L'Allégeance de Ravnica : partie 5

Articles
par Drark Onogard, le , 1741 consultations , 1

  L'univers de Magic / Blanc / Bleu / Ravnica Allegiance



Au cours des cinq prochains épisodes, nous n'aurons pas affaire à la Grande Histoire, aux Planeswalkers surpuissants qui changent la nature même des choses et entreprennent une guerre acharnée sur le plan de Ravnica. Non. Nous parlerons des Ravnicans qui, tandis qu'un machiavélique dragon manigance on ne sait trop quoi dans l'ombre, ne reçoivent peut-être pas l'attention qu'ils méritent.

Pour cette fois-ci, je vais tenter de traduire intégralement le texte. C'est hasardeux, un peu trop littéral ; mais au moins a-t-elle le mérite d'exister. Il peut s'y glisser des fautes dues à la fatigue ou l'inattention, que vous pouvez me signaler sait-on jamais. J'en fais tout de même un résumé en fin d'article pour ceux qui n'auraient pas le courage de tout lire.

Oui, encore une fois. Bah il fallait bien faire les 10 guildes. C'est Azorius, mais il y a quand même la mention Parents, please note this story contains content that may be unsuitable for younger readers.. A vos risques et périls, c'est pas les miens.

L'Ascension de Reza



Esprit tranquille, pas tranquille.

Je monte l'escalier qui mène à la Bibliothèque des Anciennes Lois. J'ai pratiquement mémorisé le parcours à présent : cent douze pas sur la Promenade de Bérité, deux cent douze pas pour atteindre le Pavillon de Justice, quatre-vingt sept pas à travers les stoïques Halles de la Raison. Et maintenant, il ne me reste que 33 pas à effectuer, à travers les brumes des Cascades de la Justice. Des gouttelettes d'eau jaillissent de ma robe lorsque la cascade de quinze étages se transforme en vapeur juste avant d'atteindre le rez-de-chaussée du complexe de la Colonne Jelenn. Si je baissais les yeux, je verrais des centaines de bureaucrates et de législateurs d'Azorius traverser l'atrium en rangs ordonnés, mais je n'ose pas regarder. C'est le moyen le plus sûr de perdre pied, et sans mains libres pour me stabiliser si je trébuche...

Esprit tranquille, pas tranquille. Esprit tranquille, pas tranquille.

L'arcade tentaculaire de la bibliothèque de droit me salue enfin et j'exhale le soupir de soulagement le plus doux pour être sur un terrain plat. Je suis immédiatement enveloppé par l'arôme de livres de lois poussiéreux, trésors d'ordre et de justice liés au cuir. La plupart des magelois de ma cohorte font leurs recherches dans la bibliothèque des runes, mais avec des histoires aussi profondes que celle de Ravnica, il est prudent d'étudier les origines sur lesquelles nos lois ont été construites. Je peux voir ici le premier brouillon du Pacte de la guilde – pressé sous trois pouces de verre traité magiquement et rédigé par Azor lui-même. Si vous plissez assez les yeux, vous verrez même une fine bande de fourrure bleue de sa crinière à la cinquième page. Le projet d'origine avait été constellé de meurtrières suffisamment larges pour laisser passer une guerre pleinement développée, mais lentement et méthodiquement, Azor les avait effacées, les notes rouges dans les marges sont de couleur vieux sang. Dans ma propre quête pour trouver la perfection par la loi, j'en suis venu à apprécier ce processus d'enracinement dans le passé pour trouver les points faibles afin que nous puissions nous permettre le meilleur avenir possible.





« Tirez-les pour moi », murmuré-je à l'homoncule qui tient la bibliothèque. Je lui remets une liste des textes sur lesquels je vais travailler à partir d'aujourd'hui. Alors qu'il s'éloigne, je me serre la tête et jette un coup d'œil furtif par-dessus les murs des baraquements à la recherche de Tagan. Elle n'avait pas été dans sa chambre quand j'avais vérifié, et mon impatience était trop grande pour attendre son retour. L'inaccessibilité de la Bibliothèque des Anciennes Lois en fait un lieu de prédilection pour les sphinx. Il est donc probable que je la trouve ici. Enfin, je repère la fourrure de bleu et brun de mon mentor, puis entre subrepticement dans la salle adjacente.

L'homoncule pose les livres sur mon bureau avec un sceau de traduction pour régler les termes obsolètes. Il signe pour me demander si je souhaite aussi un service de tournage de page, mais je le fais partir et me précipite dans la section où je m'étais arrêté lors de ma dernière visite. Il est difficile de se concentrer si près de Tagan, sachant qu'elle sait comment ma dernière rune juridique a été reçue par le Sénat. L'échappatoire que j'avais comblée était majeure et la nouvelle loi que j'avais élaborée se composait de trois pages du jargon juridique le plus judicieusement contourné, dont quinze doubles négatifs, douze triples négatifs, sept notes de bas de page et vingt-huit réserves, qui convenaient parfaitement en une seule phrase parfaite.

Je résiste à mes nerfs et à mon désir de chercher des réponses auprès de Tagan, puis je me perds dans une vieille carte du Dixième district en attendant que mon mentor me remarque. Je trace mon doigt le long de la promenade transguilde en notant la différence que cinq cents ans ont marquée. De nombreux quartiers représentés sur la carte sont maintenant tombés aux mains des Gruul. Le quartier fantôme était trois fois plus grand que maintenant. Le Septième Zonot n'était qu'un lac sans prétention. Et plus en amont se trouve une enclave Azorius pleinement opérationnelle, une communauté autrefois florissante qui est maintenant en ruine, grâce à un terrain de trente pâtés de maisons géré par des chimistes malhonnêtes Izzet appelé le Thinktank.

Le Sophisme Juridictionnel du Thinktank était l'un des problèmes préférés pour les magelois de première année. Personne dans ma cohorte ne l'avait résolu, et personne ne l'a fait depuis de nombreuses années. Quatre guildes ont exprimé leur revendication de la région sur laquelle repose le Thinktank :

  • Premièrement, les Golgari, puisque le « territoire » sur lequel le Thinktank se tient est en réalité un radeau de déchets qui s'avance dans la rivière. Le territoire du Thinktank grandit avec l'expansion des déchets. Autrefois une petite bande de terre comptant quelques dizaines d'habitants, elle compte aujourd'hui plus de deux mille habitants. Ce barrage à déchets a eu des ramifications en amont et en aval que les Golgaris veulent désespérément résoudre.

