L'Histoire de Magic : Les Chroniques de Bolas - Partie 3 et 4

Articles
par Drark Onogard, le , 766 consultations

  L'univers de Magic / Édition de base 2019



L'histoire liée à l'édition de base de 2018 (Core set 2019) parlera du passé de notre grand méchant multiversel préféré, Nicol Bolas contre qui lutteront les Sentinelles lors du prochain bloc Ravnica... Et oui ! Un petit flashback est toujours obligatoire avant de tuer le méchant ! Espérons que mes paroles (ne) soient (pas) prophétiques, selon votre avis.

Partie 3 : Ce qu'on ne peut voir



I – Jugement refusé

Naiva a grandi sous le joug d'Atarka, seigneur-dragon, mais elle désire plus que tout se battre pour le jeune, en ayant assez de plier l'échine pour recevoir les coups des dragons devenus maîtres alors qu'elle était une Griffedragon... mais sa grand-mère l'obligera à le laisser affronter son destin, et ce d'un simple geste.

L'instant précédant le souffle glacial du dragon, Yasova esquisse le signe signifiant « Tuer », et Baishya fait surgir du sol par magie une pierre, sauvant Tae Jin d'une cryogénisation draconique mais se vidant de son énergie pendant qu'une flèche perce l'aile de l'avemain venu vérifier que la procédure se déroulait sans encombre. Le dragon tenta de tuer Yasova, qui fut sauvée par sa petite-fille.





Mais les jumelles sont en mauvaise posture, et alors que le dragon d'Ojutaï s'apprête à les achever, un dragon rouge de la couvée d'Atarka intervient et combat l'autre bête, permettant aux sœurs et à Tae Jin, qui malgré son expérience de mort imminente reste calme de retrouver le couvert protecteur des arbres, où Yasova doit décider de continuer ou non leur exode

Elle constate que la rencontre de Tae Jin sur le chemin annoncé par les élémentaux prouve qu'il faut aller à la tombe d'Ugin, mais demande en chemin ce que la vision du vagabond contient de plus, car il n'a pas pu la finir adéquatement et qu'elle veut en savoir plus sur Ugin. Et Bolas. Alors, après s'être remis les idées en place, il répète les paroles du dragon-esprit.





II – Parcours tortueux

Ugin, le dragon-esprit est contraint de suivre son frère qui est sans doute retourné à leur lointain lieu de naissance, et la solitude lui pèse. Il se rend alors compte que tout respire, même les plantes, et, entendant à nouveau la respiration d'un autre être, il se sent tantôt protégé comme par un cocon tantôt oppressé par cette même toile, même s'il pense à l'époque que sa vie est plus importante que celle d'un oisillon tombé du nid.

Un jour, il retrouve son jumeau poursuivi par Vaevictis Asmadi, le sinistre et ses descendants. Alors, Ugin appelle son frère et attire ainsi l'attention de Vaevictis avant de lui lancer des orbes lumineux dans les yeux qu'il avait appris à créer auprès de Te Ju Ki , le faisant chuter alors qu'il volait pendant que ses enfants sont occupés à brûler des humains.





Nicol Bolas, le dévastateur, curieux, lui demande comment il a su faire apparaître ces orbes, et le fait que ce soit une humaine qui lui ait appris exaspère Bolas puisqu'il les méprise même si certains se montrent sages. Nicol Bolas a entendu parler d'autres dragons qui vivraient loin de ce continent, mais reste persuadé qu'ils sont les premiers – et les meilleurs, bien entendu.





Continuant leur voyage, ils finissent par chasser, et ce sur les terres de Palladia-Mors, la destructrice qui croyait qu'ils étaient partis pour de bon et leur vole leurs quatre proies. Apprenant qu'ils désirent retourner à la montagne de leur naissance, elle les prévient que les humains se prennent pour des chasseurs de dragon et qu'elle irait bien leur donner une leçon s'il elle n'avait pas la flemme.

Nicol propose alors de la tuer tous les deux pour l'affront qu'elle leur a fait en volant leur gibier, mais Ugin finit par avoir le dernier mot car il serait trop dangereux que l'un d'eux y passe. Sans écouter les conseils sous-entendus de leur détestable sœur, ils prirent la direction de la montagne, et la virent enfin se profiler à l'horizon.





La forêt avait laissé place à une cité fortifiée reliée par des sentiers à de plus petits villages. Les portes sont ornées de la scène de la mort prématurée de Merrevia Sal, et la résidence du chef est couverte par le squelette de leur défunte sœur. Alors, le peuple se rue aux contreforts, arme une baliste et tire sur Nicol, qui esquive la flèche mais Ugin subit une blessure superficielle.

