Les vieux contes : La Bataille de Fort Keff - Magic the Gathering


Les vieux contes : La Bataille de Fort Keff

Articles
par Adette, le , 373 consultations , 1

  La storyline de Magic / L'Ascension des Eldrazi

Ici, on traduit depuis peu les articles que les Magiciens de la Côte ne daignent plus transférer eux-mêmes jusque la langue d'Alexandre Astier... Mais ces histoires n'ont pas toujours été traduites ! ...

     

Ici, on traduit depuis peu les articles que les Magiciens de la Côte ne daignent plus transférer eux-mêmes jusque la langue d'Alexandre Astier... Mais ces histoires n'ont pas toujours été traduites ! Fut un temps où les articles de l'histoire n'étaient disponibles qu'en anglais... Un temps que je vais éclaircir à vos yeux, en traduisant ces anciennes Magic Story jamais vues en français à ce jour.

Au cas où vous seriez intéressé, veuillez retrouver l'article original.

La bataille de Fort Keff



Gideon Jura est avant tout un guerrier. Sa magie sert sa lame, et sa lame sert ceux qui sont dans le besoin.
Gideon est loin d'être parfait. Jeune homme troublé et en colère, Gideon a commis des crimes et a passé du temps en prison - une partie de sa vie dont il parle rarement. Puis un puissant mage prit le jeune Gideon sous son aile et l'aida à perfectionner ses compétences. Bien qu'il ait un côté sombre, Gideon a fermement défendu le côté de l'honneur et de la justice. Il n'oubliera pas les épreuves de son passé et se consacre maintenant à aider ceux qui ne peuvent pas s'aider eux-mêmes.





Gideon est apparu pour la première fois dans The Purifying Fire , un roman de Laura Resnick, en tant que chasseur de primes traquant Chandra Nalaar à travers le Multivers. Il l'a rattrapée après avoir détruit le Sanctuaire des étoiles lors de sa deuxième tentative de vol d'un rouleau sur le plan de Kephalai. À l'époque, Gideon travaillait pour l'Ordre d'Heliud, une organisation religieuse qui tenta finalement de tuer Chandra. La foi de Gideon dans l'ordre fut mise à l'épreuve et Chandra et lui se séparèrent en mauvais termes.
Peu de temps après, il regretta la façon dont les choses s'étaient terminées et décida de la retrouver. Sa trace dans l'Ether était estompée, mais il avait une idée de l'endroit où elle allait. Le rouleau volé contenait une carte partielle de l'œil d'Ugin, un trésor inconnu de Zendikar. Et Gideon savait que le mystère serait trop tentant pour la pyromancienne tempétueuse. Il avait suffisamment voyagé pour connaître la dangereuse réputation de Zendikar : un monde qui attirait les planeswalkers, puis les tuait de bien des façons horribles.
Chandra n'était pas une femme qui voudrait de sa protection, mais il n'était pas dans sa nature d'abandonner une amie, même si elle était entêtée et difficile. Au moment où il atteignit Zendikar, Chandra était introuvable. Et le désir de Gideon de protéger les innocents le met en danger alors qu'il est pris dans le carnage qui a balayé la campagne.






La piste de Chandra se terminait à un col de montagne stérile à Akoum et il ne pouvait rien faire d'autre. Gideon envisagea alors de transplaner de ce monde violent, mais il était épuisé après l'avoir suivie pendant deux jours - et failli mourir à plusieurs reprises - et il avait besoin d'une bonne nuit de sommeil ou la chose qui s'en rapprochait le plus dans le monde inhospitalier de Zendikar.





