Avant la Guerre : Partie 1 - Magic the Gathering


Avant la Guerre : Partie 1

Articles
par Drark Onogard, le , 535 consultations , 3

  La guerre des Planeswalkers / La storyline de Magic

Pendant qu'une conspiration contre Niv-Mizzet semble s'ourdir, Ral est rattrapé par ses vieux démons...

     

Nous ne jugerons pas ici la pertinence de conter ce qui mène à la Guerre des Planeswalkers après avoir conté ladite guerre. Non, nous, nous préférons simplement traduire et lire l'histoire écrite par Django Wexler sans râler avec notre savoir-faire franco-français.

Il n'y a pas d'avertissement pour les enfants cette fois-ci ! Mais je le dis quand même, par déontologie, ou envie d'ajouter un second paragraphe à cette introduction, j'en conviens, assez superflue et que la majorité d'entre vous passera, donc passons. L'important, c'est que l'original est ici.

Chapitre 1



C'était l'automne à Ravnica et il pleuvait jour après jour.

Le ciel était gris jusqu'à perte de vue, le soleil n'était qu'un vague signe d'une lueur plus brillante derrière les nuages. La pluie descendit les boulevards en cordes comme une armée conquérante, s'infiltra dans les petites ruelles tortueuses, fit trembler les vitraux des lieux de culte et se détacha des arbres dans les jardins. Dans les squares, les fontaines débordaient et les égouts bouillonnaient et vomissaient les débris. Dans le royaume souterrain des Golgari, loin au-dessous des rues de la ville, les égouttements se transformèrent en ruissellements, alors que toute l'eau s'écoulait lentement, couche après couche de l'architecture ancienne, pour revenir aux océans longtemps enfouis.

Le moindre rayon de soleil avait disparu depuis le jour où Ral Zarek avait transformé le coin de Froidevoie en un quartier appelé Sept Épées. Quelques-uns des magasins les plus haut de gamme étaient éclairés par des lueurs magiques stables, mais ici, la plupart se font avec des lampes à pétrole moins chères, qui clignotaient malsainement dans l'humidité. Les quelques autres passants qui se partageaient la rue se déplacèrent rapidement, tête en bas, blottis sous des parapluies ou tenant des manteaux trempés.

Ral ne se dépêcha pas et ne baissa pas non plus la tête. Il marchait avec détermination, son long manteau sombre battant autour de ses chevilles. La pluie ne lui causa aucune difficulté ; elle commença à se plier à environ cinq pieds au-dessus de sa tête, formant un cercle net assez large autour de lui pour ne pas éclabousser ses bottes.

Après tout, pensa-t-il avec une triste satisfaction, à quoi sert-il d'être un « mage de la pluie » si vous devez vous mouiller ?

Tandis qu'il scrutait les portes et les devantures de magasins, il gardait la moitié de son attention sur les gens autour de lui. Cette nuit pourrait être un piège – en fait, c'était presque certainement un piège – mais s'il pensait savoir quel type de piège, on ne pouvait jamais en être certain.

Pas quand tu as affaire à Bolas.

Heureusement, tant pour sa tranquillité d'esprit que pour leur bonne santé, personne ne semblait intéressé. Sept Épées n'était pas un quartier bruyant, ni particulièrement riche. Comme beaucoup de Ravnica, l'origine de son nom a été perdue dans la nuit des temps, mais ces jours-ci, il ne s'agissait que d'un petit bloc de rues bordées de grandes maisons de ville en pierre qui avaient connu des jours meilleurs. Construits à l'origine pour les riches, à l'époque où le quartier était à la mode, ils étaient maintenant divisés en petits appartements. Une famille pouvait donc dormir, manger et travailler dans ce qui était autrefois la salle de bal ou le garde-manger d'un aristocrate. Quelques commerces fonctionnaient au niveau du sol, principalement des tavernes, des restaurants et des prêteurs sur gages, ces derniers étant identifiables par leurs fenêtres à barreaux de fer.

Là où Froidevoie rencontrait Verterue, il y avait une petite place, avec une fontaine abandonnée ramenée à un semblant de vie par la pluie sans fin. Il était bordé par de grands bâtiments, la plupart en mauvais état. Les bancs en fonte se dissolvaient lentement dans des flaques de rouille laissant de larges taches oranges sur les pavés. Ral se retourna, découvrant les anciens panneaux et finit par trouver ce qu'il cherchait. Au coin de la rue, une enseigne en bois vermoulu recouverte de peinture blanche s'écaillant marquait l'entrée du rideau d'argent. Les portes en dessous avaient été fermées il y a longtemps, puis cassées. Elles étaient suspendues à moitié ouvertes, ne révélant que la morosité à l'intérieur.

Bien. Ral regarda dans les ténèbres, comme si une force de volonté pouvait le faire abandonner ses secrets. Je suppose qu'il n'y a qu'une chose à faire.

Il ressentit un contact avec les nerfs, une légère sensation d'oppression dans la gorge, mais il la bannit aussitôt. Au lieu de cela, il invoqua sa colère, la rage lente et chaude qui l'avait alimenté pendant toutes ces années.

