Avant la Guerre : Partie 2

Articles
par Drark Onogard, le , 270 consultations

  La storyline de Magic / La guerre des Planeswalkers

Nous ne jugerons pas ici la pertinence de conter ce qui mène à la Guerre des Planeswalkers après avoir conté ladite guerre. Non, nous, nous préférons simplement traduire et lire l’histoire écrite par ...

     

Nous ne jugerons pas ici la pertinence de conter ce qui mène à la Guerre des Planeswalkers après avoir conté ladite guerre. Non, nous, nous préférons simplement traduire et lire l'histoire écrite par Django Wexler sans râler avec notre savoir-faire franco-français.

Il n'y a pas d'avertissement pour les enfants cette fois-ci ! Mais je le dis quand même, par déontologie, ou envie d'ajouter un second paragraphe à cette introduction, j'en conviens, assez superflue et que la majorité d'entre vous passera, donc passons.

Chapitre 2



Les jardins de pourriture des Devkarin étaient légendaires.

N'importe quel imbécile pourrait construire un abat-jour ou faire pousser des champignons à partir de déchets. Mais les elfes sombres abordèrent la flore de décomposition avec la même attention qu'un jardinier du monde de la surface pourrait prodiguer des roses ou des orchidées. C'était une putrescence élevée au rang d'art, pratiquée par des maîtres à la vie longue dans un royaume qui n'a jamais vu le soleil.

Les chambres personnelles de Jarad, maître de guilde de l'Essaim Golgari, en sont un exemple particulièrement remarquable. Une large cour circulaire était recouverte d'un plafond voûté, empli de longues stalactites. La seule lumière provenait de champignons bioluminescents, issus de globes en bois suspendus à intervalles irréguliers. Les jardinières étaient disposées de manière à diviser l'espace en de nombreux petits points de rencontre et couloirs intimes, et des canapés recouverts de mousse souple étaient fournis aux invités souhaitant s'allonger.

Chaque planteur était un cadavre, ou parfois plusieurs cadavres, soigneusement soutenus, coupés et disposés de manière à favoriser la croissance de certaines espèces de champignons. La magie shamanique des jardiniers de pourriture protégeait les agents de décomposition courants, en maintenant les corps relativement intacts. Ici, un homme était assis, les jambes croisées, la tête en arrière, une vaste tige jaune-blanche sortant de ses yeux. à côté de lui, une femme avait le dos cambré, la poitrine sectionnée et déchirée en arrière pour permettre à de délicates frondes bleues d'atteindre son cœur. Certains des champignons étaient si gros et si solides qu'ils se développaient autour de leurs hôtes, laissant les visages et les membres se faire saillie dans des masses frémissantes de chair gris-blanc. D'autres étaient les plus petites choses, les plus délicates, qui se dissolvent avec un souffle perdu. Quelques-uns d'entre eux, s'ils étaient ingérés, tueraient un humain en quelques secondes.

Jarad était assis sur son trône de champignons, de longues mèches de mousse à franges douces tombant tout autour de lui. Autour de lui attendaient les Cilia, les plus puissants et les plus influents des Devkarins, de minces corps elfiques joyeux en soie d'araignée, des visages peints de motifs d'insectes.

Les serviteurs silencieux qui se déplaçaient parmi eux, portant des plateaux de nourriture et une variété de substances intoxicantes, étaient également élégants. Bien que morts, ils marchaient avec la grâce de la noblesse et leurs vêtements étaient des objets complexes et anciens, la parure funéraire des siècles passés. C'étaient les Naguères, élevés dans la chapelle d'Umerilek par Mazirek, le prêtre de la mort kraul. Jarad les adorait. Tellement plus gracieux que les zombies pourrissants que les shamanes ont soulevés, avec un calme et une intelligence que les morts-vivants ordinaires ne pouvaient égaler. Ils étaient devenus à la mode dans la cour de Golgari, et c'était un pauvre elfe sombre de nos jours qui n'était pas desservi par des nobles d'un autre âge.

Il y avait un bruit de bois éclaté depuis le devant de la salle. Jarad leva les yeux et fronça les sourcils.

« J'ai commandé ce scellé », déclara-t-il.