  • Deuxièmement, les Simic. La rivière alimente directement le Septième Zonot et constituerait une voie de communication aquatique idéale si seulement un droit de passage leur était accordé. Et qu'on se débarassait de toutes les ordures.

  • Troisièmement, les Azorius, étant donné qu'il est techniquement adjacent à notre territoire. Les quartiers entourant le Thinktank ont ​​le plus souffert de sa présence en raison d'un grand nombre d'expériences dangereuses et non autorisées dont les effets pervers ont tendance à s'étendre au-delà des limites du Thinktank.

  • Et finalement, Izzet affirme que le Thinktank lui-même est construit avec des pièces de chaudière volées à la fonderie Mizzium. La Ligue a renoncé à toute affiliation avec les chimistes voyous, affirmant que leur témérité et leur ingéniosité chaotique nuisent à la réputation de la guilde... ce qui dit vraiment quelque chose.


  • C'est un exercice infructueux. Il n'y aura jamais d'accord sur qui a la juridiction appropriée. La dernière fois que quelqu'un a essayé de le revendiquer légalement, une guerre avait presque éclaté. Alors maintenant, il est en grande partie non gouverné, non gouverné et non desservi par une série de failles inconcevables.

    Je tourne la page et, comme pour me contrarier, le bord du papier me déchire la peau – un des nombreux risques d'être un mageloi. « Par la crinière maculée d'Azor ! » juré-je, deux niveaux au-dessus d'un murmure. Pratiquement crier dans les tons de la bibliothèque.

    « Reza ? » vient la voix de Tagan depuis sa salle. Elle relève la tête, accroche ses pattes sur le séparateur et me regarde. « Paix et ordre à vous » murmura-t-elle en guise de salut.

    « De bonnes nouvelles pour vous aussi », dis-je, puis nous laissons un moment le silence pour que nous puissions ordonner nos pensées. Les règles de l'étiquette dictent que, lors d'une réunion non organisée au sein d'une institution d'apprentissage entre personnes de rangs disparates, l'inférieur devrait être le premier à engager la conversation après les salutations, mais à en juger par la queue de Tagan, elle est désireuse de donner me des nouvelles, alors je lui cède la parole avec un signe de tête.

    « Le Sénat a statué sur votre loi concernant la suppression de la faille identitaire », dit-elle.

    « Et ? » demandé-je, mon cœur battant si fort dans ma poitrine que je pense que l'homoncule va venir me faire chuter.

    « Ils l'ont adorée. Si complexe. Si complète. Maître Baan a dit que c'était la loi la plus brillante qu'il ait vue ce mois-ci. Elle est transmise au ciel par des scribes alors que nous parlons. »





    « Il a dit ces mots ? Ces mots exacts ? » Je peux sentir mes joues se réchauffer, le bleu de ma peau rouge pourpre d'un honneur humble.

    « Je n'oserais pas paraphraser Maître Baan sans le qualifier d'abord. »

    Une vague de nausée me gagne. C'est ma première loi à être écrite dans les cieux au-dessus du Nouveau Prahv. C'était ma découverte la plus compliquée et celle dont j'étais le plus fier. Dès que j'ai trouvé la faille, je savais que cela attirerait l'attention, mais une écriture céleste ? Tellement rapidement ? Les adulations de ma cohorte seront à venir. Grâce à toutes les heures que j'ai passées à rédiger cette loi, les rues deviendraient plus ordonnées. Les citoyens se sentiraient plus en sécurité dans les rues de Ravnica, même la nuit. La perfection serait un peu plus proche.

    « Vous avez l'attention de Baan. » Elle bondit par-dessus le mur et atterrit, parfaitement silencieuse. Puis elle établit un sort de confidentialité autour de nous. Si je n'étais pas son protégé, je ne l'aurais pas remarquée en train de la lancer – un si léger tremblement de la patte avant droite. « Il est maintenant temps de suivre avec quelque chose d'aussi impressionnant. Sur quoi d'autre travaillez-vous ? »

    J'avais tant donné de moi-même pour que la dernière loi soit écrite, je n'avais pas eu le temps de penser à la suite. « Bien », dis-je en saisissant des idées. « Il y a toujours le Sophisme Juridictionnel du Thinktank... »

    Elle se cambre dans le dos, l'air ennuyée. « Les énigmes de première année ne vont pas impressionner Baan », dit-elle. « Quoi d'autre ? »

    Je lui donne quelques idées, mais j'ai déjà perdu son attention. Elle est plus prise avec le sceau de traduction assis sur le bord de mon bureau. Elle frappe avec sa patte jusqu'à ce qu'elle glisse sur le bord. Je l'attrape avant qu'il ne touche le sol. Je garde le sceau serré dans mon poing. Si je la remettais, elle l'aurait encore, mais cette idée donnait un coup de pouce à l'idée de récidivistes.

    « J'ai remarqué une faille lors de mes recherches la semaine dernière... une clause qui lie la durée moyenne des peines de prison aux taux de récidive. Théoriquement, nous pourrions avoir des peines négatives si le taux chutait suffisamment bas. J'aurais fait un suivi plus tôt, mais cela faisait référence à une ancienne loi Azorius, 394-H, et il faudrait que quelqu'un aille chercher les manuscrits correspondants dans les archives historiques pour confirmer. »

    Tagan en profite. « Les failles théoriques sont propres à faire sensation. Nous pouvons irriter la population à propos de la façon dont nous avons évité le désastre du système pénitentiaire et il sera plus facile de justifier nos salaires. Cela prendra des jours aux bibliothécaires pour approuver le transfert entre bibliothèques. Cependant, vous devriez visiter les Archives historiques vous-même, alors que votre rune est encore neuve dans le ciel. »

    Elle voit mes hésitations. Pas la réaction à laquelle elle s'attendait.

    « Ne me dites pas que vous n'êtes jamais allé en dehors du Nouveau Prahv », dit Tagan.