À la tombée de la nuit, il revint dans un campement fortifié qu'il avait traversé plus tôt dans la journée. Le soldat à la porte hésitait à le laisser entrer après la tombée de la nuit, mais Gideon fit remarquer qu'un rayon de soleil apparaissait toujours au-dessus des hautes falaises entourant la colonie. Finalement, le soldat grisonnant l'admit à l'intérieur des murs avec un mot bourru « Bienvenue au Fort Keff, le refuge le plus sûr d'Akoum. »





Keff n'avait pas l'air de grand-chose, mais il était bien protégé. Le rempart avait été construit à l'embouchure d'un profond ravin, il était donc protégé sur trois côtés par un rocher. À l'intérieur du fort, la plupart des habitants vivaient dans des habitations robustes attachées à la falaise. Les explorateurs et les trappeurs étaient les bienvenus pour planter leurs tentes sous le rocher en surplomb qui les protégeait des prédateurs du ciel. Au fond du ravin, il y avait une faible rivière qui disparaissait dans un tunnel creusé dans la roche - un apport naturel en eau qui était essentiel à la longévité du refuge. Après s'être entretenu avec les habitants, Gideon apprit que Keff comportait une école de guérisseurs réputée, qui entretenait des jardins d'herbes sur les corniches surplombant la rivière souterraine. La population du fort était exceptionnellement jeune : de nombreuses tribus ont envoyé leurs enfants vivre dans la sécurité relative du fort.

Après avoir échangé de la viande de gnarlide grasse, Gideon s'installa près de Tafre, un aventurier marqué, qui lui offrit une place près de son feu. Alors qu'ils partageaient la nourriture, Tafre se révéla être un conteur habile, racontant d'incroyables récits de ses aventures en tant que pistrappeur pour la Maison expéditionnaire d'Akoum.





« Et puis la rune sur la clé de voûte a explosé. Au moins, j'ai écarté ma tête. » dit Tafre en riant. Il ôta son gant de cuir et montra à Gideon le morceau de chair qui lui manquait du milieu de la paume.

« Je ne pense pas avoir jamais vu un trou dans la main d'un homme auparavant, » lui dit Gideon. « Du moins, pas un homme qui était encore en vie. »

« Oui, il y avait un enchantement sur ce piège. Infusé de blessure, je dirais, »répondit Tafre. « Nous avons cependant eu l'amulette. Ses fichus pistrappeurs ne pouvaient pas me tromper. »
Bientôt, le ton de la conversation a changé. Tafre a commencé à raconter à Gideon les histoires troublantes qui circulaient autour des paradis dans tout Zendikar. Les choses avaient été étranges pendant un moment. La terre était plus instable que d'habitude, ce qui en disait long, compte tenu des bouleversements coutumier dans ce monde. Gideon avait déjà eu un accrochage avec le Roulis, évitant de justesse un tourbillon colossal qui balayait le col de la montagne, aussi inattendu qu'une tempête de neige dans le désert.





« Quelle est la cause du changement ? » demanda Gideon.

« Certains pensent que le monde est en colère, » déclara Tafre avec hésitation.

« Et qu'en penses-tu ? » rétorqua Gideon.

Tafre resta silencieux un long moment. Puis il jeta un coup d'œil autour de lui comme un homme qui avait quelque chose à cacher. « Vous semblez être un homme qui a beaucoup voyagé. Vous avez vu des choses étranges, j'en suis sûr. Alors peut-être que vous ne me jugerez pas si je parais légèrement ... confus. J'ai exploré une grande partie de ce monde, fait des choses cauchemars plus d'une fois. Mais ce que j'ai vu il y a deux jours... »

Tafré s'arrêta, sa peau pâle et ses mains tremblantes. Inquiet, Gideon lui tendit un flacon d'eau. Tafre but intensément et continua son histoire.

