La Guerre des Planeswalkers : partie 6 - Magic the Gathering


La Guerre des Planeswalkers : partie 6

Articles
par Drark Onogard, le , 707 consultations , 2

  La guerre des Planeswalkers / La storyline de Magic

Argh, quelle tension ! Car voici venir l'ultime épisode de la guerre, rien que pour vos beaux yeux, et seulement si vous avez l'estomac solide...

     

Ahah, enfin, l'histoire de La Guerre de l'étincelle arrive, livrée par Greg Weisman ! Je vais par conséquent me faire un plaisir de vous traduire ceci... CEPENDANT
- Comme d'habitude, c'est déconseillé aux petits enfants...
- Cela contient des spoilers du roman War of the Spark : Ravnica

Ces extraits-ci se trouvent entre les chapitres 50 et 67 du roman.

Maintenant que vous êtes prévenus, allons-y !

Cendres



I


Donc, beaucoup de choses s'étaient bien passées. Le flambeau d'Izzet, le Soleil immortel, le Pont planaire et le flux d'Éternels d'Amonkhet avaient tous été fermés. Chaque guilde avait rejoint le combat et Messieurs Fayden, Karn, Mademoiselle Samut et Mosieur Sarkhan Vol étaient même revenus d'Amonkhet avec une lance impressionnante, propriété d'une déesse nommée Hazoret, qui s'était déjà révélée utile au combat. Deux des quatre Éternels-Dieux – plus un certain nombre de zombies de taille normale – avaient été détruits. Et le meilleur de tous, Hekara était en vie ! Toutes les bonnes choses, tu sais ?

Mais tout n'était pas soleil et lumière non plus. En fait, il n'y avait pas de soleil du tout. Le soi-disant Sort ancestral de Bolas avait créé une vaste tempête de magie, entraînant tout Ravnica dans une nuit artificielle ponctuée par les Étincelles volées aux Planeswalkers voletant comme des comètes vers Bolas et le joyau mystique flottant entre ses cornes, nourrissant le dragon et son pouvoir. Beaucoup de Planeswalkers avaient perdu ces étincelles et leur vie au profit de l'armée éternelle qui occupait encore notre monde. La tentative de tuer Mademoiselle Cheveux-de-Corbeau, Liliana Vess, avait échoué et cette nécromanciennne contrôlait toujours ces Éternels pour Bolas. Et, bien sûr, le nouveau Pacte des Guildes vivant – Maître Niv-Mizzet, le Cérébropyre – reposait catatonique sur le sol au milieu des ruines de l'ambassade, toute son énergie mystique ayant été dépensée pour tuer une seule de ces créatures.

Et il y avait Nicol Bolas lui-même. L'ancêtre dragon était toujours assis sur son trône, comme si aucun de nos efforts ne valait rien du tout.

La plupart d'entre nous était de retour à la Chambre du Sénat d'Azorius pour notre deuxième sommet de cette journée incroyablement longue et incroyablement horrible.

Monsieur Jura s'adressait une nouvelle fois à la foule de Planeswalkers, de Ravnicans des guildes et de moi-même : « On savait que cela allait finir en bataille. Essayer de ressusciter Niv-Mizzet était une entreprise digne d'intérêt, mais même avec son aide, on aurait toujours dû en venir à la bataille. Donc, d'accord, nous n'avons pas l'aide du Cérébropyre. Mais les choses sont loin d'être sans espoir ici. Nous avons dilué le troupeau éternel. Détruit la moitié des Éternels-Dieux du dragon. Maintenant, nous devons terminer ceci par en utilisant la Lamenoire sur Bolas. »

Il parlait avec une telle confiance, une telle autorité, qu'il était plutôt rassurant, vous savez ?

« Le plan, cette fois, est assez simple. Pour le moment, Bolas a ramené le gros de ses forces dans sa citadelle. Nous allons donc réagir en lançant une attaque massive sur deux fronts. Sur le terrain, chaque membre de la guilde, chaque planeswalker – diable, chaque Ravnican qui peut tenir une arme – lancera un assaut frontal. Tout ce que nous avons. Tout le monde à la fois. Tout le monde. À moins que vous ne puissiez voler ou atteler quelque chose qui le fait. L'assaut au sol maintient les Éternels occupés, Aurelia, moi et le reste de nos forces aériennes combinées s'engageront d'en haut. Je me servirai de mon invulnérabilité pour entrer de près, puis je poignarderai Bolas avec la Lamenoire. Et ce sera fait. » Il fit paraître ça très simple, vraiment facile.

Trop facile...

J'entendis Monsieur Vrona demander une épée à Maîtresse Lavinia.

Maître Zarek le prit à part et dit : « Tu n'es pas un combattant. »

« Nous sommes tous des combattants aujourd'hui. »

Les Sentinelles, quant à elles, faisaient un spectacle sur le renouvellement de leurs serments. Commença Monsieur Jura, élevant une fois de plus haut la Lamenoire et disant : « Plus jamais. Jamais dans aucun monde. Je le jure : pour Porte des Mers, pour Zendikar, pour Ravnica et tout son peuple, pour la justice et la paix, je me ferai Sentinelle. Et après la chute de Bolas, quand un nouveau danger se présentera pour menacer le multivers, je serai là avec les Sentinelles à côté de moi. »

Je pensais que peut-être ils auraient tous un serment commun, mais Monsieur Beleren fut plus bref: « Plus jamais. Pour le multivers, je me ferai Sentinelle. »

Droite. Variations sur un thème. Cela rend cela plus intéressant, au moins.

Mademoiselle Nalaar s'avança et déclara : « Chaque monde a ses tyrans, suivant leurs propres désirs sans se soucier des gens sur lesquels ils marchent. Alors, dis-je, plus jamais. Si cela signifie que les gens peuvent vivre en liberté, je me ferai Sentinelle. À vous tous. »

Monsieur Téfeiri entonna : « De tout temps, les forts ont tourmenté les faibles. Plus jamais. Pour les perdus et les oubliés, je me ferai Sentinelle. »

Puis, souriant aux autres, Monsieur Crinièredor grogna : « J'ai vu des tyrans dont les ambitions ne connaissaient aucune limite. Des créatures qui se disaient dieux ou préteurs ou consuls mais ne pensaient qu'à leurs propres désirs, pas à ceux qu'ils dirigeaient. Des populations entières ont été trompées. Les civilisations ont sombré dans la guerre. Des gens qui essayaient simplement de vivre ont été obligés de souffrir. De mourir. Plus jamais. Jusqu'à ce que tous aient trouvé leur place, je me ferai Sentinelle. »

Finalement, ces cinq se tournèrent vers Mademoiselle Revane. Elle semblait, comme d'habitude, peu disposée à parler. Puis elle jeta un coup d'œil à Mademoiselle Nalaar, qui se mordait la lèvre et la regardait avec effroi.

L'elfe sourit alors. Cela allait et venait en un instant, mais je l'ai attrapé. Elle fit un pas en avant et parla d'une cloche douce et claire : « J'ai vu un monde dévasté, un pays réduit en poussière et en cendres. Si rien n'est fait, le mal dévorera tout sur son passage. Plus jamais. Pour Zendikar et la vie qu'elle nourrit, pour Ravnica et la vie de chaque avion, je me ferai Sentinelle. »

Mademoiselle Nalaar sourit joyeusement. Et elle n'était pas la seule. Les six assermentés étaient plus qu'un peu inspirants.

Monsieur Jura regarda à travers la foule et demanda : « Quelqu'un d'autre ? »

Les gens se jetaient des regards ou regardaient le sol. Mademoiselle Ballard sourit un peu. Monsieur Karn croisa ses énormes bras d'argent. Pendant une seconde, il sembla que Maîtresse Kaya était sur le point de parler, avant de perdre courage. Personne ne s'avança. Personne ne parla.

Teyo et moi avons échangé des regards. Je pensais qu'il ferait une excellente Sentinelle, mais il n'avait pas la confiance en soi nécessaire, pas parce qu'il avait peur de se battre pour des gens – mais parce qu'il ne pensait pas qu'il était qualifié pour le faire aux côtés de ces grands héros du temps.

