sa tête étaient suffisamment proches pour être exploités.

Sur le chemin, une troupe de marionnettistes de Rakdos se produisaient, pour le plus grand plaisir des spectateurs. Sous le regard sévère des gardes d'Azorius, ils optèrent pour la satire mordante au lieu de mettre le feu aux choses, à la grande déception de leur auditoire. Une des marionnettes avait un choc de cheveux déchaînés avec une rayure blanche au centre. Je me demande ce qu'ils disent de moi maintenant.

« Zarek », dit une voix de femme derrière lui. « Ne regarde pas autour de toi. »

Ral mit son menton dans ses mains, faisant semblant d'être absorbé par le spectacle de marionnettes. « Et tu es ? » murmura-t-il.

« Lavinia », dit la femme. « Autrefois d'Azorius. »







Lavinia. Il la connaissait par sa réputation. Elle avait été l'un des enquêteurs les plus notoires du Sénat, persévérante dans sa quête de tout ce qui ressemblait à un acte répréhensible ou à de la corruption, avant de travailler avec Beleren en tant que Steward du Pacte des Guildes. Sa démission de la guilde avait provoqué un scandale mineur, même si elle avait été rapidement engloutie par toutes les autres nouvelles étranges de ces dernières années.

« J'ai un bureau, tu sais, » dit Ral. « Tu es toujours la bienvenue pour prendre rendez-vous. »

« Ils te surveillent. »

« Beaucoup de gens me surveillent. Cela vient avec le territoire. »

« Ne fais pas l'idiot. Tu sais de qui je parle. »

« Bolas. » Ral grimaça. « Veux-tu me dire comment tu connais ce nom ? »

« J'ai toujours mes sources au Sénat », déclara Lavinia. « Cet endroit fuit comme une passoire. D'ici demain matin, tout le monde dans la circonscription saura ce que toi et le sphinx préparez. »

Ral haussa les épaules. « Nous avions l'intention de l'annoncer de toute façon. Alors quel est ton angle de vue ? Je pensais que tu avais quitté la guilde. »

« J'ai quitté la guilde, » râla Lavinia, « parce que j'ai commencé à tirer sur un fil, et ils n'ont pas aimé ce que j'ai trouvé. »

« Quel genre de fil ? »

« Il existe des agents d'une puissance étrangère dans la dixième Circonscription », déclara Lavinia. « Je les traque depuis des mois, interceptant leurs communications, essayant de comprendre leur objectif et pour qui ils travaillent. Maintenant, j'ai la réponse à au moins une de ces questions. »

« Tu penses qu'ils travaillent pour Bolas. »

« C'est la seule chose qui a du sens. »

« Alors pourquoi tu m'en parles ? »

« Parce que tu as trop confiance en toi. »

Ral rit. « J'aime penser que je suis convenablement paranoïaque. »

« Écoute, » dit Lavinia en baissant la voix. « C'est un réseau organisé, répandu dans toutes les guildes. Je ne sais pas quel est leur objectif, pas encore, mais si tu travailles contre Bolas, ils vont essayer de t'arrêter. Et je ne sais combien d'agents il y a pas que je n'ai pas identifiés. Tu ne peux faire confiance à personne. »

« Sauf toi, je suppose. »

« Tu serais un imbécile si tu le faisais. »

« Que veux-tu, Lavinia ? »

« Je veux t'aider. Peu importe ce que Bolas a prévu, ça ne sera pas bon pour Ravnica. Mais tu dois faire attention. »

« Je suis commandant en second d'une guilde de génies fous » déclara Ral. « Je n'y suis pas arrivé en étant négligent. »

« Même si vous parvenez à réunir les guildes, il est probable que Bolas y ait déjà enfoncé ses griffes. » Lavinia soupira. « J'espère que tu sais ce que tu fais, je l'espère vraiment. »

« Savoir qui est déjà à ses côtés serait bien, si vous voulez vraiment être utile ."

« Je ferai ce que je peux », dit Lavinia. « Je ne veux pas les effrayer, pas encore. Je te contacterai lorsque j'aurai trouvé quelque chose. »

« Merci. » Ral attendit une réponse et, quand personne ne vint, il regarda par-dessus son épaule. Le banc derrière lui était vide.