Comment ose-t-il venir à moi maintenant ?

Les mains de Ral se serrèrent dans les poings. Un tonnerre lointain gronda et Ral sentit la foudre se propager de nuage en nuage, comme si les arcs étaient dessinés sur sa peau. Il avança d'un pas lourd en poussant les portes et pénétra dans l'obscurité.



Au même moment, à travers la Dixième circonscription, une jeune femme faisait irruption dans Nivix.

La plupart des gens auraient dit que c'était, sinon réellement impossible, du moins suicidaire. Nivix, se dressant comme un pic au-dessus des petites flèches de la ligne d'horizon de Ravnican, était le siège de la ligue d'Izzet. Les étages inférieurs regorgeaient d'ateliers, de casernes et de laboratoires, gardés par des fous avec des lance-flammes et des constructions infatigables et vigilantes. Au-dessus se trouvaient les quartiers des membres les plus anciens d'Izzet, qui abritaient certains des plus dangereux mages et inventeurs de Ravnica. Et au-dessus se trouvait l'Aerie, la maison de Niv-Mizzet lui-même. Cérébropyre, ancien dragon, parun de la guilde et meneur d'intrigues incomparable.

L'intruse se dirigeait vers le sommet. La plupart des gens auraient dit qu'elle n'était pas dans son état normal, et si elle en avait été capable, elle aurait été d'accord avec eux. Il y avait quelque chose d'autre avec elle, un autre esprit, une chose glissante et écaillée qui la regardait à travers ses yeux et qui l'avait étouffée aussi facilement qu'elle avait soufflé une bougie.







Elle était actuellement attachée à un cerf-volant, une large création en bois et toile peinte en gris foncé, à se perdre dans le ciel du soir. Les élémentaux d'air apprivoisés l'avaient soutenue, bien au-dessus même de la pointe de la flèche de Nivix, mais elle les avait congédiés avant de se rapprocher. Niv-Mizzet et ses sbires avaient enveloppé l'Aerie dans des barrières et tout ce qui était aussi brutal que le vol magique serait détecté instantanément.

En effet, Ral Zarek, qui était responsable en dernier ressort des protections les plus profondes du Cérébropyre, avait fait un travail exemplaire. Au fond de Nivix, il y avait une salle de contrôle, gardée nuit et jour par de loyaux veilleurs Izzet. Toute tentative de téléportation, de mise en phase ou de toute autre manière magique à travers les murs ou les fenêtres ferait sonner l'alarme. Il va sans dire que tous les efforts physiques bruts feraient de même. Ral lui-même vérifiait les salles tous les soirs et effectuait des inspections régulières pour s'assurer qu'elles étaient bien entretenues.

Ce soir, cependant, Ral Zarek était ailleurs.

Ses responsabilités dans ce domaine ont été confiées au capitaine de corvette Neero Jak, un innocent vedalken qui avait gravi les échelons des gardes d'Izzet parce qu'il était prêt à obéir aux ordres et à ne faire preuve d'aucune imagination. Comme Ral, il ferait son devoir avec la plus grande minutie. Contrairement à Ral, il était fan de l'opéra comique. Et hier soir, lors d'un spectacle de Spirogne va chasser, il avait eu une rencontre fortuite avec une ravissante jeune femme et...

Eh bien, Neero ne se souvenait plus grand-chose de la nuit qui suivit. Mais la jeune femme, qui était la même jeune femme attachée au cerf-volant, était une voleuse de pensées Dimir, ses rendez-vous se passaient souvent de cette façon.

Et maintenant, si tout s'était bien passé...

Dans sa vision améliorée magiquement, les protections de Nivix brillaient dans toutes les couleurs de l'arc-en-ciel, un spectre vicieux de pièges et d'alarmes. Tout en haut de la tour, où une vaste fenêtre de verre incurvée donnait sur la ville, ils flambaient particulièrement fort.

Jusqu'à ce que, juste à l'heure convenue, ils soient tous devenus sombres.

Neero Jax aurait quelques questions auxquelles répondre dans la matinée.

L'intruse inclina son cerf-volant et descendit vers la tour.



Il n'était plus évident de savoir quel genre de théâtre avait été le Rideau d'Argent, étant donné qu'il jouait clairement depuis des années seulement devant un public de rats. Ral pénétra avec précaution dans l'antichambre, où des restes de vieilles affiches s'accrochaient toujours aux murs de plâtre en décomposition, et passèrent devant l'étal du preneur de billets. Une autre paire de doubles portes menait au théâtre lui-même, une vaste salle semi-circulaire avec des rangées de sièges en bois pourri de chaque côté d'une allée centrale. Au fond, la scène, l'arc de proscenium à moitié effondré, le rideau d'argent éponyme en lambeaux déchiquetés derrière.

Ral était plus intéressé par l'homme qui était assis au bord de la scène. Il était d'âge mûr, avec un visage rayé et patiné et de longs cheveux attachés à des dreadlocks en lambeaux. Sous sa robe lâche, une grande partie de sa poitrine était remplacée par du métal lisse et flexible, et son bras droit était une cage torsadée de tiges métalliques se terminant par des doigts comme des serres. Il leva les yeux lorsque Ral entra, avec un bref sourire entièrement dépourvu d'humour.