Je murmurai : « Ils auraient de la chance de t'avoir. »

« Je ne sais pas », murmura-t-il. « Et toi ? »

Je ris. « Vous ne pouvez pas protéger le multivers si vous êtes coincé sur un plan et si vos coéquipiers ne peuvent pas vous voir ou vous entendre, n'est-ce pas ? »

Il hocha la tête à contrecœur et dit : « Eh bien, s'ils ne te prennent pas, alors je ne veux pas y participer. »

Je le frappai pour celui-là.

« Ow. »

II


J'aperçus Monsieur Jura et Monsieur Beleren en train de prendre Mademoiselle Nalaar par le bras et de l'éloigner de la foule. Curieuse, je les suivis derrière le corps pierreux de Maîtresse Isperia pour, vous savez, écouter.

Regardez, c'est juste un peu mon truc.

« Quoi ? » demanda-t-elle fort.

Monsieur Beleren lui fit signe de baisser la voix.

Elle prit une inspiration et demanda : « Qu'est-ce qu'il y a ? » d'un ton considérablement réduit.

Monsieur Jura dit : « Nous avons un travail spécial pour toi. Nous voulons que tu retournes au Nouveau Prahv et que tu réactives le Soleil immortel. »

« Quoi ? » cria-t-elle à nouveau. « Vous savez à quel point il était difficile d'éteindre cette fichue chose ? »

Tous les trois échangèrent des regards qui arrêtèrent son indignation.

Elle se pencha et murmura : « Vous ne faites pas confiance aux autres Planeswalkers pour ne pas s'enfuir. »

Monsieur Beleren secoua la tête. « Ce n'est pas ça. Nous avons besoin que le Soleil fasse le travail pour lequel il a été créé. Pour empêcher Bolas de partir. »

Monsieur Jura acquiesça : « D'une manière ou d'une autre, cela se termine aujourd'hui. »

« Bien, alors envoie quelqu'un d'autre, » dit-elle. « Parce que tu es fou si tu penses que je vais rater ce combat. »





Monsieur Jura eut un petit rire. « Aucun de nous ne l'a pensé pendant un moment. »

Monsieur Beleren dit : « Prends qui tu veux. Mettez le Soleil en marche et laisse une garde solide. Ensuite, nous t'accueillerons au combat. »

« Je ne sais pas, » râla-t-elle. « Bolas veut que le soleil soit allumé. Je ne suis même pas sûr que ce soit une bonne idée. »

« Cela me semble être une bonne idée. » Nous tournâmes tous les quatre et levâmes les yeux. Monsieur Dack Fayden était assis sur le dos de Maîtresse Isperia, arborant un grand sourire. « Désolé. Je ne voulais pas espionner. »

Mademoiselle Nalaar se moqua. « Regarde où tu t'assieds. Bien sûr que tu voulais espionner. »

« Eh bien, oui. Je vois les puissantes Sentinelles se cacher derrière le sphinx mort, et je suis un peu curieux. »

Vous voyez, ce n'est pas juste moi. Peut-être que c'est juste un truc voleur.

« Juste un peu ? » demanda Monsieur Beleren avec un sourcil levé.

« Juste un peu », confirma Monsieur Fayden. « Écoutez, je sais que je ne fais pas partie de cette session de stratégie, mais je vais tout de même mettre mes deux zinos. Personne ne veut recommencer ça. Et si Bolas s'en va, tu sais que nous allons tous devoir faire de même. Je suis avec le grand gars », il fit un signe de tête à Monsieur Jura. « D'une manière ou d'une autre, cela se termine aujourd'hui. »

Les autres hommes se tournèrent vers Mademoiselle Nalaar. Ses épaules s'affaissèrent. « Bien », dit-elle.

Je la vis rassembler Mademoiselle Rai, Mademoiselle Revane et un petit escadron composé des membres de guildes les plus difficiles qu'elle ait pu trouver. Ils sont partis pour le Nouveau Prahv.

Monsieur Fayden et moi les regardâmes partir. Il acquiesça et parla à mi-voix : « Bonne chance, mesdames. »

Puis il se tourna et partit en disant : « Il y a un énorme bijou en or à quelques rues de là, et au lieu d'aller le chercher, je vais me battre contre un ancêtre dragon. Un voleur... »

III


Notre petite armée se dirigeait vers la Dixième Circonscription dans un silence quasi total.

Je suppose que tout le monde pensait à soi-même ou avait ses propres pensées sombres. Ils avaient tous à peu près plus à perdre que moi, je pense. Je veux dire, je n'avais pas d'Étincelle à récolter et les Éternels ne pouvaient pas me voir ou m'entendre. J'étais probablement beaucoup moins en danger que la plupart.

D'autre part, je n'avais qu'une poignée de personnes dans ma vie. Si j'en perdais une seule – comme je pensais avoir perdu Hekara ce matin même – mon monde se rétrécirait immensément. (Il était peu probable que quelqu'un d'autre à qui je m'intéressais puisse être ressuscité.) Mais comprendre que c'était la moitié de la bataille, vous savez ? Si j'étais un peu... invulnérable, je l'utiliserais pour que mes amis et ma famille restent en vie et en sécurité.

Alors peut-être que je me sentais un peu plus confiante que les autres, alors que Teyo et Maîtresse Kaya et Hekara et tout le monde traversaient la ville. Je vis la reine Vraska approcher Monsieur Beleren par derrière et je voulais tester ma théorie à propos de ces deux-là.

En plus, je suis sur une lancée d'espionnage...

« Jace, » dit-elle, étouffant le mot.

Il se retourna, s'arrêta et sourit. Il enroula doucement une main autour de son cou et appuya son front contre le sien. « Bonjour Capitaine » murmura-t-il. Le murmure fut si doux, en fait, que si je n'avais pas complètement envahi leur espace personnel, je ne l'aurais jamais entendu.

Elle murmura : « Tu ne sais pas ce que j'ai fait. »

Il dit : « Si, en fait. Mais ce n'est pas ta faute. Tu n'avais pas tous tes souvenirs, et je suis arrivé trop tard. »

Elle se pencha la tête loin de la sienne et murmura à nouveau: « Tu es arrivé sans aucun doute trop tard, mais la vérité est que j'ai tous mes souvenirs et cela n'a rien changé. »

Il haussa les épaules. « Regarde, » dit-il, « j'ai déjà essayé de tuer une ex aujourd'hui. Pouvons-nous régler l'angoisse jusqu'à ce que Bolas soit mort ou que nous le soyons ? »

Elle sourit tristement. « Oh, je suis un ex maintenant ? »

Je le savais !

« J'espère que non », dit-il, paniqué.

« Ne devons-nous pas être quelque chose avant de pouvoir être des exs ? »

« J'espère que oui », dit-il. « Euh, la première partie, pas la seconde. » Il avait l'air si vulnérable. Cela me rappela Teyo pour une raison quelconque.

Elle dit : « Alors demain nous essayerons... après que Bolas soit mort ou nous sommes ? »

« D'une manière ou d'une autre ? »

« D'une manière ou d'une autre. »

Il acquiesça. « D'accord. Mais encore une fois, j'espère que la première option, pas la seconde. »

« D'accord. »

Elle lui prit la main, ce qui fit que Maître Zarek les regarda tous les deux. Monsieur Beleren sourit et lui fit un petit geste moqueur. Puis, avec la reine, ils se dirigèrent main dans la main vers ce qui nous attendait tous...

IV


C'était tellement pire que je ne l'avais imaginé.

Nous nous précipitâmes vers la citadelle, la plupart de nos forces hurlant des cris de guerre. (Bien que pas moi. Cela ne sert à rien de lancer un cri de guerre que personne ne peut entendre.) Mes couteaux étaient toujours dans leur étui, car ma mère avait insisté pour que je lui emprunte une hache de combat légère. Je ne suis pas sûre que ce soit une amélioration. « Légère » ou pas, c'était toujours une arme plus lourde que celle à laquelle j'étais habitué, et la force de mon bras n'est probablement pas ce qu'elle devrait être pour la fille d'Ari Shokta. Mais elle se sentait mieux de me voir mieux armée. Et comme elle pouvait me voir et pouvait s'inquiéter, je m'étais conformée.