« Vous l'avez fait. » Storrev se tenait à côté de Jarad. Elle était une liche Naguère, possédant toute l'intelligence qu'elle avait eue dans la vie. Vêtue de noir, avec un long voile enveloppant son visage desséché et ruiné, elle était presque invisible jusqu'à ce qu'elle parle, une voix hautaine avec l'accent d'une cour morte depuis longtemps. « Je crois que quelqu'un essaie d'entrer. »

« Quoi ? » Jarad se leva. « Qui ose ? »

À travers les planteurs de cadavres, à travers les champignons délicats, il vit la porte d'entrée se plier vers l'intérieur. C'était une chose massive, du bois de racine enrubanné de fer froid, mais ses bois gémissaient et craquaient. Un autre instant, et elle se brisa, envoyant des éclats déchirant les délicates sculptures en décomposition. Les proliférations fongiques qui avaient pris des décennies à se développer s'effondrèrent dans des flaques de bave.

Dans l'embrasure de la porte se trouvait une silhouette imposante, un troll plus gros que tout ceux que Jarad avait jamais vus. Il y avait plus de créatures derrière cela, mais ses yeux étaient fixés sur la forme humanoïde qui s'avançait. Une femme vêtue de cuir de combat, un coutelas à la hanche. Humanoïde, mais pas humain, et certainement pas elfique. Là où ses cheveux auraient dû se trouver étaient une masse de tentacules noirs bouclés, se tordant comme un panier rempli de serpents.

Il y avait plusieurs gorgones au service de l'Essaim Golgari, mais une seule oserait une telle insulte. La lèvre de Jarad se retroussa.

« Vraska. »



Vraska entra dans le jardin de pourriture. Elle avait toujours détesté cet endroit. L'air était chargé d'une odeur nauséabonde de pourriture et les cent petits coins étaient faits pour les conspirations de coups de poignard sur lesquels la cour des Devkarins avait toujours prospéré.

Cela, pensait-elle, se termine ce soir.

Jarga était toujours en train de cueillir des bouts de porte dans son poing, mais les deux krauls la suivirent, insectes à six pattes revêtus d'une armure chitineuse. Mazirek, à sa gauche, était presque aussi grand que Vraska, sa carapace était enduite de peinture noire en spirale. Il était ce que les krauls avaient de plus proche d'un leader et avait été son premier allié parmi les ruches.

À sa droite, marchait un kraul beaucoup plus petit, un spécimen blanc mort à l'air maladif, aux ailes tombantes et inutiles. Xeddick avait été un exclu parmi son peuple, pour sa coloration et ses capacités étranges, jusqu'à ce que Vraska se lie d'amitié avec lui. Depuis lors, il l'avait suivie comme un chiot.

Jarad, dans sa robe en toile d'araignée et sa peinture pour le visage bleue et rouge, se leva de son trône et la pointa du doigt.

« Vraska, » gronda-t-il. « Je ne me souviens pas de vous avoir convoquée. Je ne vous ai pas non plus demandé de casser ma porte. »

« Et je suis quand même là, » dit Vraska. « C'est drôle, ça. »

Elle se dirigea vers lui, repoussant un planteur de cadavres dans un jet de spores roses. Les deux krauls suivirent, leur armure cliquetant. Du coin de son œil, elle pouvait voir les elfes de l'ombre se perdre, tandis que leurs serviteurs étaient immobiles.

« Toute cette décadence », médita la gorgone. « Les années n'ont pas été gentilles avec toi, Jarad. »

« Qu'est-ce que tu crois faire exactement ? » Jarad, au moins, n'avait pas peur de lui faire face. Quelques courtisans se tenaient à ses côtés et elle vit des mains s'égarer vers les armes. « Vous avez de la valeur pour ce tribunal, mais ne surestimez pas votre importance. Je pourrais avoir votre tête pour cela. »

« Le pourriez-vous ? » murmura Vraska. Elle repoussa un autre planteur, s'arrêtant à une dizaine de mètres du maître de guilde. « Voyons si vous essayez de la prendre, alors. »

Les yeux de Jarad se rétrécirent. « Alors c'est ainsi. »

« C'est ainsi. » Vraska posa sa main sur son coutelas. « Bien ? J'attends. »

« Que quelqu'un la tue », tira Jarad.