« Tezzeret », dit Ral. Il l'avait soupçonné du message qu'il avait reçu. « Tu fais toujours les courses du vieux lézard, je vois ? »







« Ral Zarek. » Tezzeret bâilla avec indifférence. « Toujours en train de tuer le temps dans ce monde de second ordre. »

La vieille rage se déplaça dans la poitrine de Ral. Ses mains se crispèrent, mais il garda son ton désinvolte.

« Je pensais avoir clairement indiqué la dernière fois que nous n'avions plus rien à nous dire. »

« Tu n'as peut-être plus rien à dire », déclara Tezzeret. « Mais pour des raisons qui m'échappent, il a décidé de te faire une offre. Une offre finale. »

« Ton maître m'a déjà dit ça une fois, » dit Ral. La lèvre de Tezzeret se contracta et Ral savait qu'il avait marqué. L'esclave Planeswalker détestait qu'on lui rappelle son asservissement. « Tu devrais lui dire que ses menaces sont moins impressionnantes quand il ne donne pas suite. »

« Comme je l'ai dit, je ne comprends pas pourquoi il étend sa miséricorde, seulement que cela dure rarement. » Tezzeret se laissa tomber de la scène. « Tu lui dois une dette, Zarek. Tu peux la payer et récolter les bénéfices du service. » Il pencha la tête et une énergie rougeoyante se répandit sur son bras métallique. « Ou tu peux continuer ton obstination et brûler avec tout le reste. »

« Tentant. » Ral sourit faiblement. « Mais j'ai déjà un dragon arrogant à traiter. Je préférerais ne pas l'échanger contre un autre. »

« Comme je l'attendais. » Tezzeret haussa les épaules. « Au cas où... »

Son rythme lent et délibéré disparut. Tezzeret coupa son bras en métal, lançant un jet de métal chauffé à blanc dans la direction de Ral. Ral réagit également rapidement. Le pouvoir coula le long de son bras, dans les nœuds mizzium de son corset. Un bouclier crépitant d'énergie électrique a pris vie, renvoyant les projectiles dans toutes les directions avant de se redresser pour rejoindre leur créateur.

Tezzeret était déjà remonté sur la scène. À côté de lui, quelque chose émergeait de la poussière: une construction ressemblant à une araignée à longs membres, avec un seul œil rougeoyant sur une tige flexible. Deux autres objets se libérèrent des débris dans le coin du théâtre et Ral pouvait en entendre au moins un derrière, bloquant la sortie.

« Un bon tour, » dit-il, puis leva les yeux vers le plafond. « Mais combien de temps un mage tempête peut-il durer loin de la tempête ? » Tezzeret sourit à nouveau. « Je suppose que nous le découvrirons. »

Il se cacha dans les coulisses du théâtre alors que les constructions avançaient. Ral tourna la tête et la machine se refermant par derrière se planta contre son bouclier dans un jet d'étincelles. Il donna un coup de fouet de l'autre main et un bref éclair éclata sur la chose, l'envoyant trébucher en arrière pour s'écraser contre un mur. Avant qu'il puisse le terminer, les autres étaient sur lui, et Ral dut se baisser comme une construction à cliquetis et sifflante avec des membres antérieurs en forme de faux lui sautait dessus. Il chut au sol, colla son dos au mur et écarta les bras.

C'était en effet un problème pour un mage de la tempête d'être isolé du ciel. La quantité d'énergie que Ral pouvait stocker dans son corps était limitée et le processus épuisant. Mais c'est la chose à propos de l'Izzet. Nous résolvons les problèmes.

Heureusement, il s'était attendu à un piège. Sur son dos, un renflement sous son trench-coat, se trouvait l'accumulateur électrostatique Mizzium-Ion, Mark IV, le tout dernier né du Laboratoire des tempêtes et de l'électricité. Il était complètement chargé, les anneaux de mizzium tournant rapidement dans leurs chambres de cristal. De longs conduits la reliaient aux brassards de ses avant-bras, où les nœuds de sortie aidaient à façonner et à canaliser le pouvoir.

L'inventeur original, de longue date, avait voulu que son appareil produise des divertissements sans danger pour les fêtes d'enfants. Après le troisième clown frit, Ral avait repris le projet à ses propres fins.

L'électricité craqua sur son bras droit, formant un arc de plasma en forme de croissant. Lorsque la construction se ferma, Ral évita et libéra le plasma avec un coup de tonnerre. L'acier trempé se sépara comme du plâtre humide et la construction mourut avec un cri de broyage. Un de ses compagnons grimpa sur son cadavre, les lames baissées, et Ral bassa les bras et coupa ses jambes sous lui avec un autre souffle, le laissant patauger sans pouvoir.