Bien. C'était... étrange.



Lavinia n'a pas tort, pensa Ral alors qu'il traversait la dixième Circonscription. Un peu paranoïaque, peut-être, mais elle n'a pas tort. Bolas était un intrigant né et savait qu'il valait mieux alors mettre tous ses paris sur un coup de dés. S'il a un agent parmi les guildes, il en aura plusieurs. D'une manière ou d'une autre, il leur faudrait déterminer qui était sur la liste de paye du dragon avant la convocation du sommet des guildes.

Il fit de son mieux pour le laisser sortir de son esprit, du moins pour le moment. Comme toujours, venir ici apporta un peu de culpabilité – non pas qu'il fasse quelque chose de mal, mais qu'il volait du temps qui aurait pu être utilisé à Nivix, pour étudier des rapports ou vérifier ses projets. Comme toujours, Ral s'assura que tout était en bonne voie. Isperia mettra du temps à lui envoyer des messages et à recevoir des réponses. Nous n'aurons aucune nouvelle information avant le matin, au plus tôt. Le bref répit des pluies d'automne était terminé, et Ral leva son sort de déviation et garda la tête baissée alors que les gouttières raillaient encore une fois et éclaboussaient.

L'appartement était dans le quartier de Dogsrun, un rectangle distingué de rues calmes niché dans les rues principales. C'était assez proche de Nivix pour des raisons pratiques, mais assez loin pour ne pas faire partie du territoire d'Izzet. Le louer avait été une expérience étrange – cela faisait longtemps que Ral n'avait aucune raison de gérer de l'argent, et il avait été surpris de découvrir qu'il était sinon riche, du moins aisé. Il avait passé des décennies dans les laboratoires d'Izzet, tandis que les compteurs de haricots de la guilde avaient consciencieusement crédité son compte de contributions régulières. Apparemment, Niv-Mizzet était généreux envers ses sous-fifres les plus prospères. Pas étonnant que Chamberlain Maree soit si désireuse de maintenir sa position.

Réalisant tardivement qu'il était sur le crochet pour le dîner, il s'arrêta dans un restaurant viashino sur le chemin. La vieille femme-lézard derrière le comptoir sourit en le voyant, montrant une bouchée de dents acérées, et éclata de rire à la demande habituelle de « le frapper de son meilleur coup. » Deux carisans dans des paquets de papier ciré, il se fraya un chemin dans les rues de Dogsrun, passant devant des immeubles en brique avec des jardins de jardinières et des clôtures en fer forgé. Sa clé le laissa entrer, anonyme au centre d'une rangée, et il monta trois volées d'escaliers.

Il était en retard. À peine avait-il haussé les épaules de son manteau et mis la nourriture sur la table qu'il y eut le son d'une autre clé dans la serrure. Ral ouvrit la porte et leva un sourcil à la vue de Tomik Vrona, ses cheveux mouillés et ses lunettes éclaboussées de gouttes de pluie.

« Vous ressemblez à un rat mouillé », dit Ral.

« Je me sens comme un rat mouillé », déclara Tomik. « J'ai laissé mon manteau à la cathédrale. Je pensais pouvoir le faire ici avant que le ciel ne s'ouvre à nouveau. » Il ôta ses lunettes et les essuya avec sa chemise, ce qui ne l'aida pas beaucoup. « Celui-ci de votre faute aussi ? »

« Vous causez un orage, et ils ne vous ont jamais laissé entendre la fin », déclara Ral. « J'ai apporté du curry. »

« Hm... Je suppose que je peux te pardonner, donc. »

Tomik s'avança et Ral se pencha pour l'etreindre à fond. Finalement, Tomik se sépara, poussa Ral malgré ses fausses plaintes et se dirigea droit vers la table.

« Je vois où sont tes priorités », déclara Ral.