Cependant, le poison se met à courir dans ses veines et des gouttes de sang aussi grosses qu'un poing tombent, les chasseurs se bousculant sauvagement pour tomber en dessous. Ce spectacle affligeant n'étonne pas Ugin, qui va pour atterrir avant que Nicol ne l'en empêche de la voix, mais la douleur est trop grande et il est contraint de s'arrêter en haut du cratère avec son jumeau.

Ils attendent l'arrivée d'humains afin de les tuer, mais sont prudents car leur ambition et leur esprit d'équipe les rendent dangereux. Ugin ne veut pas tuer d'êtres innocents comme Vaevictis, et son frère lui promet qu'il ne le fera pas, qu'il avait un moyen... plus efficace de venger leur sœur dans cette terre crainte de Palladia-Mors elle-même.

III – Problème arrangé

Yasova interrompt Tae Jin, et un fait semble l'avoir troublée sans que Naiva ne parvienne à savoir quoi. Alors, ils trouvent un endroit où camper sans allumer de feu afin de n'attirer aucun dragon qui les poursuivrait encore. Elle s'inquiète pour sa jumelle, car même si sa nature de shamane la rendait vulnérable, jamais le danger n'avait été si grand.





Naiva est rejointe par Tae Jin et sa sœur, qui la défend de parler de la raison pour laquelle elles sont déjà allées à la tombe d'Ugin, ce qui l'énerve et la pousse à expliquer à l'étranger que réveiller la magie d'un shaman avait permis de mieux les cacher de la colère d'Atarka, et que ce lieu pourrait permettre de révéler la magie en quelqu'un.

Alors, le dragon d'Atarka arrive vers eux, et ils se cachent tandis qu'il hurle après avoir posé le dragon de la couvée d'Ojutaï au tueur de dragon de venir. Baishya prévient donc les autres chasseurs en un cri tandis que Naiva attire l'attention du dragon et que Tae Jin, après l'avoir partiellement gelé, lui tranche rapidement le bas-ventre et esquive de peu la chute du corps.

Cependant, il est toujours en vie, et c'est Naiva qui est contrainte de l'achever, commettant le pire crime aux yeux de la justice. Tae Jin qui semblait mort n'était qu'évanoui et il s'éveille, sa tenue déchirée au niveau de l'épaule, qui est marquée par le signe de l'ectofeu alors qu'ils étaient censés être tous morts. « Comment cela peut-il se faire ? » l'interroge Yasova.







Partie 4 : Murmures de Trahison



I – En dangereuse posture

Yasova Griffedragon, désormais surnommée la Première Mère, est franche avec Tae Jin qui est un guerrier de l'ectofeu : il doit tout dire, ou elle sera contrainte de le tuer. Sa mère servait Shu Yun, la Tempête silencieuse et elle a cherché à conserver la mémoire des Jeskai malgré la purge et l'a envoyé vers son maître qui lui a appris à manier la lame d'ectofeu.





Yasova est prudente : cela pourrait être un piège d'Ojutaï, et ne pas exécuter Tae Jin étant un crime, cela pourrait être un motif pour assassiner Yasova. Mais Tae Jin est franc, et son maître l'a bel et bien envoyer pour transmettre un message d'Ugin, dragon-esprit. Après un bref débat sur l'importance du passé, ils constatent qu'une tempête draconique s'approche, les obligeant à rester proche des cadavres de dragons.

Alors que les touchés dont Tae Jin pansent leurs blessures, on apprend que la mère des jumelles fut tuée par Atarka car elle était une shamane. Naiva se demande d'ailleurs s'il ne serait pas mieux d'enterrer le passé puisqu'il est si dangereux, car après tout les seigneurs-dragons règnent et il faut se plier à leurs règles. Elle se sent ensuite écartée quand la discussion de Baishya et Tae Jin se dirige vers la magie.





Isolée, elle s'occupe de recoudre la tunique déchirée de Tae Jin qui est bien plus douce que celle qu'elle porte : elle est en effet en laine de chèvre domestique, bien différente de celle des montagnes. Yasova arrive alors, le fidèle orque Fec étant en train de déplacer morceau par morceau les cadavres dans la rivière afin de masquer leur odeur. Sa tunique renfilée, Tae Jin reprend le récit de la vision de son maître.





