L’Histoire de Magic : Retour sur Dominaria : résumé des parties 7 et 8

Articles
par Drark Onogard, le , 626 consultations , 1

  Dominaria / L'univers de Magic



Suite à la saloperie de décision des Magiciens de la Côte de cesser de traduire les histoires en français, je m'attelle à l'écriture de résumés de ces histoires pour que les anglophobes puissent tout de même profiter du scénario de cette extension.

L'histoire prend place à la même époque que les événements d'Ixalan, c'est-à-dire après la défaite des Sentinelles sur Amonkhet contre Nicol Bolas, avant que Jace Beleren ne les retrouve.


Partie 7




I – On ne peut fuir son passé

Dans le passé, Téfeiri contemple le vide zhalfirin dont il est la cause, et qui est un lieu de pèlerinage pour la plupart des habitants de Fémeiref venus honorer leurs ancêtres, mais les chances pour lui d'être reconnu et attaqué par vengeance diminuent avec le temps.





Il a vécu en nomade la plupart du temps, ne trouvant aucun endroit qu'il puisse considérer comme chez lui. Lorsqu'il avait demandé une chambre, l'aubergiste reconnut son nom de famille, mais Téfeiri expliqua que c'était un vieux nom de famille, et qu'ils ne l'avaient pas changé malgré le fait qu'il soit associé au destructeur de Zhalfir.

Se dirigeant vers la ville de Sewa devenue très commerciale et où se tenaient de nombreux hommes, surtout habitants de Jamura, après avoir observé ce qu'il avait fait, il songe à la culpabilité qui l'avait poussé à renoncer à son étincelle mais qui l'empêche de remettre Zhalfir en phase.

Alors qu'il se dirige vers l'hôtel, il remarque des personnes assises comme si elles l'attendaient, et tente de rester naturel. Après tout, à part les membres de l'Académie de l'Ouest de Tolaria, plus personne ne savait qui il était. La femme assise se lève une fois que le mage du temps est proche, et affirme que les gens sur le marché disaient qu'il s'appelait Téfeiri.

Il répond qu'ils disent beaucoup de choses, et ils se présentent : Subira et Kwende, fierté de Fémeiref. Il s'interroge lorsqu'ils lui annoncent qu'il attendait un homme du nom de Maket, qui en tout cas le cherchait et avait voyagé depuis Suq'Ata. Cependant, il baisse sa garde : ces gens ne sont apparemment pas venus l'assassiner.

Maket est mort lors d'une attaque de caravane, et cette information intrigue trop Téfeiri pour qu'il se montre prudent. La magie semble être la cause de la mort, mais le corps ne pourrit pas et est immobile. Sa curiosité piquée, il décide d'aller y jeter un coup d'œil.

II – Piégé

Téfeiri est donc emmené par les deux Jamurans sur le lieu du meurtre. Kwende connaissait mieux Maket que ne le connaissait Subira. Une fois arrivés, Téfeiri constate qu'il est bien mort, ou en tout cas qu'on ne lui avait pas administré de poison cachant tout signe de vie, mais son visage ne dit bel et bien rien au mage du temps.





Il n'a pas non plus subi de magie temporelle, ce que soupçonnaient ses deux acolytes, et c'est justement à cause de cela qu'ils avaient menti afin de savoir si Téfeiri était l'assassin. Tandis que Kwende part chercher les affaires du défunt, Subira explique à Téfeiri que c'était peut-être l'inverse, que Maket était venu le tuer. Mais s'il est le Téfeiri, on aurait envoyé plus d'un assassin.

Il peut pour la première fois depuis des années parler sincèrement de ce qu'il a fait, de ses remords quant à l'état de Zhalfir, et Subira ne semble pas l'accuser malgré ses actes. En ce qui concerne l'assassinat, Téfeiri pense que celui qui l'a envoyé a pu le tuer afin de faire croire à sa culpabilité ; et comme il n'accepterait pas d'être à nouveau enfermé, il commettrait des erreurs et serait finalement tué.

Alors, une terrible tempête de sable se déclare. Elle était l'œuvre d'un mage, qui avait sans doute voulu éloigner Téfeiri de la ville. Il créa une bulle temporelle qu'il amplifia afin de se protéger du sort destructeur, qui glissa sur les parois de la bulle, épuisant le mage du temps.





A moitié mort, il fut ranimé par Subira, qui apprit que les magistrats de la ville arrivaient pour arrêter Téfeiri. En effet, Kwende avait prétendu qu'il était la cause de la tempête. Maket n'était qu'une innocente victime des machinations de Kwende, et Subira n'a pas su le voir. Il est contraint de fuir pour ne pas être arrêté et mis en geôle.

Tandis qu'il prend la fuite, Kwende l'attaque par surprise. Le mage lui demande la raison de ses agissements. Kwende désire venger son ancêtre, Mageta le lion, qui a été déphasé avec Zhalfir. Subira arrive, et Kwende n'a pas le temps de tuer Téfeiri (ni de finir son discours cliché de méchant), qui s'enfuit avec Subira.

III – Une paix retrouvée

On retrouve Téfeiri, qui s'est sédentarisé afin d'élever sa fille, Niambi, qu'il a eue avec Subira, qui a gardé une vie nomade tout en continuant de visiter régulièrement sa famille. Niambi, qui n'est encore qu'une petite fille, cherche comme n'importe quelle personne de son âge à explorer.