    « Bien sûr que si ! » dis-je. Cela fait plusieurs années. Huit, pour être exact, mais parfois je suis tellement enraciné dans les presses d'ordre que j'oublie que Ravnica existe plus que comme un monde théorique sur lequel je promulgue des lois.

    Les archives historiques ne sont pas loin. Et il serait spectaculaire de voir les golems d'archives lourdes qui hantent ces piles longtemps abandonnées. Parler de l'histoire du droit. Mais alors les chiffres commencent à tourner dans ma tête : deux lois dans le ciel la même semaine. Vingt minutes de trajet en griffon. Deux cents pieds au-dessus du sol. Survolant la tête de milliers et de milliers de Ravnicains.

    Esprit tranquille. Esprit tranquille.

    Pas besoin de paniquer. Tout ira bien.



    L'agent des réquisitions de vol prend mes papiers, vérifie ma rune d'identité, puis m'accompagne à l'étable des griffons située dans l'un des plus hauts dômes du Nouveau Prahv. Sept baies ouvertes mènent à la ville, servant d'aérohub aux archontes, aux sphinx et à la surveillance argentée et bleue des mécanoptères, battant silencieusement des ailes de lumière scintillante.

    « Il y a beaucoup de chaos là-bas », me dit l'agente des réquisitions lorsqu'elle s'aperçut que je m'arrêtais de marcher, abasourdie par l'immensité de la ville. « Est-ce que c'est la première fois que vous volez ? »

    J'acquiesce.

    « Tout ira bien. C'est un devoir solennel que nous devons respecter, mais c'est un devoir digne de notre temps et de nos efforts. »

    À la mention du devoir, mes jambes cessent de trembler et je peux monter sur le griffon. Au début, je suis instable, mais l'officier m'assure que cette bête se débrouille bien avec des cavaliers inexpérimentés. Je retrouve ma confiance et mon équilibre en m'assurant que mes deux cartables sont parfaitement alignés et contiennent les textes de référence nécessaires que Tagan m'a laissé emprunter à sa bibliothèque personnelle. Je suis maintenant prêt à me lancer dans les archives et à me faire un nom dans cette guilde. Quelques secondes plus tard, je sors de la baie pour aller dans le ciel. Le griffon plonge brusquement, puis s'incline et se lève. Il coupe l'une des nouvelles lois au-dessus de l'hôtel de ville. Il y en a tellement qu'il serait impossible de toutes les éviter. Je cherche la mienne et frissonne quand je la vois.

    Loi Azorius 3455-J
    Défaut de soumettre une identité correcte...


    Et puis les runes s'amenuisent, et Ravnica apparaît, me coupant le souffle. La ville s'étend à perte de vue, une mosaïque de couleurs et de styles, de bâtiments aussi vastes et volumineux que minces et majestueux. Mais aussi divers que soient ses habitants, ils sont tous liés par les mêmes lois sous le même ciel. Oui, le Sénat d'Azorius n'a pas beaucoup d'amis parmi les autres guildes, mais ce n'est pas notre devoir d'entretenir des amitiés. Au lieu de cela, nous devons nous concentrer sur le maintien de l'ordre, de peur que la ville entière ne tombe dans le désarroi.





    Dix minutes après le début du vol, mon chemin est bloqué par un étrange essaim de torpilles suspendues dans les airs comme un nuage. Les griffons manœuvrent autour d'eux, puis un éclair d'électricité violette jaillit du sol et coupa le ciel, frappant le mécanoptère le plus proche de nous. Un autre mécanoptère tombe en panne et maintenant mon griffon est effrayé. Il vire à gauche, à droite, recule. J'essaie de compenser pour pouvoir le stabiliser, mais mes efforts aggravent les choses et je perds mon emprise.

    Et puis je tombe.

    Frénétique et volant à toute vitesse, j'atteins l'un des mécanoptères alors que je le dépasse et le saisis par le côté. Cela ralentit ma chute un peu, mais pas assez. Il a du mal à supporter mon poids, une aile alimentée par la magie cédant après l'autre, jusqu'à ce que nous soyons tous les deux en chute libre.

    Mais au lieu de casser ma descente, mon atterrissage est amorti – oh, j'ai toujours mal partout et mon cœur bat la chamade, mais je suis en vie. Ma première pensée claire est que mes robes sont tachées. La deuxième pensée est qu'ils sont souillés de mon sang. Ces deux mauvaises nouvelles sont réduites à néant lorsque je réalise exactement ce sur quoi j'ai atterri. Un tas d'ordures. Un tas d'ordures géant.

    Je sens l'horreur collective de tous mes ancêtres vedalken hurler à l'unisson. Je vais laisser mes baigneurs frotter ma peau crue. Je vais incinérer ces vêtements et rassembler les cendres et les jeter dans le zonot le plus profond. Mais je suis sûre que je ne pourrai jamais effacer cette mémoire de mon esprit.

    « Aidez-moi ! » crie-je, mais c'est un murmure de bibliothèque. « Aidez-moi ! » Je réessaye et le mot me traverse la gorge alors que je me débat.

    « Tu vas bien », gronde une voix grave et rassurante. Je lève les yeux et vois un grand visage – tout en barbe rugueuse et lunettes de laiton surdimensionnées – humain, mais s'il me disait qu'il avait un géant quelque part dans son arbre généalogique, je le croirais. « C'est une chute terrible que tu as subie. Tu as de la chance d'être en vie. » Il offre une main couverte de graisse. Au moins j'espère que c'est de la graisse. Je la prends à contrecœur.

    « Ça ne ressemble pas beaucoup à de la chance », dis-je en retirant une bande gélatineuse de ma joue.

    « Ah, tu as raison. On dirait que nous avons un génie fou qui tire sur le ciel depuis le ciel. Rien de cassé ? »

    « Juste ma fierté, je suppose. Où suis-je ? » demandé-je.