« Bon sang, » dit Tomik en s'asseyant. « J'ai manqué le déjeuner. »

« Je pense que le marron est à toi. »

« Je peux dire par le fait que respirer à proximité ne me brûle pas les voies nasales », déclara Tomik. « Honnêtement, je ne comprends pas comment tu peux manger ce genre de choses. »

« Passez un an et demi bloqué en campagne avec un groupe d'initiés, et vous apprendrez. » Le viashino avait l'habitude d'assaisonner sa nourriture avec les épices, les légumes ou les champignons qui brûleraient le plus chaud. Le curry de Ral était un cramoisi en colère, plein de morceaux de viande grillée comme des icebergs sanglants. Il en jeta un à une, en savourant la chaleur.

Tomik, observant, leva les yeux au ciel et attaqua son curry considérablement plus doux. Pendant un moment, ils mangèrent dans un silence confortable, mais celui-ci se transforma lentement en un silence gênant. Ral raffina sa nourriture et ne trouva Tomik qu'à mi-chemin dans la sienne, regardant distraitement dans les profondeurs de son curry, comme s'il contenait un secret dangereux.

« Quelque chose ne va pas ? » dit Ral, après quelques hésitations.

« Oh. » Tomik posa sa fourchette et leva les yeux. « Tu sais. Affaires de guilde. »

« Affaires de guilde. » Ils l'avaient dit presque simultanément et Tomik sourit un peu.

C'était une blague, en quelque sorte. Tomik et lui s'étaient rencontrés lorsque le jeune secrétaire poursuivait l'agenda de Teysa Karlov visant à resserrer les liens entre Orzhov et les autres guildes. L'esprit vif de Tomik (et la façon dont il manipulait ses lunettes lorsqu'il était troublé) avaient intrigué Ral et il avait pris la mesure inhabituelle de suggérer qu'ils se rencontrent en privé une fois les négociations terminées. Après cela, une chose en avait entraîné une autre.

Mais il était clair pour eux deux que cela – et franchement, Ral ne voulait pas trop réfléchir à cela – ne travaillait que s'ils gardaient leurs positions respectives à l'écart. Ral avait loué l'appartement pour avoir un lieu privé où se rencontrer, tout en restant discret. Ce n'est pas que les responsables d'Izzet n'aient pas d'amoureux ou de partenaire, bien sûr. Juste s'il était largement connu que le commandant en second d'Izzet passait du temps avec le secrétaire personnel de l'héritier de Karlov, les questions seraient posées du côté de Ral, et il supposait qu'il en était de même pour Tomik.

Étant donné le temps et l'attention consacrés par chacun d'eux à sa guilde, il était difficile de marcher. Parfois, Ral se demandait s'il se trompait lui-même s'il pensait que c'était plus qu'un bref interlude, comme une douzaine d'autres qui s'étaient succédé au fil des ans. Mais Tomik...

Il secoua la tête. Pas le temps. S'inquiéter de cela n'allait pas aider.

« Affaires de la guilde », dit-il encore, et soupira. « Je connais le sentiment, crois-moi. »

Tomik avait l'air de vouloir dire quelque chose, mais il se mordit seulement la lèvre et secoua la tête. Ral bailla ostensiblement et se leva de table.

« Pour ma part, j'en ai assez des affaires de guilde pour la journée. » Il adressa à Tomik un sourire arrogant. « Et toi ? »

Tomik sourit en retour.



Dans le large lit moelleux, avec Tomik courbé contre son dos comme un chat confortable, rêvait Ral Zarek. Ou se souvenait.


Dans son rêve, il avait encore dix-sept ans.

La dixième Circonscription, avec ses halles de guildes et ses grands marchés, était le centre de Ravnica, si on pouvait vraiment dire qu'une ville qui s'étendait à jamais possède un centre. De même, Tovrna était la banlieue, un marigot dans la ville sans fin. Autrefois une puissance à part entière, elle avait sombré dans la somnolence au fil des siècles, gouvernée par une poignée de petites familles d'oligarques à qui appartenaient les vastes rangées d'usines où travaillait le reste de la population. Le centre-ville de Tovrna se composait de quelques immeubles et maisons de ville élégants, entourés d'un mince anneau d'immeubles délabrés destinés aux domestiques, aux scribes et à d'autres cintres.