La construction de l'antichambre avait rejoint son compagnon restant, et ils se redressèrent et le rejoignirent, épaule contre épaule mécanique. Ral laissa son bouclier disparaître sous un jet d'étincelles et leva les deux mains. Tous les poils de son corps se dressèrent tandis que l'énergie de l'accumulateur le submergeait, craquant brièvement sur le bout de ses doigts avant de se déchaîner dans un double éclair. La foudre secoua le rideau d'argent, délogeant davantage de plâtre des murs. Les deux constructions se contractèrent comme des insectes mourants dans la décharge massive, puis s'affaissèrent aussitôt que Ral baissa les bras, leurs composants internes délicats fondus en tas de scories.

Il jeta un coup d'œil irrité par-dessus son épaule sur la scène, mais il n'y avait aucun signe de Tezzeret. S'il voulait ma mort, c'était une assez mauvaise tentative. Ral fronça les sourcils. Tezzeret pourrait être arrogant, mais il n'était pas stupide. Ce qui signifie qu'il ne veut pas de moi mort. Et Bolas a dû savoir que je le rejetterais. Alors pourquoi m'appeler ici ?

Une diversion. Ce qui voulait dire qu'il était exactement au mauvais endroit.

Les flammes commençaient à lécher les murs de l'ancien théâtre, émergeant des cadavres métalliques surchauffés des constructions. Ral courait déjà dans l'antichambre et sous la pluie, son manteau battant derrière lui.



L'intruse heurta le côté de Nivix, lâchant son cerf-volant, qui s'élança dans le vent avant de s'effondrer et de s'écraser quelque part dans la ville en dessous. Cela laissa la jeune femme sans issue, mais la chose dans son esprit ne se souciait pas de ça. Un mage d'esprit elle-même, elle reconnut le travail d'un maître du contrôle. Quelque part au fond d'elle, elle hurlait, mais son corps gravit calmement les pierres de galets de l'extérieur de la tour jusqu'à atteindre la grande fenêtre, un immense cercle à plusieurs vitres ressemblant à un œil d'insecte.







Elle ouvrit une poche de ceinture, s'accrochant nonchalamment à la tour avec une main et découvrit un petit appareil en métal avec une ventouse à une extrémité. Elle l'avait acheté à un artisan du marché noir Izzet – quelque ironie là-bas. Quand il fut coincé contre une des vitres de la fenêtre, elle toucha la fin. La petite chose poussa un gémissement aigu qui la fit grincer des dents, puis le verre de la fenêtre s'affaissa et fondit, toujours froid mais coulant aussi facilement que de l'eau. Il courut le long de la file et s'éloigna, et l'intruse se glissa facilement dans le sanctuaire intérieur de Niv-Mizzet.

Une demi-douzaine d'alarmes auraient dû être déclenchées à ce moment-là, mais il y eut à la place un silence. L'Aerie était une seule pièce massive, dimensionnée pour la commodité d'un dragon antique. Une variété de télescopes et d'autres instruments optiques se tenait à la fenêtre, pointant vers le ciel ou à travers la ville. Les livres étaient partout, empilés dans des galeries ou empilés sur des étagères jusqu'à ce qu'elles risquent de s'effondrer. Vraisemblablement, l'intellect prodigieux du Cérébropyre pourrait donner un sens à la confusion.

Il y avait étonnamment peu de machines pour lesquelles les Izzet étaient célèbres, pas de cuves de fusion ni de bacs de pièces de rechange, pas de machins à vapeur. Niv-Mizzet était au-delà de cela, expérimentant dans le domaine de la pensée pure et de la magie. Mais même les anciens dragons avaient besoin de dormir de temps en temps, et le parun d'Izzet était actuellement enroulé dans un coin de son laboratoire aux murs de pierre comme un chat, le bout de sa queue serpentine remuant paresseusement sous son nez. Le son de son souffle lent était aussi fort que celui d'un forgeron.

Même avec les protections extérieures violées, Niv-Mizzet était loin d'être impuissant. Le sol de son sanctuaire était recouvert de pièges arcaniques, visibles par l'intrus sous la forme de lignes d'énergie bleu-blanc sillonnant le sol, flanquées de colonnes de runes tortueuses. Un voleur ou un assassin ordinaire aurait peut-être trouvé en cela une barrière impénétrable, mais la présence dans l'intruse savait que nul moyen de défense n'était vraiment imprenable. Elle calcula un instant, puis déplaça son hôte, franchissant avec confiance les barrières.

L'intruse fit un pas en arrière, attendit un battement de cœur, se tourna, évita le pas, courut en avant, fit une nouvelle pause. La magie palpitait et scintillait à travers le réseau de protections, cherchant la chaleur, le mouvement, l'étincelle de la vie. La jeune femme retint son souffle si longtemps que sa vision devint grise sur les bords en se traînant en arrière devant une bibliothèque, puis passa un moment à se remettre avant de tourner une roue de charrette facile et de marcher à travers une section de runes fortement entrelacées.

Pas mal, pensa la présence. Mais pas assez bien.

Peu de temps après, son hôte se tenait à côté du dragon endormi, l'atteignant d'une main prudente gantée de noir pour s'étendre sur l'une des longues cornes sombres de Niv-Mizzet. La présence appela le pouvoir de la jeune femme, sa magie subtile se dirigeant vers le Cérébropyre. Même ici, au centre de son pouvoir, Niv-Mizzet était paranoïaque. Depuis que Jace Beleren avait touché ses pensées, avant de devenir le Pacte de la guilde vivant, Niv-Mizzet avait commencé à le protéger plus attentivement. Même avec les conseils de la présence intrusive, aucun mage mental ne pouvait extraire aucun secret du dragon maintenant, non sans qu'il s'en rende compte.