    « Thinktank », dit le gars. « Je m'appelle Hendrik. Mes amis m'appellent Hennie. Ou Big Hen. Ou BH ou Benny Deux-Pendules en raison d'un incident avec un chercheur de sort ayant un talent pour mal lire les cadran. Ça a stoppé mon cœur. » Il se frappe la poitrine. « Mais Ol 'Doc m'en a donné un nouveau. Je garde le temps mieux qu'une horloge dans le labo de Continuisme ! »

    « Je suis Reza », dis-je lentement, ne sachant pas si c'est ce gars qui tourne en rond, ou juste une commotion cérébrale. « Mes associés m'appellent Reza. » Je regarde autour de la pile de déchets. C'est le Thinktank? Les chaudières plaquées mizzium s'enroulent dans les rues, comme un labyrinthe sans fin d'intestins. Ils n'ont pas bien résisté et des couches de pièces métalliques sont soudées à chaque bâtiment. Des dizaines de vannes de pression libèrent de la vapeur et d'autres vapeurs, plus néfastes, dans les rues, recouvrant le quartier d'un affreux voile jaune. Je ne comprends pas pourquoi une guilde se disputerait ça.

    « Très bien, Reeze. Pourquoi ne viens-tu pas à la maison avec moi ? Nous allons te nettoyer et renvoyer dans le ciel en un rien de temps. »

    « C'est Reza. Et pas d'offense, mais je pense qu'il serait plus prudent de rentrer immédiatement au Nouveau Prahv, vu que je n'ai aucune idée de vos intentions à mon égard. »

    « Fais comme tu veux. » dit Hendrik, avant de remuer la pile de déchets. « Tu voudras peut-être connaître les guivres de compost, cependant. »

    Je saute. « Les guivres de compost ? »

    « Pas d'éboueurs ici, donc nous trouvons des façons de nous débrouiller. »

    Je descends la colline de détritus, puis scrute ma robe complètement sale. Je ne peux pas exactement retourner au Nouveau Prahv avec cette apparence. Si mes associés prenaient le vent sur le fait que je m'étais souillé de telle manière, je ne retrouverais jamais leur respect. ePouvez-vous me garantir que vos intentions sont vertueuses ? » demandé-je à Hendrik, masquant le désespoir dans ma voix avec des airs formels. « Je ne consentirai pas à être le sujet du test pour une sorte d'expérience folle. »

    « Je promets qu'aucun malheur supplémentaire ne tombera sur toi. »

    Il a l'air d'un homme d'honneur et je manque d'options, alors je le suis chez lui.



    Pour une raison quelconque, j'ai pensé que la conception de la chaudière industrielle du Thinktank n'était qu'une façade mal conçue, et que l'appartement de Hendrik était doté de pièces de vie et de repas confortables et de tout le confort de la maison. Mais c'est pire à l'intérieur. Des tuyaux en laiton et des roues de soupapes font saillie dans tous les espaces imaginables, ce qui crée des risques de trébuchement et de brûlures, où que je sois. Toute sa maison est tellement envahie par la vapeur que les plis de mes robes ont disparu. Je commence à transpirer abondamment et Hendrik me fait passer dans un coin un peu moins embué.

    « BH ? C'est toi ? » vient une voix d'au-delà du cliquetis du métal et du broyage des engrenages usés.

    « Moi et un invité ! » s'exclame Hendrik. « Apparemment, il pleut des hommes. Ce maniaque avec le générateur de balles de foudre tire à nouveau sur le ciel depuis le ciel. » Il me donne un coup de coude dans les côtes. « Reezey était la dernière victime. »





    « Reza », le corrigé-je à nouveau alors qu'un humain souple s'en va, tellement mince et gracieux qu'il pourrait être vedalken, sans la teinte de sa peau et l'épaisse couche de boucles sur sa tête.

    « BH vous a déjà donné un surnom. Cela signifie que vous avez des problèmes. Il vous aime bien. » Il sourit. « Je suis Janin. Je garde les engrenages dans cette petite cabane. Maître Chimiste, si vous aimez les titres respectables. »

    « Nettoie-la et nourris-la, hein, Moonie ? » dit  Hendrik à Janin en mettant une sacoche à outils sur son épaule. « Je vais lui trouver un moyen de rentrer chez lui. »

    « Moonie ? » demandé-je à Janin une fois que Hendrik est parti.

    « Il dit que mes yeux brillent comme des lunes », dit Janin avec un haussement d'épaules. « Personne ne m'appelle comme ça. BH est un peu... excentrique. Même pour un chimiste éparpillé avec un léger désir de mort. Alors Reza... est-ce le diminutif pour Rezajaelis ? »

    Je le regarde, émerveillé par la façon dont il a su cela et comment il l'avait prononcé sans effort. « Oui... Comment – »

    « J'ai été élevé par des vedalken. Mes parents biologiques ont été tués dans une explosion de laboratoire à quelques pâtés de maisons d'ici. Maman et Pap se sont sentis en partie responsables des carottes de pistolet défectueuses. »

    « Je suis désolé », dis-je, même si au fond de moi, je ne peux pas m'empêcher de penser que si seulement ils avaient eu une surveillance adéquate, peut-être que l'accident ne se serait pas produit du tout.

    « C'est comme ça que ça marche dans le Thinktank. Si vos inventions blessent quelqu'un, vous faites de votre mieux pour que cela soit bien. Ils m'ont accueilli sans hésiter. Nous ne pouvons compter sur personne d'autre, nous devons donc compter l'un et l'autre. » Il désigne une ouverture entre des tuyaux de cuivre. « Laisse-moi te mener au bain. »

    Je serre les dents et continue, espérant que la baignoire ne me laissera pas plus sale que je ne le suis déjà. Mais quand Janin ouvre la porte, c'est une petite oasis à l'intérieur. La porcelaine brille. Il me tend un gant de toilette, une serviette et une fiole d'huiles nettoyantes vedalken. « J'allais les donner à maman pour célébrer ses rites de purification, mais il me semble que tu en as plus besoin. »

    Je dois avoir un regard confus sur mon visage, car il me sourit à nouveau, son sourire désarmant. « J'ai oublié, tu es du Nouveau Prahv. Probablement habitué à tes propres baigneurs personnels et à tout ça ? Ici, je vais commencer. » Il tire un bouton en laiton et l'eau commence à couler. Puis il ouvre le flacon et laisse tomber quelques gouttes d'huile dans la baignoire. Une brume bleu pâle s'enroule à la surface de l'eau. « Tu peux laisser tes robes devant la porte. Je peux faire disparaître ces taches. »

    Il disparaît pratiquement aussi, claquant rapidement la porte derrière lui. Les huiles nettoyantes sont puissantes, à la limite de toxiques, surtout pour les humains et les autres avec des sens moins raffinés. Mais pour un vedalken, l'odeur astringente est à côté de la piété.