Au-delà se trouvaient les immeubles en ruine des pauvres et les longs et bas hangars des usines elles-mêmes, alimentés par le gaz surchauffé provenant de cavernes souterraines. Les machines à l'intérieur tourbillonnaient jour et nuit, transformant le fil en tissu, la fonte brute en baguettes ordonnées, ou créant l'un des cent autres produits que Tovrna exportait vers les quartiers les plus riches. Il aurait été plus facile et plus sûr d'utiliser la magie, bien sûr, mais les mages étaient chers. Les résidents d'immeubles n'ayant rien à perdre étaient peu coûteux et faciles à remplacer.

La mère de Ral était l'une d'entre elles et travaillait dans une fabrique de draps jusqu'à ce qu'elle soit mutilée dans un accident quand Ral avait 11 ans. Elle avait vécu pendant deux ans comme infirme, ne guérissant jamais vraiment, et Ral faisant tout ce qui était en son pouvoir pour l'aider. Après sa mort, il ne fallut que quelques mois au jeune homme de treize ans pour abandonner son père ivrogne et partir seul.

Quatre ans plus tard, il avait réussi une existence précaire. Un lieu de vie, un travail de toutes sortes. Et, à sa grande surprise, un amour.

« Tu es parti ? » Elias dit, espionnant Ral en passant par la porte ouverte de la chambre.

Ral hocha la tête, enfilant un t-shirt dépareillé en se regardant dans le miroir. Ça ira, décida-t-il, si je garde mon manteau. Ce n'est pas comme si le comte m'avait jamais accordé beaucoup d'attention. Son client avait un arrière-grand-père à Orzhov et des prétentions à la noblesse.

Leur appartement se trouvait dans cet anneau précaire, trop éloigné du centre du quartier pour être respectable, mais ne faisait pas vraiment partie du bidonville. Il avait été jadis à la mode, avec de hauts plafonds et du papier peint doré dans le hall, mais la plupart des meubles avaient été démolis depuis longtemps. Ral et Elias les avaient remplacés par leur propre collection éclectique, principalement constituée de chutes d'oligarques. Quelques étagères branlantes abritaient de petites peintures et sculptures, gracieuseté des amis bohèmes d'Elias, qui s'offraient toujours mutuellement leurs derniers efforts artistiques. En privé, Ral pensait que la plupart d'entre eux ressemblaient un peu plus à des trolls grumeleux ou à des taches de peinture renversées, mais son amant semblait les adorer, alors il se tint la langue.

Elias lui-même était au travail dans la pièce principale, allongé sur le ventre devant leur vieux canapé en tenue, un crayon à la main. Une pile de papier blanc et propre – l'une des rares indulgences dont disposaient les maigres gains de Ral serait étendue – se tenait devant lui, la feuille du haut portant un seul mot rayé à plusieurs reprises.

« Matin difficile ? » dit Ral.

Elias se retourna et passa un bras sur son front avec un soupir théâtral. Ral éclata de rire et Elias tira la langue. Il avait un an de plus que Ral, mais il était plus petit et plus mince, avec sa peau brun foncé et ses longs cheveux teints en vert foncé à l'imitation de la mode elfique, un look qui était apparemment chose faite pour le moment.

« Je te ferai savoir que je suis en train de battre ma muse au sol », déclara Elias. Il se rallongea et balança soigneusement le crayon sur son nez, regardant le plafond. « Une minute, maintenant. Je vais rédiger les pages. »

« Bien. » Ral voulait lui sauter dessus, lui enlever le crayon et embrasser le sourire narquois de son visage. Mais je ne peux pas être en retard, pas après la dernière fois. « Je ne vais pas te distraire, alors. »

« Non ? Pas même pour un petit moment ? »

Ral rit, fit un signe de la main et sortit par la porte.

C'était l'été, et le soleil cuisait la boue entre les pavés en une fine poussière qui recouvrait tout. Ral contourna le centre du quartier, collant les rues sans beaucoup de voitures, jusqu'à arriver à la maison de ville du comte. C'était énorme, au moins quatre étages, et il y a longtemps que les bâtiments derrière lui avaient été avalés pour s'étendre plus loin dans la rue. C'est là que se trouvaient les jardins en terrasses, quatre niveaux de verdure débordante, produisant des fruits et des herbes pour la table du comte.

