La Guerre des Planeswalkers : Partie 4 - Magic the Gathering


La Guerre des Planeswalkers : Partie 4

Articles
par Drark Onogard, le , 856 consultations

  La guerre des Planeswalkers / La storyline de Magic

Cette semaine, Greg Weisman nous conte les débâcles de notre groupe de héros qui cherchent à accomplir ce qui paraît toujours plus impossible à mesure que le temps avance - unir les guildes sous une même bannière.

     

Ahah, enfin, l'histoire de La Guerre de l'étincelle arrive, livrée par Greg Weisman ! Je vais par conséquent me faire un plaisir de vous traduire ceci... CEPENDANT
- Comme d'habitude, c'est déconseillé aux petits enfants...
- Cela contient des spoilers du roman War of the Spark : Ravnica

Ces extraits-ci se trouvent entre les chapitres 43 et 49 du roman.

Maintenant que vous êtes prévenus, allons-y !

Agents désespérés



I.


La recherche d'un moyen de recruter le Sénat d'Azorius – avec son chef de guilde collaborant avec un dragon diabolique, Dovin Baan – et de contacter la Maison Dimir – avec son mystérieux chef de guilde changeforme, Lazav – a été confiée, je suppose, à d'autres volontaires.

Mais Maître Zarek et Monsieur Beleren ont chargé Maîtresse Kaya de rassembler les quatre autres guildes égarées – l'Essaim de Golgari, le Culte de Rakdos, les Clans Gruul et le Conclave de Selesnya – sur la table de l'Opération Désespoir.

Quoique ce soit...

Ils ont affirmé qu'en tant qu'étranger, elle apporterait moins de bagages (et de suspicion) à l'entreprise que Maître Zarek lui-même. Mais en tant que chef de guilde, elle apporterait encore assez d'autorité et de prestige pour commander – ou du moins se voir accorder – les audiences nécessaires dans chaque guilde.

Je pouvais voir que Maîtresse Kaya était réticente, douteuse de ses chances de succès. Je me penchai et lui murmurai d'accepter. « Je peux vous aider avec Gruul, Selesnya et— » J'étais sur le point d'ajouter Rakdos, mais je m'arrêtai. Avec Hekara partie, je n'avais plus eu de contact avec le Culte. J'ai fini maladroitement : « Ouais, avec Gruul et Selesnya. »

Notre premier arrêt serait Selesnya, dont Maîtresse Kaya espérait être la plus facile des quatre. Teyo et moi étions avec elle, bien sûr.

Je dis, bien sûr. Mais c'est étrange que cela semble si automatique. Nous sommes devenus son entourage fidèle en quelques heures.

Et Mademoiselle Nissa Revane nous accompagnait également, car Monsieur Beleren espérait qu'elle s'entendrait bien avec Madame Emmara Tandris, championne des elfes et maître de guilde par intérim de Selesnya.

Malheureusement, avoir une audience avec Madame Emmara s'avérait difficile. Pour commencer, nous devions éviter la quantité considérable de zombies dirigées par Rhonas, un des dieux-zombies, à quelques minutes à peine d'empiéter sur le Sénat encombré et de vaincre toute l'opposition importante de Bolas.

Mais je suis utile parfois. Comme je l'avais dit à Maîtresse Kaya, je connais la plupart des itinéraires secrets menant aux lieux de Ravnica et je pus guider notre petit quatuor dans des passages, des ruelles et des raccourcis que les envahisseurs d'Amonkhet ne pouvaient pas connaître.

Mademoiselle Revane, qui ne parlait généralement que très peu, voire presque jamais, semblait assez impressionnée par la rapidité de nos progrès pour pouvoir dire quelques mots. « Vous connaissez bien la ville », dit-elle à Maîtresse Kaya, qui était juste derrière moi. Je pense que Maîtresse Kaya pensait que Mademoiselle Revane me parlait, alors elle ne prit pas la peine de répondre. Pour mes propres raisons, moi non plus.

Nous rencontrâmes une seule et inévitable récolte d'Éternels, à la recherche de plus de victimes, je suppose. Teyo mit en place un bouclier et, derrière lui, Mademoiselle Revane demanda la permission d'un vieil arbre de bouleau, qui poussa rapidement, de multiples branches passant dans le cerveau de chaque crâne de lazotèpe avant de se rétracter. L'attaque fut si rapide que deux ou trois secondes s'écoulèrent avant que les zombies ne commencent à tomber au sol, bel et bien morts.

Nous trouvâmes le Conclave bel et bien fortifié. Et peu accueillant. Une longue file de gardiens de Ledev et d'archers sagittars bloquaient notre chemin. Personne ne nous laisserait passer, même pour notre mission diplomatique. Mademoiselle Revane, en particulier, semblait être l'ennemi public numéro un pour avoir réveillé Vitu-Ghazi, ce qui avait entraîné le départ, le démembrement et la destruction quasi complète de l'Arbre-Monde.

C'est ainsi que Vitu-Ghazi s'était rendu à la Place de la dixième Circonscription ! Mademoiselle Revane est plus impressionnante qu'elle n'en a l'air. Et elle me semble déjà très impressionnante.

Je me dis que je ferais mieux de commencer à faire quelque chose d'impressionnant – ou au moins semi-impressionnant – si je voulais me montrer à la hauteur de mes vanteries antérieures. Je contournai la ligne de Ledevs puis je me précipitai entre deux gardiens imprudents. Je n'avais pas à courir trop loin.

Il était déjà sur le point de s'en aller : mon parrain, Gardien de ma Promesse de Vie, le maître lancier Selesnyan Boruvo. Ce centaure était autrefois Gruul – et le meilleur ami de mes parents – mais il avait trouvé un appel avec Selesnya et avait changé de guilde environ dix ans plus tôt. Cela avait créé une fracture, espérons non-permanente, avec mes parents, mais pour moi, c'était une aubaine. Le maître lancier Boruvo essayait toujours de me convaincre de rejoindre Selesnya. Il avait dit très clairement qu'il ne croyait pas que Gruul était la bonne pour moi. (Ce qui n'a pas non plus fait grand-chose pour sa relation avec Ari et Gan Shokta.) Je suis resté Sans-Porte, mais lui et moi sommes devenus très proches. (Ce qui n'a pas fait grand-chose pour sa relation avec mon père.) Maintenant, ayant besoin de son aide, j'appelai : « Parrain ! »

Il se retourna et son expression sévère (normalement semblable à celle de Gruul) s'éclaira ! « Filleule », dit-il. « Tu ne devrais pas être dehors. Ce sont des temps dangereux. »

« Je suppose que je suis aussi en sécurité que quiconque. Plus en sécurité que la plupart. »

« Oui, je suppose que tu l'es. »

« J'ai besoin d'une faveur, parrain. »

« Quoi que tu veuilles, mon enfant. »

« Viens avec moi et salue le nouveau chef de guilde Orzhov, s'il te plaît. »

Il gémit.

« Elle est mon amie, parrain. »

Il haussa un sourcil, intrigué. « Hmm. Monte, » dit-il.

« Vraiment ? »

Il ne répondit pas mais se baissa et me fit basculer sur le dos, comme il le faisait quand j'étais enfant. Je rigolai joyeusement comme si j'étais encore un enfant. Et il trotta à la ligne.

J'entendis Teyo crier : « Où est Araithia ? »

Mademoiselle Revane demanda : « Qui ? »

Avant que cela ne devienne désordonné, je criai : « Par ici ! »

Teyo et Maîtresse Kaya se retournèrent pour me voir monter sur le centaure derrière la ligne de Ledev. Maîtresse Kaya avait l'air abasourdi. Les gardiens de Ledev se séparèrent en s'inclinant pour laisser passer le centaure.

Je dis : « Maîtresse Kaya, Teyo Verada... et Mademoiselle Revane, permettez-moi de vous présenter mon parrain, le maître lancier Boruvo. »

Le centaure inclina à son tour sa tête devant Maîtresse Kaya et Teyo, mais sembla vouloir ne pas s'incliner devant l'elfe, qui observait tout cela en silence, semblant extrêmement inconfortable tout le temps.