    Je range la fiole dans ma sacoche, puis je place mes robes à l'extérieur. Janin n'avait pas tort à propos des baigneurs. Néanmoins, je n'ai pas l'intention, pour cette excursion, de tirer le meilleur de moi-même, je rends ma peau aussi propre que possible, puis je me plonge sous l'eau et passe plusieurs minutes à réfléchir en profondeur.

    Quand je monte, l'air me frappe au visage et je me repose un instant, laissant mon corps se reposer à nouveau pour respirer par les poumons.

    Janin est toujours en train de frotter les taches quand je le rejoins dans ce qui passe pour le logement. Il lève la robe et le tissu est presque immaculé. La plupart des humains s'arrêtaient maintenant et appelaient ça du propre, mais Janin se remettait au travail jusqu'à ce qu'il n'y ait plus aucun signe d'imperfection.

    « Vos parents vous ont bien élevé », dis-je. Il rit et nous parlons de nos coutumes préférées de vedalken, et le temps nous échappe. Mais comme la lumière de l'extérieur commence à changer, la posture de Janin change également.

    « BH devrait être de retour maintenant », dit-il. « Il commence à faire sombre. » La façon dont il a dit « sombre » a définitivement fait que ça sonnait comme indésirable. « Nous devrions aller voir l'atelier. Il a une obsession pour cet endroit. »

    Nous nous aventurons donc quelques rues plus loin, où la machination qu'est le Thinktank double en taille et en complexité. Le mizzium est si dense ici que je peux le sentir dans mes dents. Nous entrons par une grande trappe en laiton et à l'intérieur, des centaines de bricoleurs se rassemblent pour montrer leurs inventions. Un essaim de fées coupe devant nous, chacun portant un verrou étincelant. Des étincelles volent de toutes les directions. Des élémentaux captifs jaillissent d'une collection de globes de verre. Une foule se forme autour d'une femme qui prétend pouvoir évoquer des failles de la magie électrique contaminée. Je m'arrête et je regarde, les violations de la sécurité filent dans ma tête. Elle a enfreint vingt-huit lois en moins de trois minutes. L'électricité pourpre s'accumule dans le verre retenant la cloche de son invention puis enfonce une longue tige. Un ronflement me remplit les oreilles, et bien sûr, une petite faille jaillit en face d'elle, si sombre qu'elle me fait mal aux yeux.

    « Elle va faire mal à quelqu'un avec ça », dis-je à Janin.

    Il hausse les épaules et dit : « Probablement. »

    « Mais ne devrions-nous pas – »

    « Nous ne devrions pas. Allez. Reste près de moi. » Mais la foule est épaisse. Trop épaisse. Je commence à avoir mal au cœur et à avoir besoin de me calmer. Je fonce vers la sortie et Janin m'appelle, mais j'ai besoin de silence comme j'ai besoin d'air.

    Esprit tranquille, pas tranquille.

    Les rues sont meilleures, larges et ouvertes, et je peux respirer à nouveau. Une longue et mince ombre tombe sur le sol à côté de moi. Je pense que Janin m'a trouvé, mais quand je lève les yeux, je vois un vedalken. Il s'approche et j'essaie de sourire à travers ma nervosité, mais ensuite il me regarde. Il glisse sur la sangle d'une de mes sacoches. C'est gratuit, puis il s'en va avec mes précieux textes de référence. Je ne peux pas imaginer à quel point Tagan sera déçu de moi si je retourne au Nouveau Prahv sans eux, alors je le poursuis, courant presque sur toute la longueur du Thinktank avant de le perdre dans un enchevêtrement de tuyaux en laiton. Épuisé, je prends un moment pour reprendre mon souffle, puis réalise que j'aurai besoin d'aide pour récupérer ces livres. Lentement, régulièrement, je grimpe sur la tuyauterie, m'aventurant dans un territoire non contesté, où la loi Azorius est indéniable.

    Trois courtiers s'approchent de moi et je pousse un soupir de soulagement quand je les vois. D'après le froncement des sourcils, je soupçonne qu'ils ne sont pas aussi heureux de me voir.

    « Vous là-bas », me dit l'un des courtiers. « Quel est votre but ici ? »

    Mon but ? « Je suis désolé... Je vous cherchais pour – »

    « Comment t'appelles-tu ? Habites-tu ici ? » Les questions continuent à venir, et je suis abasourdi par leur attitude brusque. Les courtiers que j'ai rencontrés à New Prahv ne sont qu'agréables.

    « Nous avons des rapports sur un agresseur qui a fait des ravages ici », dit-il, et enfin, je pense que nous allons quelque part, mais il dit ensuite : « Vous correspondez à la description. Grand. Bleu. Chauve. »





    « Donc, fondamentalement, vedalken ? » dis-je. « Cela pourrait être n'importe qui ! »

    « Il a été vu pour la dernière fois avec une sacoche... juste comme celle-là.Nous pouvons regarder ? Qu'est-ce qu'il y a à l'intérieur ? »

    « Ma propriété personnelle ! » Je sais qu'il existe des lois pour me protéger, mais toutes ces connaissances me sortent de la tête lorsqu'un sentiment de vulnérabilité brute me gagne. Je me bats contre ces sentiments, stabilisant ma logique et mes nerfs. « Je suis Rezajaelis Agnaus, législateur au Nouveau Prahv. J'ai eu un accident avec mon griffon et j'ai eu l'extrême malheur d'être coincé dans le Thinktank où un voyou m'a agressé, et maintenant j'essaie de récupérer mes biens légaux, pour pouvoir rentrer chez moi. J'espérais avoir votre aide, mais vous m'avez harcelé à partir du moment où vous m'avez vu. Laissez-moi obtenir vos noms pour que je puisse les transmettre à mes supérieurs dès que possible, tandis que je serai de retour au complexe de la Colonne Jelenn. »

    Le langage corporel des courtiers change immédiatement. Ils m'ont jeté un coup d'œil une fois et l'un d'eux a commencé à parler, mais un cri de sang s'est glissé depuis la rue. Deux des courtiers décollent en réaction et un reste. « Désolé de vous embêter, » dit-elle. « Si vous ne présentez que votre rune d'identité, nous allons en terminer et vous serez libre de partir. »

    « Libre de partir ! » dis-je en attrapant ma sacoche pour m'identifier. « Tu ne vas pas m'aider à trouver qui a fait ça ? »

    « Si cela s'est passé dans le Thinktank, j'ai bien peur que nous n'ayons aucun pouvoir là-bas. »

    Je grogne alors que je continue à pêcher dans ma sacoche pour ma rune identitaire, mais réalise lentement que celle-ci était emballée dans mon autre sac. Mes yeux se croisent avec ceux du courtier.