De plus en plus puissant – et de plus en plus grand – de minute en minute, le dragon se dressait toujours au sommet de sa pyramide, ses ailes déployées, cet étrange joyau flottant entre ses cornes, ramassant toujours des étincelles volées des Planeswalkers tombés au sol.

Les Planeswalkers récemment tombés.

Les Planeswalkers non tombés – ou pas encore tombés – étaient côte à côte avec des guerriers de guilde, s'engageant vers la Horde de l'effroi silencieuse.

C'était le chaos. Vrai chaos. Néanmoins, les deux côtés étaient plus égaux que nous ne l'aurions espéré. Il y avait moins d'Éternels que jamais et, grâce à Monsieur Fayden, à Mademoiselle Samut et aux autres, il n'y avait plus de renforts qui arrivaient.

Borborygmos balayait la zone devant lui, utilisant deux grandes masses pour briser les zombies à gauche et à droite. Monsieur Fayden combattait à l'ombre du cyclope, en utilisant un hexagone qui magnétisait le revêtement de lazotèpe des Éternels, ce qui provoquait la collision des zombies et, ainsi, le collage. Dans leurs tentatives pour se libérer, ils trébuchaient généralement et tombaient, se laissant ainsi attaquer. Monsieur Fayden arriverait ensuite et achèverait le bouquet d'Éternels avec son épée. C'était extrêmement efficace.

Mademoiselle Samut traversa les rangs éternels à grande vitesse, laissant tomber les têtes avec ses lames incurvées. J'étais trop loin pour l'entendre parler, mais je savais qu'avec chaque tête enlevée, un autre Éternel avait été « libéré ».





Monsieur Vorel traversait le champ de bataille à un rythme soutenu et déterminé. Il avait été autrefois un chef de clan Gruul, et maintenant, se battant de près, ses origines quelque peu barbares – que je partageais bien sûr – étaient féroces (bien que simulées), alors qu'il utilisait une massue biomantique pour saisir les zombies par tout ce qui reste de leur chair et les retourner. Les explosions de tripes et de lazotèpe qui en résultèrent étaient assez spectaculaires.

Je vis Monsieur Crinièredor brandir une hache à deux tranchants, balayant Éternel après Éternel. Et je vis Monsieur Karn écraser la tête d'un Éternel entre ses deux mains de métal.

La reine Vraska se battait comme un démon, utilisant son coutelas comme un scalpel et son regard de gorgone pour transformer les Éternels en une statue qu'elle n'a pas divisée en statues de pierre. Parfois, dans le feu de l'action, elle faisait les deux.

Monsieur Beleren, se battant à ses côtés (je pense), se créa de multiples illusions pour amener les Éternels à prendre position pour Monsieur Crinièredor ou Mademoiselle Ballard ou Monsieur Karn en vue de leur mise à mort, tout en utilisant parfois sa télékinésie pour faire le travail lui-même.

Une troupe de mages Izzet utilisait des lance-flammes sur les Éternels - et faillit faire flamber Monsieur Beleren en même temps. Il cria un avertissement psychique qui a sonné fort dans mon cerveau.

Beurk. Donc, c'est comme ça que ça fait.

Rien du tout comme ma petite chose psychique. Je ne saurais même pas comment faire ça.

Monsieur Téfeiri créa des bulles de temps ralenties autour des zombies, les éteignant uniquement lorsque le Maître Lancier Boruvo ou Ari ou Gan Shokta étaient en position de les détruire.

Un Planeswalker vampire déchirait la tête d'Éternels avec une force redoutable, tandis qu'un Planeswalker kor formait des pointes en pierre pour en empaler trois ou quatre à la fois.

Les courtiers d'Azorius, qui ne sont généralement pas mes Ravnicans préférés, éliminaient encore plus d'Éternels sous la direction de Maîtresse Lavinia.

Les assassins de Dimir et les sectateurs de Rakdos déchiquetaient toute une phalange éternelle.

Je veux dire que tout le monde était là-bas, travaillant ensemble. C'était un peu historique, vous savez ?

Mais dans un combat comme celui-ci, on ne gagne pas toujours .

Un éternel saisit Monsieur Fayden par derrière. (J'étais trop occupée à tuer mes propres zombies et trop loin pour aider, mais je voyais à peu près tout.) Il réussit à jeter un sortilège sur le lazotèpe de son attaquant ; son crâne aimanté se tordit brusquement en arrière, claquant au cou, laissant pendre sa tête derrière ses épaules.

Mais c'était trop peu, trop tard. Pendant une seconde, il sembla presque que Monsieur Fayden disparaissait de la vue, en train de s'éloigner, je suppose. Mais Mademoiselle Nalaar devait avoir déjà réussi sa mission de réactivation du Soleil immortel. Il se remit en place, les doigts de l'Éternel s'enfonçant toujours dans son bras.

Il essaya de lever son épée pour couper la main de l'Éternel, mais apparemment, il n'avait plus la force, pas même la force de tenir l'épée. Elle glissa entre ses doigts et tomba sur le trottoir à ses pieds.

Et puis il hurla – assez fort pour que je l'entende par-dessus le vacarme, même de l'endroit où je me battais. L'Éternel avait atteint ce qui faisait de Dack Fayden qui il était, et l'Éternel le volait. Alors que l'étincelle de Dack lui était arrachée, il semblait que son corps était en train de se vider de tous les fluides, de tous les tissus mous, le laissant comme rien d'autre que de la peau et des os.

L'Éternel prit feu et brûla. L'étincelle volée s'éleva dans les airs pour nourrir la gemme du dragon et son pouvoir.

Et Monsieur Fayden cessa de crier lorsque le cadavre de son assassin et le sien s'étaient effondrés au sol.

V


J'étais plus déterminée que jamais à protéger les personnes que j'aimais. Je pensais que mes parents et mon parrain pourraient très bien prendre soin d'eux-mêmes. Je veux dire, ce sont des guerriers formés – et n'ayant pas d'Étincelle, les Éternels ne pourraient pas les tuer avec un simple toucher. Mais Teyo et Maîtresse Kaya étaient une autre histoire. Ils étaient incroyablement vulnérables.

En ce qui concerne Hekara... elle était assez meurtrière en tant que sorcière aux rasoirs, donc en théorie, elle aurait dû être exponentiellement plus puissante en tant que sorcière sanglante. Mais la vérité est qu'elle a toujours été plus une artiste qu'une guerrière. Et en plus de cela, sa résurrection l'avait clairement changée pour moi. Et si cela la changeait également ? Et si elle n'était pas la même durasse qu'elle était ?

Je me concentrai donc sur la protection de ces trois.

Étonnamment, je n'avais pas à trop m'inquiéter pour Teyo, qui s'était vraiment imposé. Peut-être n'avait-il pas beaucoup d'aptitudes offensives – mis à part lancer une minuscule sphère de lumière solide sur un adversaire – mais il était alerte, rapide et prêt avec ses boucliers pour défendre tous ceux qui se trouvaient dans le pétrin.

Et puis, soudainement, le garçon à la légère capacité offensive découvrit qu'il pouvait utiliser ses boucliers comme bélier, écrasant les zombies et les préparant pour Borborygmos ou Monsieur Vorel ou Mademoiselle, euh... Mademoiselle Loup-garou.

Maîtresse Kaya, quant à elle, avait déjà une certaine protection. Flanqué du chef Argousin Bilagru et d'un autre géant d'Orzhov, je la vis plonger ses deux dagues fantômes dans un ou deux cerveaux de zombies.