« Je ne m'aventure pas souvent seul dans la nature. C'est mieux avec les copains, bien sûr. Mais je connais les montagnes ici. Je chassais le sanglier dans le Bosquet de Jaddi juste en dessous du Contrefort des Dents de Sabre. Soudain, le monde est devenu noir. Pas comme la nuit tombée, mais comme si j'avais été mis dans un cercueil et laissé pour mort. Pourtant, j'étais éveillé. J'avoue que j'ai paniqué. Courir à l'aveugle était sacrément stupide, et je me suis heurté à quelque chose de dur. Et puis je ne me souviens de rien ... jusqu'à ce que je me sois réveillé dans un champ de chair. »

Gideon inclina la tête avec surprise. « Chair ? Comme dans la peau ? »

Tafre sirota à nouveau le flacon. « Je sais que cela semble impossible, mais le bosquet était devenu une étendue de chair et d'os charnus, tous mélangés à cette poussière jaune qui me brûlait le nez et les yeux. Une poussière qui projetait l'horizon dans une lueur jaunâtre. Des caillots de sang et de cheveux collaient à mes vêtements, mais je n'étais pas blessé, je devais traverser le carnage qui m'arrivait aux genoux jusqu'à ce que j'atteigne la crête. En grimpant, je vis que le monde de l'autre côté était toujours une étendue sauvage vierge. Mais ce qui se trouvait derrière moi était inimaginable... une folie... »

Gideon réfléchit à son histoire. « Ce n'est pas une illusion, je suppose. »

Tafre secoua tristement la tête. « Je sens encore le goût le sang. La poussière s'est infiltrée dans ma peau. Je ne peux pas m'empêcher de me demander à qui était la chair. »





Cette nuit-là, Gideon rêvait de Chandra engloutie dans une flamme blanche. Elle criait. Non, réalisa-t-il, les hurlements étaient en dehors de son rêve - un cri animal de peur et de douleur. Gideon était debout avant d'être complètement réveillé. Il faisait encore nuit, mais des gens étaient rassemblés au bord du ravin et regardaient une bête blessée gisant le long de la rivière. C'était un grand humanoïde volumineux avec un front proéminent et des épaules musclées et voûtées. Ses caractéristiques étaient vaguement aquatiques, bien que cela ne ressemble pas aux ondins que Gideon avait rencontrés sur Zendikar. En le frappant avec des gourdins jusqu'à ce qu'il s'effondre, les soldats lui ont jeté un filet lesté alors qu'il criait dans une langue inconnue.

« Avez-vous déjà vu des créatures comme celle-ci avant ? » demanda Gideon à Tafre, qui était apparu à son épaule.

« C'est un surrakar », répondit Tafre. « Son espèce habite principalement à Bala Ged, loin d'ici. Je ne peux pas imaginer comment il s'est échoué à Keff. »

« Est-ce intelligent ? » Demanda Gideon en regardant les soldats traîner le surrakar étourdi dans une cage en bois près de la porte d'entrée et le fourrer brutalement à l'intérieur.

« Non, ce ne sont que des bêtes, » dit Tafre.





Gideon attendit que la foule se disperse et qu'il soit seul avec le surrakar. Sa respiration était superficielle et difficile, et il le fixa avec de petits yeux noirs. Mais il y avait de l'émotion et de l'intelligence dans ces pupilles sombres, et Gideon eut immédiatement pitié pour cette créature dont le seul crime semblait être de se retrouver au mauvais endroit au mauvais moment.

Gideon venait juste de se retourner pour partir, lorsque la main griffue de la créature atteignit les barreaux et agrippa fermement le bras de Gideon.

« Les dieux arrivent, » siffla-t-il. « Tue-moi maintenant. »



Gideon ne doutait pas que le capitaine de garde de Keff était un homme honnête qui prenait ses fonctions au sérieux. Pourtant, Gideon devait face au pire côté de l'homme, malgré tous ses efforts pour être diplomate dans une situation qui se détériorait rapidement. Les réfugiés étaient arrivés toute la matinée dans le refuge déjà bondé. Puis, vers midi, un groupe important de femmes et d'enfants est arrivé à la porte - beaucoup d'entre eux ont été blessés et tous terrorisés. Ils avaient fui leur village pendant que leurs guerriers étaient morts en luttant contre ce qu'ils appelaient des « insectes démoniaques ». Aucun d'entre eux ne semblait clair mentalement, ce que le capitaine a attribué à la peur, mais Gideon le soupçonnait d'être quelque chose de beaucoup plus insidieux.