Je pense que je commencai à babiller : « Boruvo était autrefois un clan Gruul, avant de rejoindre Selesnya. C'est un bon ami de mes parents. Et ils en ont fait mon parrain. Je veux dire, il était le choix évident, le seul choix pratique Je pense que mon père a toujours été un peu jaloux de ma relation avec Boruvo. Ce n'est pas pour cela que Boruvo a quitté le clan. Il avait une vocation, voyez-vous. Il pense que j'en ai une aussi et veut vraiment que je quitte le Gruul et rejoins Selesnya. Et parfois, cela me semble la bonne voie. Mais je suppose que je suis assez indécise quand il s'agit de... »

Le maître de lance Boruvo se racla la gorge et dit : « Filleule. »

« Je recommence à devenir incohérente, n'est-ce pas ? »

« C'est compréhensible. Mais je crois que nous avons des affaires à régler. » Il se tourna vers Maîtresse Kaya et Teyo, en déclarant : « Quiconque a le bon goût de remarquer notre Araithia mérite une chance d'être entendu. »

De nouveau, Mademoiselle Revane se pencha pour murmurer : « Qui est cette Araithia ? »





Je pouvais voir que Maîtresse Kaya était sur le point de lui dire que « Araithia », c'était moi, le Rat. Mais je lui souris et secouai la tête, et Maîtresse Kaya se tourna pour étudier Mademoiselle Revane. Elle me regardait et me regardait comme si je n'étais même pas là.

Et puis - boum – ça a finalement frappé Maîtresse Kaya. Elle se rendit soudain compte que j'étais pratiquement invisible pour Mademoiselle Revane. Je pouvais pratiquement voir Maîtresse Kaya se souvenir de toutes nos interactions récentes. (De plus, je pourrais plus ou moins lire l'essentiel de ses pensées.) Elle repensa à la réaction ou à la non-réaction de Maître Zarek – et à la façon dont tout le monde avait combiné mon nom et le nom de Teyo quand Teyo nous avait présentés tous les deux. Elle commençait à comprendre que j'étais un peu invisible pour tout le monde sauf Teyo, Boruvo et elle-même. Un peu invisible même pour mon propre père.

Je dis : « Ce n'est pas l'invisibilité exactement. Je t'expliquerai plus tard. »

C'était en quelque sorte un autre conseil. Maintenant, Maîtresse Kaya commençait à penser que j'étais un peu psychique, ce que je suis. Pas qu'elle soit sûre pour le moment. Elle était habituée aux mages de l'esprit comme Monsieur Beleren et ses ordres psychiques criant et ses illusions psychiques réalistes, et je pouvais dire qu'elle se demandait si ce dernier était ce que j'utilisais maintenant pour Mademoiselle Revane.

Bien sûr que je ne le faisais pas. Je ne le ferais jamais !

« Renvoie l'elfe, » dit Boruvo, attirant immédiatement toute l'attention de Maîtresse Kaya. Il regardait Mademoiselle Revane avec un profond mépris. « Congédie-la et je t'escorterai pour parler à Emmara Tandris. »

Maîtresse Kaya était sur le point de protester. Après tout, Mademoiselle Revane était censée être notre arme secrète pour gagner les faveurs de Madame Emmara.

Mais Mademoiselle Revane était déjà en train de reculer, semblant quelque peu soulagée. Elle dit : « Je n'ai jamais été très douée pour parler. Vous, allez avec le centaure. Je vais rejoindre Gideon. »

En quelques secondes, elle était partie.

Je me penchai en avant et murmurai : « C'était très impoli, parrain. »

« Mon enfant... »

« Très impoli. »

Il murmura : « Bien... Je suis désolé. »

« Tu es pardonné, » dis-je avec beaucoup de satisfaction.

Il grommela quelque chose d'autre d'inintelligible. Mais il ne pouvait pas non plus s'empêcher de sourire un peu.

Je n'ai pas exactement ce genre de pouvoir sur beaucoup de gens, vous savez ? Alors bien sûr, peut-être que parfois, j'abuse un peu. Pouvez-vous m'en blâmer ?

II


Alors que nous allions plus profondément dans le territoire de Selesnya, je vis les yeux de Teyo s'élargir progressivement. Je ne pense pas qu'il ait déjà vu quelque chose de semblable dans ce monde désertique d'où il venait. Ce Gobakhan. Tout sur Ravnica semblait l'étonner, ce qui était adorable.

Je pense que nous prenons parfois nos mondes pour acquis – jusqu'à ce que nous les voyions à travers les yeux de quelqu'un d'autre. Peut-être que je suis toujours Sans-Porte. Quand je vois Selesnya à travers les yeux de mon parrain, ou Gruul à travers les yeux de ma mère, ou quand je vois – je voyais – je voyais – Rakdos à travers les yeux de Hekara, il me semble toujours – semblait – nouveau, riche et merveilleux.

Quoi qu'il en soit, je montais toujours sur le dos de maître lancier Boruvo alors qu'il menait Maîtresse Kaya et Teyo à leur audience avec Madame Emmara. Les couloirs de marbre presque rougeoyant étaient bordés d'archers et de soldats, portant tous une armure décorée de manière à ressembler à des feuilles ou à des brins d'herbe. Beaucoup étaient des elfes. Tous baissèrent la tête en inclinant légèrement pour reconnaître leur maître lancier. Tous ont regardé Maître Kaya et Teyo avec le moindre soupçon de menace. Bien sûr, aucun d'entre eux ne m'a jeté un coup d'œil. Nous avons traversé une arche gardée par deux immenses loxodons tenant des haches. Encore une fois, les yeux de Teyo s'écarquillèrent.

Pas de loxodons sur Gobakhan, je suppose.

Les loxodons firent également un signe de tête à leur maître lancier, jetèrent un regard noir à Maîtresse Kaya et à Teyo et ne prêtèrent aucune attention au Rat.

Je pouvais dire que la lumière commençait juste à se lever pour Teyo quand Maîtresse Kaya remarqua le regard sur son visage et se pencha pour murmurer : « Seul le centaure, toi et moi pouvons voir le Rat. En quelque sorte, elle est invisible pour tout le monde. Même son père. »

Il n'était pas difficile de lire les sentiments de Teyo : cela n'a aucun sens et pourtant cela explique tout !

Il me fixait maintenant, alors je lui souris et glissai du dos de mon parrain pour me faufiler entre mes deux nouveaux amis. Je pensais qu'ils méritaient autant d'explications que possible : « Je ne suis pas invisible. Je suis insignifiante. Un rat. Un petit rat. Vous en voyez un, vous détournez le regard. Vous essayez de faire comme si vous ne l'aviez pas remarqué. vous essayez d'oublier jusqu'à ce que vous ne l'oubliiez. Votre esprit rejette sa présence. »

« Tu n'es pas insignifiante », protesta Maîtresse Kaya.

« C'est gentil de le dire, Maîtresse Kaya, mais je le suis. »

« C'est magique », dit Teyo.
« Je suppose, » répondis-je avec un haussement d'épaules et un sourire. Bien que peut-être je n'étais pas tout à fait arracher le sourire « La magie avec laquelle je suis née. Peu de gens peuvent me voir à moins de savoir que je suis là et de se concentrer. Mon père est doué pour ça, mais il doit savoir que je suis là pour le gérer. Avant aujourd'hui, il n'y avait que trois personnes. qui ont toujours pu me remarquer par eux-mêmes : ma mère, Boruvo et Hekara. »

Maîtresse Kaya hocha la tête. « C'est pour ça que tu étais si énervé quand je t'ai dit que Hekara était morte. »

Je secouai la tête avec force. « Non. Et bien, peut-être que ça en faisait partie. Mais surtout, j'étais contrariée parce que Hekara était méchante, cool et merveilleuse. Mais oui, je suppose que ça fait mal de savoir qu'il y a une personne de moins qui me remarquera. Bien sûr, je vous ai trouvés tous deux. »

Ils prirent chacun une de mes mains et m'ont donné des pincements rassurants.