Mais elle passait beaucoup de temps dans sa forme fantôme, et cela semblait l'épuiser. Elle traversait un Éternel, matérialisait sa main et plantait sa lame fantôme à travers son crâne. Ensuite, elle fantasmait sa main tout en matérialisant ses pieds, alors qu'elle se dirigeait vers une autre créature. Mais l'urgence, la menace et la myriade de distractions inhérentes à la bataille la rendaient imprudente et, à mes yeux, de plus en plus épuisée. J'essayai de la récupérer, marchant vers Éternel après Éternel et les terminant avec ma hache empruntée sans jamais être remarquée par personne d'autre qu'elle.

« Bien, » criai-je par-dessus le vacarme, « grandir parmi les Gruul oughta compte pour quelque chose ! Et grandir avec ma condition particulière compte parfois beaucoup plus ! »

Je passais beaucoup de temps à protéger Kaya, mais beaucoup plus à protéger Hekara. J'observais un peu ma fille, qui tenait vraiment très bien pour une femme morte... et jamais vraiment eu besoin de savoir combien de fois j'éliminai sorti une créature qui cherchait à l'attaquer par derrière.

Alors peut-être qu'elle ne peut pas me voir, mais je peux la voir et veiller à ce qu'elle soit en sécurité. C'est quelque chose, tu sais ? Ou du moins ce n'est pas rien.

VI


Je me sentais un peu comme coincée dans l'une des bulles de temps de Monsieur Teferi. Tout se passa si vite, et pourtant tout semblait se dérouler simultanément au ralenti. La bataille passait. La bataille semblait sans fin. Il était difficile de suivre les minutes qui passaient, sans parler des secondes qui passaient.

Je ne savais pas depuis combien de temps nous nous battions déjà quand une corne sonna et je levai les yeux pour voir le grand dirigeable Boros Parhelion II avancer dans le ciel. Les anges descendirent de ses ponts. (Y compris un ange rare à quatre ailes, dirigeant plusieurs escadrons, et Madame Maladola, qui avait enfin la chance de se gratter de la douleur qu'elle avait évoquée.) Les chevaliers célestes de Boros et les équenautes de Selesnya chevauchaient des pégases, ses griffons et ses aigles. Les mages Izzet chevauchant des sphères de vol de mizzium s'envolèrent vers la mêlée aux gobelins d'Izzet dans les gratte-ciel et les fées d'Izzet sur des escouflebrasiers. Un seul petit dragon hypersonique volait côte à côte avec un drakôn à la vapeur, un drakôn saphir, un drakôn du vent et un nageur de ciel Simic, qui essayait normalement de manger les autres. Mais pas aujourd'hui.

Ensemble, ils acheminaient le peu qui restait de la couverture du ciel éternel. C'est à ce moment-là que j'aperçus Monsieur Jura sur un pégase. Nous le vîmes tous et nous applaudîmes tous. Il brandissait l'épée qui pourrait mettre fin à tout cela – en mettant fin à Nicol Bolas.

Le problème était... que nous n'étions pas les seuls à lui prêter attention.

Je vis Mademoiselle Cheveux-de-Corbeau, qui avait l'air de pantomimer les mouvements d'un archer, levant un arc imaginaire, ses tatouages ​ - ou ce qu'ils étaient – brillaient d'une lumière violette. Je jetai un coup d'œil à l'Éternelle-Déesse Oketra, qui lui emboîta le pas avec son arc vraiment trop grand. Mademoiselle Vess et Oketra visèrent synchroniquement Monsieur Jura. Je lançai un avertissement : absolument personne n'entendis, car ensemble, le nécromancien et Dieu-Éternel lâchèrent une seule flèche de la taille d'un javelot.

Mais la flèche d'Oketra ne trouva pas vraiment de cible dans Monsieur Jura. A la place sa longueur de six pieds empala sa monture. Le pégase percé tomba du ciel.

Monsieur Jura, tenant toujours la Lamenoire, s'effondra avec la bête derrière la citadelle et à l'abri des regards.

VII


Quand Monsieur Jura tomba, il y a eu une pause dans la bataille. Un hiatus qui affecta non seulement notre côté, mais aussi celui de l'ennemi. Pendant un moment, les Éternels semblèrent hésiter inexplicablement. Est-ce que Mademoiselle Cheveux-de-Corbeau aurait également été prise au dépourvu ? Non, ça n'avait aucun sens. C'est elle qui avait fait virer sa flèche à Oketra.

Le moment ne dura pas, bien sûr. La bataille reprit des deux côtés.

Et puis quelqu'un cria : « REGARDEZ ! À LA CITADELLE ! REGARDEZ ! »

Je vis d'abord la fumée. Puis les flammes. Puis le démon ailé massif avec la couronne de feu.
Hekara frappa dans ses mains, sonna de ses cloches et applaudit fort pour son chef de guilde impie : « Allez-y, patron ! » Elle se tourna vers Maître Zarek, Maîtresse Kaya et la reine Vraska, en criant : « Toldja, il était à bord. Il adore ce plan ! »

Seigneur Rakdos. Clou du spectacle. Démon. Maître de guilde. Parun. Gros comme un dragon, avec les bras et les jambes musclés et proportionnés comme un gigantesque lutteur. Deux ensembles de cornes, l'un tournoyant vers le haut, vers l'extérieur et vers l'arrière comme un bouvillon, l'autre fléchissant vers le bas et se recourbant comme ceux d'un énorme bélier. Yeux jaunes brûlants. Dents de rasoir, verrouillées ensemble dans un sourire de rictus. Une barbe d'éperons en os émergeant d'une large mâchoire. Ailes de chauve-souris. Sabots fendus. Peau rouge sang, vêtue de chaînes et de crânes. Et son front, une guirlande de flammes. Il y avait là un mal à faire tenir tête beaucoup d'autres.

Mais peut-il tenir tête à Nicol Bolas?

Et puis je repérai Monsieur Jura, chevauchant la tête du démon. Se levant dans les flammes de la couronne de Seigneur Rakdos. L'aura blanche d'invulnérabilité de M. Jura devait le protéger du feu de l'enfer, mais de l'endroit où je me tenais, il semblait ne se trouver qu'au centre de la flamme infernale.





Il avait toujours la Lamenoire dégainée et prête à l'emploi, et je sautai de haut en bas, encourageant le héros et le démon, alors que ce dernier s'élevait haut et plongeait brusquement vers la Citadelle et son maître. Le rugissement du clou du spectacle résonna à travers la place.

Le rugissement était une erreur.

Cela attira l'attention de Bolas. Le dragon se retourna à temps et jeta un sortilège paralysant qui renvoya le seigneur Rakdos. Mais Monsieur Jura sauta sur l'explosion, profitant de l'élan du démon pour plonger vers Bolas avec la Lamenoire prête à frapper.

Je retins mon souffle alors que Monsieur Jura, les deux mains sur la garde, tirait l'épée vers le pli entre les yeux de l'ancêtre dragon.

On m'avait dit que l'épée avait déjà tué un archidémon, un Dieu-Éternel et même un ancêtre dragon comme Nicol Bolas.

Ça y est. Cela mettra fin à tout.

Le coup tomba, Monsieur Jura enfonçant l'arme de toutes ses forces...

La Lamenoire se brisa contre le front invincible de Nicol Bolas.

Et brisés avec la Lamenoire : les espoirs de chaque âme vivante sur Ravnica.

VIII


Alors que le dragon riait, Monsieur Jura tomba. Il atterrit fort sur le toit de la citadelle. Je ne pouvais pas dire s'il était vivant ou mort.

Je me sentais juste engourdie.

Mademoiselle Liliana Vess se tenait sur son corps tombé. J'avais entendu – ou entendu par hasard – que Mademoiselle Vess et Monsieur Jura avaient été amis jusqu'à très récemment. Je me demandais un peu à quoi elle pensait maintenant. Mais elle était trop loin pour que je puisse lire ses pensées ou ses émotions, sans parler de son expression.

Mais je n'étais pas trop loin pour la voir faire quelques pas en avant alors que du mana noir commençait à tourbillonner autour d'elle. Et alors qu'il tourbillonnait, les Éternels – encore une fois – cessèrent de nous combattre. Au lieu de cela, ils restèrent au garde-à-vous pendant cinq secondes... devant tous les zombies et les deux Zombies-Dieux sur le point de marcher sur Nicol Bolas.