Du moins, c'est ce qu'il essayait de dire au capitaine, qui refusait d'écouter Gideon et ses histoires à propos du « surrakar qui parle ».

Gideon maudit l'esprit provincial du capitaine. Ce n'était pas la faute de l'homme, bien sûr. Mais Gideon ne pouvait pas clairement expliquer pourquoi les informations du surrakar étaient si cruciales. Il avait passé des heures à tenter de converser avec la créature. D'après ce qu'il a pu dégager de son discours rudimentaire, les « dieux » qu'il vénérait autrefois venaient d'au-delà du monde. Ils avaient été arrachés à un vide sans couleur, sans temps et sans frontières. Et à moins d'être arrêtés, les dieux « mâcheraient la viande et recracheraient les os » de toute existence. Cela semblait être une traduction approximative, mais Gideon comprit l'essentiel.

Et seul un planeswalker comme Gideon savait vraiment ce que cela voulait dire.

« J'ai des enfants qui sont venus à moi », fulmina le capitaine. « Pas de nourriture de secours en vue. Seulement une poignée d'hommes valides. Et des insectes démoniaques descendant des collines qui ont l'intention de nous massacrer tous. Et vous voulez que je parle à un homme-poisson ? Si vous ne bougez pas, vous partagerez la cage avec lui ! »

« Monsieur, » dit Gideon, « Je doute que ce soient des insectes démoniaques. »

Le capitaine au visage rouge leva la main en guise d'avertissement. Gideon soupira. « Si vous ne m'écoutez pas, au moins, laissez-moi vous aider. Je suis allé sur les champs de bataille plus d'une fois. »

Le capitaine lui fit un sourire fatigué. « Maintenant, nous parlons la même langue. »





L'attaque commença avec de la poussière jaune. Le nuage malsain balaya le refuge juste au moment où l'équipe de travail avait terminé les renforts sur le mur intérieur. Gideon était dans la tour de garde quand il l'engloutit. Il s'étendit sur la plate-forme et se couvrit le visage avec son bras. Il lutta pour respirer dans l'air rugueux, le goût âcre du sang inondant sa bouche, comme l'avait décrit Tafre. Un souvenir désagréable de corps en feu emplit l'esprit de Gideon. La poussière ressemblait à la cendre d'un bûcher encore brûlant.

Quand le pire fut passé, Gideon se leva et vit que cet ennemi était déjà aux portes.

Des dizaines de créatures avait essaimé sous le mur. Certains marchaient sur deux jambes en traînant des appendices en forme de griffe sur le sol. D'autres se précipitaient à quatre pattes, avec de multiples membres et tentacules partant de sections aléatoires de leurs corps membraneux. Les étranges créatures émirent des cris troublants et creux qui testèrent la résolution inébranlable de Gideon. Les créatures semblaient en partie en décomposition, leur chair segmentée en un réseau asymétrique. Les teintes pastel brillaient faiblement de l'intérieur de leurs corps, la couleur douce une moquerie de leur nature horrible.





Ils percutèrent le rempart, qui vacillait sous les bottes de Gideon. Les archers sur la plate-forme reprirent leurs esprits et tirèrent volée après volée. Mais les flèches glissèrent dans les créatures comme un couteau dans le beurre mou et ne firent rien pour ralentir l'assaut. Si Gideon n'agissait pas, le Fort Keff serait perdu. Gideon retira son sural, une arme à plusieurs lames ressemblant à un fouet. Il stabilisa son esprit jusqu'à ce que sa peur se dissipe et que les enseignements de son mentor inondent son esprit. Puis il sauta dans la mêlée.