Deux de ses courtisans s'avancèrent, un jeune homme portant les tatouages ​​d'un grand maître des lettres de quatrième année et une femme vêtue de la robe longue d'un shamane. Avec un signe de tête, Vraska dirigea Mazirek vers la femme et tira le coutelas de sa ceinture.

Le maître d'armes était rapide, son épée la fine rapière populaire parmi les Devkarins pour ses formes mortelles et précises. Elle tourna à peine sa première coupe et il dansa hors de portée de sa riposte, son épée laissant une ligne sanglante sur son avant-bras. Vraska grogna d'irritation, plaça son prochain coup de côté avec le poids plus lourd de son arme et fit un bond en avant jusqu'à ce qu'ils soient face à face. L'énergie dorée s'est accumulée dans ses yeux.

Il se rendit compte de son erreur trop tard. Avant qu'il ne puisse détourner le regard, le pouvoir se répandit entre eux. Une vague de gris s'écoula de ses yeux, rendant sa chair froide, dure et morte. Des doigts de pierre se crispèrent sur la poignée de son épée. Déséquilibrée, la statue ne resta qu'un instant avant de basculer, se brisant en morceaux avec un craquement.

L'autre duel se terminait aussi. Des feuilles de champignons ondulaient sur la carapace de Mazirek, mais le kraul ne semblait pas perturbé. Ses membres antérieurs se déplacèrent avec une rapidité aveuglante, un sortilège, et l'elfe trébucha en arrière, la main dans les mains. Un instant, elle fixa les yeux, les yeux exorbités, alors que des lignes noires ressemblant à des veines nécrotiques se propageaient dans sa chair. Puis elle tomba, se recroquevillant sur le côté, frissonnante alors que la chair pourrissait de ses os. En quelques secondes, il ne restait plus qu'un squelette dans une flaque de boue.

Amie-Vraska. Le contact mental était celui de Xeddick. Le kraul était un télépathe, une rareté presque inconnue parmi sa race. Vraska se demandait à moitié s'il était le résultat d'une expérience sournoise de Simic. Les morts se rassemblent.

Elle regarda par-dessus son épaule. Les hommes se rassemblaient près de la porte, des dames vêtues de robes de cour écorchées, des hommes vêtus de manteaux pourris et de perruques en toiles d'araignées. Quatre d'entre eux sortirent de derrière le trône de Jarad, portant l'armure d'une ancienne garde royale, l'épée à la ceinture. Storrev se tenait à côté de Jarad, le visage caché derrière son voile.

Je les vois, pensa-t-elle à Xeddick. Elle sentit sa nervosité et envoya une impulsion de réconfort. Tout est sous contrôle.

« Comment vous attendez-vous à ce que cela se termine ? » dit le maître de guilde, apparemment peu atteint par la disparition de ses champions. Le reste de sa cour s'était retiré à une distance de sécurité.

« Avec toi à genoux, implorant la pitié. Vraska rengaina son coutelas et se frotta la plaie au bras. « Nous pouvons passer directement à cela, si tu veux. »

« Supposez que vous me tuiez, » dit Jarad. « Vous savez ce qui va arriver ? Les Devkarins... »

« Les Devkarins sont au pouvoir depuis trop longtemps », a déclaré Vraska. « Vous avez traité Golgari comme un instrument de votre plaisir personnel, nous avons dilapidé notre force dans la décadence. Cela se termine aujourd'hui. »

« Vous n'avez pas la force, » ricana Jarad. « Quelques insectes ne suffisent pas. Commencez une guerre civile ici, gorgone, et elle se terminera avec votre tête sur une pointe. Et votre peuple, Mazirek, souffrira pendant cent générations. »

« Nous avons supporté votre tyrannie assez longtemps », déclara Mazirek. Son discours était brouillé et cliquetant, passant par des pièces buccales non conçues pour la langue commune. « Vraska offre le respect aux krauls. »

« Le respect ne vous fera que très peu de bien quand vous pourrirez dans mon jardin. » Jarad sourit, vif et décontenancé. « Mais assez de cela ! Mettez de côté vos griefs, et je ferai de vous... »

Vraska lança un coup de poing rapide qui frappa Jarad sur le nez avec un craquement solide. Il recula, le sang coulant sur sa lèvre supérieure.