    « Problème ? » elle demande, sa posture revenant à l'offensive.

    « Non. Pas de problème, » murmuré-je. Cette nouvelle loi que je mettrais dans le ciel me trotte dans la tête. L'absence de pièces d'identité appropriées entraînera la détention pour une durée indéterminée – aussi longtemps qu'il faudra à un fonctionnaire surchargé de travail pour déterminer si je suis qui je dis que je suis... En d'autres termes, je serai dans une prison d'Azorius pendant très très longtemps. Je ne pouvais pas laisser une arrestation ternir ma réputation au Nouveau Prahv. Ce serait comme laisser tout ce que j'ai travaillé si durement pour le laver directement dans un égout à ciel ouvert.

    Ma main touche la fiole d'huiles nettoyantes que Janin m'avait données. Je la récupère de la sacoche, puis je la jette aux pieds du courtier. Le verre se brise et une odeur caustique remplit l'air. Le courtier commence à tousser et à respirer, puis je cours, je cours. Le courtier hèle ses partenaires, et puis ils sont tous après moi, les yeux larmoyants et rouges de l'huile, la goutte coulant du nez comme des robinets brisés. Cela les ralentit, mais pas beaucoup. À chaque rue, je continue à chercher des recoins qui me ramèneront dans la sécurité relative du Thinktank, en essayant d'ignorer le fait que j'ai rendu la situation pire d'un million de fois. Il n'y a pas d'échappatoire. Je devais remonter à l'intérieur et je ne pouvais pas me lever assez vite.

    Je suis coincé, pris au bout d'une ruelle. Je me retourne, regardant mes poursuivants se rapprocher. Ils s'arrêtent net alors qu'une lumière bleue menaçante coupe la vapeur. Leurs mâchoires tombent.

    Je me retourne et le vois aussi, un engin volant encombrant qui semble être tenu en place avec une combinaison d'un peu de ruban adhésif et beaucoup de volonté. Hendrik jette un coup d'œil dehors. « Viens, Reezemeister, » dit-il en désignant l'arrière du véhicule avec son pouce. Janin se penche pour me donner un coup de main. Puis, quelque chose de familier me frappe : le véhicule est constitué de métal blanc élégant parsemé de dômes de verre bleu. Je plisse les yeux et constate que des dizaines d'emblèmes du Sénat Azorius ont été classés. La magie des runes a été altérée et devient violette, mais la vérité est indéniable. Mon honorable sauveur n'est pas si honorable après tout.





    « C'est toi ! » dis-je à Hendrik. « Tu es le 'génie fou' qui a abattu les mécanoptères ! J'ai failli mourir à cause de toi ! »

    « Ouais, désolé pour ça. Pas la partie mécanoptère, juste la partie où tu es tombé du ciel. Maintenant, entre avant que ces courtiers ne nous lancent des sorts. »

    « C'est une propriété volée ! » crie-je. Je ne peux pas. Je ne peux pas Je regarde en arrière les courtiers, gagnant progressivement sur moi maintenant. Les violations continuent de s'accumuler dans mon esprit :

    Loi d'Azorius 2795-V, Non-respect des courtiers...
    Loi d'Azorius 3343-J, Voyager dans un véhicule volé...
    Loi d'Azorius —


    « Il te reste environ trois secondes avant que ces courtiers ne soient là », prévient Hendrik.

    Mon instinct de survie a finalement pris le dessus. Je saisis la main de Janin et fonce pour sauver ma vie. Hendrik survole les personnes qui se sont arrêtées et bientôt ils ne sont plus que des taches en dessous de nous. « Où allons-nous ? » demande Hendrik. « De retour au Nouveau Prahv? Je ne peux pas t'emmener sur tout le chemin, bien sûr, mais je peux te rapprocher suffisamment pour que tu puisses marcher. »

    J'ignore sa question, trop soucieux de la traiter maintenant. « Pourquoi ? » lui demandé-je. « Pourquoi quelqu'un voudrait-il vivre comme ça ? Enfreindre les lois. Abattre les mécanoptères ? »

    « Les lois de qui ? Et les mécanoptères de qui ? » demande Hendrik.

    « Je comprends ta réticence à faire confiance à Azorius », dis-je, me souvenant du regard prédateur dans les yeux de ces agents. « Mais le Thinktank ne serait-il pas mieux si vous concédiez à la surveillance ? Nous pourrions rendre les rues plus sûres, mettre en place des services publics afin que vous n'ayez pas besoin de compter sur des guivres pour vous débarrasser de vos ordures. être en mesure de demander à la Ligue Izzet un financement réel pour votre atelier. »

    Hendrik secoue la tête. « Nous nous débrouillerons tout seuls. Nous l'avons toujours fait. Ce n'est peut-être pas parfait, mais c'est chez nous. »

    « Au moins, promets-moi de ne plus abattre les mécanoptères», dis-je.

    « Bien sûr, si tu peux faire en sorte qu'Azorius arrête de nous les envoyer pour nous espionner, » dit Hendrik.