Mais ajouter un secret... Oh oui.

L'intruse lui toucha la tempe et quand elle retira son doigt, une pensée bleue brillante en sortit, fragile comme un fil d'araignée. Elle baissa la main, laissant le brin frôler la peau écailleuse du dragon. Il tomba de son doigt et s'enfonça dans la tête de Niv-Mizzet, se confondant avec ses pensées. Juste un tout petit ajout, quand tout est dit et fait.

La tâche accomplie, l'intrus se détourna. L'anneau le plus profond de pièges magiques était juste devant elle, et la présence dans son esprit identifiait celle qu'elle souhaitait et la forçait à faire un pas en avant.

Non ! L'esprit de Dimir avait du mal à se défendre. Vous avez fait ce que vous vouliez. Au moins, laissez-moi essayer de sortir d'ici !

Désolé mon cher. La présence prit plus fermement son esprit. Votre tâche n'est pas encore terminée.

La présence de griffes mentales dégainées et la jeune femme, au plus profond de son esprit, hurlèrent à nouveau. Cela effaça ses souvenirs, se tordant, se déplaçant et détruisant. Sculpter ce qu'il voulait.

Quand il fut satisfait, il lui donna un autre pas en avant. Son pied se posa carrément au milieu d'un piège de stase et une énergie bleu-blanc se brisa dans une sphère tendue tout autour d'elle, la figeant aussi fermement que si elle avait été enfermée dans la glace. Au même moment, la magie émit un avertissement, à la fois à Niv-Mizzet et aux malheureux gardes dans la salle de contrôle.

Derrière l'intrus, le dragon ouvrit un œil fendu.

Parfait, pensa la présence. Elle s'esquiva, laissant son hôte derrière lui, pris au piège comme une mouche dans une toile d'araignée.



Dès que Ral revint à Nivix, à bout de souffle après son sprint dans la circonscription et tout mouillé, il était évident que quelque chose s'était passé. Il avait été trop occupé à éviter la circulation, une fois de retour dans les quartiers les plus animés, pour conserver son sortilège anti-pluie. Même tard dans la nuit, la dixième circonscription était très animée, les rues truffées de voitures et de bêtes de somme tandis que les piétons sortaient des tavernes et des théâtres. Autour de Nivix, cependant, les gardes d'Izzet étaient en force, bouclant le terrain de la tour. Une escouade de braqueurs viashino rôdait, humanoïdes aux airs de lézards vêtus d'une armure étincelante, de veilleuses allumées sur leurs lance-flammes.

Ral évita les portes principales et se dirigea vers une entrée latérale plus sûre. Deux gardes en uniforme le reconnurent et lui frayèrent un chemin. Il passa devant eux, la pluie coulant de son manteau sur le sol de béton cicatrisé. Nivix était un labyrinthe, mais il y travaillait depuis des décennies et il ne lui fallut pas longtemps pour se rendre à la salle de contrôle du deuxième étage. Il y avait plus de gardes ici, et à travers les portes ouvertes, il pouvait voir une paire de chimistes avec une horde d'assistants déchirant les sorts et les machines. Avant qu'il puisse entrer à l'intérieur et prendre en charge, une femme gobeline vêtue de l'uniforme d'un capitaine de garde se mit sur son chemin.

« Maître Zarek », dit-elle. « Ah... si heureuse que tu sois revenu. Il y a eu un incident. »

« Quel genre d'incident ? » gronda Ral.

« Nous ne ... sommes pas sûrs, monsieur. Quelque chose s'est passé dans l'Aerie. Le chef de guilde n'a pas été informé. Chamberlain Maree a ordonné que la tour soit verrouillée par précaution et nous vérifions toutes les défenses. »

Maree. Bien sûr, ce petit gobelin prendrait les choses en main. Je vais m'occuper d'elle plus tard. « Je veux un rapport sur tout ce que tu trouves », déclara Ral. « Dans l'intervalle... »

« Dans l'intervalle, monsieur, » le capitaine interrompit, « le maître de guilde a demandé votre présence. Maintenant. »

« Ah » Ral fit une pause pendant un moment, redressant son manteau. « Envoie les rapports à mon bureau, alors. Je serai dans l'Aerie. »

Le capitaine acquiesça et se dépêcha, visiblement contente d'être absente. Ral se détourna des chimistes en train de se disputer et se dirigea vers l'ascenseur, un peu plus lentement.

Bien qu'il soit reconnaissant de ne pas avoir à monter les escaliers menant au gîte de Niv-Mizzet, il était difficile de ne pas échapper à un frisson nerveux lorsqu'il entra dans l'ascenseur de Nivix. Il avait été conçu par Bogo Sternwhistle pour lancer des rochers à grande vitesse au-dessus des nuages ??et ne devait être utilisé que pour transporter des personnes de haut en bas lorsque l'inventeur gobelin ne parvenait pas à le faire aller assez vite. Aujourd'hui, cependant, Ral était perdu dans ses pensées et ne prêtait que peu d'attention à la secousse alors que l'ascenseur de pierrapulte commençait à monter verticalement.