« Storrev ! » cria-t-il. « Arrêtez-la. »

Et maintenant, pensa Vraska, nous découvrons si Bolas avait raison.

L'assemblée de Naguères se tenait là, attendant. Les quatre gardes autour du trône, les domestiques se rangent maintenant autour de la salle. Ils se levèrent...

... et ne firent rien.

« Storrev ! » Jarad tourbillonna dans un jet de sang. « Qu'est-ce que cela veut dire ? »

« Vous êtes le passé », dit la liche, sans inflexion. « Vraska est le futur. »

Ahhhh. Jarad se retourna vers Vraska et à présent, il avait la panique dans les yeux. Elle l'a bu comme du nectar. Sa bouche bougeait, ses mains agrippant sa robe.

« Vous ne vous en tirerez toujours pas, » murmura-t-il. « Profitez de votre petite victoire. Le reste des elfes... »

« Ont des serviteurs Naguères, » dit Vraska. « N'est-ce pas ? »

Les yeux de Jarad s'ouvrirent pleinement. « Non. »

« Nous épargnerons ceux qui ne résistent pas. » Elle fit un autre pas en avant et il tomba à genoux. « Mais les Golgari sont à moi maintenant. » Vraska jeta un coup d'œil à Mazirek, qui faisait un geste respectueux avec ses membres antérieurs, et à Storrev, qui inclina la tête. « Le règne des elfes sombres est terminé. »

« Je... je peux t'aider, » marmonna Jarad. « Il y a des choses que je sais... des secrets. Tu as besoin de moi. »

« Tu sais que tu as raison ? » Elle fit signe à Xeddick et le petit kraul s'approcha pour se tenir devant le maître de guilde. Tu sais quoi faire, pensa-t-elle.

Oui, amie-Vraska. Le contact mental de Xeddick était malheureux. Il n'aimait pas utiliser ses pouvoirs de cette façon. Ne résiste pas, ennemi-Jarad. Cela ne fait qu'aggraver la douleur.

À en juger par la façon dont il cria, Jarad résisitait. Quand ce fut fini, il était étendu à la base de son trône.

Tu as ce qu'il nous faut ? pensa Vraska à Xeddick.

Je crois que oui, amie-Vraska. Liste des agents dans le monde de la surface, mots de passe, lieux de réunion. Xeddick envoya une vague de dégoût. Son esprit a le goût de la saleté.

Je peux imaginer.

Vraska se pencha et attrapa le maître de guilde par le col, le traînant pour le regarder. L'énergie dorée se rassembla et Jarad hurla de nouveau.



La pluie frappait Orzhova, la Cathédrale de l'Opulence, grande forteresse des banquiers-prêtres des Orzhov. Kaya était persuadée qu'il s'agissait d'un bel édifice, avec tous ses arcs-boutants et bas-reliefs, de larges vitraux et des luminaires dorés. Elle souhaitait simplement que l'escalade ne soit pas si pénible, surtout la nuit et sous la pluie.

C'était probablement assez élevé.Ses cheveux pendaient dans la masse de sa nuque, et elle était trempée jusque dans sa petite culotte, malgré un manteau en cuir. Elle était entrée au rez-de-chaussée, puis avait grimpé dans la mesure du possible sans déclencher l'alarme, avant de se diriger vers l'extérieur pour gravir la tour. Jusqu'à présent, cela lui avait permis de contourner la plus grande partie de la sécurité d'Orzhov, même si elle doutait que sa chance à cet égard se poursuive. Vous ne devenez pas assez riche pour construire votre propre cathédrale sans devenir un peu paranoïaque.

Pourtant, elle avait eu des emplois pires et dans des endroits bien pires. Le plan-ville de Ravnica était très agréable comparé à certains marécages et catacombes où elle avait été envoyée pour chasser sa proie incorporelle.La nourriture est bonne, à condition de ne pas trop réfléchir à l'endroit où ils l'obtiennent. Et quand vous parlez d'un bain chaud, les propriétaires ne vous regardent pas comme si vous étiez devenu fou. Bien que ce serait sympathique si la pluie venait à s'arrêter.