Ral contourna les portes et se dirigea vers l'entrée du commerçant. Il n'avait commis cette erreur qu'une seule fois. Un majordome au visage aigre l'a salué lorsqu'il a frappé à la porte. Son expression en regardant le manteau de Ral aurait su faire cailler du lait.

« Ah, » dit-il. « Le mage de pluie. »

Mage de pluie, mage de pluie. La voix de l'homme résonna dans la tête de Ral, le narguant. Il avala un nœud dans sa gorge et acquiesça.

« Vous devrez attendre », dit le majordome. « Le maître se divertit dans le jardin maintenant. »

« Il m'a dit que tout irait bien ce matin » déclara Ral. « J'ai des rendez-vous... »

« Le comte a changé ses plans », dit le majordome avec lenteur et précaution, comme s'il parlait à un idiot. « Vous devrez attendre. »

Et ainsi, Ral finit par refroidir les talons pendant une bonne partie de la cuisine, tandis que les domestiques lui lançaient un regard curieux et que la vie de la grande maison se poursuivait autour de lui. Quand une femme de chambre le convoqua finalement dans les jardins, il aperçut brièvement le comte et ses invités qui sortaient par la porte principale, ressemblant à un troupeau de brillants paons comparé à la tenue terne des domestiques.

Ils avaient laissé les jardins en désordre, les plantes piétinées et les assiettes et les couverts jetés partout. Au moins, ce n'était pas le problème de Ral. Il était assis dans le dernier étage du jardin, les jambes croisées et concentré.

Mage de pluie. Ils l'avaient accroché dans les rues quand il était un garçon, lui avaient crié dessus avec moquerie. Il avait découvert qu'il était doué pour le métier de magicien, mais pas pour la magie du feu ou de l'esprit, pour la guérison ou quelque chose de vraiment impressionnant. Juste... pluie. Que pouvez-vous faire avec la pluie ?

Au-dessus de la tête, il y a eu un petit coup de tonnerre, puis de grosses gouttes ont commencé à se poser sur les feuilles du jardin. La terre assoiffée et sèche but dans l'eau qui se courbait poliment autour de Ral lui-même.

C'est ce que vous pouvez faire avec la pluie. Le truc n'appelait pas la pluie, quelque chose que Ral avait été capable de faire quand il avait dix ans. L'astuce était de faire pleuvoir ici mais pas n'importe où ailleurs ; le comte et ses voisins ne seraient pas contents s'il faisait tremper leurs invités. Il avait fallu des années à Ral pour apprendre ce type de contrôle, sans pour autant que cela lui valut beaucoup de respect.

Chaque couche devait être arrosée à tour de rôle, donc c'était bien jusque l' après-midi avant que Ral ait fini. Il accepta le déjeuner que le majordome avait offert de mauvaise grâce, du pain simple et des restes de ragoût, ainsi que le petit sac de zinos qui l'accompagnait. Assez pour payer le loyer et continuer à se nourrir et à nourrir Elias pendant quelques jours, en attendant le prochain emploi. Jusqu'à ce qu'Elias ait enfin trouvé un public pour sa poésie et tenu toutes ses promesses. Juste un peu plus longtemps.

Il venait juste de sortir de la maison en haussant les épaules quand il avait entendu l'appel.

« Hé, mage de pluie ! »

Ral leva les yeux et jura très doucement.

Gunther était le fils aîné du comte, l'âge de Ral, bien que vous ne le sachiez pas sous les couches de soie et de cosmétiques. Ral pensait que cela le faisait ressembler à un interprète au cirque, mais Gunther se voyait clairement à la pointe de la mode et son entourage semblait être de cet avis, singerait le style trop habillé du garçon. Il y en avait une demie-douzaine, des jeunes hommes de familles respectables, et un type légèrement plus âgé, légèrement plus minable, qui avait l'air d'une main salariée. Ils bloquèrent le chemin de retour dans la rue.

Ral baissa la tête en marchant vers eux.

« Mage de pluie ! » dit Gunther. « Je te parle. »

Il n'y avait rien d'autre à faire que de répondre, s'il ne voulait pas réellement marcher sur le garçon. Ral soupira et leva les yeux.

« Oui ? »

« Qu'est-ce que tu vas faire, » dit Gunther, « à propos de mon chapeau ? »

Son chapeau était grand, vert et frangé de soie. Alors qu'il le dirigeait vers Ral, une bande mouillée sur un côté était visible.