[i]Un incident dans l' Aerie ? Est-ce que quelqu'un a essayé d'attaquer le maître de guilde lui-même ?
Cela semblait plus qu'un peu fou, mais les assassins avaient déjà ciblé Niv-Mizzet. Un ver de peur se déchaîna dans les entrailles de Ral. Il était parti, ce qui pourrait amener un soupçon dans sa direction ; il servait loyalement Niv-Mizzet depuis des décennies, mais le dragon était notoirement inconstant en ce qui concernait ses subordonnés. Pendant un instant, il souhaita s'être arrêté pour charger son accumulateur. Pas que ça compte.

L'ascenseur atteint le dernier étage avec un calme ding. Ral sortit, jetant un coup d'œil rapide sur l'Aerie. Rien ne semblait immédiatement mal à propos. Il manquait une vitre dans la grande fenêtre, mais rien ne semblait devoir être détruit si Niv-Mizzet avait combattu un attaquant. Donc pas d'assassinat. Quoi, alors ?

Le dragon lui-même était recroquevillé dans le coin le plus éloigné, effrayé par quelque chose que Ral ne pouvait pas voir. Comme toujours, Ral était étonné de voir à quel point Niv-Mizzet bougeait avec légèreté et grâce, compte tenu de sa taille. Ses longues ailes à franges bleues étaient plaquées dans son dos et les membranes en épines autour de sa tête fléchissaient, signe indubitable qu'il était agité. Quand il se tourna vers Ral, le long cou courbé pour faire face au Planeswalker, ses énormes pattes ne firent aucun bruit sur la pierre, comme s'il était un énorme chat.

« Ral. » Le dragon parla dans un doux murmure, mais ses mots résonnèrent simultanément dans l'esprit de Ral dans une basse profonde et stentorienne. Il fit un autre pas en avant, d'énormes yeux embrumés. « C'est gentil de vous joindre à nous. »

« Mes excuses, Maître de guilde. » Ral fit un demi-arc, l'accumulateur se déplaçant sur son dos. Ses longs cheveux striés de blanc, ne se tenant pas debout pour une fois, s'effondrèrent sur sa joue. « J'ai été appelé pour des affaires urgentes. »

« Quelle sorte d'affaires urgentes ? » brisa le dragon.

Ral cligna des yeux de surprise. Il s'était attendu à ce que Niv-Mizzet soit concentré sur tout ce qui s'était passé ici. Le dragon n'était rien sinon égocentrique. Son esprit courut. « J'enquêtais sur une menace potentielle. »

« Ral. » Niv-Mizzet se rapprocha encore et Ral sentit le souffle chaud de son souffle. « Le temps des mensonges est passé." »

Merde. Au fil des années, Ral avait beaucoup parlé pour garder ses secrets au maître de guilde. L'existence de Planeswalkers, pour commencer, et le fait Ral en était un, sans parler du but véritable du projet Luciole...

« Laissez-moi vous aider. » Pour une raison quelconque, il y avait une pointe d'amusement dans la voix du dragon. « Vous avez rencontré un agent de Nicol Bolas. »

« Je... » Ral se figea. Il sait. Combien sait-il ? « Maître de guilde... »

« Ah, Ral. Tu es vraiment très intelligent. » La tête énorme de Niv-Mizzet se balança, les mâchoires se séparèrent. « Pour un humain. Dis-moi, sais-tu depuis combien de temps je suis le chef de guilde d'Izzet ? »

« Depuis le début », réussit à articuler Ral. « Vous êtes le parun. Dix mille ans au moins. »

« Dix mille ans », acquiesça le dragon. « Peux-tu même imaginer cette période de temps ? Dix mille ans à regarder cette ville et ses habitants. Dix mille ans à contempler la nature de l'univers. Et pourtant, tu me présumes ignorant de tes petits secrets. » La voix mentale de Niv-Mizzet se mit à rugir. « Penses-tu qu'ils m'appellent Cérébropyre pour rien ? »

Ral fit un pas involontaire en arrière, s'inclinant automatiquement. « Non, Maître de Guilde. Bien sûr que non. » Il hésita, puis leva prudemment les yeux. « Depuis combien de temps êtes-vous au courant ? »

« Que tu es un Planeswalker ? Depuis que tu es venu ici pour la première fois. Les signes ne sont pas difficiles à lire, une fois que tu connais la vérité. »

« Alors pourquoi faire semblant d'ignorance ? »

Niv-Mizzet eut un petit rire sec. « En dix mille ans, je n'ai trouvé aucune tactique plus efficace que d'en savoir plus que ce que vous avez laissé. Je n'avais aucune raison d'interrompre votre petit match. Jusqu'à présent. » Il ébouriffa ses ailes. « Qui as-tu rencontré ? »