Elle trouva une poignée sur une corniche, à côté d'une gargouille sculptée à la gueule ouverte de laquelle jaillissait un jet d'eau de pluie. Kaya jeta un long regard méfiant à la gargouille, mais elle ne sembla pas encline à ressusciter soudainement. Se préparant, elle prit une profonde respiration et puisa dans son pouvoir. L'énergie violette coulait autour d'elle, faisant passer son corps de solidité à une incorporalité fantomatique, et elle entra dans la pierre solide. C'était un tour plus difficile qu'il n'y paraissait – le plus difficile était de garder son emprise sur l'extérieur du mur jusqu'à ce qu'elle ait suffisamment pris pied à l'intérieur – mais Kaya avait passé la majeure partie de sa vie à travers des barrières selon des angles inhabituels.

Comme elle l'avait espéré, sa montée dans la tour principale de l'Orzhova lui avait permis de franchir les premières lignes de défense. Elle se retrouva dans un couloir somptueusement tapissé, éclairé par des bougies allumées doucement dans des braseros dorés. Des portes à intervalles réguliers portaient des plaques d'identification en laiton et le bois portait les armoiries élaborées des chevaliers et des syndics qui travaillaient ici, faisant tourner les rouages ​​du commerce d'Orzhov. À en juger par la hauteur du plafond, il y avait au moins trois autres étages entre elle et sa cible.

En supposant, bien sûr, que les informations fournies par le dragon soient exactes. La première règle du travail de mercenaire était « ne faites jamais confiance au client », ce qui était d'autant plus vrai dans le cas de Nicol Bolas. Mais le gain était suffisamment important pour qu'elle pense que cela en valait la peine. Si quelqu'un avait le pouvoir de réparer le ciel brisé, c'était bien Bolas. Et ses contacts avaient insisté sur le fait qu'il était au moins raisonnablement digne de confiance. Pour un dragon, en tout cas.

Elle marcha doucement dans le couloir, l'eau ruisselant sans bruit sur les tapis de soie. Au bout du couloir, il y avait un escalier qui montait à l'étage suivant, sécurisé par une grille de fer allant du sol au plafond. Kaya examina les minuscules runes dorées incrustées autour du trou de la serrure qui la verrouillait en place, trouva un pupitre qui déclencherait une alarme si la serrure était choisie et sourit. Elle traversa un éclat de pourpre et monta l'escalier en colimaçon.

L'étage suivant était une sorte d'archive de documents, qui semblait durer éternellement. Aucune surprise là-bas. Les prêtres aiment écrire et les banquiers aussi, alors je suis sûre que les prêtres-banquiers sont encore pires. Les portes des magasins étaient ornées de pièges magiques, mais le couloir ne comportait que quelques fils de déclenchement, si facilement désactivés que c'était presque insultant. Si cela continue, je vais devoir leur laisser une note sévère.

Une autre grille bloquait les escaliers et celle-ci était complétée par une paire de gardes en armure-plaques et des casques coniques. Ils avaient partout le regard lourd et ennuyé des gardes. Les observant depuis un coin, Kaya pensa qu'elle pourrait probablement les abattre toutes les deux si elle le devait. Un coup de couteau dans la gorge non blindée de celle de gauche, puis fermez-vous et sortez les jambes de l'autre avant qu'il ne puisse le faire. sortez cette épée maladroite. Mais ce n'est guère élégant. En outre, elle ne voulait tuer personne qu'elle n'était obligée de tuer.

Au lieu de cela, elle se fraya un chemin dans le couloir jusqu'au mur extérieur et retourna à l'extérieur de la tour. C'était encore plus difficile que de faire l'autre chemin, mais elle trouva une prise pratique sur le buste sculpté d'un aristocrate mort depuis longtemps et balança ses jambes dans une gerbe de violet avant de pouvoir poser ses pieds contre un autre contrefort. De là, elle grimpa, en montant jusqu'à ce qu'elle se soit rendue compte qu'elle était bien au-delà des gardes. Mieux vaut rester à l'intérieur autant que je peux, cependant. Ils doivent avoir une certaine protection contre les voleurs volants.

Elle se prépara à nouveau sur une autre gargouille pratique. C'est seulement quand elle avait déjà une main qui pénétrait dans la pierre qu'elle s'aperçut que cela l'une d'elles n'avait pas de tuyau de pluie dans la bouche et semblait considérablement moins altérée. À ce moment-là, ça bougeait déjà.

Ah, putain.