« Il est absolument ruiné », dit Gunther.

« Je suis désolé d'entendre ça, » dit Ral. « Mais je ne faisais que sur l'ordre de ton père. »

Et je suis sûr que le jardin était vide. Gunther devait avoir remarqué la tempête de pluie et y être entré exprès.

« Mon père n'a pas demandé de ruiner ma tenue ! » s'exclama Gunther. « Voudrais-tu venir avec moi pour l'interroger ? »

« Non, » dit Ral, « Je suis désolé. »

« Tu vas simplement devoir payer pour ça. » Gunther fit un pas en avant. « Voyons ta bourse. »

Les poings de Ral serrèrent.

« Non, » dit-il doucement. « Je ne paierai pas. »

« Excuse-moi ? » Gunther se pencha en avant. « Tu vas payer. Sinon, tu seras discipliné. »

« Je ne paierai pas, » dit de nouveau Ral.

Le poing de Gunther le frappa dans le ventre, fort et rapide. Vu son apparence, il semblait injuste que Gunther puisse lancer un coup de poing décent, mais son père n'avait apparemment pas lésiné sur son entraînement physique et il y avait des muscles sous la friperie. Ral se plia, puis se redressa lentement.

« Maintenant, il y a un regard dangereux », dit Gunther. « Que vas-tu faire, mage de la pluie ? Humidifie-moi ? »

« Non, » remercia Ral. « Monsieur. J'aimerais juste y aller. »

« Varo, » dit Gunther avec air. « Montre à ce gars ce qu'un vrai mage peut faire. »

Le mercenaire s'avança. Il attrapa le regard de Ral et haussa les épaules.

« Désolé, gamin. »

Ral eut le temps de lever les mains avant que Varo ne fasse un geste compliqué, et une vague de force brute le souleva et le jeta contre le bord de la ruelle. L'air le quitta précipitamment et il sentit son nez se briser sous un crissement et une pointe de douleur. Un instant plus tard, il était allongé sur le dos, crachant du sang, tandis que Gunther et ses amis riaient.

« Très bien, Varo, » dit Gunther.

« Oui monsieur. »

« Je pense que c'est une vengeance pour mon chapeau, » annonça le garçon. « Qui est pour les fléchettes ? »



Un temps indéterminé s'écoula. Ral devait travailler juste pour respirer et il sentait son nez se gonfler. Il ferma les yeux pour se fendre contre le soleil.

Une forme apparut. Un homme, la main tendue.

« Avez-vous besoin d'aide, mon garçon ? » La voix semblait amicale, amusée.

Ral n'hésita qu'un instant avant de prendre la main. Une forte prise le ramena sur ses pieds. Il cligna des yeux, les yeux larmoyants, puis grimaça lorsque les doigts de l'étranger se pressèrent contre son visage.

« C'est une mauvaise pause », dit l'homme. « Je peux faire quelque chose à ce sujet, si tu veux. »

« Qu'est-ce que ça va me coûter? » dit Ral, sa voix était bloquée et nasillarde.

« Disons ... un moment de votre temps. J'apprécierais que nous partagions une tasse de thé. »

Ral hocha prudemment la tête. L'homme appuya soigneusement deux doigts sur son nez cassé et Ral sentit la sensation étrange de chair se tordre contre elle-même alors qu'elle se redressait. La magie de guérison picota doucement, puis disparut.

« Ici. » L'homme lui tendit un mouchoir. « Vous devriez peut-être vous nettoyer un peu. On dirait que vous avez fait la guerre. »

« Merci, » dit Ral, soulagé de pouvoir respirer facilement. Il épongea le sang sur son visage. « Je ne suis pas sûr qu'une tasse de café suffise à te rembourser. »

« Bien. » Maintenant que Ral pouvait le voir clairement, l'inconnu était un homme grand et beau, avec ses cheveux grisonnants attachés dans une file d'attente. Il était parfaitement habillé, bien que dans un style que Ral trouva vaguement étranger. « Peut-être que tu pourrais m'obliger davantage en considérant une offre. Je pense que tu me promets. »

« Quoi, à me faire mordre les dents ? »

« J'admets que je vous ai observé. » L'inconnu pencha la tête. « Ai-je raison de penser que vous pourriez être susceptible d'un emploi supplémentaire ? »

Ral acquiesça.