À ce moment-là, nous franchîmes tous un tournant et rencontrâmes Madame Emmara Tandris face à la dryade Trostani, la maîtresse de la guilde de Selesnya en sommeil, avec ses trois identités symbiotiques issues d'une seule et même malle. Sa figure centrale, Maîtresse Cim, était endormie. Les deux autres se font face. À gauche, Maîtresse Oba pleurait à chaudes larmes. À droite, Maîtresse Ses croisait les bras avec colère.

Le maître lancier Boruvo s'inclina, ce qui était toujours intéressant à voir chez un centaure. Il dit : « Madame Tandris, vous connaissez le chef de guilde Kaya du syndicat Orzhov. Elle est accompagnée de son associé Teyo Verada et de ma filleule Araithia Shokta, toujours Sans-Porte. »

Milady Emmara plissait les yeux, scrutant la pièce pour moi. Elle dit : « Araithia est ici ? »

Je fis signe en souriant. « Ici, Madame ! »

Milady Emmara cligna des yeux deux fois et dit : « Une fois de plus, s'il vous plaît. »

« Je suis ici, juste entre Teyo et Mistress Kaya. »

Boruvo offrit également son aide. « Elle est entre les deux autres, Madame. »

« Ah, oui », dit Madame Emmara, rayonnant soudain de plaisir. « Oh, mon enfant, j'aimerais que ce ne soit pas si difficile. C'est une joie de voir ton visage et d'entendre ta voix. »

« Seulement parce que c'est la première fois. Faites-moi confiance, Madame, si vous me voyiez tous les jours, vous en seriez assez fatiguée. »

« J'en doute sincèrement. »

Je haussai de nouveau les épaules. « Je pourrais le prouver avec cinq minutes de conversation, Madame – mais ce n'est pas pour ça que nous sommes ici. »

Soupirant lourdement, elle devint sérieuse et tourna les yeux vers Maîtresse Kaya. « Je sais pourquoi tu es ici. »

« Emmara, s'il te plaît, » dit Kaya. « Nous devons unir les guildes. Ral a transmis un plan visant à sauver Ravnica, mais cela ne fonctionnera pas sans la coopération des dix guildes. »

« Et cela pourrait ne pas fonctionner même si les dix guildes coopèrent, n'est-ce pas ? »

Maîtresse Kaya ne répondit pas, mais son silence en disait long.

« Maîtresse de guilde Kaya, nous savons tous les deux que Ral Zarek et Niv-Mizzet aiment leurs plans, leurs stratégies, leurs stratagèmes. Jusqu'à présent, cela a toujours été un désastre sans faille pour les guildes, pour Ravnica et plus particulièrement pour Selesnya. »

« Mais cette fois – »

« Les Izzet ont toujours des noms pour leurs projets. Rien n'est réel pour eux s'ils ne le nomment pas, ne le définissent pas, ne lui donnent pas de limites. C'est pourquoi nous avons si peu en commun. Comment Ral appelle-t-il celui-ci ? »

Maîtresse Kaya hésita, semblant presque gênée. Mais ensuite elle se redressa et dit d'une voix claire : « Opération Désespoir. »

Madame Emmara gloussa presque. Elle sourit certainement en secouant la tête, comme ma mère me secouait la tête alors que j'étais particulièrement stupide.





Mais Maîtresse Kaya semblait prête pour cela. « Je sais à quoi ça ressemble, mais les temps désespérés appellent des mesures désespérées. Les Planeswalkers et les guildes doivent s'unir pour vaincre Bolas. »

« Je ne suis pas en désaccord, Kaya. »

« Eh bien – »

Madame Emmara l'interrompit à nouveau. J'étais habituée à cela. Elle avait une façon d'interrompre qui ne semblait pas impolie. Elle sembla glisser à l'intérieur, sa voix grandissant entre les mots de Maîtresse Kaya, comme des brins d'herbe poussaient entre les pavés. Elle dit : « Je suis désolée, mais rien ne ressemble à une unification au sein de Selesnya. La situation était déjà suffisamment mauvaise avant la perte de Vitu-Ghazi. Mais maintenant... »

Alors qu'elle s'éloignait, j'étais déjà en train de grimper jusqu'à mon parrain. Il se penchai pour moi et je lui murmurai à l'oreille.

Se redressant, le maître lancier se racla la gorge et dit : « Madame, ce sont les créatures de Bolas qui ont dévasté Vitu-Ghazi. »

« Oui, » dit Maîtresse Kaya, « exactement. Et ce ne serait pas le premier monde où Bolas a fait des ravages. Deux Arpenteurs – Vivien Reid de Skalla et Samut d'Amonkhet – rapportent que leurs deux mondes ont été complètement dévastés par Bolas. Skalla est complètement mort, et les quelques survivants d'Amonkhet luttent pour survivre, tandis que les monstres de Bolas continuent de ravager ce qui reste de leur maison. En fait, je suppose que les ennuis de mon monde pourraient également être l'œuvre de Bolas. Emmara. Le dragon est en train de transformer tout Ravnica – sinon tout le Multivers – en une tombe. »

Soudain, Maîtresse Cim se réveilla, enthousiaste.

Sa sœur se tourna vers elle, tout comme Madame Emmara avec un souffle coupé et Boruvo avec un salut faible.

Teyo avait l'air assez confus, alors je me glissai à côté de lui pour expliquer: « C'est la dryade Trostani, la vraie maîtresse de guilde de Selesnya, les voix de son parun... euh, vous savez, son fondateur, Mat'Selesnya. Maîtresse Cim, au centre, est la dryade d'Harmonie. Elle est endormie et ne réagit plus depuis des mois. Maintenant elle est réveillée. »

« Oui, » dit Teyo sans un soupçon de sarcasme, « J'ai eu ce dernier moment. »

« La dryade à gauche est Maîtresse Oba, la dryade de Vie. À droite, Mistress Ses, la dryade d'Ordre. Sans Mistress Cim, elles étaient en désaccord, divisées et incapables de prendre une décision concernant leur guilde. Madame Tandris a essayé de garder Selesnya ensemble pendant que Trostani était... euh, absente ? »

L'enthousiasme de Maîtresse Cim devint plus fort, culmina et s'éloigna. Tout le monde attendit avec impatience. Finalement, elle parla – ou c'était presque comme si elle parlait – ses mots tourbillonnant dans nos esprits, comme une brise qui se joue à travers les feuilles d'un arbre.

J'entendis la chanson qui joue dans le vent, sœurs. La dryade d'Harmonie s'est tournée vers la dryade de l'Ordre : Ses, l'Ordre de Bolas est l'Ordre du Tombeau. Tu as combattu avec ta sœur, mais elle est toujours ta sœur. Est-ce vraiment ton souhait de la voir mourir ? Pour voir toute la vie mourir ?

Avec cet encouragement, Maîtresse Oba a également fait appel à Maîtresse Ses. Il y a un grand ordre de vie. N'est-ce pas assez ?

Maîtresse Ses resta silencieuse pendant un moment. Elle détourna les yeux de ses soeurs. Elle leva les yeux au ciel. Elle avait l'air partout mais heureuse.

Mais finalement, Maîtresse Ses acquiesça: Trostani est à nouveau dans l'harmonie. Mat'Selesnya souhaite que le Conclave rejoigne les autres guildes pour vaincre Nicol Bolas.

Alors. Un réussi. Encore trois.

III


« Quelque chose a changé », dit Teyo.

« Oui, » dit Maîtresse Kaya, « Je le sens aussi. Ral a dû réussir à éteindre le Flambeau. »

« Les planeswalkers peuvent encore venir ? » demandai-je.