Un moment très compliqué suivit. Kaya avait une main incorporelle et traversait un mur de pierre, tandis que son autre bras et son pied étaient poussés contre la gargouille. Elle s'éloigna d'elle et elle tomba soudainement du mur. En même temps, il ouvrit son bec pour crier un avertissement qui ferait sans aucun doute venir tous les gardes de la cathédrale.

Pense vite.

Elle laissa sa main gauche, à l'intérieur de la tour, retomber dans la corporalité et fouillant à l'aveuglette. Heureusement, ses doigts tendus trouvèrent la tige d'un brasier et elle l'attrapa, plaçant son poids contre le mur. Il lui fallut presque toute sa concentration pour maintenir l'étroite bande incorporelle autour de son poignet, mais il lui restait assez de fouet pour s'en prendre à l'autre main et l'enfoncer dans la gorge de la gargouille, en saisissant sa langue dans son poing. Les yeux de la créature pierreuse se gonflèrent, mais elle resta silencieuse. Un instant, Kaya resta suspendue à ses poignées impromptues.

Maintenant quoi ?

La gargouille commença à fermer son bec. Elle n'avait pas le meilleur effet de levier, mais les bords de son bec étaient d'une netteté extrême, et les extrémités supérieure et inférieure s'enfoncèrent dans le bras de Kaya, fendant le cuir et faisant couler le sang. Elle serra les dents et plaça à nouveau ses jambes contre la tour.

« Vous savez, » dit-elle à la gargouille, « Je suis prête à vivre et à laisser vivre ici. Un intérêt ? »

Cela la fixa avec malveillance et augmenta la pression. Un pei plus, et son bras se briserait.

« Très bien », murmura Kaya.

Elle lâcha le brasier et laissa son bras se dérober à l'extérieur, la laissant suspendue à la gargouille. Cela la poussa à se balancer sur le côté et elle poussa ses jambes pour transformer le mouvement en arc de cercle, comme un acrobate de cirque tournant autour d'un trapèze, mais en infiniment plus douloureux. Alors qu'elle s'approchait du bout de son acrobatie, elle tira de ses mains libres l'un des longs couteaux sur ses hanches et utilisa tout son élan pour l'enfoncer dans le cou de la gargouille, avec une petite touche de sa puissance lui permettant de glisser facilement à travers la peau de pierre de la créature. La gargouille poussa un cri strident et bascula en avant, perdant son emprise sur le mur. Kaya laissa sa main se frayer un chemin à travers elle, puis se releva d'un bond qui la conduisit à travers le mur extérieur et à l'intérieur de la tour.

Dans l'ensemble, elle sentit qu'elle avait gagné quelques instants à se tordre sur le tapis, maudissant silencieusement toutes les gargouilles alors qu'elle serrait la peau déchirée de son avant-bras et essayait fort de ne pas crier. Lorsque la douleur fut un peu atténuée, elle remua les doigts pour s'assurer qu'elle le pouvait encore, retira un bandage de son sac et ligota la plaie.

J'espère que cette fichue chose n'a atterri sur personne. Un passant écrasé au hasard n'était pas ce dont elle avait besoin dans sa conscience.

Ce niveau, heureusement, était aussi vide que le précédent. Un autre escalier inversé menait vers le haut, sans protection évidente. Kaya le prit avec précaution et découvrit que cela menait à une porte très solide. Une protection plus runique, en fine écriture dorée, était inscrite sur les bords. Elle se pencha pour lire.

Passez la porte, invoquez un esprit de vengeance terrifiant, bla bla bla. Elle fléchit de nouveau la main blessée, vérifia ses couteaux et a repris son souffle. Voici.

Le violet brillait autour d'elle alors qu'elle passait la porte. Elle eut une brève impression d'un grand salon bien aménagé au-delà, mais sa vue fut presque immédiatement obscurcie par un tourbillon d'énergie fantomatique qui se fusionnait devant elle. Une figure humanoïde, semblable à un cadavre translucide et émacié, formée de rien, d'étincelles rouges de haine s'épanouissant dans de larges orbites vides. Elle atteignit sa gorge et elle sentit le froid de la tombe l'envahir.