Je savais alors que Mademoiselle Cheveux-de-Corbeau avait changé de camp. Pas moyen de savoir pourquoi – pas plus que je n'avais compris pourquoi elle s'était battue pour le dragon en premier lieu. Mais Mademoiselle Vess contrôlait les Éternels, et les Éternels s'étaient clairement tournés contre leur maître, sous les ordres de leur maîtresse.

N'ayant plus rien contre quoi me battre, je restai là stupidement. En train de regarder...

Je pensais que j'avais peut-être vu Mademoiselle Vess crier quelque chose à Bolas, mais je ne pouvais prononcer aucun mot. Quoi qu'elle ait dit, je pouvais sentir la confusion stupéfaite du dragon envahir ma conscience. Confusion suivie de mépris.

J'étudiai Mademoiselle Cheveux-de-Corbeau. Quelque chose d'autre se passait avec elle et au début, je n'arrivais pas à comprendre ce que c'était. Ensuite, il m'a semblé qu'elle brillait de l'intérieur. Embrasée... et se dissoudre.

Oui, c'était ça. Il y avait moins d'elle ; des taches noires et des étincelles pourpres étaient emportées par le vent. Je la regardais se défaire, se désintégrer, petit à petit.

Cela ne semble pas une façon agréable d'aller...

Oketra et Bontu – les deux survivantes des Dieux-Éternels – essayaient toujours de toucher Bolas, mais le dragon dégageait une énergie magique pure qui ne détournait pas les esprits.

Je jetai un coup d'œil à Mademoiselle Cheveux-de-Corbeau, qui avait déjà moins de cheveux : il brûlait son cuir chevelu par touffes.

Et puis Monsieur Jura était là, derrière elle, posant une main sur l'épaule de Mademoiselle Vess. Il était d'un blanc éclatant et cette lueur blanche commençait à s'étendre à elle, sur elle, autour d'elle.

Alors que Mademoiselle Vess rayonnait de sa lumière blanche pure, sa forme commença à se lier de nouveau. Les longs cheveux noirs coulèrent à nouveau dans son dos. Elle devenait entière.

Mais mais...

En échange, sa mort noire lui était transmise. Maintenant, il éclata comme elle le faisait quelques secondes auparavant. Il leva la tête et, je suis presque sûr de l'avoir entendu... hurler avant d'éclater dans une flamme noire et de se désintégrer entièrement devant les yeux de tous. Il ne restait qu'un peu d'armure aux pieds de Mademoiselle Cheveux-de-Corbeau. Armure et cendres, ces dernières s'envolant rapidement sous le vent.

Monsieur Jura est mort. Mais mais... il est censé être le héros qui nous sauve tous, n'est-ce pas ?

Nous regardâmes tous Bolas. Même au niveau du sol, il avait l'air suffisant.

Cette fois, j'entendis distinctement Mademoiselle Cheveux-de-Corbeau crier de fureur alors qu'elle faisait un geste de poussée avec les deux bras. Oketra et Bontu avancèrent en abordant Bolas de deux côtés, tout en luttant contre la course au pouvoir déclenchée par l'ancêtre dragon. Chaque Dieu-Éternel fit un pas en avant vers Bolas – avant que son pouvoir ne les fasse reculer de deux pas.

Je pensais à peu près que nous étions tous condamnés.

Puis de quelque part, Monsieur Crinièredor cria : « Regardez ! »

IX


La lance à deux branches d'Hazoret ressortait à travers la poitrine du dragon, le sang et les viscères ruisselant clairement de chaque dent. Son sang et ses viscères. D'une manière ou d'une autre, cela ne suffisait pas pour le tuer, pas après tout le pouvoir, tous les étincelles qu'il avait absorbées, mais il était évident que la blessure était grave et prouvait qu'il pouvait toujours être blessé. Donc, pendant une seconde, je ressentis quelque chose comme de l'espoir, vous savez ?

L'ancêtre dragon se retourna. Maître Niv-Mizzet se tenait derrière la lance et tenait la lance plus loin dans le dos de Bolas; son gémissement résonna à travers la place.

D'un coup d'aile, l'ancêtre dragon envoya voler le Cérébropyre, ressuscité. Il s'écrasa au sol à quelques kilomètres de là.

Voilà pour l'espoir...

Le temps s'arrêta. Et trop tard, le dragon réalisa qu'il avait oublié Mademoiselle Vess et lui avait donné l'occasion de frapper avec sa propre arme à deux branches.

Ses deux Dieux-Éternels étaient partis à la chasse et se trouvaient maintenant au-dessus de Bolas. Le dragon réussit à effacer Oketra.

Mais peut-être affaibli par l'effort – ou par la lance qui sortait toujours de sa poitrine – il était trop lent pour arrêter Bontu, qui mordit son ancien maître au poignet.

Bontu commença immédiatement à récolter toutes les étincelles accordées au dragon par le Sort ancestral. Tous à la fois. Bontu absorba ces étincelles mais ne put pu les contenir. Elle se sépara en éclats, explosant sous une lumière si vive que je dus me fermer les yeux.





Lorsque je les rouvris, la première chose que je vis fut l'armée des Éternels qui gravissait les marches de la pyramide de la citadelle vers le dragon. Et juste derrière eux, une deuxième armée de Ravnicans et de Planeswalkers. Je devais courir pour les rattraper.

Un vortex d'étincelles volées tourbillonna au-dessus de la tête de Bolas. Et puis, elles s'évaporèrent simplement, chaque étincelle se dissipant dans le néant.

J'en étais peut-être seulement à la troisième marche à ce stade, et je vis Bolas commencer à se dissoudre, tout comme Monsieur Jura s'était dissous il y a quelques instants. Et aussi comme Monsieur Jura, le dragon hurla en se désintégrant, atome par atome, les particules emportant avec le vent.

X


C'était fini. Bolas était tout simplement parti. Seul le joyau entre ses cornes restait. Je le vis tomber sur le toit de la citadelle, rebondir plusieurs fois et s'arrêter près des pieds de Mademoiselle Cheveux-de-Corbeau.

Les nuages ​​d'orage non naturels se séparèrent et se dispersèrent, laissant place au soleil de fin d'après-midi.

Nous restâmes tous immobiles, ne sachant pas si nous pouvions nous permettre de croire – si nous pouvions nous fier à ce que nous voyions – que le cauchemar était terminé.

Puis, spontanément, les combattants de la place, y compris moi-même, se mirent à applaudir. Des banderoles en spirale de magie verte festive volaient dans les airs. Toutes sortes de gens – hommes et femmes de différentes espèces – grimpèrent sur les ruines de la statue de Bolas, comme s'il s'agissait d'un terrain de jeu pour enfants. De vrais enfants, sortant de nulle part, montaient sur Vitu-Ghazi, déchue et en sommeil (malgré les tentatives désespérées de mon parrain pour les chasser).





Mademoiselle Vess se tenait maintenant seule au sommet de la citadelle, un véritable mur d'Éternels inactifs et désactivés la séparant des Ravnicans et des Planeswalkers sur les marches de la pyramide. La foule s'extirpa de sa stupeur collective et, dirigée par Borborygmos et Monsieur Gronchon-Minotaure, s'employa à couper la Horde de l'effroi par derrière. Les réduire en morceaux. Petits morceaux. Les zombies ne firent aucune tentative pour se défendre alors que nous les écrasions et coupions en morceaux. (Je me suis retrouvée à le faire aussi.) Je gardais un œil sur Mademoiselle Cheveux-de-Corbeau. Je savais qu'elle pouvait contrôler les Éternels et je voulais un avertissement préalable si elle décidait de les ramener à la charge, ne serait-ce que pour se protéger.

Elle s'agenouilla. Je ne pouvais pas voir ce qu'elle faisait. Puis elle se releva et, dans un nuage noir, elle transplana.

Je ne pouvais pas comprendre cela. J'étais tellement sûre que le Soleil immortel avait été réactivé. N'était-ce pas pour cela que Monsieur Fayden n'avait pas pu échapper à son destin ? Mais je suppose que, avec le dragon parti, il avait dû être fermé à nouveau.