« Tezzeret, » dit Ral, décidant rapidement que l'honnêteté était désormais la seule issue. « Il a essayé de me convaincre de servir Bolas, puis de me tuer quand j'ai refusé. » Il fit une pause, puis ajouta, « Je crois que son intention était peut-être de s'assurer que j'étais loin de la tour. »

« Les plans qui servent plus d'un but sont la marque de Bolas. » Niv-Mizzet souleva un avant-loi et une sphère d'énergie bleu-blanc a flotté derrière lui. À l'intérieur se trouvait une jeune femme vêtue de noir, figée sur place, les yeux écarquillés d'effroi. « Pendant ton absence, nous avons eu un invité. Une des créatures de Lazav. »

« Lazav. » Ral grimaça. « Les Dimir travaillent avec Bolas ? »

« Donc, il semblerait. J'ai examiné son esprit. » Le dragon se tourna pour regarder l'espion, puis la fit s'éloigner avec une autre vague paresseuse. « Elle a été envoyée pour extraire certaines informations de moi. Bolas connaît mon plan, du moins dans ses grandes lignes. »

« Tezzeret a laissé entendre que Bolas venait ici, à Ravnica. » glissa Ral. « Ce pourrait être un mensonge, bien sûr. »

« Il vient. A quoi penses-tu que l'Interlocus serve ? »

Le souffle de Ral s'arrêta. L'Interlocus était le mystérieux projet personnel de Niv-Mizzet, qui avait absorbé une grande partie du temps et de l'attention du dragon – sans parler des ressources de la guilde – pendant des mois. Il avait délégué de plus en plus le fonctionnement quotidien de la guilde à Ral. Il avait toujours regretté que, même si Niv-Mizzet semblait avoir confiance en lui, il n'avait jamais expliqué le but de son plan.

« Bolas arrive », répéta le dragon. « J'ai entendu parler des ravages qu'il a causés sur d'autres plans et je ne le laisserai pas arriver ici. Il viendra à Ravnica et je le tuerai. »

« Nicol Bolas est... » Ral hésita encore. « Très puissant, Maître de guilde. »

« Ta confiance nous touche », dit sèchement Niv-Mizzet. « Rassures-toi, je serai prêt pour lui. Mais il y a un problème qui nécessite ton attention. »

« Un problème ? »

« Le pacte des guildes. » Niv-Mizzet se remit sur ses hanches avec un bâillement. « Pour vaincre Bolas, je dois devenir plus fort. Beaucoup plus fort. Et le Pacte des Guildes ne le permettra pas. Il a été créé pour empêcher une guilde de devenir beaucoup plus puissante que les autres, après tout. Pour préserver l'équilibre. » Le dragon semblait irrité. « C'est précisément pour cette raison qu'Azor a créé la position de Pacte des Guildes vivant. »

« Beleren ? » Dit Ral. « Mais il... »

« Est parti. Et personne ne sait quand ou s'il reviendra. Sans lui, nous sommes pris au piège. » La voix de Niv-Mizzet était un grognement. « Azor n'a jamais anticipé qu'un Planeswalker prenne la position. Cela aurait été mieux s'il était resté sous notre contrôle. »

Ral déglutit nerveusement. Il avait été impliqué dans cette débâcle, se substituant au challenger artificiel soigneusement conçu de Niv-Mizzet pour le labyrinthe implicite. Il n'avait pas pensé que le dragon se souciait de ça, mais à ce stade, il ne voulait plus rien assumer.

« Il y a une sécurité finale », poursuivit Niv-Mizzet. eLe Pacte des Guildes peut être modifié. »

« Modifié ? Est-ce possible ? »

« Avec l'accord des dix chefs de guilde. » Un autre rire sans humour. « Vous pouvez voir pourquoi cela n'a jamais été fait. »

Il était certainement difficile d'imaginer que les dix guildes en conflit de Ravnica soient d'accord sur quoi que ce soit, encore moins de changer les lois fondamentales qui sous-tendent leurs concurrents. « Alors qu'est-ce que vous avez besoin que je fasse ? »

« Fais-les accepter, bien sûr. »

« C'est... » Ral secoua la tête. « Je ne pense pas que ce soit possible, Maître de guilde. »

« C'est la tâche que je t'ai confiée », rétorqua Niv-Mizzet. « Tu l'exécuteras au mieux de tes capacités, ou je trouverai quelqu'un qui le pourra. » Son ton s'adoucit. « Une fois l'Interlocus terminé, je ne serai plus le maître d'Izzet. Je serai séparé des guildes, au-dessus d'elles. Notre guilde aura besoin d'un nouveau chef de guilde, pour la première fois en dix mille ans. » Les yeux du dragon se rétrécirent. « Considère ceci comme un examen de fin d'études. »

« Je... »

Ral se redressa. Tiens-toi bien. Niv-Mizzet l'avait secoué, sans doute exactement comme le dragon l'avait prévu. Mais ce qu'il a offert... C'est ce que je voulais depuis le début. Un poste à la hauteur de ses talents.Il sentit un univers de possibilités s'ouvrir devant lui. Et tout ce que j'ai à faire, c'est convaincre dix ennemis mortels d'accorder à un ancien dragon suffisamment de puissance pour en arrêter un autre.