La chose avait l'air très surprise quand les dagues de Kaya, rougeoyantes de la pourpre de son caractère immatériel, s'abattirent contre sa poitrine. Les fantômes et les esprits étaient toujours choqués d'apprendre que la mise en phase qui permettait à Kaya de traverser librement le monde physique la rendait également très tangible pour eux. En règle générale, cependant, ils ne vivaient pas – ou continuaient d'exister, ou quoi que ce soit – assez pour répandre la leçon, car ils avaient généralement peu de défenses contre un pied d'acier froid dans leur cœur fantomatique.

Celui-ci cria, s'éclaircit et disparut dans l'air mince d'où il était venu. Kaya rengaina ses lames avec un sourire satisfait. En regardant autour de la salle, elle trouva une femme aux cheveux noirs se tenant derrière une longue table en bois, appuyée sur une canne, avec à côté d'elle un jeune homme portant des lunettes avec l'air d'un employé.

« Teysa Karlov ? » dit Kaya, qui acquiesça prudemment. « Je suis là pour vous sauver. »



Quelques minutes plus tard, Kaya était assise à la grande table polie, refaisant un peu plus soigneusement le bandage sur son bras. Teysa et le jeune homme, dont le nom s'avérait être Tomik, étaient assis en face d'elle.

« Laissez-moi voir si j'ai bien compris, » dit Teysa en se croisant les doigts. Même avec ses cheveux ébouriffés après avoir dormi et portant seulement une chemise de nuit en soie noire, elle gardait son sang-froid. « Vous avez un contrat de » – elle jeta un regard significatif à Tomik – « notre ami commun. »

« Mhmm, » dit Kaya, grimaçant alors qu'elle retirait un tissu, écœurée.

« Votre contrat est... »

« Pour vous aider à prendre le contrôle d'Orzhov. » Kaya leva les yeux. « Je pensais que vous sortir de la cellule serait un bon début. »

« Que savez-vous sur Orzhov ? »

« Presque rien," dit joyeusement Kaya. « Notre ami a dit que vous étiez enfermée par une bande de fantômes, ce qui explique pourquoi il est venu me voir en particulier. »

« Avez-vous un plan pour ce qui va se passer ensuite ? »

« Pas vraiment. Je pensais que c'était votre département, même si je vais certainement m'occuper de votre problème de fantôme. »

Tomik secoua la tête, comme s'il était encore à moitié endormi. Teysa avait une expression serrée et ses doigts étaient entrelacés.

« Ce n'est pas simplement un « problème de fantôme » », déclara-t-elle. « L'Obzedat sont les esprits les plus puissants des Orzhov, qui dirigent notre guilde depuis des millénaires. »

« Et vous voulez vous en débarrasser. »

« Oui », admit Teysa. « Mais ça ne va pas être si facile. »

« Non ? » Kaya attacha le pansement et sourit. « Vous m'avez vue travailler. »

« Ce n'est pas votre capacité, dont je doute, c'est du reste du plan. » Teysa soupira. « Si vous me faites sortir d'ici avant d'assassiner le Conseil fantôme, tout le monde assumera que je suis impliquée. Les pouvoirs de la guilde se rallieront aux ennemis des Karlov. Nous aurions une guerre civile coûteuse sur nos mains, et aucune garantie que nous gagnerions. »

« En supposant, » ajouta Tomik, « que les autres guildes ne profitent pas de notre faiblesse. »

Kaya regarda l'employé et leva un sourcil. Teysa pinça ses lèvres.

« Tomik est mon secrétaire personnel », dit Teysa, « je lui fais entièrement confiance. »

Sauf que vous ne voulez pas qu'il sache que vous travaillez avec Bolas, se dit Kaya. Intéressant. Elle s'assit sur sa chaise, les mains derrière la tête.