Téfeiri, en bon père, surveille sa fille et, lorsqu'elle chute, stoppe le temps afin de vérifier qu'elle ne se fasse pas trop mal, avant de la faire dans ses bras, espérant qu'elle a appris une leçon. Il chercherait un moyen de s'occuper de Zhalfir, mais préférait s'occuper d'abord de son enfant.


Partie 8




I – Retour à la maison

Nous retrouvons Chandra qui, comme on pouvait se douter, s'est réfugiée sur le plan de Regatha où elle a appris à maîtriser la pyromancie afin de se perfectionner dans cet art. Elle est furieuse contre Nissa qui les a abandonnés, car même si cela n'en avait pas l'air, Chandra avait un plan.





Arrivant au moment du repas, elle entre dans le monastère où elle a vécu quelque temps. Elle avait senti sur Dominaria le passage récent d'un puissant pyromancien, et espère qu'il s'agissait de Jaya Ballard, qui pourrait lui apprendre beaucoup de choses.

Alors qu'elle se dirige vers le lieu où sont gardées les reliques, elle s'apprête à voler les lunettes du pyromancien ayant appartenu à Jaya – puisqu'elle allait l'informer sur le danger que représente Nicol Bolas en échange, ce n'est pas vraiment du vol, n'est-ce pas ? – mais Mère Luti la surprend en action.





Chandra panique et annonce qu'elle pense savoir où est Jaya, et avoue tout quant aux évènements d'Amonkhet qu'elle s'était jurée de ne pas conter. Lorsque Mère Luti lui affirme qu'elle n'a pas besoin de Jaya mais juste d'aider ses amis, elle enrage en repensant au combat sans espoir, avant de se transplaner sur Dominaria, déterminée à retrouver Jaya.

II – Escale en Argive

Une fois sur Dominaria, Chandra suit les traces étheriques qu'elle espère venir de la pyromancienne ayant fondé le monastère, et se retrouve dans Argivia, capitale de la Nouvelle Argive. Elle bouscule une femme portant un panier avec qui elle discute et comprend l'agitation des passants : la ville va être attaquée par Prossh, pillard céleste de Kher et ses troupes mais Baird, intendant d'Argive défendra la ville aux côtés d'une puissante pyromancienne.





Elle avait pour but d'aider les troupes d'Argive afin de rencontrer la pyromancienne qui serait sans doute Jaya Ballard, mais l'armée avançait plus vite qu'elle et elle croyait avoir raté la bataille. Tombant sur un cadavre encore chaud, puis un deuxième, elle comprend qu'elle n'est pas en retard.

Un arbre chute alors : les kobolds de Castel Kher, des êtres au quotient intellectuel comparable à celui d'un gobelin et murmurant que Prossh les aime et qu'ils tueront pour sa gloire tendent une embuscade aux Argiviens.





Tandis que deux kobolds la chargent, elle se dit « A bas la finesse ! » et envoie une boule de feu sur l'un et frappe l'autre. Son but est de les tuer sans pour autant brûler la forêt, et tente de contrôler ses salves incandescentes. Alors qu'elle attaque au nord, les Argiviens arrivent dans son dos, enjambant les débris de la barricade dont elle s'était occupé.

Une fois les kobolds exterminés, Baird, intendant d'Argive demande à voir Chandra afin de la remercier, et comme elle ne voit personne qui pourrait être Jaya, elle demande si la pyromancienne qui devait les aider se nommait bien ainsi, ce qui est le cas, mais elle est partie en direction du sud, vers la Yavimaya. C'est là qu'irait Chandra.

III – Dans la Yavimaya

Après avoir marché cinq jours, elle arrive enfin à la vaste forêt mais ne sait où chercher avant que des arbres se penchent violemment, comme frappés par un grand vent. Une fois dans la Yavimaya, elle observe avec surprise des automates qu'elle avait pris pour des humains – elle a voyagé trop longtemps seule.





Alors, les arbres s'animent et attaquent les êtres métalliques, défendant leur territoire. Par conséquent, Chandra hésite quel parti prendre en une intervention ardente, ne désirant pas se battre contre les alliés de Jaya mais finit par attaquer une force verdoyante qui la chargeait.





Un automate lui annonce qu'ils sont envoyés par Multani, avatar de la Yavimaya et se battront à n'importe quel geste. Elle cherche un meilleur angle dans le but d'embraser le plus d'arbres possible, mais même en feu ils ne cessent de se battre.

Après avoir parlé à l'automate, elle apprend qu'il se nomme Karn, scion d'Urza et qu'il doit lui aussi rencontrer Jaya. Alors, Mère Luti apparut et prit les lunettes que Chandra avait volées, car elle et Jaya Ballard n'étaient qu'une seule et même personne.



Ajouter une louange

Vous devez vous identifier pour participer.

1 Louanges

Vinhan32
Le 01/06/2018

Merci pour ton travail l'ami !

Appréciation

Contenus relatifs

Trailer VO de Dominaria

 Vidéothèque

Saga

 Lexique

Partenaire Magic ATP

Dominaria - Boite De 36 Boosters - (en Anglais)

89.00 € 85.00 €

Ixalan - Ixa - Booster De 15 Cartes Magic - (en Anglais)

4.00 € 3.00 €

Dominaria - Booster De 15 Cartes - (en Français)

4.00 € 3.00 €

Sondage