« Et de plus, cela ne vous dérangerait pas d'accomplir des tâches qui vont à l'encontre des intérêts des plus hauts échelons de la société ? Comme, par exemple, le comte et son charmant fils. »

Ral, une fois qu'il eut suivi les circonlocutions du discours de l'homme, se mit à rire.

« Non », dit-il. « Ça ne me dérangerait pas du tout. »

« Excellent », déclara l'étranger. « Alors nous avons beaucoup à discuter. »

Il tendit la main et Ral la secoua.

« Ral Zarek, » dit Ral.

« Bolas », dit l'étranger. Il sourit, son sourire montrant des dents très blanches et légèrement pointues. « Nicol Bolas. »

Résumé



Spoiler: Montrer
Ral entre au Nouveau Prahv afin de s'entretenir avec Isperia : il découvre des dignitaires de Boros et d'Azorius en train de débattre avec verve quant à la place de l'autre dans le maintien de l'ordre, rejetant la faute sur l'autre guilde de manière systématique. Aurelia les observe avec amusement, et salue Ral.

Ils entrent tous deux dans une salle avec Isperia, mais aussi Dovin, le Grand Arbitre, afin d'établir quel genre de menace est Bolas et comment l'arrêter. Bien qu'elles aient au départ du mal à bien considérer Bolas comme une grande menace, avec le concours de Dovin, il parvient à les convaincre, en les informant bien entendu de l'existence d'autres mondes.

Plus dur cependant de les persuader que Niv-Mizzet tiendrait un rôle impartial en tant que Pacte des Guildes, bien qu'il en ait, pour lui, la certitude profonde. Toujours est-il qu'elles acceptent d'en discuter, et dépêchent des coursiers afin qu'un sommet des guildes soit organisé.

En sortant, il s'entretient discrètement avec Lavinia, la renégate d'Azorius, qui l'informe que la guilde est gangrenée de l'intérieur et que la dixième Circonscription elle aussi a de nombreux agents de Bolas. Un peu paranoïaque, certes, mais elle n'a pas tort : il devra être d'autant plus sur ses gardes.

Rentré dans son appartement, il y accueille Tomik, secrétaire de Teysa, avec qui il est en couple bien qu'ils se cachent car l'acoquinement avec d'autres guildes serait mal perçu, d'autant plus pour des personnages aussi haut placés. Ils s'endorment ensemble, et Ral reconstitue son passé en rêve.

Orphelin de mère à treize ans avec un père ivrogne, il fuit très tôt sa maison afin de vivre de petits boulots. Mage, certes, mais il n'est qu'un mage de pluie et, à dix-sept ans, alors qu'il partage son appartement avec son amant le poète Elias, il travaille chez un comte méprisant en tant que jardinier.

Le fils de ce dernier se plaint au mage qu'il a ruiné son chapeau, et puisqu'il refuse bien évidemment de lui rembourser, il le fait passer à tabac par un autre mage, mercenaire à qui il ne plaît pas d'agir ainsi, mais y est contraint. Il reste ainsi, étalé par terre, le nez éclaté, dans la rue, pendant un temps qui lui paraît très long.

Ce, jusqu'à ce qu'un vieillard l'aide à se relever et soigne son nez blessé, en échange d'une tasse de café. Ral se sent mal à l'aise par rapport à cela, alors l'inconnu lui propose de lui rendre un service, lequel saurait gêner les élites comme ce comte et son fils. Ral acquiesce, et ils se présentent l'un à l'autre : Ral Zarek, et Bolas. Nicol Bolas.

Edité 2 fois, dernière édition par Drark Onogard le 07/08/2019



Ajouter une louange


Vous devez vous identifier pour participer.

1 Louanges



Vinhan32
Le 15/07/2019

Merci pour la trad' !

Appréciation

Contenus relatifs

Sondage

Qui aurait dû faire partie du casting des planeswalkers du Trône d'Eldraine ?

Résultats
(déjà 229 votes)