« Oui, mais ils ne seront pas attirés ici. Il n'y a plus aucune convocation à répondre. »

« Et c'est une bonne chose ? »

« Je pense que oui. Nous en avons assez pour vaincre le dragon. Ou assez pour mourir en essayant, en tout cas. »

J'ai donné un coup de poing à l'épaule de Maîtresse Kaya en disant : « Tu n'es pas un rayon de soleil ? »

Je ne sais pas ce à quoi je pensais! Vous ne frappez pas un maître de guilde !!

« Ow. »

Mortellement embarrassée, je me précipitai, criant : « Par ici. »

Elle me fit taire.

Je ne sais pas ce qui me prenait, mais je m'arrêtai et j'ai levé les yeux au ciel. « Personne d'autre ne m'entend. Personne d'autre ne veut. En plus, nous avons presque atteint Skarrg. Maintenant, quand nous y arriverons, vous devriez me laisser parler. »

« Je pensais qu'ils ne pouvaient pas t'entendre », dit Teyo. Puis il eut l'air effrayé, craignant de me blesser.

Il est si doux !

Quoi qu'il en soit, le simple fait d'avoir des gens avec qui parler de ma situation facilite les choses. Ça me rend un peu étourdie, je pense, avec tous les coups de poing et les yeux qui roulent et autres. Je dis : « La plupart ne le peuvent pas. Mais ma mère, Ari Shokta, le peut. Et mon père le peut s'il fait attention. Même chose avec Borborygmos. Il pense que je suis adorable, ce que je suis. Je suis un rat adorable ! » Je ris et le son résonna sur les murs incurvés du tunnel. J'étais étourdie. Je veux dire, regarde, je suis habituée à moi. Je dois être habituée à moi car presque toutes les heures de la journée, je suis tout ce que j'ai, tu vois ? Mais le fait que Teyo et Maîtresse Kaya puissent m'entendre rire et entendre son écho était une magie à part. Je ne pense pas avoir passé autant de temps avec quelqu'un qui pourrait me voir depuis que je suis toute petite fille avec ma mère. Même Hekara n'a jamais passé une journée entière avec moi comme ça.

Teyo me regardait. Je pense que je devais rougir un peu, car il rougit, probablement embarrassé pour moi, je suppose.

J'essayai de prétendre que je ne l'avais pas remarqué et je continuai. Nous traversions des tunnels d'égout, comme, bien, comme des rats ! Hah ! Il faisait sombre et humide et proche. Teyo, le bébé du désert, ruisselait de sueur. Je me sentais mal pour lui. Finalement, nous sommes arrivés au bout du long tunnel en briques. Je m'approchai de la porte en fer et me mis à genoux devant elle pour prendre rapidement la serrure.

Assez rapidement pour impressionner Maîtresse Kaya, qui déclara : « Tu es douée pour ça. Mieux que moi, et je suis en quelque sorte un expert. »

J'ai effectivement roulé mes yeux à nouveau !

Qu'est-ce qui ne va pas avec moi?!

« S'il te plaît, » dis-je, avec beaucoup trop d'attitude. « J'ai appris à faire ça à l'âge de six ans. Quand personne ne sait que vous existez, ils ne débloquent rien pour vous. » J'ouvris la porte et j'entendis immédiatement les bruits familiers des voix en colère et des armes qui s'affrontaient.

Je me précipitai dans un autre tunnel et Teyo et Maîtresse Kaya eurent du mal à suivre.

Ce dernier tunnel s'ouvrit bientôt sur Skarrg, le Territoire de Réunion, un immense terrain de jeu souterrain, les restes cratérisés d'un immense palais antique. Immédiatement, j'évaluai la situation et sus que j'avais besoin d'aide. Gan Shokta se battait avec le cyclope Borborygmos, avec trente ou quarante autres guerriers Gruul rassemblés pour regarder. De multiples haches ont volé vers nos têtes. Elles ont volé juste au-dessus de mon cuir chevelu.

Heureusement que je suis petite. Je n'ai même pas besoin de me baisser.

Teyo leva instinctivement un bouclier triangulaire et un autre hache en ressortit. Maîtresse Kaya s'est incorporée, et une troisième hache l'a traversée, s'enfonçant bien deux pouces dans le mur derrière. Voyant que mes nouveaux amis pouvaient prendre soin d'eux-mêmes pendant au moins un moment, je partis chez moi.

IV


« Ari ! » criai-je.

« S'il te plaît, Araithia, pas besoin de crier ! »

« Je pensais que les guerriers Gruul étaient supposés crier ! »

« Au combat. Pas chez leurs mères », dit-elle en me prenant les poignets avec force. Puis elle me tira vers elle et me serra dans ses bras. Ma mère a un vrai câlin d'ours, mais j'aime ça. « Tu restes loin trop longtemps, ma fille. Tu me manques, crois-le ou non. »

« Ou non ! » aboyai-je avant de rire.

Elle m'a encore saisi les poignets.

« Nous devons y aller, » dis-je. « Gan Shokta et Borborygmos s'entretuent. »

Elle feint un bâillement. « Encore ? »

« Oui, mais aujourd'hui, j'ai besoin d'eux pour écouter mes nouveaux amis. »

« Tu as de nouveaux amis, mon enfant ? » dit-elle avec un peu d'espoir en elle.

« Je — Oui. Deux. Mais Ari... Hekara est morte. »

« Je sais, Araithia. J'ai entendu. Je suis vraiment désolée. Elle pourrait tuer avec les meilleurs d'entre nous. Et elle était une bonne amie pour toi. Une amie digne de ce nom. »

Nous ne dîmes rien pendant un moment.

Puis j'attrapai sa main et le tirai après moi. « Allez, maman ! »

V


J'entendais les aboiements de colère de mon père résonner dans les tunnels alors que nous approchions de Skarrg : « Borborygmos a presque envie de te tuer ici et maintenant, Assassin-Fantôme. Il te tient, ainsi que le mage de la tempête, responsable de sa chute. »

« Je comprends, » dit soigneusement Maîtresse Kaya. Et plus précisément encore : « D'un autre côté, Teyo et moi avons contribué à vous sauver la vie. Et en plus, nous sommes des amis de votre— »

Avant même que Maîtresse Kaya puisse même mentionner mon nom, Gan Shokta aboya : « Je n'ai pas besoin de rappels de ma... échec momentané. Je vous dois la vie. Je le reconnais. Mais ne pense pas un instant que je suis plus heureux de te voir que le cyclope.Crois-moi, tu n'aurais pas pu venir à un pire moment. »

« Nous ne voulons pas plus être ici que vous ne le voulez ici. Mais il n'y a pas d'autre choix, Gan Shokta. Il n'y a pas d'autre choix, Borborygmos. Nous avons besoin de Gruul pour – »

À ce moment-là, nous étions à la chambre et Ari appela mon père avec un mélange d'exaltation et d'urgence : « Elle est là, Gan ! »

Gan Shokta se tourna : « Ici ? Où ? »

Ari s'est avancée avec ses bras enroulés autour de moi. Ma mère est considérablement plus grande et beaucoup plus musclée que moi. Donc, sa présence dépasse généralement la mienne, un câlin d'ours comme aucun câlin d'ours. Elle était également armée jusqu'aux dents, avec une épée et une hache, deux longs dagues et une chaîne de fer autour de la taille qui lui ressemblait, ce qui me creusait la colonne vertébrale. Mais nous avons les mêmes cheveux noirs et on me dit le même sourire. Elle répondit à mon père en disant : « Juste ici ! »

Tous les yeux autour du feu de joie se tournèrent vers Ari Shokta.

Gan Shokta plissa les yeux. Il dit : « Appelle, ma fille ! »

« Je suis là, mon père, » dis-je.

« Elle est ici dans mes bras, Gan », déclara sa femme.

Puis Gan Shokta sourit : « Je la vois. »

Borborygmos grogna sa propre reconnaissance, et quelques autres dans la foule hochèrent également la tête, bien que la plupart firent semblant de me voir pour impressionner.