« D'accord », dit Kaya. « Alors vous ne voulez pas que je te fasse sortir d'ici ? »

« Cela ne donnerait pas ce que nous voulons », déclara Teysa. « Grand-père m'a enfermé... »

« Qui ? »

« Grand-père », répéta Teysa avec irritation. « Il est à la tête du Conseil fantôme maintenant. »

Kaya, dont les relations familiales pourraient être qualifiées de « compliquées », essaya d'imaginer ce que serait la situation si les anciens du clan persistaient indéfiniment dans la non-vie. L'esprit se rebelle. « D'accord. Continue. »

« Il m'a enfermée parce que je voulais mener Orzhov dans une direction différente. » Teysa jeta un coup d'œil à Tomik. « Moins d'isolement et plus d'engagement avec les autres guildes. Certains membres de la hiérarchie me soutiennent, c'est pourquoi il avait peur de m'admettre au conseil. Mais si je m'allie à des forces extérieures, ces alliés m'abandonneront. »

« Que faire dès lors ? »

« Vous devez détruire l'Obzedat sans l'apparence de mon aide. Avec Grand-père parti, les hiérarques n'auront d'autre choix que de se tourner vers moi. »

« Madame Karlov, » dit Tomik. « Vous savez à quel point c'est dangereux. Si elle échouait et admettait le plan à votre grand-père... »

« Faites-moi un peu confiance », dit Kaya.

« C'est un argument valable », déclara Teysa. "Si vous êtes prise, grand-père aurait votre esprit vivant arraché de votre corps, puis ses nécromanciens obtiendraient toutes les réponses qu'il voulait avant condamner à prononcer l'oubli. »

« Ne me tuons pas tout de suite. » Kaya gratta son nez, pensive. « Des fantômes se rencontrent dans le sous-sol, n'est-ce pas ? »

Tomik hocha la tête. « Dans la Catacombe, plusieurs étages sous la base de la cathédrale. Personne ne vit là-bas depuis des siècles. »

« Et je suis sûre que c'est plein de pièges de la mort et d'esprits liés. Ces endroits le sont habituellement. » Elle fit une grimace. « Je dois admettre que je n'aime pas l'idée d'essayer de résoudre tout cela avec tous les gardes de la tour à mes fesses. J'ai jeté un coup d'œil sur les protections en entrant, et je ne serai pas capable d'y entrer sans sonner l'alarme. »

« Nous avons besoin d'alliés », déclara Teysa. Elle jeta un coup d'œil spéculent à Tomik, mais avant qu'elle ne puisse en dire plus, il y eut le bruit de pieds bottés et de tintements de métal dans le couloir.

« Ah, merde », dit Kaya en se levant d'un bond. « Quelqu'un a sûrement remarqué ce qui est arrivé à votre portier. »

« Allez, » dit Teysa de toute urgence. « Je leur dirai que c'était une tentative de me tuer, ils le croiront. Trouve l'auberge tordue, Tomik enverra un message pour toi. »

« Ce travail devient de plus en plus compliqué à la minute », murmura Kaya. Mais elle devait admettre que cela semblait être la meilleure option à l'heure actuelle. Mieux vaut certainement que combattre une tour pleine de gardes. Elle acquiesça sèchement et se précipita vers la fenêtre.

« Tu ne peux pas sortir comme ça ! » dit Teysa. « Les fenêtres sont... »

Kaya dans un éclair de lumière violette et disparut.

Scellées, finit-elle pensivement. La porte s'ouvrit violemment et elle se tourna pour faire face aux gardes, arborant son meilleur sourire.

Résumé



Spoiler: Montrer
Vraska, appuyée des krauls dont Mazirek, effectue un coup-d'état contre Jarad, qui incarne à lui seul l'hégémonie des Devkarins sur tout Golgari. Il ne la prend pas au sérieux au départ, mais elle vainc ses deux champions, et lorsqu'il ordonne à Storrev d'envoyer les Naguères la tuer, la liche refuse... Jarad, l'arrogant, est statufié. Et tout ceux qui s'opposeront à elle connaîtront le même sort.

Pendant ce temps, Kaya s'infiltre non sans difficulté dans la Cathédrale de l'Opulence afin de délivrer Teysa, qui est enfermée par son grand-père car elle n'est pas isolationniste comme lui. Elle tue son geôlier, mais Teysa lui explique qu'elle doit tuer le Conseil fantôme sans la libérer, afin qu'elle ne soit pas considérée comme impliquée dans cette affaire. Des gardes arrivent, et Kaya fuit donc tandis que Mme Karlov prétend qu'on a simplement tenté de la tuer.

Ajouter une louange

Vous devez vous identifier pour participer.

Appréciation

Contenus relatifs

Sondage

Quelle distribution d'acteurs pour la série d'animation Netflix ?

Résultats
(déjà 175 votes)