II – Les failles de l'âme humaine

Ugin a souffert jusqu'à l'aube, le venin suintant de sa plaie mais ne pouvant atteindre ses cœurs, et il désire partir : ils ne ressentent pas même la peur. Mais Nicol Bolas leur apprendra. Ugin rejoint son jumeau à son perchoir, et ils voient un humain approcher, mais c'est Chromium qui leur explique que ces hommes sont des tueurs de dragon, que leur vieux chef en est un et qu'il laissera sa place au prochain chasseur de dragon.





Ces humains, s'ils sont touchés par du sang de dragon, sont considérés comme saints et vivront une vie de débauche servis par les autres. Chromium conseille de consulter Arcades, le stratège afin de trouver une solution pour tuer leur chef et ses héritiers, de brûler leurs temples et saler leurs champs, les forçant à s'exiler et à cesser de tuer des dragons souvent tout juste sortis de leur œuf.





Nicol déforme alors les paroles de Chromium en lui demandant si ce qu'il disait justifiait de ne pas avoir les mêmes lois que les hommes, mais ce dernier ne s'amuse pas : il reprend sa forme draconique et lui dit que la prochaine provocation annoncera sa mort avant de s'envoler afin de consulter comme prévu Arcades.

Alors, un groupuscule de guerriers quitte le campement principal pour s'installer plus loin avec des balistes, et les dragons observent la servitude du peuple envers ceux qui ont bu le sang. Puis ils reconnaissent, cachés derrière des taches de vieillesse et un double-menton, les traits de celui qui avait tué Merrevia Sal. Ugin entend des murmures expliquant que le chef n'avait jamais eu confiance en lui...





Nicol Bolas use de télépathie sans que son jumeau le sache, et s'en sert pour créer la jalousie entre les quatre héritiers. Ugin veut fuir, mais Nicol l'en décourage après qu'il ait tué un éclaireur qui aurait pu indiquer leur position, ce qu'il fait lui-même en s'envolant au-dessus de la plus petite cité fortifiée ne disposant que d'une baliste. Ugin ne comprend pas ce que fait son jumeau et observe les armures d'écailles de dragon des chasseurs de ce lieu.





Il entend à nouveau des murmures qui ressemblent de plus en plus à la voix de Nicol et qui ont pour but de faire grandir la haine envers le vieux chef, des murmures qui disent que s'il venait à tuer son père et tous les autres héritiers, un dragon pourrait le respecter, et être à ses ordres, ce qui est bien plus utile que de vieux os... et le jeune homme tient ce discours, l'absence d'agressivité du dragon montrant sa faveur. Alors seulement, Ugin comprend.

Les hommes se mettent en marche, et Nicol revient, laissant les choses se faire. Les hommes sont menés par la haine, l'envie, la cupidité et la peur. Il suffit de savoir leur parler, et ils font ce que l'on souhaite. Ils tuent le vieillard, deux des héritiers, et le duel se joue entre l'homme de Nicol et une jeune femme ainsi que leurs armées. Alors, Nicol atterrit. Et les consume. Tous. Sauf celui qu'il avait choisi.





Il s'empare du corps du vieillard et le mène aux pieds de la femme du nouveau chef tout en faisant grandir le ressenti en elle, à qui on avait volé sa création qu'était le poison. Elle mérite le trône. Elle a l'intelligence pour. Et, d'un claquement de doigts, elle fait exécuter encercler son mari avant de le poignarder à plusieurs reprises. Et, tandis qu'elle commence un discours, Bolas l'interrompt. Il est désormais leur unique chef.

Ainsi, de simples murmures intérieurs avaient fait ressortir le pire de chaque homme et fait de Nicol un roi. Il voulait se venger. De la mort de Merrevia Sal. De la violence de Vaevictis Asmadi. Ugin se sent trahi par son propre jumeau, qui voulait faire ressortir le pire en son frère puisqu'il y avait lui-même succombé. Et il part, loin, l'âme rendue aveugle par tant de douleur, avant de reprendre ses esprits. Sur Tarkir.

III – Un regrettable passé

C'est ici que s'arrête l'histoire racontée par le parchemin que Tae Jin a mémorisé. Yasova raconte alors qu'elle a été témoin du Pivot du destin, et qu'un dragon venu de nulle part dans un flash lumineux avait tué Ugin. Par le passé, Bolas avait fait agir Yasova contre son gré, la persuadant qu'elle agissait pour le bien des Temur, et elle avait contribué à la mort d'Ugin. Et ces visions étaient un avertissement. Mais pas le temps d'extrapoler, car quelque chose se passe dehors.



Ajouter une louange

Vous devez vous identifier pour participer.

Appréciation

Contenus relatifs

Sondage

Qui va remporter le combat final sur Ravnica ?

Résultats
(déjà 327 votes)