Je m'adressai à mon père et aux cyclopes avec toutes les formalités requises par l'occasion : « Grand Borborygmos. Légendaire Gan Shokta. Vous devez unir les clans et aider les autres guildes. Ou ce sera la fin de tous. »

Gan Shokta gronda sa réponse, désignant Borborygmos : « C'est ce que je lui ai dit. Mais l'imbécile ne veut rien entendre. »

Borborygmos se dirigea vers moi et tendit sa main énorme. Je m'échappai des bras de ma mère pour m'attacher à son étreinte, qui s'est refermée sur moi, m'éclipsant presque.

Je vis Teyo faire un pas involontaire en avant, inutilement protecteur.

Est-ce étrange que cela me rende heureuse ? Je veux dire que je n'ai pas besoin de protection. Pas de Borborygmos de toute façon. Vraiment, pas de quoi que ce soit. Encore...

Maîtresse Kaya posa une main sur l'épaule de Teyo et murmura quelque chose pour l'arrêter.

Le cyclope me souleva pour que je puisse chuchoter directement dans son énorme oreille (un peu cireuse). Je dis : « C'est vraiment important. Les Gruul, tous de Ravnica, dépendent de vous. »

Il secoua violemment la tête.

Je pris mes mains en coupe et murmurai à nouveau. Puis j'ai embrassé sa joue.

Il rougit un peu, et je savais que j'avais adouci le vieux...

Deux réussis. Encore deux.

VI


« S'il te plaît, » dit Maître Zarek. « Assez. » Il nous avait rattrapés tous les trois et nous étions tous entrés ensemble à Korozda. « Je viens de passer soixante-six minutes à éteindre le Flambeau. Je suis fatigué et je n'ai pas de patience pour tes jeux. Ou ton amie imaginaire. »

« Ce n'est pas un jeu », répliqua Maîtresse Kaya. « Rat n'est pas imaginaire, et à propos, ouvre ton satané esprit, Ral. Je penserais que tu n'as jamais rencontré un sort d'invisibilité auparavant. »

« Et bien, si elle utilise un sort d'invisibilité, dis-lui de cesser de l'utiliser. »

« Ce n'est pas si simple avec elle. C'est... inné. Elle ne peut pas l'allumer et l'éteindre. »

Je dis : « Cela ne fonctionnera probablement pas, mais... » Je regardais Maître Zarek, alors que Teyo et Maîtresse Kaya m'écoutaient. Il pensait toujours qu'ils le taquinaient, je suppose, et il leva les yeux au ciel à leur pathétique « farce ».

« Ça vaut le coup d'essayer », dit Maîtresse Kaya, puis, sans prévenir, elle prit sa forme fantomatique, ce qui, je suppose, était terriblement déconcertant.

« Merde, Kaya, qu'est-ce que tu— »

De derrière, la maîtresse Kaya saisit littéralement son visage entre ses deux mains une fois de plus solidifiées et la pointa... moi.

Je saluai et dit : « Salut. »

Sa bouche était grande ouverte et son esprit avait dit quelque chose dans le sens de D'où vient-elle?

« Je venais des clans Gruul, au début. Mais je suis Sans-Porte, au cas où vous vous le demanderiez. Mon nom est Araithia Shokta, mais vous pouvez m'appeler Rat. Tout le monde le fait. Pas tout le monde. Pas mes parents ou mon parrain, mais Hekara m'a appelé Rat. Elle me manque. Je parie qu'elle vous manque aussi. Je sais que vous avez prétendu ne pas vous soucier d'elle, mais je sais aussi que votre amitié avait une valeur. Elle était une amie si fidèle, et si drôle. Elle m'a fait rire et rire et rire. Peu de gens le font avec moi. Pas exprès, en tout cas. »

Il devait se concentrer pour me voir et m'entendre, ce qui signifiait qu'il pouvait me perdre de vue à tout moment, ce qui pourrait expliquer pourquoi je courais sur mon chemin.

Sauf que nous savons mieux, n'est-ce pas ?

« Ne sois pas offensé. Hekara demandait, et j'aurais fait n'importe quoi pour elle. Absolument n'importe quoi. Elle savait que tu ne me remarquerais pas. Je veux dire, je pense qu'au début elle espérait que tu le ferais, mais c'était assez clair assez rapidement. Et puis, le maître de guilde Rakdos lui avait dit de rester avec toi, et tu l'avais abandonnée. Elle a donc dû demander mon aide, vraiment. C'est un peu de ta faute. Alors je t'ai suivi, à peu près partout où tu allais... »

Je regardai derrière elle vers la maîtresse Kaya et lui dis : « C'est pour ça que je suis surprise que tu ne m'aies pas remarqué. »

Elle laissa aller Maître Zarek et se dirigea vers moi en disant : « La première fois que je t'ai vue aujourd'hui, je pensais que tu semblais vaguement familière, comme si je t'avais vue en ville. Mais je suis une étrangère ici, alors je vois beaucoup d'habitants qui ne s'enregistrent pas complètement, tant qu'ils ne constituent pas une menace. »

« Et il n'y avait aucun moyen de savoir que tu n'étais pas censée pouvoir me voir, donc tu n'en as jamais parlé. Ou même dit bonjour ! »

« Oui, eh bien, je suis désolé pour ça. »

« Oui, eh bien, je te pardonne, » dis-je, imitant sa cadence plutôt sassement et prenant ses mains.

Essayant de se rattraper, Maître Zarek intervint : « Alors tu me suis depuis que j'ai rencontré Hekara ? »

« De temps en temps. Elle n'avait pas besoin de mes services quand elle était avec toi. Mais j'ai essayé de rester dans les environs, ainsi je pourrais reprendre ton chemin et te signaler si et quand tu l'as envoyée faire ses valises. »

Maîtresse Kaya eut un petit sourire narquois alors que Maître Zarek analysait toutes les réactions quant à ce que je lui disais. Cela lui fait perdre la concentration et à nouveau il me perdit de vue.

Teyo remarqua sa confusion et souffla : « Elle est toujours juste à côté de Kaya. »

Maître Zarek se concentra – et j'étais à nouveau là ! Il dit : « Je suppose que je suis désolé de ne pas pouvoir te voir. »

« J'y suis habituée. Et vraiment, je suis un peu impressionnée par ce que tu fais maintenant. Ma mère dit qu'il a fallu à mon père trois mois après ma naissance pour maîtriser sa concentration. Tu l'as bien remarqué beaucoup instantanément. Tu es plus ouvert à de nouvelles choses que tu ne le penses. »

« Je pense que je suis très ouvert à de nouvelles choses. »

« Non, tu ne l'es pas. Tu veux l'être. Mais tu ne crois pas que tu l'es. Mais tu l'es. N'est-ce pas étrange ? »

Maître Zarek sembla remarquer alors que sa bouche était grande ouverte, alors il la referma.

Maîtresse Kaya souriait toujours quand elle dit : « Il n'y a pas de temps pour rester. Nous devons avancer. »

Elle nous conduisit tous les trois plus profondément dans Korozda, le labyrinthe de la décomposition, ce qui signifiait par définition que nous tournions en rond. Cercles concentriques menant de plus en plus profondément dans le territoire de l'Essaim Golgari. Je laissai les deux maîtres de guilde diriger, bien que je fusse prête à corriger leur trajectoire s'ils prenaient un mauvais tournant. J'avais exploré ses haies fongiques en décomposition de nombreuses fois et j'avais déjà résolu son puzzle depuis longtemps.

Nous – ou plutôt les trois, comme personne ne me remarquait bien sûr – avons déjà été admis à Korozda en passant sous la forteresse de Pevnar, le donjon à l'envers, un château renversé dont les fondations sont fixées au plafond. Maître Zarek avait été préparé à l'opposition des Krunstraz qui garnissaient le donjon. Mais les guerriers kraul ressemblant à des insectes nous regardèrent simplement (ou, vous savez, les trois) entrer dans le labyrinthe.





Alors que nous nous approchions du centre, il était clair que non seulement nous n'avions rencontré aucune opposition, mais nous n'avions rencontré personne du tout. Ce qui voulait dire que nous (ils) étions attendus. Ou peut-être que nous (ils) marchions dans un piège. Ou, vous savez, peut-être les deux.