    L'intérieur du mécanoptère reste silencieux avec une tension inconfortable, mais il est bientôt brisé par un profond brouhaha qui fait trembler les boulons de ce tas en vol. Le son monte en hauteur, puis des éclairs clignotent, transformant tout le ciel en violet clair. Je baisse les yeux et vois une énorme faille palpitante, plus noire que noire. Elle grésille, une lumière bleu-blanche se tordant le long de sa bouche, exactement là où se trouvait l'atelier du Thinktank. « Hendrik ! » crie-je. « Le Thinktank est assiégé par certains... une sorte d'élémental électrique. » Plus la foudre éclate lorsque l'élémental commence à prendre une forme distincte, ressemblant moins à un amas d'électricité et plus à une bête monstrueuse – des bras, des griffes, des dents. Il bascule vers un bâtiment, mais son toucher est si chaud qu'il fond tout sur son passage. L'électricité statique sature l'air. Si j'avais des poils sur mon corps, ils se tiendraient droit maintenant.

    Les archontes d'Azorius sont en alerte et se dirigent vers le Thinktank, s'arrêtant juste avant d'attaquer. Ils devront attendre que l'élémental franchisse la frontière avant de pouvoir tenter de la maîtriser, mais l'ensemble du Thinktank pourrait être détruit avant que cela puisse se produise.

    « S'il te plaît, dis-moi que tu as une invention assez puissante pour la protéger, » dis-je à Hendrik.

    « J'ai. », dit Hendrik. « Un convertisseur matriciel de manifestation avec une liaison en cascade à la fois optimisée. »

    « Oh, merci infiniment à Azor ! » m'exclamé-je.

    « Mais... » continue Hendrik. Mais les choses ne sont jamais bonnes dans ce genre de situation. « ... c'est là-bas, assis sous environ dix pieds de mizzium fondu. »

    Les citoyens du Thinktank font ce qu'ils peuvent pour se défendre, mais c'est une bataille perdue d'avance. L'aide est juste là... S'il n'y avait pas eu le Sophisme Juridictionnel du Thinktank, des centaines de vies auraient pu être sauvées. Mais si le problème était impossible à résoudre dans le sanctuaire silencieux du complexe de la Colonne Jelenn avec toutes les ressources dont je pouvais avoir besoin, comment pourrais-je espérer le résoudre maintenant – en compagnie de ces personnes sans loi, dans des conditions d'urgence, avec environ quarante-cinq secondes avant que l'élémental nous remarque et nous tire du ciel ?

    Je m'assois bien droit et commence à conjurer. Je me rends compte que j'ai quelque chose que tous les autres jurys n'ont pas. J'ai vu le Thinktank. J'ai parlé à ses résidents. Et maintenant, avec cet élémentaire qui fait des ravages, je peux faire appel à la loi d'urgence pour faire une déclaration. Je n'ai peut-être pas le pouvoir de résoudre le conflit de compétence – cette partie de l'erreur est insoluble – mais si je concédais la souveraineté au Thinktank en lui faisant sa propre petite ville au sein de la ville, ils auraient le pouvoir de contracter avec d'autres entités, à savoir l'armée Azorius en pleine croissance, prête à l'emploi.

    « Aimerais-tu être Grand Arbitre du Thinktank ? » à Hendrik.

    Il ouvre la bouche, mais comme il n'y a pas de temps pour répondre, je continue. « Que tous les citoyens du Thinktank favorables à la déclaration de Hendrik... quel est ton nom de famille ? »

    « Azmerak », dit Hendrik.

    « ... déclaration de Hendrik Azmera Grand Arbitre pro tempore , lèvent la main. » Je pousse du coude Janin, et il lève sa main. « Contre ? »

    Je continue de conjurer pendant que je parle, formant la rune de loi qui, espérons-le, sauvera la journée. J'explique ma loi à Hendrik et Janin. Ce n'est pas en sept phrases. Ce n'est pas compliqué. Il n'existe pas de doubles négations, de notes de bas de page ou de qualifications détaillées. C'est loin d'être parfait, mais c'est parfaitement clair. Au lieu d'essayer de résoudre le problème des cinq adversaires qui se chamaillent sur une étendue de terre, nous avons cinq voisins qui aident à protéger les intérêts de chacun.

    « Par la prérogative d'ordonnance d'urgence et par un vote unanime, je déclare par la présente Hendrik Azmerak au poste de Grand Arbitre de l'Enclave du Thinktank. En tant que chef de votre peuple, ai-je l'autorisation de mettre en vigueur la loi suivante ? »

    Il regarde la rune de loi, prend son temps. C'est merveilleux qu'il soit si réfléchi, le signe d'un leader compétent, mais il ne nous reste que quelques secondes pour agir.





    « Oui ! » finit par dire Hendrik, puis je relâche la rune et celle-ci jaillit dans le ciel, brillant plus que toute rune de loi. J'avais peut-être abusé de la magie, mais je ne pouvais pas risquer qu'elle passe inaperçue ou non lue. La demande d'aide est immédiatement traitée et les archontes et les chevaliers défilent aux frontières, coupant leur épée et leur bâton à travers l'élémentaire. Les éclairs d'électricité se détachent des coups, mais quelques secondes plus tard, ils se régénèrent, devenant plus épais et plus brillants. L'élémentaire hurle, puis frappe trois archontes du ciel. Mais les renforts sont enfin arrivés, deux douzaines d'annulemages à dos de griffon. Ils travaillent ensemble pour jeter un dôme de magie bleue sur l'élémental et, dans un effort coordonné, le resserrent peu à peu jusqu'à ce qu'il soit maîtrisé.

    L'électricité statique disparaît lentement de l'air, de même que toute tension entre Hendrik, Janin et moi-même. Il n'existe aucun acte formel qui nous lie, mais le lien entre nous va plus loin que de simples connaissances.

    « Tu as bien fait, Reza, » dit Hendrik avec une tape amicale.

    « Merci, BH », dis-je, en essayant le surnom. Non, non, non. Cela ne me semble pas juste dans la bouche – ça grince contre mon palais comme une gorgée de sable, mais cela ne signifie pas pour autant que je sens que Hendrik est moins un ami pour moi.