Un planeswalker en blanc à gauche ensuite. Je vis Mademoiselle Yanling et Monsieur Yanggu partir avec leur chien à trois queues (qui semblait se transformer en pierre juste avant que les trois ne disparaissent). D'autres aussi, dont je ne connaissais pas les noms.

J'entendis Samut appeler : « Ce n'est pas comme ça ! Ce sont mes gens. Ils doivent être détruits, je le sais. Mais pas comme ça. Accordez-leur un peu de dignité. »

« C'est pourquoi nous sommes ici », dit Mademoiselle Ballard. Avec un clin d'œil à Mademoiselle Nalaar, ils commencèrent. Sous le regard vigilant du minotaure, des cyclopes et de l'enfant d'Amonkhet, les deux pyromanciens traversèrent ce qui restait de l'inerte Horde de l'effroi et brûlèrent méticuleusement chaque dernier, chaque dernier fragment, en cendres.

Je ne restai pas pour tout regarder. Je passai quelques minutes à chercher mes parents. Je les trouvai ensemble, dans une étreinte un peu embarrassante. J'eus l'attention d'Ari. Elle me signala à Gan Shokta. Nous nous sommes tous embrassés. Je rendis sa hache à maman. Puis j'allai chercher mes amis.

À ce moment-là, le soleil se couchait derrière les tours de Ravnica, celles qui étaient encore debout de toute façon. Le crépuscule tombait. Et pas la nuit artificielle du Sort ancestral, mais la vraie chose. Crépuscule. Crépuscule. Avec la nuit à suivre. Et un autre matin et un jour après.

Nous avions survécu.

Ou la plupart d'entre nous...

Tout autour de moi, les gens fêtaient. Et ceux qui ne fêtaient pas enlevaient les blessés et les mourants.

Et les morts.

XI


Je ne sais pas où elle a eu les marionnettes.

Hekara était assise sur un morceau de maçonnerie fissuré, occupée à poursuivre solennellement la célébration de notre victoire décisive avec deux marionnettes à la main étrangement réalistes : des versions d'elle-même et de Maître Zarek. C'était un spectacle merveilleux offert à un public entièrement composé d'elle-même et de son rat.

« Tu es mon rat. »

« Je suis ton rat. »


Bien sûr, elle n'était pas particulièrement consciente de ma présence. Mais j'appréciai quand même vraiment la performance. Elle fournissait les voix pour ses deux mains.

« Nous avons vaincu le dragon diabolique, n'est-ce pas, Hekara ? » déclara Marionnette Zarek dans une imitation assez réussie, bien que légèrement aiguë, du maître de guilde Izzet.

« Bien sûr que nous avons fait », répondit la marionnette Hekara, dans un baryton étrangement affecté qui ne ressemblait en rien à Hekara, qui était franchement hilarant.

« Et tout ce qu'il a fallu, c'est que tu meures horriblement. »

« Bien sûr. Mais une seule fois. Cela ne me dérange pas de mourir une fois. Pas de temps en temps. Tu sais, pour une bonne cause. Ou pour le divertissement. »

J'aurais pu regarder cette émission pendant des heures, mais Teyo l' »courta. Je ne sais pas depuis combien de temps il se tenait derrière moi, mais il s'approcha de Hekara et a dit: « Émissaire, tu te souviens de ton amie Rat ? Araithia ? »

Hekara dit : « Bien sûr, je me souviens de Rat ! J'aime Rat ! Où est-elle ? »

Cela me rendit si heureuse, je pense que j'aurais pu pleurer.

Teyo me fit remarquer. Je suppose que je pensais qu'elle essayerait de se concentrer sur moi et apprendrait peut-être ensuite à me revoir.

Mais elle avait simplement l'air confuse. Alors Teyo prit Hekara par la main et tenta de guider Hekara vers moi.

Elle hésitait, résistait. Elle semblait nerveuse et mal à l'aise d'une manière dont je n'avais jamais entendu parler auparavant. « Vous savez, je ne me souviens plus très bien à quoi ressemble Rat. C'est assez étrange, n'est-ce pas ? »

Teyo ne savait pas quoi dire. Mais ce n'était pas nouveau pour moi. Même les personnes qui pouvaient me voir avaient tendance à m'oublier si je restais trop longtemps à l'écart. Même ma mère – même si elle ne l'admettrait jamais – commençait à oublier qu'elle avait déjà une fille, si je restais trop longtemps à l'écart. Je suppose que je ne m'y attendais pas si tôt de la part de Hekara. Mais ce n'est pas la même chose que ça vient comme une surprise, vous savez ?

Je fus reconnaissante lorsque la conversation fut interrompue par le son coriace des ailes et la puanteur du soufre. Seigneur Rakdos lui-même descendait pour trouver son émissaire.

« Viens, femme, » dit-il d'une voix sépulcrale en plein essor, « Ravnica est à nouveau à nous. La longue bataille a amené le peuple bas, et le cirque macabre doit jouer contre la foule et éclairer tous les cœurs. Nous avons obtenu des performances exceptionnelles. POUR PRÉPARER, ET UN PUBLIC PRÊT-MÊME, APPRENDRE À OUBLIER LES HORREURS DU JOUR – EN BRÛLANT. EN SAIGNANT ET EN BRÛLANT. »

« Oh, bien, » dit Hekara, alors qu'elle se laissait prendre dans la main du démon comme une marionnette Hekara grandeur nature prête à prononcer les mots de son maître. Ils s'envolèrent ensemble avec Hekara en criant : « Brûlez ! Saignez ! Brûlez ! »

D'accord, oui, elle ne m'avait pas vue.

Ça fait mal, d'accord ? Ça fait mal. Est-ce ce que vous voulez entendre ?

Mais ensuite, je levai les yeux et je vis Teyo qui semblait aussi frappé. Pour lui, j'essayai de faire bonne figure. Je souris, haussai les épaules et dit : « Je l'ai perdue. » Mais je ne pouvais pas garder le sourire. Mes épaules tombèrent. Ma tête avec. « Je n'ai jamais perdu personne auparavant. Beaucoup de gens que je n'ai jamais rencontrés. Mais elle est la première à pouvoir voir qui j'ai perdu. »

Comme pour ajouter l'insulte à blessure, Mademoiselle Rai choisit ce moment pour presque me frapper droit dans les pieds; Je devais m'éloigner de son chemin alors qu'elle passait.

Teyo avait l'air encore plus frappé, si c'était possible. Il aperçut Maîtresse Kaya qui s'approchait de nous et dit : « N'oublie pas, tu nous as toujours tous les deux. »

Je hochai la tête. Je voulais qu'il se sente mieux, mais je ne pouvais pas le faire. Je dis : « Sauf que vous êtes tous les deux Planeswalkers. Vous quitterez finalement Ravnica. »

Je regrettai immédiatement de l'avoir dit.

Comment cela aide-t-il à les faire se sentir tous les deux mal ? Qui cela aide-t-il ? Pas moi, c'est sûr. Je préférerais que mes amis soient heureux, vous savez ?

Nous commençâmes à marcher, devant les fêtards et les personnes en deuil. La guerre des planeswalkers était terminée. Il ne restait plus qu'à ramasser les morceaux et à trouver un moyen de recommencer à zéro.

Finalement, nous rejoignîmes un groupe de Planeswalkers et de Ravnicans au milieu d'un débat sur ce qu'il fallait faire du Soleil immortel.

« Détruisez cette fichue chose », déclara Monsieur Ronchon-Minotaure.

Miss Rai protesta, « Mais c'est une pièce incroyable de - »

« C'est une piège à souris incroyable pour les Planeswalkers. Je me suis fait piéger à deux reprises. Et laissez-moi le dire clairement, je n'ai aucune intention de me retrouver à nouveau pris au piège. »

La reine Vraska, la main droite enlacée dans la gauche de Monsieur Beleren, déclara : « Détruire ça peut être plus facile à dire qu'à faire. Il est fait de magies extrêmement puissantes, renforcées par l'étincelle d'Azor. »

Monsieur Beleren se frotta le menton. « En plus, la chose pourrait être utile un jour pour traquer et piéger Tezzeret. »

« Ou Dovin Baan », ajouta Mademoiselle Nalaar.