Nous parcourûmes tous les arrières pour rechercher des signes d'embuscade. J'ai regardé Maître Zarek vérifier l'accumulateur qu'il portait sur le dos. Je me penchai et regardai la jauge. C'était quelques degrés au-delà de la capacité maximale. Vider le Flambeau a sûrement signifié aspirer beaucoup d'énergie.

Il accéléra, dépassant Kaya pour entrer dans le grand amphithéâtre circulaire, avec ses nombreuses rangées de sièges en pierre, le tout recouvert d'une mousse douce et moelleuse.

La liche de Vraska, une sorcière morte-vivante Golgari, attendait pour nous accueillir : « Salutations, Maître de guilde Zarek. Salutations, Maître de guilde Kaya. L'essaim de Golgari vous souhaite la bienvenue à Svogthos. » Sa voix ressemblait à des feuilles mortes soufflées dans une tombe.

Je pouvais dire que Maître Zarek ne pouvait pas se souvenir du nom de la liche, alors je me glissai jusqu'à lui et je murmurai : « Storrev. »

Il sourit d'un mince sourire et je l'entendis distinctement penser : Merci, Rat.

« Pas nécessaire. »

Avec quelque formalité, il dit : « Nous apprécions le salut, Storrev. » La liche avait l'air légèrement surpries et peut-être un peu flattée que Maître Zarek la connaisse par son nom. Et encore une fois, il émit une pensée claire – et cette fois, peut-être un peu moins à contrecœur – Merci, Rat.

Je riai un peu.

« C'est une période de crise », déclara Maîtresse Kaya. « Nous sommes venus rencontrer Mazirek. » Monsieur Mazirek, dirigeant kraul, était le bras droit de Maîtresse Vraska – et le candidat le plus susceptible de l'avoir remplacée en tant que chef de guilde Golgari.

Madame Storrev soupira, acquiesça et dit : « Suivez-moi. »

Nous traversâmes l'amphithéâtre et suivîmes la liche pour nous rendre à Svogthos, la salle de réunion souterraine du Golgari. Jadis une grande cathédrale d'Orzhov, voûtée et magnifique, elle était tombée dans un gouffre il y a quelques siècles. Les Orzhov l'avaient abandonnée. Les Golgari avaient revendiqué sa ruine comme étant la leur.

Madame Storrev nous a conduits dans une chambre caverneuse appelée Statuaire. Une chaussée en pierre surélevée traversait le centre, avec des statues alignées de chaque côté. Sauf que les statues n'étaient pas vraiment des statues. C'étaient des victimes. Victimes de la maîtresse Vraska. Comme Maîtresse Isperia, chacune était figée dans la pierre. Mais contrairement à Isperia, dont l'expression finale était une douce surprise, chacun de ces trophées avait été capturé sous un dernier regard terrorisé, mains levées trop tard pour les protéger du regard mystérieux et meurtrier de la gorgone.

Un certain nombre de personnes étaient rassemblé au fond du pont autour du trône de pierre gigantesque de Maîtresse Vraska, ou plutôt de la Reine Vraska. Il était intéressant de noter qu'aucun de ces Golgari n'était réellement assis sur le trône. Est-ce parce que personne n'avait encore pris la place de la Reine Vraska en tant que chef de guilde ? Ou était-ce parce que le trône était un peu effrayant, puisqu'il consistait entièrement en un plus grand nombre d'ennemis morts de la reine, entrelacés et posés avant d'être définitivement pétrifiés sur place.

Au fur et à mesure que nous nous approchions, je pouvais voir que Monsieur Mazirek n'était pas parmi les gros joueurs de Golgari réunis.

Madame Storrev fit une petite révérence et Maître Zarek, Maîtresse Kaya et Teyo (mais pas moi, bien sûr) firent connaissance avec le guerrier kraul Krunstraz Azdomas, le leader devkarin Matka Izoni, le troll Varolz et le shamane elfe Cevraya.

« Mazirek ? » demanda Maître Zarek.

Monsieur Azdomas émit une série de cliquetis dans la gorge avant de parler. Il y avait une sombre colère dans le déclic et dans sa voix : « Mazirek était un autre collaborateur de Bolas, révélé par la reine Vraska avant son départ. »

« Vraska l'a révélé ? »

« Oui », a dit Mme Storrev, dans sa voix de feuilles, « Vraska a libéré les Naguères et nous a donné notre bourreau Mazirek. »

« Il a payé le prix ultime pour avoir trahi l'Essaim », ajouta Mister Azdomas avec finalité.

Maîtresse Kaya jeta un coup d'œil de Monsieur Azdomas à Madame Storrev à Matka Izoni à Mademoiselle Cevraya, puis à la rencontre du grand troll à la peau fongique, Monsieur Varolz. L'assassin fantôme semblait prendre les mesures de chacun – et jauger exactement ce qu'il faudrait faire pour les abattre si nécessaire. « Si je pouvais demander... Qui est votre nouveau maître de guilde ? C'est à qui nous sommes venus s'adresser. »

Ils échangèrent tous un regard dangereux révélant la réponse avant même que Mme Storrev ne déclare : « Chacun de ces individus – à l'exception de moi-même – a le droit de réclamer le trône de Vraska. »

« Vraska vient réclamer le trône de Vraska. »

Nous nous sommes tous retournés à temps pour voir une silhouette émerger, s'effacer – la marche en plongée, je suppose – à partir d'une silhouette.

C'était la reine Vraska elle-même.

Alors qu'elle se concentrait, Maître Zarek se souvint de lever la main devant ses propres yeux. Maîtresse Kaya a fait la même chose. J'ai levé la main de Teyo, moi-même. J'aimais bien la reine Vraska, mais j'aimais davantage Teyo – et je ne voulais pas qu'il orne la statuaire.

Une main toujours levée, Maître Zarek activa son accumulateur. Maîtresse Kaya a tiré un de ses longs couteaux. Tous deux étaient prêts à affronter la gorgone qui les avait trahis.

La Reine Vraska les ignora tous les deux et s'adressant aux Golgari : « Quelqu'un a-t-il contesté mon droit à ce trône ? »

Madame Storrev, Monsieur Azdomas, Monsieur Varolz et Mademoiselle Cevraya s'inclinèrent immédiatement en disant à l'unisson : « Non, ma reine. » Matka Izoni ne semblait pas très satisfaite, mais elle s'inclina et émit le même salut, à peine une demi-seconde plus tard que les autres Golgari.

Maître Zarek risqua un coup d'œil vers la reine Vraska et vit ce que je vis. Ses yeux ne brillaient pas, ce qui voulait dire qu'elle n'avait pas fait appel à la magie pour transformer quiconque en pierre. C'était un léger soulagement, mais nous savions tous les deux qu'elle pouvait faire appel à ce pouvoir rapidement. Et elle avait aussi d'autres compétences, d'autres armes. Par exemple, le coutelas suspendu à sa ceinture.

« Tu as l'air ridicule », lui dit Maître Zarek, essayant de remplacer un certain ton d'amertume par quelque chose qui ressemblait à du mépris. « Qu'est-ce que tu es censée être, un pirate ? »

Wow, une reine des pirates ! Cela sonnait vraiment vif !

Elle continua de l'ignorer, passant devant lui pour s'asseoir dans son spectacle d'horreur sur un trône.

« Je suis surprise que tu sois retournée à Ravnica », dit Maîtresse Kaya, « choquée, vraiment... »

« Consterné », corrigea Maître Zarek.

« Surtout après que le Beacon ait été éteint ? » demanda Reine Vraska , comme si elle essayait d'obtenir une montée de ses anciens amis, ses anciens alliés.