    « Tu es sûr que tu veux continuer avec ça ? » demande mon mentor, en regardant le projet de loi que je propose : cinquante-sept pages de concessions, de sanctions et de servitudes. J'avais résolu le sophisme. Pour de vrai cette fois. Il a fallu huit mois de négociations entre l'Enclave Thinktank et les guildes, mais c'est fait. « C'est sans précédent. C'est imprudent. Et je suis sûr que Maître Baan ne sera pas heureux. »

    « C'est ce qui est juste est juste. Le Thinktank mérite plus qu'un décret provisoire. Il ne serait pas juste de leur offrir ce goût de la liberté, avant seulement de le reprendre. »

    Peut-être que le Thinktank était une nuisance pour Azorius auparavant, mais il s'avère que les gens commencent à faire attention lorsqu'un élémentaire électrique de quatre-vingts pieds de haut menace de détruire plusieurs pâtés de maisons. Je m'attends à ce que Tagan me réprimande sur le fait que mettre cette loi devant le Sénat ruinerait ma carrière, mais sa queue se balance d'avant en arrière. D'avant en arrière.

    « Je ne pense plus pouvoir être ton mentor », dit finalement Tagan.

    « Quoi ? Pourquoi ? » demandé-je, désireux de faire tout ce que je peux pour rester sous sa surveillance. Je plaide ma cause. « Vous devez croire en moi. Je sais que je peux faire une différence. Je me suis tellement attaché à m'enterrer dans les lois du passé, mais j'apprends tout juste à atteindre les citoyens pour que nous puissions créer de nouvelles des lois qui répondent aux besoins actuels de Ravnica. Vous ne pouvez pas m'abandonner maintenant ! »

    Elle sourit. « Je ne vous abandonne pas. Je ne peux plus être votre mentor, car je pense qu'il est temps que vous deveniez vous-même un mentor. Je crois en vous, mais ce que vous voulez, ce sera difficile à vendre pour des gens comme Baan. Mais si vous pouvez commencer à changer les idées de ceux qui vont venir après nous, peut-être que nous pourrons avoir plus de gens de notre côté. Et qui sait ? »

    Elle laisse la pensée ouverte, laissant le silence planer. Obtenir quatre guildes et une enclave de s'entendre sur un petit terrain représentait un travail énorme, mais cela reste dérisoire par rapport aux problèmes plus vastes qui affligent Ravnica. Mais avec la justice de notre côté, la vraie justice... qui sait ? L'un des jurys que je conseillerai sera l'auteur du prochain impact sur les guildes.

    Résumé



    Spoiler: Montrer
    Reza, vedalken de chez Azorius, jubile : la première loi qu'il vient de proposer a été applaudie par Dovin Baan lui-même, et son intitulé est dès lors projeté dans les cieux ! Une victoire pour lui et son mentor, la sphinge Tagan. Une loi stipulant que toute personne dépourvue de papiers se verra arrêtée jusqu'à nouvel ordre.

    Cependant, de commencer si fort lui impose de continuer sur la même lancée : il propose de résoudre le problème du Thinktank que se disputent depuis des années Azorius, Simic, Izzet et Golgari, mais résoudre un problème de magelois de première année n'a rien d'épastrouillant.

    Son autre idée est validée : il s'agirait d'une loi fixant une faille juridique, car en droit ravnican, la peine est notamment basée sur le taux de récidive moyen, et qu'une baisse trop importante pourrait mener à des peines de prisons négatives. Ni une ni deux, il enfourche un griffon et se dirige dans une bibliothèque disposant des documents nécessaires.

    Sa première chevauchée est périlleuse, puisqu'il choit de plusieurs mètres, frappé par une boule d'électricité que quelque fou a lancé. Il se retrouve englué dans le Thinktank, mais est accueilli par B.H, un sympathique humain chez qui il va se laver. Son colocataire Janin, élevé par des vedalkens, dispose d'une conversation qui les mène jusqu'à la soirée.

    Ils sont toux deux forcés d'aller chercher B.H à l'atelier commun, et Reza ne peut s'empêcher de compter toutes les lois enfreintes par ces chercheurs... Sans doute agoraphobe, il sort prendre l'air, mais se fait voler une de ses deux sacoches par un voyou qu'il poursuit en vain. Il se dirige donc vers le territoire Azorius le plus proche.

    Là-bas, il est interpellé par des courtiers qui le soupçonnent d'être le savant fou ayant foudroyé les mécanoptères. Il se présente toutefois comme un collègue qui connaît ses droits, et l'un des courtiers lui demande naturellement ses papiers... qui sont dans l'autre sacoche. Il lance à terre un flacon d'huile, odeur agréable aux vedalkens, toxiques aux humains.

    Il est poursuivi par les courtiers, avant qu'il ne puisse monter dans un mécanoptère détourné de sa fonction : B.H est celui qui les avait attaqués. En demandant des explications, il se rend compte de la détresse des habitants de ce lieu, avant qu'une explosion ne survienne dans l'atelier : un élémental de foudre dangereux s'est éveillé.

    Des courtiers accourent, mais ils ne peuvent intervenir en zone de non-droit, et la créature entreprend de massacrer des habitants. Pour permettre aux mages d'agir, il fait voter ses deux compagnons pour que B.H devienne le Grand Arbitre de l'Enclave Thinktank, afin de lui proposer une loi permettant de les sauver.

    Puisqu'il la valide, Reza lance sa rune dans les cieux, permettant l'intervention des courtiers, sauvant des dizaines de vies par ce moyen. Lui qui ne vivait que pour des lois technocratiques, des théories juridiques abstraites, l'amitié qu'il a nouée avec ces deux braves types lui ouvre de nouveaux horizons.

    Il fait face à la stupeur de son mentor quand il lui montre son dossier permettant de régulariser la situation de l'Enclave en tant que territoire indépendant mais négociant avec les guildes. A coup sûr, cela risquerait de ralentir sa carrière... Mais il n'en a cure, et désire que la justice accomplisse le meilleur.

    Tagan lui dit simplement qu'elle ne peut plus être son mentor, mais car Reza est assez mûr pour en devenir un à son tour. Peut-être qu'il aurait du mal à faire changer les choses, mais en enseignant ces principes à ses élèves, un jour la loi pourra servir les intérêts communs.

Ajouter une louange

Vous devez vous identifier pour participer.

1 Louanges

Deiv
Le 07/03/2019

Dingue, super travail Drark.

Appréciation

Contenus relatifs

Erreur SOAP 1 : 1

Sondage

Quelle est votre extension préférée ?

Résultats
(déjà 294 votes)