« Ou Ob Nixilis, » se porta volontaire Monsieur Karn.

« Ou, » dit Mademoiselle Arc Long, « Liliana Vess. »

Tant Monsieur Beleren que Mademoiselle Nalaar bronchèrent lorsque le nom de Mademoiselle Cheveux-de-Corbeau fut mentionné. La reine Vraska regarda Monsieur Beleren avec inquiétude. Mademoiselle Ballard et Monsieur Téfeiri échangèrent un regard. Tous avaient clairement une histoire compliquée avec la nécromancienne. Cela m'occupa l'esprit, me demandant ce que cette histoire pourrait être... ou ce qui en résulterait, à la fin.

Rien n'avait vraiment été décidé au moment où le reste de la Garde, Mademoiselle Revane et Monsieur Crinièredor, arriva sur les talons de Maîtresse Aurelia, qui portait la cuirasse brûlée de Monsieur Jura comme une sainte relique.

Mademoiselle Nalaar dit : « Nous devrions l'enterrer sur Theros. Je pense que Gidéon aimerait ça. »

« Ce qu'il aimerait », déclara Monsieur Crinièredor, « c'est de savoir que ce n'est pas fini. »

« Ce n'est pas fini ? » demanda Teyo, horrifié.

Monsieur Crinièredor rit doucement et posa une patte rassurante sur l'épaule de Teyo. « Je crois que la menace de Nicol Bolas est passée. Mais nous ne pouvons pas prétendre que Bolas sera la dernière menace à affronter dans le Multivers. Si nous souhaitons vraiment honorer notre ami Gideon, nous devons confirmer que la prochaine fois qu'une menace monte, les Sentinelles seront là. »

Mademoiselle Nalaar regarda l'ambassade démolie du Pacte des Guildes et dit : « Nous avons perdu notre club. »

« Nous n'avons pas besoin d'un club. Nous devons juste renouveler nos serments. »

« Ajani, nous les avons tous renouvelés plus tôt aujourd'hui. »  soupira Monsieur Beleren, semblant un peu épuisé – ou peut-être exaspéré. « Tu ne penses pas qu'une fois par jour c'est beaucoup ? »

Monsieur Crinièredor se renfrogna. La patte sur l'épaule de Teyo resserra involontairement sa prise. Le léonin ne fit pas couler le sang, mais Teyo grimaça.

Maîtresse Kaya remarqua et enleva délicatement la patte, permettant à Teyo de pousser un petit soupir de soulagement.

Je ne pouvais pas m'empêcher de rigoler un peu. Teyo et moi échangeâmes des sourires.

Il a un très beau sourire...

Maîtresse Kaya souffla : « Peut-être... je pourrais peut-être prêter serment. »

Mademoiselle Nalaar la regarda avec espoir et dit : « Vraiment ? »

Maître Zarek la regarda dubitativement et fit écho : « Vraiment ? »

« Je ne suis pas une personne parfaite... » commença Kaya.

« Faites-moi confiance, aucun d'entre nous ne l'est », intervint tristement Monsieur Beleren.

La reine Vraska ricana moqueusement.

Mais Maîtresse Kaya les ignora tous à la fois. « J'ai été un assassin et un voleur. J'ai mon propre code moral, mais le premier principe en était toujours : « Surveillez vos propres fesses. » J'ai la capacité de parcourir ma vie de façon fantomatique, de ne rien laisser me toucher. C'est la vérité littérale de mes pouvoirs, mais c'est devenu en quelque sorte ma vérité émotionnelle aussi. Mais mon temps à Ravnica en tant qu'assassin, voleur, chef de guilde réticent, et peut-être même un guerrier plus réticent ne m'a pas laissé indifférente. Combattre à vos côtés a été un honneur. La chose la plus effrayante et la meilleure que j'aie jamais faite avec ma vie un peu bizarre. Ce que les Sentinelles ont fait ici aujourd'hui— » Elle baissa les yeux sur l'armure dans les mains de Maîtresse Aurelia. « - Ce que vous avez sacrifié ici aujourd'hui... bien... ça va paraître ringard, mais ça a vraiment été une source d'inspiration. Si vous m'avez moi, j'aimerais faire partie de cela. J'aimerais que vous sachiez tous que s'il y a un problème, vous pouvez m'appeler et je serai à vos côtés. »

« Nous aimerions ça », dit Mademoiselle Nalaar.

« Oui, ma fille », dit Monsieur Crinièredor en souriant de son sourire léonin.

Mademoiselle Revane, Monsieur Téfeiri et Monsieur Beleren sourirent de concert et acquiescèrent de la tête.

Maîtresse Kaya prit une profonde inspiration et leva la main droite. Peut-être qu'elle symbolisait ce qu'elle avait à offrir, elle tourna cette main spectrale pour la rendre transparente et s'écouler sous une douce lumière violette. Elle dit : « J'ai traversé le Multivers, aidé les morts, euh... à passer au service des vivants. Mais ce que j'ai vu ici à Ravnica ces derniers mois – ces dernières heures – a changé tout ce que je pensais savoir. Plus jamais. Pour les vivants et les morts, je me ferai Sentinelle. » Elle se tourna et sourit à Teyo et à moi.





Je pouvais sentir que Teyo se demandait s'il devait prêter le serment, si l'un des autres le jugerait digne. J'étais sur le point de lui dire qu'ils devaient se sentir honorés de l'inclure.

Mais nous étions tous les deux distraits par l'arrivée de Maître Niv-Mizzet, qui atterrit de manière assez voyante et sourit. « Tu n'as plus de travail, Beleren. Le Cérébropyre est le nouveau Pacte des Guildes vivant. Comme il a toujours été destiné. »

Monsieur Beleren gloussa : « Et pourtant, d'une manière ou d'une autre, je ne semble pas désolé de renoncer à cette responsabilité particulière. »

Ignorant complètement le dragon, Mademoiselle Revane se pencha vers l'une des nombreuses fissures du pavé de la place. Elle ferma les yeux et respira profondément. Entre les pavés brisés au combat, une graine germa et grandit rapidement pour devenir une plante à grandes feuilles vertes.

Elle fit un signe de tête à Mademoiselle Nalaar, qui savait instinctivement ce que l'elfe voulait qu'elle fasse. La pyromancienne cueillit soigneusement trois des plus grandes feuilles de la plante.

Puis nous regardâmes tous pendant que les deux femmes et Maîtresse Aurelia enveloppaient amoureusement et tendrement l'armure de Monsieur Jura dans les feuilles.

Aurelia remit l'armure à Mademoiselle Nalaar, qui, flanquée de Monsieur Beleren et de Mademoiselle Revane, mena une procession solennelle en direction de la foule en fête (et en deuil). Aurélia, une maîtresse désemparée, les regarda partir, mais ne les suivit pas, contrairement à la plupart des autres Planeswalkers.

Maître Zarek toucha Maîtresse Kaya à l'épaule et lui fit signe d'attendre. Monsieur Vrona fit de même avec la reine Vraska, qui acquiesça et appela Monsieur Beleren pour qu'elle le rattrape.

Teyo resta bouche bée, et j'étais assez curieuse d'attendre à côté de lui. Les maîtresses Lavinia et Aurelia, Mademoiselle Rai et le dragon attendirent également. Nous fûmes bientôt rejoints par Monsieur Vorel, Dame Exava, Gan Shokta et Boruvo. (Ce dernier m'a souri, bien que mon père, comme d'habitude, ne se rende pas compte de ma présence.) Dès que le cortège de la Garde de contrôle s'est échappé, Mademoiselle Rai se transforma en Maître Lazav, ce qui me fit me demander où la vraie Mademoiselle Rai était à ce moment.