Maître Zarek était chargé et prêt à se battre. La statique craqua dans ses cheveux hérissés. « Alors qu'était-ce ? » grogna-t-il. « As-tu supposé que Bolas avait déjà été vaincu – ou qu'il avait déjà triomphé ? »

VII


La Reine Vraska nous fit traverser les tunnels de Golgari, sachant bien que ses deux anciens amis, Maître Zarek et Maîtresse Kaya, étaient juste derrière elle, chargés et prêts à la faire revenir, l'autre tirés à la main et prêts à la brouiller.

Maître Zarek siffla pratiquement au dos de la reine Golgari : « Tourne-toi pour me regarder, et je n'hésiterai pas. »

Cela ressemblait à une situation assez intolérable, alors je glissai vers Maîtresse Kaya et lui murmurai : « Hekara a vraiment aimé Mistress Vraska au fond, vous savez ? Peut-être devrions-nous lui donner le bénéfice du doute ? Je veux dire, pourquoi pensez-vous qu'elle est revenue ? »


Maîtresse Kaya dit : « Je ne sais pas. Je vais demander. »

« Demander quoi ? » gronda la Reine Vraska par-dessus son épaule.

« Mon ami Rat veut savoir pourquoi tu es revenue. Elle est encline à te faire confiance parce qu'Hekara te considérait comme une amie. Encore une fois, j'étais encline à te faire confiance moi aussi... »

Formuler cela de la sorte ne nous apporterait probablement aucune réponse utile et, bien sûr, la reine Vraska a ignoré la question et les jugements. Ou du moins elle a essayé de. Je me suis précipité pour lire son visage et peut-être avoir une idée générale de ses pensées. Elle était définitivement en conflit, mais je me sentais certaine qu'elle était déterminée à aider. . . aidez-nous, aidez Ravnica, et aidez certainement les Golgari.

Après son arrivée, Monsieur Azdomas l'avait rapidement informée de la situation actuelle de Ravnica. Je pouvais alors dire qu'elle n'avait aucune connaissance préalable de la crise, ni de quoi être surprise. Oh, à l'exception de la partie selon laquelle Monsieur Beleren aurait perdu les pouvoirs de Pacte des Guildes vivant. Cela sembla la prendre au dépourvu et me révéla, au moins pour moi, que ses sentiments compliqués pour elle étaient réciproques.

Monsieur Azdomas avait également rapporté que Golgari, Sans-Portes et d'autres civils étaient emprisonnés dans diverses poches de la ville, à la merci des Éternels du dragon.

La Reine Vraska avait fait une offre d'aide que Maître Zarek avait immédiatement rejetée. Maîtresse Kaya avait également commencé à le rejeter. Mais je m'interposai un peu en disant : « Nous avons besoin des Golgari ; elle dirige les Golgari, nous n'avons donc pas beaucoup d'options. »

« Nous ne pouvons pas lui faire confiance. »

« Et pourtant, nous avons toujours besoin d'elle. »

« Tu n'étais pas là. Tu ne sais pas. Si elle n'était pas... »

« Je sais. Je sais. Crois-moi, je sais. »

« Alors comment puis-je— »

« Vous la testez, je suppose. Donnez-lui la chance de prouver qu'on peut lui faire confiance. Ou de prouver qu'on ne le peut pas. »

Puis Maîtresse Kaya soupira lourdement et se tourna vers la reine Vraska pour accepter son aide. Et quand Maître Zarek s'y opposa de nouveau, Kaya le força à accepter aussi à contrecœur.

Alors maintenant, ces trois maîtres de guilde, ainsi que moi, Teyo, Monsieur Azdomas et Madame Storrev, marchaient à travers les voies navigables souterraines et les égouts de Ravnica pour une mission de sauvetage.

La Reine Vraska s'arrêta sous une énorme grille de fer. Elle fit un geste d'une main, faisant attention à ne pas regarder en arrière, car même son regard le plus anodin pourrait déclencher une frappe préventive de Maître Zarek.

Monsieur Azdomas s'approha et retira la grille. Le grattage du fer contre la pierre résonnait dans les tunnels.

Une voix d'en haut rugit : « Qui va là ? »

Maître Zarek, oubliant brièvement sa méfiance à l'égard de la reine, s'avança en disant : « Est-ce Crinièredor ? » dans un murmure assez fort.

Effectivement, Monsieur Crinièredor a baissé la tête. « Zarek ? » Le léonin avait immédiatement repéré le chef de la guilde Izzet et parla avec une certaine urgence : « J'ai conduit certains des autres Planeswalkers à aider à évacuer des civils. Mais les Éternels ont eu l'avantage sur nous. Six ou sept récoltes. Nous sommes coincés à l'intérieur de cette ancienne chapelle depuis plus d'une heure. Le bâtiment est complètement encerclé. Ils sont attirés par nos Étincelles et ne veulent pas partir. Nous avons gardé le Horde de l'effroi à distance, mais c'est une bataille perdue d'avance. Khazi a été récolté lorsqu'un Éternel lui a donné un coup de poing à travers le mur et l'a saisi par le poignet. »

La Reine Vraska s'approcha de Maître Zarek et dit : « C'est le moyen de sortir. »

Monsieur Goldmane la regarda de son œil vif et dit : « Tu dois être Vraska. Jace espérait que tu viendrais. Il croit en toi. »

La reine Vraska fronça les sourcils mais dit : « Faites venir tout le monde. Golgari les protégera. Vous avez ma parole. »





Maître Zarek se moqua bruyamment mais parvint à ne rien dire.

Sans bruit, le visage de Monsieur Crinièredor disparut de l'ouverture. Une minute passa. Puis deux. La Reine et Maître Zarek échangèrent un regard confus. J'étais sur le point de grimper et de voir si je pouvais aider, quand Monsieur Crinièredor tomba. Il s'approcha de la gorgone sans crainte et déclara : « Nous n'avons pas été présentés. Je suis Ajani Crinièredor des Sentinelles. » Il tendit la main.

Elle saisit son avant-bras épais et velu, et il saisit celui qui était lisse. Elle dit : « Bienvenue sur le territoire de Golgari, Ajani Crinièredor. Vous êtes en sécurité ici. »

Il acquiesça en souriant. Puis il se retourna vers le plafond du tunnel et dit : « Commencez à les baisser. »

Un par un, des Ravnicans – des enfants pour la plupart – descendirent dans les bras de Monsieur Crinièredor, de Monsieur Azdomas, de Maîtresse Kaya, de Teyo et de la Reine Vraska. Je voulais aussi aider, bien sûr, mais j'aurais pu rester là toute la journée et personne ne m'aurait confié un enfant. Alors j'ai juste essayé de rester à l'écart, vous savez ?

Méfiant, Maître Zarek, se mit également en arrière. On donna à la reine Vraska une jeune fille elfique de cinq ou six ans qui s'enfouit dans la poitrine de la gorgone, soulevant de grands sanglots de peur et de chagrin. La Reine avait l'air frappée. Mais elle a serré la fille.

Il y avait un bruit d'en haut. Une voix cria : « Ils ont brisé les portes ! »

Le dernier des Ravnicans descendit et ils furent suivis par deux des Planeswalkers que j'avais vus au sommet. Monsieur Crinièredor les présenta rapidement comme étant Mademoiselle Mu Yanling et Monsieur Jiang Yanggu. Ce dernier rappela : « Mowu, viens ! »

Un petit chien a sauté dans les bras de Monsieur Jiang. C'était un chien beaucoup plus petit que celui que j'avais vu au Sénat.

A-t-il apporté deux chiens ?

Monsieur Jiang posa le chien sur le sol du tunnel et il grandit, devenant un chien à trois queues, aussi grand que son maître, que j'avais vu auparavant.

Mercredi, je veux aussi un chien magique !

Monsieur Goldmane dit: « Où est Huatli ? »

« Ici ! » appela Mademoiselle Huatli alors qu'elle se laissait tomber. « Je suis la dernière, mais ils sont juste derrière moi ! » Comme pour prouver qu'elle avait raison, une main et un bras recouverts de lazotèpe descendirent d'en haut, balayant l'air et manquant tout simplement Mademoiselle Huatli.