Il se racla la gorge.

« Compris, Maître de guilde. Je vais commencer immédiatement. »

« Excellent. » Niv-Mizzet semblait vraiment ravi. « J'ai quelques contacts qui pourront t'aider. Tu recevras leurs rapports. »

« Merci », dit Ral. « Qu'en est-il des Dimir ? S'ils travaillent déjà pour Bolas... »

« Laissez-moi les Dimir. Si Lazav a partagé son sort avec Bolas, nous devrons simplement le remplacer. Aucun de ses lieutenants ne le sera être mécontent du choix de loyauté de son maître de guilde. »

« Comme vous le dites. » Ral s'inclina à nouveau. « Avec votre permission, je vais commencer. »

« Une dernière chose. »

Ral se redressa alors qu'un épais rouleau de papier tombait de l'une des tables de travail du dragon. Il la prit dans les airs et la déroula en fronçant les sourcils. Les feuilles étaient des plans, d'une complexité fabuleuse, mais toujours familiers.

« Qu'est-ce que c'est ? » dit-il.

« Un plan de sauvegarde », a déclaré Niv-Mizzet. « Balise croisée, basée sur la conception de votre Projet Luciole. »

Rappelant les efforts qu'il avait déployés pour préserver la véritable signification de ce projet auprès du maître de la guilde, Ral fit la grimace. Il y avait une pointe d'amusement dans la voix du dragon.

« Une fois activé, Ravnica brillera aux yeux des Planeswalkers du Multivers. Combien vont venir, je ne peux pas le dire, mais il se peut qu'ils rassemblent assez de puissance pour vaincre Bolas, au cas où mes propres efforts seraient insuffisants. »

« Appeler une horde de Planeswalkers dont nous ne connaissons pas les intentions pour Ravnica semble... extrême. »

« En effet, » dit Niv-Mizzet. « Mais il vaut mieux avoir l'option et ne pas en avoir besoin que l'inverse. Veille à ce qu'il soit construit selon mes spécifications. »

« Bien sûr, Maître de guilde. Je mettrai nos meilleures chimistes dessus. »

« Tu peux partir. » Niv-Mizzet s'installa, se penchant la tête sur les pattes.



Dans les ascenseurs, Ral prit quelques instants pour calmer sa respiration.

Demande aux guildes d'accepter de changer le Pacte des Guildes. Cela semblait encore impossible, mais la moitié de la vie de Ral avait été passée à faire l'impossible. Vous trouvez la première étape, puis vous continuez. Il sourit et passa ses doigts dans ses cheveux, un craquement d'électricité le ramenant à l'état crépu normal.

Il pouvait déjà voir ce que la première étape devait être. Quand il est sorti de l'ascenseur, il envoya des messagers se diriger vers le Sénat d'Azorius, portant des notes portant le sceau officiel de la Ligue Izzet.

Après tout, comment commencez-vous à organiser une réunion impossible ? Il se sourit à lui-même. Vous commencez avec les gens qui aiment les réunions.

Résumé



Spoiler: Montrer
Tandis que Ral Zarek se rend en un mystérieux lieu souterrain pour un rendez-vous, une agente Dimir s'introduit avec une discrétion accrue à l'Aerie, là où réside Niv-Mizzet. Il apparaît qu'elle est contrôlée par un puissant mage de l'esprit, et que Ral va à la rencontre de Tezzeret, qui lui propose d'aider Bolas.

Il s'avère qu'il s'agissait d'un piège, et puisqu'il refuse, il est attaqué par trois artefacts qu'il détruit par l'électricité... avant d'être contraint de fuir au loin le feu. Pendant ce temps, l'agente, possédée par Bolas ne vole pas un souvenir au Cérébropyre... mais lui en ajoute un ! Bolas, après avoir trituré comme il se faut l'esprit de son hôte, la fait tomber volontairement dans un piège, réveillant le dragon.

Au retour à Nivix, Ral est convoqué par son maître, qui lui apprend qu'il connaît sa nature de Planeswalker, les plans de Bolas ainsi que la véritable utilité du Projet Luciole. Toutefois, face à l'honnêteté de Ral suivant ces révélations, il lui donne une mission de la plus haute importance – et difficulté.

En effet, afin d'accumuler assez de puissance pour lutter contre Bolas, il doit devenir le Pacte des Guildes vivant, et donc modifier le Pacte des Guildes. Or, cela nécessite l'accord de ces dernières... Mission impossible, sans doute, mais cela n'empêche pas Ral d'entamer avec la guilde d'Azorius.

Edité 2 fois, dernière édition par Drark Onogard le 07/08/2019



Ajouter une louange


Vous devez vous identifier pour participer.

3 Louanges



Vinhan32
Le 01/07/2019

Merci pour la traduction !

Shagore
Le 01/07/2019

Où peut on trouver la VO de ceci ?


Drark Onogard
Le 01/07/2019

Par mail normalement ; cependant, tu peux les trouver réunies ici.

Répondre

Appréciation

Contenus relatifs

Sondage

Quelle distribution d'acteurs pour la série d'animation Netflix ?

Résultats
(déjà 322 votes)