« Je suis le centre », pensa-t-il, voulant que le mana soit comme des éclats de verre dans ses veines. Comme son professeur l'a dit : Le pouvoir et le sacrifice ne peuvent exister qu'ensemble, comme un œil et le sens de la vue. « La lumière entoure mes ennemis et ils sont aveugles à tout sauf à moi. Si un cœur est tu, ce sera le mien. »

Lorsque l'eau est déversée dans un entonnoir, elle tourne inévitablement autour de l'axe. Ainsi fut-il avec Gideon quand les créatures ont tourné leur attention vers lui seul. La magie de Gideon résonnait dans son esprit - une distraction nécessaire de leurs cris de l'au-delà, des coups qui frappais sa peau a nue et de toute émotion susceptible de le distraire. Il enroula les brins métalliques de son arme si rapidement que l'air lui-même devint comme une lame. La douleur, pensa-t-il. Je la sens, mais elle ne me brise pas. La Mort. Si elle vient maintenant, ainsi soit-il.





Les cris des soldats sur le mur lui traversèrent la conscience alors que le tas de chair rosée et suintante grandissait autour de lui. Bientôt, le sural fut immobile et Gideon se tenait sur ses jambes meurtries et tremblantes. Meurtri, mais vivant.

Ainsi va l'enseignement, se rappela-t-il encore une fois : la douleur est la bienvenue. La mort est inévitable. L'honneur est le seul héritage dont un homme devrait pouvoir rêver.

Une acclamation s'éleva de l'intérieur du fort. Une échelle fut lancée d'en haut et les habitants reconnaissants aidaient Gideon à revenir sur la plateforme. Fort Keff avait été sauvé.

Et puis c'est apparu à l'horizon.





Une fois, Gideon avait demandé à son professeur de lui en dire plus. En savoir plus sur les éternités aveugles. En savoir plus sur les autres plans. Plus sur tout. Son professeur rit : « Aucun homme ne peut jamais saisir tout ce qu'il ne sait pas. »

Ici, à l'horizon, était tout ce que Gideon ne savait pas. Incroyable, fantasmatique, 50 mètres de haut... une folie. Il planait au-dessus de la terre, ses tentacules drapés sur un paysage creusé dans un cratère stérile par son passage. Au loin, Gideon pouvait voir une ondulation dans l'air autour de lui, comme une onde de choc d'énergie qui vibrait de son noyau. Les montagnes s'effondrèrent comme du sable. Le rouge drainé des rochers, le bleu disparu du ciel. La vie devin un vide.

Avec un frisson de résignation, Gideon sut qu'il ne pourrait pas vaincre cette force. Le mage le plus puissant serait simplement des cendres dans le vent. Alors qu'il était témoin du « dieu », il ne doutait pas que ce que le surrakar lui avait dit était la vérité. C'était le chaos des éternités aveugle incarné.

À côté de lui, le capitaine de la garde tomba à genoux et commença à s'effondrer doucement. Gideon le releva brusquement et l'éloigna de force de la vue de la créature colossale qui se profilait au loin.

« Libérez le surrakar. Il vous mènera le long de la rivière souterraine. Prenez tout le monde et fuyez ! »

« Mais où devrions-nous aller ? » pleurait l'homme.

« Aussi loin que possible, » répondit Gideon. « Je vais chercher de l'aide. »

Du haut du mur, Gideon attendit que les derniers survivants disparaissent. Pendant un instant, il la regarda dériver paresseusement à l'horizon, effaçant tout ce qui la suivait. Elle avait impitoyablement transformé toute vie en poussière. Il semblait n'y avoir aucun but derrière ses actions. C'était implacable, stupide et apparemment imparable.





Gideon savait qu'il faudrait beaucoup des siens pour contrecarrer cette menace. Il avait entendu parler d'une organisation qui opérait entre les plans. Une organisation de planeswalkers. Il se rendrait à Ravnica et les trouverait. Espérons qu'il restera quelque chose de Zendikar à leur retour. Gideon murmura fit le vœu de revenir et transplanna.



Edité 1 fois, dernière édition par Drark Onogard le 28/06/2019



Ajouter une louange


Vous devez vous identifier pour participer.

1 Louanges



Vinhan32
Le 29/06/2019

Merci pour cette traduction !

Appréciation

Contenus relatifs

Sondage

Quelle distribution d'acteurs pour la série d'animation Netflix ?

Résultats
(déjà 322 votes)