La main disparut dans les ténèbres et fut remplacée par la tête de trois Éternels. Ils commencèrent à descendre, retardés seulement parce qu'aucun d'entre eux n'a attendu l'un des deux autres.

Ce délai donna à la Reine Vraska le temps dont elle avait besoin. Elle appela son pouvoir – je l'ai regardé s'accumuler derrière ses yeux – qu'elle avait gardé concentré sur le plafond pour éviter de déclencher la colère de Maître Zarek. La gorgone rapprocha l'enfant elfe en pleurs de sa poitrine et couvrit les yeux de la fille d'une main. Puis, alors que les trois zombies remplissaient l'ouverture, la reine Vraska croisa le regard de chacun d'eux, les transformant tous les trois en pierre. Le son de leur calcification était assez satisfaisant et le résultat était qu'elle avait non seulement empêché les poursuivants de Mademoiselle Huatli d'attaquer, mais avait également scellé le trou et le seul chemin que les Éternels descendaient de la chapelle ci-dessus.

Madame Storrev s'approcha de sa reine et lui murmura à l'oreille. Elle écoutai et se tourna vers Maître Zarek, qui fit un pas en arrière, mais n'essaya de l'électrocuter (ce qui semblait être un bon signe pour moi). Peut-être était-ce dû au fait que ses yeux ne brillaient plus, ce qui voulait dire qu'elle n'était plus une menace immédiate. Ou peut-être était-ce parce qu'elle tenait toujours la petite fille elfe qui pleurait doucement dans ses bras. Ou peut-être — juste peut-être — c'était parce qu'elle avait commencé à regagner un peu de la confiance perdue qu'ils partageaient autrefois.

Elle dit « Partout dans la ville, les Golgari ouvrent des voies de sécurité pour tous les Ravnicans qu'ils peuvent trouver. Nous combattons l'armée de Bolas et préservons la vie. » Et puis, avec un sarcasme éclatant, elle ajouta : « De rien. »

Maître Zarek ne dit rien.

J'ai pensé, trois réussis. Plus qu'un.

Maîtresse Kaya dit : « Bien. Maintenant, il y a une dernière chose que nous devons faire... »

Résumé



Spoiler: Montrer
I – Les Planeswalkers partent en trombe accomplir leurs missions. La troupe composée de Kaya, Teyo et Rat se vit complétée par Nissa, car Jace pensait que sa présence permettrait d'établir un bon contact avec Emmara. Leur mission : obtenir l'aide de quatre des guildes manquantes, à savoir Selesnya, Gruul, Golgari et Rakdos.

Traversant des passages inconnus des Éternels, ils ne rencontrent qu'une moisson de trois guerriers, que Nissa élimine en faisant passer les branches d'un bouleau à travers leur crâne. Nissa est de ceux qui ne remarquent pas Rat ; tant pis, elle a l'habitude. Arrivés devant le territoire selesnyan, ils se trouvent face à une ligne impénétrable de Ledevs et de sagittars.

Impénétrable ? Rat est invisible pour eux, et elle passe donc sans problème afin de retrouver son parrain, un centaure anciennement gruul du nom de Boruvo. Elle revient donc à ses côtés, et il les mène jusqu'Emmara, à la seule condition que Nissa parte – par sa faute, l'Arbre-Monde est détruit ! Cela est certes impoli, mais elle accepte sans broncher.

II – Ils obtiennent donc une audience d'Emmara, qui se trouve aux côtés de Trostani, dont la tête centrale est endormie depuis des mois, provoquant une discorde irrémédiable entre les deux sœurs. Bien que l'elfe considère avec gravité la situation, elle refuse tout d'abord de fournir son aide à Ral – les Izzet ont toujours causé beaucoup de soucis à Ravnica, et Selesnya.

Mais, bien qu'elle finisse par comprendre qu'il s'agit là de la solution, elle ne peut agir sans l'approbation de Trostani. C'est à cet instant que la troisième sœur s'éveille, rétablissant la paix entre les deux autres, et permettant par la même occasion que Selesnya donne son aide à l'Opération Désespoir, dont Emmara s'était ri du nom.

III – Ensuite, ils se rendent sur Skarrg, où Borborygmos et Gan Shokta luttent sous le regard du public. A leur arrivée, des haches sont lancées avec brutalité en direction de leurs têtes, mais Teyo a son bouclier, Kaya sa forme fantomatique et... eh bien, personne ne voit Rat. Elle profite de l'entrevue entre les chefs de guilde pour s'éclipser chez elle.

IV – Elle retrouve donc avec émotion sa mère, qui la serre dans ses bras avec une force d'ours et lui fait part de son amour pour elle, avant qu'elles ne repartent vers le lieu du débat.

V – Gan Shokta, porte-parole de Borborygmos, explique que le cyclope hésite à tuer Kaya sur-le-champ, puisque c'est de sa faute en partie si ce dernier n'est plus chef de sa guilde. Elle tente de se défendre, en rappelant qu'elle lui a sauvé la vie, mais rien n'y fait : Gan est entêté comme son maître de guilde.

Cependant, il finit par remarquer sa fille après de nombreux efforts, et conclut que s'ils peuvent la voir, c'est que ce sont de bonnes personnes. Borborygmos n'est quant à lui pas convaincu, mais il a toujours trouvé cette petite mignonne, et la prend dans ses mains. Elle lui chuchote à l'oreille qu'il doit leur faire confiance, et finit son argumentaire par un bisou le faisant rougir.

Borborygmos a malgré tout le cœur tendre : et il fournira donc son aide au plan de Ral.

VI – Le groupe est rejoint par Ral, qui a réussi à désactiver le Flambeau. Il en a assez que Kaya parle de son amie imaginaire, cette « Rat », et trouve la blague de mauvais goût en de telles circonstances. Elle finit cependant par lui faire remarquer son existence, et Rat explique ensuite la situation, et aussi l'espionnage dont il a été victime...

Ils descendent ensuite dans le labyrinthe de la Citerraine, dans l'objectif de rencontrer Mazirek, le kraul devant assurer l'intendance en l'absence de la traîtresse Vraska. Accueillis par Storrev qui les mène devant le trône, ils le trouvent vacant, personne n'ayant osé prendre la place de Vraska, et Mazirek ayant été tué pour sa trahison.

Vraska fait irruption alors qu'ils demandent si quelqu'un a contesté son autorité, et Ral prépare directement son accumulateur, prêt à l'électrocuter sans remords aucun. Elle semble n'avoir pas de volonté belliqueuse à leur encontre, et ils lui demandent avec amertume si elle pensait que Bolas avait déjà vaincu – ou été vaincu.

VII – Ral est toujours sur ses gardes tandis qu'ils la suivent, Kaya l'est aussi par précaution, mais Rat espère bien qu'ils vont réussir à s'entendre. Elle essaye de convaincre Ral au nom du bénéfice du doute, ce qui ne fonctionne pas, avant qu'elle ne lui rappelle qu'il faut l'aide des dix guildes pour mener à bien son plan – et qu'elle en dirige une.

Il reste donc prudent, mais accepte de lui faire confiance. Ils retrouvent Ajani et d'autres, enfermés depuis une heure dans une cathédrale avec des civils tandis que la Horde les encercle. Ils les évacuent donc dans la Citerraine, au bon moment puisque les Éternels commencent à arriver. Mu Yanling, Jiang Yanggu, Huatli et des habitants y descendent.

Les Éternels arrivent alors, et Vraska en pétrifie trois, disposés de manière à ce qu'ils bloquent l'accès des suivants. Elle annonce que les Golgari ouvrent de telles trappes dans toute la ville, afin de sauver un nombre optimal de civils et de les accueillir dans la Citerraine tant que les Éternels constituent une menace pour Ravnica.



Ajouter une louange


Vous devez vous identifier pour participer.

Appréciation

Contenus relatifs

Sondage

Qui aurait dû faire partie du casting des planeswalkers du Trône d'Eldraine ?

Résultats
(déjà 236 votes)