Le Cérébropyre parla le premier : « En tant que nouveau Pacte des Guildse vivant, j'ai consulté des représentants de chaque guilde. »

Maîtresse Kaya leva un sourcil à Monsieur Vrona, qui hocha la tête.

Le dragon poursuivit : « Nous avons convenu que certains individus, ceux qui ont collaboré avec Nicol Bolas, doivent être punis. »

La reine Vraska se hérissa, ses yeux s'éclairant de magie : « Je ne serai pas jugé par ceux qui vous ressemblent. »

« Vous avez été jugée », déclara Maîtresse Lavinia, sévèrement mais sans menace. « Et vos actions de ce jour ont atténué ce jugement. »

Maître Zarek dit : « Tu n'es pas la seule à avoir été induit en erreur et utilisé. Kaya et moi partageons cette culpabilité. Nous avons peut-être compris notre erreur plus tôt que toi, mais nous n'avons aucun désir de chicaner avec un allié. Pas avec un allié prêt à prouver son allégeance à Ravnica et à sa propre guilde. »

La reine Vraska ne semblait pas moins méfiante – pas moins sur ses gardes – mais ses yeux cessèrent de briller. « J'écoute. »

Maîtresse Aurelia dit : « Des centaines, peut-être des milliers d'êtres vivants sont morts à Ravnica aujourd'hui. »

« Avec des dégâts matériels innombrables », ajouta Monsieur Vrona.

Maîtresse Aurélia l'ignorait, continuant : « De tels actes de terreur ne doivent pas rester impunis. Trois d'entre eux ont tout fait pour aider et encourager le dragon : Tezzeret, Dovin Baan et Liliana Vess. »

Teyo dit : « Mais Liliana n'a-t-elle pas… »

Monsieur Vorel l'interrompit : « Les navires ont changé de côté trop tard. Seulement après avoir été la cause directe de la plupart des actes de carnage. »

« Qu'est-ce que tu demandes exactement ? » dit malicieusement Maîtresse Kaya.

« Tous les trois sont des Planeswalkers », déclara Maître Lazav. « Ils sont hors de notre portée. Mais pas hors de la tienne. »

Le Cérébropyre ajouta : « Ral Zarek a déjà accepté de chasser Tezzeret. Vraska, en tant que pénitence pour les péchés passés, nous vous assignons Dovin Baan. Et Kaya, les dix guildes souhaitent vous engager pour assassiner Liliana Vess. »

Je suppose que la guerre de l'étincelle n'est peut-être pas aussi « terminée » que j'avais pensé, vous savez ?

Résumé



Spoiler: Montrer
I – Lors du deuxième sommet de cette journée, toutes les Sentinelles renouvellent avec zèle leur serment ; toutefois, personne ne vient s'ajouter, bien que Kaya hésite et que Teyo se demande s'il serait accepté.

II – Jace et Gideon emmènent Chandra derrière la statue d'Ispéria, et Rat les suit. Ils lui demandent de réactiver le Soleil immortel afin d'empêcher Bolas de s'enfuir. Elle rechigne, mais Dack Fayden, qui les observait aussi, approuve cette idée. Chandra rassemble donc Nissa, Saheeli et des membres des guildes afin d'effectuer sa mission avant de pouvoir combattre contre le dragon.

III – L'armée de Ravnicans et de Planeswalkers se dirige silencieusement vers la Citadelle, laquelle sera prise d'assaut par la terre et les airs. Rat en profite pour épier Vraska et Jace, et ses soupçons sont confirmés – ils sont bel et bien amoureux !

IV – Borborygmos, Samut, Jace, Vraska, les courtiers d'Azorius et les argousins d'Orzhov, les chimistes d'Izzet et les assassins de Dimir – tous se battent côte à côte. Mais Dack est saisi par un Éternel, il tente de transplaner mais – ironie du sort – le Soleil immortel a été réactivé. Son corps se dissout, et le voilà au sol – mort.

V – Rat, que les Éternels ne voient pas, profite de son insignifiance pour protéger ceux qu'elle aime. Teyo n'a pas besoin d'aide avec ses boucliers, qu'il apprend à aussi utiliser en béliers, ses parents non plus. Toutefois, elle sauve la mise de Kaya, ainsi que d'Hekara à plusieurs reprises, elle qui ne regarde pas en arrière...

VI – Tandis qu'elle est bloquée dans l'une des bulles temporelles de Téfeiri, Rat peut observer le ciel se charger d'anges et de guerriers célestes, remarquant Gideon sur son pégase. Mais elle observe, horrifiée, la visée d'Oketra assistée de Liliana, et la flèche se planter dans le corps du pégase – faisant choir Gideon et sa monture.

VII – La bataille se stoppe un instant, les Éternels comme les Ravnicans assommés, avant de reprendre. Et là, ils le voient – Rakdos, le clou du spectacle, fonçant vers l'ancêtre dragon. Mais sur sa tête – Gideon ! Un rugissement du démon, et l'attention de Bolas est attirée vers lui – il l'arrête dans son vol d'un mouvement – mais Gideon profite de l'élan pour frapper Bolas de la Lamenoire en plein front – et il chute, la lame brisée.

VIII – Liliana, aux côtés du corps inerte de Gideon, arrête son armée – avant de la retourner contre leur maître. Bontu et Oketra, derniers Dieux-Éternels, avancent vers Bolas, qui les fait reculer par le même temps, tandis que Liliana commence à se consumer. Mais Gideon pose la main sur son épaule, et son corps part en cendres, ne laissant que son armure.

IX – L'ancêtre dragon est stoppé dans sa toute-puissance – la lance d'Hazoret, ramenée d'Amonkhet avant la fermeture du portail, lui traverse le poitrail, tenue par Niv-Mizzet. Bolas l'envoie valser, mais ce laps de temps est suffisant pour que les déesses s'approchent de lui. Oketra vole en éclats, mais Bontu peut mordre son maître, avalant les Étincelles avant d'exploser, en même temps que Bolas se désintègre.

X – Bolas a disparu. Plus rien ne reste de lui. Les Éternels ni Liliana n'esquissent un mouvement, et les Ravnicans entament la destruction jubilatoire de leurs ennemis tandis que d'autres dansent sur la statue de Bolas. Samut conjure les autres de respecter les siens et de leur donner une fin honorable – alors, Chandra et Jaya commencent à incinérer tous les zombies.

XI – Rat observe Hekara, qui ne la voit plus, en train de s'amuser avec une marionnette d'elle et de Ral. Sur ce, Teyo l'interrompt et lui parle de Rat – oui, Hekara voudrait la revoir ! Mais elle ne se souvient même plus des traits de son visage... Le protecmage tente de la guider vers son amie, avant que Rakdos n'arrive et n'emporte son Émissaire, qui part sans songer à elle, laissant Teyo et Rat dans leur morne tristesse.

Pendant ce temps, Kaya ose prêter serment, et devient donc une Sentinelle elle aussi. Aurelia arrive chargée de l'armure de Gideon comme d'une relique, et il est convenu qu'elle sera enterrée à Théros, comme il l'aurait voulu. Une marche en son honneur est effectuée, à laquelle ne participent pas la majorité des protagonistes.

En effet, Niv-Mizzet, en sa qualité de Pacte des Guildes vivant, convoque les représentants des dix guildes : il a été convenu que les maîtres de guilde coupables de rapprochement avec Bolas mais ayant toutefois fini par changer de camp – Ral, Kaya et Vraska – ont pour pénitence de chasser ses pions, respectivement Tezzeret, Dovin, et Liliana.

La Guerre des Planeswalkers n'est peut-être pas si terminée que cela.

Edité 2 fois, dernière édition par Drark Onogard le 24/06/2019



Ajouter une louange


Vous devez vous identifier pour participer.

2 Louanges



Vinhan32
Le 26/06/2019

Merci !

DarkLordSanyo
Le 24/06/2019

Merci pour tous le travail que vous abattez pour nous. Vous êtes excellents !

Note : 9/10

Appréciation

Note :  

Contenus relatifs

Sondage

Qui aurait dû faire partie du casting des planeswalkers du Trône d'Eldraine ?

Résultats
(déjà 99 votes)